► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mercredi 7 mars 2018

Rencontre dans l'Upper East Side [From New York with love #1] de Sarah Morgan

rencontre dans l'upper east side

  • Nom: Rencontre dans l'Upper East Side [From New York with love #1] de Sarah Morgan
  • Lu en: français
  • Pages: 461 pages
  • Sorti le: 7 mars 2018
  • Editeur: Harlequin (Collection &H)
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom New York, Actually le 26 janvier 2017
  • Premier tome d'une trilogie

NOTE: En français, ce tome est considéré comme le premier d'une nouvelle trilogie. Cependant dans sa version originale, ce tome est le 4ème de la saga Coup de foudre à Manhattan. En effet, nous y retrouvons certains personnages des 3 romans précédents (Nuit blanche à Manhattan, Rendez-vous à Central Park et Noel sur la 5ème Avenue). Vous pouvez cependant lire ce roman indépendamment des 3 autres sans aucune gêne, si ce n'est que vous passeriez à côté de pas mal de petits détails et clins d'oeil! 

Voici Molly. Rédactrice au courrier du cœur à New York, elle se considère comme une experte en relations amoureuses. Enfin, seulement celles des autres. Car pour elle, le grand amour de sa vie, c’est son dalmatien. Et voici Daniel. Avocat spécialiste des divorces, il est bien placé pour savoir que les relations amoureuses sont à éviter à tout prix. Pourtant, un beau matin, il se retrouve à faire des pieds et des mains pour emprunter un chien… tout ça dans le but de provoquer une rencontre avec la mystérieuse joggeuse qu’il croise quotidiennement à Central Park avec son dalmatien… Molly et Daniel ont un avis bien arrêté sur les relations amoureuses. Leur rencontre risque de tout bouleverser…

separateur-3

Devenue une grande fan de Sarah Morgan, j'attendais ce roman avec une très grande impatience. Grâce à netgalley, j'ai pu le lire en avant première, pour mon plus grand bonheur. Comme tous les autres romans de l'auteure, j'ai adoré cette nouvelle histoire. 

Avant toute chose, il faut donc savoir que ce roman suit la continuité de la trilogie Coup de foudre à Manhattan. C'est toujours bien d'être averti, même si Rencontre dans l'Upper East Side peut se lire indépendamment. J'ai néanmoins très apprécié le fait de croiser Eva, ou d'entendre parler de Matt, Chase et Matilda. Ce sont des petits clins d'oeil vraiment sympathiques. D'autant plus qu'en lisant les tomes précédents, on a déjà une vague connaissance des protagonistes mis en scène ici, à savoir Daniel et ses soeurs jumelles.

Si Daniel, Fliss et Harriet ne nous sont pas totalement inconnus, Molly, elle, est toute nouvelle. Anglaise d'origine, Molly habite New York depuis 3 ans, suite à une expérience traumatisante survenue dans le passé. Convaincue que ce qu'elle a subi est entièrement sa faute et totalement mérité, Molly s'est forgée une carapace énorme dans le but de se protéger et ainsi éviter de blesser les autres. 

Un passé troublant qui conditionne souvent ceux que nous sommes aujourd'hui. Et c'est tout à fait le cas de Molly. La jeune femme reste sur la réserve et fait peu confiance aux gens. Alors quand Daniel tente de rentrer en contact avec elle lors de ses séances de jogging, c'est un peu le parcours du combattant, la jeune femme ne se laissant pas approcher... 

J'ai adoré cette rencontre entre Molly et Daniel au parc. Il y avait quelque chose de spontané même si Daniel avait bien calculé son coup au départ. L'aisance naturelle entre eux se ressent de suite, de même qu'une attirance physique indéniable. Mais chacun présente des failles et pour les surpasser ce ne sera pas simple. Commence alors une histoire forte et passionnée, à la recherche d'un futur apaisant et la paix avec un passé accablant. 

Outre l'histoire d'amour qui se met en place, j'ai beaucoup aimé la psychologie des personnages. Je ne sais pas si c'est parce que certaines choses font écho à mon quotidien, mais je me suis vraiment identifiée à ce roman. J'ai bien apprécié la capacité d'analyse de Molly - même si en ce qui la concerne, elle est incapable de se prodiguer les conseils qu'elle donne - et la détermination de Daniel. Le fait qu'ils puissent discuter de ce qu'ils ressentent, attendent... c'était fort pour moi. En plus, face à la fragilité et l'hésitation de Molly, Daniel se montre très patient. C'est pourtant un personnage très charismatique qui n'hésite pas sur ses intentions, mais il règne un profond respect mutuel qui m'a totalement conquise. 

Et si j'étais déjà charmée par ce que je lisais, Sarah Morgan ne s'est pas arrêtée là. Le fait que les animaux prennent autant de place dans ce livre a fait fondre mon petit coeur. Je ne sais pas, j'ai trouvé que cet élément donnait plus de profondeur aux personnages. Plus tendres, plus humains? C'était tellement bien de voir tout cet amour pour Valentin et Brutus, les deux chiens. Moi qui ai des animaux (des chats), je m'y suis encore plus attachée, à ce livre. C'était tellement beau et réaliste. 


En bref, j'ai adoré ce nouveau roman de Sarah Morgan, m'y identifiant avec force. Cette histoire a fait écho en moi sur de nombreux points, notamment la psychologie des personnages, le passé qui les façonne malgré tout et les animaux qui font partie intégrante de leurs vies. Un récit d'amour, d'amitié, de reconnaissance et de famille. Comme toujours, Sarah Morgan offre de jolis messages, le tout avec beaucoup de passion.


jeudi 22 février 2018

Une lueur d'espoir de K.A Tucker

une lueur d'espoir

  • Nom: Une lueur d'espoir de K.A Tucker
  • Lu en: français
  • Pages: 596 pages
  • Sorti le: 1er février 2018
  • Editeur: Hugo Roman
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Until it fades le 27 juin 2017
  • Tome Unique

