► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
jeudi 17 janvier 2019

De brume, De métal et De cendre de Gwendolyn Clare

de brume

  • Nom: De brume, De métal et De cendre de Gwendolyn Clare
  • Lu en: français
  • Pages:  480 pages
  • Sorti le: 17 janvier 2019
  • Editeur: Lumen
  • Tome Antérieur: Tome 1

Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l'encre et du papier ? En s'armant d'encre et de papier, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts des univers entiers. Il suffit, pour accomplir ce miracle, de respecter les règles complexes d'une discipline toute récente, la scriptologie. Elsa est l'un de ces nouveaux savants aux pouvoirs vertigineux. Quand elle découvre avec stupeur que sa mère a mis au point un livre capable de modifier le monde réel, elle n'a plus qu'une idée en tête : récupérer ce dangereux ouvrage avant que ne survienne un drame irréparable. Mais il est déjà trop tard... Non content de la trahir, Leo, l'ami le plus cher d'Elsa, s'est emparé du précieux livre-monde pour le remettre à son père, le terrible Garibaldi. Ce fou furieux entend bien unifier l'Italie, quel qu'en soit le prix. Dès lors, il ne reste plus qu'un espoir à la jeune fille – et à l'humanité tout entière : celui que ses ennemis échouent à déchiffrer le manuscrit qui pourrait bien réduire à néant la planète... Saura-t-elle réparer par l'écriture un monde devenu fou ? Une multitude d'univers créés de toutes pièces entrent en collision dans ce deuxième et dernier tome de la duologie. Passé tragique et ténébreuses conspirations, univers de poche et armes ultimes : suivez cette héroïne armée d'encre et de papier à travers une ribambelle de mondes réels et inventés !

separator

J'avais bien aimé le premier tome D'encre, de verre et d'acier avec un univers fantastique original et accrocheur, celui de la formation de mondes parallèles grâce à des pouvoirs scriptologiques. Un peu à la manière d'un Coeur d'encre de Cornelia Funke, les personnages évoluaient dans un monde parallèle, appelé Veldane. Mais suite à un complot, Jumi, la mère de Elsa se fait kidnapper avec le livre-monde. Elsa est contrainte de fuir son univers pour aller dans notre réalité, en Italie et faire appel à de l'aide extérieure. Nous allons suivre Elsa qui est la fille de Jumi, une créatrice d'univers, une scriptologue et nous la retrouvons au début de ce tome 2, dépitée et déçue de la trahison de Leo.

Ce tome 2 et dernier de la duologie est plus axé sur la scriptologie que j'ai adoré car l'auteure étoffe son univers notamment la manière dont on rédige et invente les éléments d'un livre-monde ou méta-livre. Elle donne énormément de détails tous plus intéressants et passionnants les uns que les autres. C'est aussi un roman de réflexion car on suit attentivement les pensées d'Elsa et ses préoccupations qui sont de libérer sa mère, sauver son monde parallèle Veldana, en même temps que le nôtre, tout en déjouant les complots politiques de l'Italie moderne et ceux de Garibaldi, le père de Leo qui veut avoir Elsa sous le coude car c'est une polynathe. Elle décide ainsi de se livrer à Garibaldi, de rentrer dans son jeu afin de mieux le berner et revoler le livre-monde.

On fait des découvertes surprenantes dans ce tome avec pas mal de révélations et d'explications. J'ai adoré la tournure des évènements et la surprise venant de Casa qui apporte son lot de suspense et de rebondissements. On retrouve tous nos personnages préférés dans leurs choix, décisions et même si certains font des erreurs, on est pris d'affection pour eux.

Puis il y a le climat de guerre sous-jacent et dans ce jeu de pouvoir, Elsa est au centre, entre ses sentiments confus pour les frères Leo et Aris et son rôle déterminant dans la destruction du plan de Garibaldi. Loyauté ou amour, devoir ou coeur, quelle voie empruntera-t-elle ? J'ai par contre totalement déchanter sur la fin... le tome est censé être le dernier et je vous avoue que je n'ai rien vu venir. La fin est totalement ouverte et laisse même présager une suite à la fois explosive... cette fin est hallucinante et s'engage pleinement dans le conflit... je suis scotchée et déconfite car du coup je m'attends à une suite.


