► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Mes chroniqueuses Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
lundi 26 septembre 2016

A la place du coeur de Arnaud Cathrine

9782221193334

  • Nom: A la place du coeur de Arnaud Cathrine
  • Lu en: français
  • Pages: 350 pages
  • Sorti le: 22 septembre 2016
  • Editeur: Collection R

Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.
Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi.

Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »...
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s'annonce et la perspective obsédante de la « première fois ». Sauf que le lendemain, c'est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l'entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes...
À la place du coeur, c'est ça : une semaine, jour après jour, et quasiment heure par heure, à vivre une passion sauvageonne et exaltante ; mais une semaine également rivée sur les écrans à tenter de mesurer l'horreur à l'oeuvre, à tenter de ne pas confondre l'information en flux continu avec un thriller télé de plus. Comment l'amour (qui, par définition, postule que « le monde peut bien s'écrouler ») cohabite-t-il avec la mort en marche ? Comment faire tenir ça dans un seul corps, dans une seule conscience ? Comment respirer à fond le parfum de la fille qu'on aime et comprendre, dans le même temps, que le monde qui nous attend est à terre ?

separator 

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Quand j'ai su de quoi parlait A la place du cœur, j'ai eu un peu peur. Pourquoi ? Parce que je ne savais pas comment j'allais revivre les attentats de Charlie Hebdo. Vivant presque dans Paris, j'ai difficilement vécu ce début janvier. A la place du coeur m'a énormément surpris de ce point de vue.

Ce roman fait ressortir des souvenirs difficiles, sans peine, j'ai revu ces jours de terreurs passer devant mes yeux. Mais ce livre n'est pas que cela, d'une certaine manière Arnaud Cathrine contrebalance ça avec une recherche de la Vie intense. On sent clairement que ses personnages ont le besoin de montrer qu'ils sont vivants. Et quoi de mieux que la découverte de l'amour quand la mort frappe à la porte ?

J'ai énormément de mal à vous donner mon ressenti sur cette lecture, elle était d'une certaine manière très belle, mais aussi très dure. Arnaud Cathrine est un auteur dont la plume frappe plus qu'elle ne caresse, il n'utilise pas de demi-teinte, tout est dans l'instant, le moment présent et l'impact des mots. L'auteur a su rester dans le juste et ne pas en faire trop.

Le personnage de Caumes résume bien toute la dualité de se sentir vivant, il découvre à la fois une chose merveilleuse et une chose horrible. Apparaît ainsi le sentiment de culpabilité, car on ne pense pas trop au mauvais surtout quand le bonheur se trouve à nos côtés. Caumes m'a fait ressentir énormément de choses, j'avais l'impression d'avoir devant moi une vraie personne et non pas un personnage fictif. Caumes est un personnage qui tente de cueillir la vie dans toute son intensité.

Les 70 dernières pages sont celles qui m'ont le plus touchée, elles sont dures, presque plus dures que lorsque l'auteur nous parle des attentats. La fin est tellement frappante, trop frappante, trop criante de réalisme.

J'ai été obligé de lire A la place du coeur en plusieurs fois, tant j'ai été submergée par l'histoire, ce roman m'a fait me rendre compte que je n'étais pas encore tout à fait remise de Charlie. Et que, mon inconscient, lui, y pense. Je ne sais pas si cette chronique vous donnera envie de le lire, mais je pense sincèrement que vous devriez laisser une chance à A la place du cœur.

Chronique rédigée par Olivia.


jeudi 22 septembre 2016

Et si... de Rebecca Donovan

et si

  • Nom: Et si... de Rebecca Donovan
  • Lu en: français
  • Pages: 480 pages
  • Sorti le: 6 septembre 2016
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom What if en septembre 2014

Quand Cal retrouve Nicole, l’amie d’enfance dont il a toujours été amoureux, à des milliers de kilomètres de leur ville natale, il n’en croit pas ses yeux. Il n’avait plus de nouvelles depuis un an… Malgré sa ressemblance frappante avec Nicole, cette jeune fille prétend qu’elle s’appelle Nyelle, et son caractère est à l’opposé de celle que Cal a toujours connue.
Est-elle vraiment qui elle prétend ? Ou est-ce Nicole, frappée d’amnésie ? 
La seule chose dont Cal est sûr, c’est qu’il ne peut plus vivre sans elle…

separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I really appreciate Rebecca Donovan thanks to her others books. I was curious to read What if and I must say after reading it that I was surprised again. This book was beautiful. I really loved the story, mainly narrated by Cal, a young man I appreciated from the start. When Cal found Nicole one day at the university, that's a shock. Not only because this girl seems to be Nicole but because she's pretending to be Nyelle. So who's Nyelle? And what happened to Nicole? Like Cal, we asked ourselves a tons of questions. This is intriging and very well thought from Donovan who kept the reader's attention. What if is a story about second chance, friendship, love, family and the search of ourselves. I really loved all these messages the book shares with us. What a book, for me, it's a must read.

Un grand merci à Pocket Jeunesse pour l'envoi de ce livre.

Rebecca Donovan est une auteur que j'apprécie beaucoup, m'ayant conquise avec son roman Ma raison de vivre. J'étais donc très curieuse de découvre Et si... un one shot bien prometteur. Après lecture, je dois dire que l'auteur a réussi le pari de me surprendre encore une fois. 

Et si... conte l'histoire d'une bande d'amis, narrée principalement par Cal. Un jeune homme que j'ai beaucoup aimé suivre et qui se révèle très attachant des le départ. Le fait qu'on suive aussi un garçon est rafraichissant et tend vers l'originalité, car il faut bien le souligner, en YA c'est rare. Avec Cal, on plonge dans une histoire très touchante, drôle, moderne et très addictive. Alors que rien ne prédestinait Cal à recroiser Nicole, la fille dont il a toujours été amoureux, c'est le choc lorsqu'ils se retrouvent. Sauf que Nicole prétend être Nyelle, une jeune femme au caractère bien trempé et à l'opposé de celui de Nicole...

Très vite, on sent une part de mystère qui émane du roman. On se doute que Nyelle a un lien avec Nicole et vice-versa, mais comment? Le lecteur s'interroge de la même manière que Cal et comme lui, on aimerait en savoir plus. Rebecca Donovan nous entraine avec habileté dans son livre, distillant ça et là des révélations importantes. Elle sait maintenir notre curiosité en proposant une dynamique excellente. Outre la narration principale de Cal, Donovan expose aussi des souvenirs et des retours en arrière. Ces derniers permettent à d'autres personnes comme Nicole ou Richelle, de prendre la parole. 