Catherine Wright habite en Pennsylvanie, dans une petite ville où la population atteint tout juste deux mille habitants en dehors de la saison touristique. Elle est serveuse et s’occupe de sa fille de cinq ans. Une nuit, alors qu’elle rentre dans le brouillard d’un énième » blind date » organisé par sa patronne et amie Lou, elle tombe sur une voiture encastrée dans un arbre. Elle intervient et parvient à sauver la vie d’un des occupants avant que le véhicule s’embrase. Elle ne saura que bien plus tard qui elle a sauvé : Brett Madden. La star de hockey, héros national. Mais Catherine a déjà eu son heure de gloire quelques années auparavant, et la dernière des choses qu’elle souhaite, c’est d’être à nouveau sous la lumière des projecteurs et de voir son passé ressurgir. Elle ne révèle pas son identité. Et ça marche. Un moment… Jusqu’au jour où elle trouve l’homme qu’elle a sauvé devant sa porte. Il veut juste la remercier, mais il va bouleverser sa vie. L’amitié qu’ils ressentent l’un pour l’autre, dès les premiers mots échangés, se transforme peu à peu en quelque chose de plus profond que ni l’un ni l’autre ne s’attendait à ressentir. Un sentiment que Catherine n’est pas certaine de pouvoir gérer, un sentiment auquel elle a du mal à croire… Comment une superstar comme Brett Madden pourrait-il s’intéresser à une femme aussi normale que Catherine ? Combien de temps avant que cette étincelle qu’elle voit briller dans ses yeux ne s’éteigne ?

separateur-3

Depuis que je me suis remise à la romance contemporaine fin de l'année dernière avec les fabuleux Sarah Morgan, j'avoue que je m'intéresse de très près à ce genre qui me plait beaucoup actuellement. C'est léger, rêveur, tout ce qu'il me faut. Une lueur d'espoir m'a fait envie des que j'ai lu les premiers avis. C'était comme une évidence: il me le fallait. 

Pour une fois, j'ai privilégié la version française, inaugurant ainsi ma collection Hugo Romans. Si la couverture donne bien en vrai, je regrette néanmoins les nombreuses fautes présentes dans la traduction. Un point qui me semble important de souligner car cela aurait pu être évité. De plus, cela m'a un peu gâché mon plaisir. Plus j'avançais, plus j'avais peur de découvrir d'autres coquilles. Heureusement, l'histoire est suffisamment prenante pour qu'on arrive à passer au-dessus. 

Parlons-en justement de l'histoire. Elle m'a vraiment enchantée. Nous suivons Catherine, une jeune femme de 24 ans qui tente de se construire une vie normale après le désastre survenu 7 ans plus tôt, en 2010.  Aujourd'hui maman d'une petite fille, Catherine reste traumatisée de cet épisode de sa vie, qui aura tout chamboulé: en plus de l'arrivée de Brenna, Cath a dû abandonner le lycée et ses relations familiales se sont dégradées. Pour autant, la jeune maman essaie de tout faire pour offrir un maximum à son enfant, à commencer par se démener à son travail de serveuse. Elle était loin de s'imaginer que cette petite routine bien huilée allait voler en éclat au moment où sa bravoure lui dictera de sauver la vie d'un homme d'un accident de voiture grave. 

Cet homme, c'est Brett Madden, joueur de hockey très connu. Passionné, doux, altruiste, compétitif et beau à tomber par terre. Lorsque les deux jeunes gens se rencontrent enfin, c'est l'étincelle. Mais est-elle réellement sincère, ou seulement sous le coup de l'émotion? Car il faut l'avouer: ils vivent dans deux mondes totalement opposés. Pourtant, quelque chose de fort se crée et c'est tout ce que j'ai aimé dans ce livre. Brett et Catherine apprennent à se connaitre lentement mais surement, il y a une certaine progression dans leur amour, et cela ne le rend que plus beau. Parce qu'au début, on doute un peu, comme eux, sur la viabilité de ces sentiments. Vont-ils perdurer dans le temps? Brett est-il vraiment sincère ou n'est qu'une passade suite au choc de l'accident? 

A travers ces doutes, ces changements, on assiste aussi à la transformation de Catherine, jusque là très renfermée. Elle va prendre conscience que sa vie peut s'améliorer, que rien n'est écrit dans le marbre et que l'avenir peut réserver de belles surprises. C'est une jeune femme blessée qui va s'ouvrir peu à peu et qui se montre des lors, très touchante. 

J'ai beaucoup aimé Brett aussi - il peut aussi venir se présenter spontannément à ma porte quand il veut - qui dégage beaucoup de sensibilité. C'est sincèrement le trait de caractère que je retiendrai de ce beau gosse, outre son courage et sa passion pour le hockey. Avec Catherine, je les ai trouvés plutôt complémentaires. 

Au délà d'une histoire d'amour, Une lueur d'espoir, c'est aussi une histoire de famille, de pardon. Ce roman porte tellement bien son nom. Et même si je n'aurai pas été contre une centaine de pages supplémentaires, j'ai refermé ce livre avec le sourire et du baume au coeur. 


En bref, j'ai adoré ce roman plein d'espoir, d'amour et de sentiments. C'est une lecture doudou qui donne le sourire et qui réchauffe le coeur, portée par des personnages crébibles et attachants. Avec une plume simple et très fluide, Une lueur d'espoir se savoure, et nous promet de passer un moment fabuleux aux allures de conte de fées.

samedi 17 février 2018

Girlhood de Cat Clarke

Girlhood

  • Nom: Girlhood de Cat Clarke
  • Lu en: français
  • Pages: 360 pages
  • Sorti le: 5 octobre 2017
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Girlhood le 4 mai 2017
  • Tome Unique

L’amitié, c’est comme une allumette…… il suffit d’une étincelle pour se brûler les doigts. J’ai sombré quand ma soeur jumelle est morte, et mes amies m’ont reconstruite, morceau par morceau. Depuis, je pensais que jamais rien ne pourrait nous séparer. Jusqu’à ce que débarque cette nouvelle fille…

separateur-3

 La première chose que je pourrais vous dire sur Girlhood c'est que ce n'est pas mon préféré ni le meilleur roman de l'auteure (face à Cruelles et Revanche qui m'ont marqué). Pourquoi ? Et bien on commence à saisir la spécialité de Cat Clarke c'est-à-dire le thriller adolescent qui monte en tension et révèle une finale dramatique. Bien que les thèmes abordés soient importants, j'ai ressenti moins d'intensité en lisant l'histoire de Harper, soeur jumelle de Jenna.

Jenna est décédée d'une crise cardiaque suite à sa maladie : l'anorexie. Harper vit dans la culpabilité constante car c'est elle qui a parlé de régime et lorsqu'elle a vu que chez Jenna cela prenait des proportions déraisonnables, il était déjà trop tard. Pour fuir la pesanteur et la morosité du climat familial, Harper décide d'aller en pensionnat, pour prendre en main sérieusement ses études. La vie se passe bien, elle se fait un groupe d'amies qui chacune ont la tête sur les épaules, ont une passion. Le courant passe. Puis arrive une nouvelle fille Kirsty. Entre Harper et Kirsty, tout de suite c'est l'harmonie émotionnelle. Elles se comprennent. Elles ont vécu les mêmes épreuves. Elles ont perdu une soeur et c'est comme si elles avaient besoin d'en trouver une autre. La complicité naît de leur douleur commune. Harper se confie, entame des conversations qu'elle n'a pas avec ses autres amies. C'est sincère, c'est profond... et non dénué de sentiments complexes voire affectifs. Jusqu'au moment où petit à petit, la cassure avec ses amies l'éloigne de tout ce qu'elle a vécu...

