► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique, Séries & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Critiques séries Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mardi 13 août 2019

Serpent & Dove de Shelby Mahurin

9780062878021_a9710

  • Nom: Serpent & Dove de Shelby Mahurin
  • Lu en: anglais
  • Pages:  528 pages
  • Sorti le: 3 septembre 2019
  • Editeur: Harper Teen
  • Premier tome d'une duologie

Two years ago, Louise le Blanc fled her coven and took shelter in the city of Cesarine, forsaking all magic and living off whatever she could steal. There, witches like Lou are hunted. They are feared. And they are burned. Sworn to the Church as a Chasseur, Reid Diggory has lived his life by one principle: thou shalt not suffer a witch to live. His path was never meant to cross with Lou's, but a wicked stunt forces them into an impossible union—holy matrimony. The war between witches and Church is an ancient one, and Lou's most dangerous enemies bring a fate worse than fire. Unable to ignore her growing feelings, yet powerless to change what she is, a choice must be made.

 

C'est la couverture qui m'a d'abord attirée. Il faut dire qu'elle est magnifique. Et avec un tel résumé, j'étais déjà conquise. Je remercie grandement Harper Teen de m'avoir permis de lire Serpent & Dove avant sa sortie officielle. Ce fut une très bonne lecture qui m'a tenu en haleine tout le long.

Le point fort du livre est sans conteste ses personnages. Louise, une sorcière, cherche à se cacher de sa mère, la très redoutable La Dame des Sorcières (écrit en français dans le livre). Pendant 2 ans, elle vivra cachée, telle une voleuse. Mais c'est sans compter sur sa rencontre avec Reid, le capitaine des Chasseurs (écrit aussi en français dans le livre), qui cherche a exterminé le monde des sorcières. Entre eux, c'est le feu et la glace et, suite à certaines circonstances, ils sont obligés de se marier, les choses se gâtent bien beaucoup pour eux. 

Le duo fonctionne très bien, surtout que nous avons les points de vue alternatifs. La dynamique est bonne et on peut mieux apprécier la personnalité de chacun. Lou est vraiment géniale, avec un caractère de feu et des réparties d'enfer. Quant à Reid, je l'ai trouvé plus doux, plus sensible. Les deux n'arrivent pas vraiment à se comprendre jusqu'à ce que l'amour s'invite et change tout. C'est drôle, mignon et stressant à la fois car on se doute que les choses vont mal tourner quand Reid apprendra que sa femme est une sorcière. 

Autour d'eux gravitent quelques personnages, j'ai beaucoup aimé Ansel et Coco et je fus relativement surprise par d'autres personnages comme Madame Labelle. Chacun a son rôle et l'auteure a vraiment bien dosé leur apparition respective. 

Quant à l'intrigue, elle reste classique dans son exécution mais j'ai beaucoup aimé. Même si le livre souffre de quelques longueurs, on apprend toujours plein de choses donc on ne s'ennuie pas. Les révélations tombent à pic et j'avoue que je n'avais rien vu venir. La fin offre beaucoup d'action et pose les bases pour la suite, qui semble prometteuse. Le style de l'auteure, lui, est fort plaisant, quoique maladroit quand certaines expressions françaises sont utilisées. 

Un très bon premier tome qui m'a bien convaincue et qui devrait vraiment séduire les fans de fantasy et de magie.


 En bref, un premier tome très solide, porté par des personnages bien développés et attachants. Même si l'histoire souffre de quelques longueurs, finalement on ne s'ennuie jamais, il y a toujours quelque chose à apprendre. J'ai beaucoup aimé l'ambiance, parfois fort sombre, du livre, ainsi que la magie qui l'entoure. L'intrigue est fort bien menée, avec des révélations que je n'avais pas anticipées. Même si l'exécution finale est un peu prévisible, si vous aimez la magie, les sorcières, les romances interdites, je vous conseille définitivement Serpent & Dove. 


mercredi 31 juillet 2019

Spin the dawn [The blood of Stars #1] de Elizabeth Lim

9780593118443

  • Nom: Spin the dawn [The blood of Stars #1] de Elizabeth Lim
  • Lu en: anglais
  • Pages:  387 pages
  • Sorti le: 9 juillet 2019
  • EditeurAlfred A. Knopf Books for Young Readers
  • Premier tome d'une duologie

Maia Tamarin dreams of becoming the greatest tailor in the land, but as a girl, the best she can hope for is to marry well. When a royal messenger summons her ailing father, once a tailor of renown, to court, Maia poses as a boy and takes his place. She knows her life is forfeit if her secret is discovered, but she'll take that risk to achieve her dream and save her family from ruin. There's just one catch: Maia is one of twelve tailors vying for the job. Backstabbing and lies run rampant as the tailors compete in challenges to prove their artistry and skill. Maia's task is further complicated when she draws the attention of the court magician, Edan, whose piercing eyes seem to see straight through her disguise. And nothing could have prepared her for the final challenge: to sew three magic gowns for the emperor's reluctant bride-to-be, from the laughter of the sun, the tears of the moon, and the blood of stars. With this impossible task before her, she embarks on a journey to the far reaches of the kingdom, seeking the sun, the moon, and the stars, and finding more than she ever could have imagined.

