► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique, Séries & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Critiques séries Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mardi 10 mars 2020

Crois en moi [Insaisissable T4] de Tahereh Mafi

insaisissable---saison-2-tome-1-crois-en-moi-1115036-264-432

  • Nom: Crois en moi [Insaisissable T4] de Tahereh Mafi
  • Lu en: français
  • Pages:  448 pages
  • Sorti le: 11 octobre 2018
  • Editeur: Michel Lafon
  • Quatrième tome d'une série
  • Tomes antérieurs: Tome 1 - Tome 2 - Tome 3

Mon passé me poursuit, comme deux mains invisibles qui me retiennent alors que je tente d’avancer vers la lumière. Cela fait seize jours que Juliette Ferrars a tué le Commandant suprême d’Amérique du Nord et qu’elle a pris sa place à la tête du Rétablissement sur le continent. Seize jours qu’elle a assassiné le père de Warner. Juliette pensait qu’elle avait gagné. Elle a pris le contrôle du Secteur 45 et a désormais Warner à son côté. Mais elle reste la fille capable de tuer d’un simple toucher, et un tel pouvoir entre de si jeunes mains fait que le monde entier surveille ses moindres faits et gestes. Alors, lorsque Juliette lève le voile sur une partie du passé de Warner, que celui-ci aurait préféré oublier, elle perd son soutien le plus fidèle… Parviendront-ils encore à affronter ensemble les ténèbres qui les entourent, ou se laisseront-ils dévorer par celles qui les habitent ?

 

Insaisissable est une saga livresque coup de cœur à mes yeux. C'est simple, j'avais lu les trois premier tomes et j'avais eu un coup de cœur à chaque fois. Je ne vous dis pas l'état dans lequel j'étais quand j'ai découvert qu'il y avait une suite. Mais comme d'habitude, j'ai tardé à l'acheter puis à le lire parce que j'avais peur que ce ne soit pas aussi bien que les premiers tomes. Ce tome 4 ne fut pas un coup de cœur mais j'ai réellement adoré ma lecture et je vais tout de suite vous dire pourquoi. Mais avant ça, je tiens à vous prévenir que cette chronique contiendra des spoilers sur les tomes précédents.

Nous retrouvons donc Juliette, qui après avoir renversé le gouvernement en place, est devenue commandante suprême. Et si elle a été forte jusqu'à présent, elle réalise rapidement ses faiblesses face à ce nouveau rôle. C'est ainsi que débute ce roman. J'ai bien aimé cette intrigue, assez simple mais complètement logique par rapport à ce qui est arrivé précédemment. J'ai aimé le fait que Juliette ait du mal avec sa place de commandante suprême parce que si tout irait bien pour elle avec son nouveau rôle, j'aurais trouvé ça peu crédible.

Si j'ai autant aimé ce livre, c'est surtout pour ses personnages. C'est simple, j'adore Juliette, je l'ai toujours aimé. Dans les tomes précédents, Juliette semblait très puissante à cause ou grâce à ses dons mais ici elle semble impuissante alors que c'est elle la cheffe du pays. Elle se sent démunie parce qu'elle n'a pas été préparé à ça et n'y connaît pas grand chose finalement. C'est une enfant presque innocente et terriblement vulnérable. De ce fait, elle est touchante et très attachante. Quant à Warner, lui que l'on a toujours connu, fort, distant et froid est plus humain que jamais. Il a peur pour Juliette qui n'arrive pas à prendre ses marques. Il a peur de son passé destructeur qui ressurgit après la mort de son père. Lui aussi est vulnérable, touchant et forcément attachant. Puis il y a Kendji que j'avais toujours apprécié sans savoir pourquoi. Et bien je sais ! Il est drôle et nous fait du bien. Et j'aime de tout cœur son amitié avec Juliette.

L'émotion était donc présente aux niveaux des personnages. La surprise, elle, l'était aussi par de nombreuses révélations qui nous tiennent en haleine. Et je ne parle même pas de la fin que m'a laissé abasourdi. De plus, ce roman est addictif, vraiment addictif. J'avais constamment envie de le lire et en même temps je n'en avais pas envie parce que je ne voulais pas le finir trop vite. C'était bien alors j'avais envie que ça dure. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et ce livre ne fait pas exception à la règle. Et bonne nouvelle, je n'aurais même pas besoin de patienter pour la suite puisqu'elle est déjà sortie.