 Plusieurs thèmes sont abordés dans Girlhood : le deuil, la culpabilité, l'amitié, l'orientation sexuelle et identitaire, la jalousie,, la confiance, les rivalités, la maladie, les mensonges. Le lecteur est pris dans cette relation particulière, évoluant vers un schéma dangereux, exclusif et malsain. On sent que Kirsty n'est pas nette mais on ne sait pas de quoi il en retourne vraiment. Certes il y a donc du suspense mais le climat est beaucoup moins pesant que dans les autres romans de Cat Clarke. Si je me suis attachée au personnage de Harper, je la trouve également parfois trop immature et influençable. Cela m'a dérangé. Par contre, j'aime beaucoup le style d'adolescentes que décrit Cat Clarke : ce sont souvent des filles sérieuses, qui ont des passions, des passe-temps (musique, sport) et prennent à coeur leurs études. C'est un aspect très positif de l'adolescence. 

 Vous l'aurez compris, j'ai vu venir les ficelles de l'intrigue très vite en cernant le personnage ambigu et complexe de Kirsty mais la révélation reste tout de même poignante et déchirante. Il y a beaucoup de psychologie, si bien qu'il est impossible de lâcher le livre tellement les questions fusent, l'envie de savoir est là, entre addiction et frénésie. J'ai été bluffée, surprise par certains rebondissements et révélations qui rendent l'intrigue encore plus dramatique. J'ai beaucoup aimé ce roman pour ce côté intelligent, cette réflexion sous-jacente sur les apparences, la vraie nature de personnes que l'on croyait bien connaître et qui nous déçoivent, ce suspense captivant et divertissant et toutes ces émotions contradictoires, entières qu'il met en avant. J'ai aimé voir le processus par lequel Harper commence à voir clair dans le jeu de Kirsty.


En bref, si ce n'est pas, à mon sens, le plus abouti et le plus intense des Cat Clarke, Girlhood reste un roman YA efficace et prenant à suivre. L'écriture de Cat Clarke est sans conteste percutante, directe, franche, avec cette force de caractère qui lui est propre. A l'instar de Cruelles et Revanche, c'est que derrière son rythme efficace, addictif et cette incroyable capacité à parler de l'adolescence, il y a beaucoup de profondeur dans ses propos. La fin, bien que trop rapide, m'a bouleversée et émue.

chronique_lael

mardi 30 janvier 2018

Trois de tes secrets de Julie Buxbaum

trois de tes secrets

  • Nom: Trois de tes secrets de Julie Buxbaum
  • Lu en: français
  • Pages: 384 pages
  • Sorti le: 18 janvier 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Tell me three things le 5 avril 2016
  • Tome Unique

Nouvelle dans un lycée huppé de Los Angeles, Jessie ne se sent pas à sa place. Alors qu’elle songe à rentrer à Chicago, elle reçoit un mail providentiel et… anonyme : un expéditeur inconnu lui prodigue de précieux conseils pour s’intégrer et éviter les pièges de Wood Valley. Jessie ignore tout de son ange gardien mais décide de lui faire confiance. Pour faire tomber le masque, elle l’incite toutefois à lui révéler trois de ses secrets…

separateur-3

Trois de tes secrets a retenu mon attention lorsque Pauline, de l'équipe PKJ, en a parlé sur Twitter. Son enthousiasme était tel que je fus intriguée. J'apprécie lire de bons romans contemporains et j'avais le sentiment que celui-ci me plairait. Ce que je ne doutais pas, c'était à quel point! Si j'avais eu le cran de faire nuit blanche, j'aurai lu le roman d'une traite. 

Il faut dire que le style est d'emblée hyper addictif. Je l'ai commencé en fin d'après midi, par curiosité et j'avais déjà avalé plus de la moitié sans m'en rendre compte. La plume, fluide, est très agréable. Mais ce qui nous tient en haleine, c'est de connaitre la véritable identité de Pep.

Pep, pour Personne-en-Particulier, qui se présente à Jessie derrière des mails afin de l'aider à se faire une place au sein du lycée de Wood Valley. Suite au remariage de son père, l'adolescente doit quitter sa vie à Chicago pour la huppée Los Angeles. Un changement radical qui est extrêmement difficile pour la jeune fille qui ne se sent pas du tout à sa place. Il faut dire qu'à Los Angeles, les choses et les gens peuvent paraitre surfaits. Mais en grattant un peu la surface, on se rend compte que pour la plupart, il s'agit de maintenir une facade. 

Lorsque Jessie débarque à son nouveau lycée, son statut de nouvelle fait vite le tour. Mais grâce à Pep, elle va peu à peu trouver sa place - non sans difficultés - se faire des amies et accepter cette nouvelle vie. Ses échanges avec Pep sont ce qui la fait tenir et nous, lecteurs, on adore ça. Pep est vraiment le personnage central de l'histoire. On a envie de connaitre son identité tout de suite. Mais le garçon est mystérieux et avec Jessie on apprend à le connaitre via quelques secrets partagés. 

J'ai adoré leurs échanges. J'y ai retrouvé un peu cette connexion que j'ai avec mon meilleur ami, que je ne peux pas voir réellement (merci la distance) mais avec qui je peux parler de tout, de rien, n'importe quand, du jour ou de la nuit. Entre Pep et Jessie, c'est un peu la même chose. On sent une aisance naturelle, un lien particulier qui se construit. Pep est intelligent, enigmatique, abîmé. Jessie est sensible mais battante, sincère. Ils se comprennent. Se complètent. C'est vraiment fort. 

Bien entendu, la jeune fille rêve de le rencontrer. On échaffaude alors des théories sur la véritable identité de Pep. Car dans la vraie vie, Jessie ne reste pas seule dans son coin. Non, autour d'elle gravite trois garçons, tous potentiellement Pep. Par choix, je ne vous parlerai ni de Caleb, Ethan ou Liam. Parce que mon préféré s'est aussi révélé être la bonne personne. Et cette découverte là, il faut la faire en lisant. Autant vous dire que j'avais le sourire niais à la toute fin. 

