► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
vendredi 4 mai 2018

INFERNO [TALON #5] de Julie Kagawa

Inferno

TODAY, WE STRIKE BACK. WE SHOW TALON THAT WE WILL NEVER ACCEPT THEIR NEW WORLD. Ember Hill has learned a shocking truth about herself: she is the blood of the Elder Wyrm, the ancient dragon who leads Talon and who is on the verge of world domination. With the Order of St. George destroyed, Ember, Riley and Garret journey to the Amazon jungle in search of one who might hold the key to take down the Elder Wyrm and Talon. If they can survive the encounter. Meanwhile, Ember’s brother, Dante, will travel to China with a message for the last Eastern dragons: join Talon or die. With the stakes rising and the Elder Wyrm declaring war, time is running out for the rogues and any dragon not allied with Talon. The final battle approaches. And if Talon is victorious, the world will burn.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

Julie Kagawa confirms, with this series now over, how much I love her. This is definitely my favorite author. Her worlds are always well thought and so far she has managed to diversify her stories. Inferno is the last book of the Talon saga. I was very excited to read it but also very anxious to finish it! It was a rather intense reading, with a slow start, to allow us to get back into the context. Julie Kagawa solves some of the situations that have been installed in previous books, before tackling the final fight. It's a good strategy, the book is going crescendo. It was horribly stressful (so much so that I had a big headache) but terribly addictive. Julie Kagawa is good at staging fights and with dragons, we are pretty well served! I really liked this final battle between Talon and the Rogues but not only that. The author always has the art of being where we do not expect her. I admit that I had imagined many different scenarios, but certainly not this one !! While in previous books, Julie had given the romance a rather important place, sometimes to the detriment of the rest, here she relegates to the 3rd plan to focus on the real issues. And that I liked a lot. Confident of how they feel, the characters were able to focus on the battle and their future and everything remains uncertain. But Ember, Riley, Garett, none of them give up. Helped by a team totally surprising, they will be able to face their enemy of always: Talon. I do not want to spoil this aspect but this idea was totally brilliant. With this scenario, Julie was able to conclude her saga with a master hand. A surprising end, to which I had not necessarily thought, but totally realistic and in adequacy with the whole series.

Julie Kagawa confirme, avec cette série maintenant terminée, combien je l'adore. C'est définitivement mon auteure favorite. Ses univers sont toujours bien pensé et jusqu'à présent, elle a réussi à bien se diversifier. Inferno est le dernier tome de la saga Talon. Autant vous dire que j'étais très excitée de le lire mais aussi très angoissée de le terminer! 

Ce fut une lecture assez intense, avec un  début néanmoins assez lent, pour nous permettre de se remettre dans le contexte. Julie Kagawa résoud quelques situations qui avaient été posées dans les tomes précédents, avant de s'attaquer au combat final. C'est une bonne mise en bouche, le livre allant crescendo. Le stress grimpe, et arrivée à 200 pages, plus moyen de lâcher le livre jusqu'à la fin. C'était horriblement stressant (tellement que j'en ai eu un gros mal de tête) mais terriblement prenant. Julie Kagawa est douée pour mettre en scène des combats et avec des dragons, on est plutôt bien servi! 

J'ai beaucoup aimé cette bataille finale entre Talon et les Rogues mais pas que. L'auteure a toujours l'art d'être là où on ne l'y attend pas. J'avoue que je m'étais imaginée plein de scénarios différents, mais certainement pas celui-ci!! Alors que dans les tomes précédents, Julie avait donné à la romance une place assez importante, parfois au détriment du reste, ici elle la relègue au 3ème plan pour se concentrer sur les réels enjeux. Et ça j'ai beaucoup aimé.

Parce que la romance est sûre, parce que les personnages ont pris 4 tomes pour faire face à leurs sentiments. Confiants de ce qu'ils ressentent, ils ont pu se concentrer sur la bataille et leur futur. Que vous dire, chacun est face à son destin, et tout reste incertain. Mais face à ce brouillard, Ember, Riley, Garett, aucun n'abandonne. Epaulés par une équipe de choc totalement surprenante, ils vont pouvoir affronter leur ennemi de toujours: Talon.

Une organisation qui n'hésitera pas à frapper. C'est toujours aussi révoltant même si on peut comprendre certaines motivations. Grâce à Dante, on a toujours un oeil, certes furtif, sur ce qui se passe dans les quartiers généraux. Voilà un personnage que j'aurai appris à détester mais qui, à la dernière minute, m'aura tellement émue. 

Quant au trio préféré, il se montre plus soudé, surtout face à l'adversité et à leur alliés inattendus. Je n'ai pas envie de spoiler cet aspect mais cette idée était totalement brillante. Avec ce scénario, Julie a pu conclure sa saga d'une main de maitre. Une fin surprenante, à laquelle je n'avais pas forcément pensé, mais totalement réaliste et en adéquation avec toute la série. 


En bref, j'ai adoré ce dernier tome qui clôture de manière explosive la saga Talon. Une série qui s'est montrée très riche et complexe dans son intrigue, portée par des personnages qui ont su évoluer pour endosser leurs dures responsabilités. Allant crescendo, Inferno est un excellent dernier tome, qui détient tous les ingrédients afin de maintenir notre attention. Avec une fin aussi surprenante que réaliste, Julie Kagawa signe encore une fois un petit chef d'oeuvre dans le genre fantasy young-adult. Un must read. 


mercredi 2 mai 2018

Lumière, Caméra, Action! de Shira Anthony

lumiere,-camera,-action

  • Nom: Lumière, Caméra, Action! de Shira Anthony
  • Lu en: français
  • Pages: 249 pages (ebook)
  • Sorti le: 25 avril 2018 (ebook) 25 mai 2018 (papier)
  • Editeur: MxM Bookmark
  • Fiche: présentation officielle
  • Tome Unique

Quand le professeur Wesley Coolidge accepte, pour l’été, un poste de conseiller historique sur un film de pirates tourné en Caroline du Nord, la dernière personne sur laquelle il s’attend à tomber est son futur ex-mari, l’acteur Sander Carson. Tout comme le pirate haut en couleurs qu’il incarne, Sander, alias Sam Carr, a l’habitude d’obtenir ce qu’il veut, et il fait bien comprendre qu’il veut à nouveau Wesley dans sa vie. Sam a perdu Wesley quand il a quitté leur vie new-yorkaise pour une carrière à Hollywood. Mais Wesley a enfin réussi à recoller tous les morceaux de son cœur et n’est pas intéressé par Sam et Wesley : Le Retour. Convaincre Wesley de donner une seconde chance à leur relation demandera à Sam bien plus que des excuses et des souvenirs du bon vieux temps. Si Sam veut que Wesley lui revienne, il va devoir lui montrer qu’ils peuvent réellement naviguer ensemble sous le soleil couchant – une vraie « happy end » qui ne se terminera pas après le défilement du générique de fin.