En bref, ce fut une très bonne lecture avec des personnages émouvants et une couverture merveilleuse (je me dois de le souligner). J'ai tout bonnement dévoré ce livre et je me sens un peu bête d'avoir attendu si longtemps pour le faire. J'ai hâte de lire la suite.

chroniqueuses-ayat


jeudi 13 février 2020

Le premier jour du reste de ma vie de Virgine Grimaldi

71f-pqKsS2L

  • Nom: Le premier jour du reste de ma vie de Virgine Grimaldi
  • Lu en: français
  • Pages:  336 pages
  • Sorti le: 4 mai 2016
  • Editeur: Le Livre de Poche
  • Tome unique

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : décoration de l’appartement, gâteaux, invités… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière pour faire le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde.

 

Virginie Grimaldi est une auteure que je n'avais jamais lue mais j'en rêvais depuis longtemps parce que j'adore les titres de ces romans. J'ai donc choisi Le premier jour du reste de ma vie, un peu au hasard en me fiant seulement au titre. Je ne suis pas déçu de ma lecture puisque j'ai découvert un bon roman feel good qui m'a donné envie d'en lire d'autres.

 L'histoire est très simple. C'est une femme qui décide du jour au lendemain de divorcer, et d'embarquer à bord d'une croisière pour faire le tour du monde.  Ce n'est pas une intrigue qui casse trois pattes à un canard mais ce n'est pas nécessaire. C'est simple, fort sympathique, et ça fait du bien. J'ai bien aimé cette histoire qui m'a donné une envie folle de changement. En lisant ce livre, on a envie de faire comme Marie, de changer de vie, de partir en croisière, de voyager, de se découvrir. On a envie d'envoyer valser sa routine, comme Marc fait valser sa cuillère...Pardon je m'égare.

Pour en revenir à nos moutons, on va suivre dans ce roman, trois personnages : Marie, Anne et Camille. Ce sont trois femmes de générations différentes, qui se complètent bien, et nous offrent un beau trio. En ce qui concerne l'émotion, Le premier jour du reste de ma vie n'est pas un roman particulièrement émouvant ni même très drôle. C'est un roman feel good, il nous met de bonne humeur et nous fait sourire. Il n'y pas vraiment de surprise non plus mais c'est absolument pas gênant.

Je ne peux pas dire que ce roman est super addictif étant donné que je l'ai intégralement lu durant mes quinze minutes matinales quotidienne que je réserve à la lecture. Autrement dit, je n'ai pas éprouvé le besoin de me replonger dans ce roman en pleine journée. Mais ça ne veut pas dire qu'on s'ennuie pour autant. Non, c'est fluide, ça se lit bien, ça se lit vite.


En bref, ce fut une bonne lecture qui m'a donné envie de lire d'autres romans du même genre. Ce n'était pas transcendant mais c'est une lecture qui m'a fait du bien et c'est amplement suffisant.

chroniqueuses-ayat

mardi 28 janvier 2020

Bal de givre à New York de Fabrice Colin

9200000033902037

  • Nom: Bal de givre à New York de Fabrice Colin
  • Lu en: français
  • Pages:  304 pages
  • Sorti le: 5 janvier 2011
  • Editeur: Albin Michel
  • Tome unique

Anna Claramond ne se souvient plus de rien. Seul son nom lui est familier. La ville autour d'elle est blanche, belle, irréelle. Presque malgré elle, la jeune fille accepte l'aide du beau Wynter, l'héritier d'une puissante dynastie. Bal de rêve et cadeaux somptueux se succèdent avec lui mais Anna sent que quelque chose ne va pas. Qu'elle est en danger. De plus, des indices et des messages sont semés à son attention par l'insaisissable Masque, un fugitif recherché. Qui est son ennemi, qui est son ami ? Anna sait qu'elle doit se souvenir. Mais que lui réservera sa mémoire une fois retrouvée ?

 

J'avais lu ce livre, il y a neuf ans, quand j'étais encore une jeune collégienne et je l'avais adoré. Mais je n'avais aucune intention de le relire jusqu'à ce que je croise Fabrice Colin, l'auteur, au salon du livre à Montreuil. Comme vous vous en doutez, je me suis dit il faut absolument que j'achète Bal de givre à New York pour me le faire dédicacer. Et je ne regrette pas du tout mon achat puisque ce fut un véritable coup de cœur pour la deuxième fois.

