► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
jeudi 31 mars 2016

The Winner's Kiss [The Winner's Trilogy #3] de Marie Rutkoski

winners kiss

  • Nom: The Winner's Kiss [Winner's Trilogy #3] de Marie Rutkoski
  • Lu en: anglais
  • Pages: 484 pages
  • Sorti le: 24 mars 2016
  • Editeur: Bloomsbury
  • Niveau de compréhension VO: facile à moyen
  • VF: non prévue

War has begun. Arin is in the thick of it with untrustworthy new allies and the empire as his enemy. Though he has convinced himself that he no longer loves Kestrel, Arin hasn’t forgotten her, or how she became exactly the kind of person he has always despised. She cared more for the empire than she did for the lives of innocent people—and certainly more than she did for him.

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I still remember my surprise when I discovered The Winner's Trilogy. I wasn't prepared to read such a wonderful story. It was brilliant, magical, awesome. At some point, it became an obsession. I read the second book and my love for this series was confirmed. And now, it is over and I don't want to. The Winner's Kiss, as the two others books, was a masterpiece. It is really difficult to write about the last book in a series, but I can say it was a perfect conclusion to the story. Marie Rutkoski has a magnificent writing style. She created a plot based on gambles, politics, strategy. For me, this series stand out in the YA world. The Winner's Trilogy is so original. What I loved the most besides politics's games was the characters. Everything is about them: Kestrel and Arin are two strong characters yet so vulnerable. Humans. I loved how they grow up, how they learned to trust each other, to love each other. Each of them bears scars, but they just want a better world. In this conclusion war has begun. Kestrel and Arin need to be careful. This isn't a game anymore. But the characters are smart and surprising and I loved how it was played. Well done. An excellent third book for a beautiful series.

C'est toujours difficile de parler d'un dernier tome d'une saga. Aussi, je ne pense pas m'attarder de trop sur l'intrigue de The Winner's Kiss. Les enjeux sont maintenant plus qu'importants. La guerre est déclarée. Plus que jamais, la stratégie est de mise. Cette fois, plus personne ne joue... sauf peut être pour gagner. 

J'ai adoré ce troisième tome. A l'image des deux précédents, ce n'est pas pour son action que j'ai aimé mais pour son ambiance. Ce qui fait l'originalité de cette saga, c'est tout ce côté politique et stratégique, où les paris sont monnaies courantes. C'est un petit jeu dangereux où personne ne peut faire confiance à personne. C'est terriblement efficace et prenant. Ajoutez à cela des personnages très charismatiques et vous obtenez un petit chef d'oeuvre. 

Si l'intrigue avance bien, mettant un point final à toutes nos interrogations, j'ai fortement apprécié Kestrel et Arin. Dans ce tome, ils se réunissent enfin, pour le meilleur et pour le pire. Voilà deux personnages que j'ai aimés suivre. Leur évolution est impressionnante, mais inévitable. Arin et Kestrel ont tous deux joué avec le feu, portent tous deux des cicatrices aussi visibles qu'invisibles mais leur force de caractère est plus forte que tout. Malgré les difficultés, ils font des choix, les assument. Ils avancent. Pour autant, ce sont des personnages vulnérables, humains, qui remettent leur action en doute, se posent des questions. Sincèrement, on ne peut que les aimer. Ils sont tellement charismatiques et touchants!! 

Pour moi, la relation de ces deux personnages est tellement importante qu'elle porte tout le livre. Krestel et Arin sont le centre de l'attention et tout le reste gravite autour d'eux. Marie Rutkoski a vraiment imaginé un monde incroyable, porté par des personnages éblouissants. Une intrigue prenante, qui fait de ce livre, de cette trilogie, un must dans le vaste monde du YA. Il n'y a pas à dire, si vous voulez quelque chose de différent, alors n'hésitez plus. Cette saga vaut sacrément le détour. Tout est tellement bien pensé et présenté qu'on ne peut qu'adhérer.

En conclusion, je ne suis pas loin du coup de coeur pour cette superbe conclusion. Malgré la lenteur du récit, on ne s'ennuie jamais. Marie Rutkoski alterne la stratégie à la guerre, mêle amour, humour, doutes et confusion avec une main de maitre. Une fin parfaite pour une série qui l'est tout autant.


mercredi 30 mars 2016

Sword Art Online: Phanthom Bullet [SAO #3]

SAOtome3

  • Nom: Sword Art Online - Phantom Bullet [SAO #3] de Reki Kawaha
  • Lu en: français
  • Pages: 520 pages
  • Sorti le: 25 février 2016
  • Editeur: Ofelbe
  • (note de 3,5/5 en réalité)

« Bande de fous… Rappelez-vous ce nom et craignez-le… Le nom de mon arme et le mien… Death Gun ! » 
Un an après son retour dans la réalité, Kazuto Kirigaya, connu sous le pseudonyme de « Kirito, l’épéiste noir », se voit confier une mission dans le nouveau VRMMO à la mode, Gun Gale Online, pour enquêter sur la mort réelle de joueurs tués virtuellement à l’intérieur du jeu. 
Il y rencontre Shinon, une mystérieuse jeune fille déterminée à remporter le fameux tournoi Bullet of Bullets, battle royale qui déterminera le meilleur joueur de GGO. S’amorce alors pour Kirito, équipé d’un sabre laser, et Shinon la snipeuse, une chasse à l’homme mortelle dans ce monde où les révolvers ont remplacé les épées.

 separator 

Un grand merci à Ofelbe pour l'envoi de ce livre.

