► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
samedi 7 avril 2018

Les mille visages de notre histoire de Jennifer Niven

les-mille-visages-de-notre-histoire

  • Nom: Les mille visages de notre histoire de Jennifer Niven
  • Lu en: français
  • Pages: 378 pages
  • Sorti le: 8 février 2018
  • Editeur: Gallimard jeunesse
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Holding Up the Universe le 4 octobre 2016
  • Tome Unique

Tout le monde croit connaître Libby Groby, pourtant, personne ne s'est jamais intéressé qu'à son obésité. Elle a longtemps vécu recluse dans sa chambre, cachant son corps et ses angoisses. Cette année, sa vie peut changer : Libby s'est inscrite au lycée. Tout le monde croit connaître Jack Masselin : étudiant rebelle, sexy... aux réactions imprévisibles. Sous son arrogance, Jack a enfoui un secret douloureux. Une histoire d'amour rédemptrice. Des ados justes et charismatiques et le courage de s'accepter tel que l'on est.

114149306

Libby revient au lycée après avoir passé des années recluse dans une chambre d'institut spécialisé pour les adolescents obèses. Tandis que Jack Masselin est le garçon cool, sexy du lycée. Les copains de Jack s'apprêtent à faire un sale tour à Libby mais Jack, qui a le coeur juste, décide de s'interposer... à sa manière, spéciale et maladroite.

L'histoire finit mal et la proviseure oblige les deux adolescents à côtoyer un groupe de parole. Si Libby est pleine de doutes, de questions et d'angoisses concernant le regard méchant des autres qui ne voient en elle que son corps obèse, elle va apprendre à découvrir le secret de Jack qui semble charmant mais distant sans vraiment s'investir dans l'émotionnel...

J'ai dévoré ma lecture et j'ai trouvé le personnage de Jack très touchant. Je ne savais même pas que la pathologie dont il est atteint existait et dès les premières pages, j'ai été captivée. Ça se lit très vite et l'écriture est tour à tour drôle, tout en émotion et actuelle. Le point fort c'est qu'il y a beaucoup de dialogues et d'interactivité entre les personnages et dans l'alternance du récit, ce qui fait que le roman se dévore.

Grâce à une écriture enlevée et spontanée, Les mille visages de notre histoire est un roman plein de fougue et d'énergie qui a su aussi me divertir. Bon, il faut dire que Jack comme Libby ne sont pas des ados comme les autres donc leur histoire est atypique. De par les thèmes du roman, la poésie et la sensibilité de l'écriture, on se rapproche des romans de John Green avec une part importante accordée à l'adolescence, à l'amour, à la vie, au deuil, à l'obésité et aux troubles psychologiques avec des personnalités complexes, ambigües et extrêmement attachantes. 

C'est aussi l'occasion d'évoquer le poids du regard des autres, de la cruauté gratuite des ados entre eux, ces ados qui ne se font aucun cadeau. Heureusement on va comprendre très vite les motivations de Jack et saisir le pourquoi du comment de son acte. C'est de cet acte que va naître une rencontre inattendue, salvatrice à la fois pour Libby et pour Jack.

J'ai aimé le message de ce Young Adult contemporain qui est un parcours du combattant, un apprentissage difficile mais nécessaire de l'acceptation de soi. S'accepter tel qu'on est avec nos défauts physiques, nos maladies, nos désillusions, notre apparence même si cela ne plaît pas aux autres, même si ça ne leur convient pas. En fait ils vont s'aider l'un l'autre à trouver le courage de montrer ce qu'ils sont, qui ils sont. Et ça c'est plutôt un beau message.


En bref, j'ai passé un excellent moment en compagnie de Libby et Jack. C'est une histoire d'amour vraiment sympa et originale à suivre pour son côté intimiste, de celle qui pardonne tout, qui vous pousse à voir au-delà de vous-même. Une relation si charismatique, tellement réciproque et pleine de complicité, qui a su susciter en moi beaucoup d'empathie, surtout pour la pathologie de Jack qui dès le départ m'a émue. Je peux donc vous dire que Les mille visages de notre histoire m'a totalement convaincue alors que j'avais des réserves sur Tous nos jours parfaits. C'est un roman solaire, improbable et lumineux!  En tout cas, Jennifer Niven devient une auteure YA à suivre de très près. 

chronique_lael


mercredi 21 février 2018

La couleur du mensonge de Erin Beaty

la-couleur-du-mensonge,-tome-1-1002053

  • Nom: La couleur du mensonge de Erin Beaty 
  • Lu en: français
  • Pages: 512 pages
  • Sorti le: 22 février 2018
  • Editeur: Lumen
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The traitor's kiss le 9 mai 2017
  • Premier tome d'une trilogie

