► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mardi 8 décembre 2015

Did I mention I love You ? [Dimily #1] de Estelle Maskame

PKJ 2

 

  • Nom: Did I mention I love you? [Dimily #1] de Estelle Maskame
  • Lu en: français
  • Pages: 412 pages
  • Sorti le: 7 janvier 2016
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le même nom en juillet 2015

Eden, 16 ans, va passer l’été dans la nouvelle famille de son père, à Santa Monica, en Californie. Il vient de refaire sa vie, ce qui signifie qu’Eden a trois nouveaux demi-frères. Le plus âgé, Tyler, est un vrai bad-boy : séducteur, égocentrique, violent … Mais Eden décèle en lui une grande fragilité, conséquence d'un lourd passé. Fascinée, elle ne peut s’empêcher de succomber au charme de la seule personne qui lui est pourtant défendue : son demi-frère.

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Après quelques mois sans lire de romance, je dois dire que mon retour dans ce registre est raté. Je m'attendais à une histoire vraiment prenante, passionnante et pourtant... je n'ai rien retenu de ce roman. La seule chose positive que j'en retire, c'est le fait que cette histoire se lit très vite grâce à son style simple et que c'est sans prise de tête, idéal pour se détendre.

Pour le reste, je ne sais pas par où commencer. Eden, 16 ans, débarque à LA auprès de son père, 3 ans après l'avoir perdu de vue. Un gout amer en bouche, Eden n'a accepté de passer l'été avec son père que pour visiter la ville mytique. Très vite, le ton est donné: cet été, ce serait chaud, ce sera sexe, alcool, drogue et rock'n'roll. Si comme moi, vous pensiez à un scénario un peu plus creusé, notamment en ce qui concerne le lien familial, c'est franchement loupé.

Au début, ça passait, je trouvais encore le roman "mignon" dans le sens sympa. Après une centaine de pages, j'avais cette affreuse impression d'être au coeur d'une histoire à la Gossip Girl ou pire, à la Mean Girls. Si vous avez vu ce dernier, vous pouvez sans peine imaginer l'ambiance: Un trio de filles, Meghan, Rachael et Tiffani, et la petite nouvelle qui débarque, Eden. Tiffani, c'est la meneuse, l'équivalent de cette garce de Régina dans le film Mean Girls. Même sarcasme, même égoisme. Une vraie cinglée qui contrôle tout. Quant à ses acolytes, Rachael et Meghan, on ne peut pas dire qu'elles soient très perspicaces. Meghan est plutôt transparente et Rachael une vraie ivrogne.

Dans le lot nous suivons donc notre héroine. Eden, qui se vante plus d'une fois d'avoir un peu plus de neurones que ces filles mais qui les suit comme un petit chien dans le seul but de se faire accepter dans le groupe. Au début elle est assez pénible d'ailleurs, répétant qu'elle a horreur des fêtes, horreur de l'alcool, qu'elle tiendra jamais etc.... Au final, elle est la première à mentir, à découcher et à se saouler. Eden, malheureusement, n'est pas une héroine à laquelle j'ai pu m'identifier. En général, l'âge m'importe peu, il y a de ces héroines jeunes qui ont un caractère tellement charismatique qu'on en oublie leur jeune âge. Mais Eden n'est qu'une gamine, qui veut à tout prix faire comme les autres pour être acceptée. Elle en oublie souvent les conséquences, d'ailleurs.

Car ce livre ne met pas grand chose en valeur. De point de vue de l'auteure, à 16 ans, s'il faut s'amuser, autant se bourrer la gueule, pourquoi pas tester la coke et coucher à chaque soirée. Avec le même gars ou pas, qu'importe. Alcool, sexe, drogue, voilà le joli message de ce roman. Au bout de 400 pages, j'avoue avoir été lassée de ce schéma très répétitif et très peu glorieux.

Pire, les valeurs familiales sont tout bonnement bafouées, écrasées. Les parents se font avoir par leurs enfants qui mentent, qui se saoulent, qui découchent. Ils capitulent et jamais aucun d'entre eux n'utilise l'autorité nécessaire. Celle qui englobe le dialogue, la communication. Je pense que l'auteure a voulu cette ambiance uniquement pour rendre les escapades de Eden plus scandaleuses, avec un goût du risque. Pour que ce soit plus excitant.

Et pour aller plus loin, Eden s'enflamme pour son demi-frère, Tyler, qu'elle ne peut pourtant pas encadrer pendant presque la moitié du roman. Un revirement aussi inattendu, que prévisible, que moyennement intéressant. En général, je suis toujours attirée par les bad boys mais Tyler ne m'a fait ni chaud ni froid. Tel un gamin, il a le comportement d'un rebelle qui fait juste sa crise d'ado. Son pseudo passé nous est balancé en deux lignes, sans aucun état d'âme. Je n'ai rien ressenti. Ni de la compassion, ni de la tristesse. Je n'ai pas non plus ressenti d'amour ni de passion lorsqu'il succombe à Eden. La nature scandaleuse n'y a rien fait parce que pour moi, ça ne l'était même pas. 

