► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique, Séries & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Critiques séries Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mardi 19 novembre 2019

King of Scars de Leigh Bardugo

81kRU7+lLPL

  • Nom: King of Scars de Leigh Bardugo
  • Lu en: français
  • Pages:  519 pages
  • Sorti le: 18 septembre 2019
  • Editeur: Milan
  • Premier tome d'une duologie

Aux yeux de tous, Nikolai Lantsov, roi de Ravka, a tout pour plaire : jeune, charismatique, il est le héros de la guerre civile qui a déchiré le royaume. Installé depuis peu sur le trône, Nikolai doit pourtant faire face à une nouvelle menace : des forces ennemies semblent bien décidées à envahir le pays, dont les frontières sont affaiblies, et les coffres vides. Nikolai doit donc trouver un moyen de rétablir les finances, forger de nouvelles alliances et renforcer son armée de Grishas, cette élite magique qui a tant souffert de la guerre civile. Or, la plus grande menace pour le royaume n'est autre que le roi en personne ! Victime, pendant la guerre civile, d'une terrible malédiction, Nikolai se transforme presque chaque nuit en une monstrueuse créature que seuls quelques Grishas semblent pouvoir contenir. Hélas, les ténèbres qui habitent le jeune monarque sont de plus en plus fortes, et Nikolai craint de devenir un monstre pour toujours. Résolu à combattre le mal qui le ronge, il décide de partir en quête de réponses dans un lieu où règne la plus sombre des magies...

 

J'attendais avec impatience le premier tome de King of Scars car j'avais adoré le premier tome de Grishas. Mais je ne suis pas à jour dans la série et je pense que cela m'a joué des tours car j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'univers de King of Scars.

L'univers fantasy est palpitant et envoûtant. Certains personnages m'ont éNinormément plu et j'ai adoré suivre les aventures de Nikolaï et de sa fidèle alliée Grisha. On croise d'ailleurs Nikolai dans la série Grisha puisqu'il va aider Alina et le passé est très présent dans King of Scars donc je pense que c'est quand même mieux d'avoir lu la série entière. Mais si vous êtes comme moi, finalement vous rentrerez bien dans le récit. Il est fascinant.

Nikolai est victime d'une malédiction et chaque nuit une créature, un monstre prend possession de son corps pour commettre de terribles méfaits. Nous évoluons toujours dans un Royaume qui oppose les Grishas à ceux qui veulent les exterminer ou les réduire en esclavage pour en faire une arme de guerre.

 J'ai adoré suivre Nikolai et Zoya qui lui est dévouée mais n'hésite pas à le remettre en place. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et elle est énigmatique, charismatique et proche de Nikolai. L'intrigue sur ce démon qui prend possession de Nikolai est géniale, à la fois, mystérieuse, addictive et ensorcelante.

D'ailleurs la révélation finale m'a provoqué un choc!! Je ne m'attendais pas à cette tournure et à cette révélation, je suis sous le charme et totalement satisfaite de ce que l'auteure a inventé. L'intrigue et les décors sont denses, foisonnantes et les relations entre les personnages très intéressantes à suivre. 


En bref, un premier tome passionnant avec de multiples ramifications et liens avec les autres univers Grishaverse. 

chronique_lael


samedi 16 novembre 2019

Le jardin des âmes [Les brumes de Cendrelune #1] de Georgia Caldera

61-T-GS05gL

  • Nom: Le jardin des âmes [Les brumes de Cendrelune #1] de Georgia Caldera 
  • Lu en: français
  • Pages:  348 pages
  • Sorti le: 2 octobre 2019
  • Editeur: J'ai Lu
  • Premier tome d'une série

Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion. Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule...

 

C'est la couverture qui a eu raison de moi ainsi qu'un résumé des plus prometteur! C'est la première fois que je lis un roman de Georgia Caldera, mais ça ne sera certainement pas le dernier. J'ai énormément aimé sa plume qui a rendu ma découverte très agréable et mon temps de lecture bien fluide.

L'univers imaginé par l'auteure m'a de suite conquise, même s'il m'a fallu un moment pour lire le roman. La cause? Son ambiance extrêmement sombre, qui aura eu un effet un peu dépressif sur mon moral. J'ai donc alterné avec des petites romances pour mieux revenir au livre ensuite. J'ai bien fait car, si j'ai peiné pendant la première partie, j'ai lu la seconde d'une traite! 

Ce mélange dystopique et mythologique a donné au roman une belle originalité. Il y a une telle ambiance oppressante, que ce soit du côté des dieux ou des gens, la peur est omniprésente. Pour faire régner l'ordre, rien n'est de trop pour le Dieu Orion. Mais notre héroïne, Céphise, n'en peut plus de cette mascarade. Ayant vécu un traumatisme plus jeune, Céphise vit dans la haine et promet de se venger de l'Ombre, qui lui a tout pris, même une partie de son corps, qui fait d'elle maintenant une Rapiécée. 

Sa haine est si vive qu'on la ressent nous, en tant que lecteur. Ce qu'on imagine pas, cependant, c'est de découvrir les pensées de l'Ombre et de constater que ce personnage n'est pas ce qu'il parait. Alors quand les deux se rencontrent, cela fait des étincelles... Georgia Caldera offre des personnalités bien développées et des caractères bien affirmés à ses héros, ce qui fait toute leur force. Ces deux là sont animés d'une belle énergie et j'ai hâte de voir ce qu'ils nous réservent.