Étant une grande fan de SAO depuis sa découverte l'année dernière, j'attends chaque nouveau tome avec une énorme impatience. Pour autant, je me doutais que ce 3ème volume (qui reprend les 5è et 6è light novels japonais) allait moins me plaire. 

Et pour cause, je crois que le nouveau jeu présenté ne m'a pas vraiment plu. Gun Gale Online, est, comme son nom l'indique, un jeu où les armes à feu règnent. Un monde froid et calculateur, qui ne semble pas très sûr étant donné les récents événements. D'emblée, j'ai ressenti une certaine distance avec cette nouvelle histoire. L'équipe initiale de SAO ainsi que son côté fantasy/magie m'ont grandement manqué ici. De fait, j'ai eu un peu plus de mal.

Il faut dire que notre Kirito se fait voler la vedette par Sinon - ou Shino Asada de son vrai nom - une jeune fille redoutable dans GGO mais très fragile dans la vraie vie. Kawahara se consacre énormément à cette nouvelle venue et prend son temps pour développer le personnage. Malheureusement, je n'ai pas eu de sympathie pour Sinon, malgré son passé très douloureux. C'est un personnage très bien travaillé cela dit, qui présente deux facettes bien distinctes. Shino a vécu un traumatisme profond et il est intéressant de voir au fil des pages le combat de la jeune fille pour enfin passer à autre chose. Mais surtout que Shino puisse être aussi forte que son alter égo Sinon la gameuse qu'elle incarne dans GGO. 

De son côté, Kirito sera amené à entrer dans le jeu pour élucider certains mystères. Il semblerait que des Avatars se fassent tuer dans le jeu ET dans la vraie vie. Ce qui nous ramène un peu à Sword Art Online et la frontière exacte entre réel et virtuel. De ce point de vue, l'histoire est plutôt intrigante, je trouve que Kawahara a su innover et nous proposer une intrigue tournée plus vers le thriller et ainsi s'éloigner des précédents tomes. 

Kirito, qu'on connaissait surtout pour ses talents d'épéiste, va devoir s'adapter à ce monde d'arme. Clairement ce n'est pas son truc, mais ce gars là, c'est un master et très vite il s'accommedera à ce jeu. Avec Sinon, il formera un duo sympathique, mais pas aussi charismatique qu'avec Asuna. La demoiselle m'a d'ailleurs bien manqué ici, comme je le disais quelques lignes auparavant. En effet, il faut souligner que les amis de Kirito sont très peu présents, suivant uniquement la progression du jeune homme dans GGO. 

Et même si j'avais quasiment deviné qui se cachait derrière la menace, il faut cependant avouer que Reki Kawahara a réussi à me surprendre. Les révélations sont prenantes, et totalement crédibles. Avec GGO, l'auteur pose encore une fois de bonnes questions quant à notre implication dans le monde virtuel, quel qu'il soit. On sent également que la série évolue et qu'on ne parle plus que d'un simple jeu - SAO - qui aurait mal tourné à cause d'un seul et unique gars. 

Non, avec Phantom Bullet, on amorce un tournant qui promet de grandes et nouvelles aventures, avec également encore plus de questions sur l'impact du virtuel sur le monde réel.

lundi 28 mars 2016

Lady Midnight [The Dark Artifices #1] de Cassandra Clare

LM_cover

  • Nom: Lady Midnight [The Dark Artifices #1] de Cassandra Clare
  • Lu en: anglais
  • Pages: 668 pages
  • Sorti le: 8 mars 2016
  • EditeurMargaret K. McElderry Books
  • Niveau de compréhension VO: facile à moyen
  • VF: A paraitre courant 2017 chez PKJ

 It’s been five years since the events of City of Heavenly Fire that brought the Shadowhunters to the brink of oblivion. Emma Carstairs is no longer a child in mourning, but a young woman bent on discovering what killed her parents and avenging her losses. Together with her parabatai Julian Blackthorn, Emma must learn to trust her head and her heart as she investigates a demonic plot that stretches across Los Angeles, from the Sunset Strip to the enchanted sea that pounds the beaches of Santa Monica. If only her heart didn’t lead her in treacherous directions…

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

It's been a few days since I read Lady Midnight and I still don't know how to put in words what I feel toward this book. It was so awesome. I waited for it since 2 years and now that I read it, I just want to go back and read it again for the first time. Lady Midnight is a masterpiece. I don't know how to explain that but this book was like family, comfort. I felt "safe", at home. What a joy to follow Emma and Julian, now 5 years older. These characters.... it was insta-love. Yes I loved them so much. Emma because she's broken but fierce; Julian because he is sensitive with so much responsibilities. These 2 love each other but the law is hard: they can't because of their parabatai link. This is forbidden. With Lady Midnight, Cassie wrote more about feelings and love and friendship between not only Emma and Julian but between all the Blackthorn family. I really loved each of them. Each character brings something to the story. The most surprising was Mark. At first, I didn't know what to think of him. And even  if I actually don't like him at the very end of the book, he's a very interesting guy. On the other hand, the story was so so great. Its was also awesome to say hello again to Jace, Clary, Magnus.... even Jem and Tessa! Cassie introduces us to a new plot, very exciting and connected to the events that unfolded 5 years ago.  As always, Cassie is not cool with her readers, with shocking revelations. But this is how Cassie writes and this is why I love her books so much. I can't wait to read the sequel. My heart is actually broken and I already miss Julian and Emma. 