En bref, un univers sympathique et passionnant, avec des rebondissements, des trahisons, des révélations choc, des réconciliations. On ne s'ennuie pas une seconde et j'ai trouvé que ce tome 2 était bien plus dans l'action pour l'intrigue et extrêmement copieux en termes de description des pouvoirs alchimiques et scriptologiques. Cette suite gagne en maturité et en détails mais je suis un brin décontenancée par cette fin totalement ouverte voire trop qui me laisse sur ma faim...

chronique_lael


jeudi 3 janvier 2019

Dry de Neal & Jarrod Shusterman

dry

  • Nom: Dry de Neal & Jarrod Shusterman
  • Lu en: français
  • Pages:  445 pages
  • Sorti le: 16 octobre 2018
  • Editeur: Collection R
  • Tome Unique

La sécheresse s'éternise en Californie et le quotidien de chacun s'est transformé en une longue liste d'interdictions : ne pas arroser la pelouse, ne pas remplir sa piscine, limiter les douches... Jusqu'à ce que les robinets se tarissent pour de bon. La paisible banlieue où vivent Alyssa et sa famille vire alors à la zone de guerre. Soif et désespoir font se dresser les voisins les uns contre les autres. Le jour où ses parents ne donnent plus signe de vie et où son existence et celle de son petit frère sont menacées, Alyssa va devoir faire de terribles choix pour survivre au moins un jour de plus.

separator

J'étais très impatiente de lire du nouveau Shusterman après mon coup de coeur pour La faucheuse 2 (Thunderhead) alors quand j'ai lu le résumé de DRY, je me suis dit que c'était très prometteur. Et pour cause, l'intrigue de départ est flippante et carrément crédible : imaginez que la Californie soit en pénurie d'eau potable. Après les restrictions d'eau, les hypermarchés se trouvent également en rupture de stock de bouteilles.

La panique s'amplifie lorsque les robinets domestiques ne coulent plus. Alyssa explique ainsi comment petit à petit, le climat environnant devient instable et de plus en plus violent. Soif, désespoir, jalousie, le coté sombre des gens fait surface lorsqu'il faut survivre...

 Non seulement l'intrigue est canon, celle d'un roman catastrophe tout à fait probable où chaque action et drame peut se révéler être vrai de nos jours. Il suffit de voir comment les gens réagissent lorsqu'on parle d'argent, de salaires, les manifestations etc... pour se rendre compte que DRY n'exagère pas et cible avec précision ce que l'on peut devenir face à notre survie.

Tout est permis, et tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. Autrement dit plus d'une fois ce roman m'a bluffé et j'ai adoré suivre Alyssa qui est une héroïne brillante et intelligente. Ses pensées et ses réactions sont justes et réfléchies. Elle sait réagir dans l'urgence.

Toute la question de ce roman pré-apocalyptique est de trouver de l'eau, retrouver les parents de Alyssa et son petit frère. On s'attache très vite à tous les personnages, à ce qu'ils vivent. La montée d'adrénaline est là, entre coups de stress, tension dramatique et rebondissement de folie. J'ai adoré ma lecture 100% rythmée par une écriture addictive, géniale et haletante. 


En bref, j'ai littéralement dévoré ce roman. Le rythme et l'intrigue sont excellents, les personnages sont pris dans des situations complexes mais ils ont de bons réflexes, agissent plutôt que d'attendre la fin du monde. Sans compter la réflexion sous-jacente sur notre société de consommation, nos habitudes et notre propre utilisation de l'eau courante... tout ce que raconte les auteurs est totalement juste et flippant. Les réactions des gens font froid dans le dos et si l'on peut être choqué, on se demande ce que l'on aurait fait à leur place. Le scénario catastrophe est mené avec brio et goût du sensationnel... j'ai été scotchée et j'ai adoré ! 

chronique_lael

mardi 1 janvier 2019

La vie est belle et drôle à la fois de Clarisse Sabard

la vie

  • Nom: La vie est belle et drôle à la fois de Clarisse Sabard
  • Lu en: français
  • Pages:  297 pages
  • Sorti le: 16 octobre 2018
  • Editeur: Charleston
  • Tome Unique

« Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m'y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. » Léna n'en revient pas. Comment sa mère, qui l'a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin ? La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au coeur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu'elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins... haute en couleur ! Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu'on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d'avancer...

separator

C'est la première fois que je lis un roman de Clarisse Sabard et je ne suis pas déçue. J'avais envie de découvrir cette auteure dans une ambiance spéciale de Noël et La vie est belle et drôle à la fois retranscrit l'ambiance d'une famille qui se retrouve pour les fêtes de fin d'année. Léna déteste Noël. Elle a horreur de toute cette période et déteste tous les préparatifs qui s'y rapportent.

Pourtant elle accepte de venir à Vallenot, un petit village des Alpes de Haute-Provence pour revoir sa mère, sa grand-mère, son oncle et son frère. Mais à son arrivée, sa mère est absente et a laissé un petit mot énigmatique. Léna se retrouve coincée avec son oncle curé, son frère en pleine dispute conjugale, sa grand-mère pétillante et fofolle et sa nièce, blasée et adolescente. Puis elle va revoir des amis d'enfance et même un amour manqué d'adolescente...

