► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mercredi 26 septembre 2018

Lunes d'ivoire de Julie Eshbaugh

lunes d'ivoire

  • Nom: Lunes d'ivoire de Julie Eshbaugh
  • Lu en: français
  • Pages: 288 pages
  • Sorti le: 5 juillet 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom Ivory and Bone en juin 2016
  • Premier tome d'une duologie

Kol, 17 ans, n’a que deux objectifs : chasser le mammouth et protéger sa famille contre les tigres à dents de sabre. Mais son coeur bascule quand Mya débarque du Sud avec sa famille. Kol est fasciné par cette jeune fille, belle, forte, intelligente… et aussi têtue qu’arrogante. Pourtant, derrière cette attitude hautaine se cache un profond mystère, une histoire jonchée de pertes et de deuils qui va ressurgir le jour où un autre clan s’installe dans la vallée. Parmi les nouveaux venus, Lo, une ancienne rivale de Mya… Le jeune chasseur parviendra-t-il à empêcher la mort de s’abattre sur les plaines glacées du Nord ?

separator

Ce roman me faisait très envie et j'avais hâte de voir ce que pouvait donner une intrigue qui se déroule à une toute autre période que l'on a peu l'habitude de lire : la Préhistoire avec la totale : mammouths, tigres à dents de sabre, cueillette, chasse et vie des clans!! Clairement c'est hyper original et l'auteure place la barre très haute en nous dévoilant une histoire qui se déroule à cette période. C'est carrément nouveau et je ne me souviens pas d'avoir lu un Young Adult sur ce thème.

Donc déjà, ça partait bien!! J'ai dévoré ce roman grâce à un rythme très fluide, mais surtout parce que tout coule de source, tout est placé impeccablement, sans erreurs, sans longueurs. J'ai adoré les personnages et surtout celui de Kol, 17 ans du clan Manu qui va faire connaissance avec Mya d'un autre clan. Très vite, on comprend qu'il y a des tensions entre clans dues à des histoires anciennes et à un drame survenu il y a cinq ans. Certains personnages ont des secrets et on avance rapidement dans l'intrigue avec beaucoup de suspense.

J'ai adoré la narration, extrêmement vivante et dépaysante. Au début ça m'a fait bizarre que Kol parle de Mya en employant le "tu" mais au final c'est un procédé hyper réussi qui distille une relation directe entre les personnages et qui permet aux lecteurs de comprendre les enjeux de la relation entre Kol et Mya. Leurs dialogues sont tendus, Mya est antipathique et cela met les nerfs à vifs de Kol, qui pourtant est un personnage charismatique, calme, posé et bon. Je l'ai beaucoup aimé alors que Mya, de par sa froideur et son mépris clairement affiché est trop secrète et réservée.

Tout le long du roman, Kol s'adresse à Mya en utilisant le "tu" et cela m'a tenu en haleine. Mais il y a aussi tout le background qui est super bien amené : les chasses au mammouth, les dangers des prédateurs comme le tigre à dents de sabre, la cueillette et la récolte de baies, la pêche, la récolte du miel dans les ruches, les constructions et les fêtes de chaque clan... c'est passionnant et j'ai adoré cet aspect-là.

Le coeur de l'intrigue est certes la "romance" entre Kol et Mya, mais il y aussi tout le côté vie de clans et relations, les alliances, les discours et invitations entre les clans où l'on sent que le moindre faux pas peut faire éclater l'entente cordiale mais timide. Kol tient à coeur que tout se passe bien, et fait son maximum pour tempérer certaines rivalités et ardeurs... mais il y a un personnage qui vient révolutionner tout ça et j'ai été agréablement surprise par la tournure des évènements. Suspense, action, vengeance... même si tout ça arrive un peu tard dans le livre, Lunes d'ivoire est pour moi un roman réussi et efficace, divertissant.


En bref, le contexte préhistorique est le gros point fort de ce roman qui a su me faire passer un excellent moment. Je me suis attachée aux personnages et l'ambiance est réussie. On s'y croirait ! La nature, les plaines, la mer, la plage, les mammouths, les dangers de cette nature sauvage... le background est génial et très accrocheur. J'ai adoré suivre Kol et voir comment la guerre allait faire exploser l'intrigue. Je suis très curieuse de voir ce que pourrait donner une suite...


chronique_lael


dimanche 23 septembre 2018

Listen to your heart de Kasie West

listen to your heart

  • Nom: Listen to your heart de Kasie West
  • Lu en: français
  • Pages: 368 pages
  • Sorti le: 7 juin 2018
  • Editeur: Hugo Roman New Way
  • VO: paru sous le même nom en mai 2018
  • Tome Unique