Cela fait déjà quelques jours que j'ai lu Lady Midnight et il est toujours difficile pour moi de mettre des mots sur mon ressenti. Ce livre, cela faisait 2 ans que je l'attendais. Et que vous dire? J'aimais déjà très fort les sagas The Mortal Instruments et The Infernal Devices mais Lady Midnight les surpasse encore plus. 

Des les première pages, j'étais comme à la maison. J'avais retrouvé mes marques, un univers que j'affectionne terriblement. C'était un sentiment de confort. En y repensant, Cassie a très bien fait de nous introduire le petit groupe des le tome 6 de TMI car il a été facile de se plonger dans cette nouvelle intrigue, qui se déroule 5 ans plus tard.

Julian et Emma ne sont plus des enfants. Ce sont des ados, et chacun porte de lourdes responsabilités. Si Emma se la joue plus guerrière, encore sous le choc de la perte de ses parents et habitée par une revanche incendiaire, Julian est beaucoup plus sensible. En effet, le jeune homme doit gérer beaucoup de choses à l'Institut. Entre son rôle de "père" auprès de ses jeunes frères et soeurs, son rôle de shadowhunter et aussi sa mission de garder l'Institut en état de marche, Julian est un personnage très abouti et surtout très touchant.

Entre eux, il y a une connexion spéciale, qu'on ressent directement. C'est ce que j'ai aimé particulièrement dans ce livre. Le fait que Cassie se consacre davantage sur les émotions de ses personnages, sur les liens familiaux, sur l'amitié et sur l'amour. Lady Midnight transpire de sentiments et cela vous prend aux tripes. D'autant plus que l'auteure met enfin en avant le lien qui unit deux chasseurs d'ombre: les parabatai. Emma et Julian ont prêté serment à 12 ans. Toujours proches l'un de l'autre, ils se connaissent par coeur, communiquent sans parler, savent d'avance ce que l'autre va faire, dire.... Non seulement le lien de parabatai est très fort, mais la connexion entre les deux jeunes gens est immense. Une connexion qui se transforme d'ailleurs en un amour puissant et véritable mais malheureusement interdit par la loi. 

C'est un des points essentiel au roman. On se demande pourquoi les parabatai ne peuvent s'aimer, et quand on apprend les raisons, on reste choqué. On a peur pour Emma et Julian. Parce qu'entre eux, c'est tellement beau. Comme je vous disais, Cassie a vraiment travaillé sur les sentiments et on les ressent à la puissance 1000. Et bien que Emma et Julian restent au centre, Cassie n'a pas oublié les autres personnages. La famille Blackthorn est vraiment adorable. J'ai adoré chacun des personnages, je trouve qu'ils ont tous leur place dans cette histoire. L'auteure exploite alors ici les liens familiaux, les sacrifices que cela exige, les attentes des uns et des autres, etc... tout est très abouti. Le retour d'un personnage en particulier bouleversera cet équilibre fragile, remettant en question le rôle et la place de chacun. 

Quant à l'intrigue, je l'ai trouvée passionnante. Lady Midnight est un gros pavé, mais on ne voit pas les pages défiler. L'histoire est tout aussi intéressante que ses personnages. Cassie nous introduit de nouveaux éléments, directement liés à un certain fait qui s'est déroulé 5 ans plus tôt. Très vite, on se prend au jeu de l'intrigue, curieux et sur nos gardes. Comme toujours avec l'auteure, certaines révélations sont choquantes. Et puis Cassie adore terminer sur une note dramatique ce qui m'a valu quelques insultes envers mon pauvre livre. 

Je pourrai encore en parler des heures, mais je gâcherai votre plaisir de lire. Lady Midnight fut un énorme coup de coeur. Non seulement Cassandra Clare continue de visiter un univers que nous connaissons tous, mais elle arrive à toujours plus nous surprendre. Petite mention spéciale au fait que l'on croise les anciens, pour notre plus grand bonheur. C'est qu'on se rend compte à quel point cette saga est complexe, magique, réfléchie dans les moindres détails. Ce premier tome de The Dark Artifices place la barre très haut. Ce fut une lecture magnifique qui me donne encore énormément de frissons et d'émotions.

vendredi 25 mars 2016

{En bref} Immaculée de Katelyn Detweiler

immaculee

  • Nom: Immaculée de Katelyn Detweiler
  • Lu en: français
  • Pages: 404 pages
  • Sorti le: 17 mars 2016
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Immaculate en mai 2015
  • / Abandon

Mina a dix-sept ans. Elle est vierge. Et enceinte. Première de classe, bien dans sa peau et dans sa famille, Mina sort avec le garçon le plus ambitieux du lycée. Mais le jour où elle se découvre enceinte – alors qu'elle n'a jamais fait l'amour –, son monde bien ordonné chavire. Personne ou presque ne croit en sa virginité. Pour son père, le coupable est son petit ami ; ce dernier, lui, est persuadé qu'elle l'a trompé. L'histoire de la grossesse de Mina va se répandre comme une traînée de poudre. Pour certains elle est une hérétique, tandis que, pour d'autres, les miracles sont possibles et l'enfant à naître de Mina sera le plus grand de tous... Et vous, dans quel camp vous rangerez-vous ?

 separator 

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Je suis extrêmement peinée d’avoir dû abandonner cette lecture car ce n’est pas dans mes habitudes, même quand j’ai du mal avec un roman, j’essaie de le terminer. Mais avec Immaculée cela s'est avèré impossible.