Noël au coeur d'un petit village typique français et au coeur d'une famille qui a ses secrets ! Dès le début du roman j'ai été séduite par l'ambiance tantôt intimiste, tantôt festive de la famille de Léna. Je me suis attachée à elle, bien que je ne comprenais pas pourquoi elle ne supportait pas Noël. Le suspense est latent car justement, l'intrigue fait place aux cauchemars de Léna, et petit à petit on va comprendre pourquoi elle n'aime pas cette période.

Les secrets de famille refont surface... le passé, l'enfance et les non-dits. Tout cela a été écrit et décrit avec originalité, justesse, sensibilité et tendresse, si bien que j'ai passé un excellent moment. J'aurais aimé que le roman dure encore et que la romance soit encore plus traitée... mais l'ensemble est parfaitement dosé.

Une petite romance très légère et romantique vient aussi faire son apparition dans l'univers de Léna et tous les ingrédients sont réunis pour en faire une histoire de Noël attachante, tour à tour, drôle et émouvante avec des petits rebondissements appréciables. D'ailleurs j'ai eu parfois l'impression de lire un roman de Lucinda Riley, et comme j'aime beaucoup ses thématiques, j'ai également apprécié ce roman qui parle de passé, de traumatismes, d'amour et de protection familiale.


En bref, une jolie histoire dont on ressort totalement heureux et confiants, plein d'espoir de se dire que les personnages ont vécu ce qu'ils devaient vivre et vont pouvoir désormais avancer sans encombre, et que le destin fait bien les choses malgré la tristesse de certains évènements.

chronique_lael

mardi 20 novembre 2018

Fandom de Anna Day

fandom anna day

  • Nom: Fandom de Anna Day
  • Lu en: français
  • Pages:  491 pages
  • Sorti le: 18 octobre 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom The Fandom en janvier 2018
  • Tome Unique

Aucune histoire ne mérite qu’on meure pour elle… Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée… Katniss, par exemple ! Le rêve, non ? Du moins, jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l’arc ou de grimper aux arbres, et que vous n’avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Violet, coincée dans son roman favori...

separator

Ce que je peux vous dire pour commencer, c'est que j'ai adoré ma lecture et que j'ai été surprise tout au long du roman. Violet, son frère et ses amies se rendent à une conférence de type comic con d'un livre "La Danse des pendus" qui a été adapté au cinéma. Ils en sont absolument fans et connaissent toutes les paroles, toutes les actions par coeur. Imaginez ainsi que vous vous rendez dans un évènement pour Harry Potter ou Hunger Games, et que d'un coup... vous vous retrouvez pour de vrai plongés au coeur de cet univers. Et c'est votre nouvelle réalité... vous avez atterrit là sans savoir comment c'est possible mais ça l'est. Et bien c'est ce qui arrive à Violet.

Elle essaye encore de se rassurer en se disant qu'elle connaît l'histoire par coeur et qu'il suffit de suivre le scénario du livre en rencontrant les personnages...lorsque BING premier rebondissement de taille, l'un des personnages meurt... Et là toute la donne change, parce que Violet va prendre la place du personnage central et va devenir la nouvelle héroïne de son livre préféré.

On se dit que du coup on connaît d'avance ce qu'il va se passer mais grâce à une écriture géniale et addictive, pleine de rebondissements et avec un univers dystopique sacrément bien ficelé, finalement on reste bluffé. Si bien que j'ai lu ce roman d'une traite, tellement j'étais captivée par l'histoire et surtout le déroulement des faits. Manipulations, trahisons, nouvelles rencontres, personnages secondaires bien campés, Fandom possède une intrigue originale et impeccablement maîtrisée... qui joue donc sur une mise en abîme (une histoire dans l'histoire) maîtrisée, qui ne cesse de nous surprendre.

On a l'impression de connaître d'avance les personnages mais en aucun cas on arrive à anticiper les réactions, les rencontres inattendues et l'apport du groupe de Violet car chacun va avoir sa propre trajectoire à dessiner, pour modifier le cours des choses ou tout simplement vouloir suivre à tout prix le scénario... car leur but est de sortir de là, de la Danse des pendus pour revenir à leur réalité.