114149306

C'est en recevant un mail de MxM Bookmark que j'ai découvert Lumière, Caméra, Action! de Shira Anthony. Curieuse, j'ai été très heureuse de voir que netgalley m'accordait la chance de lire ce roman. Cela fait longtemps qu'on parle de la romance M/M autour de moi sans jamais avoir osé sauter le pas. Avec Lumière, Caméra, Action, j'ai pu me faire mon propre avis sur le genre et je peux vous dire que j'ai été convaincue.

Pour ma toute première romance M/M, je suis très contente d'avoir pu commencer avec ce roman. Il m'a de suite plu: son contexte, les personnages, le petit côté historique, et bien évidemment la romance. Elle est spéciale en son genre parce qu'il ne s'agit pas d'une romance classique mais plutôt un amour que deux êtres tentent de retrouver avant qu'il ne soit réellement trop tard. 

Wesley est un professeur respecté, dont la spécialité n'est autre que les Pirates. Lorsqu'on lui propose un poste estival pour être conseillé sur un tournage de film mettant en scène Stede Bonnet, un pirate des années 1700, Wesley hésite quelques secondes. Après tout, il adore ce sujet, il n'avait rien de prévu de particulier cet été et c'est fortement bien payé. 

Mais sa bonne humeur est de courte durée quand il se rend compte que son futur ex-mari n'est autre que la vedette du film et que tout ça n'est que pure manigance pour tenter de le récupérer. Car Sam Carr, alias Sander Carson, est têtu et veut absolument récupérer son mari avant que le divorce ne soit officiellement prononcé à la fin de l'été. 

J'avoue que j'ai trouvé l'ambiance excellente. Parlons d'abord du tournage, que j'ai trouvé bien fait même s'il sert un peu de prétexte à l'histoire entre Wes et Sam. J'ai néanmoins fort apprécié ce petit contexte historique entourant Stede Bonnet, et les lieux du tournage qui sont totalement réels. Je ne vous cache pas avoir été lire l'histoire de ce Pirate sur Wikipédia et de me rendre compte que l'équipe du tournage tentait de proposer quelque chose de crédible. C'était assez amusant et instructif, donnant une atmosphère unique au roman. 

Quant à l'histoire de Sam et Wes, elle m'a beaucoup touchée. Plus qu'une reconquête, les deux époux doivent faire face à une réalité difficile, à laquelle ils ne sont pas forcément prêts. Avec son métier d'acteur, Sam fut forcé de s'éloigner de son mari, qui a très mal vécu la distance. Mais pire encore, que devient un couple lorsque la communication n'existe plus, qu'on se sent étranger l'un pour l'autre, incapable de se soutenir ou de s'épauler? 

Malgré le fait que Sam nous sorte le grand jeu pour récupérer Wes et ainsi alléger l'histoire et nous faire rire, ce roman aborde pas mal de questions existentielles et les sacrifices que l'on peut faire par amour. Car ces deux là s'aiment comme des dingues depuis 10 ans. Mais que faire quand l'un vit à Los Angeles et l'autre à New York? Comment trouver des compromis?

C'est tout l'enjeu du récit et cela m'a beaucoup plu. Sam et Wes sont d'autant plus très attachants, humains, avec leurs qualités et leurs défauts. J'avais très envie que ça s'arrange entre eux car on ne peut nier la connexion qu'ils partagent, qu'elle soit plus spirituelle ou physique. Leur amour est fort et c'est au coeur de la tempête que les mariés trouveront la force de braver vent et marée. 


En bref, quel bonheur d'avoir découvert ce roman que j'aurai dévoré en quelques petites heures, incapable de le lâcher avant de connaitre le fin mot de l'histoire. Pour une première romance M/M, je suis comblée! J'ai de suite éprouvé de l'affection pour Wes et Sam, leur souhaitant vraiment de retrouver l'amour comme au premier jour. Plus qu'une reconquête, ce livre nous pousse à réfléchir sur les sacrifices qu'on est prêt à prendre pour l'être aimé. Dans une ambiance de tournage très sympathique amenant son petit contexte historique, Lumière, Caméra, Action est un superbe roman que je recommande chaudement.

mercredi 25 avril 2018

Roar [Stormheart #1] de Cora Carmack

Roar-Carmack

  • Nom: Roar [Stormheart #1] de Cora Carmack
  • Lu en: anglais
  • Pages: 380 pages
  • Sorti le: 13 juin 2017
  • Editeur: Tor Teen
  • Fiche: présentation officielle
  • VF: pas d'infos
  • Premier tome d'une duologie

In a land ruled and shaped by violent magical storms, power lies with those who control them. Aurora Pavan comes from one of the oldest Stormling families in existence. Long ago, the ungifted pledged fealty and service to her family in exchange for safe haven, and a kingdom was carved out from the wildlands and sustained by magic capable of repelling the world’s deadliest foes. As the sole heir of Pavan, Aurora’s been groomed to be the perfect queen. She’s intelligent and brave and honorable. But she’s yet to show any trace of the magic she’ll need to protect her people. To keep her secret and save her crown, Aurora’s mother arranges for her to marry a dark and brooding Stormling prince from another kingdom. At first, the prince seems like the perfect solution to all her problems. He’ll guarantee her spot as the next queen and be the champion her people need to remain safe. But the more secrets Aurora uncovers about him, the more a future with him frightens her. When she dons a disguise and sneaks out of the palace one night to spy on him, she stumbles upon a black market dealing in the very thing she lacks—storm magic. And the people selling it? They’re not Stormlings. They’re storm hunters.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