Il y a plusieurs raisons à mon abandon, la principale c’est l’héroïne, Mina, qui est insupportable. J’ai jamais autant vu un personnage parler de lui à la troisième personne en un seul chapitre. Deuxième point concernant Mina, c'est son égoisme, tellement obnubilée par son nombril. Au départ on se dit que ce n’est pas grave mais en réalité ça devient très vite horripilant.

La seconde raison de mon abandon c’est le style de l’auteure… En soi, ce n’est pas mal écrit au contraire, c’est très bien expliqué mais c’est aussi très plat, j’ai trouvé les 200 pages que j’ai lues sans aucune saveur. Pourtant le sujet du livre m’intéressait, je le trouvais innovant et original mais malheureusement ce ne fut pas assez pour maintenir mon intérêt et mon attention….

Pour terminer, peu importe le personnage, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux, ni à éprouver de l’affection à leurs égards. Les personnages sont lisses et pas très recherchés. Pour en revenir à Mina, elle accuse les gens sans avoir de preuves.  C’est difficile de vous en dire plus sur mon choix d'abandon sans vous spoiler l’histoire, mais clairement Immaculée n’est pas un roman pour moi.

Chronique rédigée par Olivia. 

*** 

Note: {En bref} présente en quelques petites lignes mes avis sur des lectures que je n'ai généralement pas pu terminer. Cela me permet de donner un court ressenti sur ces romans qui n'ont pas pu m'embarquer dans leur univers.

mercredi 16 mars 2016

La carte du destin [La Conspiration #2] de Maggie Hall

carte du destin

  • Nom: La carte du destin [La conspiration #2] de Maggie Hall
  • Lu en: français
  • Pages: 414 pages
  • Sorti le: 17 mars 2016
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Map of Fates en mars 2016

Deux semaines. C'est le temps qu'il a fallu pour que la vie d'Avery bascule du tout au tout. En l'espace de deux semaines, elle a découvert qu'elle était l'héritière d'une puissante société secrète connue sous le nom du Cercle et que sa mère était l'otage des ennemis du Cercle. Elle est aussi tombée amoureuse d'un garçon qu'elle n'a pas le droit d'aimer au moment même où elle apprenait qu'un autre lui était destiné, à son cœur défendant. À présent, Avery traverse les océans à bord d'un jet privé, à la chasse aux indices qui lui permettront de lever le voile sur la vraie nature du Cercle, condition sine qua non pour que sa mère et elle reprennent leur liberté avant qu'il ne soit trop tard. Les deux garçons sont à ses côtés : Jack, fiable, loyal et bien décidé à l'aider, quitte à négliger sa propre mission ; et Stellan qui, jour après jour, se rapproche d'elle, lui faisant remettre en question toutes ses certitudes. Mais à l'issue d'une course contre la montre qui mène Avery des îles grecques au tapis rouge de Cannes, une découverte vient tout chambouler, menaçant les fondations mêmes du monde. Voilà Avery forcée d'affronter la vérité en face : les membres du Cercle sont à mille lieues d'être ce qu'ils prétendent.

 separator 

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

La carte du destin s'est révélé être une très bonne lecture, si vous vous souvenez bien de mon avis sur le premier tome, j’avais apprécié mais j’avais trouvé que La conspiration avait beaucoup de faiblesses, et qu’elles étaient très visibles. Alors imaginez un peu ma surprise lorsque j’ai ouvert ce second tome et que j’ai tout de suite accroché à l’histoire !

Nous retrouvons Avery, Jack et Stellan très peu de temps après la fin de La Conspiration. La première chose qui m’a marquée et que j’espérais vraiment, c’est l’évolution de la psychologie des personnages. Avery m’a vraiment plu, moins cruche et plus réfléchie, elle est de ce fait moins pénible à suivre. Bon, bien sûr à des moments je la trouvais vraiment énervante mais pas comme dans le premier tome, où elle me faisait lever les yeux au ciel toutes les deux pages. Les autres personnages sont aussi plus travaillés, notamment celui de Stellan: dans le premier roman il était la caricature même du beau gosse un peu (beaucoup) bad boy. Mais dans La Carte du destin, on découvre que c’est un personnage bien plus profond et qui se révèle assez sensible.

Niveau action, ce livre dépote, on entre directement dans le vif du sujet et si je trouvais que l’on voyageait déjà pas mal dans le premier tome, le second nous offre un tour du monde incroyable. Le suspense est beaucoup plus maitrisé, certains faits sont encore prévisibles mais j’ai été plusieurs fois stupéfaite par la tournure des évènements, surtout dans les derniers chapitres. Une excellente fin, qui me fait attendre avec impatience la suite.

J’ai eu une autre très bonne surprise au niveau de la romance cette fois. Dans le premier tome, je l’ai trouvée sincèrement lourde et inutile à la progression de l’histoire. Dans La Carte du Destin, la romance prend une tournure vraiment inattendue et du coup, je ne peux pas m’empêcher de me demander comment ça va évoluer. La fin du livre est insoutenable à tel point que je me demandais s’il ne manquait pas des pages à mon exemplaire, alors que j’étais soulagée d’avoir fini le premier tome de la conspiration , le second volume de la série m’a laissée stressée et en attente concernant le troisième tome.