Par ailleurs, ce livre n'est pas seulement une histoire d'ados qui se parlent par écrans interposés. C'est tout un contexte plus complexe: la perte d'un être cher, recommencer de zéro ailleurs, se rendre compte que le monde entier ne tourne pas autour de nos émotions, notre douleur, accepter le renouveau, s'adapter. La famille a une belle place dans ce roman et j'ai totalement apprécié cet aspect. Bien que l'image de Los Angeles soit un peu cliché, Jessie est restée une fille simple et humaine, avec ses doutes, ses interrogations, ses qualités, ses défauts, son naturel. Elle n'est pas tombée dans les travers, elle est restée elle-même malgré cette jungle hostile que représente son lycée huppé. 


En bref, Trois de tes secrets est un roman aussi sérieux que drôle qu'intelligent. Il traite de plusieurs sujets qui devraient faire écho chez beaucoup de lecteurs. L'histoire est très bien dosée, proposant diverses thématiques mais au final, ce qu'on retiendra, c'est le sourire niais qu'on a vissé au visage après avoir tourné la dernière page. Du rire aux larmes, Julie Buxbaum nous livre un roman fort à lire sans plus attendre.

mercredi 24 janvier 2018

Eliza et ses monstres de Francesca Zappia

Eliza-et-ses-monstres

  • Nom: Eliza et ses monstres de Francesca Zappia
  • Lu en: français
  • Pages: 400 pages
  • Sorti le: 18 janvier 2018
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Eliza and her monsters le 30 mai 2017
  • Tome Unique

Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fi lle timide, intelligente, un peu étrange et... qui n'a pas d'amis. Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire. Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star. Mais Eliza ne peut s'imaginer aimer le monde réel plus qu'elle n'aime sa communauté numérique. Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d'être vécue hors ligne...

separateur-3

Eliza et ses monstres était le roman YA que j'attendais impatiemment de découvrir dans la collection R et je ressors de cette lecture avec beaucoup d'émotions, dans un tourbillon de questions, de sentiments, de ressentis. Je crois que c'est l'un des meilleurs young adult contemporain que j'ai pu lire, pourtant j'avais un peu d'appréhension avant de le commencer car j'avais peur que l'univers du fanart ne me plaise pas. Je ne suis pas trop fanart, fanfiction, et tout ce qui est webcomic voire même webwriting mais j'ai trouvé le propos hyper juste, abordé avec délicatesse et intelligence. Car finalement peur importe la passion, ici celle du dessin et de la BD, quand celle-ci prend tellement le pas sur votre vie privée, le résultat est le même.

C'est le cas d'Eliza qui partage son identité entre celle de tous les jours où elle est l'insignifiante, la transparente et la très introvertie Eliza Mirk. Pas d'amis, pas de discussions, beaucoup de silence pour une fille qui est dans sa bulle. On ne sait pas tellement si c'est elle qui a un trouble social, si elle souffre réellement de marginalisation et d'exclusion voire de dépression car chez Eliza on sent qu'elle recherche un peu cette solitude amie, ce besoin d'observer les choses de loin sans y participer. Puis il y a LadyConstellation, son identité virtuelle sur le web, créatrice de La Mer infernale, un webcomic qui attire des millions de fans. Et ce n'est pas rien car Eliza réunit une grosse somme d'argent grâce à la vente de produits dérivés issus de son oeuvre de SF. Elle aime sa communauté numérique, ses abonnés, ses followers et ne vit que pour dessiner et créer. Elle vit son histoire à fond, la ressent et tout son être vibre que pour ça. Mais là encore elle ne s'immisce pas dans cette communauté et garde l'anonymat aussi bien que la discrétion. Puis un jour, un nouveau, Wallace débarque dans son lycée. Il ne parle pas mais il est fan de La Mer infernale qu'il transpose en roman...

Eliza m'a beaucoup touché et en même temps parfois je ne la comprenais pas. C'est ce sentiment oscillant sans arrêt entre affection et incompréhension qui a rendu ma lecture attachante. Surtout aussi parce que mon adolescence n'a pas été facile, très solitaire également. On va suivre la relation d'Eliza et de Wallace avec dans l'esprit le fait qu'elle garde un secret important vis-à-vis de lui. Quelque chose qui pourrait bouleverser leur complicité naissante. Eliza est solitaire, certes et j'ai pu la comprendre : préférer sa passion à la vraie vie, vivre une vie sur les réseaux et par le biais de sa passion plutôt qu'interagir avec sa famille, avec les gens de son lycée. Parfois quand la réalité nous déçoit, on préfère vivre et s'investir dans nos passions, nos vocations, ce qui nous procure du bonheur. Mais Eliza a des défauts et pour moi elle est égoïste voire égocentrique. Ne pas remarquer certaines choses chez ses frères, c'est comme si elle avait des oeillères et que rien d'autre ne compte hormis son webcomic. C'est assez affolant et déroutant à la fois. On essaie de se mettre à la place des parents, inquiets et qui aimeraient avoir une adolescente normale et qui ne se replie pas sur elle-même. Donc on évolue dans ce climat qui peut-être pesant et difficile parce qu'Eliza est une fille brillante et intelligente, qui a du talent et énormément de choses à apporter autour d'elle. Mais elle ne s'en donne pas la peine...

Tandis que Wallace ne parle pas pour des raisons plus graves et qui nous apparaît comme un jeune homme sympathique, bon et généreux. Le lien entre Eliza et lui est incroyable, né d'une passion et d'une complicité. Il y a un vrai partage, une confiance qui va s'ébranler face aux secrets d'Eliza... Pourtant impossible de lui en valoir car si Eliza garde ses secrets, elle va apprendre progressivement à baisser sa garde, à se faire violence, à faire des efforts, à rencontrer les amis de Wallace. Le roman est très bien écrit, de cette plume pleine de sensibilités, de style, de subtilités psychologiques car l'héroïne n'est pas facile à cerner. J'ai également adoré le côté intimiste et immersif du roman qui nous plonge dans les pensées d'Eliza, mais aussi dans toutes ses réflexions et sa manière d'agir. Ainsi Eliza et ses monstres est un YA contemporain qui mise tout sur la psychologie de son héroïne et sur ses interactions avec son entourage.