On se rend compte que cette bande d'amis partage un lien très fort depuis la tendre enfance. A travers ces retours on apprend à mieux cerner Nicole, Rae, Richelle et bien évidemment, Cal. Ce sont tous des personnages qu'on aime et qui sont authentiques. Au départ, on se sent un peu déboussolé par ces changements perpétuels dans la lecture mais très vite, on prend conscience de l'importance capitale de  cette façon d'aborder l'histoire. C'est très réussi, et quand on assemble les pièces du puzzle, on ne peut qu'être fortement ému. 

Car au-delà d'une histoire amicale, Et si... fait passer bien des messages. Je me suis beaucoup identifiée à Nyelle qui tente de se trouver elle-même. Se construire son identité, trouver sa place dans la vie, au sein de sa famille, ce n'est pas toujours facile pour tout le monde. Souvent, les gens ont des attentes nous concernant, ils nous imaginent d'une certaine manière et attendent que nous agissions conformément à ce qu'ils souhaitent. Or chacun est différent et à ses propres aspirations. L'acceptation de soi est encore plus compliquée car au fond, on aimerait tous plaire aux autres. 

Et si... c'est une seconde chance, une leçon de vie qui nous est racontée. On ressort de cette lecture profondément touché et émerveillé par cette histoire tellement bien construite. Rebecca Donovan démontre encore une fois tout son talent, tant dans son style d'écriture, qu'à travers ses mots. Ce roman, malgré quelques petites longueurs par ci par là, ne pourra en aucun cas vous laisser indifférent.

jeudi 15 septembre 2016

La Sirène de Kiera Cass

la sirène

  • Nom: La Sirène de Kiera Cass
  • Lu en: français
  • Pages: 350 pages
  • Sorti le: 22 septembre 2016
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom The Siren en janvier 2016

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l'Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l'entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Kahlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risquer pour écouter son cœur ?

separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I was really curious to read Kiera Cass's new book - well her very first book - and I feel disappointed. I think the author has good ideas but like The Selection, the story was superficial. A shame because I loved the mythology about sirens. This was the most interesting point in the book, and I was grateful for it. It kept me going unlike the heroin, Kahlen. I understood the girl and why she is suffering constantly - being a siren is not funny - but well the book was so depressing I didn't want to continue it. I wanted Kahlen to live more normally but the girl is stubborn and it's not her meeting with the charming Akinli who will change things. I liked Akinli and wished seeing him a lot more but Kiera was really focused on Kahlen. Such a pity because the pseudo love story wasn't convincing at all. I didn't appreciate the "soulmate" thing especially when there is nearly nothing between the two young people. The Siren was an sympathetic book with great ideas but with no further developments. Think I wanted more from it but that's it. 

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

J'attendais Kiera Cass au tournant, après sa saga La Sélection. J'étais curieuse de voir ce que l'auteur allait proposer et bien que La Sirène soit en fait son tout premier roman, j'espérais un tout autre style. Malheureusement, l'auteur ne se démarque pas et reste dans ses acquis. 

Mon problème majeur avec Kiera Cass est qu'elle a d'excellentes idées mais elles restent très peu - voire pas du tout - exploitées. La Sirène ne fait pas exception. On tient pourtant là un sujet très intéressant, peu mis en avant dans le YA. Avec la Sirène, Kiera nous fait découvrir une mythologie particulière, amenée de manière originale. C'est incontestablement le point fort du livre et qui m'aura fait tenir tout le long de ma lecture. 

Kahlen, jeune fille issue d'une famille aisée, est en voyage avec ses parents. Alors que la soirée se déroule mal à cause d'intempéries, les membres du bateau sur lequel ils voyagent sont tous inexorablement attirés par l'océan. La noyade semble aussi inévitable qu'inattendue, aussi quand Kahlen plonge, elle entend la voix de l'Océan. Prête à tout pour ne pas mourir si jeune, Kahlen prête allégeance et devient une Sirène. Une vie de servitude commence pour elle, longue et pesante...

Le véritable atout de ce livre est le lien que partage l'Océan et ses Sirènes. Ce dernier semble doté d'une conscience et d'une faim indomptable, qu'il faut contrôler. Afin de rassasier l'Océan, le rôle des Sirènes est de chanter et de provoquer des catastrophes pour attirer des milliers d'âmes au fin fond de l'eau... une tâche horrible et abominable qui pèse sur chaque fille mais en particulier Kahlen qui ne supporte pas cette souffrance et la destruction massive de familles. La jeune femme est alors la proie de nombreux cauchemars et est très déprimée. 

Une dépression qui se fait ressentir sur tout le roman et qui lui donne une atmosphère très lourde. J'avoue avoir été surprise par ce sentiment et je vous conseille d'être dans un état d'esprit plus joyeux à la lecture de cette histoire, pour ne pas déprimer avec Kahlen. Sa souffrance est telle qu'on la ressent puissance 1000 et on a du mal à progresser et à rester positif. D'autant plus que Kiera Cass prend son temps et que le roman est très lent. Il ne se passe pas énormément de choses et l'auteure s'attarde trop sur Kahlen et ses démons intéreurs. 

Un défaut majeur car le reste de l'intrigue reste assez classique. Tentant de rester éloignée de la civilisation au maximum, Kahlen rencontre néanmoins Akinli, un jeune étudiant. C'est un garçon charmant, plein de vie, qui va apporter un peu de lumière et de chaleur à cette histoire le temps de quelques chapitres. Je m'attendais, à la vue du résumé, à une histoire d'amour plus crédible, plus naturelle que celle proposée par Kiera Cass. En effet, Akinli n'est, selon moi, pas assez présent pour nous faire croire au grand amour. C'est un gros reproche que je fais à l'auteure, qui encore une fois accélère les choses importantes dans les 20 dernières pages et qui passe à côté d'un développement plus poussé. J'ai été incapable de m'attacher à Kahlen ou Akinli et encore moins de croire à leur histoire. Dommage car l'auteure n'hésite pas à utiliser les mots "destins" et "âmes soeurs" pour qualifier sa romance. Des mots qui ont pour moi une signification particulière et qui ne peuvent être utilisés sans une bonne raison. 

