► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mercredi 4 juillet 2018

Starry Eyes de Jenn Bennett

starry eyes

  • Nom: Starry Eyes de Jenn Bennett
  • Lu en: anglais
  • Pages: 432 pages
  • Sorti le: 3 avril 2018
  • Editeur: Simon Pulse
  • VF: pas d'infos
  • Tome Unique

Ever since last year’s homecoming dance, best friends-turned-best enemies Zorie and Lennon have made an art of avoiding each other. It doesn’t hurt that their families are the modern day, Californian version of the Montagues and Capulets. But when a group camping trip goes south, Zorie and Lennon find themselves stranded in the wilderness. Alone. Together. What could go wrong? With no one but each other for company, Zorie and Lennon have no choice but to hash out their issues via witty jabs and insults as they try to make their way to safety. But fighting each other while also fighting off the forces of nature makes getting out of the woods in one piece less and less likely. And as the two travel deeper into Northern California’s rugged backcountry, secrets and hidden feelings surface. But can Zorie and Lennon’s rekindled connection survive out in the real world? Or was it just a result of the fresh forest air and the magic of the twinkling stars?

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

 If you are looking for an exotic reading, which will make you travel (or rather walk and climb) through the national parks of the United States, this book is for you! The main asset of Starry Eyes is its environment. I have never hiked, but It was so visual, that I felt like I was there, to discover these landscapes. I loved all this aspect of the book, very interesting because aside from the communion with nature, Jenn Bennett does not forget to warn her readers: while hiking, we must remain vigilant, because the danger is to be taken into account . As for our characters, I liked them immediately! Two best friends with a complex past who find themselves doing this trek together. It was predictable but terribly good. Because Zorie and Lennon, despite their young age, will take advantage of these few days to finally open their heart and finally break the unsaid. This is also one of the highlights of the book, the honesty that emerges from it, the fact that Zorie and Lennon do not go out of their way. They have known each other for a long time, so their feelings are very strong but above all very credible.  For me, Starry Eyes is a novel that everyone could identify with in some aspects or others. It makes us dream thanks to its exotic hike, but it also reminds us that life is never simple and that sometimes it is necessary to fight to make things happen, surrounded by good people. The author transmits various messages, all written very fluently, sometimes with a lot of humor and sometimes a lot of seriousness. It's perfection.

J'ai découvert Jenn Bennett l'an dernier, avec Alex Approximately, qui m'avait beaucoup plu. C'est donc en toute logique que je me suis précipitée pour acheter Starry Eyes, son nouveau bébé. Et que dire! Il a été encore meilleur que son "prédécesseur". 

Si vous cherchez une lecture dépaysante, qui va vous faire voyager (ou plutôt marcher et grimper) à travers les parc nationaux des Etats-Unis, ce livre est pour vous!! Le principal atout de Starry Eyes est son environnement. Je n'ai jamais fait de randonnée, mais là, je m'y voyais. C'était tellement visuel, que j'avais l'impression d'y être, de découvrir ces paysages, de sentir les odeurs. J'ai adoré tout cet aspect du livre, très intéressant car hormis la communion avec la nature, Jenn Bennett n'en oublie pas de mettre en garde ses lecteurs: en randonnée, il faut rester vigilant, car le danger est à prendre en compte.

Quant à nos personnages, que dire, je les ai de suite appréciés! D'emblée on sait que Zorie et Lennon seront les vedettes. Deux meilleurs amis au passé complexe qui se retrouvent malgré eux à faire cette randonnée ensemble. Un mal pour un bien quand on sait que Lennon s'y connait réellement dans le milieu, et encore plus quand ils se retrouvent abandonnés. C'était prévisible mais terriblement bon. Car Zorie et Lennon, malgré leur jeune âge, vont profiter de ces quelques jours pour enfin ouvrir leur coeur et enfin briser les non-dits.

C'est aussi un des points forts du livre, cette honnêteté qui s'en dégage, le fait que Zorie et Lennon n'y vont pas par quatre chemins. Ils se connaissent depuis longtemps, aussi leurs sentiments sont très forts mais surtout très crédibles. J'aime quand il y a déjà ce genre de base solide dans un couple. Cela le rend bien plus réel. 

Et si je me suis fortement attachée à eux, c'est aussi parce qu'ils vivent des situations compliquées et cela nous rappelle à tous notre quotidien. Pour moi, Starry Eyes, c'est un roman auquel chacun pourrait s'identifier par certains aspects ou d'autres. Il nous fait rêver grâce à sa randonnée dépaysante, mais il nous rappelle aussi que la vie n'est jamais simple et qu'il faut parfois se battre pour faire avancer les choses, entouré des bonnes personnes. 

L'auteure transmet donc divers messages, le tout écrit très fluidement, avec tantôt beaucoup d'humour et tantôt beaucoup de sérieux. C'est un sans faute.


En bref, j'ai adoré ce roman qui est idéal pour la saison estivale. Son côté dépaysant est très agréable, d'autant plus que les descriptions sont si visuelles qu'on s'y croirait. Mais au-delà de cette randonnée, l'auteure met également en avant divers thèmes comme la famille, l'amour, l'amitié, le jugement. J'ai trouvé que Starry Eyes était complet et dynamique, me laissant avec un sourire aux lèvres et une entière satisfaction. Décidément, je vais devenir fan de Jenn Bennett!


mardi 26 juin 2018

One small thing de Erin Watt

erin-watt-cover

  • Nom: One small thing de Erin Watt
  • Lu en: anglais
  • Pages: 384 pages
  • Sorti le: 26 juin 2018
  • Editeur: Harlequin Teen
  • VF: pas d'infos
  • Tome Unique

Beth’s life hasn’t been the same since her sister died. Her parents try to lock her down, believing they can keep her safe by monitoring her every move. When Beth sneaks out to a party one night and meets the new guy in town, Chase, she’s thrilled to make a secret friend. It seems a small thing, just for her. Only Beth doesn’t know how big her secret really is… Fresh out of juvie and determined to start his life over, Chase has demons to face and much to atone for, including his part in the night Beth’s sister died. Beth, who has more reason than anyone to despise him, is willing to give him a second chance. A forbidden romance is the last thing either of them planned for senior year, but the more time they spend together, the deeper their feelings get. Now Beth has a choice to make—follow the rules, or risk tearing everything apart…again.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

