► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Mes chroniqueuses Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
vendredi 22 avril 2016

Le sang des Dieux et des Rois [Sang des Dieux...#1] de Eleanor Herman

sang des dieux et des rois

  • Nom: Le sang des Dieux et des Rois de Eleanor Herman
  • Lu en: français
  • Pages: 454 pages
  • Sorti le: 21 avril 2016
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Legacy of Kings en aout 2015
  • (note de 3,5/5 en réalité)

Imaginez une époque ou les dieux s'amusent des souffrances des hommes. Ou des forces maléfiques se déchaînent aux confins du monde connu.
Ou des cendres des villes naissent des empires. Alexandre, héritier du trône de Macédoine, est en passe de découvrir son destin de conquérant, mais il est irrésistiblement attiré par une nouvelle venue. 

Katerina doit naviguer dans les eaux troubles des intrigues de la cour sans dévoiler sa mission secrète : tuer la reine. Jacob est prêt à tout sacrifier pour gagner le coeur de Katerina. Même s'il doit pour cela se mesurer à Héphestion, tueur sous la protection d'Alexandre.

Enfin, par-delà les mers, Zofia, princesse persane fiancée à Alexandre malgré elle, part en quête des légendaires et mortels Dévoreurs d'Âmes, seuls capables d'infléchir son destin. 

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

 I'm a big fan of fantasy and I expected a lot from this book. The plot intrigued me a lot and it is with great curiosity that I started Legacy of Kings. I come out a bit mixed, although in any case, the book is rather good. I mainly enjoyed the historical side of the book plus the fantastic and magical sides. It clearly feels that the author has worked closely her story to offer us something of quality. Indeed, I must recognize that this first book is extremely rich, complex but also very detailed and therefore visual. It embarks us on an amazing adventure where the political strategy dominates, where betrayal is never far away. Not to mention the magic that invites itself and gives another dimension to the novel. From this point of view the author has really mastered her subject. Eleanor Herman proposes to follow the story of seven characters. And if in general, I have no problem with multiple points of view, I felt like a barrier. There are these characters that I did not like to follow, while others were picking my attention. Despite their adventures, their bravery, I had no attachment to any of them, not feeling concerned by what they lived. This is truly what disappointed me in this novel, but you can not always feel connection with all characters! In conclusion, I wish I felt closer to the characters, so I will remember the historical aspect based on Alexander the Great and his time. From this point of view, it is extremely interesting, especially for those who appreciate History. It is also helpful to read the notes of the author at the end of the book to realize what facts she was inspired  by, allowing us to better understand her approach and how she developed her story.

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Je suis une grande friande de fantasy, de ce fait, j'attendais beaucoup de ce roman. Mêlée à un aspect historique, l'histoire m'intriguait beaucoup et c'est avec une grande curiosité que j'ai débuté Le Sang des Dieux et des Rois. J'en ressors un peu mitigée, bien qu'en soit, le roman est plutôt bon.

Parlons peu mais parlons bien, j'ai principalement adhéré au côté historique du livre combiné au fantastique et à la magie. On sent clairement que l'auteure a travaillé minutieusement son récit pour nous offrir quelque chose de qualité. En effet, il faut reconnaitre que ce premier tome est extrêmement riche, complexe mais aussi très détaillé et donc visuel. On embarque dans une aventure extraordinaire où la stratégie politique domine, où la trahison n'est jamais loin, de même que les complots et les coups bas. Sans oublier la magie qui s'invite et qui donne une tout autre dimension au roman. D'un point de vue "scénaristique" l'auteure a vraiment bien maitrisé son sujet. 

Ce qui m'a grandement freinée ce sont les personnages. En règle générale, je n'ai aucun souci avec les multiples points de vue (je pense à Cassandra Clare ou Rick Riordan qui mettent pas mal de personnages en valeur), mais ici, j'ai ressenti comme une barrière. Eleanor Herman nous propose de suivre l'histoire de 7 protagonistes. Et si dans l'ensemble, chacun apporte sa pierre à l'édifice, il y a de ces personnages que je n'ai pas aimés suivre, alors que d'autres captaient plus mon attention. Malgré leurs aventures, leurs bravoures, les épreuves qu'ils peuvent traverser, je n'ai eu aucune attache pour aucun d'entre eux, ne me sentant pas concernée par ce qu'ils vivaient. C'est véritablement ce qui m'a déçue dans ce roman, mais on ne peut pas toujours ressentir de connexion avec tous les personnages! 