Sage Fowler, seize ans, est une bâtarde recueillie par un oncle riche et respecté. Sa seule chance de s'en sortir ? Faire un beau mariage. Elle se présente donc chez une des entremetteuses chargées de l'évaluation du potentiel de chaque candidat – des femmes qui font et défont les fortunes d'une famille, d'une région, d'un pays tout entier. Mais avec sa légendaire indiscipline et sa langue trop acérée, elle échoue lamentablement. Amusée par son cynisme et son sens aigu de l'observation, la marieuse fait toutefois d'elle son apprentie. Sage s'embarque donc avec un groupe de beaux partis triés sur le carreau dans un périple vers la capitale. Cette précieuse cargaison est escortée par un bataillon de soldats d'élite qui ne tardent pas à réaliser qu'ils sont sur le point de se jeter dans la gueule du loup : le pays voisin, qui prépare une invasion, s'est allié avec certains des seigneurs locaux, et chaque étape du voyage pourrait bien être la dernière. Spécialiste des missions de reconnaissance, l'un des membres de la troupe recrute alors l'aide de Sage. Mais plus elle avance dans sa mission, plus elle découvre, horrifiée, que tout le monde joue double jeu... à commencer par son recruteur lui-même ! Et, doucement, le piège se referme sur elle... Identités secrètes, machinations politiques et jeu de dupes passionné, La Couleur du mensonge fait monter les enchères jusqu'à un final surprenant.

separateur-3

 J'avais repéré ce titre en VO l'année dernière pour sa très belle couverture fleurie (je suis faible!) et c'est une excellente surprise de le trouver en VF chez Lumen Editions. Alors forcément je voulais absolument le lire mais je dois vous avouer que j'ai été surprise par le rythme assez lent et "intellectuel" de l'intrigue. Ce n'est pas un roman à suspense ou même à ambiance comme je peux souvent les préférer... c'est un roman/ romance qui joue sur une intrigue d'espionnage et de quiproquos identitaires.

Tout commence lorsque Sage Fowler, 16 ans, est envoyée par son oncle chez une entremetteuse/ marieuse Maîtresse Rodelle. A Demora, ces marieuses professionnelles sont chargées de faire et défaire les unions, les alliances et les mariages arrangés au sein des plus influentes familles du royaume. Le Concordium a lieu tous les cinq ans à la capitale et Maîtresse Rodelle accompagne les élues afin d'observer les différents partis possibles pour chacune. Sage est orpheline et recueillie par son oncle qui a décidé de se débarrasser d'elle en la mariant. Mais Sage a un tempérament plutôt fougueux, indiscipliné. Intelligente, au regard aiguisé et à la langue fourchue!! Car Sage n'entend pas du tout se marier et fait tout pour échouer son entrevue avec Maîtresse Rodelle. La situation est amusante et l'entremetteuse repère vite les qualités de la jeune fille dont son sens de l'observation et de la déduction. Elle propose ainsi à Sage de devenir son apprentie marieuse...

 La Couleur du mensonge a deux intrigues principales que l'on va suivre dans une narration en alternance (Sage et Quinn) : une intrigue d'espionnage assez drôle en soi puisque Sage se fait passer pour une candidate potentielle au Concordium lors du voyage jusqu'à la capitale, afin de pouvoir observer à sa guise les allées et venues des différents membres de l'armée, différents partis dont le Capitaine Quinn. Sage va se lier d'amitié avec Ash Carter, le cocher du capitaine, qui semble être un pion insignifiant... lui-même diligenter par son capitaine pour surveiller les candidates au Concordium. C'est donc assez drôle de voir comment les uns interagissent avec les autres, sans dévoiler leur vraie identité et/ou fonctions. On est dans un jeu de dupes qui pourrait virer mal lorsque le capitaine Quinn soupçonne Sage d'être une espionne pour les Kimisars...

 D'où la deuxième intrigue que l'on suit en parallèle : une intrigue militaire et politique ou tactique étudiée par le capitaine Quinn qui voit une possible menace des Kimisars, pays limitrophe, pour la conquête du royaume de Demora. Le capitaine Quinn est chargé d'escorter les jeunes filles candidates au Concordium et de surveiller par la même occasion les différents mouvements des troupes ennemies. Ainsi on évolue dans une double intrigue d'espionnage, d'identités secrètes, de complots politiques à la Game of Thrones où chaque personnage, mauvais ou bon, jouent un double jeu.Il y a d'ailleurs à ce propos une grosse révélation vers la fin du roman (mais que j'avais deviné!!) qui bouleverse la donne sur bien des choses.

 Le roman est porté par une héroïne plutôt percutante et intelligente dont le sens de la débrouillardise, de la séduction et de la finesse lui vaudra bien de sortir de certaines déconvenues. J'ai adoré sa relation avec Ash Carter qui lui-même va faire appel à son sens de l'analyse et à ses idées pour aider l'armée demorienne. Alors si l'intrigue se tient bien et est bien ficelée, elle manque toutefois d'action mais on est dans une sorte de The Curse où l'auteure joue plus sur la stratégie de l'esprit que sur l'action. Ca fonctionne ou pas... car plus de 500 pages c'est un peu long voire trop descriptif par moments. Ce qui m'a énormément plu c'est qu'une bonne partie de l'intrigue ressemble un peu au Jeu de l'amour et du hasard, pièce de théâtre de Marivaux avec des dialogues captivants, des échiquiers mis en place et un double-jeu de masques savamment conçu. Ca c'était vraiment sympa à lire et à découvrir.