Ce que Kate préfère au monde, c’est le lac au pied de sa maison. L’endroit rêvé pour faire le plein de soleil… et de solitude. Car il faut se l’avouer, communiquer avec ses camarades n’est pas vraiment son fort ! Pourtant, quand sa meilleure amie Alana la supplie de rejoindre l’équipe du podcast du lycée, Kate accepte le challenge. Après tout, elle pourra livrer ses bons conseils aux auditeurs, tout en restant bien cachée derrière son micro ! D’ailleurs, elle se rend vite compte qu’elle est plutôt douée… Jusqu’au jour où un mystérieux jeune homme appelle pour faire une déclaration anonyme. Kate en est sûre : il s’agit de leur copain Diego, qui craque pour Alana. Une belle histoire ? Ou Kate aurait-elle préféré que ce soit la sienne ? Saura-t-elle, pour une fois, trouver les bons arguments pour convaincre son propre coeur ?

separator

Kasie West est une auteure que j'apprécie énormément, jusqu'ici, j'ai toujours apprécié toutes mes lectures, avec mention spéciale pour Pivot Point, Ps: I like you et The fill-in boyfriend. Je n'avais donc aucun doute concernant Listen to your Heart mais je suis bien forcée de reconnaitre que ce fut une petite déception. 

Entendons-nous bien, ce roman a été une lecture très agréable, mignonne et sans prise de tête. Parfaite au moment où je l'ai lue, c'est tout ce dont j'avais besoin. Mais je ne peux m'empêcher de faire la comparaison avec les titres précédemment cités et il est clair que Listen to your Heart est en deça des autres, d'où ma déception. 

C'est peut être dû au fait que j'ai lu ce roman en français alors que je n'avais lu cette auteure qu'en anglais auparavant. J'ai eu extrêmement du mal avec la traduction, certaines structures de phrases étaient plutôt mal pensées et j'ai relevé quelques oublis de mots. L'ensemble m'a paru vraiment très plat, notamment pendant les podcasts, où les dialogues étaient sans saveur ni enthousiasme. Je ne sais pas si c'est un effet de traduction réel mais il m'a clairement manqué quelque chose. 

Les personnages ne m'ont pas plus charmée que cela, bien que Kate est sincèrement une chouette fille, passionnée par le lac, dévouée à la marina de ses parents et très loyale à son amie Alana. J'avoue ne pas avoir accroché avec cette dernière, trop mise en avant par Kate. Alana la fille parfaite, belle, douée, et forcément mieux que Kate. Kasie West nous décrit une amitié forte et pourtant, j'ai eu cette impression que devant Alana, Kate ne se sentait jamais à la hauteur. 

Quant au personnage masculin principal, Diego, encore une fois je l'ai trouvée très sympathique mais sans plus. Le problème dans ce roman est que rien n'est réellement approfondi. Le rendu semble fade, ce qui est dommage car il y a quelques éléments intéressants comme la famille, le dépassement de soi, le jugement des autres. J'aurai aimé que Kasie West se focalise moins sur son objectif final et aille plus loin dans son développement. 


En bref, j'ai été moins séduite par ce nouveau titre de Kasie West, l'auteure ayant déjà fait beaucoup mieux dans le genre. Néanmoins, je reconnais que ce fut une lecture doudou agréable, lue pile au bon moment. Je vous la recommande tout spécialement si vous cherchez une lecture rapide, mignonne et sans prise de tête. 

dimanche 16 septembre 2018

Le goût amer de l'abîme de Neal Shusterman

le gout amer de l'abime

  • Nom: Le goût amer de l'abîme de Neal Shusterman
  • Lu en: français
  • Pages: 408 pages
  • Sorti le: 30 août 2018
  • Editeur: Nathan
  • VO: paru sous le nom Challenger Deep en avril 2015
  • Tome Unique

Caden est un adolescent de quinze ans ordinaire, qui s'intéresse à l'athlétisme et aux jeux vidéo. Pourtant, il adopte un comportement de plus en plus étrange aux yeux de ses parents : il marche seul et pieds nus dans les rues, craint que ses camarades de classe ne veuillent le tuer... Dans son esprit, Caden est devenu le passager d'un navire voguant sur des mers déchaînées. Lorsque cela devient trop difficile pour lui de garder le contact avec la réalité, ses parents doivent l'interner en asile psychiatrique. Commence pour le jeune homme un long voyage qui doit le mener au plus profond des abysses, au risque de s'y noyer… Inspiré d'une histoire vraie, un roman d'une justesse incroyable sur les maladies mentales.

separator

Alors ce que je peux vous dire du Goût amer de l'abîme c'est que j'attendais énormément de ce roman. Pour avoir lu les séries Fragmentés et La Faucheuse qui sont excellentes, j'étais très curieuse de découvrir ce nouveau roman de l'auteur dans la veine du Young Adult contemporain. De plus, l'intrigue est basée sur des faits réels puisque l'auteur raconte l'histoire de son fils atteint de maladie mentale : la schizophrénie. Autant dire que ce n'est pas un sujet aisé et là, ce n'est vraiment pas passé, ça été même très dur de finir le roman.