I thought I will love this book (see this beautiful cover!!) but I was wrong. If I liked the beginning, the book didn't convince me in the end.  And yet, there are some great things in this novel, starting with the background. I loved what the author imagined around storms. It is a pretty innovative idea on the subject that seduced me. I was eager to know more about these storms that seem to have a heart, or even a thought but destroy everything in their path. An original context therefore, which could have been better exploited in my opinion. Indeed, I must admit that the pace of the book is quite slow. Meanwhile, a lot of narrative and a heroine who likes to complain. If, initially, Aurora had seemed endearing to me, I soon got sick of her later. Her behavior annoyed me greatly all along the novel, it was quite difficult to read. This was the case for other characters as well, which I found too indented and therefore unappealing.Unfortunately, things do not work out with the romance that gradually sets in.  Especially since this romance takes over everything else. Aurora's quest is long and nothing is happening. Even on the side of the Palace, it's boring. However, we feel that the author wanted to create a climate of tension, but honestly, I did not find that it brought more to the novel, on the contrary, it was just to furnish , in my opinion.

Roar de Cora Carmack avait tout pour le plaire: une couverture magnifique, un résumé alléchant, en bref, de quoi passer un excellent moment. Malheureusement, si le début m'a beaucoup plu, je dois reconnaitre la défaite. La suite ne m'a pas convaincue.

Et pourtant, il y a d'excellentes choses dans ce roman, à commencer par le background. J'ai adoré ce qu'a imaginé l'auteure autour des tempêtes, cyclones, ouragans. C'est une idée assez innovante sur le sujet qui m'a séduite et enchantée. J'avais hâte d'en connaitre davantage sur ces tempêtes qui semblent munies d'un coeur, voir même d'une pensée mais qui détruisent tout sur leur passage. Un contexte original donc, qui aurait pu être mieux exploité à mon sens. 

En effet, il faut avouer que le rythme du livre est assez lent et que les révélations sur les tempêtes sont faites vraiment sur la fin. Entre temps, beaucoup de narratif et une héroine qui aime se plaindre. Si, au départ, Aurora m'avait semblé attachante, je l'ai vite prise en grippe par la suite. Son comportement m'a énormément agacée tout le long du roman, c'était assez difficile à lire. Même si on comprend les raisons de ses innombrables sautes d'humeur et railleries, Aurora ne m'est pas apparue sympathique pour autant. Ce fut le cas pour les autres personnages, que j'ai trouvés trop en retrait et donc peu attachants.

Malheureusement, les choses ne s'arrangent pas avec la romance qui s'installe progressivement et le jeu du chat et de la souris dont nous sommes témoins à chaque page. Aurora est d'une nature influençable et se laisse un peu berner par les sentiments d'autrui, c'est prodigieusement affligeant. Heureusement pour elle,  avec Locke (oui parce que avant, il y a eu Cassius pendant 3 jours), cela semble plus sérieux. Malgré la sincérité et la détermination du jeune homme, le couple ne m'a pas séduite et j'ai de nombreuses fois levé les yeux au ciel. Vous savez combien j'ai du mal avec les insta-love. 

D'autant que cette romance prend un peu le pas sur tout le reste et comme je vous le disais, le livre stagne pas mal. La quête d'Aurora est longue et il ne se passe rien. Même du côté du Palais, c'est ennuyeux. Pourtant, on sent que l'auteure a eu envie de créer un climat de tension pour qu'on stresse un peu, mais honnêtement, je n'ai pas trouvé que ça apportait plus au roman, au contraire, c'était juste pour meubler selon moi. 


En bref, si Roar possède un background très intéressant et assez original, cela n'a pas suffi à me convaincre. A l'heure où j'écris ces lignes, je ne suis toujours pas certaine de lire la suite. En cause, des personnages peu sympathiques, une héroine agacante et une romance qui prend trop le pas sur le reste. J'en attendais clairement plus mais force est de constater que je me suis plus ennuyée qu'autre chose avec ce livre. 

mardi 24 avril 2018

The hate U give - La haine qu'on donne de Angie Thomas

the-hate-u-give-990955

  • Nom: The hate U give - La haine qu'on donne de Angie Thomas
  • Lu en: français
  • Pages: 496 pages
  • Sorti le: 12 avril 2018
  • Editeur: Nathan
  • VO: paru sous le nom The hate U give le 28 février 2017
  • Tome Unique

Starr a 16 ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres de gangs, la drogue et les descentes de police. Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic; tous les jours , elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. Mais tout vole en éclats le soir où son ai d'enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s'embrase, tandis que la police cherche à enterrer l'affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu'elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère; et à redresser la tête.

114149306

Depuis le temps qu'on en parle, je ne pouvais plus tarder ma lecture de The Hate U Give et je savais que ce roman allait être une claque même si ce n'est pas un coup de coeur. The Hate U Give est un roman poignant et touchant, qui fait réfléchir sur un sujet malheureusement trop souvent d'actualité : la fusillade par un policier blanc d'un jeune noir.

Il dénonce ainsi le racisme, la violence policière, les abus et les contrôles musclés des autorités, le délit de faciès, les minorités et les quartiers dans lesquels elles sont parquées, les privilèges des Blancs, les injustices faites aux Noirs et les préjugés des uns contre les autres. Il n'y a pas de parti pris, ni au niveau des agents de police, ni pour les Noirs, ni pour les Blancs... mais l'accent est mis sur l'injustice subie par les noirs et comment les préjugés provoquent des drames. Pas de manichéisme donc, mais surtout une critique subtile, nuancée des deux points de vue.

Car ce roman commence d'abord par un drame et une intensité dramatique qui va peser tout le long du parcours psychologique et initiatique de Starr qui assiste impuissante, terrorisée à l'assassinat de son ami Khalil par un policier paniqué. C'est bien le stress et la nervosité et le fait de craindre à tort qu'un gamin de 16 ans puisse vous agresser qui provoque les trois tirs dans le dos du garçon.

Forcément un jeune Noir est un dealer dans le quartier de Starr!! Alors je ne vais pas revenir sur l'intrigue : Starr va être confrontée à l'interrogatoire de la police, va devoir affronter la vaste mascarade lancée par les autorités et les medias pour défendre leur collègue tandis que du côté des quartiers noirs, la colère gronde, les émeutes s'accentuent.