En bref, j'ai passé un bon moment de lecture grâce à cette aventure divertissante. Et je trouve que le livre paraît au bon moment, mois du carnaval!! J'ai été plus séduite par l'intrigue d'espionnage/ identité que celle militaire car pour moi l'auteure excelle dans le jeu des personnages et non dans l'action ou le suspense. Les deux rebondissements majeurs ont été très vite déduit et donc m'ont empêché d'être totalement dans la surprise. Je n'en ressors pas déçue, plutôt amusée et à m'attendant peut-être à quelque chose d'un peu plus fou. L'histoire d'amour est certes prévisible mais dans l'ensemble j'ai bien aimé et je suis curieuse de connaître la suite.

chronique_lael

samedi 17 février 2018

Girlhood de Cat Clarke

Girlhood

  • Nom: Girlhood de Cat Clarke
  • Lu en: français
  • Pages: 360 pages
  • Sorti le: 5 octobre 2017
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Girlhood le 4 mai 2017
  • Tome Unique

L’amitié, c’est comme une allumette…… il suffit d’une étincelle pour se brûler les doigts. J’ai sombré quand ma soeur jumelle est morte, et mes amies m’ont reconstruite, morceau par morceau. Depuis, je pensais que jamais rien ne pourrait nous séparer. Jusqu’à ce que débarque cette nouvelle fille…

separateur-3

 La première chose que je pourrais vous dire sur Girlhood c'est que ce n'est pas mon préféré ni le meilleur roman de l'auteure (face à Cruelles et Revanche qui m'ont marqué). Pourquoi ? Et bien on commence à saisir la spécialité de Cat Clarke c'est-à-dire le thriller adolescent qui monte en tension et révèle une finale dramatique. Bien que les thèmes abordés soient importants, j'ai ressenti moins d'intensité en lisant l'histoire de Harper, soeur jumelle de Jenna.

Jenna est décédée d'une crise cardiaque suite à sa maladie : l'anorexie. Harper vit dans la culpabilité constante car c'est elle qui a parlé de régime et lorsqu'elle a vu que chez Jenna cela prenait des proportions déraisonnables, il était déjà trop tard. Pour fuir la pesanteur et la morosité du climat familial, Harper décide d'aller en pensionnat, pour prendre en main sérieusement ses études. La vie se passe bien, elle se fait un groupe d'amies qui chacune ont la tête sur les épaules, ont une passion. Le courant passe. Puis arrive une nouvelle fille Kirsty. Entre Harper et Kirsty, tout de suite c'est l'harmonie émotionnelle. Elles se comprennent. Elles ont vécu les mêmes épreuves. Elles ont perdu une soeur et c'est comme si elles avaient besoin d'en trouver une autre. La complicité naît de leur douleur commune. Harper se confie, entame des conversations qu'elle n'a pas avec ses autres amies. C'est sincère, c'est profond... et non dénué de sentiments complexes voire affectifs. Jusqu'au moment où petit à petit, la cassure avec ses amies l'éloigne de tout ce qu'elle a vécu...

 Plusieurs thèmes sont abordés dans Girlhood : le deuil, la culpabilité, l'amitié, l'orientation sexuelle et identitaire, la jalousie,, la confiance, les rivalités, la maladie, les mensonges. Le lecteur est pris dans cette relation particulière, évoluant vers un schéma dangereux, exclusif et malsain. On sent que Kirsty n'est pas nette mais on ne sait pas de quoi il en retourne vraiment. Certes il y a donc du suspense mais le climat est beaucoup moins pesant que dans les autres romans de Cat Clarke. Si je me suis attachée au personnage de Harper, je la trouve également parfois trop immature et influençable. Cela m'a dérangé. Par contre, j'aime beaucoup le style d'adolescentes que décrit Cat Clarke : ce sont souvent des filles sérieuses, qui ont des passions, des passe-temps (musique, sport) et prennent à coeur leurs études. C'est un aspect très positif de l'adolescence. 

 Vous l'aurez compris, j'ai vu venir les ficelles de l'intrigue très vite en cernant le personnage ambigu et complexe de Kirsty mais la révélation reste tout de même poignante et déchirante. Il y a beaucoup de psychologie, si bien qu'il est impossible de lâcher le livre tellement les questions fusent, l'envie de savoir est là, entre addiction et frénésie. J'ai été bluffée, surprise par certains rebondissements et révélations qui rendent l'intrigue encore plus dramatique. J'ai beaucoup aimé ce roman pour ce côté intelligent, cette réflexion sous-jacente sur les apparences, la vraie nature de personnes que l'on croyait bien connaître et qui nous déçoivent, ce suspense captivant et divertissant et toutes ces émotions contradictoires, entières qu'il met en avant. J'ai aimé voir le processus par lequel Harper commence à voir clair dans le jeu de Kirsty.


En bref, si ce n'est pas, à mon sens, le plus abouti et le plus intense des Cat Clarke, Girlhood reste un roman YA efficace et prenant à suivre. L'écriture de Cat Clarke est sans conteste percutante, directe, franche, avec cette force de caractère qui lui est propre. A l'instar de Cruelles et Revanche, c'est que derrière son rythme efficace, addictif et cette incroyable capacité à parler de l'adolescence, il y a beaucoup de profondeur dans ses propos. La fin, bien que trop rapide, m'a bouleversée et émue.

chronique_lael

jeudi 15 février 2018

Unearthed de Amie Kaufman & Meagan Spooner

unearthed4

  • Nom: Unearthed de Amie Kaufman & Meagan Spooner
  • Lu en: anglais
  • Pages: 384 pages
  • Sorti le: 9 janvier 2018
  • Editeur: Disney Hyperion
  • Fiche: présentation officielle
  • VF: pas d'infos
  • Premier tome d'une duologie