En bref, j'ai souvent levé les yeux au ciel. Cette romance ne m'est clairement pas destinée. A presque 30 ans, je pense que j'attends autre chose des romances. Mais au fond, ce livre m'interpelle quant aux messages qu'il fait passer aux ados. Pour moi, il a toujours été facile de discuter avec mes parents et surtout, de m'amuser sans boire. De même, pour intégrer un groupe, pourquoi ne pas rester soi-même? Il y avait du potentiel quant à certains sujets à développer mais au final, il y a très peu de valeurs dans cette histoire, pour beaucoup de superficialité. 

La fin rattrape heureusement un peu le reste et pique notre curiosité quant au second tome. A voir si l'auteure prendra plus de risques et creusera plus son récit pour lui donner plus de consistance et surtout, pour qu'il puisse transmettre un peu plus de valeurs et de respect.


mercredi 25 novembre 2015

Ma raison de vivre [Breathing #1] de Rebecca Donovan

ma-raison-de-vivre-9782266246101

 

  • Nom: Ma raison de vivre [Breathing #1] de Rebecca Donovan
  • Lu en: français
  • Pages: 534 pages
  • Sorti le: 5 mars 2015
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom Reason to breathe en juin 2012 

Lycéenne parfaite, athlète accomplie aux notes maximales, Emma n’a pourtant qu’une amie, Sara, et ne sort jamais. Personne ne la connaît vraiment.
C’est ce mystère qui attire immédiatement Evan, tout juste arrivé de San Francisco. En quelques jours, il va bouleverser le quotidien bien huilé de la jeune fille, et devenir sa raison de vivre. Mais il ignore qu’en tentant coûte que coûte d’entrer dans sa vie, il la menace directement. En effet, Emma vit chez son oncle et sa tante qui la maltraitent quotidiennement, parfois jusqu’au sang. Et si elle fait profil bas, c’est avant tout pour que personne ne remarque ses nombreux bleus…

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Je suis heureuse d'avoir donné une seconde chance à ce roman. Je l'ai, en effet, depuis 3 ans dans ma PAL, en VO. A l'époque, je pense que ce n'était pas le bon moment pour moi de le lire. J'ai commencé mais je peinais, jusqu'à le mettre en pause. Toutes ces années sont passées et quand le roman est sorti en VF, mon intérêt s'est réveillé. Après lecture, je peux vous dire que j'ai adoré.

Ma raison de vivre se lit très vite malgré ses 534 pages. Je m'attendais à ce que cette lecture m'accompagne quelques jours et pourtant, je l'ai lu en 2 après midi. Impossible de le lâcher! Cette redécouverte en français m'a vraiment mieux convenue. Je me suis plongée tout entière dans ce récit poignant, touchant mais aussi extrêmement révoltant.

Ce n'est pas un secret, Emma se fait battre par sa tante. Rien que de l'écrire, j'éprouve un profond dégoût. Ce sentiment m'a d'ailleurs souvent habitée. Comment peut on faire une chose pareille? Heureusement, ces passages abominables n'étaient aussi nombreux que je m'y attendais. Cela dit, quand ils arrivent, on fait comme Emma, on retient sa respiration, on serre les poings, on souffre. Je n'ai jamais hai un personnage à ce point. Mais dans l'horreur, j'en ai aussi voulu à Emma. J'avais de plus en plus de mal à comprendre ses motivations. Certes, elle fait preuve d'altruisme mais il y a des limites. De là à mentir, à nier, à même à la protéger, elle, c'était au dessus de mes forces. Sara et Evan ont d'ailleurs gagné mon admiration car à leur place, je n'aurai pas été aussi patiente si une de mes amies vivait ce calvaire.

Parlons-en de Sara et Evan. Je les ai adorés. Ils apportent tellement de choses à l'histoire! D'abord Sara qui est une amie fantastique. On sent qu'elle est prête à craquer et agir pour protéger son amie, pour autant, elle respecte les décisions d'Emma. Sara est d'un soutien sans failles, qui permet à Emma d'expérimenter une vie d'adolescente plus ou moins normale. Et si Sara incarne la figure de l'amitié à la perfection, Evan apporte de l'amour. Ce personnage est tout aussi incroyable! Petit à petit, il entre dans la vie et le coeur d'Emma. Leur connexion est vraiment belle et ce gars là, il mérite tout le respect du monde. Protecteur, amoureux, il est aussi en colère contre ce que vit Emma. L'impuissance nous fait parfois commettre des erreurs. Mais l'honnêteté nous fait gagner l'amour. C'est beau.

Aussi, ce roman est partagé. Entre l'horreur derrière les murs de la maison et l'amitié en dehors, on passe par une myriade d'émotions. J'ai été soulagée que la souffrance ne prenne pas le pas sur le reste. Les moments au lycée apportent la légèreté dont on a besoin. Ça en devient presque banal jusqu'à ce qu'elle nous rappelle, ainsi qu'à Emma, que ce n'est pas comme ça que les choses se déroulent. 