Il faut savoir que je n'aime pas, en général, la relecture. J'aime garder ma première impression sur un roman surtout si elle est très bonne parce que j'ai toujours peur de moins aimer à ma seconde lecture et du coup de changer à tout jamais mon souvenir du livre. Donc je ne relis pas, sauf que là c'était une occasion parfaite. Et puis ma lecture remontait à tellement loin que je me souvenais à peine.

Bal de givre à New York nous raconte l'histoire d'Anna, une jeune fille, qui suite à un accident, a un peu perdu la mémoire. Elle ne se souvient de presque rien, et au fil de l'histoire ses souvenir remontent. J'ai adoré cette intrigue. Mais ce que j'ai aimé par dessus tout, c'est l'ambiance, de ce roman. On est plongé dans un univers futuriste, hivernale, onirique, féerique et totalement ennivrant. C'est très intriguant, on se pose mille et une questions, on ne comprend pas grand chose et j'ai adoré ça.

Le personnage principal Anna est complétement perdu et nous aussi. Comme c'était une relecture, j'essayais de me souvenir, de me rémémorer ce que j'avais oublié. Comme Anna qui sentait que quelque chose chose clochait, moi j'avais le sentiment d'avoir oublié quelque chose de fondamental durant toute ma lecture. Je ne sais pas si c'était du au fait que je le lisais pour la seconde fois mais je suis sûre que ce sentiment étrange qu'il y avait quelque chose d'anormal, quelque chose qui clochait, m'avait envahi dés la première lecture. Par conséquent, je me sentais exactement comme Anna.

En ce qui concerne Wynter, l'autre personnage important, j'ai eu beaucoup de mal à le cerner. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'en plus d'être riche, opulent avec un air princier, il est mystérieux. J'avais l'impression qu'il nous (à moi et à Anna parce que oui quand je lis un livre, je me considère comme un personnage) cachait quelque chose. La relation entre lui et Anna m'a paru très rapide mais je sentais que ça faisait parti de quelque chose de plus grand donc ça ne m'a pas tellement dérangé.

Bal de givre à New York est un roman très addictif parce que tu as toujours cette envie de comprendre ce que tu ne comprends pas, de donner un sens à cette histoire. En plus d'être addictif, il a le mérite d'être surprenant. La fin était tellement innatendu que j'avais les larmes aux yeux. Avant de terminer cette chronique, je tenais à dire que j'ai adoré le style d'écriture de Fabrice Colin.


En bref, ce roman fut un véritable coup de cœur. J'ai adoré cet univers très intrigant et ennivrant ainsi que la fin surprenante. C'est carrément un livre que je vous recommande.

chroniqueuses-ayat

jeudi 16 janvier 2020

Tout un été sans facebook de Romain Puértuolas

tout-un-ete

  • Nom: Tout un été sans facebook de Romain Puértuolas
  • Lu en: français
  • Pages:  448 pages
  • Sorti le: 27 février 2019
  • Editeur: Le livre de poche
  • Tome unique

Agatha Crispies est lieutenant de police de la petite ville de New York, Colorado, 150 habitants. Et surtout animatrice d’un club de lecture durant les longues journées où il ne se passe rien. Lorsque survient (enfin !) un meurtre, Agatha se lance dans une enquête fiévreuse durant laquelle on titille une voisine au nom imprononçable, observe un écureuil radioactif, croise un bûcheron au nom de sanitaires, rencontre le Shakespeare du pressing et Old Joe le garde-barrière. Tout cela rythmé par l’ingestion frénétique de donuts au chocolat, à mesure que les morts s’empilent et avant d’aboutir à une solution, cristalline et évidente. C’est Miss Marple s’invitant chez les Simpson, Twin Peaks rebalisé par les frères Coen.

 

Ce livre m'a gentiment été prêté par ma tante alors que je n'avais absolument rien demandé. Elle est venue, elle m'a dit « Lis le ! Il est trop bien ! » et moi en amoureuse des livres que je suis, j'ai accepté avec plaisir. Je n'avais donc aucune idée du pitch du roman, je ne savais même pas que c'était un roman policier. Et ça c'est pas plus mal, parce que peut-être que si j'avais su, j'aurais sûrement repoussé ma lecture. Mais ce n'est pas un roman policier basique parce qu'il est totalement humoristique. Cela dit, l'intrigue est assez commune pour un polar puisqu'il s'agit d'une policière qui enquête sur un meurtre. Cela ne casse pas trois pattes à un canard mais étant donné que je ne lis pas du tout de roman policier, cette intrigue différait de mes habitudes de lectures et du coup elle m'a plu.