Je suis vraiment ravie que ce second tome soit bien meilleur que le premier, ce fut une lecture vraiment prenante et si je ne l’ai pas fini en une journée ou deux c’est simplement que j’avais pas mal de travail pour la fac à côté. La Carte du Destin a répondu à toutes mes attentes et m'a rendue vraiment impatiente à l’idée de lire la suite. Je vous le recommande grandement même si vous n’avez pas apprécié son prédécesseur. La conspiration semble faire partie de ces séries qui se bonifient au fil des tomes.

Chronique rédigée par Olivia.


mardi 8 mars 2016

L'ombre des morts [Nekromantia #2] de Rose Berryl

Nekromantia - Episode 2

 

  • Nom: L'ombre des morts [Nekromantia #2] de Rose Berryl
  • Lu en: français
  • Pages: Épisode 1 de 30 pages
  • Sorti le: 26 février 2016
  • Editeur: CKR Éditions

 Imaginez un peu… Vous vous réveiller un matin sur le Grand Monde, quelques années après qu’un terrible combat magique se soit déroulé entre le jeune sorcier Esklaroth et la reine des Ténèbres, Melena. Toutes les peuplades sont plongées dans une situation précaire, des plus désastreuses. La plupart des billes ont été détruites et les terres dévastées. Malgré tout, au fil du temps, les sociétés sont parvenues, tant bien que mal, à se réorganiser, malmenées par les guerres impitoyables, les trahisons et les épidémies qui auraient pu, à elles seules, porter un coup fatal aux cinq royaumes. Cette histoire commence ici, à Belnigera, capitale de Lythuste, au moment où le roi Victor X convoque les siens. Avisés par une Divinité qu’une menace imminente vouera le Grand Monde à sombrer dans les Ténèbres, il ne leur restera que peu de temps pour déjouer les complots démoniaques des deux ennemis les plus redoutables du Grand Monde, sous peine de voir toute trace de vie disparaître dans un brasier magique des plus spectaculaires.

 separator 

Un grand merci à CKR Editions pour l'envoi de cet épisode 1.

Je m'attendais à retrouver, dans ce second épisode de Nekromantia, notre héroine au caractère bien trempé Mylvera. J'espérais sincèrement en connaitre davantage sur elle car j'avais eu une bonne impression la concernant. Or, je fus un peu déçue de suivre un tout autre personnage qui ne m'a pas vraiment plu. 

Rose Berryl nous introduit Fareylia, une jeune fille qui peut se "classer" dans la catégorie des Mages. Assez froide, la fillette n'a clairement pas froid aux yeux et se montre d'ailleurs impitoyable. On en sait peu sur elle, mais je pense que la suite nous en dira plus, notamment sur son rôle exact dans cette histoire. Sa présentation se fait rapidement et on a pas vraiment le temps de cerner le personnage. J'avoue que, malgré une très courte bataille, je me suis clairement ennuyée dans cette suite, ne pouvant pas m'identifier à Fareylia.

Il est toujours difficile d'en dire plus quand on découvre un roman sous forme d'épisodes très très courts, aussi j'ai un peu de mal avec ce système. La lecture se fait à une vitesse folle, on reste en suspens et on peut vite se sentir frustré. On est un peu coupé dans notre lancée et cela peut sincèrement freiner l'envie de lire la suite. 

Néanmoins, la plume de Rose Berryl est toujours aussi plaisante, proposant une lecture fluide et sympathique. On verra ce que la suite nous réserve!

lundi 7 mars 2016

Les clans Seekers [Clans Seekers #1] de Arwen Elys Dayton

clan seekers

  • Nom: Les clans Seekers [Clans Seekers #1] de Arwen Elys Dayton
  • Lu en: français
  • Pages: 473 pages
  • Sorti le: 17 septembre 2015
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Seeker en février 2015

 

Il y a des vérités qui tuent...
Lorsque Quin aura prêté serment, elle deviendra enfin ce pour quoi elle s'est entraînée toute sa vie : une Seeker. Un honneur qui se mérite tout autant qu'il s'hérite.
Une fois initiée, Quin pourra se battre aux côtés de ses deux compagnons les plus proches, Shinobu et John, pour protéger le pauvre et l'opprimé. Ensemble, ils iront porter la flamme au coeur des ténèbres.
Et elle sera avec celui qu'elle aime, qui n'est autre que son meilleur ami.
Mais la nuit ou elle prête serment, tout bascule. Les masques tombent et Quin découvre qu'elle a été élevée dans le mensonge. Ni sa mission, ni sa famille, ni même ses amis ne sont ce qu'elle croyait.
Et il est trop tard pour faire marche arrière...

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

Usually I don't stop a book without finishing it. But Seeker was difficult to read. For the most part, it's sad to admit it was boring. I didn't like how the author introduced her world to us, it was very confusing. I didn't know which path she'll choose for her characters and it annoyed me.  The characters weren't really bad but they didn't catch my attention either. Seriously this book was nonsensical. But, and it's surprised me, the end was suddenly interesting. Things changed and became better. So even if I didn't enjoy this book so much, I'm still curious to read the sequel. I hope it will be more promising.

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Je n’ai pas l’habitude d’abandonner un service presse mais j’ai été tentée pleins de fois d’abandonner ce roman. Je ne l’ai pas fait et malgré les nombreux points négatifs de ma lecture, j’ai envie de lire la suite des Clans Seekers. 

