► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
dimanche 16 septembre 2018

Le goût amer de l'abîme de Neal Shusterman

le gout amer de l'abime

  • Nom: Le goût amer de l'abîme de Neal Shusterman
  • Lu en: français
  • Pages: 408 pages
  • Sorti le: 30 août 2018
  • Editeur: Nathan
  • VO: paru sous le nom Challenger Deep en avril 2015
  • Tome Unique

Caden est un adolescent de quinze ans ordinaire, qui s'intéresse à l'athlétisme et aux jeux vidéo. Pourtant, il adopte un comportement de plus en plus étrange aux yeux de ses parents : il marche seul et pieds nus dans les rues, craint que ses camarades de classe ne veuillent le tuer... Dans son esprit, Caden est devenu le passager d'un navire voguant sur des mers déchaînées. Lorsque cela devient trop difficile pour lui de garder le contact avec la réalité, ses parents doivent l'interner en asile psychiatrique. Commence pour le jeune homme un long voyage qui doit le mener au plus profond des abysses, au risque de s'y noyer… Inspiré d'une histoire vraie, un roman d'une justesse incroyable sur les maladies mentales.

separator

Alors ce que je peux vous dire du Goût amer de l'abîme c'est que j'attendais énormément de ce roman. Pour avoir lu les séries Fragmentés et La Faucheuse qui sont excellentes, j'étais très curieuse de découvrir ce nouveau roman de l'auteur dans la veine du Young Adult contemporain. De plus, l'intrigue est basée sur des faits réels puisque l'auteur raconte l'histoire de son fils atteint de maladie mentale : la schizophrénie. Autant dire que ce n'est pas un sujet aisé et là, ce n'est vraiment pas passé, ça été même très dur de finir le roman.

Tout d'abord, je n'ai pas compris les passages dans lesquels Caden, 15 ans, s'imagine dans son esprit être le passager d'un vaisseau de pirates, voguant sur des mers. Il parle et se confie au Capitaine et il y a aussi un perroquet qui le met devant ses contradictions. Le début est donc tellement confus et vraiment brouillon que j'ai eu du mal et n'ai jamais réussi à bien saisir ce qu'il fallait comprendre. Caden vit sa vie de tous les jours, entre les cours, les jeux videos et sa passion pour l'athtlétisme. Puis dans la fiction, il vit sa vie de marin sur un bateau qui se dirige vers la fosse des Mariannes, un lieu dangereux. Dans la vraie vie, il est persuadé qu'un élève du lycée veut le tuer et ce côté paranoïaque et accusateur m'a vraiment déconcertée. Et cette impression d'évoluer dans un monde étrange et pas forcément structuré, même complètement abstrait ne m'a pas quittée une seule seconde.

Je crois que c'est rare mais je n'ai éprouvé aucun plaisir à lire ce roman. Les parties concernant la réalité m'ont plus intéressée parce que on découvre comment la maladie se déclare, comment elle évolue de manière négative et destructrice, comment les parents font face. J'ai bien aimé la fin, lorsqu'on comprend d'où vient la figure du capitaine. Et là je me suis dit hourra! Le traitement de l'imaginaire est plutôt réussi je pense parce que Neal Shusterman arrive bien à décrire la confusion de l'esprit, les dérives et l'éloignement avec la réalité... j'ai juste pas du tout accroché.


En bref, des débuts difficiles pour une lecture en demie-teinte. J'ai aimé certains passages, dont certains sont émouvants notamment lorsque les parents font interner leur enfant mais je n'ai pas du tout accroché au personnage de Caden. La manière qu'à l'auteur de nous présenter la maladie et de nous montrer son évolution peut vous convaincre à lire ce livre, mais malheureusement je ne peux pas vous le conseiller. C'est à vous de voir parce que je crois que je suis passée complètement à côté, je suis trop déroutée.

chronique_lael


mercredi 22 août 2018

The Surface Breaks de Louise O'Neill

the surface breaks

  • Nom: The Surface Breaks de Louise o'Neill
  • Lu en: anglais
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 3 mai 2018
  • Editeur: Scholastic
  • VF: pas d'info
  • Tome Unique

This is a book with the darkest of undercurrents, full of rage and rallying cries: storytelling at its most spellbinding. Deep beneath the sea, off the cold Irish coast, Gaia is a young mermaid who dreams of freedom from her controlling father. On her first swim to the surface, she is drawn towards a human boy. She longs to join his carefree world, but how much will she have to sacrifice? What will it take for the little mermaid to find her voice? Hans Christian Andersen's original fairy tale is reimagined through a searing feminist lens, with the stunning, scalpel-sharp writing and world building that has won Louise her legions of devoted fans. Contains adult themes.

114149306

J'adore La Petite Sirène de Walt Disney et je n'ai jamais eu l'occasion de lire le conte de Hans Christian Andersen. J'ai eu l'occasion de lire Une fille facile de Louise O'Neill et j'avais été convaincue par son écriture féministe, dénonçant la culture du viol. J'étais très curieuse de lire sa revisite de La Petite Sirène et pour une fois le hardback est juste sublime! 