Rebecca Donovan a une plume divine qui fait que la lecture devient vite addictive. Beaucoup d'émotions découlent de cette histoire et quand on arrive aux toutes dernières pages, c'est avec le coeur brisé. Une fin insoutenable qui nous donne juste envie de lire la suite, pour se rassurer. Et espérer. 

mercredi 4 novembre 2015

Cité 19 de Stéphane Michaka

cite-19-691976

 

  • Nom: Cité 19 de Stéphane Michaka
  • Lu en: français
  • Pages: 348 pages
  • Sorti le: 15 octobre 2015
  • Editeur: Pocket Jeunesse

Que faisait le père de Faustine à minuit au sommet de la tour Saint-Jacques ? Et qui l'a précipité dans le vide ? Convoquée pour identifier le corps, Faustine ne reconnaît pas les mains de son père. Persuadée qu'il a été kidnappé par une secte mystérieuse, elle se lance sur la piste d'un inquiétant personnage. Elle suit l'homme dans une station de métro, trébuche, perd connaissance et se réveille... 150 ans plus tôt !Pour Faustine, c'est le début d'une série d'aventures, aux confins du thriller, de la science-fiction et de l'Histoire.

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Ce livre, il m'a intriguée des que j'ai posé les yeux sur sa couverture. Une ambiance historique sublimée par une phrase d'accroche qui attire le regard et pique la curiosité. J'ai commencé ce roman sans vraiment savoir où j'allais mettre les pieds. Je m'étais sans doute attendue à tout, sauf à ça! Si Cité 19 est très bien écrit et offre une certaine originalité, j'en ressors un peu mitigée.

Objectivement - d'où ma note - ce livre est très bon. L'auteur manie avec excellence son sujet, maîtrise la langue française avec aisance: que ce soit à notre époque ou au 19è siècle, la différence est clairement marquée. De fait, nous plongeons la tête la première dans cet univers très spécial et inattendu. J'avoue que j'ai été surprise par plusieurs révélations, ce qui a tenu en haleine mon intérêt. Le rythme s'essouffle peu, aussi, on lit Cité 19 à vitesse grand V. 

Jusqu'ici, rien d'anormal. Je pense juste que je m'attendais à un autre type d'atmosphère. Cité 19 est pour moi un peu déprimant car son ambiance est pesante. Lorsque Faustine fait un bon dans le temps de 150 ans, j'avais espéré suivre un autre genre d'aventure. C'est ce point en particulier qui fait que je suis un peu mitigée. En effet, la jeune fille trouve très vite ses marques, étant une grande passionnée de cette époque. Intelligente, elle apprend à se fondre dans la masse pour mieux garder le contrôle de ses mouvements. Mais une vague de crimes affreux l'avale tout entière et l'entraine, ainsi que le lecteur, dans une enquête aussi dangereuse que sombre. 

C'est précisément ce que je n'ai pas vraiment apprécié. Je m'imaginais découvrir cette époque autrement que par le biais d'une investigation sanglante et macabre. Mon sentiment de malaise s'agrandissait de même que mon envie d'avancer plus vite. La cause? L'oppression. Bien que l'enquête de Faustine soit très rythmée, et qu'on ne s'ennuie pas, je n'ai pas adhéré à ce pan de l'histoire et à la manière d'aborder ce siècle. A titre indicateur, le résumé nous mène plutôt sur une fausse piste...

De même que j'ai eu du mal à accrocher aux personnages. La faute souvent, à ces romans qui exploitent leur récit à la 3è personne. Un mal pour un bien, qui nous permet une vue d'ensemble plus étendue mais qui installe une certaine distance. Faustine est néanmoins une héroine très intéressante, passionnée mais solitaire, mal dans sa peau mais courageuse. J'ai trouvé qu'elle dégageait une belle présence et que sa vivacité d'esprit lui permettait d'aller très loin dans son enquête. Les autres personnages sont encore trop secondaires à mon goût pour vraiment pouvoir écrire à leur sujet. 

Ce qui m'a réellement plu, c'est le nombre de rebondissements et le véritable but de l'histoire. Au delà d'un retour dans le temps, Stéphane Michaka évoque un tout autre sujet que j'ai trouvé passionnant. Sa conception est d'ailleurs très  intéressante et tout à fait réaliste. Difficile de vous en parler sans vous spoiler, aussi vaut il mieux pour vous de faire la découverte pendant votre lecture.

Malgré quelques points en demi teintes, d'autres attisent suffisamment ma curiosité pour lire la suite. Mine de rien, j'ai bien envie de savoir comment tout cela va évoluer et surtout finir. Le suspens reste entier!

lundi 21 septembre 2015

[Résultats] Gagnez 3 exemplaires du roman Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir!

concours-braise-sous-la-cendre

  • Présentation

Pour fêter le 6ème Anniversaire de Mirrorcle World, je suis très heureuse de m'associer à Pocket Jeunesse pour vous offrir 3 exemplaires du merveilleux roman Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir! Ce livre aussi terrifiant que fantastique sortira le 15 octobre prochain. Un must read qu'il faut avoir dans sa bibliothèque!

  • Comment participer?