I read this novel about ten days ago, but I still cannot write a coherent opinion about how I felt all along.  Yet at first, I had a little trouble with the heavy atmosphere that emanated from the pages. I had a little apprehension, not wanting to read something depressing at that moment. But very quickly, the style of the author turned out to be so addictive, that I read the book in a few hours. The story is difficult, we do not feel butterflies in the stomach, we do not have a smile on the lips. No, we are rather revolted, upset, annihilated, but always full of hope. It's a very powerful novel that tells us a drama that has forever changed a family. All the consequences of this disappearance, the desire to go ahead or not, the fear that it generates, and the insane acts that result from this fear. Beth is a 17-year-old girl living in the shadow of her missing sister. It's been 3 years, but her parents can not bring themself to let her do what she wants. They are excessive and Beth, young as she is, can not tolerate this golden prison. It is by going secretly to an party that she meets Chase. Between them, the sparks ignite quickly, but so far, the two young people do not know the identity of the other... and when it explodes, Beth's world collapses. I was really touched by what the characters are going through, it's very hard because Beth sees another person in Chase. Someone who regrets, who is convinced that he can no longer enjoy life, thinking every second of his actions. The hard part, though, is not to see Beth and Chase come closer, it's to see the hatred of people, classmates and all that hate can do. However, the more Beth and Chase share moments, the more we understand what caused the drama.Sometimes, we must be wary of appearances, we could be surprised at the wickedness that some convey under a beautiful smile. But what I liked the most is that they still try to teach us some messages, including the one to hang on to a one small thing every day (watch the sun go down, laugh with a friend, etc.) and make it a special moment, so that tomorrow is easier to apprehend. In a daily life not always easy for me, I really found echo in these words and it is finally all that makes the beauty of this book.

J'ai lu ce roman il y a déjà une dizaine de jours, mais je n'arrive toujours pas à écrire un avis cohérent sur ce que j'ai ressenti tout le long de ma lecture. One Small Thing était mon premier livre de Erin Watt et ce fut une grosse claque. 

Pourtant au début, j'ai eu un peu de mal avec l'ambiance pesante qui se dégageait des pages. J'avais une petite appréhension, n'ayant pas envie de lire quelque chose de déprimant à ce moment là. Mais très vite, le style de l'auteure s'est révélé tellement addictif, que je n'en ai fait qu'une seule bouchée. One Small Thing m'a tenu en haleine quelques heures, impossible de le lâcher. 

L'histoire n'est pourtant pas évidente, elle ne fait pas rêver, on ne ressent pas de papillons dans le ventre, on a pas le sourire aux lèvres. Non, on est plutôt révoltés, bouleversés, anéantis, mais toujours remplis d'espoir. C'est un roman très fort qui nous conte un drame qui a changé à jamais une famille. Toutes les conséquences de cette disparition, la gestion de la douleur, l'envie d'aller de l'avant ou non, la peur que cela engendre, et les actes insensés qui résultent de cette peur. 

Beth est une jeune fille de 17 ans vivant dans l'ombre de sa soeur disparue. Cela fait 3 ans, mais ses parents ne peuvent se résoudre à la laisser faire ce qu'elle veut. Ils se montrent alors excessifs et Beth, jeune comme elle est, ne peut tolérer cette prison dorée. C'est en allant en cachette à une soirée qu'elle rencontre Chase. Entre eux, le courant passe directement, pour autant, les deux jeunes gens ne connaissent pas l'identité de l'autre... Et quand elle éclate, c'est l'horreur: Chase est en effet le chauffard qui a renversé la soeur de Beth 3 ans auparavant. 

J'ai réellement été touchée par ce que vivent les personnages, c'est très dur car Beth voit en Chase une autre personne. Quelqu'un qui regrette, qui est persuadé qu'il ne peut plus profiter de la vie, pensant à chaque seconde à ses actes. Mais Beth ne l'entend pas de cette oreille et va tenter de comprendre qui est Chase.

Le plus dur, ceci dit, ce n'est pas de voir Beth et Chase se rapprocher, c'est de voir la haine des gens, des camarades de classe et tout ce que cette haine peut provoquer. Qu'il est facile de suivre le mouvement de foule sous peine d'être montré du doigt. Cependant, plus Beth et Chase partagent de moments, plus on comprend ce qui a provoqué le drame. Je me doutais un peu de cet élément, mais il fut très bien amené. Parfois, il faut se méfier des apparences, on pourrait être surpris de la méchanceté que certains véhiculent sous un beau sourire.

Mais ce que j'ai aimé, c'est qu'ils essaient tout de même de nous enseigner quelques messages, notamment celui de se raccrocher à un petit bonheur sur la journée (regarder le soleil se coucher, rire avec un ami, etc) et en faire un moment spécial, pour que demain soit plus simple à appréhender. Dans un quotidien pas toujours facile pour moi, j'ai vraiment trouvé écho dans ces mots et c'est finalement tout ce qui fait la beauté de ce livre.


En bref, ce roman m'a bouleversée par son intensité, ses messages. J'ai énormément apprécié le fait que l'auteure et les personnages nous enseignent le pardon, les secondes chances et toutes ces petites choses agréables qui font qu'une journée peut être belle grâce à elles. One Small Thing n'est pas une histoire banale, et même si elle peut vous révolter par certains aspects, je suis certaine que la force de ce roman ne pourra que vous toucher. Un contemporain difficile et magnifique à la fois.

mercredi 20 juin 2018

Ash Princess de Laura Sebastian

ash princess

  • Nom: Ash Princess de Laura Sebastian
  • Lu en: anglais
  • Pages: 432 pages
  • Sorti le: 24 avril 2018
  • Editeur: Delacorte Books for Young Readers
  • VF: pas d'infos
  • Premier tome d'une trilogie

Theodosia was six when her country was invaded and her mother, the Fire Queen, was murdered before her eyes. On that day, the Kaiser took Theodosia's family, her land, and her name. Theo was crowned Ash Princess--a title of shame to bear in her new life as a prisoner. For ten years Theo has been a captive in her own palace. She's endured the relentless abuse and ridicule of the Kaiser and his court. She is powerless, surviving in her new world only by burying the girl she was deep inside. Then, one night, the Kaiser forces her to do the unthinkable. With blood on her hands and all hope of reclaiming her throne lost, she realizes that surviving is no longer enough. But she does have a weapon: her mind is sharper than any sword. And power isn't always won on the battlefield. For ten years, the Ash Princess has seen her land pillaged and her people enslaved. That all ends here.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