When Earth intercepts a message from a long-extinct alien race, it seems like the solution the planet has been waiting for. The Undying’s advanced technology has the potential to undo environmental damage and turn lives around, and Gaia, their former home planet, is a treasure trove waiting to be uncovered. For Jules Addison and his fellow scholars, the discovery of an alien culture offers unprecedented opportunity for study… as long as scavengers like Amelia Radcliffe don’t loot everything first. Mia and Jules’ different reasons for smuggling themselves onto Gaia put them immediately at odds, but after escaping a dangerous confrontation with other scavvers, they form a fragile alliance. In order to penetrate the Undying temple and reach the tech and information hidden within, the two must decode the ancient race’s secrets and survive their traps. But the more they learn about the Undying, the more their presence in the temple seems to be part of a grand design that could spell the end of the human race…

separateur-3

~ ENGLISH REVIEW~ 

This first book in this new duology by Amie and Meagan is quite good! I have to admit that the beginning was a bit confusing but in the end, I really appreciated my reading. The adventure is fun and entertaining enough. It's like we were in a world like Indiana Jones or Stargate. I really enjoyed exploring this Aliens's Temple and this futuristic atmosphere. It was so exciting! Amelia, our heroine was a real badass, and Jules was so touching. The whole book is totally fun and nice to read, so much to discover. But if I'm honest, even if this book is very good, it doesn't surpass the perfect Illuminae.

Après un début assez difficile en matière de vocabulaire anglais, je me suis totalement plongée dans Unearthed, un mélange de dystopie, de science-fiction et de romance. En fait ce qui m'a gêné au début de ma lecture c'était que je ne comprenais pas les détails sur le père de Jules Addison, chercheur scientifique qui s'est retrouvé en prison à cause d'un conflit d'intérêts en lien avec les ressources de la Terre. Du coup cette partie là me dérangeait réellement pour comprendre les enjeux du personnage Jules Addison, son fils... puis je ne sais pas pourquoi au moment où les personnages rentrent dans le temple alien, j'ai été happé par l'action et tout s'est décanté comme par magie. J'ai absolument tout saisi, ce qui a rendu ma lecture bien plus efficace et prenante... Il faut savoir que je comprends absolument tous les dialogues mais que les parties descriptives sur les décors, les explications éthiques par exemple sont plus compliqués pour moi. Après 100 pages, dans Unearthed, je n'ai plus du tout eu ce souci.

Mais reprenons depuis le début. Amelia Radcliffe, une pilleuse de trésors se rend sur Gaia, une planète ancienne d'un peuple alien aujourd'hui éteint, pour trouver un moyen de sauver sa soeur. La technologie avancée des aliens a le potentiel d'annuler les dommages environnementaux, de pallier au manque de ressources naturelles et de transformer des vies humaines. Gaia, leur ancienne planète, détient un trésor qui attend d'être découvert. Une sorte d'Indiana Jones version SF !! Amelia est en très mauvaise posture face à d'autres chasseurs mais Jules Addison débarque... Ils s'enfuient tous deux d'une dangereuse altercation et décident de s'associer afin d'explorer un temple alien nommé L'Immortel (The Undying) mais chacun a ses raisons personnelles. Jules à des fins archéologiques pour tenter de créditer la parole de son père contre celle du monde entier et prouver que le "trésor" est la clé menant à la compréhension d'un message alien et expliquant que leur but est de détruire la Terre (alors que les autres chercheurs croient le contraire et que la technologie alien pourrait sauver l'humanité qui se meurt). Alors qu'Amélia, pilleuse/ chasseuse a mis à prix ce fameux "trésor", cette relique valant un gros paquet d'argent. Argent dont elle a besoin pour sauver sa soeur. Les différents enjeux pour lesquels Mia et Jules se sont introduits clandestinement sur Gaia les mettent immédiatement en désaccord mais très vite ils vont se confier et apprendre ce qui se dévoile derrière les silences et les larmes... Avec ses techniques d'archéologue, Jules va exhumer les ruines de ce temple, déchiffrer les hiéroglyphes et les secrets détenus dans les murs, et tenter de percer le mystère de cette race ancienne... tandis que Mia va l'aider à s'en sortir vivant en déjouant les différents pièges qui se présentent à eux.

Unearthed ou l'art de nous attirer dans les tunnels d'un temple alien avec ses hautes technologies... on est dans une ambiance à la Indiana Jones qui m'a énormément plu et qui rythme l'action, le suspense. Du côté de la romance il n'y a rien d'inédit, les personnages se dévoilent à leur tour, les couches de protection tombent une à une pour livrer une romance attendrissante mais trop banale. Amélia est une héroïne intelligente et drôle, avec un sens de la répartie assez "qui casse" (comprenez la référence au film Kick Ass). Elle est totalement badass et je l'ai beaucoup aimé. Jules est un nerd, une sorte de petit érudit incroyablement gentil, un insupportable je sais-tout et totalement naïf, ce qui le rend attachant. Je l'ai adoré! Comment se faire confiance alors qu'ils visent des buts radicalement opposés ?