Tout d'abord, je n'ai pas compris les passages dans lesquels Caden, 15 ans, s'imagine dans son esprit être le passager d'un vaisseau de pirates, voguant sur des mers. Il parle et se confie au Capitaine et il y a aussi un perroquet qui le met devant ses contradictions. Le début est donc tellement confus et vraiment brouillon que j'ai eu du mal et n'ai jamais réussi à bien saisir ce qu'il fallait comprendre. Caden vit sa vie de tous les jours, entre les cours, les jeux videos et sa passion pour l'athtlétisme. Puis dans la fiction, il vit sa vie de marin sur un bateau qui se dirige vers la fosse des Mariannes, un lieu dangereux. Dans la vraie vie, il est persuadé qu'un élève du lycée veut le tuer et ce côté paranoïaque et accusateur m'a vraiment déconcertée. Et cette impression d'évoluer dans un monde étrange et pas forcément structuré, même complètement abstrait ne m'a pas quittée une seule seconde.

Je crois que c'est rare mais je n'ai éprouvé aucun plaisir à lire ce roman. Les parties concernant la réalité m'ont plus intéressée parce que on découvre comment la maladie se déclare, comment elle évolue de manière négative et destructrice, comment les parents font face. J'ai bien aimé la fin, lorsqu'on comprend d'où vient la figure du capitaine. Et là je me suis dit hourra! Le traitement de l'imaginaire est plutôt réussi je pense parce que Neal Shusterman arrive bien à décrire la confusion de l'esprit, les dérives et l'éloignement avec la réalité... j'ai juste pas du tout accroché.


En bref, des débuts difficiles pour une lecture en demie-teinte. J'ai aimé certains passages, dont certains sont émouvants notamment lorsque les parents font interner leur enfant mais je n'ai pas du tout accroché au personnage de Caden. La manière qu'à l'auteur de nous présenter la maladie et de nous montrer son évolution peut vous convaincre à lire ce livre, mais malheureusement je ne peux pas vous le conseiller. C'est à vous de voir parce que je crois que je suis passée complètement à côté, je suis trop déroutée.

chronique_lael

jeudi 6 septembre 2018

Trouver les mots de Julie Buxbaum

trouver les mots

  • Nom: Trouver les mots de Julie Buxbaum
  • Lu en: français
  • Pages: 368 pages
  • Sorti le: 16 aout 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom What to say next le 11 juillet 2017
  • Tome Unique

Le jour où Kit Lowell, l’amour secret de sa vie, s’assoit à sa table de cantine, David est bouleversé. Il comprend que c’est le moment ou jamais de démarrer une conversation. Mais quoi de plus difficile pour un garçon solitaire, qui ne comprend rien aux conventions sociales ? Kit, elle, cherchait un endroit où on la laisserait enfin tranquille, après la mort de son père. Elle est loin de se douter de ce qu’elle va trouver en posant son plateau à côté de celui de David…

separator

Après Trois de tes secrets, j'avais hâte de découvrir un autre titre de Julie Buxbaum. Le constat? Je deviens fan de l'auteure!! Trouver les mots a été une lecture fabuleuse, qui m'a sortie de ma panne et qui m'a permis de m'évader de mon quotidien le temps de quelques heures. Pourtant, ce n'est pas un livre si facile ou feel-good, mais il a tellement été intense que je ne peux que le qualifier de coup de coeur.

Avec Trouver les mots, Julie Buxbaum met en vedette David et Katherine - Kit pour les intimes. Très vite, le ton est donné. Si David souffre du syndrôme d'Asperger et présente une personnalité hors du commun, Kit vient de vivre le drame de sa vie en perdant son père dans un accident. Les deux n'étaient pas prédestinés à se parler mais voilà qu'un jour, Kit s'assoit à la table de David.

A ce simple contact, la vie des deux jeunes gens va changer, à commencer par David. Que dire, j'ai tellement aimé ce personnage hors norme! Si vous avez vu la série Atypical, David n'est pas sans rappeler un certain Sam. De suite, je me suis attachée à lui et j'attendais ses chapitres avec impatience. Sa personnalité brillante m'a séduite, sa façon de penser et de s'exprimer assez brute de décoffrage, son extrême intelligence... David est un personnage fascinant qui surprend car on ne sait jamais ce qui nous attend avec lui. Je tire mon chapeau à l'auteure d'avoir aussi bien écrit ce personnage si vivant, si vibrant.

Kit, quant à elle, ne voit plus la vie de la même manière. Un bal, la coupe d'un jean....que ce sont ces choses futiles alors que son père est mort? La jeune fille n'arrive plus à s'intéresser à ses amies et aux choses banales auxquelles elle donnait de l'importance avant. Désormais, tout est triste, fade...sauf avec David. Ses chapitres sont plus douloureux car plus tristes mais en même temps, je les ai beaucoup appréciés car j'ai pu comprendre son désarroi. Quand on vit un drame pareil, notre perspective change et peu sont les gens qui s'en rendent compte ou compatissent réellement. De fait, les chapitres de Kit montrent à quel point on peut se sentir seul dans ce genre d'épreuve. 