C'est très simple, vous devez tout simplement suivre le formulaire ci-dessous! Assurez-vous de bien lire chaque étape et donc de faire défiler le questionnaire jusqu'au bout !Attention tout de même à certaines choses:

  1. Votre adresse postale doit être complète.
  2. Une seule participation par foyer.
  3. Répondez à la question posée. Elle nous permettra de faire le tri dans les participations!
  4. Vous avez la possibilité de gagner 2 chances supplémentaires en aimant la page facebook du blog et la chaine youtube, profitez-en!
  5. N'hésitez pas à partager le concours autour de vous sur les réseaux sociaux :)
  6. Le concours est exclusivement ouvert à la Belgique et à la France Métropolitaine seulement.
  7. Concours ouvert du 21 septembre au 9 octobre inclus

ATTENTION: Les doublons (voire dans certains cas des triplés) dans les participations entraîneront l'annulation complète du participant. Si vous avez un doute (ben oui ça arrive d'appuyer trop vite sur envoi), n'hésitez pas à me contacter pour que je vérifie, cela n'entrainera pas l'annulation de votre participation!

RÉSULTATS: Ils seront annoncés dans les jours qui suivent la fin du concours.  Les gagnants seront désignés par random.org. Un mail sera envoyé aux gagnants grâce à leurs adresses mails. Vérifiez donc bien la validité de celle-ci! Les lots seront envoyés par la maison d'édition, aussi elle ne sera pas responsable d'une éventuelle perte de la poste.


 

  • Résultats

Un grand merci à tous et toutes pour votre participation! Sans tarder, voici le nom des 3 chanceux qui remportent un exemplaire de ce merveilleux roman! Promis, il y aura d'autres concours bien vite! En attendant, bravo à:

  • Pirrone Nathalie 
  • Brouillat Manon 
  • Bruge Emilande 

mardi 15 septembre 2015

Une braise sous la cendre [Une braise sous la cendre #1]

une braise sous la cendre

 

  • Nom: Une braise sous la cendre [une braise sous la cendre #1] de Sabaa Tahir
  • Lu en: français
  • Pages: 525 pages
  • Sorti le: 15 octobre 2015
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom An ember in the ashes le 28 avril 2015

Autrefois l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, ouverts et gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'Empereur. Mais les soldats ont pris le dessus et, désormais, quiconque est surpris en train de lire ou écrire est voué aux châtiments les plus durs. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté et sauver ceux qu'ils aiment.

Un grand merci à Pocket Jeunesse pour l'envoi de ce livre.

Quelle claque, mais quelle claque! Quelques jours après avoir terminé ce roman, je ne m'en suis toujours pas remise. C'est véritablement LA sortie à ne pas manquer chez Pocket Jeunesse en cette fin d'année 2015. Fermez les yeux et foncez, vous ne le regretterez pas! 

Vous parler de l'histoire serait vraiment difficile. La cause? Tout simplement parce que le monde imaginé par l'auteure est aussi complexe, que détaillé, qu'original. Voilà encore (à l'image d'un certain The Winner's Curse) un YA qui se démarque grandement de ce qu'on voit défiler. Une braise sous la cendre, c'est un livre marquant, brillant mais surtout très violent. Attention, je ne le mettrai pas dans toutes les mains.

Sabaa Tahir donne le ton des les premières pages de son roman: ça va faire mal, très mal. La violence, aussi bien physique ou morale est présente et nous frappe des les premiers mots. C'est puissant, et un peu déprimant mais l'auteure a un style d'écriture totalement addictif qui fait qu'on ne peut pas s'arrêter de lire. De plus, la double narration, partagée entre Laia, une érudite et Elias, un martial, nous donne une sacrée dynamique. Aussi bien sadique avec ses personnages qu'avec ses lecteurs, Tahir n'hésite jamais à finir un chapitre consacré à l'un des protagonistes de manière abominable. Un stratagème qui fonctionne à merveille et nous pousse à lire encore et encore.

Avec une braise sous la cendre, nous sommes embarqués au coeur d'un monde sans pitié. Laia et Elias vont chacun nous raconter leur histoire, leurs croyances, et leur survie. En écrivant ces lignes, j'en ressens encore des frissons. Car ces deux personnages si différents ont un but commun: la liberté. Laia et Elias sont des personnages très attachants qui se complètent parfaitement. Issus de deux peuples opposés, on attend avec impatience le moment de leur rencontre. Comment  leurs chemins vont-ils se croiser? Dans quelles circonstances? 

Si Laia est une jeune fille paralysée par la peur, Elias est le soldat parfait par excellence. Mais sous les apparences, chacun cache soit une force ou une faiblesse. Ainsi, Laia ira à l'encontre de tous ses sentiments pour aller au bout de sa mission. Son courage est totalement admirable. Quant à Elias, il déteste l'empire et ne rêve que de liberté. Mais les sacrifices vont être nombreux et nos deux héros ne seront pas au bout de leur peine....

Et si on apprécie nos deux protagonistes, on ne peut pas rester indifférents aux personnages secondaires. Les amies esclaves de Laia. Hélène et la section de bataille d'Elias. Ceux là mêmes ont tout à fait leur place dans cette histoire. Ils sont aussi intéressants que les héros et les rendent encore plus forts. Cela étant, il y a un personnage dont on ne peut ne pas parler: La Commandante. De toutes mes lectures, je n'ai jamais rencontré un personnage aussi exécrable, horrible et détestable. Et encore ces mots sont si faibles! Cette femme n'est tout simplement pas humaine! 