Malgré une bonne mythologie, je n'ai pas pu me plonger à fond dans cette histoire. Je pense que Kiera Cass tenait là un sujet passionnant qu'elle a traité de manière totalement superficiel. Du gâchis car il y avait beaucoup de potentiel. L'auteure a tendance à se focaliser sur un seul aspect de son roman et négliger le reste pourtant tout aussi important. 

La Sirène est donc pour moi une lecture sympathique aux idées brillantes mais mal exploitées. Il vous fera néanmoins passer un bon moment, le livre se lisant aussi assez vite grâce au style d'écriture fluide et agréable. Un roman qui méritait bien plus mais qui ravira les fans de l'auteur et les amateurs de sirènes!

***

La Sirène a fait l'objet d'une lecture commune avec Jessica du blog Alice Neverland. Sans tarder, découvrez son avis sur le livre!

mercredi 14 septembre 2016

Undertow [Undertow #1] de Michael Buckley

UNDERTOW_FINAL_hres

  • Nom: Undertow de Michael Buckley
  • Lu en: anglais
  • Pages: 376 pages
  • Sorti le: 5 mai 2015
  • Editeur: HMH Books for Young Readers
  • Niveau de compréhension VO: facile à moyen
  • VF: paru sous le nom La déferlante en avril 2016

Sixteen-year-old Lyric Walker’s life is forever changed when she witnesses the arrival of 30,000 Alpha, a five-nation race of ocean-dwelling warriors, on her beach in Coney Island. The world’s initial wonder and awe over the Alpha quickly turns ugly and paranoid and violent, and Lyric’s small town transforms into a military zone with humans on one side and Alpha on the other. When Lyric is recruited to help the crown prince, a boy named Fathom, assimilate, she begins to fall for him. But their love is a dangerous one, and there are forces on both sides working to keep them apart. Only, what if the Alpha are not actually the enemy? What if they are in fact humanity’s only hope of survival? Because the real enemy is coming. And it’s more terrifying than anything the world has ever seen. 

separator

~ ENGLISH REVIEW~ 

This book was really surprising, I didn't imagine it could be so good. But it was and I absolutely recommand this book to anyone who love a good story about aliens (called here Alphas), political issues, secrets, friendship and of course, a bit of romance. Michael Buckley has build a very original world with great characters. I liked al ot Lyric and her family, same for the Fathom, the only heir to the Alpha who's left. They were interesting and offered a really good evolution. The plot was amazing, a bit predictable near the end, but I really enjoyed all of this. 

Je l'avoue, je n'avais pas prévu de lire ce livre maintenant. La faute aux copines qui en parlaient en le comparant à la série TV Star-Crossed, diffusée il y a déjà deux ans de cela et pour laquelle j'avais eu un immense coup de coeur.  Ma curiosité piquée, j'ai commencé ce livre bien vite après me l'avoir procuré en anglais (mon côté superficiel n'aimant pas la couverture française). Et je dois dire que je ressors de cette lecture enchantée! 

Le début m'a effectivement fait penser furtivement à la série TV, ce qui m'a beaucoup plu, mais autant vous dire que rien n'est vraiment comparable. L'histoire de Michael Buckley est plus originale et plus fantastique. J'ai vraiment beaucoup apprécié sa manière de nous introduire ce peuple venu de la mer. Les Alphas, comme on les appelle, ne sont comme aucune autre créature. Entre les Nix, les Cetos, les Sirena, il y a de quoi s'y perdre. Chaque clan a ses propres particularités, ses propres pouvoirs et influences. Mais tous obéissent au Chef, qui n'est pas fort apprécié par les temps qui courent. En proie à une rébellion interne, les diverses candidats prêts à renverser le chef se mesurent au seul héritier encore en vie: Fathom. Un prince charismatique, qui croit en ses valeurs et aux principes de sa société et qui répond à chaque challenge avec force et courage. 

J'ai beaucoup aimé ces Alphas qui restent malgré tout très intrigants. Dans un contexte politique très compliqué, six alphas sont invités à suivre les cours au lycée de la ville. Une démarche qui ne plait guerre aux humains et qui tentent par tous les moyens de renvoyer ces êtres venus d'ailleurs chez eux. S'en suit des débordements, et beaucoup de violence, de tactiques politiques et sociales. C'est très intéressant et plutôt bien mis en place. 

Pour facilité la "cohabitation", Lyric, notre jeune héroine est invitée à entrer en contact avec Fathom, histoire d'établir un premier lien. Lyric est une jeune fille qu'on apprécie directement. Au-delà de ses tracas d'adolescente, Lyric a une vie très complexe. Très proche de ses parents, ils cachent ensemble une très lourde vérité qui pourrait bien avoir de sacrées répercussions. C'est donc dans un climat très tendu que la demoiselle évolue. 

L'auteur prend son temps pour développer les relations entre les alphas et les humains, en particulier entre Lyric et Fathom. Leur lien se construit peu à peu et est, de ce fait, plutôt crédible. On s'attache véritablement à eux et on espère une entente cordiale. J'ai vraiment apprécié le déroulement de l'histoire et tout ce qui gravite autour. Car il y a tant à découvrir dans ce roman! Michael Buckley offre ici une intrigue et un scénario qui tiennent grandement la route. 

Je ne peux que vous conseiller cette histoire qui va crescendo vers un final, certes un peu prévisible, totalement explosif. Undertow est un excellent tome d'introduction qui pose parfaitement ses bases. J'ai vraiment hâte de découvrir la suite qui s'annonce très très riche en rebondissements et découvertes!

dimanche 11 septembre 2016

The Bird and The Sword de Amy Harmon

The Bird and the Sword

  • Nom: The Bird and The Sword de Amy Harmon
  • Lu en: anglais
  • Pages: 352 pages
  • Sorti le: 11 mai 2016
  • Editeur: Createspace
  • Niveau de compréhension VO: moyen
  • VF: aucune info à ce jour.