En bref, une lecture qui surfe sur la vague des romans YA dystopiques mais qui a su renouveler le genre pour tirer son épingle du jeu et nous proposer quelque chose de neuf et qui change. On retrouve toutes les ficelles d'un bon YA avec une bonne dose de peps et de rebondissements qui font qu'on a plus du tout envie de lâcher le bouquin avant d'en connaître la fin!! Franchement, c'était le pied!!!

chronique_lael

mercredi 31 octobre 2018

Le parfum de la trahison [La couleur du mensonge #2] de Erin Beaty

le parfum de la trahison

  • Nom: Le parfum de la trahison [La couleur du mensonge #2] de Erin Beaty
  • Lu en: français
  • Pages:  544 pages
  • Sorti le: 11 octobre 2018
  • Editeur: Lumen Editions
  • VO: paru sous le nom The traitor's ruin en juillet 2018
  • Tome Antérieur: Tome 1

Ayant prouvé sa valeur en tant qu'espionne et entremetteuse prodige, Sage Fowler est désormais bien introduite dans la haute société grâce à son titre de précepte iceberg des filles du roi. Quand elle apprend qu'une expédition secrète se prépare, elle saisit cette chance de servir une fois de plus son royaume - et de retrouver par la même occasion l'homme qui est désormais son fiancé, le capitaine Alexander Quinn. Chargée de l'éducation du prince Nicolas, elle observe avec beaucoup d'intérêt la toute nouvelle unité d’élite. Mais l'audace de la jeune fille n'est pas du goût d'Alexander, et leurs relations s'enveniment...

separator

J'avais bien aimé La couleur du mensonge qui fut une belle surprise alors je n'ai pas voulu tarder pour découvrir cette suite. L'auteure gère bien son univers dans ce second tome. La romance est restreinte puisque Sage Fowler est fiancée au capitaine Alexander Quinn et qu'on s'éloigne des prémisses d'une histoire d'amour. Par contre les choses vont devenir explosives entre les deux amoureux qui vont énormément se disputer suite à plusieurs désaccords.

Ce qui prend le pas dans l'intrigue de ce tome 2, c'est la politique, la mise en place stratégique, les enjeux de pouvoir, la menace d'une guerre et le côté espionnage. Alexander va devoir encadrer une mission de reconnaissance pour servir son royaume. Cette mission est primordiale pour la suite de sa carrière et on sent à quel point il a la pression. Quant à Sage, elle est chargée secrètement par la Reine de surveiller ce qu'il se passe et de la tenir informée des avancées de la mission.

Mais ce que j'ai préféré dans ce tome c'est la découverte d'un nouveau royaume et d'un nouveau peuple que l'on pensait ennemi. C'est la rencontre de l'Autre, de l'inconnu et dans un décor de désert réellement captivant.

Pour ce qui est de nos héros, le fait qu'il y ait moins de romance pourrait décevoir mais pour ma part, j'ai aimé que les rebondissements séparent nos amoureux, surtout que leur relation était tendue. Alexander ne comprend pas les choix de Sage, et inversement Sage ne supporte pas le stress d'Alexander. Ils vont se retrouver séparés l'un de l'autre et cheminent vers des aventures différentes.


En bref, ce second tome est axé sur la découverte d'une nouvelle culture, d'un nouveau peuple nomade avec un renouveau dans le décor fantasy. On est encore dans une intrigue 100% politique avec des conflits, des enjeux de conquête du royaume. Pour ma part, je suis un peu moins emballée car même si j'ai bien aimé, je trouve que cela manque d'action et de rythme. J'aurais aimé plus de surprises et de rebondissements mais je reste séduite par l'écriture, efficace et immersive.

chronique_lael


lundi 29 octobre 2018

Light Years de Kass Morgan

light-years-1113758-264-432

  • Nom: Light Years de Kass Morgan
  • Lu en: français
  • Pages:  432 pages
  • Sorti le: 11 octobre 2018
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Light Years en octobre 2018
  • Premier tome d'une duologie

Vous rêvez de gloire, de batailles et d'honneurs militaires ? Commencez donc par connaître votre ennemi... Bienvenue à l'Académie aérospatiale de Tétra, où viennent d'être admis pour la première fois des candidats issus des confins de la galaxie. À des années-lumière de leurs planètes d'origine, Vesper, Arrann, Orèlia et Cormak portent chacun leur lot de terribles secrets, et s'engagent dans des amours interdites qui mettent en danger le fragile équilibre de l'Académie. Et si la menace principale ne venait pas des redoutables Spectres, avec leur puissance de feu colossale, mais plutôt des cadets eux-mêmes ?

separator

J'avais adoré la série Les 100 et je suis très heureuse de retrouver l'auteur dans une nouvelle série. Mais ce que je peux vous dire de ma réaction à chaud c'est que j'ai bien aimé mais j'en veux plus. Nous sommes dans un univers de space opera, à la manière d'un Phobos ou d'un Illuminae ou même d'un Sombres étoiles de Malorie Blackman. Autrement dit c'est un univers que j'ai déjà lu et que j'aime énormément pour peu que ça déménage et que ça explose.