Starr au milieu de tout ça, est une victime elle aussi et elle va devoir trouver la force de parler, trouver le courage de faire ce qui est juste, apprendre à gérer sa peur et son chagrin. Il faut oser lever la voix, témoigner, donner son opinion et se battre contre les injustices, à sa modeste échelle, avec l'impact qu'elle a. J'ai été révolté, en colère contre certains propos complètement stupides, contre ses fausses déductions qui conduisent aux mauvaises manières de penser.

Puis il y a les histoires de gangs, de drogue, de territoires... vraiment le monde de Starr n'est pas tendre et ponctué par des scènes violentes. Elle va montrer son courage et parler, malgré la pression de la police, la manipulation des journalistes et la pression des gangs qui ne veulent pas que soient étalées leurs petites magouilles.


En bref, un roman passionnant, lu d'une traite, bouleversant et absolument indispensable, déprimant face à une fin difficile, totalement injuste et réaliste. On bouillonne de rage mais Starr nous apprend à ne pas céder à la haine, à continuer à faire le bien et à rester fidèle à la mémoire de Khalil. Si les personnages sont tous attachants et parfois géniaux (j'ai adoré les parents de Starr, enfin surtout sa mère) j'ai moins aimé le style "oral" des dialogues sur un ton pêchu, familier bien que l'écriture reste addictive et efficace en terme de rythme. Une lecture juste, cruelle, nécessaire et pertinente que tous, adolescents, comme parents et adultes devraient lire.

chronique_lael

mercredi 18 avril 2018

Onyx and Ivory de Mindee Arnett

onyx and ivory

  • Nom: Onyx and Ivory de Mindee Arnett
  • Lu en: anglais
  • Pages: 512 pages
  • Sorti le: 15 mai 2018
  • Editeur: Balzer + Bray
  • Fiche: présentation officielle
  • VF: pas d'infos
  • Premier tome d'une série

They call her Traitor Kate. It’s a title Kate Brighton inherited from her father after he tried to assassinate the high king of Rime. Cast out of the noble class, she now works for the royal courier service. Only those most skilled ride for the Relay and only the fastest survive, for when night falls, the nightdrakes—deadly flightless dragons—come out to hunt. Fortunately, Kate has a secret edge: she is a wilder, born with forbidden magic that allows her to influence the minds of animals. And it’s this magic that leads her to a caravan mysteriously massacred by drakes in broad daylight—the only survivor Corwin Tormane, the son of the king. Her first love, the boy she swore to forget, after he condemned her father to death. With their paths once more entangled, Kate and Corwin uncover secrets, both past and present, to face this new threat of drakes who attack in the daylight and the darker menace behind them.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

 When I started the book, I thought it would be a classical YA fantasy. The story line seemed "déjà-vu" but I was wrong. This book was really surprising! I couldn't put it down, wanting to know what would happen to the characters I've come to love. Writing from Kate and Corwin POV was a excellent idea, it gave us a bigger vision of the plot. I loved both Kate and Corwin. These two have definitely a special connexion and a love so sincere it was beautiful. I appreciated the fact that they can trust each other.  The plot was great and as I said, really surprising, I didn't see coming the revelations and it was fast paced, with full of action. My adrenaline was up because danger was never too far. It was captivating until the end. Mindee Arnett created her own fantasy world with his own atmosphere and rules and magic. A must read in my opinion. I can't wait to read the sequel now, questions swirling in my mind.

Je suis très heureuse d'avoir pu lire ce roman en avant première et je remercie l'éditeur de me l'avoir permis. Onyx and Ivory est un YA fantasy qui peut paraitre basique dans sa construction et ses éléments mais qui est en réalité très surprenant. J'ai beaucoup aimé cet univers qui m'aura tenu en haleine jusqu'au bout.

Le livre commence au quart de tour, avec Kate, surnommée la traitresse, suite à la tentative d'assassinat du Roi par son père. Alors que ce dernier a été exécuté, Kate s'est retrouvée en exil. Vivant depuis dans une autre ville comme messagère, Kate n'a pas oublié son passé et peine à se faire une place. Alors qu'elle revient d'une mission au cours de laquelle elle a failli se faire attaquer par les Nightdrakes, ces horribles monstres vivants la nuit, Kate ne s'attend pas à revoir Corwin, l'un des princes héritiers, qui fut son meilleur ami et amoureux dans son ancienne vie. 

Loin de se douter que leur chemin se croiseront et s'entremêleront à nouveau, Kate essaie de rester discrète quant à sa condition. C'est en effet une Wilder, qui possède le don de sentir les émotions des animaux. Un don pour lequel elle pourrait être exécutée si elle venait à être découverte. Mais voilà, il semblerait que les Wilders aient procédé à quelques attaques en se servant de Nightdrakes. 

Un mystère qui nous tiendra en haleine tout le livre, et qui m'aura plus d'une fois surprise. Sous ses airs d'intrigue simple, le livre est en fait un vrai page-turner, avec son énorme lot d'action, de stress et de révélations. Pour vous dire, je n'ai rien vu venir. J'avais des théories, qui se sont toutes révélées fausses ou presque. J'ai adoré cette tension dans le roman autour des Wilders persécutés par l'Inquisition. J'ai adoré découvrir les pouvoirs que chacun pouvait avoir. J'ai adoré découvrir que les Wilders ne sont pas les seuls à manipuler la magie, qu'il existe plusieurs Ordres de magistes. J'ai adoré qu'en plus de tout ce pan magique de l'histoire, l'auteure installe un climat d'insécurité avec les monstres qui attaquent aussi bien la nuit, que le jour. 

Et si l'intrigue est passionnante et s'enrichit plus on lit, il faut dire qu'elle est portée par des personnages assez exceptionnels. Kate et Corwin ont tout mon respect et mon admiration. Entre eux, on sent que ça ne date pas d'hier. Qu'il y a toujours quelque chose de fort, d'unique. Même si au début de leurs retrouvailles, ils restent campé sur leurs positions, au fur et à mesure, ils arrivent à accepter le passé et à s'aimer à nouveau. A se faire confiance. A se confier. Se protéger. Se battre ensemble. C'est vraiment le genre de personnages que j'apprécie. L'auteure a d'ailleurs eu la brillante idée d'alterner leur point de vue respectif, ainsi on peut mesurer toute l'étendue de leurs sentiments, et cela nous donne une plus large vision de ce qu'il se trame. 