Et c'est là que Sabaa Tahir va vous surprendre. Au delà du schéma classique de la fantasy dystopique présenté dans ce roman, l'auteure instaure bien plus. Ces éléments, dont je tairais la nature, apportent une énorme touche d'originalité et rendent ce livre unique. Quand je vous disais que c'était une sacrée claque!

Alors accrochez vous car Une braise sous la cendre va vous donner la boule au ventre. Entre complots, esclavage, quête de liberté, sacrifices, meurtres, amitié, amour et courage, vous n'allez pas en sortir indemne. Dans tous les cas, ce roman est absolument à découvrir parce qu'il est juste exceptionnel. Prévoyez juste une petite lecture légère quand vous aurez terminé, vous en aurez besoin!

 


jeudi 20 août 2015

DIGITALE

digitale

 

  • Nom: DIGITALE de Sarah Wagon
  • Lu en: français
  • Pages: 221 pages 
  • Sorti le: 20 aout 2015
  • Editeur: Pocket Jeunesse

Un monde sans émotions, le bonheur sous contrôle.
Jade, vingt ans, vit dans une société parfaite, ou la violence a été éradiquée. Comme tout le monde, elle porte, implantée dans la nuque, une puce digitale qui régule ses émotions. Guérisseuse au Centre de Reboot, Jade traite les déficients dont la puce a buggé... Jusqu'à l'arrivée de Sacha Fleery. Toutes les réinitialisations échouent sur ce jeune homme exalté, sauvage. Malgré l'aversion qu'il lui inspire, Jade accepte de s'approcher de lui pour tenter de le sauver. Un choc. Si bouleversant que la puce de Jade disjoncte. Reconnectée, Jade découvrira la peur, le désir... et la révolte.

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Digitale, c'était pour moi la nouveauté de l'été à ne pas rater. Malgré un résumé peu novateur, j'étais curieuse de découvrir cette nouvelle dystopie. Mon côté superficiel avait aussi craqué sur la couverture qui est superbe. Tout cela n'était pas sans me rappeler un certain Glitch de Heather Anastasiu. Et à l'instar de ce dernier, je n'ai pas non plus apprécier Digitale, à mon grand regret.

Je n'en ferai pas des tonnes, je pense que le livre n'a déjà pas un très bon accueil général pour le moment, aussi je vais faire court: Digitale est une dystopie que j'aurai probablement dévorée et adorée bien des années plus tôt. Or, après un bon nombre de lectures de ce genre, ce livre m'est apparu sans originalité ni fraîcheur. C'est sincèrement le gros reproche que je fais à ce roman: il surfe sur la vague des grandes dystopies, aussi rien n'est surprenant. Que du contraire. 

Malheureusement, si la sensation de déjà-vu ne m'a pas plu durant ma lecture, je dois avouer que les personnages n'ont pas remonté le niveau. Pourtant plus âgés que la moyenne YA (20 pour Jade et 22 pour Sacha), j'avais l'impression de suivre des ados de 15 ans. Jade, notre héroïne est assez cliché. Au départ, la jeune femme suit les règles de sa société digitale à la lettre. Pour elle, ce système est ce qui a sauvé l'humanité. Son désir de devenir guérisseuse dépasse tout. Mais sa rencontre avec le déficient Sacha va tout changer. Après seulement une rencontre de quelques minutes, la puce régulatrice de Jade ne pilote plus son programme. Jade découvre alors les émotions humaines avec une rapidité déconcertante. Ce qui n'est absolument pas crédible. Quant à Sacha, il s'enferme dans le stéréotype classique de ce genre de roman, c'est le gars plutôt mignon, pas comme les autres, qui chamboulera la fille et lui ouvrira les yeux. Et ça s'arrête là. Sacha, tout comme Jade, manque de profondeur. Son personnage n'est absolument pas attachant.

Pour le reste, je n'ai pas été conquise par l'univers où les retournements de situations sont retombés aussi platement qu'ils sont arrivés. J'ai trouvé l'ensemble froid, gris, terne, triste. Cette lecture m'a paru interminable malgré un style d'écriture correct. La fin ne m'a pas spécialement donné envie de connaître la suite, sachant qu'il y a un second et dernier tome. 

En conclusion, ce roman n'était pas fait pour moi. J'ai voulu lui donner sa chance - d'autant plus qu'il s'agit d'une auteure française - mais force est de constater que je suis de plus en plus exigeante avec la dystopie, bien trop exploitée et qui s'est vite essouflée. Digitale devrait davantage plaire aux plus jeunes et aux lecteurs qui découvrent ce genre particulier. Peut être que l'effet de nouveauté se fera plus sentir. Quant à moi, malgré mon avis négatif, je vous invite toujours à vous faire votre propre avis!

dimanche 2 août 2015

De plumes et de feu [The Girl at Midnight #1]

9782266254359

  • Nom: De plumes et de feu [The Girl at Midnight #1] de Melissa Grey
  • Lu en: français
  • Pages: 336 pages
  • Sorti le: 18 juin 2015
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom The Girl at Midnight en avril 2015
  • Ma note

Sous les rues de New York couve une guerre ancestrale entre les hommes-oiseaux et les hommes-dragons. Seule Écho, une jeune orpheline, pourrait y mettre fin. Pour cela elle doit trouver l'oiseau de feu, un artefact que l'on dit chargé d'un immense pouvoir. Mais elle n'est pas la seule à le convoiter. Caius, l'étrange jeune homme qui accepte de l'aider, pourrait être le plus grand danger qu'elle devra affronter.