Le premier tome de cette saga, raconte la jeunesse de Quin, Shinobu et John. Les trois jeunes gens s’entrainent pour devenir des seekers. Mais plusieurs choses se produisent au moment de l’examen final et cela va bouleverser leurs vies.

Mon premier gros souci avec ce livre a été la façon dont l’auteure nous jette dans son univers sans nous en donner les bases. Au début, c’est extrêmement difficile de situer l’histoire. On n’a pas d’indication concernant le lieu et l’époque où se déroule le récit, du coup difficile de  définir ce genre de livre. C’est sans aucun doute le plus gros point noir de ce livre.

Le deuxième gros point négatif c’est que les personnages sont assez lisses et par conséquent pas très intéressants. Je pense surtout à Quin, notre personnage principal, qui, faut-il le dire, assez soporifique. Elle incarne typiquement le genre d’héroïne avec lequel j’ai du mal parce que j’ai l’impression qu’elle ne sait pas réfléchir. Les deux personnages masculins sont déjà un peu plus travaillés, cependant ils ont eu du mal à capter mon attention. Ce sont des personnages plutôt transparents que l’on oublie assez vite.

L’intrigue met une éternité à se mettre en place.  Les deux cent premières pages du roman sont interminables et du coup on a très vite envie d’abandonner le livre. Le début et vraiment lent et on ressent une espèce de lourdeur dans la narration. J’avais l’impression que l’auteure ne savait pas trop où elle voulait nous mener, du coup j’ai trouvé que la grosse moitié du roman était maladroite et plutôt bancale. Je me suis vraiment ennuyée une bonne partie de ma lecture, en me demandant pourquoi l’auteure avait décidé d’écrire son univers de cette façon. 

Mais dans le dernier tiers, il s’est produit quelque chose. L’histoire a enfin réussi à capter mon attention. Les personnages changent complètement et deviennent super intéressants, l’auteure nous offre pas mal d’action et en plus de ça les descriptions deviennent également plus précises et moins soporifiques.

Je ressors de cette lecture extrêmement mitigée parce que si Arwen Elys Dayton s’était donnée la peine de partager quelques informations de base aux lecteurs, ce roman aurait pu donner quelque chose de très bon. Malgré un début de lecture très laborieux, mais grâce au changement de comportements des personnages, j’ai envie de lire le tome deux des Seekers pour connaitre la suite des aventures de Quin. 

Chronique rédigée par Olivia.

mercredi 2 mars 2016

The Collectors Society [Collectors Society #1] de Heather Lyons

collectors society

  • Nom: The Collectors' Society [Collectors Society #1] de Heather Lyons
  • Lu en: anglais 
  • Pages: 334 pages
  • Sorti le: 23 octobre 2014
  • Editeur: Cerulean Books
  • Niveau de compréhension VO: facile à moyen
  • VF: non prévu

After years in Wonderland, Alice has returned to England as an adult, desperate to reclaim sanity and control over her life. An enigmatic gentleman with an intriguing job offer too tempting to resist changes her plans for a calm existence, though. Soon, she’s whisked to New York and initiated into the Collectors’ Society, a secret organization whose members confirm that famous stories are anything but straightforward and that what she knows about the world is only a fraction of the truth. It’s there she discovers villains are afoot—ones who want to shelve the lives of countless beings. Assigned to work with the mysterious and alluring Finn, Alice and the rest of the Collectors’ Society race against a doomsday clock in order to prevent further destruction . . . but will they make it before all their endings are erased?

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I wanted to read this book for a long time. Finally I discovered it in ebook and now I want to have it in my library. I thought it was just a retelling about Alice in Wonderland but Heather Lyons surprised me. Her book is so much more than a retelling. It's just unique and especially original. I never read a book like that. The more I read, the more I was fallen in love with this universe. Heather Lyons created a beautiful and exciting story about characters who are originally from books. Imagine, you meet one day Alice Liddell, Mary Lennox, Wendy Darling, Huckleberry Finn... it's just extraordinary. I loved the plot, and our heroine was yet serious but also funny. With Alice, I discovered a new world. It was fascinating. Alice is very likable, I really appreciated her. But the character who won my heart was Finn. This man... I have not enough words to speak about him! Alice and him were beautiful together. I loved their connexion to each other. The story was brilliant, well written. Even if I'm not desperate to read the sequel, I can't wait to find again this world and these characters. 

Cela faisait longtemps que je voulais lire ce roman. J'aimais déjà énormément la couverture et le résumé me laissait rêveuse. Une histoire basée sur Alice au Pays des Merveilles, cela m'intriguait énormément. Si je m'étais préparée à repartir à Wonderland, je me suis lourdement trompée. Parce que ce livre, ce n'est pas juste un conte revisité, c'est bien plus que ça. 

Imaginez que vous croisiez en ville, par hasard, Alice Liddell, Mary Lennox, Wendy Darling ou encore Huckleberry Finn. Ce serait impossible. Et pourtant, dans le monde imaginé par Heather Lyons, ces personnages, issus des romans que nous connaissons tous, existent bel et bien. La popularité de ces livres a rendu ses héros réels. Bien que ce soit difficile à expliquer, chaque héros, issu de timelines différentes, se retrouve à travailler ensemble et à former la Collectors' Society.

Alors qu'Alice, âgée maintenant de 25 ans, est revenue depuis plus de 6 mois de Wonderland, un étrange personnage vient lui proposer d'intégrer la Societé. D'après lui, son monde est en danger et seule Alice peut le sauver. La jeune femme, intriguée, acceptera finalement assez vite. Avec elle, on embarque direction New York à la découverte d'une société insoupçonnée...