Certainly, Ash Princess does not revolutionize anything in the fantasy genre. We find the usual codes but where Ash Princess draws strength, it is in her heroine. Theo is a young fallen princess, living captive in her own palace, following an invasion 10 years earlier. Practically elevated by the enemy, Theo does not forget her people. But when every gesture, every word is watched, how do we get out? As the young woman gradually loses that hope of being saved, an event will allow her to realize that, to be saved, she must do it herself. I loved Theo, who in the palace became Thora. She is a very strong princess, whatever she thinks of it, and her bravery is more than admirable. What I liked about her is this kind of duality in her. The desire to save her people and reclaim her country, but not to hurt some people from the enemy camp with whom she grew up. One could say that it is crazy to have affection for its torturers but in this context, one can understand it. And that's what makes this reading exciting. There is not much going on in terms of action. On the other hand, at the level of the strategies and the political games, it is exquisite. Laura Sebastian has a fluid and addictive writing style, which keeps us alert. There is a permanent tension that makes us turn pages eagerly. For those who have enjoyed Marie Rutkoski's The Winner's Curse trilogy, I have no doubt that Ash Princess might please you.

C'est drôle à dire mais la fantasy m'avait manqué. J'en ai lu peu cette année et j'avais besoin de cet univers au moment de cette lecture. J'ai donc jeté mon dévolu sur Ash Princess, et des les premières pages, je me suis sentie hapée par l'histoire. Moi qui n'en attendais pas grand chose - merci les critiques mitigées de la blogosphère américaine - j'ai été complètement séduite! 

Certes, Ash Princess ne révolutionne absolument rien dans le genre fantasy YA. On y retrouve les codes habituels mais là où Ash Princess tire sa force, c'est dans son héroine. Theo est une jeune princesse déchue, vivant captive dans son propre palais, suite à une invasion 10 ans plus tôt. Pratiquement élevée par l'ennemi, Theo n'en oublie pas pour autant son peuple. Mais quand chaque geste, chaque parole sont surveillés, comment s'en sortir? Alors que la jeune femme perd peu à peu cet espoir d'être sauvée, un événement va lui permettre de se rendre compte que, pour être sauvée, elle doit le faire elle-même.

J'ai adoré Théo, qui, au sein du palais est devenue Thora. C'est une princesse très forte, quoi qu'elle en pense, et sa bravoure est plus qu'admirable. Elle a beaucoup de caractère, car pour subir ce qu'elle a subi, il faut pouvoir faire preuve de ténacité. Ce que j'ai aimé chez elle, c'est cette sorte de dualité en elle. L'envie de sauver son peuple et de reconquérir son pays, mais ne pas faire de mal à quelques personnes du camp ennemi avec qui elle a grandi. On pourrait se dire que c'est dingue d'avoir de l'affection pour ses tortionnaires mais dans ce contexte, on peut la comprendre.

Et c'est ce qui fait cette lecture passionnante. Il ne se passe pas énormément de choses en terme d'action. Par contre, au niveau des stratégies et des jeux politiques, c'est exquis. Laura Sebastian a un style d'écriture fluide et addictif, qui nous permet de rester en haleine à chaque chapitre. Il y a une tension permanente qui fait qu'on tourne les pages avidement. Pour tous ceux qui ont apprécié la trilogie The Winner's Curse de Marie Rutkoski, je ne doute pas que Ash Princess pourrait vous plaire.

J'avais peur que la romance prenne le pas sur l'intrigue mais après lecture, je peux vous assurer que ce n'est pas le cas. Il y a certes quelques passages tendus qui nous poussent vers une sorte de triangle amoureux, ceci dit, c'est finalement très discret.

Pour le reste, j'ai apprécié le background de l'histoire, la magie qui entoure les pierres provenant des mines, l'implication des dieux, les croyances... Encore une fois, rien de neuf, mais l'exécution est très bien faite que l'histoire reste intéressante. Il y a aussi beaucoup d'autres personnages qui interviennent, de ce fait, le livre prend de l'ampleur et profondeur. 


En bref, j'ai été agréablement surprise par Ash Princess, qui est un solide premier tome. Même s'il ne révolutionne absolument pas les codes du YA fantasy, la tension et les jeux politiques sont suffisamment prenants pour en faire un page turner. Mais le plus gros point fort réside dans l'héroine, Théo, qui m'a époustouflée par sa bravoure, sa ténacité, son caractère et sa compassion. Je recommande pour tous les amateurs de VO et de fantasy!

samedi 2 juin 2018

La collision des mondes [Le pays des contes #6] de Chris Colfer

la collision des mondes

  • Nom: La collision des mondes [Le pays des contes #6] de Chris Colfer
  • Lu en: français
  • Pages: 335 pages
  • Sorti le: 24 mai 2018
  • Editeur: Michel Lafon
  • VO: paru sous le nom Worlds Collide le 11 juillet 2017
  • Tomes antérieurs: Tome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - Tome 5

Alex a disparu ! Pire, le sortilège de la sorcière Morina l'a transformée en enchanteresse maléfique. Cela ne pouvait tomber plus mal, car la brèche entre le Pays des contes et notre monde est désormais ouverte : héros comme vilains peuvent passer de l'un à l'autre selon leur bon vouloir. Alors que New York découvre avec stupeur l'existence de la magie, Conner, aidé de Rouge, Boucle d'or, Jack et de son armée littéraire, doit à tout prix libérer sa sœur. Car seuls les jumeaux peuvent affronter la plus grande menace qui ait jamais existé. Une menace qui plane de toute sa noirceur sur l'ensemble les mondes...

114149306

Je crois que ma chronique va être courte parce que ce serait vous spoiler un dernier tome de série, et comme vous vous en doutez, sur 6 tomes, il se passe énormément de choses. Avec la collision des mondes, le pays des contes et notre monde entrent en guerre et la bataille s'annonce bien rude, surtout avec Alex sous l'emprise d'un sort. Mais Conner n'a pas dit son dernier mot et fera tout pour sauver sa soeur...