L'adaptation de Louise O'Neill est plutôt fidèle à celle que l'on connaît. Gaia a perdu sa mère alors qu'elle était très jeune. Au fond de la mer, près des côtes irlandaises, Gaia va avoir 16 ans et rêve de liberté. Son père, le roi des royaumes marins est un homme borné, autoritaire et peu enclin à respecter ses filles sirènes. Tout le monde doit suivre son bon vouloir, et il a déjà contracté un mariage arrangé pour Gaia. A l'aube de ses 16 ans, Gaia va pouvoir prendre son premier bain à la surface, c'est-à-dire voir la terre. C'est là qu'elle assiste impuissante au naufrage d'un bateau. Un garçon humain en tombe et alors que les acolytes de la sorcière de la mer (The Witch Sea) veulent le capturer, Gaia passe un accord pour le sauver...

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé cette version parce qu'elle est loin d'être édulcorée et rose puis les personnages pour certains sont ambigus. Par exemple le père de Gaia est un tyran, un piètre père qui n'hésite pas à sacrifier le bien-être de ses filles pour que les affaires politiques du royaume fonctionnent dans son sens et créer des alliances avec des êtres peu recommandables. Gaia n'apprécie pas vraiment son père et on sent qu'elle agit sous la contrainte et la crainte. Ensuite la sorcière des mers n'est pas si méchante que ça. Au contraire malgré un marché peu équitable, elle va aider d'une certaine manière la jeune sirène à découvrir la vérité sur la disparition de sa mère.

On navigue ainsi en eaux troubles, tout n'est pas blanc ou noir avec des scènes sombres et inquiétantes, des intentions mauvaises telles que celles de Zane, le fiancé de Gaia. La petite sirène, loin d'être totalement fascinée par les hommes, a de nombreuses raisons de vouloir échapper à sa vie sous la mer. Cela donne au roman une ambiance assez étrange et plutôt envoûtante qui m'a énormément plu, le tout servi par une écriture efficace, simple et facile d'accès pour le niveau en anglais. Le point de vue de Louise O'Neill est clairement féministe et le roman contient des thèmes adultes comme la soumission de la femme face à une autorité violente, le mariage arrangé, la domination et la possession, l'inégalité des forces entre masculin et féminin.

Le seul bémol que j'ai c'est pour le personnage d'Oliver, le "beau gosse" riche à qui tout sourit, qui a toutes les filles à ses pieds... il est trop caricatural et j'ai été déçue par le côté romance où je m'attendais à mieux. Sinon la fin est géniale et je ne m'attendais pas à cette tournure pleine de rage, de colère, de sentiments forts et de révolte. Le rôle de la Sorcière dans l'histoire et notamment la fin est au début énigmatique et mystérieux puis il devient plus conséquent et important. Elle s'affirme comme une justicière, ni du bien, ni du mal, juste du côté des femmes sirènes pour défendre leurs droits. C'était une tournure plutôt inattendue et qui m'a totalement surprise.


En bref, j'ai aimé le fait que l'auteure suive de près le scénario classique, tout en insérant suffisamment d'originalité et sa touche personnelle dans l'histoire pour la rendre rafraîchissante et captivante. A lire en VO, ce fut un vrai plaisir!!

chronique_lael

mercredi 1 août 2018

Dividing Eden de Joelle Charbonneau

dividing eden

  • Nom: Dividing Eden de Joelle Charbonneau
  • Lu en: français
  • Pages: 312 pages
  • Sorti le: 6 juin 2018
  • Editeur: Milan
  • VO: paru sous le même nom le 6 juin 2017
  • Premier tome d'une duologie

Lorsque leur père le roi et leur frère aîné meurent, les jumeaux Carys et Andreus doivent s’affronter dans une série d’épreuves pour déterminer lequel des deux régnera sur le royaume d’Eden. Eux qui n’ont jamais pensé à accéder au pouvoir et qui ont passé toute leur vie à se protéger mutuellement se retrouvent en concurrence pour la première fois. Andreus bénéficie du soutien du Conseil, Carys de celui du peuple. Impossible a priori de les départager, mais, dans l’ombre, chacun intrigue pour voir son favori monter sur le trône. Malgré leur attachement, s’engage une bataille sans merci entre le frère et la sœur. Jusqu’où sont-ils capables d’aller pour obtenir la couronne ? Peuvent-ils continuer à se faire confiance ? Doivent-ils écouter les conseils de ceux qui, prétendument pour leur bien, les éloignent l’un de l’autre ?

114149306

J'avais repéré ce roman en VO et quand j'ai su qu'il sortait chez Milan, j'ai attendu la version française. Je trouve le choix de la couverture malheureux mais passons. Le début de l'histoire m'a littéralement endormi et au bout de 100 pages j'ai cru que j'allais abandonner ma lecture. Nous évoluons dans un univers très classique, celui d'une royauté, le Royaume d'Eden qui va connaître de grands bouleversements à la "Game of Thrones"... complots, trahisons, empoisonnements, assassinats.

Les enfants jumeaux Carys et Andreus vont devoir s'affronter lors d'un tournoi d'épreuves organisé par le Conseil des Anciens. Carys est une femme et malgré son intelligence, sa dextérité en matière d'armes, elle ne part pas favorite... Andreus, le dernier homme de la famille royale est atteint d'une étrange malédiction et Carys ne cesse de le protéger. Dans cet univers d'apparence médiéval, il y a le côté magique avec des créatures fantastiques : les xhelozis. 