Le lecteur, comme Alice, découvre alors au fur et à mesure des pages l'enjeu exact de la Société, pourquoi elle existe et qui la constitue. On avance pas à pas mais l'auteure nous explique clairement les choses. C'est fluide, précis. Alice est en plus une héroine très drôle et sympathique. En effet, étant donné que sa timeline se situe au début des années 1900, se retrouver au 21ème siècle est assez déroutant pour elle, ce qui donne des situations un peu décalées.  Si du côté intrigue, on est bien servi, j'ai également adoré découvrir les autres personnages. 

En particulier un certain Finn, qui attire le regard dès sa première apparition. Ce jeune homme de 28 ans est issu d'un roman spécifique dont l'histoire n'est pas toute rose. Pour autant, Finn est un personnage adorable, avec beaucoup de valeurs. Entre lui et Alice, c'est l'attirance immédiate. On ressent d'emblée une connexion entre les deux qu'aucun ne pourra nier. C'est naturel et beau à la fois. En plus de travailler en duo comme c'est de coutume dans la Société, Finn et Alice forment un couple très touchant et authentique. 

Les autres personnages sont restés un peu en retrait mais j'avoue que le Roi Blanc, que l'on rencontre lors de notre passage dans Wonderland, m'a aussi tapé dans l'oeil. Son lien avec Alice est très spécial mais il existe entre eux un respect mutuel. Leur histoire passée a été très intéressante à découvrir. J'ai bon espoir de recroiser ce personnage assez mystérieux et tout de même bien charismatique. 

Entre romance et intrigue, Heather Lyons offre un premier tome excellent, plein de surprises, de révélations, de vérités, de rêves et d'imagination. Je ne m'attendais pas du tout à tomber amoureuse de ce roman. Tout est extrêmement bien dosé pour passer un excellent moment de lecture. Une sacrée découverte que je ne peux que vous conseiller. Et même si la fin ne nous incite pas à plonger sur la suite, j'ai très hâte de poursuivre les aventures d'Alice et Finn.

lundi 29 février 2016

La Conspiration [La Conspiration #1] de Maggie Hall

conspiration

  • Nom: La Conspiration [La Conspiration #1] de Maggie Hall
  • Lu en: français
  • Pages: 426 pages
  • Sorti le: 4 juin 2015
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom The Conspiracy of us en janvier 2015

Une énigme millénaire. Des indices aux quatre coins du globe. Une destinée extraordinaire. Ils ont le pouvoir de faire fermer Prada pour une session shopping privée. Mais aussi celui de déclencher une nouvelle guerre mondiale. C'est cette incroyable famille qu'Avery West se découvre à dix-sept ans. Ses membres appartiennent à une redoutable société secrète, le Cercle, qui voit en Avery la clé d'une prophétie millénaire. Écartelée entre des factions rivales, Avery va devoir lever le voile sur l'énigme de ses origines. Accompagnée de deux garçons du Cercle, le beau Stellan à l'humeur changeante et le ténébreux Jack, elle se lance dans une quête qui va la mener du musée du Louvre aux bazars d'Istanbul. Au cœur de la conspiration, Avery va devoir choisir entre sa liberté et sa famille, mais aussi entre le garçon qui pourrait l'aider à sauver l'humanité et celui qui fait battre son cœur.

 separator 

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

J’ai commencé la conspiration avec quelques appréhensions. J’avais entendu pas mal d’avis mitigés et du coup j’avais un peu peur de ce que j’allais trouver dans les pages de ce roman. Au final, j’ai été plutôt agréablement surprise par ma lecture. Malgré quelques points assez dérangeants, l’histoire est prenante et la dimension voyage/quête rend la lecture réellement intéressante.

On suit les aventures d’Avery, une jeune fille qui découvre du jour au lendemain qu’elle fait partie d’une des familles qui dirige le monde. Sans en mesurer les conséquences, elle se lance à la poursuite d’un secret vieux de plusieurs millénaires. De Paris à Istanbul en passant par les États-Unis, embarquez-vous dans cette aventure matinée de mystère.

Je vais commencer par vous parler des quelques petites choses qui m’ont posées problèmes et je finirais par les choses que j’ai vraiment appréciées dans ma lecture. Je lui ai trouvé plus de qualités que de défauts, cependant les dits défauts étaient bien trop visibles. Premièrement l’héroïne, Avery est un personnage trop superficiel et très stéréotypé, voir même un peu nunuche sur les bords. On a parfois l’impression lorsqu'on lit le début du roman qu’elle ne réfléchit pas avec son cerveau mais avec ses hormones. Malgré tout, c’est un personnage que j’ai commencé à apprécier dans la seconde partie du roman. Avery évolue un peu, ce qui rend la lecture bien plus agréable étant donné que l’histoire nous est racontée de son point de vue.

L’autre gros défaut de ce premier tome, c’est sa première partie complètement bancale, qui peut donner envie de rapidement abandonner sa lecture. L’histoire débute de façon assez maladroite et comme dit précédemment, l’héroïne est assez énervante. Il y a vraiment une différence entre le début et la fin du roman, l’écriture se bonifie au fil des pages et donne lieu à des descriptions de qualités. Mais outre l’écriture, la façon dont nous est narré le roman évolue. Au début, le roman fait très middle grade avec une héroïne pas très mature pour ses presque dix-sept ans. Mais après « la première partie » le roman fait très Young Adult avec des réflexions plus poussées et des considérations moins enfantines.