Avec une intrigue pareille, difficile de s'ennuyer! Tous les méchants sont prêts à découvrir notre monde, à commencer par New York, où un pont s'est formé avec le pays des contes. Nos amis n'ont pas de temps à perdre pour arrêter les sorcières et l'armée de la littérature avant que ceux-ci ne détruisent tout. C'est donc une course contre la montre qui s'enclenche et croyez moi, le rythme est sacrément soutenu. Chris Colfer ne s'embarrasse pas de futilités, il va droit au but et l'action tient toutes ses promesses. 

Au-delà de cette intrigue finale à grand spectacle, l'auteur a insufflé un énorme vent de nostalgie. Des les premières pages, je me suis sentie très émue par le prologue qui nous rappelle d'une manière assez inattendue, toutes les aventures passées. C'est riche en émotion, et, à travers les mots de Conner, j'ai ressenti les propres mots de Chris Colfer. Je suis certaine que l'auteur était tout aussi submergé que moi en écrivant ce passage. 

Tout au long du livre, on vit cette nostalgie, avec des clins d'oeil, ou tout simplement par cette magie et cette amitié qui relie les personnages. Jack, Boucle d'or, Rouge, Grenouille, les jumeaux... ensemble ils auront tellement vécu et ça se ressent terriblement. J'adore ce genre de connexion très forte entre des personnages. C'est fou l'évolution qu'il y a eu en 6 tomes!

Et puis il y a Alex et Conner, une soeur, un frère, qui s'aiment tellement, qui feraient tout l'un pour l'autre. C'est un duo fantastique, qui aura grandi, murî sans que leur lien ne change. Un amour fraternel si sincère, c'est si beau! 

Voilà, je peine à mettre plus de mots parce que c'est une série vraiment magique, qui m'aura fait rêver, qui aura bien évolué et qui sera passée à la vitesse de l'éclair. Je ne peux que vous la conseiller si vous appréciez ce genre d'univers, surtout quand les tomes sont repartis sur plusieurs années, cela donne encore plus de crébilité à l'ensemble.


En bref, je me sens déjà totalement nostalgique de cette série. J'avoue ne pas avoir vu les 6 tomes passer, ils étaient chacun fantastique, apportant leur lot d'aventure, d'action et de sentiments. Ce 6ème et dernier tome ne déroge pas à la règle, je dirai même que ce sentiment nostalgique est accentué à la puissance mille, comme si l'auteur lui-même avait autant de mal que nous! Avec la Collision des mondes, Chris Colfer nous offre un très beau final et clôture sa série comme il se doit.

jeudi 31 mai 2018

Stormcaster [Shattered Realms #3] de Cinda Williams Chima

stormcaster

  • Nom: Stormcaster [Shattered Realms #3] de Cinda Williams Chima
  • Lu en: anglais
  • Pages: 535 pages
  • Sorti le: 3 avril 2018
  • Editeur: Harper Collins
  • VF: pas d'infos
  • Tomes antérieurs: Tome 1 - Tome 2 

Vagabond seafarer Evan Strangward can move wind, waves, and weather, but his magical abilities can’t protect him forever from the brutal Empress Celestine. As Celestine’s relentless bloodsworn armies grow, Evan travels to the Fells to warn the queendom that an invasion is imminent. If he can’t convince the Gray Wolf queen to take a stand, he knows that the Seven Realms will fall, and his last sanctuary will be destroyed. Among the dead will be the one person Evan can’t stand to lose. Meanwhile, the queen’s formidable daughter, Princess Alyssa ana’Raisa, is already a prisoner aboard the empress’s ship, sailing east. Lyss may be the last remaining hope of bringing down the empress from within her own tightly controlled stronghold.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

 It's been a few days since I finished this book but just thinking about it, I'm still amazed by the talent of Cinda Williams Chima. She confirms with this third book how crazy this series is and totally addictive. In Stormcaster, Chima begins her story by telling us about Evan, a pirate met furtively in the first book. I admit that I appreciate this writing style because it allows us to learn to know the characters. After Ash and Jenna in Flamecaster, Lyss and Hal in Shadowcaster, it's Evan's turn to become one of the main characters. During the first chapters, we meet the young man and his rather interesting career, already linked to current events. Indeed, Evan is no stranger to the threat that represents Celestine. What I really appreciated is that Evan's story ends up joining the main plot. We find the other characters mentioned above and it's a real pleasure. I admit having my favorite ones like Hal and Lyss, but I was happy to find Ash again. As I said, all the protagonists bring a piece to the big puzzle and everyone has a specific role to play. What's great is that they are all eventually linked in one way or another. And since they are scattered all over the Realms, we also travel a lot. As for the plot, it advances at its own pace, being very detailed according to the many points of view, and we always dread the turnaround that we do not see coming. Even if the action is not predominant, there are so many things going on that you do not get bored for a second. I am admiring the author to offer us a novel of this quality.

Cela fait quelques jours que j'ai terminé cette lecture mais rien que d'y penser, je suis toujours autant époustouflée par le talent de Cinda Williams Chima. Elle confirme avec ce troisième tome combien cette série est dingue et totalement addictive.

Dans cet opus, Chima commence son histoire par nous conter celle d'Evan, un pirate rencontré furtivement dans le tout premier tome. J'avoue que j'apprécie ce mode opératoire car il permet d'apprendre à connaitre les personnages. Après Ash et Jenna dans Flamecaster, Lyss et Hal dans Shadowcaster, c'est au tour de Evan de tenir la vedette et de devenir un des personnages principaux.

Durant les premiers chapitres, on fait la connaissance du jeune homme et de son parcours plutôt intéressant, déjà lié aux événements actuels. En effet, Evan n'est pas étranger à la menace que représente Célestine, de même qu'il connait très bien le soldat Destin Karn... J'avoue que je ne m'attendais pas à ce que ce dernier soit également mis en valeur mais j'ai fortement apprécié la démarche. Jusqu'à présent, je n'aimais pas trop Karn Junior qui me semblait froid et calculateur. Or le jeune homme agit selon un code et se révèle bien plus attachant que prévu. 