 

Avec un résumé faisant mention de culture asiatique, de Mulan et avec une couverture pareille, c'est certain, j'avais très envie de découvrir ce roman. Et bien que je l'ai lu avec une certaine rapidité, l'ensemble m'a juste paru sympathique mais pas franchement révolutionnaire. 

Je m'attendais à découvrir des contrées asiatiques fabuleuses, mais j'avoue avoir eu grandement du mal à me situer dans cette histoire. L'auteure nous présente pourtant une carte et plusieurs populations mais il m'a manqué quelque chose pour que le tout soit clair. Les conflits entre peuples ne sont pas assez approfondis et s'en dégage une grande superficialité. Heureusement, l'auteure se concentre davantage sur sa mythologie, autour des enfants de la déesse Amana, qui va conduire notre héroine dans une quête bien particulière. 

J'ai bien aimé ce pan de l'histoire, parcourir des contrées avec Maia, candidate au titre de couturier royal. Afin de parvenir à cette position, la jeune fille, très douée, a pris la place de son frère et se fait donc passer pour un garçon. Le seul trait de ressemblance à un certain Mulan, mais c'est tout. Très vite, Maia sera vue pour qui elle est: une couturière de talent, capable de répondre au souhait de Lady Sarnai: coudre 3 robes faites du rire du soleil, des larmes de la lune et du sang des étoiles. 

Ce côté de l'histoire est plutôt intéressant, ça change un peu et les descriptions des créations de Maia sont très visuelles. Malheureusement, lors du voyage, les choses se gâtent car trop simplifiées. La quête en est banale, les obstacles très peu nombreux. Et puis bien sur, au coeur de cela, une romance. 

C'est là que j'ai eu du mal avec les personnages que j'ai trouvés fort immatures, en particulier Maia. J'avais souvent l'impression qu'elle avait à peine 14 ans et cela m'a dérangée dans ses réactions. Son lien avec Edan aurait pu être plus profond si leur attirance n'avait pas été aussi rapide et instantanée. Edan a pourtant beaucoup de potentiel, et un certain mystère se dégage de lui au départ, mais très vite, ses sentiments éclipsent sa force et je l'ai trouvé quelque peu ramolli. Les deux personnages manquent de charisme et c'est bien dommage.

Quant à l'intrigue, elle est très simple, on a ici un YA pur et dur qui n'invente rien de neuf et qui suit les codes à la lettre. La seule chose surprenante de ce livre est sa fin, qui sort un peu de nulle part et qui permet au livre de prendre un virage à 180°. Du coup, je dois admettre que ma curiosité est piquée quant au second tome, me demandant sincèrement où nous emmène l'auteure. 


En bref, un premier tome bien sympathique mais qui ne révolutionne pas le genre. Malgré un background et une mythologie plutôt intéressantes, les personnages m'ont semblé fort jeunes, en particulier notre héroine, Maia. J'ai eu un peu de mal avec son caractère bien que la jeune fille fait preuve de beaucoup de courage. L'intrigue reste très simple et presque sans embûches pour déboucher sur une fin des plus improbables. A voir pour la suite.

mercredi 17 juillet 2019

THE REST OF THE STORY de Sarah Dessen

9782371022355

  • Nom: THE REST OF THE STORY de Sarah Dessen
  • Lu en: français
  • Pages:  560 pages
  • Sorti le: 27 juin 2019
  • Editeur: Lumen
  • Tome Unique

Un lac mystérieux, une famille oubliée, un été magique... Emma Saylor regarde son père danser sur la piste, un peu désabusée : elle assiste à son mariage avec une femme adorable, qui leur permet d'échapper enfin aux difficultés qui les poursuivent depuis la mort de sa mère, cinq ans plus tôt, d'une overdose. La jeune fille ne sait pas grand-chose de ce qui est vraiment arrivé. Et, pour pouvoir aller de l'avant, elle aussi, elle aimerait bien connaître... la fin de l'histoire. Or elle n'a plus revu sa grand-mère maternelle ou ses cousins depuis un séjour chez eux quand elle était toute petite. Mais le destin va lui donner un coup de pouce : pendant la lune de miel de son père, elle doit justement passer un mois au bord du lac où vit cette énigmatique famille. Car si, pour son père, elle est Emma, aux yeux de sa mère, de ses cousins et des amis d'autrefois, en revanche, elle était quelqu'un d'autre – elle était la petite Saylor, même si ce ne fut que le temps d'un été. Et c'est ce passé enfoui qu'elle va redécouvrir comme un trésor.

 

Depuis que les romans de Sarah Dessen sont publiés chez Lumen, je ne rate aucune sortie. Après Once and For All et Never Again que j'avais fort appréciés, j'avais hâte de découvrir The Rest of The Story. Je peux d'emblée vous dire qu'il s'agit de mon préféré des trois! 

J'ai adoré cette histoire que j'ai trouvée parfaite en cette période estivale. Comme toujours, Sarah Dessen aborde des sujets forts tout en gardant un aspect très positif, comme si elle cherchait à nous dire que, même si nous traversons des épreuves très difficiles, le soleil revient toujours, sans pour autant que l'on oublie. The rest of the story, c'est justement cela. L'histoire de Emma Saylor, qui a perdu sa mère bien trop tôt et qui va en découvrir le passé lors de son séjour imprévu au Lac.