Swallow, Daughter, pull them in, those words that sit upon your lips. Lock them deep inside your soul, hide them ‘til they’ve time to grow. Close your mouth upon the power, curse not, cure not, ‘til the hour. You won’t speak and you won’t tell, you won’t call on heav’n or hell. You will learn and you will thrive. Silence, Daughter. Stay alive. 

separator

~ ENGLISH REVIEW~ 

Until now I always loved Amy Harmon's books and this one is no exeption. What a masterpiece! The bird and the sword was a magnificent book, written brilliantly thanks to Amy's exeptionnal writing style. What can I say? If you love fantasy books, I highly recommand this one to you. There a lot of action, mysteries, love and interesting discoveries. I really enjoyed this story, so much well build. It was intriguing and I found myself falling in love with the characters. They were so charismatics! I loved them at first sight. Lark is a strong yet fragile heroine whom the evolution is spectacular. Tiras is a young king, brave and really fierce. Between them, there is a special link, a beautiful alchemy I loved so much. The plot is great, well thought. When you start this book, you just can't put it down before finishing it. Amy is an awesome author, she amazes me with her stories. I really hope she will continue in this fantasy genre because it suits her so much. The Bird and The Sword has a lot of power, it vibrates, and take your breath away. So much for a book but that the truth. A must read.

J’ai toujours beaucoup apprécié les romans de Amy Harmon et j’étais très curieuse de découvrir l’auteure dans un registre totalement fantasy. Le résultat ne s’est pas fait attendre, des les premières pages, j’ai su que j’aimerai ce livre.

The Bird and the Sword est un roman fantasy comme je les aime, divinement bien écrit. Amy Harmon a une plume exceptionnelle qui fait passer tellement de choses, en particulier des sentiments forts et profonds. Elle manie les mots avec une telle brillance qu’on en a le souffle coupé. C'est tellement magique, magnétique et addictif qu'on lit ce livre d'une seule traite. Honnêtement, j'espère que Amy va continuer dans ce registre car il lui va à merveille. 

Alors qu'elle a 5 ans, Lark voit sa vie transformée à jamais. Au royaume de Jeru, il existe des gens dotés de pouvoirs particuliers et Lark en fait partie. Tout comme sa mère, la jeune demoiselle est une Conteuse qui sait contrôler les mots et leur donner une réelle consistance. Un soir, le roi leur fait une visite surprise et surprend la magie à son oeuvre. Très vite les choses s'accélèrent et la mère de Lark est assassinée non sans avoir lancé une malédiction qui touchera non seulement sa fille mais aussi le roi et son propre fils. Une malédiction qui pèsera lourd sur chacun d'eux et qui nous conduira aux futurs événements.

Quinze années ont passé et Lark est toujours muette. Fille du second héritier du trône, Lark ne s'entend pas avec son père qui ne rêve que de devenir roi. Son obsession l'amènera à faire des alliances dangereuses afin de faire tomber le Souverain actuel: Tiras. Tiras est un jeune roi plein de bonne volonté mais au caractère dur. Depuis quelques temps, il est à la merci d'une guerre sans fin contre les Volgars, des étranges créatures mi-hommes, mi-oiseaux qui détruisent tout sur le passage. Afin de réduire cette menace, le roi avait exigé que tout Seigneur envoie une armée pour soutenir les combattants. Or c'est précisément ce que le père de Lark n'a pas fait...Pour exiger obéissance, Tiras emmène Lark en otage à la Capitale...

On pense alors suivre Lark en tant que prisonnière mais il n'en est rien. Très vite, entre la jeune femme et le roi se tisse un lien très particulier: en effet, Tiras est le premier à entendre les pensées de Lark et de communiquer avec elle. Les deux jeunes gens se rapprochent malgré eux et c'est en toute logique que les sentiments s'en mêlent. Si Lark se montre encore fragile, Tiras cache un lourd secret mais dévoile une personnalité fort intéressante. J'ai trouvé que les deux personnages présentaient une très belle alchimie, crédible et durable. Dans un contexte comme celui là, la romance n'est pas le point central mais reste bien ancrée. On ne peut que s'attacher à eux et espérer qu'ils s'en tirent à bon compte. Personnellement j'ai adoré autant Lark que Tiras. Deux contraires qui s'attirent et qui se complètent à merveille. 

L'intrigue est tout aussi passionnante mêlant découvertes, révélations et surtout beaucoup d'action. Nos héros n'ont pas beaucoup de répit face à cette guerre qui fait rage contre les Volgars mais aussi contre ces ennemis au sein de la Communauté qui veulent voir Tiras tomber. C'est aussi politique que violent mais totalement prenant. On tremble avec les personnages qui tentent de sauver le monde tout en se préservant. J'ai adoré comme Amy Harmon a construit son histoire qui va crescendo. Elle arrive à nous captiver des le départ et à maintenir notre curiosité tout le long. Au delà de son aspect purement fantasy, The Bird and The Sword a indéniablement une aura de mystère et de magie qu'il faudra percer. Un pur régal. 

Un roman magnifique, qui pose un background fort intéressant, mais qui met surtout en scène des personnages fabuleux, à la personnalité attachante et unique. Amy Harmon fait encore des merveilles grâce à sa plume et à son talent. Que vous dire, The Bird and The Sword est un must read en matière de fantasy et je vous le conseille les yeux fermés. Vous serez transportés. 


samedi 3 septembre 2016

Harry Potter and the Cursed Child [Harry Potter #8] de JK. Rowling, John Tiffany & Jack Thorne

Harry_Potter_and_the_Cursed_Child_Special_Rehearsal_Edition_Book_Cover

  • Nom: Harry Potter and the Cursed Child [Harry Potter #8] de JK Rowling, John Tiffany & Jack Thorne
  • Lu en: anglais
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 31 juillet 2016
  • Editeur: Little Brown UK
  • Niveau de compréhension VO: facile
  • VF: à paraitre sous le nom Harry Potter et l'enfant maudit en octobre 2016

The Eighth Story. Nineteen Years Later.

Based on an original new story by J.K. Rowling, Jack Thorne and John Tiffany, a new play by Jack Thorne, Harry Potter and the Cursed Child is the eighth story in the Harry Potter series and the first official Harry Potter story to be presented on stage. The play will receive its world premiere in London’s West End on July 30, 2016.

It was always difficult being Harry Potter and it isn’t much easier now that he is an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband and father of three school-age children.

While Harry grapples with a past that refuses to stay where it belongs, his youngest son Albus must struggle with the weight of a family legacy he never wanted. As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: sometimes, darkness comes from unexpected places.
 