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

The Girl at Midnight, j'en attendais beaucoup. Aussi, quand je l'ai commencé, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Je lisais mécaniquement, avec détachement. Pour autant, je ne m'ennuyais pas, c'était juste que j'avais la sensation que tout était prévisible, qu'aucune surprise n'allait troubler le chemin tout tracé de l'auteure. Erreur! La dernière partie du roman m'a conquise, envoyant valser mes convictions. Au final, je ressors de cette lecture plutôt charmée. 

Dans ce roman, Mélissa Grey met en scène deux peuples: les Avicens et les Drakharins. Si les uns ressemblent à des hommes-oiseaux, les autres sont de l'espèce de l'homme-dragon. Chacun se voue une haine farouche depuis des siècles et ce conflit n'est pas prêt de s'arrêter. D'autant plus que se murmure une légende, un mythe, selon lequel qui possédera l'oiseau de feu, possédera le pouvoir. 

Ainsi commence la quête de Echo, cette humaine de 17 ans, recueillie 10 ans plus tôt par les Avicens. Si la jeune fille a toujours eu du mal à se faire apprécier par sa nouvelle famille, elle reste néanmoins la petite protégée de l'Ala. Et quand l'Ala décide d'une mission pour Echo, cette dernière ne peut refuser. Intelligente, rapide et voleuse, Echo ne prend pas la mission très au sérieux au départ. Après tout, cet oiseau de feu existe-t-il vraiment? Mais lorsqu'elle doit s'allier à Caius, un Drakahrin, sa destinée change du tout au tout.

Le duo m'a beaucoup plu. Au départ, j'avais quelques réserves sur Caius et sa relation avec Echo. Ca sentait la romance à plein nez et je m'en méfiais beaucoup. Mais j'avoue avoir été surprise dans le bon sens. Caius est un personnage qu'on apprécie d'emblée, qui dégage beaucoup de présence. Sa complicité avec Echo fut agréable, et encore plus crédible sur la fin. Ces deux là, ils n'ont pas fini de nous étonner je crois! A côté, on a un trio qui reste à l'arrière plan mais qui soutient les deux protagonistes: Jasper, un avicen qui apporte indéniablement la touche d'humour, Ivy la meilleure amie de Echo, elle aussi avicen et Dorian, le fidèle garde drakharin de Caius. Dans cette aventure, chacun se découvre une facette de lui-même qu'il ne connaissait pas. Ces 3 là, bien que secondaires, sont très attachants et j'espère qu'ils auront plus de poids dans le second tome. La petite troupe ensemble est bien plus intéressante! 

Quant au scénario, je l'ai trouvé par moments trop superficiel. L'auteure tient là une mythologie intéressante et je trouve qu'elle n'a pas trop creusé son sujet. Certes, Echo est notre héroine et est donc sous les feux des projecteurs, mais à côté on plonge dans un univers fascinant qui est à peine effleuré. La quête m'a semblé trop rapide et simple, passant outre de nombreuses questions. J'avoue que c'est le dernier quart du roman qui m'a principalement tenue en haleine. Je n'avais pas vu venir la révélation principale et j'ai particulièrement apprécié ce retournement de situation. Pour autant, de nombreuses questions viennent s'ajouter à celles déjà présentes. J'espère donc que Mélissa Grey va approfondir son univers, parce qu'au-delà de l'aventure, elle tient là une mythologie qui mérite qu'on s'y intéresse.

dimanche 21 juin 2015

In My Mailbox (128)

imm128 imm128b

Coucou à tous! Cette semaine, j'ai reçu de jolies réceptions surprises!!! Mais tout d'abord, je tiens à remercier Pocket Jeunesse pour l'envoi de The Girl at Midnight de Melissa Grey. Voilà un roman qui me tente depuis si longtemps.... Probablement une de mes prochaines lectures!! 

Ensuite, j'ai encore une fois été gâtée pour mon anniversaire (datant du 8 juin!). Merci à Maelle pour Uninvited T2 - Unleashed de Sophie Jordan. J'avais beaucoup aimé le premier tome que tu m'avais d'ailleurs offert pour un swap, aussi j'ai hâte de connaitre la conclusion à cette histoire! Enfin, un énorme merci à Justine pour Défiance T2 - Deception de C.J Redwine. La couverture est vraiment magnifique!!!! J'ai vraiment été pourrie gâtée et je vous redis merci du fond du coeur!!! 