Cependant, ces deux gros défauts sont contrebalancés par une intrigue originale et prenante bien qu’un peu passée sous silence à certains moments du roman. Le thème choisi par l’auteure pour son roman lui permet de sortir des sentiers battus du Young Adult, la quête dans laquelle se lancent les personnages est principalement ce qui a retenu mon attention dans ce roman. Même s’il nous manque quelques éléments pour comprendre la totalité de l’entreprise des personnages. La façon dont est amenée la dimension de la quête, jumelée à celle du voyage rend ce roman entrainant.

Les quelques longueurs instaurées par une romance trop stéréotypée sont en quelque sorte annulée par une fin, bien qu’un peu prévisible dans le dernier quart du roman, qui relance l’intérêt du lecteur et qui donne fortement envie de connaitre la suite des aventures des personnages de la conspiration.
Vous aurez remarqué que je n’ai pas encore parlé des personnages secondaires, c’était fait exprès, à vrai dire, ce sont des personnages assez conventionnels et qu’il est facile d’oublier. Mais je pense qu’il y a moyen de faire quelque chose de très bon en les développant un peu plus, c’est ma principale attente concernant le second tome.

Donc malgré un début qui ne m’a pas forcément enthousiasmée, j’ai trouvé cette lecture intéressante pour son thème. C’est une série qui a un fort potentiel et qui peut donner quelque chose de très bon si l’auteure continue sur sa lancée et qu’elle approfondie un peu plus ses personnages. Vraiment, ma grande attente concernant le second tome ce sont les personnages.

Chronique rédigée par Olivia.

mardi 23 février 2016

Phone Play de Morgane Bicail

phone play

  • Nom: Phone Play de Morgane Bicail
  • Lu en: français
  • Pages: 346 pages
  • Sorti le: 14 janvier 2016
  • Editeur: Michel Lafon

Un soir, Alyssa, seize ans, reçoit un texto d’un mystérieux lycéen qui lui propose un jeu étrange : « Devine qui je suis et je serai à toi. »
L’occasion pour la jeune fille de mettre enfin du piquant dans sa vie qu’elle juge d’un ennui mortel… quitte à prendre des risques. 
Jusqu’où Alyssa ira-t-elle pour un garçon dont elle ne sait rien ?

 separator 

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

Voilà un livre qui me tentait beaucoup notamment grâce à son sujet porté sur les relations virtuelles. Un monde dans lequel on évolue tous, à l'ère où facebook, twitter et autres réseaux règnent en maîtres sur nos vies. Avec Phone Play, on plonge directement dans cette réalité virtuelle d'une manière aussi originale que déstabilisante.

J'avoue avoir eu du mal à accrocher au départ, ma lecture s'annonçait rude. Que feriez-vous si vous receviez un message d'un inconnu qui vous propose de jouer pour trouver qui il est et si c'est le cas, vous appartiendra? Des le début, cette approche m'a freinée. Je ne connaissais pas encore assez bien Alyssa pour comprendre ses choix mais le fait qu'elle accepte ce jeu assez rapidement m'a dérangée. Il lui manquait clairement un peu de résistance. Certes, cela donne un peu de piment dans un quotidien qui semble être plutôt banal chez la jeune fille, mais elle ne s'est pas assez posée de questions. Après tout, on ne sait pas qui se cache derrière cet inconnu.

Et c'est tout l'enjeu du livre, découvrir qui se cache derrière ce "Lui". J'avoue que ma curiosité n'était pas très sollicitée car les échanges ne me passionnaient pas plus que ça. Alyssa n'était, pour moi, pas un personnage attachant, tandis que "lui" se permettait des familarités que j'appréciais moyennement. Pas sûre d'adhérer au fait qu'un inconnu m'appelle "chérie" quand il me parle. Jusqu'à la moitié du roman, je trouvais les échanges plutôt superficiels jusqu'à ce que nos personnages se rendent compte de l'étendue de leurs sentiments.

A partir de ce moment, j'ai trouvé le revirement très intéressant. Est-il possible d'aimer une personne qu'on a jamais vu? Est-il possible qu'une personne faisant partie du monde virtuel puisse prendre autant de place dans notre vie réelle, au point d'attendre ses messages comme le Messie? Est-il possible d'éprouver comme un manque? Honnêtement toutes ces questions ont fait écho à mon expérience personnelle, ce qui m'a permis d'enfin m'identifier aux personnages. Je comprenais de mieux en mieux Alyssa et son ressenti. Le pouvoir des mots peut se révéler incroyable. Et rien que pour ça, cette lecture a fini par me surprendre. 

Morgane Bicail soulève ici un sujet passionnant sur les relations virtuelles qui peuvent ou deviennent réelles, ce qu'on en attend, ce qui en découle. Malgré son jeune âge, j'ai trouvé sa plume très fluide, moderne et actuelle. J'ai juste eu l'impression que les personnages étaient plus jeunes que ce qu'elle avait prévu, décridibilisant certaines réactions, mais à part ça, le récit a été joliment maîtrisé. 

En résumé, si le démarrage fut difficile, Phone Play s'est révélé être une très chouette lecture tout à fait dans l'ère du temps et finalement plutôt intéressante grâce à son contexte actuel. Bien qu'il souffre de quelques longueurs, il s'agit d'une lecture agréable qui fait passer un bon moment et qui peut même poser questions.