Côté intrigue, on pénètre dans ce temple avec une tonne de questions. Il y a des super séquences d'action, des explosions, des pièges "puzzles" genre comme dans le film "Cube". C'était à la fois excitant et vraiment prenant. Il y a des pics d'adrénaline qui frisent la crise cardiaque (manque d'oxygène, tirs et fusillades, course-poursuite car ne l'oublions pas nos héros sont pris en chasse par un groupe de pilleurs). La fin, mes amis!! La fin ne me donne qu'une envie c'est de me plonger dans la suite même si je pense que les auteures ne vont rien révolutionner et qu'elle sera peut-être en dessous de ce premier tome. Le seul bémol c'est la multitude de petites descriptions plus ou moins longues qui expliquent les conclusions du père de Jules et dans lesquelles je me suis perdue.


En bref, ce premier tome est plutôt bon! Notez qu'on nage en plein Indiana Jones dans l'espace avec un peu de Stargate et de Doctor Who. L'aventure est suffisamment amusante et divertissante. Ce qui m'a le plus fait kiffer c'est l'exploration d'un temple alien en mode archéologie mêlant linguistique et mathématiques! (mais ça manque de visuels, de schémas, de dessins) Alors ça c'est vraiment la partie de l'intrigue vraiment fun! Imaginez donc un melting pot de tout ces ingrédients : monde futuriste, temple alien, pilleurs de tombes, technologie extraterrestre... L'ensemble est sympa à découvrir même si pour moi, on est loin de l'originalité d'un Illuminae.

chronique_lael

 

samedi 10 février 2018

The Rain [The Rain #1] de Viginia Bergin

the rain

  • Nom: The Rain [The Rain #1] de Viginia Bergin
  • Lu en: français
  • Pages: 384 pages
  • Sorti le: 20 septembre 2017
  • Editeur: Bayard Jeunesse
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The Rain le 17 juillet 2014
  • Premier tome d'un dyptique

Une pluie mortelle s'abat sur Terre : l'humanité est menacée de disparition. Ruby, 15 ans, part à la recherche de son père. Je m'appelle Ruby Morris, et voici mon histoire, si vous la lisez, vous avez énormément de chance d'être encore en vie. Question : Quand faut-il abandonner tout espoir ? a) Maintenant. Immédiatement. On est foutus. b) Dans deux semaines, environ. c) Jamais. d) J'imagine qu'il pourrait y avoir un d), mais s'il existe, je ne l'ai pas encore trouvé...

separateur-3

Imaginez les beaux jours reviennent, parsemés de nuages et de petites pluies fines, histoire de rafraîchir les rayons de soleil qui chauffent doucement la peau. Les gens commencent à préparer des fêtes et les premiers barbecues se tentent, car même s'il pleut, oh ce n'est pas grave c'est juste une petit douche!! N'est-ce pas ? Et bien Ruby, 15 ans se trouve à l'une de ces fêtes, faisant trempette dans un jacuzzi du tonnerre en bonne compagnie, un dénommé Caspar McCloud. Et là, après un baiser qui marque le coup d'envoi d'un gros coup de foudre, surgit une pluie torrentielle! Ce n'est pas vraiment ce qu'avait annoncé la météo et c'est bien connu, ils se trompent tout le temps. Alors on rempile les maillots et on file vite à l'intérieur. Et là à la télé passe une alerte Info : " Ne sortez pas de chez vous s'il pleut. C'est dans la pluie. La pluie est mortelle!"

Très vite ceux qui ont été en contact avec l'eau se grattent jusqu'au sang, leur peau s'arrache en lambeaux. Ruby voit son nouveau/futur/ex petit-ami en pleine crise, se frottant le crâne, le visage... Des particules toxiques sont dans l'atmosphère de la Terre et contaminent l'eau. Un scénario catastrophe et franchement plausible que nous raconte Ruby sur un ton franchement décalé, drôle et prenant.

Okay ce n'est pas le roman du siècle mais je me suis amusée comme une folle au cours de ma lecture. Okay on s'y croirait mais il n'y a rien de nouveau sous le soleil car l'auteur réunit ici toutes les ficelles d'un page turner sur la fin du monde, version catastrophe naturelle, changement climatique, pluie toxique. Le ton m'a énormément plu dans le style zombiesque (sans zombies!) avec un air de Bienvenue à Zombieland pour les dialogues et l'humour et Walking Dead pour l'ambiance fin de l'humanité, et rajoutez aussi un peu de Contagion (le film).

Ruby est une héroïne franchement marrante et attachante. Elle va vivre pas mal de péripéties et va vite percuter sur ce qu'il faut faire. D'abord un peu râleuse, agaçante et impulsive telle une adolescente lambda, elle va se révéler fragile face au drame, mais aussi intelligente, évoluant psychologiquement au cours des épreuves qu'elle va devoir affronter.

Pour le reste, les aventures et les actions s'enchaînent et on saisit rapidement le cours de l'intrigue : scènes apocalyptiques, cadavres éparpillés, routes peuplées de voitures désertées, émeutes et scènes de panique (celle dans la piscine est totalement gore!!), pillages et rencontres malveillantes. C'était sympa à lire car le ton est badass, percutant et vous tient en haleine. Du coup même si j'ai deviné certaines actions, le suspense final demeure car les dernières lignes sont sacrément aguicheuses et complètement superficielles par rapport à l'urgence de ce qu'il se passe!!! Et flûte, me voilà devant un dilemme car je n'avais pas envie de lire la suite mais j'ai quand même envie de savoir!!