Car il faut bien le dire, ce premier tome est pour moi purement introductif. Finalement, je ne sais pas ou l'auteure compte nous emmener, il reste énormément de mystères et de questions. Ceci étant dit, je ne me suis pas ennuyée pour autant, curieuse que j'étais de découvrir cet univers. J'espère juste maintenant que la suite rentrera plus dans le vif du sujet et qu'on en saura plus sur les enjeux réels de l'histoire!


 En bref, un premier tome très sombre mais aux multiples promesses! J'ai beaucoup aimé l'univers imaginé par l'auteure, assez original et porteur de bien des mystères encore! Mélangeant mythologie et dystopie, Les brumes de Cendrelune saura piquer votre intérêt. C'est mon premier roman de Georgia Caldera, mais certainement pas le dernier! Vivement la suite!

mardi 28 mai 2019

De Sang et De Rage de Tomi Adeyemi

9782092583654

  • Nom: De Sang et De Rage de Tomi Adeyemi
  • Lu en: français
  • Pages:  560 pages
  • Sorti le: 2 mai 2019
  • Editeur: Nathan
  • Premier tome d'une trilogie

Il fut un temps où la terre d'Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l’a faite disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n'était alors qu'une enfant. Aujourd'hui, elle a le moyen de ramener la magie et rendre la liberté à son peuple ; même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer. Dans une Afrique imaginaire où rôdent les léopardaires blancs et où les esprits ont soif de vengeance, Zélie s'élance dans une quête périlleuse…

 

Attention pépite!!! J'ai été totalement emballée par ma lecture et j'ai frôlé le coup de coeur ! On entre dans un univers riche, immersif et totalement addictif. La culture africaine et les références religieuses notamment aux orishas, est très prenant et omniprésent. S'il s'agit d'un tome introductif, je peux vous dire qu'il est brillamment réussi tellement l'intrigue, les rebondissements et la psychologie des personnages y sont travaillés et maîtrisés. 

 Tout est superbement mis en place : de l'intrigue aux personnages en passant par les décors et tout le background historique sur les pouvoirs magiques et l'histoire du peuple Maji. Zélie va suivre une quête identitaire mais aussi initiatique et affronter l'héritage de tout un peuple qu'elle va porter sur ses épaules. Au début, fragile et vulnérable de par sa colère et sa haine envers la famille royale qui a assassiné sa mère et les majis, elle devient forte et s'affirme au fur et à mesure que se révèlent ses pouvoirs.

La manière dont s'enchaîne l'action, les rebondissements et les révélations fait que l'on a plus envie de lâcher le livre tellement il se passe de choses. Le roman ne manque vraiment pas de souffle épique, d'héroïsme et de dynamisme. L'intrigue dense et les personnages à la personnalité affirmée font que l'on passe un excellent moment de lecture, complètement envoûtant et addictif, et d'une certaine manière, tout est lié. J'ai aimé la complexité des relations entre les personnages qui se cherchent et se révèlent au contact des autres. 

On voit également dans De sang et de rage, un hymne contre l'injustice et le racisme... alors certes on y évoque l'oppression de tout un peuple mais rappelons qu'ici chaque personnage est d'origine africaine et que c'est un roi africain et noir qui opprime un peuple de majis noir... doit-on forcément tout ramené à cette polémique du racisme parce que c'est la grande tendance!!?? Je ne sais pas. Moi en tout cas j'y ai vu un combat plein d'énergie, de force, d'amour et d'espoir, de détermination, de courage pour libérer un peuple du joug de l'obscurantisme et de la tyrannie d'un homme. Un combat pour l'injustice oui et la révolte d'un peuple, qui nous emporte dans son sillage.

Le côté fantastique n'est pas en reste loin de là. Entre bestiaire légendaire de créatures incroyables tels que les léopardaires, le coeur palpitant et mystérieux d'une jungle africaine, la description époustouflante des sorts majis, des rituels et du pouvoir qui prend vie chez Zélie, les rêves de Inan... le fantastique est ici riche d'onirisme et de charisme. J'ai adoré !   


En bref, une lecture surprenante et efficace, incroyablement vivante et vibrante de fougue!! Un combat acharné pour la liberté d'un peuple et la libération de la magie ancestrale. Le cadre est envoûtant et soigné et les croyances, les références à la culture des tribus africaines sont riches. L'alternance des personnages entre les chapitres participe grandement à cet engouement, car ils nous permettent de connaître en profondeur tous les personnages présents et ainsi de s'attacher avec passion à chacun d'entre eux, je n'ai été déçu par aucun d'entre eux et chacun m'intéresse. J'ai vraiment hâte de lire la suite !

chronique_lael

samedi 3 novembre 2018

Quand fainéantise rime avec magie [Ivy Wilde #1] de Helen Harper

HARPER-Helen-Ivy-Wilde

  • Nom: Quand fainéantise rime avec magie [Ivy Wilde #1] de Helen Harper
  • Lu en: français
  • Pages: 400 pages
  • Sorti le: 24 octobre 2018
  • Editeur: MxmBookmark - Collection Infinity
  • VO: paru sous le nom Slouch Witch en juin 2017
  • Premier tome d'une trilogie