Par ailleurs, le style très narratif peut altérer la dynamique, donnant une impression de lenteur mais fort heureusement, on ne s'ennuie jamais tant il se passe de choses! C'est un bon point, d'autant plus que tout reste fluide et clair. 

En conclusion, il m'a manqué l'étincelle pour vraiment adorer ce roman. J'aurai aimé me sentir plus proche des personnages, aussi j'en retiendrai donc surtout l'aspect historique basé sur Alexandre le Grand et son époque. De ce point de vue, c'est extrêment intéressant, surtout pour ceux qui apprécient l'Histoire. Il est également utile de lire les notes de l'auteure à la fin du livre pour se rendre compte de quels faits réels elle s'est inspirée, nous permettant de mieux comprendre son approche et comment elle a développé son récit. 


mardi 19 avril 2016

L'ultime espoir [Angelfall #3] de Susan Ee

ultime espoir

  • Nom: L'ultime espoir [Angelfall #3] de Susan Ee
  • Lu en: français
  • Pages: 416 pages
  • Sorti le: 3 mars 2016
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom End of days en mai 2015

Belial vaincu, Penryn ne peut pas souffler pour autant. Même si cela lui brise le coeur, elle doit aider Raffe à regagner le paradis et reprendre sa place d'archange. Mais ce poste est convoité par le dangereux Uriel, prêt à tout pour devenir le nouveau Messager. S'il l'emporte, c'est la fin de l'Humanité, mais, si Raffe gagne, Penryn devra lui faire ses adieux...

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I didn't expect to devour this book and yet, I read it very quickly, completely immersing myself in this creepy universe. Yes, creepy, that's the word that comes to describe this book - and the series in general. Susan Ee created a frightening apocalyptic world where you have to be brave and smart to survive. It's hard to talk about this last book. In terms of plot, besides being very creepy, it finally evolves with a more specific purpose. Events are coming at the speed of light and sometimes it's a bit disjointed. But we feel that the end is near and the tension rises. I enjoyed the course, the new characters introduced and the overall atmosphere. More than anything, the last 150 pages were really awesome, it was impossible to stop reading. Penryn and Raffe were fabulous. Penryn, what a wonderful heroine. Perhaps the bravest I have ever crossed in a book! Facing the world in which she lives, she showed a lot of strengh. But the survival instinct becomes more pressing, not to mention the love that invites anyway ... With Raffe, it was hot! The two young people felt a deep desire for one another, but in the current context, it is not easy to make sense of things. However, they are a great team. Raffe is an impressive charismatic angel and I loved his protective side towards Penryn, but he sees her as an equal. Their duet is just magical and their tender moments, beautiful! In the very end, even if it was a bit rushed and questions still unanswered, I really loved this book, this series, these characters so much!

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Après un second tome en demi teinte, j'avais une petite appréhension pour ce dernier tome. Je ne m'attendais pas à littéralement dévorer ma lecture! Ce troisième tome m'a ravit! Je n'en ai fait qu'une bouchée, me plongeant complètement dans cet univers toujours aussi sombre et glauque.

Glauque, oui c'est le mot qui me vient pour décrire L'espoir ultime - ainsi que la saga en général. Susan Ee continue de nous dépeindre un monde apocalyptique effrayant, dans lequel il faut faire preuve de courage pour survivre. Les horreurs qu'on croise sont tout simplement abominables! Je l'ai déjà dit lors de mes chroniques des précédents tomes, mais j'espère qu'Angelfall ne sera jamais transposé à l'écran....si ce n'est peut être juste pour Raffe! 