En bref, c'était une chouette lecture sur le malaise adolescent, le manque de sociabilité, la marginalisation mais aussi sur l'art et la créativité. C'est assez dépaysant de voir comment le processus de création artistique peut couper l'adolescence de tout un monde. Ce fut une lecture très intéressante sur les mécanismes de protection de soi, qui évoque de manière originale la quête identitaire, la confiance en soi et en autrui et qui pousse à avancer, à se dépasser pour trouver le bonheur. Un roman YA incontournable de 2018!

chronique_lael


jeudi 18 janvier 2018

Rendez-vous à Central Park [ Coup de foudre à Manhattan #2] de Sarah Morgan

rendez vous a central park

  • Nom: Rendez-vous à Central Park [ Coup de foudre à Manhattan #2] de Sarah Morgan 
  • Lu en: français
  • Pages: 480 pages
  • Sorti le: 31 mai 2017
  • Editeur: Harlequin
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Sunset in Central Park le 30 aout 2016
  • Tome Antérieur: Tome 1

Depuis le désastreux divorce de ses parents, Frankie a un avis arrêté sur l’amour : ce n’est pas pour elle. La vie qu’elle s’est construite à New York, entre son passionnant métier de botaniste et son indéfectible groupe d’amis, lui convient parfaitement. Et si Matt, le frère aîné de sa meilleure amie, est le portrait-robot de l’homme idéal – célibataire, fiable et furieusement sexy –, elle se contente très bien de leur relation platonique. Mais, quand ce dernier décide de briser ce fragile équilibre en lui proposant un rendez-vous, Frankie sait qu’elle a un choix à faire : affronter ses peurs ou laisser l’homme parfait sortir de sa vie.

separateur-3

Quand vous avez besoin d'une lecture doudou, rien de tel qu'un roman de Sarah Morgan! C'est l'assurance de passer un bon moment et de se sentir bien. J'ai donc commencé ce second tome avec joie mais aussi avec un peu d'appréhension. En effet, je n'étais pas certaine d'apprécier Frankie que j'avais trouvé très froide dans le livre précédent. Quelle erreur de jugement! J'ai adoré ce personnage auquel je me suis grandement identifiée.

Frankie reste traumatisée par le divorce de ses parents qui lui a donné une image terriblement négative de l'amour. Avec un père inexistant et une mère qui s'envoie en l'air tous les hommes qui passent, la jeune femme se sent honteuse mais surtout, pense que les histoires d'amour, ça finit toujours mal. Très peu à l'aise dans ce domaine, Frankie a appris à se barricader derrière une forteresse impossible à franchir afin de se protéger. La peur de ressembler à sa mère la tenaille et tout stratagème est bon pour faire l'inverse. Alors qu'elle se pensait à l'abri, ses certitudes vacillent quand Matt, son meilleur ami et le frère de Paige, lui donne un rendez-vous...

J'ai franchement adoré découvrir l'histoire de Frankie et Matt qui évolue avec une certaine lenteur et logique. Frankie est une jeune femme à laquelle je me suis fortement identifiée. Comme elle, j'ai du mal à saisir l'instant présent et le vivre pleinement. Comme elle, j'ai une image de l'amour assez catastrophique. Comme elle, je suis persuadée que ça finit toujours mal et que ça sert à rien de tenter si c'est encore pour avoir le coeur brisé. Comme elle, je n'y connais rien au jeu du flirt et de la séduction. Comme elle, je me laisse guider par ma peur et non mes sentiments. 

Pour moi, c'était donc vraiment très fort. Pour d'autres, Frankie a sans doute pu se révéler fatigante avec ses incertitudes. Tout dépend de ce que chacun a déjà vécu ou pas. J'ai donc beaucoup aimé la voir s'ouvrir, certes avec panique, mais aussi avec courage et honnêteté. Confronter son passé, accepter la réalité et embrasser pleinement ses sentiments. Cela prend du temps mais avec Matt, Frankie sent qu'elle peut enfin aller de l'avant. 

Et on la comprend, Matt est un homme qui fait rêver. Bosseur, surprotecteur, honnête, doux, il incarne un peu un certain idéal. Connaissant Frankie depuis de nombreuses années, il sait comment se comporter avec la femme qui l'aime. Pour autant, Matt était loin de se douter des traumatismes de Frankie. Ce sera d'abord un choc puis une révélation: c'est la femme de sa vie. 

J'ai totalement fondu pour Matt qui se montre extrêmement patient même si il essaie aussi d'ouvrir les yeux à Frankie de manière parfois un peu brute. Une stratégie comme une autre qui fonctionnera et qui démontrera à quel point les deux sont faits pour être ensemble. On ressent toute leur complicité sur bien des sujets - que ce soit leur travail respectif, les films, ou encore Central Park - ainsi qu'une énorme confiance, base vitale pour toute relation. 

Comme toujours avec Sarah Morgan, on termine sur le grand final. Si, dans certains de ses livres cela est très précipité, ici il n'en est rien. Matt et Frankie se connaissent depuis longtemps et s'aiment depuis tout autant. Cette fin m'a parue logique et donc très belle. 


 En bref, j'ai eu un petit coup de coeur pour Rendez-vous à Central Park. Je ne m'attendais pas à autant m'identifier à Frankie, ses peurs, ses doutes, ses barrières. Mais quand l'amour, le vrai, est là, il peut nous donner la force et le courage de regarder ses angoisses en face, et de saisir enfin le moment présent. Voilà une histoire d'amour tout en douceur et confiance qui fait encore une fois rêver. 

mardi 9 janvier 2018

54 minutes de Marieke Nijkamp

54 MINUTES

  • Nom: 54 minutes de Marieke Nijkamp
  • Lu en: français
  • Pages: 290 pages
  • Sorti le: 2 novembre 2017
  • Editeur: Hachette Romans
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom This is where it ends le 5 janvier 2016
  • Tome Unique

Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Ils n’ont qu’une envie : profiter du printemps. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule. Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle.

separateur-3

J'avais déjà repéré ce titre lorsqu'il est sorti en VO alors lorsque j'ai su qu'il allait paraître en VF chez Hachette, je n'ai pas hésité une seule seconde. 54 minutes est un roman percutant et extrêmement perturbant puisqu'il aborde sur une thématique dure et tragique, actuelle, inspirée des faits divers qui ont lieu aux Etats-Unis : les fusillades et notamment les tueries au sein d'un établissement scolaire (lycée ou fac). Forcément en partant sur une telle intrigue, 54 minutes ne peut que vous percuter en plein coeur. C'est un roman polyphonique coup de fouet ou coup de poing qui ne vous laissera pas indemne.