Bon, soyons clairs : Ivy Wilde n'est pas une héroïne. C’est même la dernière personne que vous contacteriez si vous aviez besoin d'une aide magique, malgré ses talents. Si ça ne tenait qu'à elle, Ivy passerait ses journées affalée dans le canapé, devant la télé, paquets de chips en main, à papoter avec son familier félin jusqu'à ce que mort s'en suive. Mais quand elle se retrouve victime d'une erreur d'identité, elle est embarquée malgré elle à la Branche Arcane, le département d'investigation de l'Ordre Hermétique du Crépuscule d'Or. Les problèmes se multiplient quand un objet de valeur est volé au nez et à la barbe des représentants de l'Ordre ; et le fait d'être liée magiquement à l'Adeptus Exemptus Raphaël Winter ne fait qu'empirer la situation. Il a peut-être un regard couleur saphir et le corps d'un mannequin maillot de bain, mais pour Ivy, il représente tout ce qu'il y a de soporifique dans le boulot de sorcier. Et s'il l'oblige à retourner à la salle de sport, juré, elle le transforme en crapaud.

separator

En cette période d'Halloween, Ivy Wilde était pour moi la lecture idéale! Que dire, cela faisait longtemps que je n'avais pas lu d'Urban Fantasy et j'ai été plus que conquise par ce titre. 

Ce que j'ai aimé c'est notre héroine, Ivy. Au début, elle a tout l'air d'une anti-héroine, mais très vitre, on se rend compte à quel point cette jeune sorcière est douée. Son parcours nous est révélé au fil des pages et on peut dire que Ivy réserve bien des surprises. Voilà un personnage que j'ai adoré, du début à la fin, avec son grain de folie, sa répartie d'enfer, son entêtement, son humour, sa fainéantise et son dévouement. 

Quant à l'intrigue, elle est extrêmement bien menée, car elle nous permet de rencontrer d'autres personnages et d'en apprendre plus sur l'Ordre, auquel Ivy appartenait autrefois. Par un (mal)heureux hasard, Ivy se retrouve liée à Raphael Winter, un sorcier respecté - et un peu coincé - pour mener des enquêtes. Entre eux, ça ne démarre pas fort, mais très vite, le duo va former une équipe redoutable.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Winter, il parait inaccessible, mais en réalité, c'est quelqu'un d'assez ouvert, qui essaie juste de faire son travail de la meilleure façon possible. Opposé d'Ivy, les deux feront des étincelles pour notre plus grand plaisir! On a absolument pas le temps de s'ennuyer avec ce duo plus que charmeur et efficace. 

L'histoire mise en place reste intéressante quoiqu'un peu simple mais très prenante. Il n'y a aucun temps mort, du coup, on est tenu en haleine tout le long et le livre se dévore à vitesse grand V. Grâce à cette enquête, on en apprend plus sur le monde des Sorciers et le rôle de chacun. C'est assez riche, et je suis certaine que la suite nous réserve pas mal de surprises et de rebondissements!


En bref, j'ai adoré Ivy, sa personnalité, son caractère, sa repartie... Voilà une héroine géniale qui vous fera bien rire!! L'univers est franchement intéressant et grâce à une intrigue bien menée, on en apprend plus sur l'Ordre et ses membres. Voilà un premier tome plein de potentiel, porté par une héroine fantastique et un héros au charme plus que ravageur! La suite promet des étincelles!

mercredi 15 août 2018

Rêves de Glace [Accords Corrompus #1] de Kelly St Clare

accords-corrompus-tome-1-reves-de-glace-953839

  • Nom: Rêves de Glace [Accords Corrompus #1] de Kelly St Clare
  • Lu en: français
  • Pages: 300 pages
  • Sorti le: 23 août 2017
  • Editeur: MxmBookmark - Collection Imaginaire
  • VO: paru sous le nom Fantasy of Frost en janvier 2015
  • Premier tome d'une quadrilogie

Olina a 17 ans et est la Tatuma -la princesse- d’Osolis, un monde dominé par la chaleur. Elle porte un voile depuis sa naissance et personne, pas même elle, n’a jamais vu son visage. Alors qu’elle subit la tyrannie constante de sa mère et de son oncle, Olina reste une jeune femme forte, drôle et volontaire qui attend d’être reine pour changer les choses. Quand une délégation de Glacium – un monde fait de glace à l’opposé du sien- arrive en Osolis, Olina est forcée de remettre ses préjugés en question. Peu à peu, elle se lie d’amitié avec le prince de Glacium et quand celui-ci demande à voir son visage, tout le monde d’Olina va basculer…

114149306

Cela faisait un moment que j'entendais parler de ce roman, aussi quand MxmBookmark a lancé son opération best avec quelques titres à petits prix, je n'ai pas hésité à plonger sur Rêves de Glace. Après un début plutôt plaisant, je dois malheureusement avouer que cette lecture m'a globalement ennuyée, malgré un univers intéressant.

Oui, c'est vraiment le point fort de ce roman. J'ai beaucoup apprécié découvrir Osolis et Glacium, les coutumes de chacun, les comportements, le vocabulaire... Honnêtement Kelly St Clare a fait du bon boulot pour différencier les personnages des deux mondes. Les Brumas, de Glacium, sont bien plus drôles à suivre que les Solatis, plus réservés. J'ai parfois bien ri face à certaines expressions, il faut l'admettre. 