Pour ce qui est de l'intrigue, il n'y a pas franchement de révolution ni d'originalité. On semble évoluer dans un univers de type fantasy avec des points de modernité que sont l'utilisation de l'électricité mais nous n'avons aucune information sur les origines de cette utilisation au sein d'un château royal. Les personnages sont également un peu convenus hormis Carys qui est courageuse, pertinente, fidèle et intelligente face à un frère qui va se monter la tête et monter sur ses grands cheveux. Arrogant, amoureux transi, aveuglé par ses désirs, la tournure qu'il prend est surprenante mais négative. Du moins c'est grâce à lui que se révèle une fin beaucoup plus mordante et glaçante, ce qui n'était pas gagné.

Le côté "compétition pour le trône" est bien exploité et dans l'ensemble on passe un bon moment à partir de la 150ème page! Le rythme s'intensifie au fur et à mesure que les épreuves défilent, laissant une tonalité de plus en plus prenante, sombre et pleine de suspense. Les rebondissements sont pas mal une fois la seconde moitié entamée et c'est là que je n'ai pas pu lâcher le roman.


En bref, l'entrée en matière dans ce nouvel univers a été difficile mais heureusement la fin est bien meilleure. Je pense lire la suite car je me suis tout de même prise au jeu du pouvoir, j'ai envie de savoir ce qu'il va advenir de Carys, comment la situation va-t-elle retourner à son avantage. J'aurais aimé que le côté fantastique soit un peu plus accentué et le background mieux étoffé parce que l'auteure ne nous donne aucune clé pour apprécier son monde à sa juste valeur. Ce premier tome est plus centré sur les personnages, leurs secrets, les enjeux de pouvoir, la manipulation et leur côté trouble. C'est pas mal mais pas suffisant pour que ça soit original!

chronique_lael

vendredi 27 juillet 2018

Step Brother de Penelope Ward

COUV-STEP-BROTHER-508x800

  • Nom: Step Brother de Penelope Ward
  • Lu en: français
  • Pages: 328 pages
  • Sorti le: 7 septembre 2017
  • Editeur: Hugo Roman Poche
  • VO: paru sous le nom Step Brother Dearest le 23 septembre 2014
  • Tome Unique

Quand Greta a appris que son demi-frère venait vivre avec eux, elle était a la fois curieuse et heureuse de faire la connaissance du fils de son beau-père. Malheureusement elle a vite déchanté, Elec est tout simplement odieux avec elle. Pourtant elle se sent attiré par ce garçon tatoué qui semble tout faire pour cacher ses blessures. Lentement leur relation évolue, il s’ouvre petit à petit, jusqu’à une nuit inoubliable. Le lendemain Elec est parti, il disparait de sa vie aussi vite qu’il y était apparu. Sept ans plus tard, un drame familial les réunis à nouveau. Greta comprend alors que l’adolescent qui s’amusait à la faire tournée en bourrique est devenu un homme très séduisant qui va lui faire tourner la tête. Sauront-ils à nouveau se faire confiance ?

114149306

Après une lecture difficile et émouvante, j'avais besoin d'une lecture sans prise de tête et totalement déstressante... Step Brother est arrivé à point nommé! C'est un gros coup de coeur surtout pour le côté montée d'adrénaline, ascenseur émotionnel et lecture addictive d'une relation amoureuse hyper torride.

Greta rencontre son demi-frère pour la première fois et cela ne se passe pas comme prévu. Si elle était heureuse de faire connaissance avec le fils d'un beau-père qu'elle apprécie, ce dernier la prend totalement au dépourvu en affichant son mépris, son arrogance et sa désinvolture. Le pire c'est qu'il est hyper canon et que Greta n'est pas insensible à son charme. Elec doit rester un an auprès d'eux mais ce garçon tatoué semble tout faire pour éloigner Greta.

Cela ne marche pas car elle est de plus en plus attirée par lui et cherche à établir le contact. Progressivement, à coups tordus, à confidences échangées, à regards empruntés, une nuit inoubliable fait basculer les choses. Le lendemain, Elec s'en va, laissant une Greta démunie. 7 ans passent... jusqu'à ce qu'ils se retrouvent lors de circonstances dramatiques...

MON DIEU!!! J'adore quand les relations affectives sont intenses et à dents de scie. Step Brother est géniale et il m'a rappelé une autre relation, celle des héros de D.I.M.I.L.Y, une autre saga pour laquelle j'ai eu le coup de coeur. Forcément, l'histoire a totalement fonctionné et j'ai adoré suivre tous les échanges entre Elec et Greta.

C'est passionné, drôle, intense, vibrant, sensuel... je suis vraiment accro quand les histoires sont compliquées, toujours enivrées par des sentiments exacerbés ou interdits/impossibles. J'ai aimé autant la première que la deuxième partie même si l'auteure aurait pu approfondir son intrigue, le rythme était délicieux et Elec tout à fait irrésistible. Alors c'est un grand OUI et je n'ai désormais qu'une hâte, ne pas tarder pour lire The boy next door.