C'est la rentrée à Opportunity School - Alabama, les cours ont repris, les élèves se remettent en selle : sport, choix de matières, nouvelles classes et peut-être aussi nouveaux élèves... Nous allons suivre Claire, Tomas, Autumn et Sylvia dans chaque chapitre qui alterne ses quatre points de vue. C'est le matin, il est 10h01 lorsque Claire commence son entraînement de course. Tomas lui, est accompagné de son ami Fareed. Ils ont décidé de sécher les cours pour forcer l'accès au bureau de la principale Trenton. Tomas veut absolument savoir pourquoi Sylvia, sa soeur, est terrifiée à l'idée du retour d'un élève nommé Tyler... Sylv et Autumn sont à l'amphithéâtre et écoutent le discours de bienvenue de la principale Trenton. Toutes les classes sont réunies, les professeurs, les élèves, la salle est bondée lorsque surgit un jeune, arme à feu en main et qui se met à tirer...

54 minutes c'est donc le récit de ce temps écoulé, depuis les touts premiers coups de feu jusqu'à l'intervention du SWAT (police spécialisée dans ce genre d'intervention). 54 minutes de pure terreur, d'épouvante et d'horreur faite de morts, de vengeance, de tueries gratuites et de haine pure... C'est toute l'expression de la violence faite homme. Dès les premières pages, j'ai été happé par ce suspense (il faut dire que je n'avais pas lu le résumé) et que l'ambiance oppressante laisse présager un drame... comme si tout était calme, normal avant la tempête! J'ai vraiment ressenti un malaise palpable dans les toutes premières pages et Sylv introduit cette peur et cette tension, en évoquant Tyler le frère jumeau de Autumn, la colère, la trahison et la jalousie ressenties lorsqu'il a découvert que les deux jeunes filles étaient amoureuses...

Ensuite dès que la fusillade commence, le lecteur est embarqué dans cette tension poignante car les évènements s'enchaînent sans nous laisser une minute de répit. Le lecteur a conscience du compte à rebours qui se joue, où chaque minute écoulée fait un peu plus de morts. L'ambiance est électrique, alerte et complètement redoutable. Le rythme est insoutenable, surtout vers la fin où l'on a qu'une envie : que ça se termine au plus vite pour épargner les victimes encore vivantes, pour sauver les blessés et pour pleurer les morts. Malgré que le roman soit court, je dois avouer que j'ai été bluffée par son côté très complet : tout est expliqué : la fusillade en elle-même, les motivations du tueur, comment il en est arrivé là...

J'ai également beaucoup aimé le choix des points de vue des personnages qui donne à voir toute l'ampleur du drame et comment il est vécu de chaque côté des parties : nous avons le point de vue intérieur, de ceux qui vivent le drame : Autumn, Sylv, Matt qui sont dans le gymnase. Ensuite nous avons Tomas qui est dans l'enceinte de l'école mais qui va tenter d'aider ses camarades en ouvrant les portes... Puis le point de vue de Claire qui est à l'extérieur, a entendu les tirs et avec son ami Chris va alerter la police. Puis il y a un autre point de vue, celui d'Autumn, la soeur de Tyler autrement dit celle par qui tout s'est déclenché. Elle va expliquer la situation familiale, la relation complexe avec son frère, la bouée de sauvetage qu'est Sylv et comment elle arrive malgré l'amour qu'elle porte à son frère, à le haïr pour ce choix destructeur. J'ai aimé que tous ces personnages aient un lien avec Tyler : Claire était son ex petite-amie, Sylv était son ennemie, celle qui lui a enlevé sa soeur, Tomas est le frère de Sylv et Autumn sa soeur.

Cela rend la lecture assez addictive et bien menée. Le seul bémol que j'ai pu voir c'est parfois un récit qui manque de profondeur au profit du sensationnel. L'auteure joue un peu trop sur la corde sensible d'un JT qui ferait les gros titres genre BFM télé (c'est d'ailleurs un peu morbide) Le rythme est basé sur l'action, l'émotion, sur un côté très visuel et scénaristique voire en restant à la surface (tel que ce que l'on peut voir aux infos) alors que j'aurais aimé que l'auteur traite mieux ce sujet de manière psychologique.


 En bref, 54 minutes est un roman saisissant et intense... d'une journée qui vole en éclats, où l'on ressent avec angoisse ce que vivent les personnages : la peur, la pression, l'envie de faire quelque chose, d'aider à leur niveau son prochain. Le récit est poignant et suffisamment stressant pour tenir le lecteur en haleine. J'ai beaucoup aimé même si j'ai été choqué par la cruauté malsaine de Tyler envers sa soeur. On ne peut qu'être touchés par ce genre de roman qui a le mérite de s'attaquer à un sujet d'actualité malheureusement présent et symptomatique de notre société. 

chronique_lael

 

mardi 2 janvier 2018

Nuit blanche à Manhattan [Coup de foudre à Manhattan #1] de Sarah Morgan

nuit blanche à manhattan

  • Nom: Nuit blanche à Manhattan [Coup de foudre à Manhattan #1] de Sarah Morgan
  • Lu en: français
  • Pages: 460 pages
  • Sorti le: 1er mars 2017 
  • Editeur: Harlequin
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Sleepless in Manhattan en mai 2016
  • Premier tome d'une trilogie

Un nouveau projet, une nouvelle vie, et le ciel de Manhattan pour seule limite. Même si l’entreprise d’événementiel qu’elle vient de lancer avec ses deux meilleures amies est encore au point mort, Paige veut y croire. Mieux, elle a un plan : ne plus jamais laisser la peur de l’échec la paralyser, manger sainement et se tenir aussi loin que possible de Jake Romano – mieux connu sous le nom de « Celui qui lui brisa le cœur ». A partir d’aujourd’hui, Paige ne pense plus au passé, seulement à l’avenir. Sauf que, dès sa première commande, son passé et son avenir se télescopent violemment.

separateur-3

Après avoir dévoré la série Snow Crystal, il était quasiment impératif pour moi de lire cette autre série de Sarah Morgan. Avec Nuit blanche à Manhattan, on quitte les sommets enneigés pour la grande ville qui bourdonne d'activité, qui scintille de mille feux la nuit et qui oblige ses habitants à vivre à un rythme effréné. 

Paige, Franckie et Eva sont trois amies d'enfance venues s'installer à New York pour se construire une nouvelle vie. Travaillant dans l'événementiel, Paige est certaine d'obtenir une promotion après tous ses efforts. Mais alors que la jeune femme a rendez-vous avec sa boss, elle apprend qu'elle et ses amies sont toutes les 3 virées sur le champ. Une catastrophe pour notre héroine principale qui panique à l'idée que sa vie si bien contrôlée ne le soit plus du tout.