Autre point fort pour moi fut les personnages. Olina est une héroine vraiment sympathique à suivre, elle a un statut difficile et une vie qui l'est tout autant. Alors quand elle quitte Osolis de force pour Glacium, la jeune femme évolue de manière fort spectaculaire. On s'y attache aisément, compatissant aussi à ce qu'elle a pu vivre dans son monde, face à une mère tyrannique et le port de son voile qui lui vaut une solitude de tout instant. Mais sur Glacium, son adaptation est aussi drôle que les expressions qu'elle apprend avec ses nouveaux amis. Les personnages secondaires sont nombreux, et bien qu'ils ne soient pas encore beaucoup développés, je les ai bien aimés aussi. 

Ce qui m'a laissé un gout plutôt amer en bouche avec cette lecture, c'est son intrigue. Elle ne tient pas à grand chose et il faut bien avouer que le roman est très lent. Cela m'a beaucoup ennuyée, qu'à la moité, j'ai songé à abandonner. Finalement, je voulais voir si ma petite théorie entourant le voile de Olina allait s'avérer juste et j'ai continué. La seconde partie ne relève pas énormément le niveau, mais comme je le disais, les personnages sont suffisamment sympas pour qu'on lise. 

La fin ne m'a pas pas plus convaincue du reste, je m'attendais à un énorme retournement de situation, plus de mystères ou d'adrénaline peut-être. Je suis donc un peu déçue de ce que l'auteure a proposé, pour l'instant, ce n'est pas assez intrigant pour que je continue cette série dans l'immédiat. Peut être plus tard, sachant qu'il y a 4 tomes, il y a sûrement de quoi faire avec cet univers. 


En bref, c'est une lecture en demi-teinte pour moi. On m'avait vendu du rêve avec ce roman, mais malheureusement, le manque d'action et le fait que je me sois bien ennuyée une bonne partie de l'histoire auront eu raison de mon intérêt. Cependant, je reconnais que l'univers est intéressant, porté par des personnages attachants quoique encore un peu timides dans leur développement personnel. A ce jour, la fin ne m'a pas vraiment envie de continuer l'aventure. 


samedi 12 mai 2018

Éclore [Puisque c'est ma rose #1] de Jade River

eclore

  • Nom: Éclore [Puisque c'est ma rose #1] de Jade River
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 23 mai 2018 (ebook) 25 juin 2018 (papier)
  • Editeur: MxM Bookmark
  • Premier tome

Lectrice acharnée, boxeuse à ses heures perdues et lycéenne à peine studieuse... Abélia se sent en décalage avec les jeunes de son âge. Heureusement pour elle, sa nature discrète lui permet de rester à l'écart de l'agitation de ses camarades. Et surtout, loin des problèmes.Le jour où M. Valverde, son nouveau professeur de littérature, arrive au lycée, Abby est certaine qu'entre eux le courant ne passera pas. Mais au contraire, cette rencontre l'électrise et le contrôle qu'elle exerce tant bien que mal sur ses émotions vole bientôt en éclats. Conscients que le lien qui se tisse entre eux est interdit, tous deux vont s'efforcer de garder leurs distances. Mais pourront-ils lutter longtemps contre leurs sentiments ?

114149306

Éclore est un roman qui m'a attiré grâce à sa belle couverture. J'avais également très envie de me plonger dans un autre titre de la maison d'édition MxMBookmark et c'est en découvrant le résumé que j'ai fait ma demande. Je remercie d'ailleurs netgalley et l'éditeur pour m'avoir permise de lire cette merveille peu avant sa sortie officielle.

Je vous écris mon avis encore un peu à chaud, et la première chose que je peux vous dire, c'est que ce roman est un vrai coup de coeur. Je l'ai littéralement dévoré en quelques heures, je n'arrivais pas à penser à autre chose. Des les premières pages, j'ai su que j'allais adorer. Le style de l'auteure m'a pris aux tripes des les premiers mots, avec sa plume poétique, fluide, mélancolique, réaliste. J'ai ressenti comme une connexion avec cette histoire et ce fut comme un coup de poing.

Mais ce qu'ils vivent m'a touchée et la manière dont l'auteure raconte cela est si sincère que j'ai éprouvé énormément de sentiments à travers ma lecture. Si le roman est présenté comme une romance interdite, Jade River aborde beaucoup de thèmes d'actualité que j'ai jugés tout à propos ici, et décrits avec finesse. Entre le contexte familial d'Abelia, son harcèlement à l'école, la drogue de son meilleur ami, le jugement d'autrui et l'affrontement de ses angoisses, Éclore est pour moi bien plus qu'une romance. C'est un livre qui peut toucher n'importe qui grâce à cette diversité, le tout retranscrit avec justesse.

Et si certains de ces sujets ont trouvé écho en moi, j'avoue que j'étais curieuse quant à la romance et comment elle allait se développer. Il est clair que ce n'est pas évident à présenter, surtout lorsqu'il s'agit d'une élève de 17 ans et d'un professeur de 33 ans. A travers les yeux d'Abelia, j'ai eu cette impression que Mr Valverde - Arthur pour les intimes - était plus vieux, alors qu'en réalité il a mon âge (et je ne me considère pas vieille). La problématique ici, est donc la différence d'âge et le fait que notre héroine soit encore mineure. Pourtant, moi, ça ne m'a pas dérangée. Parce que l'âge n'est en soi pas une barrière quand l'amour peut être sincère et durable (et j'ai quelques réels exemples basés sur ce contexte qui ont bien fonctionné).