C'est un livre qui n'a pas véritablement de fil rouge mais qui nous conte la vie de deux adolescents qui tentent de se comprendre et de se faire une place dans ce monde difficile et compliqué. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup à apprendre, que Julie Buxbaum nous faisait réfléchir à travers ses mots et ce que vivent les personnages. On est secoué, mais dans le bon sens. C'est une lecture magnifique qui m'a beaucoup touchée.


En bref, c'est un nouveau coup de coeur pour ce second titre de Julie Buxbaum. Trouver les mots n'est pas une lecture feel-good, bien au contraire, elle nous bouscule et nous fait réfléchir, mais elle est aussi attendrissante grâce à ses personnages si réels et charismatiques. J'ai adoré la personnalité de David et la sensibilité, l'humanité de Kit. Ces deux là forment un duo très inattendu mais extrêmement attachant. Je n'ai qu'une envie, vous dire de lire cette merveille, vous ne serez pas déçus.

mercredi 22 août 2018

The Surface Breaks de Louise O'Neill

the surface breaks

  • Nom: The Surface Breaks de Louise o'Neill
  • Lu en: anglais
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 3 mai 2018
  • Editeur: Scholastic
  • VF: pas d'info
  • Tome Unique

This is a book with the darkest of undercurrents, full of rage and rallying cries: storytelling at its most spellbinding. Deep beneath the sea, off the cold Irish coast, Gaia is a young mermaid who dreams of freedom from her controlling father. On her first swim to the surface, she is drawn towards a human boy. She longs to join his carefree world, but how much will she have to sacrifice? What will it take for the little mermaid to find her voice? Hans Christian Andersen's original fairy tale is reimagined through a searing feminist lens, with the stunning, scalpel-sharp writing and world building that has won Louise her legions of devoted fans. Contains adult themes.

114149306

J'adore La Petite Sirène de Walt Disney et je n'ai jamais eu l'occasion de lire le conte de Hans Christian Andersen. J'ai eu l'occasion de lire Une fille facile de Louise O'Neill et j'avais été convaincue par son écriture féministe, dénonçant la culture du viol. J'étais très curieuse de lire sa revisite de La Petite Sirène et pour une fois le hardback est juste sublime! 

L'adaptation de Louise O'Neill est plutôt fidèle à celle que l'on connaît. Gaia a perdu sa mère alors qu'elle était très jeune. Au fond de la mer, près des côtes irlandaises, Gaia va avoir 16 ans et rêve de liberté. Son père, le roi des royaumes marins est un homme borné, autoritaire et peu enclin à respecter ses filles sirènes. Tout le monde doit suivre son bon vouloir, et il a déjà contracté un mariage arrangé pour Gaia. A l'aube de ses 16 ans, Gaia va pouvoir prendre son premier bain à la surface, c'est-à-dire voir la terre. C'est là qu'elle assiste impuissante au naufrage d'un bateau. Un garçon humain en tombe et alors que les acolytes de la sorcière de la mer (The Witch Sea) veulent le capturer, Gaia passe un accord pour le sauver...

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé cette version parce qu'elle est loin d'être édulcorée et rose puis les personnages pour certains sont ambigus. Par exemple le père de Gaia est un tyran, un piètre père qui n'hésite pas à sacrifier le bien-être de ses filles pour que les affaires politiques du royaume fonctionnent dans son sens et créer des alliances avec des êtres peu recommandables. Gaia n'apprécie pas vraiment son père et on sent qu'elle agit sous la contrainte et la crainte. Ensuite la sorcière des mers n'est pas si méchante que ça. Au contraire malgré un marché peu équitable, elle va aider d'une certaine manière la jeune sirène à découvrir la vérité sur la disparition de sa mère.

On navigue ainsi en eaux troubles, tout n'est pas blanc ou noir avec des scènes sombres et inquiétantes, des intentions mauvaises telles que celles de Zane, le fiancé de Gaia. La petite sirène, loin d'être totalement fascinée par les hommes, a de nombreuses raisons de vouloir échapper à sa vie sous la mer. Cela donne au roman une ambiance assez étrange et plutôt envoûtante qui m'a énormément plu, le tout servi par une écriture efficace, simple et facile d'accès pour le niveau en anglais. Le point de vue de Louise O'Neill est clairement féministe et le roman contient des thèmes adultes comme la soumission de la femme face à une autorité violente, le mariage arrangé, la domination et la possession, l'inégalité des forces entre masculin et féminin.