 

separator

~ ENGLISH REVIEW~ 

I was so looking forward to this book, curious to read the play's script. Because yes, before I begin, I want to clarify that this is indeed a script and not a novel. The reading is different and I think we should take this into account. Harry Potter and The Cursed Child was very criticized by some and loved by others. It is true that some things are a bit farfetched and seem implausible, but honestly, I found the evolution of the story very interesting. We do not have details or descriptions but after spending so many years in this magical world, it is easy to imagine. In this version, which takes place twenty years later, we meet the Potter family. Albus is the central character in this play and has a well-defined personality, which I enjoyed. He had a tortured side, not knowing how to deal with the legend that is Harry Potter.  In his quest to find himself, we meet Scorpius Malfoy who  I literally worshiped. Unlike his father, Draco, Scorpius shown great empathy. This is a very sweet character, touching and adorable that tries to always see the good side of things. . I had a little crush on this character who has managed to make me see things otherwise and that despite the past of our parents, we can build our own identity. But our favorite trio is not far behind. What a joy to read about Harry, Ron and Hermione. Frankly, I was happy to see what they had become. As for the plot, difficult to talk about it because it takes place over several years. This is a scenario designed exclusively for the play. But if you truly like the HP universe, I think the feeling that emerges from your reading will be nostalgia. It was, in a sense, quite intense and magical at once. And for that, I am truly happy to have read this book. Harry Potter will always be Harry Potter and even though we have not here an 8th book worthy of the name, I think this script is a very nice gift to the fans.

J'attendais cette sortie avec impatience, curieuse de lire le script de la pièce. Car oui, avant de débuter, je tiens à préciser qu'il s'agit bel et bien d'un script et non d'un roman. La lecture est donc différente et je pense qu'il faut prendre cet élément en compte. Passé ce "détail", on s'immerge avec une facilité déconcertante dans l'histoire, qui fut pour moi un vrai régal.

Harry Potter and The Cursed Child a été fort décrié par les uns, et adorés par les autres. Il est vrai que certains éléments sont un peu tirés par les cheveux et qu'ils semblent peu crédibles, mais honnêtement, j'ai trouvé l'évolution de l'histoire très intéressante. Certes, nous n'avons pas de détails ni de descriptions mais on se les imagine aisément. Après avoir passé autant d'années dans cet univers magique, il est facile de reprendre ses marques. 

Dans cette version qui se déroule une vingtaine des années plus tard, nous faisons la connaissance de la famille Potter. Si James et Lily sont des enfants droits et calmes, Albus ne trouve pas à sa place, s'estimant vivre à l'ombre de son père. Albus est le personnage central de cette pièce et il a une personnalité bien définie, que j'ai beaucoup apprécié. Il a un côté torturé, ne sachant pas comment se comporter face à la légende qu'est Harry Potter. Et on le comprend, cela ne doit pas être simple. Albus agit donc parfois avec une grande maladresse, ce qui nous donne envie de le secouer ou de le frapper ou selon certains moments, de le réconforter. Dans sa quête de soi, il évoluera avec Scorpius Malfoy que j'ai littéralement adoré. Contrairement à son propre père, Draco, Scorpius fait preuve de beaucoup d'empathie. C'est un personnage très doux, touchant et adorable qui essaie de toujours voir le bon côté des choses. Entre lui et Albus naît une superbe amitié qu'on peut sincèrement qualifier de fusionnelle. J'ai eu vraiment un petit coup de coeur pour ce personnage qui a réussi à me faire voir les Malfoy autrement et qui prouve bien que, malgré le passé de nos parents, on peut se construire sa propre identité. 

Si ces personnages restent principaux, notre trio préféré n'est pas en reste. Quel bonheur de retrouver Harry, Ron et Hermione. Franchement, j'ai été heureuse de voir ce qu'ils étaient devenus. Harry, toujours fidèle à lui-même, en proie aux doutes mais toujours soutenu par ceux qui l'aiment. Ron, toujours aussi drôle bien qu'il soit resté bien trop en retrait, et Hermione, cette femme forte au caractère bien posé. Chacun a évolué comme je l'imaginais. Et le plus beau, c'est que la dynamique du trio est toujours aussi exceptionnelle. Mention spéciale à Draco, que j'ai grandement mieux apprécié ici. 

Quant à l'intrigue, difficile de vous en parler car elle se déroule sur plusieurs années. C'est un scénario pensé exclusivement pour la mise en scène de la pièce de théâtre. Visuellement, on a aucun mal à s'imaginer les choses, la pièce doit d'ailleurs être grandiose. Niveau script, il est clair que certaines choses bloquent, que des incohérences s'invitent. Mais si vous aimez sincèrement l'univers d'HP, je pense que le sentiment qui se dégagera de votre lecture sera la nostalgie. Je me suis sentie plus d'une fois émue face à cette lecture, revivant des éléments du passé, croisant des personnages inattendus. C'était, en un sens, assez intense et magique à la fois. Et pour ça, je suis sincèrement heureuse de l'avoir lu, malgré les appréhensions.

Harry Potter restera toujours Harry Potter et quand bien même nous n'avons pas ici un 8ème tome digne de ce nom, je trouve que ce script est un très beau cadeau aux fans, qui permet de nous replonger avec délice dans ce monde si unique et de voir ce qu'il est advenu. Malgré quelques détails fâcheux ou une impression de fan-fiction, ce récit tient la route et offre une très belle suite à la saga principale. 

jeudi 11 août 2016

Seulement si tu en as envie... de Bruno Combes

13501595_10153589378165969_2446913760848959243_n

  • Nom: Seulement si tu en as envie... de Bruno Combes
  • Lu en: français
  • Pages: 288 pages
  • Sorti le: 23 juin 2016
  • Editeur: Michel Lafon

Vu de l'extérieur, Camille mène une vie parfaite : mariée à un homme de bonne famille, avocate de renom, deux enfants... Et pourtant son mariage s'épuise. Son mari la délaisse, sa belle-famille se montre méprisante, sa fille adolescente reste focalisée sur son téléphone portable, seul son fils, Lucas, lui apporte un peu de réconfort. Alors quand le premier garçon qui a fait battre son cœur la recontacte après vingt-sept ans, elle se laisse emporter dans un tourbillon de sentiments. 
Stephen est bouquiniste, et vit entre ses librairies de Paris et de Londres. Elle profite d'un déplacement professionnel en Angleterre pour le revoir. Lui n'a jamais cessé de l'aimer... et elle retombe sous le charme. Pourtant, Camille met fin à leur relation. Elle tient trop à ses enfants pour mettre en danger sa vie de famille. 
Quelques mois plus tard, elle reçoit un manuscrit écrit par Stephen. Dans ces pages, il raconte leur histoire : du premier regard au dernier baiser. Mais ce livre est inachevé, et c'est à elle d'en choisir la fin...

 separator 

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

J'avais un peu d'appréhension face à cette lecture et les quelques avis mitigés qui l'accompagnaient mais la surprise fut agréable! Ce roman m'a beaucoup plu, peut être parce que je n'en attendais rien, peut être parce que j'ai pu y prendre mes marques rapidement, peut être parce qu'il m'a embarquée dans son histoire.