Entre Abelia et Arthur, au début, c'est un peu le feu et la glace mais très vite, ils vont se rendre compte qu'au delà d'une relation élève-prof, il y a plus, terriblement plus. Les deux jeunes gens se voient comme des égals, partageant des passions communes qui les emportent dans des échanges enflammés. Pour moi, avant cette attirance physique, la connexion d'Abelia et d'Arthur est sutout intellectuelle et c'est ça qui est beau. Ils apprennent à se connaitre, à discuter. Et c'est avec naturel que cette attirance nait, à travers des regards, des petits gestes... la tension devient palpable tant on ressent cet amour grandissant mais chacun sait où est sa place et on finit un peu frustrés quand même.

Je pourrai dire encore tellement de choses sur ce livre, combien j'ai aimé la relation entre Abelia et Arthur, mais aussi celle qu'Abelia a avec ses deux pères, ou celle qu'elle tente de garder avec ses amis. Il y a tellement à découvrir dans ce livre que je ne peux que vous conseiller de le lire, il vaut réellement le détour.


En bref, ce roman est un vrai coup de coeur. J'ai ressenti une grande connexion avec son histoire, Abelia m'a fortement touchée, dans ses ressentis, ce qu'elle refoule, ce qu'elle vit, tout simplement. Au delà de cette romance interdite qui se profile, Jade River aborde beaucoup de thèmes importants avec délicatesse et justesse, faisant résonner énormément de sujets d'actualité. Éclore est un livre à la diversité saisissante, il m'a fait passer par toutes les émotions. Je n'ai qu'une hâte, c'est de lire la suite.

mercredi 25 avril 2018

Roar [Stormheart #1] de Cora Carmack

Roar-Carmack

  • Nom: Roar [Stormheart #1] de Cora Carmack
  • Lu en: anglais
  • Pages: 380 pages
  • Sorti le: 13 juin 2017
  • Editeur: Tor Teen
  • Fiche: présentation officielle
  • VF: pas d'infos
  • Premier tome d'une duologie

In a land ruled and shaped by violent magical storms, power lies with those who control them. Aurora Pavan comes from one of the oldest Stormling families in existence. Long ago, the ungifted pledged fealty and service to her family in exchange for safe haven, and a kingdom was carved out from the wildlands and sustained by magic capable of repelling the world’s deadliest foes. As the sole heir of Pavan, Aurora’s been groomed to be the perfect queen. She’s intelligent and brave and honorable. But she’s yet to show any trace of the magic she’ll need to protect her people. To keep her secret and save her crown, Aurora’s mother arranges for her to marry a dark and brooding Stormling prince from another kingdom. At first, the prince seems like the perfect solution to all her problems. He’ll guarantee her spot as the next queen and be the champion her people need to remain safe. But the more secrets Aurora uncovers about him, the more a future with him frightens her. When she dons a disguise and sneaks out of the palace one night to spy on him, she stumbles upon a black market dealing in the very thing she lacks—storm magic. And the people selling it? They’re not Stormlings. They’re storm hunters.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

I thought I will love this book (see this beautiful cover!!) but I was wrong. If I liked the beginning, the book didn't convince me in the end.  And yet, there are some great things in this novel, starting with the background. I loved what the author imagined around storms. It is a pretty innovative idea on the subject that seduced me. I was eager to know more about these storms that seem to have a heart, or even a thought but destroy everything in their path. An original context therefore, which could have been better exploited in my opinion. Indeed, I must admit that the pace of the book is quite slow. Meanwhile, a lot of narrative and a heroine who likes to complain. If, initially, Aurora had seemed endearing to me, I soon got sick of her later. Her behavior annoyed me greatly all along the novel, it was quite difficult to read. This was the case for other characters as well, which I found too indented and therefore unappealing.Unfortunately, things do not work out with the romance that gradually sets in.  Especially since this romance takes over everything else. Aurora's quest is long and nothing is happening. Even on the side of the Palace, it's boring. However, we feel that the author wanted to create a climate of tension, but honestly, I did not find that it brought more to the novel, on the contrary, it was just to furnish , in my opinion.

Roar de Cora Carmack avait tout pour le plaire: une couverture magnifique, un résumé alléchant, en bref, de quoi passer un excellent moment. Malheureusement, si le début m'a beaucoup plu, je dois reconnaitre la défaite. La suite ne m'a pas convaincue.

Et pourtant, il y a d'excellentes choses dans ce roman, à commencer par le background. J'ai adoré ce qu'a imaginé l'auteure autour des tempêtes, cyclones, ouragans. C'est une idée assez innovante sur le sujet qui m'a séduite et enchantée. J'avais hâte d'en connaitre davantage sur ces tempêtes qui semblent munies d'un coeur, voir même d'une pensée mais qui détruisent tout sur leur passage. Un contexte original donc, qui aurait pu être mieux exploité à mon sens. 

En effet, il faut avouer que le rythme du livre est assez lent et que les révélations sur les tempêtes sont faites vraiment sur la fin. Entre temps, beaucoup de narratif et une héroine qui aime se plaindre. Si, au départ, Aurora m'avait semblé attachante, je l'ai vite prise en grippe par la suite. Son comportement m'a énormément agacée tout le long du roman, c'était assez difficile à lire. Même si on comprend les raisons de ses innombrables sautes d'humeur et railleries, Aurora ne m'est pas apparue sympathique pour autant. Ce fut le cas pour les autres personnages, que j'ai trouvés trop en retrait et donc peu attachants.