Le seul bémol que j'ai c'est pour le personnage d'Oliver, le "beau gosse" riche à qui tout sourit, qui a toutes les filles à ses pieds... il est trop caricatural et j'ai été déçue par le côté romance où je m'attendais à mieux. Sinon la fin est géniale et je ne m'attendais pas à cette tournure pleine de rage, de colère, de sentiments forts et de révolte. Le rôle de la Sorcière dans l'histoire et notamment la fin est au début énigmatique et mystérieux puis il devient plus conséquent et important. Elle s'affirme comme une justicière, ni du bien, ni du mal, juste du côté des femmes sirènes pour défendre leurs droits. C'était une tournure plutôt inattendue et qui m'a totalement surprise.


En bref, j'ai aimé le fait que l'auteure suive de près le scénario classique, tout en insérant suffisamment d'originalité et sa touche personnelle dans l'histoire pour la rendre rafraîchissante et captivante. A lire en VO, ce fut un vrai plaisir!!

chronique_lael


samedi 18 août 2018

[Film] To all the boys I've loved before

to-all-the-boys-i-ve-loved-before-2018-us-poster

  • Nom: To all the boys I've loved before
  • Avec: Lana Condor, Noah Centineo, Janel Parrish
  • Genre: Romance, Comédie
  • Sorti le: 17 aout 2018 sur Netflix

Et si vos amours secrets découvraient la véritable nature de vos sentiments… tous en même temps ? La vie sentimentale de Lara Jean Song Covey passe du rêve à la pire des réalités quand ses lettres d'amour aux cinq garçons qu'elle a toujours aimés arrivent mystérieusement chez leurs destinataires...

To all the boys I've loved before est un roman que j'ai lu il y a 3 ans et demi et il m'avait laissé un excellent souvenir. Toute la trilogie m'a séduite (j'aurai même aimé un quatrième tome!), de fait, quand j'ai appris que Netflix allait proposer l'adaptation, j'ai sauté de joie. Et c'est le jour même de sortie, que j'ai plongé dessus pour le voir. 

Je ne vais sans doute pas faire de grandes comparaisons avec le livre, que j'ai lu donc il y a trop longtemps pour m'en souvenir dans les détails, mais à l'instar de celui-ci, le film est tout aussi feel good et trop mignon. Vraiment, j'ai adoré. On y retrouve l'ambiance particulière liée à la famille Covey - très soudée - que j'ai tant apprécié et tout ce qui tourne autour. Bien évidemment, comme c'est une adaptation, elle va aux points essentiels et manque parfois de profondeur mais le principal est là.

to-all-the-boys-ive-loved-before

J'ai trouvé le cast vraiment au top, à commencer par Lana Condor, alias Lara Jean. La jeune femme prête merveilleusement bien ses traits à Lara. Tantôt timide et peu sûre d'elle, tantôt plus audacieuse et affirmée. Peter m'avait déjà séduite dans le roman alors ne parlons même pas d'ici!! L'acteur, en plus d'être hyper craquant, m'a bien convaincue. La palme revient cependant à Kitty, fidèle à elle-même, au caractère bien trempé mais qui reste super attachante. Les seuls que j'ai moins aimés sont Margot (pareil que dans le livre) et Josh. Grosse déception pour ce dernier, je ne me rappelais pas qu'il était devenu aussi lourd et franchement pas très sexy, hahaha! 

L'histoire est donc bien dynamique et se concentre autant sur la relation de Lara Jean et Peter, que la famille de Lara. Il y a un bon dosage, tout s'enchaine bien et cerise sur le gâteau, la bande son est au top! J'ai donc passé un moment délicieux avec cette adaptation! La fin, un peu revisitée, permet de cloturer en un film, ce qui n'est pas plus mal, à voir si netflix adaptera les autres livres, mais honnêtement, ce n'est pas franchement nécessaire. Tout y est! 


En bref, j'ai adoré voir ce roman prendre vie et à l'instar du livre, le film est tout aussi feel good, addictif et trop mignon. J'ai retrouvé l'ambiance du livre à l'écran, avec peut être même un peu plus de dynamisme. Si j'avais une petite réserve concernant le cast, je dois avouer qu'après visionnage, je n'en imagine pas d'autre. Une petite réussite dans son genre, bien construit et qui permet d'offrir une vraie fin parfaite.

mercredi 15 août 2018

Rêves de Glace [Accords Corrompus #1] de Kelly St Clare

accords-corrompus-tome-1-reves-de-glace-953839

  • Nom: Rêves de Glace [Accords Corrompus #1] de Kelly St Clare
  • Lu en: français
  • Pages: 300 pages
  • Sorti le: 23 août 2017
  • Editeur: MxmBookmark - Collection Imaginaire
  • VO: paru sous le nom Fantasy of Frost en janvier 2015
  • Premier tome d'une quadrilogie

Olina a 17 ans et est la Tatuma -la princesse- d’Osolis, un monde dominé par la chaleur. Elle porte un voile depuis sa naissance et personne, pas même elle, n’a jamais vu son visage. Alors qu’elle subit la tyrannie constante de sa mère et de son oncle, Olina reste une jeune femme forte, drôle et volontaire qui attend d’être reine pour changer les choses. Quand une délégation de Glacium – un monde fait de glace à l’opposé du sien- arrive en Osolis, Olina est forcée de remettre ses préjugés en question. Peu à peu, elle se lie d’amitié avec le prince de Glacium et quand celui-ci demande à voir son visage, tout le monde d’Olina va basculer…

114149306

Cela faisait un moment que j'entendais parler de ce roman, aussi quand MxmBookmark a lancé son opération best avec quelques titres à petits prix, je n'ai pas hésité à plonger sur Rêves de Glace. Après un début plutôt plaisant, je dois malheureusement avouer que cette lecture m'a globalement ennuyée, malgré un univers intéressant.