Bruno Combes a un style d'écriture très simple mais extrêmement fluide. Il ne s'embête pas avec des fioritures, non, il va à l'essentiel, ce qui rend son récit plus authentique. Le roman se lit alors presque quasiment d'une traite. J'ai beaucoup aimé les petits messages en début de chapitre qui nous plongent dans le contexte de ce qui va arriver, tout en faisant passer une certaine morale. L'histoire est donc bien écrite et bien dosée.

Camille, notre personnage principal, est une femme accomplie de 43 ans, mariée depuis presque 30 ans, mère de deux beaux enfants et avocate renommée. Autant dire que tout roule pour elle. Mais dans cette routine écrasante, Camille n'en peut plus. Son mari la délaisse, lui qui a toujours été distant, voilà qu'elle commence sérieusement à le ressentir. Ses enfants grandissent et le cabinet n'offre qu'une succession de dossiers et de plaidoiries. Dans tout ça, Camille ne sait plus où est vraiment sa place, mais pour ses enfants, elle fait tous les efforts du monde. Ce qu'elle n'attendait pas, en revanche, c'est de revoir son premier amour, Stephen, devenu bouquiniste à quelques pas seulement de son cabinet...

Entre eux, ça n'a été qu'une amourette, mais il a suffit d'un message pour que les sens de Camille se réveillent. Cet homme l'attire, tout en lui lui plait. Mais comment faire, quand on a déjà une famille dont on refuse que l'équilibre éclate, en particulier pour les enfants? Camille doit elle suivre sa raison, ou bien son coeur? Car au-delà d'une potentielle histoire d'amour, ce roman est avant tout une histoire de vie. De vie de famille, de vie professionnelle, des choix qu'on fait, de la personne qu'on est devenue.

Et dans la monotonie du quotidien, Stephen apparait comme un rayon de soleil. Entre Camille et lui, c'est la naissance d'un amour véritable, passionné et passionnant, réel et sincère. Ces deux-là s'aiment mais tout peut il être aussi simple? Les questions existentielles se posent, des choix s'imposent. Non dans la vie, rien n'est facile.

Même si je suis loin de la situation de Camille, j'ai compris ce qu'elle pouvait ressentir. La routine, l'envie de changement, de se sentir aimée. Et on la comprend aussi lorsqu'elle se rend compte que son amour pour Stephen est réel. Qui ne voudrait pas se sentir autant aimé par quelqu'un d'autre. Stephen représente un peu ce dont chacune pourrait rêver, il incarne la douceur, l'écoute mais surtout l'amour! En tant que grande romantique j'ai trouvé ça très beau.

La seule chose que je reproche au livre, c'est de nous avoir induit en erreur quant au résumé et à ce fameux manuscrit. On pense en effet qu'il sera une pièce maîtresse du roman, mais il n'en est rien. Il est certes présent, et j'ai aimé l'implication et l'effet qu'il a pu avoir sur les personnages, mais il a manqué un petit quelque chose. Un petit gout d'inachevé pour une fin un peu précipitée. 

En conclusion, ce roman m'a vraiment surpris tant par sa simplicité que pour ses messages. C'est un roman de vie auquel chacun pourrait s'y identifier, tout du moins, à certains sentiments et pans de l'histoire. Cela se lit également tout seul, afin de passer un très bon moment lecture. Une belle découverte.

vendredi 5 août 2016

Six of Crows [Six of Crows #1] de Leigh Bardugo

six of crows

  • Nom: Six of Crows [Six of Crows #1] de Leigh Bardugo
  • Lu en: anglais
  • Pages: 491 pages
  • Sorti le: 29 septembre 2015
  • Editeur: Indigo (paperback)
  • Niveau de compréhension VO: difficile
  • VF: paru sous le même nom en mai 2016

Ketterdam: a bustling hub of international trade where anything can be had for the right price—and no one knows that better than criminal prodigy Kaz Brekker. Kaz is offered a chance at a deadly heist that could make him rich beyond his wildest dreams. But he can't pull it off alone...

A convict with a thirst for revenge.

A sharpshooter who can't walk away from a wager.

A runaway with a privileged past.

A spy known as the Wraith.

A Heartrender using her magic to survive the slums. 

A thief with a gift for unlikely escapes.
 

Kaz's crew are the only ones who might stand between the world and destruction—if they don't kill each other first.

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I read a few years ago the first book in the Grisha Trilogy and I wasn't thrilled by it. I didn't read the next books. But when Six of Crows was released in french, I was curious, mostly because it had a lot of very good reviews. I was a little afraid to read it because of the Grisha trilogy and I didn't know what to expect. What can I say now? I'm really glad I give a chance at this book. It was just amazing. The story is build in the same world as the Grisha Trilogy so I was relieved to know the universe after all. Six of Crows is a complex book, written brillantly by Leigh Bardugo. It is a very dark book, where the characters have to be strong, bold, fierce and fearless to have a chance to live or to survive. I loved the plot, so well developped and awesome. But what I loved the most was the characters. They were fabulous. At first, it was hard to feel something for them because it take a little time to learn and know about them but then, it was like I was also a member of the crew. Nina and Matthias were my favorites, while I really liked Jesper and Wylan, so cute together. I felt a lot of sympathy for Inej too. And then, there is Kaz. This guy is difficult to learn, he kept his distance with his crew but with the reader too. I hope he will be able to open his heart in the next book because I'm sure he is pretty nice under all this ice. This book is like nothing I read before, so unique and original, I loved it so much, it surprised me! I recommand it without hesitation.