Heureusement, les 3 amies peuvent compter sur Matt, le frère de Paige et Jake, le meilleur ami de ce dernier - et accessoirement le crush de Paige depuis toujours - pour les aider à aller de l'avant: pourquoi ne pas monter sa propre agence? Une idée aussi plausible que dangereuse mais qui séduira le trio. 

Le roman s'axe alors au début sur cet aspect du travail. Comment se lancer dans la jungle des entreprises, surtout à New York? A quoi faut-il penser, anticiper? Un concept intéressant qui m'a bien plu et en même temps qui m'a un peu ennuyée. Oui j'avoue que d'un point de vue personnel, revivre ces étapes de la création de business ne m'a pas sincèrement emballée. J'ai pu néanmoins compatir à l'angoisse des filles quant au démarrage compliqué auquel il faut s'accrocher. Heureusement, Jake est un chef d'entreprise assez prisé qui bosse dur. Grâce à son aide, la société de Paige est très vite lancée.

Démarre alors une certaine routine de travail dans laquelle on suit les filles, leur rôle au sein d'Urban Genie. Bien entendu, c'est autour de Paige que l'histoire est centrée et celle-ci prend rapidement un tournant plus sensuel. En effet, avec Sarah Morgan, il faut d'attendre à de la romance. Et de la romance, on en a avec Paige et Jake. Amis depuis longtemps, les deux jeunes gens sont toujours attirés l'un par l'autre sans pour autant l'assumer. Mais lors d'un événement particulier, Jake ne peut s'empêcher d'embrasser Paige qui en avait toujours rêvé. 

J'ai bien aimé leur histoire car on sent qu'il y a une base solide entre eux. Ils ont un passé commun et une histoire propre qui les rendent attachants, parfois énervants mais très humains. Chacun partage ses appréhensions et ses peurs mais au fond, l'amour est plus fort. Enfin, d'abord le sexe. Car entre Paige et Jake, c'est chaud brûlant et les jeunes gens s'accomodent très bien de cette relation. Mais c'est bien connu, les sentiments finissent par se manifester et ce qu'on croyait sans danger le devient. 

C'est une jolie romance que nous offre Sarah Morgan car les deux personnages sont obligés d'affronter leur ressenti, de les assumer et d'accepter que la vie peut être surprenante, et dans le bon sens. J'ai particulièrement apprécié Jake qui arrive enfin à s'ouvrir sur la fin. Certes, peut être rapidement mais avec l'auteure, cela ne m'a pas surpris, que du contraire. 

Nuit blanche à Manhattan n'est peut être pas un coup de coeur mais c'est encore une fois une vraie lecture doudou bien écrite, crédible et adorable. Si j'ai une petite réserve sur l'histoire de Franckie, j'ai hâte de découvrir celle d'Eva, qui semble être si douce et rêveuse. Dans tous les cas, j'ai aimé les différents thèmes mis en avant ici, que ce soit la ténacité au travail, l'amitié solide et l'amour magique.


En bref, Nuit blanche à Manhattan fut une lecture très agréable mettant en avant des personnages très attachants, humains et crédibles, qui évoluent au sein d'un New York magique. Si les thèmes de la ténacité au travail, croire en ses rêves et l'amitié ont une place de choix, c'est toujours l'amour qui occupe le centre avec une très belle histoire tout en passion et confiance. Que dire, j'ai passé un excellent moment!

samedi 30 septembre 2017

Sous la même étoile de Kelley York

sous la même étoile

  • Nom: Sous la même étoile de Kelley York
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 16 juin 2016
  • Editeur: PKJ
  • Fiche: présentation officielle
  • Tome Unique

Un frère et une soeur vont devoir trouver le moyen de protéger le garçon qu’ils aiment tous les deux Une fois le lycée terminé, Hunter et sa demi-soeur Ashlin décident de prendre une année sabbatique et d’emménager chez leur père. Là-bas, ils retrouvent Chance, un garçon fantasque avec qui ils passent tous leurs étés depuis l’enfance. Si le jeune homme les a toujours fascinés, Ashlin et Hunter éprouvent bientôt pour lui de tout autres sentiments. Mais ils comprennent aussi que les excentricités de Chance dissimulent une vérité bien plus noire…

separator-2

Nous rencontrons Hunter, sa demi-sœur Ashlin et Chance, un jeune homme mystérieux, étrange et fantaisiste. Durant toute leur enfance, chaque été, Hunter et Ashlin retrouvaient Chance. Après leur dernière année de lycée, Hunter et Ashlin ont décidé de passer une année sabbatique auprès de leur père et de Chance. Les retrouvailles avec ce dernier se déroulent comme à leurs habitudes, c'est-à-dire, qu’il n’est pas forcément là où ils l’attentent. Mais cette année, plusieurs événements vont obliger ce trio à traverser différentes épreuves. Vont-ils en ressortir plus fort ou bien, faut-il s'attendre à une rupture du lien qui les unit ? Pourquoi Chance agit-il toujours de manière inattendue ? Il y-a-t-il une sombre explication pour la justifier ?

L’intrigue s’installe tranquillement afin de mettre en place tous les éléments et de bien planter le décor. Mais plus on avance dans la lecture, plus on découvre des petites choses subtilement placées par-ci et par-là. On ne peut que constater que l’auteure maitrise parfaitement la construction de son intrigue et sait à quel moment la révélation doit être faite. Pourtant, le lecteur devine bien avant de quoi il s’agit. Seulement, le sujet traité par ce roman est tellement fort, qu’il est nécessaire d’y mettre clairement des mots dessus. Bref, il est impossible d’y rester insensible.

Concernant le rythme, il est donné par les multitudes péripéties. C’est tantôt lent, tantôt plus rapide. Ce qui est sûr, c’est qu’au fil des pages, on a de plus en plus envie d’être aux côtés des personnages, tant l’addiction est présente. La fin, quant à elle, m’a prise par surprise. Jamais je ne l’aurai imaginé comme telle. Pour vous avouer, après l’avoir terminé depuis quelques heures, je ne sais toujours pas si elle me convient ou pas.

Du côté des protagonistes, Nous avons Hunter et Ashlin, nos narrateurs. Hunter est protecteur et loyal avec les personnes qu’il aime. Ashlin est mature pour son âge même si elle partage de temps à autre son petit grain de folie. Son attachement pour les 2 jeunes hommes est très fort.
Chance est LE personnage principal de ce roman. Il est au cœur même de la raison de cette intrigue. Il est brisé, mais regarde au mieux la vie du bon côté. Les personnes qu’il aime sont son moteur afin de lutter contre sa situation.