L'Académie Aérospatiale de Tétra a lancé sa nouvelle campagne de recrutement d'étudiants. La grande nouveauté : l'entrée dans l'école n'est plus limitée aux habitants du système solaire de Tétra mais à tous les étudiants, de toute provenance confondue. Vesper, Cormak, Arrann, Orèlia vont se retrouver au sein de la même élite mais chacun a des particularités et des secrets à cacher.

Vesper, originaire de Tridian est une pilote surdouée qui a toujours vouée sa vie à faire plaisir à sa mère. Elle a pour ambition de devenir commandante mais les choses ne se passent pas comme elle l'espérait. Cormak a pris la place de son frère décédé et se fait passer pour lui. Il a grandi sur une planète toxique Déva et il souhaite à tout prix échapper à un destin quelconque. Arrann vient de Chetire. Intello, il a toujours été méprisé par ses camarades. Il a été accepté comme élève officier et cherche à se faire une place au sein de l'Académie. Mais il ne s'imaginait pas tomber amoureux d'un jeune Tridien. Enfin, Orélia cache un lourd secret puisque c'est une espionne des Spectres...

On suit quatre narrateurs différents, dans une alternance de chapitres qui pour ma part est un procédé que je commence à me lasser. Pour chacun d'entre eux, nous allons découvrir un peu de leur passé, de leur histoire, de leur origine, de leurs objectifs et espoirs et de la manière dont ils se sont retrouvés dans l'Académie. On reste donc principalement en surface même lorsqu'il s'agit de leurs sentiments. Des amours interdites se profilent mais ce n'est pas le point fort du roman.

Ca se lit plutôt bien et vite et j'ai eu l'impression de lire une intrigue similaire à Inaccessibles de Katharine McGee. La lecture est addictive et bien prenante car tous les rouages se mettent en place et l'intrigue tournant autour des secrets des uns et des autres est captivante. Puis tout s'enchaîne à la fin et on n'a qu'une envie c'est de lire la suite. C'est un peu ce que je reproche d'ailleurs à Light Years, c'est monté comme Les 100, c'est bien mené mais ça reste dodo time tout le long jusqu'à la fin où ça se réveille.


En bref, une lecture plaisante et agréable mais j'en veux plus. Je veux que l'auteure nous surprenne encore plus et pas seulement avec un twist final mais des rebondissements tout au long du roman pour une narration moins irrégulière et plus explosive.

chronique_lael

mercredi 17 octobre 2018

Shatter [Glitter #2] de Aprilynne Pike

shatter

  • Nom: Shatter [Glitter #2] de Aprilynne Pike
  • Lu en: français
  • Pages: 378 pages
  • Sorti le: 22 août 2018
  • Editeur: Dreamland
  • VO: paru sous le nom Shatter en février 2018
  • Tome antérieur: Tome 1

Au 22e siècle, on vit au château de Versailles presque comme à l'époque du Roi-Soleil. Mais le luxe et le confort ne font pas oublier à la jeune Danica qu'elle est surveillée en permanence par des robots et qu'elle doit se plier à la volonté d'un roi terrifiant et sanguinaire. La jeune fille n'a pas réussi à éviter son mariage arrangé avec le souverain, elle est désormais unie à lui pour le meilleur... et surtout pour le pire. Piégée dans une prison dorée, elle est l'objet de toutes les attentions, de toutes les rumeurs et aussi de toutes les trahisons Mais son nouveau rôle de reine se révèle également dangereusement addictif. Petit à petit, Danica prend goût au pouvoir, à ses manigances, ses intrigues et ses excès. Elle se laisse griser, au risque d'oublier l'homme qu'elle aime en secret et à qui elle avait pourtant promis de s'enfuir...

separator

J'avais adoré Glitter et le personnage de Danica, alors j'étais impatiente de découvrir cette suite et globalement j'en ressors plutôt conquise. L'intrigue est toujours aussi addictive et même si le rythme est moins intense que le premier tome, on fait de sacrées découvertes qui remettent en question les plans de Dani.

Le lecteur est désormais bien ancré dans le décor de ce Versailles géré par des nanotechnologies et par des robots. Le côté high-tech est bien mis en avant car Danica est surveillée en permanence par des robots. Elle va user de stratégies, d'intelligence et de répartie pour obtenir ce qu'elle veut, en priorité un endroit privé et libérer son amour Saber. 

Elle est plus que contrainte car elle a dû épouser le souverain mais celui-ci est un personnage qui évolue et qui se révèle ambigüe, avec des émotions propres. Je ne m'attendais pas à ce qu'il commence à développer des sentiments pour Danica notamment du respect d'avoir trouvé une adversaire de taille, pertinente et aux décisions intelligentes.