L'ambiance est donc très familiale et constitue le point fort du roman. Au côté de Emma, qu'on finira par appeler Saylor, on découvre une famille hors norme mais totalement attachante. J'ai aimé faire la connaissance de Mimi, la grand-mère, de Bailey, Jack et Trinity, les cousins, de Roo, le meilleur ami d'enfance... Car oui, Emma a déjà passé un été au lac, sans pour autant qu'elle s'en souvienne. Mais en étant aussi bien entourée, la jeune fille va en apprendre bien plus sur elle et sa maman en quelques semaines que durant toute sa vie. 

Chaque personnage m'a plu, chaque détail sur le lac et ses habitants aussi. Avec une plume aussi immersive, je m'y suis vue, moi aussi, à l'hotel de Mimi, à naviguer sur le lac. Même si certains aspects du livre sont tristes, Sarah Dessen a toujours ce côté positif qui ressort, qui fait qu'on a le coeur gonflé d'amour à la lecture de ce livre. Une parenthèse magique, mélancolique, qui nous pousse vers l'avant, sans pour autant jamais oublier le passé.


En bref, un nouveau roman de Sarah Dessen qui m'a complètement conquise! Au delà d'une très belle plume, j'ai aimé sa manière d'aborder des sujets forts avec justesse et positivisme. L'histoire de Emma qui devient Saylor est très belle à découvrir, entre famille, amitié et amour, The rest of the story est rempli d'émotions et de sentiments. Pour passer un savoureux moment, je vous recommande chaudement ce roman, parfait en cette période estivale.

vendredi 12 juillet 2019

Sorcery of Thorns de Margaret Rogerson

71AuWgN2H7L

  • Nom: Sorcery of Thorns de Margaret Rogerson
  • Lu en: anglais
  • Pages:  456 pages
  • Sorti le: 4 juin 2019
  • Editeur: Margaret K. McElderry Books
  • Tome Unique

All sorcerers are evil. Elisabeth has known that as long as she has known anything. Raised as a foundling in one of Austermeer’s Great Libraries, Elisabeth has grown up among the tools of sorcery—magical grimoires that whisper on shelves and rattle beneath iron chains. If provoked, they transform into grotesque monsters of ink and leather. She hopes to become a warden, charged with protecting the kingdom from their power. Then an act of sabotage releases the library’s most dangerous grimoire. Elisabeth’s desperate intervention implicates her in the crime, and she is torn from her home to face justice in the capital. With no one to turn to but her sworn enemy, the sorcerer Nathaniel Thorn, and his mysterious demonic servant, she finds herself entangled in a centuries-old conspiracy. Not only could the Great Libraries go up in flames, but the world along with them.

 

A la vue de cette couverture magnifique et à la lecture du résumé, c'était certain, il fallait que je lise Sorcery of Thorns. Et que vous dire, des les premières pages, j'ai été envoutée, à tel point que je n'en ai fait qu'une seule bouchée.

Le point fort de ce roman n'est autre que son background et son atmosphère. Imaginez-vous grandir au sein d'une Grande Librairie, gardant ainsi les précieux grimoires, tous arrangés par classe, selon leur puissance. Des grimoires à la personnalité bien réelle qui peuvent vous chuchoter à l'oreille, vous partager leur gratitude ou encore vous déverser leur colère. Un concept tout à fait unique, qui m'a séduit sur-le-champ.

Alors que notre héroine, Elisabeth, n'est qu'une apprentie, elle est la seule à assister au sabotage de sa bibliothèque, provoqué par la magie d'un enchanteur. Un événement qui va complètement modifier sa vie et l'entrainer dans une aventure hors du commun, parsemée d'embuches, de trahisons, mais pas seulement. Voilà une héroine comme je les aime, qui évolue très fortement et qui possède un charactère bien trempé ainsi qu'une belle détermination. 

 Au cours de sa quête, Elisabeth va rencontrer deux personnages fabuleux, auxquels je me suis de suite attachée: Nathaniel, un enchanteur, et son démon, Silas. Afin de pratiquer la magie, tout enchanteur qui se respecte doit se lier à un démon. Encore un concept qui m'a plu, d'autant plus que le personnage de Silas est bien travaillé et tout à fait fascinant. Quant à Nathaniel, j'ai apprécié chacune de ses apparations ainsi que son histoire personnelle, ce qui en fait un personnage très humain.

L'intrigue mise en place m'a tenue en haleine du début à la fin, je n'ai absolument pas vu le temps passer, toujours curieuse d'en apprendre davantage. Le roman étant un one-shot, le rythme est excellent et tout est bien dosé, jusqu'à la fin qui se suffit amplement à elle-même. Parfois, pas besoin d'en faire des tonnes pour proposer un livre parfaitement réussi! 

J'ai commencé Sorcery of Thorns en LC avec Blandine du blog Lis-moi, Lie-toi et bien que je l'ai distancée rapidement, n'hésitez pas à suivre son blog pour découvrir son avis sur ce roman!