En bref, c'est un gros coup de coeur pour ce livre que j'ai adoré, c'était drôle et passionné, tout ce que j'apprécie! Pour tous ceux qui ont apprécié la trilogie Dimily de Estelle Maskame, Step Brother devrait également vous séduire grâce à son histoire et à ses personnages irrésistibles! 

chronique_lael

mardi 24 juillet 2018

Sur le fil de Estelle Maskame

sur le fil

  • Nom: Sur le fil de Estelle Maskame 
  • Lu en: français
  • Pages: 304 pages
  • Sorti le: 21 juin 2018
  • Editeur: PKJ
  • VO: paru sous le nom Dare to fall le 27 juillet 2017
  • Tome Unique

MacKenzie Rivers avait tout pour elle : des amis formidables, de bonnes notes et, cerise sur le gâteau, le beau Jaden Hunter qui craquait pour elle. Mais tout s’est écroulé lorsqu’une tragédie a frappé la famille Hunter. Désarmée face à la souffrance de ceux qu’elle aime, MacKenzie ne voit qu’une solution : fuir. Cependant ses sentiments pour Jaden ne tardent pas à la rattraper…

114149306

Après avoir eu un ENORME coup de coeur pour la saga D.I.MI.L.Y, il était impossible de ne pas lire le tout nouveau roman de Estelle Maskame. Je suis emballée car c'est encore un coup de coeur et cela me conforte dans l'envie de lire tous les prochains romans de cette auteure exceptionnelle du genre YA Contemporain. En plus l'autre point qui m'a énormément plu dans Sur le fil c'est qu'il m'a rappelé la délicatesse, la mélancolie et la tristesse d'une autre série tant adorée : L'été où je suis devenue jolie de Jenny Han.

Sur le fil raconte l'histoire de MacKenzie, une adolescente lambda qui vit dans une petite ville des Etats-Unis. Au lycée, elle a des amis, de bonnes notes, et elle vivait ses premiers émois amoureux avec Jaden Hunter. Tout ce qu'il y a de plus normal dans la vie quotidienne d'une adolescente classique... jusqu'au jour où elle apprend que les parents de Jaden et de sa soeur ont eu un terrible accident. MacKenzie ne sera pas présente auprès de celui qu'elle aime et ne le soutiendra pas... non par lâcheté, mais parce qu'elle-même vit des choses difficiles et ne sait pas comment réagir face au malheur des uns. Un an après, les choses n'ont pas tellement évolué. Seulement qu'elle et Jaden se sont perdus de vue et même s'ils se croisent dans les couloirs du lycée, ils ne se parlent pas. Et un soir, alors que MacKenzie se trouve avec ses amis au fast-food du coin, elle voit Dani, la soeur de Jaden et décide qu'il est temps d'engager la conversation...

Après un an de perte de vue, d'éloignement et de silence, peut-on se pardonner, se comprendre et apprendre de nouveau à se faire confiance et à rétablir les liens ? Ce roman d'apprentissage est magnifique. Il parle de deuil, d'épreuves de la vie, du combat qu'il faut mener pour chérir les souvenirs et continuer à avancer, à vivre, à se créer du bonheur... Je suis tout de suite rentrée dans l'ambiance, mêlée d'angoisses, de doutes, d'excitation, de romantisme, de mélancolie et de tous ces sentiments contradictoires et vifs qui habitent MacKenzie. Elle qui se sent si coupable, si lâche d'avoir abandonné Jaden et sa soeur à un moment où ils avaient besoin de soutien, elle va se ressaisir et rectifier le tir. Les premiers chapitres sont plutôt lents et évoquent les pensées de l'héroïne, ses questionnements à propos de sa relation avec Jaden, ses réactions face à lui et surtout ses interprétations. Ils ne se sont pas vus pendant un an, chacun a évolué, comment va-t-il réagir face au retour de MacKenzie. On pourrait croire que les deux sont passés à autre chose. Leurs retrouvailles d'abord timides mais toujours affectueuses, avec un brin d'humour rendent les choses douces mais le lecteur ressent bien toute l'intensité des émotions, toute la tension palpable qu'il y a entre eux.

C'est donc dans un rythme passionné et tendre que l'on va suivre les échanges entre eux. J'ai trouvé ça très beau, très juste et très addictif. Jaden est un garçon attachant et très intelligent. Bien sûr il a grandi trop vite et est très mature comparé à MacKenzie mais ce qu'il lui dit à propos de la vie, de la mort et de la perte d'un être cher m'a fait pleurer tellement c'était vrai, authentique et simple. De là j'étais conquise et l'auteure rajoute un petit suspense pour créer un rebondissement de taille vers la fin, si bien que je me demande si il y aura une suite.