Danica est toujours soumise aux caprices de son fournisseur de Glitter, qui la tient à sa solde, l'a déjà trahi et use de son pouvoir sur Saber... mais là encore l'intrigue révèle quelques surprises de taille. Le rythme est excellent durant tout le livre, entre révélations et vie à la cour, sentiments de Danica pour Saber, ses amis, et réflexion d'un plan de secours pour s'échapper de Versailles.

Ca reste fluide, mais peut-être moins addictif que le premier tome... c'est vers la fin que tout s'enchaîne avec deux rebondissements de dingue et qui prend tout le monde au dépourvu!! J'ai adoré! Et j'ai vraiment envie de savoir la suite parce que cette fin était géniale...


En bref, une intrigue autour de la manipulation du pouvoir plutôt bien amenée, des personnages qui évoluent considérablement et qui vont finalement virer de bord pour parvenir à un résultat juste et équitable. Danica est une héroïne qui m'épate parce qu'elle sait qu'elle fait des mauvais choix, qu'elle vend son âme et devient aussi vile que son époux le roi, mais c'est pour la bonne cause. Histoire d'amour, histoires et scandales de cour, intrigues royales et politiques accrocheuses, enjeux de pouvoir et de liberté, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde avec un tome tout aussi prenant. Le final est hyper stressant et on se demande bien ce que nous réserve le dernier tome !

chronique_lael

mercredi 26 septembre 2018

Lunes d'ivoire de Julie Eshbaugh

lunes d'ivoire

  • Nom: Lunes d'ivoire de Julie Eshbaugh
  • Lu en: français
  • Pages: 288 pages
  • Sorti le: 5 juillet 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom Ivory and Bone en juin 2016
  • Premier tome d'une duologie

Kol, 17 ans, n’a que deux objectifs : chasser le mammouth et protéger sa famille contre les tigres à dents de sabre. Mais son coeur bascule quand Mya débarque du Sud avec sa famille. Kol est fasciné par cette jeune fille, belle, forte, intelligente… et aussi têtue qu’arrogante. Pourtant, derrière cette attitude hautaine se cache un profond mystère, une histoire jonchée de pertes et de deuils qui va ressurgir le jour où un autre clan s’installe dans la vallée. Parmi les nouveaux venus, Lo, une ancienne rivale de Mya… Le jeune chasseur parviendra-t-il à empêcher la mort de s’abattre sur les plaines glacées du Nord ?

separator

Ce roman me faisait très envie et j'avais hâte de voir ce que pouvait donner une intrigue qui se déroule à une toute autre période que l'on a peu l'habitude de lire : la Préhistoire avec la totale : mammouths, tigres à dents de sabre, cueillette, chasse et vie des clans!! Clairement c'est hyper original et l'auteure place la barre très haute en nous dévoilant une histoire qui se déroule à cette période. C'est carrément nouveau et je ne me souviens pas d'avoir lu un Young Adult sur ce thème.

Donc déjà, ça partait bien!! J'ai dévoré ce roman grâce à un rythme très fluide, mais surtout parce que tout coule de source, tout est placé impeccablement, sans erreurs, sans longueurs. J'ai adoré les personnages et surtout celui de Kol, 17 ans du clan Manu qui va faire connaissance avec Mya d'un autre clan. Très vite, on comprend qu'il y a des tensions entre clans dues à des histoires anciennes et à un drame survenu il y a cinq ans. Certains personnages ont des secrets et on avance rapidement dans l'intrigue avec beaucoup de suspense.

J'ai adoré la narration, extrêmement vivante et dépaysante. Au début ça m'a fait bizarre que Kol parle de Mya en employant le "tu" mais au final c'est un procédé hyper réussi qui distille une relation directe entre les personnages et qui permet aux lecteurs de comprendre les enjeux de la relation entre Kol et Mya. Leurs dialogues sont tendus, Mya est antipathique et cela met les nerfs à vifs de Kol, qui pourtant est un personnage charismatique, calme, posé et bon. Je l'ai beaucoup aimé alors que Mya, de par sa froideur et son mépris clairement affiché est trop secrète et réservée.

Tout le long du roman, Kol s'adresse à Mya en utilisant le "tu" et cela m'a tenu en haleine. Mais il y a aussi tout le background qui est super bien amené : les chasses au mammouth, les dangers des prédateurs comme le tigre à dents de sabre, la cueillette et la récolte de baies, la pêche, la récolte du miel dans les ruches, les constructions et les fêtes de chaque clan... c'est passionnant et j'ai adoré cet aspect-là.