En bref, j'ai adoré ce roman que je recommande chaudement! L'ambiance particulière m'a de suite charmée, entre la magie des enchanteurs, les grimoires qui présentent une vraie personnamité et des personnages aussi badass qu'attachants, autant vous le dire, c'est un sans faute. Sorcery of Thorns a un petit côté original qui le rend unique. Ca tombe bien, c'est un one-shot, complet, qui se suffit à lui-même. Foncez!

mercredi 19 juin 2019

Le roi serpent de Jeff Zentner

9782266283533ORI

  • Nom: Le roi serpent de Jeff Zentner
  • Lu en: français
  • Pages:  400 pages
  • Sorti le: 7 février 2019
  • Editeur: PKJ
  • Tome Unique

Dill ne nourrit aucun espoir quant à sa vie future : après la fin du lycée, il travaillera – c’est sûr – à temps plein dans le supermarché du coin pour subvenir aux besoins des siens. Lydia, sa meilleure amie, s’envolera pour New York et l’oubliera vite. Il s’interdit de s’imaginer un avenir meilleur, car le sort semble s’acharner sur sa famille, où deuils et scandales se succèdent. Dill cherche même à étouffer la petite étincelle d’espoir allumée par Lydia. Mais, petit à petit, la vie reprend ses droits et le jeune homme se laisse tenter par le rêve d’une vie plus belle, ailleurs. Son destin sinueux lui prouvera que les nouveaux départs sont possibles et qu’ils sont aussi synonymes de fin. Car, pour muer et enfin se trouver, il faut accepter bien des sacrifices…

 

Le roi serpent m'a au tout début de ma lecture, laissé perplexe. Je ne savais rien de l'histoire, n'avais pas lu la quatrième de couverture et avec le titre, je m'attendais à de la fantasy ou du moins du fantastique. En fait rien à voir, Le roi serpent s'inscrit dans un contexte contemporain et l'on suit trois adolescents en classe de Terminale.

Sincèrement, j'éprouve de moins en moins l'envie de lire ce genre de récit parce que tout se ressemble : l'amour, l'avenir, la fac... mais ici, passé la rencontre des personnages, l'auteur s'intéresse plus au contexte social, au déterminisme social... et les personnages de Dill et Travis me sont apparus sous un jour nouveau. Il sera bien question d'un roi serpent en lien avec l'extrêmisme religieux du père de Dill, pasteur pentecôtiste en prison. D'ailleurs le passage sur l'histoire familiale de Dill est captivant et le titre est enfin expliqué d'où le lien.

Avec un début un peu difficile, j'ai enfin réussi à m'attacher aux personnages : trois adolescents bourrés de rêves, d'envies, d'espoir, de volonté qui se préparent à leur avenir. Si pour Lydia, c'est facile sachant déjà quelle voie elle envisage et quelle fac elle veut aller, Dill porte un lourd héritage, un père en prison et une histoire familiale compliquée, et Travis doit affronter les colères d'un père alcoolique et violent suite au décès de son frère aîné. Lydia va essayer de les aider mais dans sa tentative de les convaincre, elle est égoïste et ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Elle ne regarde que le but sans comprendre que Dill et Travis sont contraints à des problèmes d'argent ou de choix familiaux ou tout simplement de choix de vie. Comme si ils avaient le choix, alors que non.

On navigue dans du young adult contemporain lourd et triste avec une alternance des voix pour suivre les pensées de chacun et des scènes dramatiques qui m'ont pris au coeur. Surtout au niveau de certains mots, durs à entendre pour un adolescent. Pour Dill, c'est le poids de la religion de ses parents qui l'entrave alors que pour Travis, c'est la survie et le besoin de ramener de l'argent au foyer malgré un père violent.


En bref, émotions et espoir se heurtent dans un final en demi teinte, mais dont le message reste lumineux et plein de courage. Une chouette lecture qui reste une belle surprise, malgré la dureté de certains propos et le tour dramatique que prend le milieu du roman.

chronique_lael


mercredi 29 mai 2019

Aurora Rising de Amie Kaufman & Jay Kristoff

aurora_rising

  • Nom: Aurora Rising de Amie Kaufman & Jay Kristoff
  • Lu en: anglais
  • Pages:  470 pages
  • Sorti le: 6 mai 2019
  • Editeur: Allen & Unwin
  • Premier tome d'une trilogie

The year is 2380, and the graduating cadets of Aurora Academy are being assigned their first missions. Star pupil Tyler Jones is ready to recruit the squad of his dreams, but his own boneheaded heroism sees him stuck with the dregs nobody else in the Academy would touch… A cocky diplomat with a black belt in sarcasm A sociopath scientist with a fondness for shooting her bunkmates A smart-ass techwiz with the galaxy’s biggest chip on his shoulder An alien warrior with anger management issues A tomboy pilot who’s totally not into him, in case you were wondering And Ty’s squad isn’t even his biggest problem—that’d be Aurora Jie-Lin O’Malley, the girl he’s just rescued from interdimensional space. Trapped in cryo-sleep for two centuries, Auri is a girl out of time and out of her depth. But she could be the catalyst that starts a war millions of years in the making, and Tyler’s squad of losers, discipline-cases and misfits might just be the last hope for the entire galaxy.