 Bon d'accord quand on y pense, le pitch est complètement banal pour le genre. Mais ce n'est pas du tout le cas du personnage principal. Elle se nomme Agatha Crispies (oui un peu comme Agatha Christie), a un physique atypique et exubérant. Elle est noire, grosse et a une peu trop de formes là ou il faut. Bref, elle ne colle du tout pas à l'image d'un flic (si on oublie le fait qu'elle raffole de donuts au chocolat). J'ai bien apprécié ce personnage complètement déjanté aux raisonnements farfelus et bien évidement drôles. J'ai également apprécié les personnages secondaires, fort sympathiques surtout le médecin légiste qui m'a beaucoup fait rire.

 Vous l'avez sans doute compris, ce roman a le mérite d'être drôle et je ne vous apprend rien : rire ça fait du bien. Mais l'émotion que je recherche dans toutes mes lectures, c'est la surprise. Et il n'y a pas mieux pour vous surprendre qu'un roman policier. La surprise était donc au rendez-vous avec tout d'abord un premier événement inattendu et un peu sorti de nulle part je dois l'avouer. Ensuite, il y a eu les révélations, les retournements de situation et moi qui ai pour habitude de les deviner, pour le coup, je n'avais rien vu venir et j'ai adoré ça.

 En outre, la narratrice passionnée de littérature fait beaucoup de digressions littéraire. Et si j'ai bien aimé ses discours sur l'amour de la lecture, j'ai beaucoup moins aimé lorsqu'elle racontait l'histoire d'un grand classique. Non seulement, certains passages m'ont ennuyée à mourir mais en plus d'autres me spoilaient généreusement sur un livre que j'avais l'intention de lire (dans un futur lointain mais quand même!). Pour finir, je dois absolument dire un petit mot sur les titres des chapitres que j'ai adorés.


En bref, je ne m'attendais pas du tout à aimer ce livre mais ce fut totalement le cas. C'était drôle, léger, intriguant et plaisant tout simplement.

chroniqueuses-ayat

mardi 10 décembre 2019

Laisse tomber la neige ! de Cécile Chomin

laisse tomber la neige

  • Nom: Laisse tomber la neige ! de Cécile Chomin
  • Lu en: français
  • Pages:  317 pages
  • Sorti le: 7 novembre 2018
  • Editeur: J'ai Lu
  • Tome unique

Le jour où tout a commencé ? Celui où je me suis embourbée dans la neige, en pleine nuit, à 600 km de Paris, après avoir été plaquée devant l'autel. La Reine des neiges, c'était moi, version robe en lambeaux et pieds gelés. C'est là que j'ai cru voir un grizzly. Un plantigrade genre Chabal, debout sur ses pattes arrière et plein de poils, qui a rugi : " Qu'est-ce que vous faites sur ma propriété? . Hourra ! il y avait un habitant dans ce coin perdu. J'ai avisé la propriété : en fait, c'était un vieux chalet. Mais si je ne voulais pas mourir de froid, j'avais intérêt à convaincre l'autochtone de m'héberger pour la nuit...

 

Ce titre faisait partie de ma PAL de romance de Noël pour la période actuelle. Comme quasiment l'intégralité de cette PAL, je l'ai choisi pour sa fabuleuse couverture. Sauf que cette fois, j'ai bien lu et apprécié la quatrième de couverture. Ce livre raconte l'histoire de Claire qui, après avoir été abandonnée à l'autel le jour de son mariage, va décider sous les conseils de sa sœur d'aller passer quelques jours à la montagne pour se ressourcer. Et c'est à Cambairoux, dans ce petit cadre idyllique qu'elle va rencontrer Hugo...

Je ne vais pas y aller par quatre chemins et je vais tout de suite vous annoncer la couleur. J'ai adoré ma lecture, et je vais tout de suite vous dire pourquoi. Tout d'abord, si l'on oublie la couverture adorable, la première chose qui m'a plu c'est l'intrigue. Elle a le mérite d'être simple et efficace. De plus, elle pourrait très bien être le synopsis d'un ces films de Noël qui passe à la télé, et je vais vous dire : j'adore ces films tout mignons.