En bref, c'est un gros coup de coeur pour l'ambiance certes triste mais qui laisse venir des paroles porteuses d'espoir et laissent présager un amour lumineux et sincère. L'écriture de Estelle Maskame tout en restant simple est incroyablement juste et sensible, également addictive dans sa manière de faire avancer la relation affective de ses héros. Un joli roman d'apprentissage dont j'ai apprécié la pertinence du point de vue. Plutôt que d'aborder le thème du deuil par le personnage qui le vit, elle choisit de centrer son point de vue sur un ami qui ne sait pas comment réagir face à ça. C'est pertinent et touchant. Je suis encore une fois sous le charme et cela ne me déplairait pas qu'il y aie une suite.

chronique_lael


vendredi 29 juin 2018

Charisma de Jeanne Ryan

charisma

  • Nom: Charisma de Jeanne Ryan
  • Lu en: français
  • Pages: 393 pages
  • Sorti le: 7 juin 2018
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le même nom le 1er décembre 2016
  • Tome Unique

Aislyn est d'une timidité maladive : impossible pour elle de prendre la parole en public, et c'est encore pire quand il s'agit de discuter avec un garçon... Alors quand on lui propose du Charisma, drogue de thérapie génique supposée la guérir, elle n'hésite pas bien longtemps. Du jour au lendemain, la voilà devenue charmante et populaire. Mais Aislyn n'est pas la seule à avoir subi l'injection, et il s'avère que ce traitement miracle a de terribles effets secondaires...

114149306

Il y a quelques jours, dans ma boîte aux lettres, j'ai trouvé la toute dernière parution de la collection R : Charisma, le nouveau roman de Jeanne Ryan, auteur du roman Addict. Je n'ai jamais lu Addict bien qu'ayant très envie alors je n'ai pas tardé pour découvrir cette histoire.

Le début a été fastidieux dans le sens où j'ai trouvé les personnages plats, le rythme lent et pas de révolution au niveau de l'intrigue. On fait la connaissance de la timide Aislyn qui accepte un deal pas très légal avec un docteur qui fait des expériences sur les thérapies géniques. Ce docteur lui propose de prendre du Charisma, une drogue qui permet d'influencer et de modifier le comportement de chacun. Aislyn voit là un super moyen de garantir une place dans le protocole médical de traitement de la mucoviscidose dont est atteint son frère. En plus elle pourra devenir populaire et ne stressera plus à l'idée de parler aux garçons.

Le lendemain, Aislyn est aux anges. Elle se sent prête à braver des montagnes, est complètement extravertie, ose dire ce qu'elle pense tout haut. Elle devient populaire et charmante, irrésistiblement sociable aux yeux de ses camarades dont Jack. Mais très vite les effets secondaires apparaissent : de terribles migraines, des acouphènes. Aucune inquiétude jusqu'au jour où Aislyn apprend qu'elle n'est pas la seule à avoir pris du Charisma et que certains patients tombent dans le coma...

Si le début a été long, au bout de 150 pages je me suis prise au jeu et impossible de lâcher le livre. Le scénario catastrophe, de confinement et de mise en quarantaine des patients reste assez classique. Il reste cependant tout à fait crédible et j'ai bien aimé la manière de parler des thérapies géniques et des dérives des laboratoires pharmaceutiques.

C'est la loi du marché et du profit qui prime et on ne s'étend pas sur des considérations humaines. L’idée que la science et les progrès médicaux pourraient non seulement soigner tout un tas de maladies mortelles mais également transformer, modifier nos capacités aussi bien physiques que morales est fascinant. En cela le roman est réussi mais question rebondissements tout est cousu de fil blanc et je n'ai pas du tout été surprise de certaines révélations.


En bref, les thèmes du roman sont plutôt bien traités mais le développement de l'intrigue souffre de quelques longueurs et d'un suspense peu travaillé. L'auteure n'épargne pas certaines facilités dans le dénouement tout en réussissant à nous tenir en haleine grâce à des effets de tension. J'ai eu du mal à m'attacher aux personnages et de manière générale j'ai trouvé que les motivations pour prendre du Charisma restaient somme toute très futiles révélant surtout l'immaturité de certains. Une bonne lecture pour un roman classique qui joue sur les acquis d'un bon YA.

chronique_lael

vendredi 22 juin 2018

L'atelier des sorciers Vol.2 de Kamome Shirahama

atelier sorciers 2

  • Nom: L'atelier des sorciers vol.2 de Kamome Shirahama
  • Lu en: français
  • Pages: 192 pages
  • Sorti le: 6 juin 2018
  • Genre: Seinen fantastique
  • Editeur: Pika Edition
  • Second tome d'une série
  • Tome Antérieur: Tome 1

On naît sorcier, on ne le devient pas. C'est la règle. Pourtant, Kieffrey a pris Coco sous son aile et a fait d'elle sa disciple : d'humaine normale, la voilà devenue apprentie sorcière ! Kieffrey, Coco et ses trois camarades se sont rendus à Carn, petite ville de sorciers, pour acheter des fournitures magiques. Mais soudain, les quatre fillettes tombent dans un piège tendu par un mystérieux sorcier encapuchonné : elles sont coincées dans une dimension parallèle et doivent échapper à un dragon !

114149306

Après le final du premier tome, il me fallait désespérément connaître la suite des aventures de Coco. De manière générale dans ce tome 2, je me suis moins amusée mais je suis toujours autant fascinée par la qualité de l'univers magique créé par Kamome Shirahama.

Déjà je préfère vous le dire et je suis désolée pour cette information somme toute futile mais je suis FAN de la couverture jaquette réversible. Le tome 2 montre Agathe, une apprentie sorcière sur un fond blanc mais la jaquette est réversible et de l'autre côté, le côté "marron" présente Coco notre héroïne, seule et avec son mentor Kieffrey. Un détail qui peut avoir son importance si comme moi vous avez acheté la version collector du premier tome.