Malheureusement, les choses ne s'arrangent pas avec la romance qui s'installe progressivement et le jeu du chat et de la souris dont nous sommes témoins à chaque page. Aurora est d'une nature influençable et se laisse un peu berner par les sentiments d'autrui, c'est prodigieusement affligeant. Heureusement pour elle,  avec Locke (oui parce que avant, il y a eu Cassius pendant 3 jours), cela semble plus sérieux. Malgré la sincérité et la détermination du jeune homme, le couple ne m'a pas séduite et j'ai de nombreuses fois levé les yeux au ciel. Vous savez combien j'ai du mal avec les insta-love. 

D'autant que cette romance prend un peu le pas sur tout le reste et comme je vous le disais, le livre stagne pas mal. La quête d'Aurora est longue et il ne se passe rien. Même du côté du Palais, c'est ennuyeux. Pourtant, on sent que l'auteure a eu envie de créer un climat de tension pour qu'on stresse un peu, mais honnêtement, je n'ai pas trouvé que ça apportait plus au roman, au contraire, c'était juste pour meubler selon moi. 


En bref, si Roar possède un background très intéressant et assez original, cela n'a pas suffi à me convaincre. A l'heure où j'écris ces lignes, je ne suis toujours pas certaine de lire la suite. En cause, des personnages peu sympathiques, une héroine agacante et une romance qui prend trop le pas sur le reste. J'en attendais clairement plus mais force est de constater que je me suis plus ennuyée qu'autre chose avec ce livre. 

samedi 31 mars 2018

Zenith [The Adroma Saga #1] de Sasha Alsberg & Lindsay Cummings

Zenith_cover

  • Nom: Zenith [The Androma Saga #1] de Sasha Alsberg & Lindsay Cummings 
  • Lu en: anglais
  • Pages: 534 pages
  • Sorti le: 16 janvier 2018
  • Editeur: Harlequin TEEN
  • Fiche: présentation officielle
  • VF: pas d'info
  • Premier tome d'une saga

Most know Androma Racella as the Bloody Baroness, a powerful mercenary whose reign of terror stretches across the Mirabel Galaxy. To those aboard her glass starship, Marauder, however, she's just Andi, their friend and fearless leader. But when a routine mission goes awry, the Marauder's all-girl crew is tested as they find themselves in a treacherous situation and at the mercy of a sadistic bounty hunter from Andi's past. Meanwhile, across the galaxy, a ruthless ruler waits in the shadows of the planet Xen Ptera, biding her time to exact revenge for the destruction of her people. The pieces of her deadly plan are about to fall into place, unleashing a plot that will tear Mirabel in two. Andi and her crew embark on a dangerous, soul-testing journey that could restore order to their shipor just as easily start a war that will devour worlds. As the Marauder hurtles toward the unknown, and Mirabel hangs in the balance, the only certainty is that in a galaxy run on lies and illusion, no one can be trusted.

114149306

Ce qui m'a clairement attiré dans Zenith ce sont les auteures, notamment Sasha Alsberg dont je suis la chaîne Booktube. Quand un booktuber sort un livre qui plus est de YA, je suis plus que curieuse et intriguée. Force est de constater que Zenith est bien écrit mais manque tout de même d'originalité dans la construction du récit et surtout dans l'intrigue. Pour du space opera je dois avouer que l'intrigue ne décolle pas du tout et qu'on est loin d'un Illuminae ou Defy the stars, voire même de The Diabolic, dont les trois ont la particularité de se dérouler dans l'espace et dans le genre SF.

Andi alias Androma est le chef de l'équipe du Marauder, un vaisseau de mercenaires qui sillonne la galaxie Mirabel. Nous sommes dans un contexte de guerre intergalactique avec de nombreuses planètes et communautés mais deux vont sensiblement émerger. D'un côté nous avons la défaite de Xen Ptera qui a échoué à la dernière bataille et dont le dirigeant se tient clandestinement dans l'ombre, attendant l'heure de sa revanche. De l'autre nous avons Arcardius qui a remporté la victoire.

Suite à un accident, Andi a fui Arcardius et est devenue The Bloody Baroness, autrement dit une mercenaire sanglante qui n'hésite pas à tuer et piller pour obtenir satisfaction. Mais le passé d'Androma était très différent. Lors d'une mission de routine, la Marauder est rattrapée par un chasseur de primes puissant nommé Dex. Celui-ci doit la ramener face au General Cortas afin qu'elle affronte son destin et qu'elle l'aide à remplir une mission spéciale pour Arcardius... 

Si les personnages sont tous attachants et que j'ai aimé suivre leurs péripéties, j'ai trouvé que certaines descriptions étaient trop longues et faisaient pêcher le rythme pourtant bon et efficace de l'action. Les rebondissements sont bien dosés et honnêtement ça se lit très bien car l'écriture est fluide et prenante. On voit que les auteures sont des spécialistes du YA dans la mesure où la construction du récit, l'annonce des effets, des révélations, et l'alternance des chapitres entre les différents personnages sont parfaitement bien dosés et maintiennent le lecteur en haleine.

J'ai pris plaisir à suivre l'ensemble car le niveau en anglais était facile et accessible. Ma lecture en fut naturelle et j'ai pu facilement repérer les enjeux de l'intrigue et comprendre l'univers de cette guerre interstellaire. Il y a d'ailleurs d'autres éléments de l'intrigue à découvrir notamment dans la romance et les relations entre Andi et Dex. Comment ces deux-là se connaissent-ils ? Pourquoi Andi est-elle devenue cette meurtrière froide et sanguinaire ? Quel secret cache-t-elle ? Quelles blessures intérieures ? Il y a aussi d'autres personnages que l'on va suivre comme Dex, drôle, volontiers cynique mais qui lui aussi cache des choses. Il y a Lira la coéquipière d'Andi et Valen Cortas. Et ce qui est intéressant c'est de voir comment tout ce monde interagit, va se rencontrer et aller vers des buts communs ou opposés. 