Six of Crows ne m'attirait pas vraiment lors de sa sortie VO, la faute à la première trilogie tirée du même univers: The Grisha. J'avais été plus que moyennement convaincue par le 1er tome, n'osant m'aventurer dans la suite. Mais lorsque Six of Crows est sorti en français il y a peu, il a su titiller mon intérêt, surtout grâce aux bons avis récoltés sur la blogosphère. Je décidais d'y porter mon attention et le résumé me plut vraiment. Je ne savais pas à quoi m'attendre en lisant, et je fus très agréablement surprise! 

Lire le premier tome de Grisha m'a servi de bonnes bases concernant l'univers de Leigh Bardugo. Les deux séries se déroulent dans le même contexte, aussi il est important de comprendre comment ça fonctionne. Je fus soulagée de prendre mes marques plutôt rapidement, malgré, je dois l'avouer, un début assez laborieux. Six of Crows annonce la couleur d'emblée: ce ne sera pas une partie de plaisir où tout le monde il est gentil. Que du contraire, à Ketterdam, c'est du chacun pour soi, et si tu veux survivre, tu as intérêt à t'endurcir, et ce très vite.

Kaz Brekker, notre personnage principal, l'a appris à ses dépends. Devenu froid, calculateur et manipulateur, Kaz fait partie d'un gang, sans cesse mis à rude épreuve, mais qui tient la route. Parmi les alliés de Kaz, on fait la connaissance de Inej ou de Jesper, qui sont très loyaux envers Kaz. Par ailleurs, Nina et Matthias sont de redoutables équipiers, dont il faut se méfier. Enfin, Wylan vient fermer le groupe, un gentil garçon qui va découvrir le monde sous un nouveau jour. 

Ces personnages là, il faut prendre le temps de les connaitre. Chacun - excepté Wylan - a droit à son point de vue. Le récit offre une dynamique formidable que j'ai beaucoup appréciée. En revanche, j'ai eu un peu de mal au départ à m'attacher aux personnages, de fait, il faut un peu s'accrocher. On est catapulté dans la vie de chacun sans filet, et il est parfois difficile de se repérer. Heureusement, plus on avance dans l'histoire, plus les personnages se dévoilent, chacun racontant ses expériences, son passé, ses attentes. Malgré moi, je me suis retrouvée à beaucoup les aimer et à espérer que chacun trouve son bonheur. 

Une tâche qui ne sera pas simple car notre gang doit faire face à une mission quasi improbable, au coeur de la Ice Court, l'endroit le plus sûr qu'il puisse exister. S'ils parviennent à accomplir l'impossible, le gang pourrait bien recommencer une nouvelle vie et espérer le meilleur... mais le danger rôde, les obstacles tous plus fous les uns que les autres. On se demande sincèrement comment le groupe va réussir, mais en même temps on a foi en eux et on croise les doigts. L'intrigue, construite autour de cette mission, s'etoffe de page en page et c'est un pur régal. C'est brut de décovrage, c'est sombre, c'est dur, c'est plein d'espoir, c'est éprouvant, c'est magique, c'est triste, c'est juste passionnant. 

Leigh Bardugo a réussi à conserver l'ambiance spéciale de Grisha tout en s'en éloignant parfaitement. Six of Crows est une petite merveille dans son genre, qui n'offre aucun cadeau à ses personnages, mais qui prouve qu'ensemble on peut toujours y arriver. Je me suis vraiment attachée au gang et l'histoire est tout simplement fascinante. Voilà un univers très particulier qui fait que cette lecture sort clairement des sentiers battus. A recommander sans hésiter!

mardi 2 août 2016

Rebelle du désert [Rebelle du désert #1] de Alwyn Hamilton

livre-la-rebelle-du-desert

  • Nom: Rebelle du désert [Rebelle du désert #1] de Alwyn Hamilton
  • Lu en: français
  • Pages: 288 pages
  • Sorti le: 1er septembre 2016
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom Rebel of the Sands en mars 2016

Amani vit dans le désert du Miraji. Elle n’a qu’un rêve : quitter sa ville, Dustwalk, et découvrir le reste du monde. Alors qu’elle participe à une compétition de tir, elle rencontre un jeune homme, Jin, qui est recherché pour trahison. Après quelques malentendus, ils se retrouvent à fuir Dustwalk ensemble, traversant le désert, combattant contre des goules et autres monstres surnaturels : des chevaux qui se transforme en sable dès qu’ils sont capturés.

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I wanted to read Rebel of the Sands since its release in march but I had the chance to read it in french. And what can I say? I loved this book from the beginning to the end. I wasn't expecting such a good and original story and for that, it was amazing! I enjoyed the world Alwyn Hamilton created, not just the desert and the rules linked to it but the legends and myths. I was taken aback by some revelations, I wasn't ready to read a book like this, well thought and fascinating. I can't wait to learn more about this background, the magic and where does it come from. I really appreciated the characters, I believe each one had his place and offered something to the story. I particularly liked Amani, an amazing girl, so fierce and brave and badass. Jin too, was cool but less developped I think as their relationship, a bit rushed for my taste. But well, they were great together! The author writing style was really good too, so much that I read the book fast. Now I have to wait for the sequel and I'm looking forward to it because I'm certain it will be awesome! Rebel of the Sands were a very interesting first book in this trilogy!

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Rebelle du désert me tentait déjà à sa sortie VO, aussi quand j'ai appris sa parution VF, j'ai sauté de joie. Que vous dire, mes attentes étaient grandes face à ce livre dont les échos étaient excellents. Et je ne fus pas déçue, au contraire, des les premières lignes, j'ai su que j'allais adorer ce roman.

L'ambiance du désert est toute particulière et comme vous pouvez l'imaginer sans peine, on est complètement dépaysés. C'est un autre monde, un autre style de vie, avec ses codes, ses règles, ses croyances, ses coutumes. J'ai sincèrement aimé cet aspect du livre, qui offre un background assez bien développé entre légendes et réalité. C'est vraiment le point fort du livre, qui nous embarque dans un monde bien à part, et surtout très original.