Oui, c'est vraiment le point fort de ce roman. J'ai beaucoup apprécié découvrir Osolis et Glacium, les coutumes de chacun, les comportements, le vocabulaire... Honnêtement Kelly St Clare a fait du bon boulot pour différencier les personnages des deux mondes. Les Brumas, de Glacium, sont bien plus drôles à suivre que les Solatis, plus réservés. J'ai parfois bien ri face à certaines expressions, il faut l'admettre. 

Autre point fort pour moi fut les personnages. Olina est une héroine vraiment sympathique à suivre, elle a un statut difficile et une vie qui l'est tout autant. Alors quand elle quitte Osolis de force pour Glacium, la jeune femme évolue de manière fort spectaculaire. On s'y attache aisément, compatissant aussi à ce qu'elle a pu vivre dans son monde, face à une mère tyrannique et le port de son voile qui lui vaut une solitude de tout instant. Mais sur Glacium, son adaptation est aussi drôle que les expressions qu'elle apprend avec ses nouveaux amis. Les personnages secondaires sont nombreux, et bien qu'ils ne soient pas encore beaucoup développés, je les ai bien aimés aussi. 

Ce qui m'a laissé un gout plutôt amer en bouche avec cette lecture, c'est son intrigue. Elle ne tient pas à grand chose et il faut bien avouer que le roman est très lent. Cela m'a beaucoup ennuyée, qu'à la moité, j'ai songé à abandonner. Finalement, je voulais voir si ma petite théorie entourant le voile de Olina allait s'avérer juste et j'ai continué. La seconde partie ne relève pas énormément le niveau, mais comme je le disais, les personnages sont suffisamment sympas pour qu'on lise. 

La fin ne m'a pas pas plus convaincue du reste, je m'attendais à un énorme retournement de situation, plus de mystères ou d'adrénaline peut-être. Je suis donc un peu déçue de ce que l'auteure a proposé, pour l'instant, ce n'est pas assez intrigant pour que je continue cette série dans l'immédiat. Peut être plus tard, sachant qu'il y a 4 tomes, il y a sûrement de quoi faire avec cet univers. 


En bref, c'est une lecture en demi-teinte pour moi. On m'avait vendu du rêve avec ce roman, mais malheureusement, le manque d'action et le fait que je me sois bien ennuyée une bonne partie de l'histoire auront eu raison de mon intérêt. Cependant, je reconnais que l'univers est intéressant, porté par des personnages attachants quoique encore un peu timides dans leur développement personnel. A ce jour, la fin ne m'a pas vraiment envie de continuer l'aventure. 

jeudi 9 août 2018

[Cinéma] Darkest Minds: Rébellion

darkest minds

  • Nom: Darkest Minds - Rébellion
  • Avec: Amandla Stenberg, Harris Dickinson, Mandy Moore
  • Genre: Science-Fiction
  • Sorti le: 8 aout 2018

Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, sont classés par couleur en fonction du danger qu’ils représentent pour la société, et parqués dans des camps. Ruby, l’une des plus puissantes d’entre eux, parvient à s’en échapper pour rejoindre un groupe de jeunes en fuite à la recherche d’un refuge. Rapidement, cette nouvelle « famille » réalise que fuir ne suffira pas dans un monde où les adultes au pouvoir les ont trahis. Ils vont mener une rébellion, unissant leurs pouvoirs pour reprendre le contrôle de leur avenir.

Je suis allée voir le film directement le jour de sa sortie et premier constat, il n'y avait franchement pas grand monde. Je m'attendais à plus d'intérêt ou d'influence, surtout que ce sont les vacances et que le temps était - pour une fois depuis des semaines - pas au rendez vous. Qu'a cela ne tienne, je ne savais pas trop à quoi m'attendre et j'ai passé un bon moment. 

Je n'ai pas lu le roman, aussi je ne ferai aucune comparaison à ce niveau. Je sais que la série littéraire a rencontré un petit succès et que le film a dû être attendu par les fans. Pour ma part, j'y suis allée plus en mode "curieuse" qu'autre chose. A l'heure actuelle, je trouve que les adaptions des romans young adult sont un peu trop prévisibles. 