Pour finir, la plume de Kelley York est magnifique, fluide, juste et réaliste. L’idée de l’alternance des points de vue fraternels entre Hunter et Ashlin, permet au lecteur de ressentir pleinement leurs sentiments et envoie cette histoire dans une autre dimension émotionnelle.


Il s’agit de mon premier roman lu de cette auteure et c’est un coup de poing au cœur que j’ai reçu. Ce récit est une combinaison réaliste où il est question de loyauté, d’amitié, d’amour, d’orientation sexuelle et d’événements sombres. De plus, on découvre un trio très attachant. Sans oublier que Kelley York a su parfaitement bien maitriser ses sujets du début à la fin. Bref, c’est une histoire qui restera un bon moment gravée dans ma tête.

logo-Momoko

vendredi 15 septembre 2017

La Lune est à Nous de Cindy Van Wilder

la lune est à nous

  • Nom: La Lune est à Nous de Cindy Van Wilder
  • Lu en: français
  • Pages: 376 pages
  • Sorti le: 14 septembre 2017
  • Editeur: Scrineo
  • Fiche: présentation officielle
  • Tome Unique

Un roman juste, émouvant et bourré d'énergie sur les préjugés et les ressorts qui permettent de s'en affranchir Max et Olivia n'ont pas grand-chose en commun. Max, solitaire et complexé, peine à s'intégrer dans son nouveau lycée. Olivia, sociable et hyperactive, vient d'être recrutée par la très populaire chaîne YouTube " Les Trois Grâces " et s'investit dans le milieu associatif. Ils n'ont rien en commun, si ce n'est qu'ils sont en surpoids, et que le monde le leur fait bien payer. Lorsqu'ils se rencontrent, ils se comprennent instantanément. Et décident de réagir – chacun à sa manière. L'habit ne fait pas le moine, dit-on... Ni Max ni Olivia ne s'attend aux défis qu'ils vont rencontrer. Et si l'aiguille de la balance n'était pas le seul challenge ? Et s'il était possible de décrocher la lune, même après être tombé à terre... ?

separator-2

Un grand merci à Scrineo pour l'envoi de ce livre.

J'écris cet avis avec une belle émotion tant j'ai aimé cette lecture. Ma chère Cindy, en plus d'être une amie formidable, tu as un talent fou pour écrire. En lisant La Lune est à Nous, je t'ai de suite reconnue. Dans un style contemporain, impossible de passer à côté de tes expressions favorites! Ce fut très agréable de lire ta plume de cette façon et cela m'a valu de nombreux sourires. 

La Lune est à Nous est un roman que tout le monde devrait lire. Il est écrit avec tellement de réalisme qu'il ne peut laisser personne indifférent. C'est une histoire d'actualité, qui nous rappelle dans quel monde on vit: un monde cruel où il est difficile de se faire sa place à partir du moment où tu te détaches du troupeau. Celui de ces gens qui se disent normaux sans vraiment savoir ce que ça veut dire. En quoi être blanc, mince, beau, hétéro définit la normalité? Pourquoi se conforter à l'opinion publique, celle qu'on voit partout, à la télé, sur internet, dans les magazines et qui nous rappelle qu'on est pas comme les autres? Qui nous amène à nous faire culpabiliser à nous sentir honteux de nous-mêmes? C'est avec beaucoup de justesse que Cindy Van Wilder aborde ces sujets qui m'ont beaucoup touchée.

En effet, impossible de ne pas ressentir d'indignation, de révolte, de colère face à la méchanceté de certains! On a envie de dire à nos deux personnages principaux - Max et Olivia - de répliquer, de ne pas se laisser faire face à tant de violence mais la peur les tétanise. Et c'est compréhensible. Lorsqu'on est agressé via les réseaux, il est plus facile de se défendre, d'appuyer sur le bouton "supprimer" et d'oublier. Mais face à face, tout est différent et cela est bien plus destructeur. En lisant ce roman je me suis demandée si les gens se rendaient compte parfois de leurs propos ou de leurs actes.... Une simple phrase peut blesser quelqu'un à un point tellement inimaginable que ça en devient insupportable. Je crois que chacun l'a déjà vécu. Que ce soit via le harcèlement scolaire ou le cyber harcèlement ou le chantage affectif, ou une simple critique, chacun a un niveau de tolérance différent.

Pour Max et Olivia, les choses ne sont pas simples: gros, gay, grosse et noire, des qualificatifs que la plupart des gens pensent tabous. Les gens gros? Ils n'ont qu'à faire régime, c'est bien fait pour eux! Sans chercher à comprendre... Gay? Ce n'est pas normal! Noir? Retourne dans ton pays! Toutes ces pensées conditionnées par une société qui nous vend l'élite, la beauté et la superficialité comme étant la normalité. Et ça, ils l'ont bien compris. Pour autant, plus on avance dans le roman, plus ils font preuve d'une force de caractère épatante! 

En plus de se battre et de nous montrer qu'en ne baissant pas les bras, on peut y arriver, j'ai beaucoup aimé l'aspect amical mis en avant dans le roman. Avancer seul, c'est bien, mais avancer en étant soutenu, aimé, encouragé, c'est encore mieux. Les amis sont la famille qu'on se choisit. Et elle est là à chaque instant. Et c'est tellement beau! Cela donne beaucoup d'espoir et on se dit qu'heureusement, dans ce monde, il existe des gens exceptionnels quelque part, qui croiseront notre route et qui seront là dans les bons comme mauvais moments! 

En plus des messages forts, Cindy offre un contexte très sympathique que j'ai adoré. Se retrouver dans mon pays, c'est juste parfait. Alors que l'ambiance est parfois lourde, Cindy arrive à nous faire sourire avec quelques bonnes expressions belges et à nous immerger dans la belgitude avec brillance. Hâte que mes amis français le lisent tiens ;) 

Enfin, petite mention à tous les titres musicaux cités qui nous offrent une très belle playliste riche et variée. J'ai particulièrement apprécié le choix de la dernière chanson, que je trouve parfaite pour illustrer le message d'espoir du roman. 

 


En bref, La Lune est à Nous est une lecture magistrale écrite avec réalisme et justesse, qui ne laissera personne indifférent. On ne peut ressentir qu'un torrent d'émotions face à ce roman qui prend aux tripes et qu'on ne peut lâcher avant de l'avoir fini. Je conseille à tous de le lire tant il vaut le détour: chacun s'y retrouvera sans aucun doute. Une très belle lecture que je recommande chaudement.