Mais que seraient des héros sans l'aide d'autres personnages secondaires? J'avoue que j'ai beaucoup aimé les quelques amis et alliés qui prennent part à l'histoire et qui n'hésitent pas à se salir pour venir en aide à Kate et Corwin. Mention à Dal, Signe, Bonner et Raith qui méritent amplement leur place., de même qu'aux vilains dont il faut se méfier des apparences...

J'aurai encore tellement de choses à dire sur Onyx and Ivory qui est très riche et complexe mais j'aimerai autant vous convaincre de lui laisser sa chance et de le lire. Malgré ses éléments classiques, c'est un petit must read dans le genre YA fantasy, je vous le garantis! 


En bref, Onyx and Ivory est une excellente surprise, un de ces romans fantasy qui semble proposer une trame classique mais qui cache en réalité une intrigue riche, complexe et tout à fait originale. Porté par des personnages à la forte personnalité, ce livre a tout pour plaire, réunissant tous les ingrédients pour passer un excellent moment. Je ne peux que vous le conseiller!


dimanche 8 avril 2018

L'horloge de l'apocalypse de Lorris Murail

horloge de l'apocalypse

  • Nom: L'horloge de l'apocalypse de Lorris Murail
  • Lu en: français
  • Pages: 331 pages
  • Sorti le: 5 avril 2018
  • Editeur: PKJ
  • Fiche: présentation officielle
  • Tome Unique

En cavale malgré elle, Norma, dix-neuf ans, abandonne tout pour se cacher dans une tiny house au fin fond du désert d’Arizona. À sa charge, Liz, sa nièce de huit ans qu’elle doit protéger. Pour survivre, elle trouve un boulot de serveuse dans le diner du coin. Alors que Norma peine à s’acclimater à sa nouvelle vie et aux habitants agressifs de la région, elle découvre un mystérieux canal radio. Elle se met alors à écouter en boucle un certain OT, jeune animateur qui mêle blues, anti-trumpisme et prêches apocalyptiques sur le dérèglement climatique et la fin du monde…

114149306

Avec une couverture pareille et un résumé tout aussi alléchant, je pensais sincèrement lire un roman pré ou post apocalyptique, avec une héroine prête à tout pour survivre quitte à être en cavale et se cacher au fin fond de l'Arizona. J'étais très loin du compte et j'ai malheureusement ce sentiment d'avoir été trompée. Car l'horloge de l'apocalypse n'est pas un roman d'action, d'aventure et de survie. C'est un roman engagé et moralisateur, et ça, ça fait toute la différence. 

Un roman engagé donc, qui nous conte, à travers une intrigue plate et ennuyeuse, les dégats que peut faire l'être humain sur sa planète. Objectivement, je suis d'accord avec l'auteur, je suis inquiète de voir à quel point notre planète va mal, entre le réchauffement climatique, la surpopulation et la consommation toujours plus accrue. C'est vrai qu'il faudrait se bouger les fesses. Parce qu'à l'heure actuelle, l'horloge de l'apocalypse, la vraie (concept créé en 1947 pendant la guerre froide), nous indique que nous sommes à minuit moins 2, chose qui n'était plus arrivée depuis 1953. 

Mais dans un roman YA, je m'attendais tout de même à quelque chose de plus attractif pour faire passer ce message sur l'écologie. Or, l'histoire est tout, sauf attractive. On suit Norma et sa nièce, Liz, en Arizona, en attendant que le frère de Norma sorte de prison. Forcée de se débrouiller pour offrir un minimum à la petite fille, notre héroine se dégote un job dans un resto ouvert 24h/24 et où les fréquentations ne sont pas toujours recommandées. 

J'avais espéré quelques rebondissements, en vain. Malheureusement, les personnages ne relèvent pas le niveau. Je me suis maintes fois demandée pourquoi Norma restait dans ce trou paumé alors que clairement, sa vie est menacée. OT et ses prédictions à la radio m'ont lassée (c'est bon, on a comprit que la planète se meurt!), Liz m'a carrément fait froid dans le dos et pour une petite fille de 8 ans, c'est quelque chose! Enfin, je n'ai pas spécialement adhéré à cette image des Américains ultra conservateurs. Certes, je sais que tout cela est réel, il n'empêche qu'à la lecture, ce fut assez usant de voir ces gens saccager, polluer pour le plaisir, enfermés dans leurs petites idées et pro-Trump. Plutôt dur à avaler...

Moi qui aime voyager, rêver, m'évader quand je lis, je dois avouer que ce roman fut un peu une torture. Je suis consciente des enjeux de la planète, mais ce n'est pas ce que je recherche quand je lis du young-adult. Je ne suis pas non plus certaine que ce livre arrivera à sensibiliser les plus jeunes sur la question tant l'éxécution de l'intrigue est mal faite. On a plus l'impression qu'on nous fait la morale qu'autre chose.


En bref, je n'ai pas du tout aimé cette lecture qui ne correspondait pas à ce à quoi je m'attendais. Pensant lire un roman dans une ambiance apocalyptique, je me suis retrouvée avec un livre très engagé et moralisateur sur l'écologie et le comportement humain. Un message en soit intéressant, qui repose d'ailleurs sur la réelle horloge de l'apocalypse, fondée en 1947, mais exploité plutôt de manière dure, cassante et peu optimiste. Sans réel but, l'histoire ne m'a vraiment pas captivée et c'est avec une grosse déception que j'ai refermé ce livre qui n'était pas fait pour moi.

jeudi 5 avril 2018

Once and For All de Sarah Dessen

once and for all

  • Nom: Once and For All de Sarah Dessen
  • Lu en: français
  • Pages: 448 pages
  • Sorti le: 15 mars 2018
  • Editeur: Lumen 
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Once and For all le 6 juin 2017
  • Tome Unique

À en croire le poète, « il vaut mieux avoir connu l'amour, quitte à le perdre, que n'avoir jamais aimé du tout... » Louna, dix-sept ans, est loin, bien loin, d'en être si sûre - et quand on connaît son histoire personnelle, difficile de le lui reprocher. Ironie du sort, elle qui a appris à la dure que les happy ending, c'est pour les autres, passe son dernier été après le lycée à jouer... les assistantes wedding planners aux côtés de sa mère. De mariages désarmants d'émotion en désastres organisationnels, de témoins qui font leur diva en belles-mères obsédées du détail, Louna va devoir se confronter au cynisme de sa mère, aux pitreries de ses collègues d'un été, au souvenir obsédant d'une nuit parfaite, un an plus tôt à peine, qui la ronge comme l'acide un peu plus chaque jour... Il lui faudra sortir, à l'autre bout du tunnel, vainqueur, qui sait, des obstacles grands et petits que le destin a placés devant elle.