Ce que j'ai fortement apprécié c'est que l'histoire de Evan finit par rejoindre l'intrigue principale qui suit son cours. On retrouve alors les autres personnages cités précédement et c'est un vrai bonheur. J'admets avoir mes petits préférés comme Hal et Lyss, mais j'ai été contente de retrouver Ash, grand absent du second tome.  Comme je vous le disais, tous les protagonistes apportent une pièce au grand puzzle et chacun a un rôle bien précis à jouer. Ce qui est génial, c'est qu'ils sont finalement tous liés d'une manière ou d'une autre. Et comme ils sont tous dispersés aux quatre coins des Royaumes, on voyage également beaucoup. 

Quant à l'intrigue, elle avance à son rythme, étant très détaillée selon les nombreux points de vue, et on redoute toujours le retournement de situation qu'on ne voit pas venir. Même si l'action n'est pas prédominante, il y a tellement de choses qui se déroulent qu'on ne s'ennuie pas une seconde. Je suis admirative de l'auteure de nous offrir un roman de cette qualité.

Et pour ne rien gâcher, le style de Chima est aussi magique que son histoire. C'est fluide, agréable et très travaillée, en fonction des personnages qui présentent chacun une personnalité propre. Je dis chapeau!


En bref, j'ai adoré ce troisième tome qui me confirme à quel point cet univers est dingue, complexe et travaillé! Je suis époustouflée par Cinda Williams Chima qui fait preuve d'un grand talent avec cette histoire. Tous les personnages sont intéressants et grâce à chacun, nous avons droit à une vision très large des enjeux. C'est spectaculaire et bien mené, tant tout est relié. J'ai tellement hâte de lire le 4ème et dernier tome!


mercredi 30 mai 2018

Marqués [Skin Books #1] de Alice Broadway

marques

  • Nom: Marqués [Skin Book #1] de Alice Broadway
  • Lu en: français
  • Pages: 300 pages
  • Sorti le: 7 juin 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom Ink le 2 février 2017
  • Premier tome d'une trilogie

Qui était le père de Léora ? Après la mort de ce dernier, la jeune fille souhaite célébrer la mémoire de cet homme qu’elle a toujours admiré. Mais, lorsqu’elle découvre que des passages du livre retraçant sa vie sont incomplets ou faux, Léora commence à douter. De plus, un tatouage représentant une corneille dénonce son père comme coupable d’un crime…

114149306

Marqués est un roman qui me faisait envie depuis sa sortie VO, notamment grâce à sa sublime couverture. J'avoue que je ne m'attendais pas à le voir traduit, mais je n'ai pas hésité quand l'occasion s'est présentée de le lire un peu en avance. Marqués est un roman spécial, qui m'a laissée plus mitigée que je l'aurai voulu.

 Commencons cependant par ses bons points. Marqués est un roman dystopique comme j'en avais plus lu depuis un moment. L'univers est très original et unique en son genre. Vraiment, je peux dire que j'ai été surprise et plutôt embarquée par ces croyances liées aux tatouages. M'étant faite tatouée il y a peu, j'ai sincèrement apprécié tout ce contexte, les questions liées aux tatouages, ce qu'ils représentent, pourquoi celui là et pas un autre, le message qu'ils feront passer et ce qu'ils disent de nous. Mais plus encore, quand une personne quitte ce monde, sa peau tatouée devient livre, afin qu'on se souvienne d'elle. Toute cette dimension m'a intéressée et m'a permise de m'accrocher au roman.

Et si les tatouages représentent la vie de cette société particulière, elle est néanmoins confrontée à certaines légendes ancestrales et surtout aux Immaculés, ces gens non tatoués qui seraient dangereux car dénués d'âme. Un concept original donc mais là où ça coince, c'est la pensée manichéenne des personnages qui n'arrivent pas à concevoir que tout ne peut pas être blanc ou noir, mais que des nuances existent.

C'est principalement cette pensée qui m'a gênée, et qui reflète bien notre héroine Leora. La jeune fille vient de perdre de son père et se pose des questions quant à son livre. Lorsque celui-ci est confisqué, Leora sent qu'on lui cache des choses mais est bien loin de se douter de la vérité. Une quête commence alors pour elle, avec des rencontres pas tout à fait anodines. 

Leora est donc un personnage que je n'ai pas apprécié, car elle n'évolue pas beaucoup. Je l'ai trouvée parfois trop egocentrique et surtout, très fermée d'esprit. Cette vision des choses tranchée ne m'a pas plu et de fait, je n'ai absolument pas pu m'attacher à elle. J'aurai aimé que Leora puisse accepter que son petit monde est bien plus vaste, qu'il y a des causes qui méritent qu'on se batte pour elles, quitte à prendre des risques. Les autres personnages n'ont malheureusement pas relevé le niveau, même si certains se révèlent être plus intéressants au fil des pages. 

Quant à la plume de l'auteure, elle ne m'a pas réellement séduite, avec son ton distant et narratif. J'avoue que les premiers chapitres sont assez déprimants en plus d'être déroutants et que j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Heureusement que l'univers de Alice Broadway est suffisamment travaillé pour nous tenir intrigués.


En bref, si je n'ai pas été séduite par les personnages et leur vision manichéenne du monde ainsi que par la plume de l'auteure, j'avoue que j'ai adoré tout l'aspect relié aux tatouages et ce qu'ils signifient. L'élément dystopique est réellement intéressant et suffisamment travaillé pour en faire un univers original. Bien que je me sente mitigée par cette lecture, je vous encourage tout de même à lui donner sa chance, son ambiance unique et mystérieuse pourrait vous plaire.

dimanche 20 mai 2018

Fais moi taire si tu peux! de Sophie Jomain

fais moi taire si tu peux

  • Nom: Fais moi taire si tu peux! de Sophie Jomain
  • Lu en: français
  • Pages: 306 pages
  • Sorti le: 7 mars 2018
  • Editeur: Harlequin &H
  • Tome Unique

Quel être humain normalement constitué oserait ruiner un mariage ? Quelle personne impitoyable faut-il être pour détruire le plus beau jour de la vie d'un couple ? Eh bien, il faut être prêtre, sexy en diable et révéler en pleine cérémonie les petites incartades de la future mariée... Lorsque Louise Adrielle, fleuriste, assiste à la scène, elle comprend mieux pourquoi on lui a demandé de décorer l’église en jaune cocu ! Traumatisée, elle se fait la promesse d’être désormais sur le qui-vive à chaque cérémonie. Car sa responsable l’a mise en garde : La dame au cabanon ne pourra être associé à une autre débâcle nuptiale. Si Louise assiste à un nouvel esclandre, les alliances ne seront pas les seules à finir au placard.