Icon in my mailbox ok

mardi 9 juin 2015

What I would like to read this month (5|Juin 2015)

what-i-would-like-to-read-this-month

C'est un nouveau rendez vous qui se tiendra une fois tous les mois. Il m'a été suggéré sur ma page facebook lorsque je parlais d'une nouvelle sortie et j'ai trouvé l'idée très bonne! Le but est de mettre en avant les sorties du mois en cours que j'aimerai lire ou que je compte lire. Bien sur, il s'agit d'un tri parmi toutes les sorties proposées que vous pouvez retrouver dans le planning des parutions sur le blog!


 

  • La Conspiration de Maggie Hall (dans ma PAL)

conspiration

Ils ont le pouvoir de faire fermer Prada pour une session shopping privée. Mais aussi celui de déclencher une nouvelle guerre mondiale. C'est cette incroyable famille qu'Avery West se découvre à dix-sept ans. Ses membres appartiennent à une redoutable société secrète, le Cercle, qui voit en Avery la clé d'une prophétie millénaire. Écartelée entre des factions rivales, Avery va devoir lever le voile sur l'énigme de ses origines.
Accompagnée de deux garçons du Cercle, le beau Stellan à l'humeur changeante et le ténébreux Jack, elle se lance dans une quête qui va la mener du musée du Louvre aux bazars d'Istanbul. Au coeur de la conspiration, Avery va devoir choisir entre sa liberté et sa famille, mais aussi entre le garçon qui pourrait l'aider à sauver l'humanité et celui qui fait battre son coeur.

♠ Pourquoi ce livre? Une des nouveautés de la Collection R qui me tente beaucoup, j'avoue que le résumé est très accrocheur, cela annonce une belle aventure autour du monde. Une de mes prochaines lectures!

♠ Infos: Parution le 4 juin | VF - broché grand format

  • Night School T5 - Fin de partie de C.J Daugherty (dans ma PAL)

fin de partie

A Cimmeria, la paranoïa a enfin cessé: la taupe a été débusquée, mais à quel prix ! Les pertes sont lourdes et les Nocturnes, un genou à terre, sont obligés de battre en retraite pour panser leurs plaies. Nathaniel a remporté la bataille, pourtant sa victoire a un goût amer et il ne semble pas décidé à porter le coup final, malgré la monnaie d'échange qu'il possède et les enjeux colossaux de cette guerre farouche.
C'est désormais à Allie de garder la tête froide dans cette fin de partie ou, plus que jamais, amour et pouvoir avancent main dans la main.

♠ Pourquoi ce livre? C'est le tout dernier Night School et que j'ai trop envie de connaitre la fin, en même temps, je la redoute un peu. Une de mes sagas favorites chez R! 

♠ Infos: Parution le 11 juin | VF - broché grand format

  • Phobos de Victor Dixen (dans ma PAL)

phobos

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l'oeil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues.
Elle a signé pour la gloire.
Elle a signé pour l'amour.
Elle a signé pour un aller sans retour.
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Pourquoi ce livre? Pour sa couverture sublime, parce que les premiers avis sont très positifs, parce que l'univers m'intrigue et parce que je suis les recommendations! Ce sera mon premier roman de l'auteur.

Infos: Parution le 11 juin | VF - broché grand format

  • The Girl at Midnight de Melissa Grey (dans ma PAL)

girl at midnight

Sous les rues de New York vivent les Avicen, une ancienne race aux chevelures de plumes et dont les veines sont parcourues de magie. Des enchantements séculaires les gardent dissimulés aux humains. Tous sauf une. Echo est une fugueuse, une pickpocket qui survit en vendant des trésors volés au marché noir, et les Avicen sont la seule famille qu'elle a jamais connu. Echo est intelligente et audacieuse, et parfois impertinente, mais elle est d'une loyauté farouche avant tout. Alors quand une guerre antique arrive à ses portes, elle décide qu'il est temps d'agir.
Selon les légendes, il y a un moyen de mettre fin au conflit une bonne fois pour toutes : il faut trouver le Firebird ( l'Oiseau de Feu ), une entité mythique qui posséderait un pouvoir dont le monde n'a jamais été témoin. Ce ne sera pas une tâche facile, mais si la vie de voleuse a appris quelque chose à Echo, c'est comment trouver ce qu'elle veut... et comment en prendre possession. Mais certaines tâches ne sont pas aussi simples qu'elles ne paraissent. Et celle-ci pourrait embraser le monde entier.

Pourquoi ce livre? Il me faisait déjà grandement envie lors de sa sortie VO mais j'ai préféré attendre la VF pour une fois, d'autant plus que notre couverture est très belle. Je pense que ce genre d'univers est fait pour moi!!

Infos: Parution le 18 juin | VF - broché grand format

  • Sword Art Online Progressive Vol.1 de Reki Kawahara (dans ma PAL)

sao_progressive_vol01_jaq

Tout comme dix mille autres joueurs, Asuna Yûki est piégée dans la forteresse d’Aincrad au cœur du monde virtuel de Sword Art Online.
Complètement inexpérimentée, elle éprouve des difficultés à s’adapter à ce nouvel univers, mais très vite sa volonté farouche de survie la pousse à combattre en première ligne. Elle y rencontre Kirito, un mystérieux joueur solo bien résolu à terminer le jeu. Suivez Asuna et Kirito dans leur conquête de l’Aincrad, étage par étage.