On ne peut donc pas nier que l'histoire se lit toute seule et que l'on prend plaisir à suivre l'évolution de l'intrigue. Pourtant si la fin est excellente, j'ai trouvé que 534 pages c'était trop lourd à digérer ainsi qu'un manque d'originalité dans l'intrigue. Il ne se passe pas des trucs de fou!! ça reste parfois un peu prévisible même si là encore le final est addictif et particulièrement soigné. 


En bref, en terme d'intrigue ce n'est pas révolutionnaire et pour du space opera je préfère des univers plus originaux comme Illuminae ou The Diabolic. Sur fond de guerre interstellaire et de conquête du pouvoir, on va suivre les aventures de Androma Racella appelée aussi The Bloody Baroness avec un petit côté western qui est sympa. J'ai aimé le mélange de la SF avec des épées, des combats mais ça ne décolle pas. C'est agréable à lire, il y a des rebondissements, une intrigue amoureuse, beaucoup d'éléments et de personnages à découvrir... mais ce n'est pas hyper transcendant.

chronique_lael

mercredi 28 mars 2018

The Vanishing Girl de Laura Thalassa

the vanishing girl

  • Nom: The Vanishing Girl de Laura Thalassa
  • Lu en: français
  • Pages: 365 pages
  • Sorti le: 8 mars 2018
  • Editeur: Michel Lafon
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The Vanishing Girl le 15 mars 2014
  • Premier tome d'une trilogie

Chaque nuit, Ember disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger ou dans la chambre du garçon qui lui plaît… Après dix minutes, elle réapparaît là où elle s’est évaporée. La jeune femme a toujours réussi à dissimuler ce don incroyable, jusqu’au jour où le séduisant Caden la kidnappe. Elle comprend alors que son pouvoir est une arme et que certains sont prêts à tout pour se l’approprier. Enfermés dans une base secrète du gouvernement, Ember et Caden s’allient contre leur gré pour assurer des missions de téléportation toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember est prête à tout pour retrouver sa liberté. Même si cela signifie un dangereux rapprochement avec Caden…

114149306

The vanishing girl me tentait depuis quelques années, sans pour autant que je saute le pas. Avec l'arrivée du livre dans nos contrées, ce fut pour moi l'occasion de le découvrir, non sans appréhension suite à quelques avis bien mitigés. Après un début effectivement difficile, que je trouvais assez décousu, la suite m'a autant surprise que régalée: j'ai adoré. 

 Il faut dire que The vanishing girl a ce côté addictif qui fait qu'on ne peut lacher le livre avant de l'avoir fini. Dévoré quasiment d'une traite, je ne m'attendais pas à autant accrocher à cette histoire mêlant science-fiction et romance de manière assez habile et bien dosée. 

Des le départ, nous savons que Ember peut se téléporter depuis le début de son adolescence. La jeune femme, aujourd'hui âgée de 18 ans, a toujours pris soin de rester discrète sur ce don aussi particulier qu'inexplicable. Mais ces derniers temps, ses téléportations sont différentes, il semblerait que quelqu'un l'aiguille dans ses déplacements jusque là anodins. Est ce possible? Une question à laquelle Ember ne va pas tarder à avoir une réponse, puisqu'un beau jour, le gouvernement vient la réclamer, comme étant sa propriété. 

C'est un choc pour cette dure à cuire au caractère bien trempé. Que vient faire le gouvernement? Et quel lien a-t-il avec son don? C'est tout l'enjeux du livre que nous allons tenter de découvrir avec Ember, mais la partie s'avère corsée. De ce côté, l'auteure a encore gardé pas mal de suspens, se concentrant sur l'adaptation d'Ember à sa nouvelle vie au centre et les missions qu'on lui affecte. Ce pan de l'histoire est assez prenant, avec pas mal de mystère et d'action. On ne s'ennuie pas une seconde, mieux encore, à chaque nouvelle mission, l'adrénaline grimpe en flèche. 

Pour contrebalancer cette intrigue, Laura Thalassa introduit une romance assez présente. Autant être au courant de suite auquel cas vous n'êtes pas fan de ce mélange. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé la relation que développent Ember et son partenaire Caden. Le jeune homme est vraiment très attachant et charismatique, il m'a de suite plu. Leurs échanges sont drôles et sarcastiques, mais on sent d'emblée l'attirance. Il est vrai que cela peut sembler extrêmement rapide mais dans le contexte, cela ne m'a pas gênée. Je crois que les personnes vivent les émotions différemment vu leur quotidien et le risque lié à chaque mission.

Entre Ember et Caden se crée une véritable complicité. Personnellement j'ai adoré que ces deux là puissent autant se faire confiance, n'aient pas peur de parler franco et de se confier l'un à l'autre. Si Ember a peur, Caden lui témoigne un amour sans failles et c'est souvent chaud entre eux, il faut l'avouer (l'auteure n'hésite pas à détailler les scènes d'amour). Sa protection est admirable et c'est en tadem qu'ils vont finalement avancer, jusqu'à échafauder un plan de fuite suite à des révélations plus que dangereuses... 