Il est difficile de parler de ce 3ème tome sans vous conter l'histoire. Au niveau de l'intrigue, en plus d'être bien glauque, elle évolue enfin, avec un but plus précis. Les événements s'enchainent à la vitesse de la lumière et parfois c'est un peu décousu de sens. Mais on sent que la fin approche et la tension monte. J'ai apprécié le déroulement, les nouveaux personnages introduits et l'ambiance générale. Plus que tout, les 150 dernières pages sont vraiment génialissimes, qu'il est impossible de s'arrêter. Proche du dénouement, Susan Ee fait le point sur la civilisation humaine, et donne à son récit un gout mélancolique. Pour autant, l'action redouble et on tremble avec tous nos personnages. Et quand vient la fin, on reste malgré tout bouche bée... 

Penryn et Raffe se sont montrés géniaux. Penryn, en voilà une héroine admirable. Peut être la plus courageuse que j'ai jamais croisé dans un livre! Face au monde dans lequel elle vit, elle s'acclimate plutôt bien et fait preuve d'énormément de force de caractère. Je n'oserai pas m'imaginer à sa place, je crois que mon état psychologique ne suivrait pas! Mais l'instinct de survie se fait plus pressant, sans oublier l'amour qui s'invite malgré tout... Avec Raffe, ça chauffe! On sent que les deux jeunes gens éprouvent une attirance et un désir profonds l'un pour l'autre, mais dans le contexte actuel, il n'est pas évident de faire la part des choses. Cela étant, ils forment une équipe remarquable. Raffe est d'un charisme impressionnant et j'ai adoré son côté protecteur envers Penryn, de même qu'il la considère comme une égale. Leur duo est juste magique et leurs tendres moments, magnifiques! 

Et le tout s'emboite relativement bien, j'ai trouvé la fin bien trop rapide et simple. Si le but du livre est plus précis, il manque cependant de profondeur. Le livre aurait soit mérité une centaine de pages en plus, ou carrément un 4ème tome. Il reste pas mal de choses en suspens, il faut l'avouer. Pour moi, même si je suis globalement assez statisfaite, le livre a un petit gout d'inachevé. Clairement, une suite ne me surprendrait pas, un jour! Dans tous les cas, j'ai beaucoup aimé ce dernier tome, en partie grâce au duo Raffe/Penryn mais aussi grâce à tous les autres personnages auxquels on a pu s'attacher. 

Voilà une série qui mérite le détour, pour son thème, son ambiance glauque, flippante, mais carrément addictive, une héroine badass, un ange aussi beau que charismatique que soucieux des autres. Je ne retiens que le meilleur de cette saga qui m'aura fait passer un excellent moment de lecture! 

samedi 16 avril 2016

L'étoile vagabonde [Zodiaque #2] de Romina Russell

zodiaque 2

  • Nom: L'étoile vagabonde [Zodiaque #2] de Romina Russell
  • Lu en: français
  • Pages: 395 pages
  • Sorti le: 14 avril 2016
  • Editeur: Michel Lafon
  • VO: paru sous le nom Wandering Star en décembre 2015

Rhoma Grace a été abandonnée par le Zodiaque, qui refuse de croire à l’existence d’Ochus et de la treizième Maison. Déchue de sa fonction de Gardienne du Cancer, elle trouve refuge dans la constellation du Capricorne. Mais si elle semble prête à vivre une vie ordinaire, les étoiles lui envoient de nouveaux signes alarmants. Marad, une cellule terroriste, mieux organisée et équipée que les douze Maisons réunies, sème le chaos dans la galaxie et menace de frapper un grand coup. 
Prête à tout pour rétablir l’équilibre entre les signes, Rhoma se lance dans une nouvelle quête au travers des constellations inexplorées. Car Ochus n’est pas encore vaincu. La guerre contre le treizième signe ne fait que commencer… et en l’affrontant, la jeune fille pourrait bien découvrir que rien de ce qu’elle croit réel ne l’est.