114149306

J'ai découvert la plume de Sarah Dessen il y a quelques années, lors de ma lecture de Décroche-moi la lune. Loin de me laisser un souvenir impérissable, j'avais très envie de donner une seconde chance à cette auteure avec ce roman en particulier, dont le résumé me tentait beaucoup. Reçu de la part de mon amie Jessica - que je remercie encore du fond du coeur - je l'ai aussitôt commencé. Autant dire que je l'ai lu quasiment d'une traite. 

Once and For All est un roman très bien construit et donc très touchant, mêlant habilement comédie, famille et drame. Je vous avoue que je ne m'attendais pas à cette "double" histoire si je peux dire et cela m'a beaucoup surprise, dans le bon sens. Pour moi, cela a inévitablement apporté de la profondeur au récit, et surtout à notre héroine, Louna.  D'emblée j'ai aimé le style utilisé par Sarah Dessen pour nous conter cette tranche de vie. Comme si nous étions avec Louna en permanence et qu'elle s'adressait à nous avec naturel et amitié. Je me suis directement sentie proche d'elle, impliquée dans sa vie, ses sentiments et ses ressentis.

L'été approche et Louna se voit à nouveau contrainte d'aider à sa mère dans son métier qu'est l'organisation de mariages. Une tâche assez ardue mais tout aussi passionnante, même si la jeune fille n'osera l'avouer. Avec elle, on découvre l'envers du décor et j'avoue que j'ai beaucoup apprécié cet aspect du livre. Après tout, les mariages américains sont assez différents des nôtres et bien que le roman soit parfois très axé sur l'organisation dans les moindres détails, je n'ai jamais trouvé ces descriptions ennuyeuses, au contraire.  Entourée de sa mère et de son meilleur ami, la fine équipe nous fait toujours passer un excellent moment, avec beaucoup d'humour et pas mal de cynisme aussi. 

Pour autant, Louna , à peine âgée de 17 ans, ne croit plus en la magie de l'amour, vécu et perdu bien trop vite, lui laissant un trou béant dans la poitrine. Comment y croire à nouveau quand on est convaincu que le grand Amour ne se présente qu'une seule fois dans la vie et que sa chance à elle est passée? Comment ouvrir à nouveau son coeur au risque de s'exposer à nouveau? 

Au delà de cet aspect doux, rose bonbon et rêveur que peut laisser un mariage, Sarah Dessen nous propose un côté plus dramatique dont Louna a été touchée indirectement. Une tagédie d'actualité qui fait froid dans le dos mais qui reste encore bien trop présente aux Etats-Unis de nos jours. Et quand bien même on devine, à travers les mots de Louna, ce qu'il va se passer, on ne peut s'empêcher de ressentir le stress, l'effroi et beaucoup d'émotions. 

Cet événement va littéralement régir sa vie, au point que la jeune fille ne laisse plus la place à l'imprévu. Mais c'est sans compter sur sa mémorable rencontre avec Ambrose, qui va tout changer... J'ai adoré ce garçon au charisme impressionnant, à l'humour douteux et au charme ravageur mais qui est d'une loyauté sans failles. Ce gars là va tout basculer et dans le bon sens: un élément perturbateur qui va aider Louna à reconsidérer sa vision de la vie.

Un duo qui fonctionne à merveille, renforcé par des personnages secondaires tout aussi solides et importants, nous permettant de passer un moment de lecture unique, le coeur gonflé d'amour, d'espoir et de magie, se disant que oui, la vie est vraiment pleine de surprises.


En bref, Once and For All m'a beaucoup plu, d'une part parce qu'il propose un bel équilibre entre l'humour et le drame. J'ai adoré découvrir l'envers du décor des organisations de mariages à l'américaine, de même que l'histoire personnelle de Louna m'a beaucoup touchée. Les personnages, tous autant qu'ils sont, sont attachants, hilarants, à la personnalité bien développée. Au delà de la légèreté globale du récit, les messages passés restent importants et surtout d'actualité. De quoi passer un savoureux moment. 

samedi 31 mars 2018

Zenith [The Adroma Saga #1] de Sasha Alsberg & Lindsay Cummings

Zenith_cover

  • Nom: Zenith [The Androma Saga #1] de Sasha Alsberg & Lindsay Cummings 
  • Lu en: anglais
  • Pages: 534 pages
  • Sorti le: 16 janvier 2018
  • Editeur: Harlequin TEEN
  • Fiche: présentation officielle
  • VF: pas d'info
  • Premier tome d'une saga

Most know Androma Racella as the Bloody Baroness, a powerful mercenary whose reign of terror stretches across the Mirabel Galaxy. To those aboard her glass starship, Marauder, however, she's just Andi, their friend and fearless leader. But when a routine mission goes awry, the Marauder's all-girl crew is tested as they find themselves in a treacherous situation and at the mercy of a sadistic bounty hunter from Andi's past. Meanwhile, across the galaxy, a ruthless ruler waits in the shadows of the planet Xen Ptera, biding her time to exact revenge for the destruction of her people. The pieces of her deadly plan are about to fall into place, unleashing a plot that will tear Mirabel in two. Andi and her crew embark on a dangerous, soul-testing journey that could restore order to their shipor just as easily start a war that will devour worlds. As the Marauder hurtles toward the unknown, and Mirabel hangs in the balance, the only certainty is that in a galaxy run on lies and illusion, no one can be trusted.

114149306

Ce qui m'a clairement attiré dans Zenith ce sont les auteures, notamment Sasha Alsberg dont je suis la chaîne Booktube. Quand un booktuber sort un livre qui plus est de YA, je suis plus que curieuse et intriguée. Force est de constater que Zenith est bien écrit mais manque tout de même d'originalité dans la construction du récit et surtout dans l'intrigue. Pour du space opera je dois avouer que l'intrigue ne décolle pas du tout et qu'on est loin d'un Illuminae ou Defy the stars, voire même de The Diabolic, dont les trois ont la particularité de se dérouler dans l'espace et dans le genre SF.