Et ce fut malheureusement le cas pour Darkest Minds que j'ai trouvé franchement sans originalité. Qu'on se le dise, j'ai bien aimé, mais objectivement, ce film n'apporte rien de bien neuf dans le paysage des films YA. On se doute du déroulement, le scénario n'est pas surprenant, on devine qui est le méchant et la fin est banale, laissant la porte ouverte à une suite. 

The_Darkest_Minds_1

Si vous avez lu le livre, vous connaissez un peu l'histoire qui conte celles d'ados aux supers-pouvoirs que le gouvernement craint et rassemble dans des camps pour les contrôler. Parmi les facultés, chacun est réparti selon une couleur, à savoir que la verte est la plus commune et la rouge la plus dangereuse. Ruby, notre héroine, est une orange et est donc considérée elle aussi comme dangereuse et incontrollable. Au départ assez effrayée, Ruby va petit à petit s'imposer au sein de son nouveau groupe d'amis et accepter son pouvoir particulier. 

J'ai bien aimé les personnages, Chubs apporte la touche d'humour, Zu la sagesse, Liam la stabilité. Chacun a un pouvoir intéressant, j'ai adoré celui de Liam. Quant à Ruby, j'ai pu m'identifier à certains aspects de sa personnalité et j'ai beaucoup aimé son lien avec Liam. J'avais franchement peur que le film ne tombe dans le cliché d'une romance YA toute guimauve mais heureusement, ce ne fut pas le cas. Certes, on sent qu'entre les deux, il y a une connexion mais ça s'arrête là, au profit de l'histoire. 

Je pense qu'on peut considérer ce film comme une grosse introduction à l'univers. Mention tout de même aux effets spéciaux très bien réalisés et à la musique plutôt bien dosée selon les scènes. 


En bref, j'ai passé un bon moment devant ce film, mais je ne l'ai pas trouvé très original, suivant les traces des précédentes adaptions YA à l'écran. C'est assez prévisible, il faut le reconnaitre. Heureusement, les personnages valent le coup ainsi que les effets spéciaux, très bien réussis. 

samedi 4 août 2018

Love to hate you de Jo Watson

love to hate you

  • Nom: Love to hate you de Jo Watson
  • Lu en: anglais
  • Pages: 400 pages
  • Sorti le: 3 mai 2018
  • Editeur: Headline Eternal
  • VF: pas d'infos
  • Tome Unique

Sera is usually a good girl. (Except for one wild night in the backseat of a stranger's car!) But what happens when that bad boy turns out to be her new boss? And what happens when he wants more than one night...and he can be very persuasive...

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

I'm happy to have followed Amazon's recommandation and read this book. I didn't know the author but you can be sure I will read her others books. This one was what I needed while on vacation. A feel-good romance, funny story with nice characters, each one of them with an interesting background story. The writing style was really good too. A very summerish book I recommand!

Sur une recommandation d'Amazon, je me suis laissée tenter par ce titre qui semblait vraiment sympa à lire. En vacances à ce moment là, j'avoue que cette lecture a été parfaite pour un moment de détente à la plage. 

Le tout commence sur les chapeaux de roues, lorsque Sera vit une nuit torride avec un bel inconnu dans sa voiture. La jeune femme, d'habitude plus sage, n'arrive pas à s'expliquer ce qu'il s'est passé. Heureusement pour elle, qui dit coup d'un soir, dit ne plus jamais revoir la personne...enfin, c'est ce qu'elle croyait! Lorsque le bel inconnu en question débarque à son travail en se présentant comme le nouveau boss, Sera n'en croit pas ses yeux! Et si la jeune femme est déjà déstabilisée, les surprises ne s'arrêtent pas là... en effet, Ben - de son nom - est aussi son nouveau voisin!

Dit comme ça, on aurait l'impression que Ben est un stalker invétéré, mais il n'en est rien. Ce livre, je l'ai trouvé drôle à lire et en même temps, il reste sérieux sur certains aspects. Jo Watson est arrivée à bien doser son récit, à nous présenter des situations plus cocasses, ou d'autres où la tension grimpe. Moi qui ne connaissais pas du tout cette auteure, j'ai été agréablement surprise par son style! 

L'intrigue est donc relativement classique et exclusivement centrée sur la romance. Cela permet à l'auteure de se focaliser sur ses personnages et leurs ressentis. Si Ben est quelqu'un qui se montre sûr de lui, Sera est plus partagée. Entre un contexte familial très difficile, un boulot qui n'est pas encore acquis et ses sentiments pour son boss, Sera ne sait pas toujours comment faire face. Mais avec Ben, elle se sent pousser des ailes, malgré la peur qui la tenaille. J'ai bien aimé ce couple, qui se découvre et se cherche. Au delà des apparences, chacun arrive avec un bagage, qui nous rappelle que la vie n'est jamais simple pour personne. Et c'est ça que j'ai apprécié dans ce roman... quand humour, amour et réalité font un savant mélange.