♠ Pourquoi ce livre? Quelle question! Parce que j'aime, j'adore SAO et que ce "rebbot" de l'Aincrad me fait de l'oeil depuis un moment. Le manga semble être magnifique et j'ai vraiment trop hâte de retrouver encore une fois Kirito et Asuna!

♠ Infos: Parution le  25 juin | VF - broché sens de lecture japonais

mercredi 20 mai 2015

L'école du Bien et du Mal [Ecole du Bien et du Mal #1]

ecole bien mal

  • Nom: L'école du Bien et du Mal [Ecole du Bien et du Mal #1] de Soman Chainani
  • Lu en: français
  • Pages: 478 pages
  • Sorti le: 7 mai 2015
  • VO: paru sous le nom "The school for Good and Evil" le 14 mai 2013
  • (note de 2,5/5 en réalité)

Kidnappées par une sombre nuit d'orage, Sophie et Agatha intègrent l'École du Bien et du Mal... Un lieu très spécial, ou l'on forme les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu'Agatha, cynique et solitaire, toute de noir vêtue, se voit déjà en sorcière. Pourtant, rien ne se passe comme prévu... Et si l'erreur de casting révélait leur vraie nature ?

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

J'attendais ce livre avec grande impatience. Son résumé, sa superbe couverture m'auront convaincue de le découvrir. J'aime, de temps en temps, me plonger dans un bon roman jeunesse. Ayant peut être en tête un certain Pays des Contes, L'école du Bien et du Mal surfant sur le même thème mais dans son propre style, j'étais sure d'adorer l'histoire. Ce n'est pas faute d'avoir essayé!

Comment vous dire? D'emblée j'ai eu du mal avec le style de l'auteur que j'ai trouvé brouillon, confus. Les explications quant à son monde m'ont semblé floues par moment, de fait je n'arrivais pas bien à visualiser certaines choses. Écrit à la troisième personne, je suis également restée distante face aux personnages. Aucun ne m'a semblé sympathique. Pire, je n'ai absolument pas supporté les héroines, en particulier Sophie.

Parlons-en de Sophie. Cette jeune fille imbue d'elle-même, égocentrique (bien pire que Eadlyn, dans la Sélection), est prête à tout pour être kidnappée et emmenée à l'école du Bien. Convaincue qu'elle incarne la parfaite petite princesse, Sophie ne se doutera pas un seul instant qu'elle sera envoyée à l'école du Mal, et que son amie Agatha - solitaire, dégaine à faire peur, peu féminine - sera envoyée à l'école du Bien. Commence alors une course effrénée pour que les deux filles changent d'école. Très vite, nous lecteurs, cernons la personnalité de Sophie. Sous ses airs de gentille et jolie fille, c'est en réalité une vraie garce qui n'hésitera pas à utiliser Agatha - sa meilleure amie cela dit en passant - ou quiconque se trouvant sur sa route pour arriver à ses fins. Personnage exécrable, l'auteur lui dédie pourtant la majeur partie de son récit, ce qui rend la lecture laborieuse (quand on a doit suivre un personnage qu'on aime pas du tout, c'est de la torture!).

Quant à Agatha, elle m'a vraiment énervée. Si elle représente la figure du Bien, elle est convaincue d'être mauvaise. Son rôle est d'alors d'aider Sophie a devenir une belle princesse et de conquérir son prince, qu'importe ses sentiments. Agatha s'efface, s'oublie face à une Sophie épouvantable. Elle se pliera à toutes ses volontés, et acceptera toutes les horreurs infligées par Sophie. Il n'y a pas à dire, Agatha n'a pas l'ombre d'un charisme....

Si j'ai compris où voulait en venir l'auteur avec ses deux personnages, les faisant agir comme une vraie princesse pour l'une et une vraie sorcière pour l'autre, ses héroines ont été dures à supporter. Les autres personnages sont sous-exploités et totalement clichés. Le pire restera Tedros, ce prince tellement convoité. Il est aussi beau à l'extérieur que vide de sens à l'intérieur. 

L'intrigue est, quant à elle, plutôt longue à se mettre en place. L'auteur passe sous silence beaucoup de choses intéressantes comme les cours, les sortilèges au profit de détails inutiles (comme ce chapitre où Sophie nous passe toute sa garde robe en revue.....). J'avoue que j'ai eu du mal à en voir le bout. Ceci étant dit, tout n'est pas mauvais dans ce roman je tiens à le souligner.

Tout d'abord, le concept est plutôt génial. S'il reste pas mal de zones d'ombres quant à l'origine de ces écoles, j'avoue que j'ai bien apprécié la progression du roman. Chaque personnage évolue de manière spectaculaire, tandis que la fin rattrape largement les grandes longueurs. Elle est aussi prévisible qu'inattendue et offre une belle morale sur le concept de Bien et de Mal. Je me dis que ce premier tome sert de bases à l'univers et que la suite pourrait se révéler intrigante. Ma curiosité piquée, je pense tout de même donner sa chance au second tome. J'ai bon espoir - vu l'évolution des personnages - de mieux apprécier le monde imaginé par l'auteur.