114149306

C'est la première fois que je lisais un titre de l'auteure et j'avoue que ce n'est peut être pas le meilleur choix. J'ai lu beaucoup de romances dernièrement, aussi, je peux comparer un peu avec d'autres lectures pour me prononcer. Hélas, si j'ai tout de même passer un bon moment, ce livre ne m'aura pas fait vibrer.

Le style de Sophie est vraiment agréable et fluide, sur ce point, je n'ai pas grand chose à lui reprocher, je pense qu'elle a vraiment bien maîtrisé son sujet et qu'elle savait où elle allait. Honnêtement, sa plume m'a bien plu, et me donnera certainement envie de découvrir d'autres romans.

Là où ça a un peu coincé avec moi, c'est au niveau de l'histoire. J'aime bien l'humour dans les romances mais ici j'ai eu un peu de mal. En fait, c'est comme dans les films, à force d'avoir trop de situations rocambolesques et un humour fort présent, je n'arrive pas à accrocher. Et c'est ce qui s'est passé ici. J'ai eu du mal avec toutes ces situations "catastrophes", c'était un peu trop pour moi.

De ce fait, l'histoire n'en est que plus classique. Une héroine célibataire dévouée à son travail, qui rencontre un beau gars qu'elle va détester d'emblée pour changer d'avis à la fin du roman, c'est du vu et déjà vu. Cependant, j'admets que Louise est attachante et fait de son mieux, surtout face au saboteur qu'est Loic. J'ai eu du mal avec ce personnage, qui a un rôle, il faut l'avouer, tout à fait particulier. Qui aurait l'idée de devenir Saboteur de mariages? Entre eux, c'est le feu et la glace, mais plus le temps passe, plus les deux jeunes gens s'apprivoisent, s'apprécient et plus si affinité.

Le contexte est néanmoins sympathique, je me suis retrouvée à nouveau dans l'organisation de mariages (et avec celui de Harry et Meghan ce weekend justement, ça tombait à pic!), ce qui m'a bien plu. J'avais déjà fort apprécié Once and for all, qui fait dans le même décor - à l'américaine bien sur - même si ici, Louise est plutôt fleuriste et sa tâche est d'embellir ce jour, pas vraiment de l'organiser. Et face à Loic, même fleurir un mariage va devenir plutôt compliqué. 

Une romance qui s'installe doucement mais sans surprise donc, mais qui se laisse bien lire, pour un moment détente garanti, c'est la lecture idéale, d'autant plus que le roman est assez court et se lit quasiment d'une traite.


En bref, j'ai passé un bon moment avec cette romance, même si j'en ai déjà lues de meilleures. Sophie Jomain nous livre une histoire sans surprises mais fraiche, légère et parfois un peu trop tordue. C'est amusant à lire, bien que j'ai souvent trouvé l'humour un peu trop lourd. Par contre, j'ai fort bien apprécié la plume de Sophie Jomain. Pour un premier roman lu de cette auteure, je suis certaine que ce ne sera pas le dernier!

jeudi 17 mai 2018

Le sportif et L'introvertie [Mis à l'essai #1] de L.H Cosway & Penny Reid

le sportif et l'introvertie

  • Nom: Le sportif et L'introvertie [Mis à l'essai #1] de L.H Cosway & Penny Reid
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages (numérique)
  • Sorti le: 9 mai 2018
  • Editeur: MxmBookmark Infinity
  • VO: paru sous le nom The hooker and The hermit le 2 février 2015
  • Premier tome d'une quadrilogie

MESDAMES ET MESSIEURS ! J’ai une annonce à faire. Vous savez, ce type dont j’ai parlé il y a quelques mois ? Le très, très, très séduisant joueur de rugby irlandais qui joue pour la RLI ? Le joli cœur avec de gros problèmes de sang-froid, le corps d’un gladiateur, et le visage d’une star de cinéma ? Le sportif aux choix vestimentaires douteux, lesquels m’avaient poussée à supputer qu’il était le bâtard d’un Leprechaun et d’un Hobbit ? Ronan Fitzpatrick ? Ça y est, vous le replacez ? Eh bien, j’ai une confession à vous faire… L’INTROVERTIE Annie Catrel, petit génie des réseaux sociaux, est la star de l’agence de relations publiques Davidson & Croft le jour. De nuit ? Elle est la Bloggueuse Célébrité anonyme qui peut influencer l’opinion publique en deux coups de publications Instagram. Elle est la Cyber Espionne, la créatrice anonyme de New York Élite, et la coqueluche de la Toile. Annie domine le monde virtuel, mais la réalité ? Euh, pas vraiment. LE SPORTIF Ronan Fitzpatrick est le talonneur le plus talentueux que le rugby irlandais a connu, et il déteste les médias, papier ou digitaux. La presse lui a fait une réputation de tête brûlée qui lui colle à la peau. Suspendu de son équipe, Ronan vient chercher la paix et l’anonymat à Manhattan… Mais c’est sans compter sur l’œil de lynx de la Cyber Espionne. Il faut dire qu’on ignore difficilement un physique comme celui de Ronan. LE PLAN Quand Ronan arrive, réticent, à Davidson & Croft pour améliorer son image médiatique, il ne s’attend pas à rencontrer la timide et superbe Annie, et encore moins à l’attirance violente qu’il éprouve pour elle. Lorsqu’on leur propose de travailler ensemble, Ronan saute sur l’occasion. Jusqu’où Annie ira-t-elle pour sauvegarder son anonymat ? Et comment réagira le sportif quand il découvrira qui est vraiment l’introvertie ?

114149306

Bon j'avoue, je m'attendais à mieux. Je lis pas mal de romances depuis quelques mois donc c'est toujours avec plaisir que je me plonge dans un nouveau roman du genre. Mais des les premières pages, j'ai eu du mal avec les personnages, à tel point que j'ai repris ma lecture quelques jours plus tard. Passé ma première impression et j'ai pu me plonger dans cette romance qui me laisse, en fin de compte, mitigée.