Enfin on va en apprendre un peu plus sur Coco, notamment la manière dont un sorcier de l'ombre venant de la Confrérie du Capuchon, l'a introduite à la magie pendant son enfance en lui vendant un grimoire. Il se passe beaucoup de choses dans ce tome 2 mais je ne veux pas vous spoiler. En résumé Coco et ses amies apprenties sont prises au piège dans une dimension parallèle avec un dragon. Elles vont devoir se faire confiance pour s'en sortir et créer un sort pour endormir les créatures.

Les dessins sont superbes, avec des détails d'une grande finesse et énormément d'éléments féériques. Dans ce tome, on va rencontrer un nouveau personnage à l'allure taciturne qui est un gardien et il sera question de sauver un adolescent lors d'un éboulement et enfin d'une milice magique qui chasse les magiciens qui pratiquent les sorts interdits. 


En bref, au niveau du scénario, il n'y a rien à dire, c'est captivant et prenant mais j'ai été moins séduite par le côté original et nouveau. Par contre au niveau du rythme c'est parfait, des rebondissements, suffisamment de suspense et d'actions. Un graphisme exceptionnel, de qualité et magnifique pour ses détails tout en finesse... un manga enchanteur.

chronique_lael

vendredi 15 juin 2018

Glitter de Aprilynne Pike

glitter

  • Nom: Glitter de Aprilynne Pike
  • Lu en: français
  • Pages: 364 pages
  • Sorti le: 18 avril 2018
  • Editeur: Dreamland
  • VO: paru sous le nom Glitter le 25 octobre 2016
  • Premier tome d'une duologie

Au 22e siècle, le château de Versailles a été racheté par une multinationale et il est désormais habité par une Cour vivant dans la frivolité et le luxe; comme au 18e siècle. À un détail près : des robots s’assurent que tout le monde obéit aux règles imposées par le « roi ». Malgré le confort et l’extravagance de la Cour, la jeune Danica rêve de fuir cette prison dorée et cette vie. D’autant qu’à ses 18 ans, dans 6 mois, elle devra se marier avec l’effrayant souverain de Versailles, qu’elle le veuille ou non. Sa porte de sortie ? Trouver assez d’argent pour franchir les grilles de Versailles et rejoindre le monde réel. Elle commence alors à vendre clandestinement du « Glitter », cette drogue tellement puissante qu’une simple pincée provoque une totale addiction. Mais à la Cour, les secrets sont, comme autrefois, impossibles à garder bien longtemps… Elle est prête à tout pour échapper à son destin doré.

114149306

Il faut savoir que c'est la première fois que je lis du Aprilynne Pike et que les avis sont partagés voire mauvais sur ses romans. Mais Glitter m'a fait de l'oeil grâce à sa couverture pétante et à son résumé tentateur. Disons que le mélange château de Versailles dans un univers futuriste au 22ème siècle m'a de suite intriguée.

Pour vous situer un peu, il faut s'imaginer que Versailles a été racheté par une multinationale Sonoma Inc suite à une période de famine mondiale dans laquelle la France s'est endettée. Le château a été racheté par le PDG et c'est le fils, le nouveau "roi" qui hérite du domaine. Nous sommes au 22ème siècle et comme toute société futuriste, il y a des nanorobots et une Intelligence Artificielle qui gèrent la maintenance, la sécurité et l'entretien du château et de ses occupants. A l'extérieur donc, la vie a suivi son cours avec l'émergence des technologies et d'un trafic de drogue profitable. A l'intérieur du château, on vit comme au 18ème siècle sous l'égide du Roi Louis XIV avec ses fastes, ses frasques, ses bals, son luxe et ses hypocrisies. Les gens se comportent comme à la cour du Roi, mangent, parlent, s'acoquinent comme à l'époque dans des décors baroques et roccoco. Le contraste est plutôt bien travaillé.

Pour l'héroïne Dani, 17 ans et demi, cette société est oppressante surtout qu'elle a malencontreusement assisté à un accident qui pourrait mettre en péril l'autorité et le pouvoir de Justin. Sa mère complote avec ce dernier pour que Dani l'épouse à ses 18 ans, en échange de son silence et de son soutien politique. Danica ne souhaite en aucun cas être l'épouse d'un homme pervers, sournois, violent et autoritaire... elle met en place un plan de survie, un projet d'évasion...

Et bien total coup de coeur pour ce premier tome que j'ai adoré. Je ne sais pas si je suis bon public ou pas mais je crois bien être la seule à avoir complètement kiffé et été bluffée par la fin. Franchement dès le prologue, c'est addictif, le rythme est fluide et efficace, l'écriture simple et je n'ai eu aucun mal à rentrer dans l'histoire. Le contraste de Versailles dans un monde futuriste m'a rappelé des intrigues comme Hunger Games (pour l'extravagance des tenues vestimentaires et la technologie), Le Joyau et La sélection, Les Belles pour ses intrigues dites "royales".