Laisse tomber la neige ! n'est pas seulement une histoire toute choue et mignonne. C'est avant tout une histoire franchement drôle et on s'en rend compte dés les premières pages. Claire, le personnage principal, est un peu, voire complètement folle et on adore ça ! Sa folie la rend totalement fun, rigolote et surtout attachante. Hugo lui est un peu différent, peut-être un peu plus censé mais en tout cas moins ouvert et moins joyeux. Du coup, évidemment ça matche complètement ! Je crois que c'est la première fois dans un livre que j'ai autant shippé deux personnages.

C'est une romance de Noël plutôt fun et drôle qui se lit très vite. Elle est fluide, légère et d'ailleurs j'ai adoré la narration. Celle ci alterne entre Claire et Hugo et c'est vraiment sympa d'avoir les deux points de vue constamment. De plus, la magie de Noël est bien présente, on ressent vraiment toute cette ambiance chaleureuse de Noël et c'est très appréciable.


En bref, Laisse tomber la neige est une romance de Noël adorable. Très drôle, très fraîche, elle fait clairement partie de ces romans feel good qui nous font du bien. Parfaite en cette période hivernale, je vous la conseille grandement.

chroniqueuses-ayat

mardi 3 décembre 2019

Place Vendôme en hiver de Jo Ann Von Haff

place-vendome-en-hiver-1257031

  • Nom: Place Vendôme en hiver de Jo Ann Von Haff
  • Lu en: français
  • Pages:  256 pages
  • Sorti le: 20 novembre 2019 (ebook) - 23 décembre 2019 (papier)
  • Editeur: MxM Bookmark
  • Tome unique

Victor a caché une partie de lui toute sa vie. En instance de divorce, il essaie de reprendre pied entre sa carrière d'architecte-restaurateur qui décolle et sa fille Sarah de cinq ans. Tout change quand il est invité au gala de Noël des Aigall, famille de mécènes, pour la première fois. Mal à l'aise dans son smoking, mal à l'aise dans le plus bel hôtel particulier place Vendôme, quand il croise le regard bleu de Zacharie d'Aigall, le fils de son hôte, tout son être s'ébranle...

 

J'ai découvert ce livre grâce un article sur les romances de Noël sur le blog de A l’abordage de la culture. J'ai immédiatement craqué sur la couverture, et du coup je l'ai acheté sans savoir de quoi ça parlait. Place Vendôme en hiver raconte l'histoire de Victor Lévy, père en instance de divorce et architecte renommé, qui va tomber sous le charme de Zacharie d'Aigall, héritier d'une grande entreprise.

L'intrigue est très simple, c'est une romance entre deux hommes. Il faut savoir que je ne suis pas particulièrement fan des romances mais je trouve qu'en cette période, c'est idéal. Cela dit, je dois avouer que je m'attendais à une romance de Noël, et mise à part le fait que Victor et Zach se rencontre lors du réveillon, ce n'est pas vraiment ce que j’appelle une romance de Noël mais c'est plutôt bien écrit. Moi qui ai parfois du mal avec le côté cliché que peut avoir ce genre, j'ai été agréablement surprise de constater que cette romance là n'en avait aucun. Elle n'était pas particulièrement originale non plus mais elle sort de ce qu'on a l'habitude de voir et ça c'est un très bon point.

En ce qui concerne les personnages, je n'ai rien de négatif à dire. Victor et Zach sont des personnages assez réalistes, plutôt différent l'un de l'autre, ce qui n'est pas pour me déplaire. Et puis surtout, ils ont le mérite d'être assez touchants. Pour ce qui est des personnages secondaires, je les ai également appréciés. Le seul détail peut-être un peu gênant, c'est le fait qu'ils sont légèrement nombreux et j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver au début.

Place Vendôme en hiver n'est pas un roman particulièrement émouvant ni surprenant. Mais ce n'est absolument pas gênant parce que c'est une romance donc ce n'est pas vraiment ce qu'on recherche en lisant ce livre. C'est un roman plutôt fluide, qui se lit bien et vite sans être pour autant addictif. Pour être honnête, il n'y a pas beaucoup d'action ou de rebondissement ou je ne sais quoi mais ce n'est pas nécessaire parce qu'on ne s’ennuie pas pour autant.


En bref, j'ai bien aimé ce livre, ces personnages et tout ce qui va avec. Mais ce n'était pas non plus une lecture transcendante. Non c'était léger, simple, bien fait et appréciable 

chroniqueuses-ayat