 

Note: Si vous êtes curieux, voici les fiches des personnages illustrées! 

Comme je suis heureuse d'avoir découvert ce livre! Je l'ai trouvé à la hauteur de cette sublime couverture, qui promettait une histoire passionnante parmi les étoiles. Kaufman et Kristoff confirment ici combien ils sont doués ensemble.

Aurora Rising vous fera peut être penser à Six of Crows dans l'espace, avec son squad 312 composé d'un petit groupe de jeunes gens, embarqué malgré lui dans une impossible quête de sauver la galaxie. C'est peut être vieux comme le monde, mais ce scénario est efficace, tenant en haleine le lecteur du début à la fin. J'ai adoré comment les auteurs ont fait progressé leur histoire, nous présentant d'abord chaque personnage, sa personnalité et son rôle au sein de l'équipe. Que ce soit Tyler, Scarlett, Cat, Kal, Zila ou Finian, tous ont un caractère bien développé et tous sont agréables à suivre.

Et puis il y a Aurora, cette jeune fille que l'on retrouve 237 ans après son départ dans l'espace pour rejoindre la colonie Octavia III. Le personnage clé selon moi, autour duquel toute l'intrigue gravite. Et ça fonctionne, on reste curieux concernant cette Terrienne qui semble cacher de bien étranges pouvoirs...Que fait-elle là, quel est son rôle? C'est un peu tout l'enjeu du livre et je peux vous dire que c'est passionnant.

J'ai réellement aimé ce roman, cette alternance de point de vue, la dynamique de l'histoire qui ne s'essouffle jamais, la découverte du danger... je n'avais rien vu venir et rien que pour ça je trouve que les auteurs ont fait de l'excellent travail, dosant leur récit avec brillance. Tantôt axé sur l'action, tantôt sur l'émotion, Aurora Rising est écrit avec efficacité.

Un premier tome extrêmement solide, qui présage une suite tout aussi excellente, tant le monde est vaste et les possibilités infinies. Amateurs de science-fiction, d'action, je ne peux que vous conseiller cette petite merveille.


En bref, un must read pour tous les fans de science-fiction YA qui apprécient le travail de ces deux auteurs. Aurora Rising a un petit goût de Six of Crows dans l'espace et je peux vous dire que ça fonctionne à merveille! J'ai adoré chaque personnage, découvrir les différentes espèces, voyager parmi les étoiles et être embarquée dans une histoire passionnante. L'intrigue m'a tenue en haleine tout le temps, n'offrant aucun répit. Un vrai régal.

mardi 28 mai 2019

De Sang et De Rage de Tomi Adeyemi

9782092583654

  • Nom: De Sang et De Rage de Tomi Adeyemi
  • Lu en: français
  • Pages:  560 pages
  • Sorti le: 2 mai 2019
  • Editeur: Nathan
  • Premier tome d'une trilogie

Il fut un temps où la terre d'Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l’a faite disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n'était alors qu'une enfant. Aujourd'hui, elle a le moyen de ramener la magie et rendre la liberté à son peuple ; même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer. Dans une Afrique imaginaire où rôdent les léopardaires blancs et où les esprits ont soif de vengeance, Zélie s'élance dans une quête périlleuse…

 

Attention pépite!!! J'ai été totalement emballée par ma lecture et j'ai frôlé le coup de coeur ! On entre dans un univers riche, immersif et totalement addictif. La culture africaine et les références religieuses notamment aux orishas, est très prenant et omniprésent. S'il s'agit d'un tome introductif, je peux vous dire qu'il est brillamment réussi tellement l'intrigue, les rebondissements et la psychologie des personnages y sont travaillés et maîtrisés. 

 Tout est superbement mis en place : de l'intrigue aux personnages en passant par les décors et tout le background historique sur les pouvoirs magiques et l'histoire du peuple Maji. Zélie va suivre une quête identitaire mais aussi initiatique et affronter l'héritage de tout un peuple qu'elle va porter sur ses épaules. Au début, fragile et vulnérable de par sa colère et sa haine envers la famille royale qui a assassiné sa mère et les majis, elle devient forte et s'affirme au fur et à mesure que se révèlent ses pouvoirs.

La manière dont s'enchaîne l'action, les rebondissements et les révélations fait que l'on a plus envie de lâcher le livre tellement il se passe de choses. Le roman ne manque vraiment pas de souffle épique, d'héroïsme et de dynamisme. L'intrigue dense et les personnages à la personnalité affirmée font que l'on passe un excellent moment de lecture, complètement envoûtant et addictif, et d'une certaine manière, tout est lié. J'ai aimé la complexité des relations entre les personnages qui se cherchent et se révèlent au contact des autres. 

On voit également dans De sang et de rage, un hymne contre l'injustice et le racisme... alors certes on y évoque l'oppression de tout un peuple mais rappelons qu'ici chaque personnage est d'origine africaine et que c'est un roi africain et noir qui opprime un peuple de majis noir... doit-on forcément tout ramené à cette polémique du racisme parce que c'est la grande tendance!!?? Je ne sais pas. Moi en tout cas j'y ai vu un combat plein d'énergie, de force, d'amour et d'espoir, de détermination, de courage pour libérer un peuple du joug de l'obscurantisme et de la tyrannie d'un homme. Un combat pour l'injustice oui et la révolte d'un peuple, qui nous emporte dans son sillage.