En bref, Love to hate you a été une excellente surprise. C'est le genre de roman feel good, avec beaucoup d'humour, d'amour, mais aussi de remises en question suite à la réalité de la vie. J'ai été séduite par le style de Jo Watson qui s'est révélé simple, efficace et très fluide. Je remercie amazon pour cette recommandation, si vous cherchez une histoire drôle à lire cet été, surtout foncez, vous ne serez pas déçus!

vendredi 3 août 2018

Roomies de Christina Lauren

roomies

  • Nom: Roomies de Christina Lauren
  • Lu en: anglais
  • Pages: 368 pages
  • Sorti le: 5 décembre 2017
  • Editeur: Gallery Books
  • VF: sorti sous le même nom le 7 juin 2018
  • Tome Unique

Rescued by Calvin McLoughlin from a would-be subway attacker, Holland Bakker pays the brilliant musician back by pulling some of her errand-girl strings and getting him an audition with a big-time musical director. When the tryout goes better than even Holland could have imagined, Calvin is set for a great entry into Broadway—until he admits his student visa has expired and he’s in the country illegally. Holland impulsively offers to wed the Irishman to keep him in New York, her growing infatuation a secret only to him. As their relationship evolves from awkward roommates to besotted lovers, Calvin becomes the darling of Broadway. In the middle of the theatrics and the acting-not-acting, what will it take for Holland and Calvin to realise that they both stopped pretending a long time ago?

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

Well, I'm really sad to say that the book was a major disappointment for me. I hoped to love the story and the characters, I wanted to feel something while reading but that was not the case. Roomies was a nice book, but I wanted so much more. It was a bit superficial, nothing really happened here, the romance wasn't beautiful or surprising for me. As for the characters, I enjoyed more Calvin than Holland. Such a pity we didn't read his thought! I feel very sorry for the authors, they didn't convince me this time despite a great writing style. 

Le livre laissait penser à une histoire d'amour passionnée dans un contexte musical plutôt rêveur, le tout se passant à New York. Il y avait de quoi passer un excellent moment. Malheureusement, je ressors de cette histoire relativement déçue. Exit les papillons dans le ventre et les sentiments qui vous prend aux tripes, Roomies est resté, à mon sens, bien superficiel. 

Le résumé fait bien étalage de ce qui nous attend. Après une aggression dans le métro, Holland est sauvée de justesse par Calvin, un musicien surdoué pour lequel elle craque depuis des mois. Alors que la jeune femme se remet de ce traumatisme plutôt facilement, elle présente Calvin à son oncle, responsable d'un théâtre New-Yorkais dont la réputation n'est plus à faire. Sous le charme, Calvin se voit proposer le rôle titre mais pour une raison bien particulière, il décline l'offre. 

D'emblée les choses ne se font pas attendre. Holland, amoureuse ou tout simplement altruiste, décide d'aider Calvin de la seule manière possible: se marier avec lui. Un jeu dangereux mais que la jeune femme est prête à jouer. Honnêtement, c'est admirable mais aussi complètement irresponsable. Avouez, Calvin peut paraitre bien, mais comment est cette personne au quotidien? 

Evidemment, nous sommes dans un livre et Calvin possède bien des charmes. Il est beau (of course!), gentil, respectueux et passionné. En bref, Holland a tiré le jackpot! C'est un personnage que j'aurai aimé voir plus en avant, lire ses pensées par exemple, car malgré la superficialité du personnage (merci les auteures), Calvin reste le plus intéressant. 

Ce n'est malheureusement pas le cas de Holland ou de sa copine Lulu, qui fait dans le cliché pathétique de la meilleure amie pas si amie, mais plutôt jalouse et envieuse, qui ne va pas hésiter à embarasser Holland plus d'une fois. Quant à cette dernière, j'ai trouvé qu'elle manquait de franchise et de maturité. En effet, la jeune femme n'a pas énormément d'ambition et est plutôt centrée sur elle-même. Alors quand surviennent les changements, elle ne sait plus comment réagir. Certes, je comprends totalement ses peurs, ses doutes et ses remises en question mais son comportement ne m'a pas vraiment emballée.

Rommies avait tout pour me plaire, mais force est de constater que la romance n'a pas pris avec moi. Il ne se passe pas grand chose et les moments romantiques ne m'ont pas convaincue. Je n'ai rien ressenti, si ce n'est un certain ennui. C'est dommage car j'avais vraiment envie d'apprécier l'histoire peu commune de Holland et Calvin.


En bref, ce roman m'a un peu déçue, clairement j'en attendais plus. Ce qui m'a le plus agacé est probablement l'héroine, Holland, plutôt centrée sur elle-même. Malgré son geste envers Calvin, la jeune femme réagit souvent comme une ado en crise plus qu'en jeune femme responsable. Déstabilisée, j'avais espéré que les deux auteures approfondissent du coup un peu plus l'univers musical proposé, mais ce ne fut pas le cas. Rooomies reste une romance sympathique mais qui ne m'aura pas fait vibrer.