Le contexte est un peu prévisible, la star du rugby qui tombe sous le charme de la charmante mais timide maladive Annie, travaillant dans l'agence médiatique chargée de lui redorer son image. Ronan est une tête à claque, certes passionné par le jeu, qui ne maitrise pas beaucoup ses accès de colère. Résultat? Son image publique est catastrophique et quand son ex le menace en plus, c'est un peu problématique.

Annie travaille partiellement chez Davidson & Croft, une agence réputée pour aider les stars à se refaire une image publique et ainsi se montrer plus appréciables. Si la jeune femme excelle dans son boulot, c'est aussi une introvertie qui n'arrive pas à se mêler aux gens, à parler devant une assemblée ou accepter un rendez-vous. Annie, très solitaire, tente par tous les moyens de se fondre dans le décor.

La rencontre des deux jeunes gens est plutôt sympa et direct, bien qu'Annie avait déjà croisé le beau gosse auparavant. Si dans la réalité Annie se cache, sur internet, c'est une vraie espionne qui traque les célébrités sur son blog. Avec un franc parlant étonnant, la Cyber Espionne étonne mais force l'admiration. Comment se douter qu'elle et Annie ne sont qu'une seule et même personne? 

D'emblée Ronan affiche une attirance déconcertante pour Annie et n'hésite pas à être cash avec elle. J'avoue, j'ai trouvé que par moment ce n'était pas très cohérent, la fille étant super timide, mais ça la dérange pas qu'un inconnu - star ou pas, on s'en fout - la mate et la tripote des leur première rencontre. Personnellement, j'aurai pas trop apprécié mais bon. La romance se développe du coup assez vite, avec une "intrigue" assez prévisible dans laquelle Annie jouera malgré elle, la vraie-fausse petite amie de Ronan. De quoi redorer son blason à lui, bien sur.

J'ai pas été super convaincue par leur romance, malgré le fait que les auteures tentent de nous transmettre cette alchimie, je n'ai rien ressenti. Tout ce que j'ai lu, c'est un gars assez arrogant qui boude quand il n'a pas ce qu'il veut, et une fille peu sûre d'elle qui doute et change d'avis comme une girouette. Un jeu du je t'aime moi non plus fatigant, entre les fuites constantes d'Annie et les petits caprices de Ronan. Dans tout ce bazar, Cosway et Reid essaient néanmoins de nous prouver que les sentiments d'Annie et Ronan sont sincères et durables, ce qui m'a laissée un peu perplexe.

Autre point qui ne m'a pas emballée, celle de la romance intime. J'aime bien lire des romances qui me font un peu rêver, je suis une romantique incorrigible et j'avoue que là, ça ne m'a guère plu. Encore une fois, si j'étais comme Annie, aussi timide et peureuse, le fait que mon nouveau mec m'attache avec les ceintures de la voiture pour me baiser (expression de Ronan, qui utilise peu l'expression de faire l'amour, lui ce qui l'intéresse, c'est la baise) m'enchanterait pas des masses. Et le fait qu'il veuille jouer les dominateurs à chaque fois non plus. Chacun ses gouts bien sur mais ce n'est pas mon idéal. Heureusement à la fin, la donne change un peu, ce qui m'a davantage plu. 

Ma chronique n'est pas élogieuse, je vous l'accorde, mais je pense que ce roman aurait pu être encore mieux exploité s'il y avait eu un peu plus d'évolution de la part des personnages. Cependant, avec une écriture fluide, et des chapitres qui s'altèrnent entre Annie et Ronan, le livre se lit rapidement. Globalement, même si j'avais plus d'attentes concernant ce titre, j'ai tout de même passé un bon moment de détente avec cette lecture.


En bref, j'ai passé un bon moment avec ce roman mais je m'attendais quand même à mieux. J'ai trouvé qu'il souffrait d'énormes longueurs et le jeu du je t'aime moi non plus m'a vraiment lassée. Les personnages sont sympathiques mais je n'ai pas vraiment réussi à m'y attacher, Annie changeant trop d'avis et Ronan étant trop arrogant pour moi. Néanmoins, l'écriture est tellement fluide que le roman se lit assez agréablement et rapidement. Si vous aimez les romances ce livre devrait tout de même vous plaire.

mercredi 16 mai 2018

La fille qui n'existait pas de Natalie C. Anderson

la fille qui n'existait pas

  • Nom: La fille qui n'existait pas de Natalie C. Anderson
  • Lu en: français
  • Pages: 420 pages
  • Sorti le: 1er mars 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom City of Saints and Thieves le 24 janvier 2017
  • Tome Unique

Tina ne vit pas, elle survit sur le toit d'un immeuble des bas-fonds de Sangui. Cambrioleuse la plus habile d'un gang kényan, elle ne pense qu'à une chose: venger sa mère assassinée par son ancien employeur, le nabab blanc M. Greyhill. L'occasion se présente enfin quand on l'envoie pirater l'ordinateur de ce dernier dans sa luxueuse ville. Prise sur le fait par Michael, le fils Greyhill avec lequel elle a grandi, Tina commence à douter. Submergés par les souvenirs de leur enfance, les deux jeunes gens décident de passer un marché... Entre les rues inquiétantes de Sangui et la guerre qui menace son village natal, Tina voit sa vengeance prendre un tournant qu'elle n'aurait jamais pu imaginer.

114149306

Quelques jours après avoir lu La fille qui n'existait pas, j'ai encore un peu de mal à poser mes mots quant à mon ressenti. Globalement, j'ai bien apprécié ma lecture grâce à une intrigue plutôt addictive, mais j'ai toutefois eu du mal à progresser face à la violence de certaines situations, basées sur des faits réels. 

Au-delà de son histoire fictive, ce roman est un vrai coup de poing qui ne laisse pas indifférent. C'est une lecture un peu dérangeante qui nous fait sortir de notre petit confort. A l'idée que ces choses se passent réellement est révoltant, d'autant plus qu'on ne sait pas y faire grand chose. C'est pour moi la plus grande force du livre, qui nous questionne, nous bouscule. Durant ma lecture, je me suis intéressée à la région du Kenya et du Congo pour en savoir davantage, même si ça fait mal. C'est aussi très dépaysant car on est à mille lieues de nos quartiers sécurisés. 