Andi alias Androma est le chef de l'équipe du Marauder, un vaisseau de mercenaires qui sillonne la galaxie Mirabel. Nous sommes dans un contexte de guerre intergalactique avec de nombreuses planètes et communautés mais deux vont sensiblement émerger. D'un côté nous avons la défaite de Xen Ptera qui a échoué à la dernière bataille et dont le dirigeant se tient clandestinement dans l'ombre, attendant l'heure de sa revanche. De l'autre nous avons Arcardius qui a remporté la victoire.

Suite à un accident, Andi a fui Arcardius et est devenue The Bloody Baroness, autrement dit une mercenaire sanglante qui n'hésite pas à tuer et piller pour obtenir satisfaction. Mais le passé d'Androma était très différent. Lors d'une mission de routine, la Marauder est rattrapée par un chasseur de primes puissant nommé Dex. Celui-ci doit la ramener face au General Cortas afin qu'elle affronte son destin et qu'elle l'aide à remplir une mission spéciale pour Arcardius... 

Si les personnages sont tous attachants et que j'ai aimé suivre leurs péripéties, j'ai trouvé que certaines descriptions étaient trop longues et faisaient pêcher le rythme pourtant bon et efficace de l'action. Les rebondissements sont bien dosés et honnêtement ça se lit très bien car l'écriture est fluide et prenante. On voit que les auteures sont des spécialistes du YA dans la mesure où la construction du récit, l'annonce des effets, des révélations, et l'alternance des chapitres entre les différents personnages sont parfaitement bien dosés et maintiennent le lecteur en haleine.

J'ai pris plaisir à suivre l'ensemble car le niveau en anglais était facile et accessible. Ma lecture en fut naturelle et j'ai pu facilement repérer les enjeux de l'intrigue et comprendre l'univers de cette guerre interstellaire. Il y a d'ailleurs d'autres éléments de l'intrigue à découvrir notamment dans la romance et les relations entre Andi et Dex. Comment ces deux-là se connaissent-ils ? Pourquoi Andi est-elle devenue cette meurtrière froide et sanguinaire ? Quel secret cache-t-elle ? Quelles blessures intérieures ? Il y a aussi d'autres personnages que l'on va suivre comme Dex, drôle, volontiers cynique mais qui lui aussi cache des choses. Il y a Lira la coéquipière d'Andi et Valen Cortas. Et ce qui est intéressant c'est de voir comment tout ce monde interagit, va se rencontrer et aller vers des buts communs ou opposés. 

On ne peut donc pas nier que l'histoire se lit toute seule et que l'on prend plaisir à suivre l'évolution de l'intrigue. Pourtant si la fin est excellente, j'ai trouvé que 534 pages c'était trop lourd à digérer ainsi qu'un manque d'originalité dans l'intrigue. Il ne se passe pas des trucs de fou!! ça reste parfois un peu prévisible même si là encore le final est addictif et particulièrement soigné. 


En bref, en terme d'intrigue ce n'est pas révolutionnaire et pour du space opera je préfère des univers plus originaux comme Illuminae ou The Diabolic. Sur fond de guerre interstellaire et de conquête du pouvoir, on va suivre les aventures de Androma Racella appelée aussi The Bloody Baroness avec un petit côté western qui est sympa. J'ai aimé le mélange de la SF avec des épées, des combats mais ça ne décolle pas. C'est agréable à lire, il y a des rebondissements, une intrigue amoureuse, beaucoup d'éléments et de personnages à découvrir... mais ce n'est pas hyper transcendant.

chronique_lael

jeudi 29 mars 2018

Le week-end de Natasha Preston

le weekend

  • Nom: Le week-end de Natasha Preston
  • Lu en: français
  • Pages: 378 pages
  • Sorti le: 28 février 2018
  • Editeur: Hachette
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The cabin le 6 septembre 2016
  • Tome Unique

Ils pensent qu'ils sont invincibles. Ils pensent pouvoir faire et dire ce qu'ils veulent, sans jamais avoir à en assumer les conséquences. Ils ne m'ont pas laissé le choix. Il est temps pour eux de payer pour leurs péchés. » Une fête à la campagne, dans un chalet loin de tout, c’est exactement ce dont Mackenzie avait besoin. Peut-être aurait-elle attendu avec moins d’impatience ce week-end avec ses amis si elle avait su que, après une nuit aussi amusante qu’inoubliable, deux d’entre eux seraient retrouvés morts, sauvagement assassinés. Il n’y a aucune trace d’effraction, aucun signe de lutte, et les cinq survivants se suspectent les uns les autres. Quelqu'un ne dit pas la vérité. Et la première erreur de Mackenzie est de croire que ce cauchemar est terminé...

114149306

Je n'irais pas par quatre chemins mais je suis navrée, je n'ai pas aimé Le week-end. Je suis bien embêtée car j'avais aimé La cave du même auteur mais Le week-end est moins bon, nettement moins. Il y a un certain nombre d'incohérences et de choses peu crédibles.

D'ailleurs j'ai été bien en peine de découvrir le coupable mais au fur et à mesure qu'on avance dans l'intrigue, on s'aperçoit que l'héroïne vit dans le mensonge et les secrets. Là où l'auteure a cru voir du suspense en présentant chaque personnage comme potentiellement coupable, n'a en fait qu'accentuer le côté "tiré par les cheveux" de cette intrigue. Quand tout le monde a un alibi et que chacun a ses secrets finalement, trop de suspects tue le suspense.

Enfin tout ceci reste tout de même bien sommaire et immature car les secrets sont en fait des gamineries à mes yeux. Un tel couche avec une telle, un autre est amoureux d'elle, il sera question d'alcool, de drogue, de sexe et d'un accident etc... ça tourne principalement autour d'intrigues amoureuses, de coeurs brisés!!! Pas de quoi s'extasier. 