En bref, je terminerais ma chronique par un QCM tant affectionné par Ruby l'héroïne : a) un roman qui se dévore malgré des ficelles convenues, b) une héroïne un brin immature mais qui évolue dans un style badass. Elle va prendre confiance en elle, s'appuyer sur les conseils de son beau-père et suivre son chemin, selon ses idées, même si elle n'a pas envie de rester seule dans cette situation (pourrie!), c) la fin du monde genre classique mais qui au final nous prend par surprise car c'est drôle!! alors petit d) je m'achète la suite ou bien!!??

chronique_lael

mercredi 31 janvier 2018

Après Nous de Myra Eljundir

Apres-nous

  • Nom: Après Nous de Myra Eljundir
  • Lu en: français
  • Pages: 373 pages
  • Sorti le: 23 novembre 2017
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle
  • Premier tome d'une saga

Les visages les plus angéliques sont les masques des démons les plus cruels. Jeune fille à la beauté ensorcelante et à la voix envoûtante, Jezebel Kern a tout pour être heureuse... Mais elle porte en elle un secret qui la ronge chaque jour davantage. Lorsque ses parents meurent dans un terrible accident, Jezebel découvre une effroyable vérité sur son passé et le leur. Elle se sent trahie. Son univers s'effondre. Y a-t-il un lien avec son secret ? Qui est-elle vraiment ? Il est des questions dont il vaut mieux ne jamais connaître les réponses. Celles que Jezebel trouvera risquent bien de faire vaciller ses croyances comme sa raison.

separateur-3

Je ne savais rien et n'ai rien voulu savoir avant d'entamer ma lecture de Après nous. Et dès les premières pages, j'ai été prise dans une ambiance un peu étrange, totalement spéciale et particulière dû notamment à une écriture intelligente qui distille avec subtilité son intrigue. Après nous est une nouvelle saga fantastique Young Adult dont le premier tome m'a vraiment marqué.

J'ai lu beaucoup de romans jeunesse sur le thème de la sorcellerie, un peu moins sur la possession mais tout de même je m'y connais un peu. Sauf que dans Après nous, l'approche est originale et vraiment très habile qui distille un mélange d'angoisse, d'ambiance envoûtante et inquiétante, avec des personnages qui possèdent tous une part de mystère et d'ombre, chacun ayant un secret que l'on va découvrir petit à petit. Jezebel Kern vient de perdre ses parents suite à un terrible accident. Elle est recueillie dans une famille d'accueil et côtoie un nouveau lycée. La jeune fille est belle et sacrément attirante, tellement que tous les garçons (ou presque) tombent sous son charme. Jarod et Noé se battraient volontiers pour elle. Mais se lier avec Jezebel est dangereux et ça, Rowan l'a vite compris. Il y a quelque chose dans sa voix qui vous obsède et vous pousse en dehors de vous-même, comme si vous n'étiez plus maître de votre esprit...

Oui pour le coup c'était vraiment inattendu et j'ai dévoré Après nous alors que, tenez-vous bien, je pensais ne vraiment pas aimer!! Pourtant j'ai très envie de savoir la suite. Le rythme est sacrément bon, avec ce qu'il faut de révélations étonnantes, de suspense qui monte crescendo et vous laisse sur un final à la Paranormal Activity. L'angoisse totale car l'action est tout en tension et monte doucement jusqu'à cette fin!! Autrement dit j'ai été captivé par cet univers qui certes est connu, celui de la sorcellerie et de la possession sauf qu'ici c'est très intense et passionnant. Ce thème est abordé avec force et j'ai été scotchée, parfois choquée par l'habileté avec laquelle l'auteure nous livre les clés de cette histoire qui mêle magie et science, phénomènes occultes et progrès scientifique.


En bref, un premier tome passionnant et hyper prenant, tellement bien amené en matière d'ambiance qu'on ressent le malaise qui s'installe. Plus d'une fois j'ai été dérouté par certains propos assez difficiles et violents surtout dans un roman pour ados mais quand on comprend ce qui nous attend... c'est assez logique. L'ambiance est addictive et envoûtante mais il règne quelque chose de malsain. Soyez comme moi et ne lisez ni résumé ni 4ème de couverture... J'ai été très vite happée par l'univers de Après nous et j'en ressors surprise, médusée et le tout dans le bon sens. Une agréable surprise même si ce qui se trame dans l'intrigue n'est pas du tout fun et va peut-être tout comme moi vous donner des frissons !

 chronique_lael

 

mercredi 17 janvier 2018

Nevermoor: The Trials of Morrigan Crow [Nevermoor #1] de Jessica Townsend

Nevermoor

  • Nom: Nevermoor: The Trials of Morrigan Crow [Nevermoor #1] de Jessica Townsend
  • Lu en: anglais
  • Pages: 384 pages
  • Sorti le: 12 octobre 2017
  • Editeur: Orion Childrens Books
  • Fiche: présentation officielle
  • VF: A paraitre
  • Premier tome d'une duologie