Le côté fantastique n'est pas en reste loin de là. Entre bestiaire légendaire de créatures incroyables tels que les léopardaires, le coeur palpitant et mystérieux d'une jungle africaine, la description époustouflante des sorts majis, des rituels et du pouvoir qui prend vie chez Zélie, les rêves de Inan... le fantastique est ici riche d'onirisme et de charisme. J'ai adoré !   


En bref, une lecture surprenante et efficace, incroyablement vivante et vibrante de fougue!! Un combat acharné pour la liberté d'un peuple et la libération de la magie ancestrale. Le cadre est envoûtant et soigné et les croyances, les références à la culture des tribus africaines sont riches. L'alternance des personnages entre les chapitres participe grandement à cet engouement, car ils nous permettent de connaître en profondeur tous les personnages présents et ainsi de s'attacher avec passion à chacun d'entre eux, je n'ai été déçu par aucun d'entre eux et chacun m'intéresse. J'ai vraiment hâte de lire la suite !

chronique_lael

vendredi 24 mai 2019

Ma vie cachée de Becca Fitzpatrick

vie_cachee

  • Nom: Ma vie cachée de Becca Fitzpatrick
  • Lu en: français
  • Pages:  432 pages
  • Sorti le: 19 octobre 2017
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • Tome Unique

Témoin d'un meurtre, Stella est placée sous protection en attendant le procès. Elle se retrouve catapultée au milieu de nulle part, dans le Nebraska, sous une fausse identité. Son ancienne vie lui manque atrocement, surtout son petit ami, Reed. Elle refuse de reconstruire quoi que ce soit, persuadée que sa nouvelle situation en va pas durer. Mais lorsqu'elle rencontre Chet, il lui est difficile de ne pas sourire... et de garder pour elle son terrible secret.

 

Je me souviens d'avoir eu un magnifique coup de coeur pour un thriller de Becca Fitzpatrick, The Black Ice qui était génial!! J'ai Ma vie cachée dans ma PAL depuis sa sortie, il était temps de le sortir grâce à La fille qui lit qui m'a bien motivé.

Ce thriller YA n'a rien d'exceptionnel. Nous suivons Stella, anciennement Estella qui a été témoin d'un meurtre, d'une sale affaire qui l'a conduit direct à être placée sous la protection du gouvernement. Elle doit changer de ville, de nom et ne plus communiquer via les réseaux sociaux, internet, téléphone ou mail. Sa mère est en cure de désintoxication.

Autrement dit, ce n'est pas la joie mais lorsqu'elle arrive dans le Nebraska avec sa nouvelle identité, Stella est exécrable. Capricieuse, égocentrique, égoïste, peu mature et toujours de sale humeur. On se demande même comment Carmina, ancienne flic à la retraite peut la supporter et pourtant elle va apporter à la jeune fille un cadre et des règles à suivre. La première, se trouver un job d'été...

Progressivement alors que nous plongeons dans une ambiance très clandestine, celle d'une jeune fille qui doit se cacher avant un procès qui engage sa vie face à un gros trafiquant de drogue, une adolescente qui rêve d'une vie normale mais qui reste ancrée dans son passé, parce qu'elle est amoureuse de son petit ami Reed. Elle a du mal à se lâcher et ça se comprend. Au tout début je ne l'aimais pas mais petit à petit j'ai aimé son petit air rebelle.

Dès lors qu'elle va commencer à travailler, à fréquenter Chet, à le découvrir et à défendre des choses justes, je l'ai adoré. C'était pourtant mal parti mais elle ne va pas hésiter à entrer en conflit avec un salopard de première Trigger McClure. Il terrorise tout le monde, fait son fier et est clairement impliqué dans des affaires louches mais comme il est le fils d'un grand avocat, on ne s'en prend jamais à lui, sans compter les fils corrompus qui le protègent.

Stella est hors d'elle et va tout tenter pour faire justice elle-même, à son détriment... Sur 400 pages, j'ai envie de dire qu'il ne se passe pas une tonne de choses et qu'on est plongé dans un thriller tout à fait classique, peu original. Mais l'ambiance est bizarre car l'auteure nous met sur la voie d'un autre danger alors que l'on sait que le vrai danger est ailleurs et que tout le long de la lecture on se demande quand il va tomber. Parce que ce n'est qu'une question de temps avant que Stella soit retrouvée par les hommes de celui qui la menace.

Donc on nage dans une ambiance sous-jacente de dangerosité, de secret à cacher sans savoir quand ça va lâcher et parfois c'est long. L'auteure introduit une romance entre Stella et Chet, mignonne mais pas assez originale à mon sens d'où certains passages peu exaltants, entre les états d'âme de Stella, ses espoirs, ses envies et ce qu'elle vit au Nebraska.