Par ailleurs, les personnages manquent de psychologie et de profondeur et si j'ai pu apprécier une partie du livre, le roman peine à décoller. De plus je n'aime pas du tout le genre d'adolescents décrits dedans. Il n'y a que des mauvais exemples. Je peux paraître vieux jeu mais je pense qu'il faut faire attention au message véhiculé dans les romans ados et YA.

En résumé, l'histoire est somme toute très classique. MacKenzie part en week-end dans un chalet reculé au coeur des bois en compagnie de sa meilleure amie Courtney, de son petit ami que tout le monde déteste, Josh. Il est accompagné par son frère aîné Blake et par deux autres amis : Megan et Kyle. MacKenzie tombe sous le charme de Blake et essaye de faire des efforts pour ne pas juger Josh. Ils passent leur soirée voire même la journée à boire de l'alcool (super!!!) et le lendemain matin le groupe retrouve Josh et Courtney sauvagement poignardés de plusieurs coups de couteau. La police enquête mais n'a trouvé aucun signe d'effraction. Le coupable se trouve donc parmi eux.


En bref, l'alibi manque d'approfondissement et j'ai envie de dire : "tout ça pour ça". Ah d'accord! Jusqu'à cette fin démentielle, précipitée et complètement invraisemblable qui annonce un second tome. STOP!! Sinon ça se lit bien car Natasha Preston a un style alerte même si je lui reproche l'immaturité de ses personnages. Alors certes ça se lit vite si on supporte de rester à la surface mais ça manque énormément d'originalité.

chronique_lael

mercredi 28 mars 2018

The Vanishing Girl de Laura Thalassa

the vanishing girl

  • Nom: The Vanishing Girl de Laura Thalassa
  • Lu en: français
  • Pages: 365 pages
  • Sorti le: 8 mars 2018
  • Editeur: Michel Lafon
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The Vanishing Girl le 15 mars 2014
  • Premier tome d'une trilogie

Chaque nuit, Ember disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger ou dans la chambre du garçon qui lui plaît… Après dix minutes, elle réapparaît là où elle s’est évaporée. La jeune femme a toujours réussi à dissimuler ce don incroyable, jusqu’au jour où le séduisant Caden la kidnappe. Elle comprend alors que son pouvoir est une arme et que certains sont prêts à tout pour se l’approprier. Enfermés dans une base secrète du gouvernement, Ember et Caden s’allient contre leur gré pour assurer des missions de téléportation toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember est prête à tout pour retrouver sa liberté. Même si cela signifie un dangereux rapprochement avec Caden…

114149306

The vanishing girl me tentait depuis quelques années, sans pour autant que je saute le pas. Avec l'arrivée du livre dans nos contrées, ce fut pour moi l'occasion de le découvrir, non sans appréhension suite à quelques avis bien mitigés. Après un début effectivement difficile, que je trouvais assez décousu, la suite m'a autant surprise que régalée: j'ai adoré. 

 Il faut dire que The vanishing girl a ce côté addictif qui fait qu'on ne peut lacher le livre avant de l'avoir fini. Dévoré quasiment d'une traite, je ne m'attendais pas à autant accrocher à cette histoire mêlant science-fiction et romance de manière assez habile et bien dosée. 

Des le départ, nous savons que Ember peut se téléporter depuis le début de son adolescence. La jeune femme, aujourd'hui âgée de 18 ans, a toujours pris soin de rester discrète sur ce don aussi particulier qu'inexplicable. Mais ces derniers temps, ses téléportations sont différentes, il semblerait que quelqu'un l'aiguille dans ses déplacements jusque là anodins. Est ce possible? Une question à laquelle Ember ne va pas tarder à avoir une réponse, puisqu'un beau jour, le gouvernement vient la réclamer, comme étant sa propriété. 

C'est un choc pour cette dure à cuire au caractère bien trempé. Que vient faire le gouvernement? Et quel lien a-t-il avec son don? C'est tout l'enjeux du livre que nous allons tenter de découvrir avec Ember, mais la partie s'avère corsée. De ce côté, l'auteure a encore gardé pas mal de suspens, se concentrant sur l'adaptation d'Ember à sa nouvelle vie au centre et les missions qu'on lui affecte. Ce pan de l'histoire est assez prenant, avec pas mal de mystère et d'action. On ne s'ennuie pas une seconde, mieux encore, à chaque nouvelle mission, l'adrénaline grimpe en flèche. 

Pour contrebalancer cette intrigue, Laura Thalassa introduit une romance assez présente. Autant être au courant de suite auquel cas vous n'êtes pas fan de ce mélange. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé la relation que développent Ember et son partenaire Caden. Le jeune homme est vraiment très attachant et charismatique, il m'a de suite plu. Leurs échanges sont drôles et sarcastiques, mais on sent d'emblée l'attirance. Il est vrai que cela peut sembler extrêmement rapide mais dans le contexte, cela ne m'a pas gênée. Je crois que les personnes vivent les émotions différemment vu leur quotidien et le risque lié à chaque mission.

Entre Ember et Caden se crée une véritable complicité. Personnellement j'ai adoré que ces deux là puissent autant se faire confiance, n'aient pas peur de parler franco et de se confier l'un à l'autre. Si Ember a peur, Caden lui témoigne un amour sans failles et c'est souvent chaud entre eux, il faut l'avouer (l'auteure n'hésite pas à détailler les scènes d'amour). Sa protection est admirable et c'est en tadem qu'ils vont finalement avancer, jusqu'à échafauder un plan de fuite suite à des révélations plus que dangereuses... 

Plus on avance, plus le roman va crescendo et comme je le disais, c'est très addictif. Le style s'affirme également au fil des pages, et bien qu'il reste beaucoup de zones d'ombre, le roman est plutôt fluide. J'ai franchement hâte de retrouver cet univers dans le second tome, surtout à cause de la teneur du cliffhanger.


En bref, The vanishing girl est une sacrée surprise. Je ne m'attendais pas à aimer autant, surtout que le roman est assez addictif en soi. Le côté science-fiction m'a énormément plu même s'il reste encore assez mystérieux; de quoi attiser ma curiosité. Enfin, j'avais peur face à la romance mais elle a bien fonctionné avec moi. J'ai beaucoup aimé les caractères de Ember et Caden, assez opposés, mais qui se complètent à la perfection. Un amour sincère mis à l'épreuve par la dureté de leurs missions. Que dire, avec un tel cliffhanger, vivement la suite!