Plus on avance, plus le roman va crescendo et comme je le disais, c'est très addictif. Le style s'affirme également au fil des pages, et bien qu'il reste beaucoup de zones d'ombre, le roman est plutôt fluide. J'ai franchement hâte de retrouver cet univers dans le second tome, surtout à cause de la teneur du cliffhanger.


En bref, The vanishing girl est une sacrée surprise. Je ne m'attendais pas à aimer autant, surtout que le roman est assez addictif en soi. Le côté science-fiction m'a énormément plu même s'il reste encore assez mystérieux; de quoi attiser ma curiosité. Enfin, j'avais peur face à la romance mais elle a bien fonctionné avec moi. J'ai beaucoup aimé les caractères de Ember et Caden, assez opposés, mais qui se complètent à la perfection. Un amour sincère mis à l'épreuve par la dureté de leurs missions. Que dire, avec un tel cliffhanger, vivement la suite!

vendredi 16 mars 2018

My teen romantic comedy is wrong as I expected de Wataru Watari

my_teen_romantic_comedy

  • Nom: My teen romantic comedy is wrong as I expected de Wataru Watari
  • Lu en: français
  • Pages: 295 pages
  • Sorti le: 15 mars 2018
  • Editeur: Ofelbe
  • Fiche: présentation officielle
  • Premier tome d'une longue série

« L’insouciance de la jeunesse est une imposture ! » Le jeune Hachiman a une vision des plus pessimistes de la vie. De toute façon, sa situation actuelle ne le pousse guère à déborder d’optimisme : pas d’amis, pas de petite amie et sa capacité à envisager l’avenir est totalement nulle. Pour le faire changer, sa conseillère d’orientation le pousse à rejoindre le « Club des Volontaires » qui vise à aider les lycéens à résoudre leurs problèmes et à réaliser leurs rêves. Néanmoins, ses ennuis ne font que commencer : déjà forcé à se remettre en question, Hachiman apprend qu’il doit coopérer avec Yukino, une élève, aussi brillante que sarcastique et antipathique, qui ne lui laissera aucun répit. La rencontre de ces deux lycéens aux caractères si différents risque de créer des étincelles.

separateur-3

J'avais hâte de pouvoir découvrir ce nouveau light novel, très différent de ceux lus jusqu'à présent. Une comédie romantique contemporaine à la sauce japonaise? Oh que oui! Pensant lire un roman fun, léger, à la Kare First Love, c'est avec enthousiasme que j'ai commencé ma lecture... pour la finir complètement déçue. 

Je pense être totalement passée à côté de ce light novel. Je m'attendais vraiment à quelque chose de dynamique, drôle et surtout romantique. J'ai toujours bien apprécié les histoires d'ados au lycée et j'étais curieuse de faire la connaissance de ces protagonistes, m'imaginant rire avec eux, ou faire partie de leur club. Il n'en fut rien, que du contraire, je me suis sentie totalement étrangère à leur petite vie morne et ennuyeuse. 

Pourtant, l'idée de base est plutôt noble et le message que veut faire passer l'auteur est plus que bienvenu: dans la société actuelle, il est de plus en plus difficile d'évoluer en groupe, d'aider son prochain et d'être ouvert d'esprit et parfois, de voir la vie d'un oeil positif. C'est tout le problème de notre héros, Hachiman, très solitaire. Une nature que veut absolument changer sa prof principale (un peu fofolle si vous voulez mon avis) et qui l'oblige à intégrer le club des Volontaires. 

Je pensais qu'en intégrant le club, nous ferions la connaissance d'une myriade de personnages sympathiques. Si la prof de japonais ne m'avait déjà pas convaincue, je fus encore plus dépitée face au caractère glacial de Yukino, la seule autre membre du club. Avec elle, tout n'est que méprise et critique. J'avoue avoir eu du mal avec ce style et j'avais envie que Hachiman ait un peu plus de réparties pour se défendre. Mais face à sa prof et à Yukino, il s'écrase et subit. Une situation tout à fait controversée si on pense au message que veut faire passer l'auteur. Difficile de s'attacher ainsi aux personnages, froids qui restent campés sur leur position. 

Malgré tout, j'avais envie de voir où ce club nous emmènerait et force est de constater que ce fut l'ennui total. A chaque nouveau chapitre, son personnage. Chacun éprouve des difficultés dans un domaine ou un autre et c'est à travers le club qu'il essaiera de le résoudre. Encore une fois, l'idée est sympathique, qu'un groupe d'élève puissent s'aider, mais le tout est mal exécuté. C'est plat et il n'y a guère d'évolution, que ce soit dans l'histoire ou dans le caractère des personnages. 

Je suis extrêmement déçue de cette lecture qui ne m'a pas du tout enchantée. Je n'ai pas ri, ni souri, je n'ai pas éprouvé de sympathie, mais plutôt une très grande indifférence. J'apprécie le message que veut faire passer Wataru Watari mais j'aurai aimé un univers plus coloré, agréable et festif pour le transmettre. 


En bref, je suis très dure avec ce roman que je n'ai pas tout aimé. Pensant lire une histoire de lycéens plutôt drôle, légère et romantique, c'est tout l'inverse qui s'est produit. Malgré le message noble que veut faire passer l'auteur, je ne me suis absolument pas sentie concernée par cette histoire, n'éprouvant aucune sympathie, mais bien une indifférence totale. Malheureusement, je ne lirai pas la suite.