En bref, une lecture sympathique mais qui ne m'a pas transcendée. J'ai passé un bon moment et j'étais quand même prise par l'intrigue et par les personnages auxquels on finit par s'attacher. Le final est vraiment prenant et addictif, un peu plus efficace mais le reste du roman est plus lent. Une bonne lecture quand même, mais je m'attendais à un autre coup de coeur donc je reste sur ma faim. 

chronique_lael

vendredi 10 mai 2019

Cendres de Johanna Marines

cendres-1175971

  • Nom: Cendres de Johanna Marines
  • Lu en: français
  • Pages:  407 pages
  • Sorti le: 4 avril 2019
  • Editeur: SNAG
  • Tome Unique

Londres, East-End, 1888, ère industrielle. C'est dans ce quartier malfamé que vivent Nathaniel et sa soeur de rue, Luna. Lui, sillonne les rues à la tombée de la nuit. Elle, est une voleuse hors pair. Mais un soir, lors d'une énième tournée, le jeune homme fait une macabre découverte. Des rues sombres de la capitale en passant par un manoir victorien luxueux... De soirées mondaines où le diamant est roi aux tavernes miteuses où l'opium circule dans les veines...

 

Londres, 1888. Agathe, jeune femme courageuse et un brin naïve est embauchée comme parurière chez les Henwoorth. Un poste bien particulier puisqu'il s'agit d'afficher des bijoux de valeur lors de bals mondains afin d'attirer les clients. Mais on sait peu de choses sur l'ancienne parurière et surtout pourquoi elle a disparu sans un mot. Le fils aîné de la famille, Archibald est d'ailleurs étrange et adopte une attitude plus ou moins équivoque envers Agathe qui ne sait pas trop comment réagir.

Lors d'une soirée, Agathe rencontre Luna, une voleuse de talent qui lui vole la parure mais ayant pitié d'Agathe, elle la sauve d'une fâcheuse situation et la conduit chez son frère, Nathaniel Depford. Ce dernier est allumeur de réverbères et ce même soir, il découvre le cadavre déchiqueté d'une jeune femme. Ces trois personnes vont être liées par le destin...

Cendres a été annoncé comme un roman YA à la lisière de plusieurs genres littéraires : thriller, roman historique et accents steampunk. Franchement je ne pouvais qu'être séduite, surtout que j'aime énormément SNAG et qu'après quelques loupés, j'avais vraiment envie d'avoir le coup de coeur pour l'une de leurs publications.

Et ça y'est j'ai frôlé la perfection avec ce titre et je suis conquise par l'écriture efficace et addictive de Johanna Marines. L'entrée en matière est excellente : des rues sombres, des meurtres sauvages, un Londres un brin gothique noyé sous le smog, très steampunk alliant inventions mécaniques et un mystère à la Jack L'Eventreur. Ce roman, et son ambiance, la manière dont il se déroule et où tout s'enchaîne, comment les personnages se croisent m'a rappelé le roman Autopsie Whitechapel de Kerri Maniscalco. 

Du suspense, du thriller, une bonne dose d'adrénaline, la disparition de Luna, une enquête malmenée  et plus d'un mystère à résoudre, tout y est. Bref je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, j'ai adoré le rythme savoureusement entretenu par l'intrigue qui mêle personnages, faits et lieux. L'écriture est volontiers immersive, habilement entretenue et nous tient en haleine de bout en bout. J'ai tout aimé : les personnages et leur psychologie, le jeu du chat et de la souris avec cet Archibald qui a un côté troublant, la volonté de Nathaniel et son inquiétude légitime et tout ce que l'auteure apporte comme éléments à son univers, notamment tout ce qui est inventions : la drogue S, les oiseaux métalliques servant à envoyer des courriers, les chevalomatiques qui remplacent les diligences. Encore!! Encore!!!

J'aurais aimé encore plus de ces inventions pour apporter encore plus d'originalité et de consistance à son intrigue. C'est terriblement efficace et j'ai lu ce roman d'une traite, je n'avais pas envie de le lâcher. J'ai aimé aussi que l'auteure aille droit au but, sans pour autant nous noyer d'informations et en utilisant l'alternance des personnages. La fin est tout aussi excellente et cet opus est le premier d'une série, j'ai mordu à l'hameçon et je veux la suite. J'ai adoré la fin mais quelque chose m'a chagriné, un léger détail dont je ne peux vous parler ici mais qui m'a gêné. Et c'est ce qui fait que je n'ai pas eu le coup de coeur. Une histoire parfaitement imaginée, divertissante, surprenante et dont la fin dévoile une vérité inattendue. Avec Cendres, Snag m'apporte enfin tout ce que j'attendais. 


En bref, des personnages attachants, énormément d'éléments efficaces et un mélange de registre très réussi, qui apporte ici une ambiance tout en tension et pleine de mystère, de l'action, de l'adrénaline et du stress. L'intrigue est subtile et intelligente, je ne m'attendais pas à plusieurs rebondissements bienvenus mais le dénouement fut trop court. L'écriture est maîtrisée et tout s'enchaîne à la perfection. J'ai passé un excellent moment. Le rythme est bon, sacrément palpitant et promet de belles heures de lectures ! 

chronique_lael

mercredi 8 mai 2019

Tiny Pretty Things de Sona Charaipotra & Dhonielle Clayton

tiny

  • Nom: Tiny Pretty Things de Sona Charaipotra & Dhonielle Clayton
  • Lu en: français
  • Pages:  453 pages
  • Sorti le: 2 mai 2019
  • Editeur: Hachette Romans
  • VO: paru sous le nom Tiny Pretty Things en mai 2015
  • Premier tome d'une duologie

Gigi, Bette et June sont danseuses dans la prestigieuse école du Ballet de New York. Lorsque Gigi, nouvelle et seule élève noire, est choisie pour incarner le rôle phare du premier ballet de l'année, les rivalités se déchaînent. Bette, ballerine star de l'école, est prête à tout pour récupérer son titre et éviter la rage de sa mère, qui ne tolère pas qu'elle ne soit pas la meilleure. June rêve quant à elle de ne plus être cantonnée au rôle de l'éternelle doublure. Les trois filles ont bien du mal à résister à la pression du monde impitoyable de la danse. Et les choses vont empirer... jusqu'au drame.