Pour moi l'univers fonctionnait bien mais ce qui m'a le plus plu ce sont les personnages, notamment celui de Saber qui va montrer à Dani qu'elle ne vise pas une bonne voie. On suit Dani dans la mise en place de son plan, brillant, judicieux, habile mais pas aux conséquences désastreuses et on sent qu'elle va forcément se planter à un moment donné mais sans vraiment savoir comment. Il y a pas mal de suspense et un côté thriller stratégique qui m'a énormément tenu en haleine. Je me demandais toujours si Dani allait pouvoir s'échapper et mener à bien son évasion. Mais quand on voit comment l'étau se resserre sur elle et cette fin m'a fait hurler de frustration.

J'ai trop envie de savoir la suite et je n'imaginais pas de tels rebondissements. Pour moi, Glitter, malgré le message pas forcément positif sur le trafic de drogue (la poudre Glitter), reste un roman Young Adult bien mené, avec des temps forts, des personnages cohérents et un univers pas forcément original mais prometteur avec de bonnes idées. Il a du potentiel et si l'auteure écrit un second tome à la hauteur alors cette série pourra sortir du lot. 


En bref, l'univers de Glitter a totalement fonctionné avec moi! C'était génial et si l'auteure respecte scrupuleusement les ficelles d'un young adult d'anticipation, dans un Versailles futuriste, il y a de nombreux rebondissements bien sentis et un rythme efficace. La lecture est addictive et franchement j'ai passé un super moment!!

chronique_lael

mardi 29 mai 2018

Les gardiens des secrets de Trenton Lee Stewart

les gardiens

  • Nom: Les gardiens des secrets de Trenton Lee Stewart
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 19 avril 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom The Secret Keepers le 27 septembre 2016
  • Tome Unique

Au lieu d'aller à l'école, Ruben préfère mille fois explorer la Nouvelle-Ombrie. Parcourir les ruelles désertes, escalader les façades, se faufiler dans les moindres passages... Jusqu'au jour où il se retrouve coincé au sommet d'un immeuble abandonné et découvre une montre ancienne. Ruben n'est pas au bout de ses surprises : véritable trésor, cet objet suscite la convoitise de bien des gens, et donne à son porteur le pouvoir d'invisibilité... Ruben et sa complice d'aventure, Penny, vont devoir protéger leur trouvaille, coûte que coûte...

114149306

Les gardiens des secrets me faisait vraiment envie avec sa couverture magnifique qui invite à l'évasion, au monde marin, à un mystérieux phrare, le tout avec des étoiles réhaussées de vernis sélectif doré. Le résumé est également très tentant et promet une chouette aventure. En effet, Les gardiens des secrets nous invitent dans un univers de magie, de trésors, de montre aux pouvoirs exceptionnels, de suspense et de mystères dangereux.

Ruben fait volontiers l'école buissonnière pour aller explorer les recoins de la Nouvelle-Ombrie, escalader les façades et les petits passages cachés. Puis un jour, Ruben fait une découverte alors qu'il est coincé en haut d'un immeuble : une montre ancienne avec une inscription notée : "Ph.P. William". Il ne sait pas qu'il vient de faire une découverte exceptionnelle mais dangereuse car la montre est un objet convoité par des gens mal intentionnés dont un dictateur nommé la Fumée, dont on ne sait vraiment si il est humain.  

Je trouve que la quatrième de couverture en dit trop et vous spoile sur les 150 premières pages du roman mais j'ai pris plaisir à faire connaissance avec Ruben qui s'avère être un héros attachant mais pas très réfléchi. Disons qu'il en fait un peu trop à sa tête et cela va lui valoir une fuite effrénée pour échapper à plusieurs ennemis dont mes préférés sont les étranges Directions, des hommes qui patrouillent dans la ville en formation de triangle et qui font office de collecteurs d'impôts et de taxes. Ruben va tout faire pour sauvegarder sa découverte et passer inaperçu pour mener à bien son enquête à savoir à qui appartient cette montre magique.

La lecture est captivante, le récit est fluide et efficace, teinté parfois de petits passages poétiques. Car avec cette milice qui sévit dans cette ville, les journées sont moroses, tristes et oppressantes. La découverte de Ruben est une bouffée d'air frais qui va lui permettre de plonger au coeur d'une aventure faite de secrets. L'ambiance et la tension du livre maintiennent le lecteur en haleine car on est sans cesse sur le qui-vive à cause de ces Directions qui effraient et intimident... le Phare apparaît alors comme un refuge, une lumière dans le tunnel grisâtre de la ville et qui offre une porte ouverte vers une famille pleine de secrets, de trésors et d'histoires qui frôlent parfois le roman de piraterie!


En bref, de jolis rebondissements, une intrigue de qualité qui divertit et nous fait passer un bon moment, des héros attachants et un cliffhanger stressant, qui vous fera crier de frustration! Un roman d'aventure soigné et plein de suspense sur fond de malédiction et d'objets magiques... J'adore!

chronique_lael

samedi 26 mai 2018

D'encre, de verre et d'acier de Gwendolyn Clare

d-encre,-de-verre-et-d-acier-1059096

  • Nom: D'encre, de verre et d'acier de Gwendolyn Clare
  • Lu en: français
  • Pages: 670 pages
  • Sorti le: 3 mai 2018
  • Editeur: Lumen
  • VO: paru sous le nom Ink, Iron and Glass le 20 février 2018
  • Premier tome d'une duologie

Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l’encre et du papier ? Avec la bonne plume, le bon papier et en respectant des règles complexes, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts un nouveau monde. Cette nouvelle branche de la science, la scriptologie, connaît deux adeptes hors du commun : Jumi da Veldana et sa fille Elsa sont nées, comme l’univers d’où elles viennent, sous les doigts d’un scriptologue. Mais elles se sont révoltées et ont elles-mêmes appris, à leur tour, les secrets de cet art, et repris le contrôle de leur petit paradis. Leur bonheur ne dure pas : Jumi cache un noir secret et disparaît, enlevée sous les yeux de sa fille, qui doit s’aventurer dans le monde réel pour retrouver sa trace. Des canaux d’Amsterdam aux rues du Pise, elle finit par trouver refuge dans une véritable " maison de fous " appartenant à l’ordre d’Archimèdes, c’est-à-dire une institution où scriptologues, alchimistes et mécaniciens peuvent venir se mettre à l’abri, étudier et travailler en compagnie d’autres scientifiques. C’est aussi un pensionnat, dont les élèves l’observent avec beaucoup de curiosité – au premier rang d’entre eux, Léo, un mécanicien de génie, avec qui sa rencontre fait des étincelles. L’aide promise à Elsa par l’ordre tardant à se concrétiser, la jeune fille décide de prendre les choses en main. Et ce n’est pas peu dire. Car Elsa, elle aussi, dissimule un secret...

114149306

Regardez cette beauté!!! Dois-je vous dire à quel point j'adore les publications de Lumen ? Je pense que c'est l'étoile montante de l'édition Young Adult en France de par leurs choix éditoriaux, leurs communiqués de presse et la com qu'il y autour de la sortie d'un nouveau titre. D'encre, de verre et d'acier nous plonge au coeur d'une nouvelle intrigue young adult steampunk.

Nous allons suivre Elsa qui est la fille de Jumi, une créatrice d'univers, une scriptologue. Toutes deux sont nées à Veldane, dans un monde inventé à partir d'encre et de papier et de ce fait vivent dans un décor complètement imaginé. La scriptologie permet ainsi d'écrire des livres-monde. Mais Jumi est kidnappée sous les yeux impuissants de sa fille qui n'hésite pas une seule seconde à poursuivre les assaillants... et à sauter de son univers pour rentrer dans la réalité en plein Paris!

De Amsterdam à Pise, Elsa, armée de courage et d'une bonne dose d'intelligence va se retrouver dans une sorte d"asile de fous" qui est en réalité une cour des miracles, un refuge pour les orphelins et où se réunissent plusieurs dons : scriptologie, alchimie et mécanique. Ce pensionnat est sous la protection de l'Ordre d'Archimède, une organisation scientifique qui a pour but de réunir les grands talents. Mais pourquoi Jumi a -t-elle été enlevée ? Et Elsa parviendra-t-elle à la sauver ?

Si l'intrigue fantastique m'a bien plu, avec un univers qui m'a rappelé Coeur d'encre et The young elites avec de très bons ingrédients avec une idée de départ : imaginez que des scriptologues inventent des mondes avec leurs plumes et qu'en parallèle de notre réalité, il y a plusieurs mondes. Ce sont des livres-mondes. L'intrigue est riche, foisonnante et subtilement mise en place grâce à une écriture originale, fluide et onirique, sachant distillée magie, mystères et cohérence.

Il m'a fallu un peu de temps pour bien comprendre toutes les possibilités qu'offraient l'univers fantastique de l'auteure et le rythme est parfois lent, mais hyper prenant et fascinant. Il y a beaucoup d'éléments à assimiler pour bien s'immerger dans l'histoire et comprendre comment tout se tient mais j'ai adoré tout ce côté introductif qui explique la multitude des mondes réels et inventés. Malgré le manque d'action, j'ai aimé prendre mon temps pour comprendre le concept de mondes scriptés mais aussi la découverte du monde réel par Elsa et sa rencontre avec ceux qui l’aideront dans sa quête. 

Je me suis prise d'affection pour Elsa qui est téméraire, mais aussi réfléchie et qui se lance dans l'aventure sans se poser des questions, guidée par l'instinct de survie de son univers, de sa vie et de sa mère. Elle a le sens de la répartie et sait se faire entendre par l'ami de sa mère afin qu'il l'oriente efficacement dans ses recherches. Avec elle on va découvrir les pouvoirs liés aux scriptologues, aux alchimistes et aux mécaniciens. C'est ensuite que viennent les révélations et les rebondissements même si il n'y a pas d'énormes surprises dans les relations entre les personnages et la suite des évènements.


En bref, j'ai passé un super moment dans un univers décrit avec originalité. Le gros point fort du contexte c'est bien sûr tout l'aspect onirique et fantastique qui non sans renouveler le genre des mondes parallèles et des voyages imaginaires, est tout de même assez rafraîchissant. Puis l'autre aspect qui m'a énormément plu c'est tout le côté européen et italien, des décors inspirés de la Renaissance italienne, du vocabulaire italien et une ambiance latine avec des paysages côtiers. J'ai adoré le voyage que fait Elsa et Leo en train de Pise jusqu'à la côté, cela m'a réellement rappelé ma descente ferroviaire de l'Italie jusqu'en Sicile. Dépaysement assuré pour un premier tome, certes introductif mais très prometteur...

chronique_lael