Le coeur de l'intrigue est certes la "romance" entre Kol et Mya, mais il y aussi tout le côté vie de clans et relations, les alliances, les discours et invitations entre les clans où l'on sent que le moindre faux pas peut faire éclater l'entente cordiale mais timide. Kol tient à coeur que tout se passe bien, et fait son maximum pour tempérer certaines rivalités et ardeurs... mais il y a un personnage qui vient révolutionner tout ça et j'ai été agréablement surprise par la tournure des évènements. Suspense, action, vengeance... même si tout ça arrive un peu tard dans le livre, Lunes d'ivoire est pour moi un roman réussi et efficace, divertissant.


En bref, le contexte préhistorique est le gros point fort de ce roman qui a su me faire passer un excellent moment. Je me suis attachée aux personnages et l'ambiance est réussie. On s'y croirait ! La nature, les plaines, la mer, la plage, les mammouths, les dangers de cette nature sauvage... le background est génial et très accrocheur. J'ai adoré suivre Kol et voir comment la guerre allait faire exploser l'intrigue. Je suis très curieuse de voir ce que pourrait donner une suite...


chronique_lael

dimanche 16 septembre 2018

Le goût amer de l'abîme de Neal Shusterman

le gout amer de l'abime

  • Nom: Le goût amer de l'abîme de Neal Shusterman
  • Lu en: français
  • Pages: 408 pages
  • Sorti le: 30 août 2018
  • Editeur: Nathan
  • VO: paru sous le nom Challenger Deep en avril 2015
  • Tome Unique

Caden est un adolescent de quinze ans ordinaire, qui s'intéresse à l'athlétisme et aux jeux vidéo. Pourtant, il adopte un comportement de plus en plus étrange aux yeux de ses parents : il marche seul et pieds nus dans les rues, craint que ses camarades de classe ne veuillent le tuer... Dans son esprit, Caden est devenu le passager d'un navire voguant sur des mers déchaînées. Lorsque cela devient trop difficile pour lui de garder le contact avec la réalité, ses parents doivent l'interner en asile psychiatrique. Commence pour le jeune homme un long voyage qui doit le mener au plus profond des abysses, au risque de s'y noyer… Inspiré d'une histoire vraie, un roman d'une justesse incroyable sur les maladies mentales.

separator

Alors ce que je peux vous dire du Goût amer de l'abîme c'est que j'attendais énormément de ce roman. Pour avoir lu les séries Fragmentés et La Faucheuse qui sont excellentes, j'étais très curieuse de découvrir ce nouveau roman de l'auteur dans la veine du Young Adult contemporain. De plus, l'intrigue est basée sur des faits réels puisque l'auteur raconte l'histoire de son fils atteint de maladie mentale : la schizophrénie. Autant dire que ce n'est pas un sujet aisé et là, ce n'est vraiment pas passé, ça été même très dur de finir le roman.

Tout d'abord, je n'ai pas compris les passages dans lesquels Caden, 15 ans, s'imagine dans son esprit être le passager d'un vaisseau de pirates, voguant sur des mers. Il parle et se confie au Capitaine et il y a aussi un perroquet qui le met devant ses contradictions. Le début est donc tellement confus et vraiment brouillon que j'ai eu du mal et n'ai jamais réussi à bien saisir ce qu'il fallait comprendre. Caden vit sa vie de tous les jours, entre les cours, les jeux videos et sa passion pour l'athtlétisme. Puis dans la fiction, il vit sa vie de marin sur un bateau qui se dirige vers la fosse des Mariannes, un lieu dangereux. Dans la vraie vie, il est persuadé qu'un élève du lycée veut le tuer et ce côté paranoïaque et accusateur m'a vraiment déconcertée. Et cette impression d'évoluer dans un monde étrange et pas forcément structuré, même complètement abstrait ne m'a pas quittée une seule seconde.

Je crois que c'est rare mais je n'ai éprouvé aucun plaisir à lire ce roman. Les parties concernant la réalité m'ont plus intéressée parce que on découvre comment la maladie se déclare, comment elle évolue de manière négative et destructrice, comment les parents font face. J'ai bien aimé la fin, lorsqu'on comprend d'où vient la figure du capitaine. Et là je me suis dit hourra! Le traitement de l'imaginaire est plutôt réussi je pense parce que Neal Shusterman arrive bien à décrire la confusion de l'esprit, les dérives et l'éloignement avec la réalité... j'ai juste pas du tout accroché.