Le fil conducteur est plutôt simple mais bien trouvé puisqu'il tourne autour de la vengeance de Tina suite à l'assassinat de sa mère. Une disparition qui l'a profondément marquée, changée et endurcie mais qui contient encore bien des zones d'ombre. Alors que la jeune fille est aveuglée par son but de faire payer l'assasin présumé, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu...

C'est tout l'intérêt de l'intrigue qui maintient le lecteur en haleine. Qui était la mère de Tina et pourquoi l'a-t-on tuée? Mais surtout qui? Alors que la jeune fille est certaine qu'il s'agit du richissime Mr Greyhill, ses convictions vont s'ébranler lorsque son fils - et ancien ami- lui propose d'enquêter afin de découvrir la vérité. Une course contre la montre débute, avec son lot de découvertes, la menace du gang, mais pas que... dans cette jungle hostile, comment démêler le vrai du faux? A qui faire confiance? 

Honnêtement, malgré la dureté du contexte, l'histoire n'en reste pas moins addictive même si j'avoue avoir trouvé quelques passages trop longs. La plume de l'auteure est fluide et explique bien les choses, cependant je l'ai trouvée un peu trop distante, comme les personnages. C'est sans doute mon seul point négatif - hormis la violence de certains passages et le côté révoltant du bouquin, parfois choquant - que je note à ce livre. Je n'ai pas pu m'attacher ni compatir avec Tina, Mickael, Skinny. Pourtant, ils évoluent énormément et font preuve d'une bravoure extrême, je leur reconnais bien cela. 

La fille qui n'existait pas est donc un roman intéressant qui sort des sentiers battus. Même si je n'ai pas adoré à cause du contexte assez sombre, cette lecture m'a sauvée d'une sacrée panne qui pointait le bout de son nez. Dans le genre YA, il se démarque et rien que pour ça, je recommande.


En bref, même si je ne me suis pas attachée aux personnages et que cet aspect a rendu ma lecture plus distante, La fille qui n'existait pas n'en reste pas moins un roman percutant et différent. Il nous narre une histoire poignante basée sur des faits réels qui nous donnent à réfléchir. C'est un livre révoltant mais aussi addictif grâce à une intrigue bien menée, quoiqu'un peu longue. Si ce n'est pas une lecture que j'affectionne à cause de sa dureté, je la recommande néanmoins fortement car dans le paysage YA, La fille qui n'existait pas est assez unique en son genre.

mardi 15 mai 2018

Simon Thorn et le nid de serpents [Simon Thorn #2] de Aimée Carter

Simon Thorn

  • Nom: Simon Thorn et le nid de serpents [Simon Thorn #2] de Aimée Carter
  • Lu en: français
  • Pages: 298 pages
  • Sorti le: 26 avril 2018
  • Editeur: Michel Lafon
  • VO: paru sous le nom Simon Thorn and the viper's Pit le 7 février 2017
  • Tome antérieur: Tome 1

Simon Thorn sait depuis peu qu’il n’est pas un garçon comme les autres : il a le don de se transformer en animal. Alors qu’il s’habitue à sa nouvelle vie dans le Repaire, l’école pour les Animalgames, il reçoit des nouvelles inespérées de sa mère, enlevée par son terrifiant grand-père, le roi des oiseaux. Ce dernier cherche à reconstituer une arme si puissante qu’elle lui permettrait de régner sur tous les royaumes animaux. Guidé par l’indice laissé par sa mère sur une carte postale, Simon et ses amis se lancent dans un périlleux voyage qui les mènera au cœur du danger.

114149306

Ayant apprécié découvrir cette nouvelle série jeunesse en  janvier, j'étais plutôt impatiente de lire ce second tome, d'autant plus qu'on est assez chanceux qu'il sorte aussi vite en français, soit 4 mois après son prédécesseur. 

Simon Thorn et le nid de serpents reprend 2 mois après les événements du premier tome. Voilà donc quelques semaines que Simon essaie de s'acclimater à sa nouvelle vie au Repaire, mais les choses ne sont pas simples. Sa mère lui manque terriblement et il n'arrive pas à se remettre de la disparition de son oncle Darryl. Malgré ses efforts, Simon n'arrive pas à trouver sa place avec Nolan, son frère jumeau et son autre oncle Malcom. Il faut dire que Nolan est assez détestable et lui en fera bien baver. 

Heureusement, Simon a toujours ses amis qui représentent en ce moment sa vraie famille. Entre Jam, Ariana, Winter et même Felix la souris (est ce vraiment une souris?), Simon est entouré. J'apprécie toujours autant la dynamique du petit groupe, chacun ayant une personnalité bien propre et différente des autres. C'est bien connu, un héros n'en serait pas un sans des amis!! 

Les personnages sont donc toujours aussi attachants même si je dois souligner qu'on ressent quand même leur jeune âge par moment. C'est la première série jeunesse qui me fait cet effet, à contrario de Percy Jackson ou Le pays des contes où les héros ont aussi 12 ans au début de leurs aventures. Simon se montre très brave et courageux mais certaines décisions sont irréfléchies et c'est là qu'on voie son immaturité. En soi, ce n'est pas dérangeant mais ça m'a parfois énervée! 

L'intrigue se révèle bien sympathique, on ne s'ennuie pas une seule seconde tant le rythme est effréné. J'avoue avoir toujours une préférence pour le premier tome, mais celui-ci apporte son lot de découvertes. Je pense que Aimée Carter va se concentrer sur un royaume pour chaque tome suivant nous permettant ainsi de mieux les connaitre. Comme le suggère la couverture, nous faisons ici la connaissance des Reptiles. 


En bref, j'ai aimé ce second tome plein d'aventures, qui nous emmène dans le royaume des reptiles. On en apprend plus sur les Animalgalmes mais ce que j'ai préféré, ce sont les liens familiaux et d'amitié qui sont fortement mis en avant. Malgré les difficultés, Simon peut compter sur ses amis, se montrant ainsi plus courageux pour retrouver sa mère ainsi que les morceaux du sceptre. Une chouette série jeunesse qui se confirme avec cette suite et que je recommande!