L'intrigue est tout bonnement bien écrite. On ne s'ennuie pas une seule seconde en compagnie de Amani et Jin. Amani est une héroine au caractère bien trempé, totalement badass, sachant se servir d'une arme comme personne d'autre et se faire passer pour un garçon quand il le faut. Question de survie, la jeune fille a des ambitions que son peuple ne peut lui offrir et rêve de quitter sa ville. Jin, un traitre recherché, sera sa porte de sortie. Mais alors qu'on pensait vivre une aventure plutôt banale, entre nouvelle vie et rebellion, Alwyn Hamilton mélange habilement son histoire avec des légendes passionnantes, qui sont en fait bien réelles. Et honnêtement cela rend le récit plus attractif encore! L'auteur arrive à nous tenir en haleine et à rester curieux, et à nous surprendre plus d'une fois. Les révélations arrivent toujours à point nommé, nous laissant parfois bouche bée. Je ne m'attendais clairement pas à cela, et ces découvertes m'ont beaucoup plu! 

Quant aux personnages, ils sont très attachants et sympathiques, malgré le manque de profondeur que j'ai pu relever. La relation entre Amani et Jin est un peu rapide et souffre d'un réel aboutissement mais les deux forment un chouette duo. Au fur et à mesure de la lecture, d'autres personnages viennent s'ajouter aux jeunes gens et chacun trouve sa place. J'ai bien aimé faire la connaissance du nouveau petit groupe, bien que cela reste encore un peu superficiel. J'ai vraiment hâte de voir leur développement dans le second tome car ils ont tous un énorme potentiel. 

Le style de l'auteur nous permet de ne faire qu'une bouchée de ce roman qui pose d'excellentes bases pour un premier tome. La suite ne devrait être que plus riche, en attendant, si vous cherchez une lecture dépaysante à l'intrigue originale et surprenante, je ne peux que vous conseiller Rebelle du Désert. Un must read pour la rentrée littéraire!

lundi 25 juillet 2016

Mother's Rosario [Sword Art Online T4] de Reki Kawahara

SAO

  • Nom: Mother's Rosario [Sword Art Online T4] de Reki Kawahara
  • Lu en: français
  • Pages: 520 pages
  • Sorti le: 30 juin 2016
  • Editeur: Ofelbe

« Si nous arrivons à battre ce boss, nos noms seront gravés sur le Monument des Héros ! » 
Malgré tous les obstacles qu’il a surmontés avec brio, Kirito perd un combat face au mystérieux joueur « l’Épée Absolue ».
Intriguée par cette défaite, Asuna décide d’aller à la rencontre de cet individu, qui se révèle être une jeune fille nommée Yuuki. 
Après avoir fait la connaissance de sa guilde, les Sleeping Knights, Asuna s’allie au petit groupe afin de les aider à terminer une quête. 
Durant cette nouvelle aventure, elle va découvrir un terrible secret qui la marquera à jamais. 
Une aventure humaine qui dépasse le virtuel !

 separator 

Un grand merci à Ofelbe pour l'envoi de ce livre.

Après ma relative petite déception du tome 3 (dûe au monde des armes qui m'avait moins convaincue), c'est avec énormément de plaisir que j'ai plongé dans ce 4ème tome. Je dois vous avouer qu'il n'y a eu aucune surprise pour moi étant donné que j'avais déjà vu l'anime, mais je restais curieuse quant au contenu papier et aux détails qu'il pouvait apporter. Le moins que je puisse dire c'est que je n'ai pas été déçue.

La première partie de ce tome 4 m'a enchantée. Je m'attendais à une lecture assez émouvante et cela s'est très vite confirmé. J'ai beaucoup aimé comment l'auteur a développé son histoire. Elle prend une tout autre dimension, malgré le jeu virtuel qui reste bien présent. Asuna est notre narratrice. Si je m'étais déjà grandement identifiée à elle lors des précédents tomes, la jeune femme m'a vraiment touchée ici. Asuna est une héroine douce, fragile, mais forte à la fois. A travers ses mots, je me suis vue moi-même et je n'ai pu que la comprendre. 

Depuis SAO, Asuna rêve de tracer sa route, de faire ses propres choix, de réaliser ses nouveaux rêves. Mais issue d'une famille aisée, Asuna n'a pas beaucoup son mot à dire. Face à une mère dure, autoritaire, distante et froide, le chemin de la jeune fille est déjà tout tracé. Son conflit intérieur augmentant, Asuna ne sait comment faire pour avancer sans décevoir sa famille tout en écoutant son coeur. Se croyant faible, elle n'ose se confier à Kirito et contient ses émotions... jusqu'à sa rencontre avec Yuuki.

Surnommée l'Epée absolue, Yuuki se révèle être un adversaire de taille dans ALO jamais battu. Pensant d'abord qu'il s'agissait d'un homme, toute la petite bande est stupéfaite de découvrir une toute jeune fille. En proie à ses doutes intérieurs, Asuna décide de s'y mesurer pour se prouver qu'elle est toujours l'épéiste forte qu'elle était avant. Un combat épique s'engage, suivit d'une grande aventure.

Une aventure magnifiquement humaine, bourrée de sentiments et d'émotions. Entre Asuna et Yuuki, c'est une superbe amitié qui se développe. On ressent très facilement le lien qui unit les deux jeunes filles, avec cependant un certain recul. En effet, Yuuki n'est pas comme tout le monde et ce que l'on découvre sur elle est tout simplement bouleversant. Comme je vous le disais, Reki Kawahara a très bien écrit son histoire, trouvant les mots justes, les maniant avec précision, et finesse. C'est si beau et si triste à la fois, mêlant avec habileté le virtuel à la (dure) réalité de la vie. Ce que va traverser Asuna est une vraie leçon de vie, qui l'aidera à mieux s'affirmer et enfin commencer à penser pour elle-même. 

J'aurai aimé un peu plus de développement sur le background de l'histoire qui évolue cependant assez bien mais il faudra attendre le prochain tome pour voir où Kawahara va nous emmener. En seconde partie de roman, nous replongeons avec délice dans quelques histoires courtes. Même si elles n'avaient pas vraiment de surprises non plus, il est toujours agréable de retourner dans SAO, en compagnie de Kirito, une fois de plus mis en avant (ce qui n'a pas été du tout le cas dans Mother's Rosario). On se régale à suivre l'enquête d'Asuna et Kirito ou la quête de toute la bande pour enfin acquérir l'épée Excalibur. Un bon moment détente qui nous fait patienter jusque à la suite!