Morrigan Crow is cursed. Having been born on Eventide, the unluckiest day for any child to be born, she's blamed for all local misfortunes, from hailstorms to heart attacks - and, worst of all, the curse means that Morrigan is doomed to die at midnight on her eleventh birthday. But as Morrigan awaits her fate, a strange and remarkable man named Jupiter North appears. Chased by black-smoke hounds and shadowy hunters on horseback, he whisks her away into the safety of a secret, magical city called Nevermoor. It's then that Morrigan discovers Jupiter has chosen her to contend for a place in the city's most prestigious organisation: the Wundrous Society. In order to join, she must compete in four difficult and dangerous trials against hundreds of other children, each boasting an extraordinary talent that sets them apart - an extraordinary talent that Morrigan insists she does not have. To stay in the safety of Nevermoor for good, Morrigan will need to find a way to pass the tests - or she'll have to leave the city and confront her deadly fate once and for all.

separateur-3

~ ENGLISH REVIEW~ 

Well, for my first book in english this year, I started with a wonderful book! I loved it!! It was really surprising and quite worrying too. The world imagined by Jessica Townsend was awesome. I was really taken aback by her style, for a middle grade, it was not always easy to understand at first but then it became simple and clearer. I loved everything in this book, the background, the magic and the characters. Morrigan is a girl I appreciated, she is endearing. The plot was interesting, I loved the tournament and the tension between the characters who want to win. I really enjoyed Nevermoor, his style, his magical atmosphere and the overflowing imagination.

J'ai ADORE!! Et je vous avoue que je démarre fort avec cette première lecture en VO. Ne vous fiez pas au middle grade car cette lecture, en anglais est assez soutenue. Déjà un conseil si vous choisissez de lire ce livre en anglais, préférez le hardback qui est juste époustouflant. L'intrigue ne pouvait que me plaire, nous sommes dans de la fantasy et cela dans un univers merveilleux mais également très inquiétant. Tout d'abord le personnage de Morrigan m'a rappelé l'héroïne de Furthermore, une sorte d'Alice au Pays des merveilles qui tombe ici presque par enchantement dans une ville fabuleuse révélant des secrets improbables. A commencer par ce Jupiter North, une Mary Poppins au masculin qui la sauve d'un destin tragique car de là où elle vient, Morrigan est détestée, méprisée.

Tout dans Nevermoor est assez étonnant : les lieux sont totalement féériques et fantaisistes. L'Hôtel Deucalion abrite une palette de personnages merveilleusement éclectique, à commencer par son patron, l'énigmatique et charismatique Jupiter, membre de la Wundrous Society et qui sait des choses que d'autres ne savent pas. Il y a Fenestra le magnificat (un chat!) qui parle, Jack le neveu maussade de Jupiter et un nain vampire qui déambulent à travers les étages. Le fumoir aux vapeurs parfumées réveillant tous les sens et la salle des ombres où l'imagination entraînera le lecteur dans un voyage étourdissant. Mais il y a aussi des mauvais côtés à Nevermoor, des histoires sombres de sorcières, de Wundersmith (sorte de croquemitaine) et du Gossamer (que je traduis par une sorte d'espace-temps, un brouillard opaque et onirique qui permet de voir des choses sans être vu). Autant d'idées brillantes, de situations captivantes qui nous plongent dans une ambiance enchanteresse à mi chemin entre Harry Potter (et la Coupe de Feu en référence aux épreuves/tests/ du Tournoi de la Wundrous Society), Mary Poppins, Furthermore de Tahereh Mafi et même L'histoire sans fin.

Les personnages sont hauts en couleurs, l'intrigue est fascinante et les décors superbes! Nous découvrons que Morrigan est une héroïne attachante qui n'a jamais connu le sentiment d'appartenance ni même l'amour familial. Son père est resté froid et distant tandis que les citoyens de Jackalfax croient que Morrigan est un fléau pour leur communauté. À Nevermoor, on considère que Morrigan est entré illégalement et les autorités locales sont déterminées à l'envoyer chez elle. On a donc affaire à une héroïne rejetée de tous qui évolue pourtant de manière positive, s'efforçant de rester naturelle, de suivre son instinct.

Le tournoi de la Wundrous Society comprend quatre étapes pour évaluer les enfants de Nevermoor et j'ai adoré suivre chaque épreuve qui visent à analyser la personnalité de chaque candidat avant les capacités extraordinaires. Les complots et trahisons sont inévitables avec des centaines de concurrents en lice, car chacun veut faire partie des trois finalistes. Les ténèbres descendent au-dessus de Nevermoor quand le méchant et désagréable Wundersmith s'immisce dans le coeur de Morrigan.


En bref, j'ai beaucoup aimé ma lecture car Nevermoor est comme je m'y attendais : un conte de fée éclatant d'imagination et d'énergie, rempli de métaphores et d'images, fantasque et enchanteur, tellement copieux et dense. J'ai passé un superbe moment de lecture parfois un peu complexe car le middle grade n'est pas forcément le plus facile à lire en anglais et jamais on ne s'ennuie. C'est très bien écrit et j'ai surtout hâte de lire la suite de ce conte imaginatif et irrésistible !

chronique_lael

 

mardi 9 janvier 2018

54 minutes de Marieke Nijkamp

54 MINUTES

  • Nom: 54 minutes de Marieke Nijkamp
  • Lu en: français
  • Pages: 290 pages
  • Sorti le: 2 novembre 2017
  • Editeur: Hachette Romans
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom This is where it ends le 5 janvier 2016
  • Tome Unique

Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Ils n’ont qu’une envie : profiter du printemps. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule. Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle.

separateur-3

J'avais déjà repéré ce titre lorsqu'il est sorti en VO alors lorsque j'ai su qu'il allait paraître en VF chez Hachette, je n'ai pas hésité une seule seconde. 54 minutes est un roman percutant et extrêmement perturbant puisqu'il aborde sur une thématique dure et tragique, actuelle, inspirée des faits divers qui ont lieu aux Etats-Unis : les fusillades et notamment les tueries au sein d'un établissement scolaire (lycée ou fac). Forcément en partant sur une telle intrigue, 54 minutes ne peut que vous percuter en plein coeur. C'est un roman polyphonique coup de fouet ou coup de poing qui ne vous laissera pas indemne.