 

Tiny Pretty Things ou l'univers impitoyable de Dallas, de la danse !! raconté par trois adolescentes, danseuses à l'école du Ballet de New-York. Gigi, l'étoile montante, Bette la jalouse et June la battante. Lorsque Gigi la seule danseuse noire et nouvelle en plus vient d'être choisie pour incarner le rôle vedette du premier ballet de l'année, ça fait un tolé dans l'école et Bette, jalouse va élaborer une petite vengeance. Alors qu'elle était la ballerine préférée de l'école, Bette a surtout du mal à accepter de ne plus être au centre de l'attention des professeurs et de son petit ami. June quant à elle, d'origine coréenne, en a marre d'être reléguée au rand de doublure. Pressions, rivalités, coups bas, jalousies et trahisons, Tiny Pretty Things explore les bas fonds de l'univers de la danse, où tous les coups sont permis pour obtenir sa place sur le devant de la scène...

J'ai peu lu de romans qui se passent dans l'univers de la danse, seulement La danse des ombres que j'avais adoré et qui était hyper original mais qui ne traitait pas des relations au sein des danseuses. Alors j'étais curieuse de lire ce titre surtout que l'équipe a fait un superbe travail de promo dessus et que forcément cela donnait envie de le lire ! La curiosité prenant le dessus, je n'ai pas mis longtemps à le sortir de ma pile. Je dois dire que après coup, je ne suis pas hyper enthousiaste et emballée par ce titre mais la fin était tellement dingue et géniale que j'ai envie de connaître la suite.

C'est là tout mon drame!!!Parce que je n'ai pas accroché à certains personnages mais que j'ai beaucoup aimé Gigi même si elle est un peu psycho-dramatique et un peu trop timorée à mon goût, elle reste la plus gentille des trois protagonistes et selon moi la plus honnête. Car mes lecteurs!!! on va tomber dans un univers complètement fou et mesquin, où je me suis désespérée de voir tant de jalousies, de rivalités, de trahisons, de méchancetés... Alors oui nous sommes en plein dans une sorte de Little Pretty Liars mais arrêtons là la comparaison parce que dans Tiny Pretty Things c'est du niveau de maternelle ou collège. Le récit en alternance des trois voix est plutôt sympa à suivre mais mon dieu que de gamineries et d'immaturité pour un univers qui demande quand même un minimum de responsabilités et de sérieux, de sacrifices et de réflexions !

On est à fond dans la compétition et tout tourne autour de "je serais la plus belle/ meilleure pour aller danser". Chamailleries, disputes, sournoiseries et psycho-drames viennent un peu surcharger l'intrigue qui se veut pleine de suspense. Mais ce n'est un scoop pour personne que Bette est dans tous les coups... mais finalement on va s'apercevoir que non. Ce qui nous tient en haleine ce n'est donc pas les personnages à proprement parler mais jusqu'où les danseuses vont aller pour se venger et gagner la partie. On est plus dans un univers de danse mais sur un ring de boxe !!!

Le roman aura le mérite de retranscrire à la perfection ce que peuvent être les sentiments de jalousie, l'ambiance tendue et stressante dans lequel évolue les personnages et toutes les problématiques du corps, de la minceur, du poids, des apparences. Comment la jalousie peut-elle déclencher des comportements à risque et dangereux, voire totalement extrêmes ? Pour moi, Gigi et June ont de réels problèmes, entre la thématique de la maladie cardiaque pour l'une, et les conflits familiaux pour l'autre. Mais Bette, mon dieu qu'elle m'a énervé celle là !!

En tout cas les auteures ne nous épargnent rien de leurs états d'âme et on prend plein la vue. J'ai toujours du mal à cerner June mais c'est l'héroïne qui m'a le plus bluffé par son évolution psychologique. Quant à Bette, elle n'est pas toujours la coupable que l'on croit et on peut avoir quelques surprises dans ce premier volume. 


En bref, une lecture agréable donc mais dont le potentiel addictif m'a été gâché par ce poids lourd des mesquineries. Il n'y a pratiquement que de ça et franchement ça m'exaspère. Cela alourdit l'ambiance déjà tout en tension mais le suspense reste présent. Pour ma part cette série doit encore faire ses preuves dans le deuxième tome mais l'univers de la danse, des spectacles est vraiment bien décrit. Puis la fin est assez incroyable, on ne sait qui croire et comment les choses ont dégénérées aussi vite... A suivre donc !

chronique_lael