En bref, des débuts difficiles pour une lecture en demie-teinte. J'ai aimé certains passages, dont certains sont émouvants notamment lorsque les parents font interner leur enfant mais je n'ai pas du tout accroché au personnage de Caden. La manière qu'à l'auteur de nous présenter la maladie et de nous montrer son évolution peut vous convaincre à lire ce livre, mais malheureusement je ne peux pas vous le conseiller. C'est à vous de voir parce que je crois que je suis passée complètement à côté, je suis trop déroutée.

chronique_lael

mercredi 22 août 2018

The Surface Breaks de Louise O'Neill

the surface breaks

  • Nom: The Surface Breaks de Louise o'Neill
  • Lu en: anglais
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 3 mai 2018
  • Editeur: Scholastic
  • VF: pas d'info
  • Tome Unique

This is a book with the darkest of undercurrents, full of rage and rallying cries: storytelling at its most spellbinding. Deep beneath the sea, off the cold Irish coast, Gaia is a young mermaid who dreams of freedom from her controlling father. On her first swim to the surface, she is drawn towards a human boy. She longs to join his carefree world, but how much will she have to sacrifice? What will it take for the little mermaid to find her voice? Hans Christian Andersen's original fairy tale is reimagined through a searing feminist lens, with the stunning, scalpel-sharp writing and world building that has won Louise her legions of devoted fans. Contains adult themes.

114149306

J'adore La Petite Sirène de Walt Disney et je n'ai jamais eu l'occasion de lire le conte de Hans Christian Andersen. J'ai eu l'occasion de lire Une fille facile de Louise O'Neill et j'avais été convaincue par son écriture féministe, dénonçant la culture du viol. J'étais très curieuse de lire sa revisite de La Petite Sirène et pour une fois le hardback est juste sublime! 

L'adaptation de Louise O'Neill est plutôt fidèle à celle que l'on connaît. Gaia a perdu sa mère alors qu'elle était très jeune. Au fond de la mer, près des côtes irlandaises, Gaia va avoir 16 ans et rêve de liberté. Son père, le roi des royaumes marins est un homme borné, autoritaire et peu enclin à respecter ses filles sirènes. Tout le monde doit suivre son bon vouloir, et il a déjà contracté un mariage arrangé pour Gaia. A l'aube de ses 16 ans, Gaia va pouvoir prendre son premier bain à la surface, c'est-à-dire voir la terre. C'est là qu'elle assiste impuissante au naufrage d'un bateau. Un garçon humain en tombe et alors que les acolytes de la sorcière de la mer (The Witch Sea) veulent le capturer, Gaia passe un accord pour le sauver...

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé cette version parce qu'elle est loin d'être édulcorée et rose puis les personnages pour certains sont ambigus. Par exemple le père de Gaia est un tyran, un piètre père qui n'hésite pas à sacrifier le bien-être de ses filles pour que les affaires politiques du royaume fonctionnent dans son sens et créer des alliances avec des êtres peu recommandables. Gaia n'apprécie pas vraiment son père et on sent qu'elle agit sous la contrainte et la crainte. Ensuite la sorcière des mers n'est pas si méchante que ça. Au contraire malgré un marché peu équitable, elle va aider d'une certaine manière la jeune sirène à découvrir la vérité sur la disparition de sa mère.

On navigue ainsi en eaux troubles, tout n'est pas blanc ou noir avec des scènes sombres et inquiétantes, des intentions mauvaises telles que celles de Zane, le fiancé de Gaia. La petite sirène, loin d'être totalement fascinée par les hommes, a de nombreuses raisons de vouloir échapper à sa vie sous la mer. Cela donne au roman une ambiance assez étrange et plutôt envoûtante qui m'a énormément plu, le tout servi par une écriture efficace, simple et facile d'accès pour le niveau en anglais. Le point de vue de Louise O'Neill est clairement féministe et le roman contient des thèmes adultes comme la soumission de la femme face à une autorité violente, le mariage arrangé, la domination et la possession, l'inégalité des forces entre masculin et féminin.

Le seul bémol que j'ai c'est pour le personnage d'Oliver, le "beau gosse" riche à qui tout sourit, qui a toutes les filles à ses pieds... il est trop caricatural et j'ai été déçue par le côté romance où je m'attendais à mieux. Sinon la fin est géniale et je ne m'attendais pas à cette tournure pleine de rage, de colère, de sentiments forts et de révolte. Le rôle de la Sorcière dans l'histoire et notamment la fin est au début énigmatique et mystérieux puis il devient plus conséquent et important. Elle s'affirme comme une justicière, ni du bien, ni du mal, juste du côté des femmes sirènes pour défendre leurs droits. C'était une tournure plutôt inattendue et qui m'a totalement surprise.


En bref, j'ai aimé le fait que l'auteure suive de près le scénario classique, tout en insérant suffisamment d'originalité et sa touche personnelle dans l'histoire pour la rendre rafraîchissante et captivante. A lire en VO, ce fut un vrai plaisir!!

chronique_lael