C'est la rentrée à Opportunity School - Alabama, les cours ont repris, les élèves se remettent en selle : sport, choix de matières, nouvelles classes et peut-être aussi nouveaux élèves... Nous allons suivre Claire, Tomas, Autumn et Sylvia dans chaque chapitre qui alterne ses quatre points de vue. C'est le matin, il est 10h01 lorsque Claire commence son entraînement de course. Tomas lui, est accompagné de son ami Fareed. Ils ont décidé de sécher les cours pour forcer l'accès au bureau de la principale Trenton. Tomas veut absolument savoir pourquoi Sylvia, sa soeur, est terrifiée à l'idée du retour d'un élève nommé Tyler... Sylv et Autumn sont à l'amphithéâtre et écoutent le discours de bienvenue de la principale Trenton. Toutes les classes sont réunies, les professeurs, les élèves, la salle est bondée lorsque surgit un jeune, arme à feu en main et qui se met à tirer...

54 minutes c'est donc le récit de ce temps écoulé, depuis les touts premiers coups de feu jusqu'à l'intervention du SWAT (police spécialisée dans ce genre d'intervention). 54 minutes de pure terreur, d'épouvante et d'horreur faite de morts, de vengeance, de tueries gratuites et de haine pure... C'est toute l'expression de la violence faite homme. Dès les premières pages, j'ai été happé par ce suspense (il faut dire que je n'avais pas lu le résumé) et que l'ambiance oppressante laisse présager un drame... comme si tout était calme, normal avant la tempête! J'ai vraiment ressenti un malaise palpable dans les toutes premières pages et Sylv introduit cette peur et cette tension, en évoquant Tyler le frère jumeau de Autumn, la colère, la trahison et la jalousie ressenties lorsqu'il a découvert que les deux jeunes filles étaient amoureuses...

Ensuite dès que la fusillade commence, le lecteur est embarqué dans cette tension poignante car les évènements s'enchaînent sans nous laisser une minute de répit. Le lecteur a conscience du compte à rebours qui se joue, où chaque minute écoulée fait un peu plus de morts. L'ambiance est électrique, alerte et complètement redoutable. Le rythme est insoutenable, surtout vers la fin où l'on a qu'une envie : que ça se termine au plus vite pour épargner les victimes encore vivantes, pour sauver les blessés et pour pleurer les morts. Malgré que le roman soit court, je dois avouer que j'ai été bluffée par son côté très complet : tout est expliqué : la fusillade en elle-même, les motivations du tueur, comment il en est arrivé là...

J'ai également beaucoup aimé le choix des points de vue des personnages qui donne à voir toute l'ampleur du drame et comment il est vécu de chaque côté des parties : nous avons le point de vue intérieur, de ceux qui vivent le drame : Autumn, Sylv, Matt qui sont dans le gymnase. Ensuite nous avons Tomas qui est dans l'enceinte de l'école mais qui va tenter d'aider ses camarades en ouvrant les portes... Puis le point de vue de Claire qui est à l'extérieur, a entendu les tirs et avec son ami Chris va alerter la police. Puis il y a un autre point de vue, celui d'Autumn, la soeur de Tyler autrement dit celle par qui tout s'est déclenché. Elle va expliquer la situation familiale, la relation complexe avec son frère, la bouée de sauvetage qu'est Sylv et comment elle arrive malgré l'amour qu'elle porte à son frère, à le haïr pour ce choix destructeur. J'ai aimé que tous ces personnages aient un lien avec Tyler : Claire était son ex petite-amie, Sylv était son ennemie, celle qui lui a enlevé sa soeur, Tomas est le frère de Sylv et Autumn sa soeur.

Cela rend la lecture assez addictive et bien menée. Le seul bémol que j'ai pu voir c'est parfois un récit qui manque de profondeur au profit du sensationnel. L'auteure joue un peu trop sur la corde sensible d'un JT qui ferait les gros titres genre BFM télé (c'est d'ailleurs un peu morbide) Le rythme est basé sur l'action, l'émotion, sur un côté très visuel et scénaristique voire en restant à la surface (tel que ce que l'on peut voir aux infos) alors que j'aurais aimé que l'auteur traite mieux ce sujet de manière psychologique.


 En bref, 54 minutes est un roman saisissant et intense... d'une journée qui vole en éclats, où l'on ressent avec angoisse ce que vivent les personnages : la peur, la pression, l'envie de faire quelque chose, d'aider à leur niveau son prochain. Le récit est poignant et suffisamment stressant pour tenir le lecteur en haleine. J'ai beaucoup aimé même si j'ai été choqué par la cruauté malsaine de Tyler envers sa soeur. On ne peut qu'être touchés par ce genre de roman qui a le mérite de s'attaquer à un sujet d'actualité malheureusement présent et symptomatique de notre société. 

chronique_lael