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I was looking forward to read this book. I even wanted to read it in english when it came out last december. But I waited for the french book this april. What can I say? I fall in love with this world when I discovered it with Zodiac. Romina Russell has a vivid imagination and created an extraordinary world. It's fascinating, something a bit complicated but it's rich and complete. Romina Russell offers us a lot of explanations about the Houses, how each of them functions. It's really interesting. I was amazed one more time by the background and the plot. However, I'm a little disappointed by one big thing: the love triangle. Please, why a love triangle? I though it was taken care of, but I was wrong. And it made me angry. A lot. I don't understand the concept of loving two people at the same time. A relationship is already complicated... In this case, Rhoma can't make a decision. She loves two guys and these guys love her. How convenient is this? Rhoma suffered a lot, so I can understand she's lost. But She bounced from one guy to the other all the time. And this was too much for me. I don't think Rhoma wanted to hurt one or the other but she played a little with Hysan's feelings. Poor guy, he deserves so much better. I hope Rhoma will take a decision and quickly. On the other hand, the girl handled a lot and grew up in this book. Well, at the beginning, she felt so insecure, she didn't trust herself and it was hard to follow her feelings. But Rhoma finally understood what it is a stake and finally made some decisions. In this sequel, we are emotionally shocked. There is so much pain and suffering! We met a lot of new characters and I have to say, I loved them all. I hope everybody will find his own happy ending as well as the Zodiac and all the Houses in the very end!

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

J'attendais avec impatience de lire la suite de Zodiaque qui avait été un petit coup de coeur. Des que ce second tome est arrivé dans ma BAL, je me suis jetée dessus, n'en faisant presque qu'une bouchée. Que dire? Si j'ai adoré le monde imaginé par l'auteure, j'ai été néanmoins un peu déçue par la romance qui gâche un peu le tout.

Commençons par le positif: le monde crée par Romina Russell est toujours autant fascinant et passionnant. C'est une série autant complète que complexe, très riche en informations. Le lecteur n'a aucun mal à s'imaginer où il va, sur quelle planète il se trouve. L'auteure nous décrit avec aisance les Maisons que nous visitons, ce qui donne un aspect très visuel au roman. 

De ce point de vue, j'ai été comblée, tant le background est passionnant. J'adore toujours autant comment Romina Russell traite chaque signe du Zodiaque. Avec L'étoile vagabonde, nous découvrons un peu plus de Maisons et leurs fonctionnements. C'est tout simplement génial. Chaque Maison a sa personnalité propre et l'auteure maitrise très bien les différences de chacune. On ne peut pas confondre une Maison avec une autre.

Du côté de l'intrigue, tout change. Ochus est un peu passé au 3ème plan pour laisser la vedette à un groupe terroriste appelé le Marad. Au départ, on a du mal à saisir le lien qui unit ces deux éléments, mais très vite on comprend que le Marad et Ochus partagent bien plus qu'on ne le pense. Peu à peu, le Zodiaque plonge dans le chaos sans que personne ne trouve de solution. Rhoma, notre jeune héroine est en grande souffrance après l'échec cuisant qu'elle a vécu et ne se remet pas. Au début du livre, elle a très peu d'estime pour elle-même et est très pénible à suivre. Évidemment Rhoma a vécu des horreurs mais la jeune fille n'arrive pas à voir ce qui se passe autour d'elle, s'accusant sans cesse de tous les maux. A l'heure où l'union des Maisons devient urgente, Rhoma doute. 

Et dans le doute, on s'abstient comme on dit. Heureusement, la demoiselle sera très vite entourée de partisans qui la soutiennent depuis le départ. C'est un petit choc pour Rhoma qui va enfin se réveiller. Dans L'étoile vagabonde, Rhoma passe par toutes les phases de doutes, de remises en question, pour enfin reprendre confiance en elle et en ses croyances. Le personnage évolue bien, notamment grâce à tous ces gens qui l'aident. Par ailleurs, l'auteure n'épargne personne, il est donc important de souligner que les émotions sont aussi au rendez vous.

Jusqu'ici, le roman se révèle très agréable à lire. Mais un élément vient clairement gâcher l'ambiance: la romance. Alors qu'entre deux le coeur de Rhoma balance, on pensait le cas du triangle amoureux réglé à la fin du premier tome. Mais Rhoma culpabilise et à chaque fois qu'elle se retrouve avec Hysan, elle lui fait bien savoir. Le pauvre en voit de toutes les couleurs mais finit par la remettre à sa place. C'est un personnage auquel je suis fortement attachée, trouvant Hysan brillant, lumineux. Il mérite une attention toute particulière. Aussi, quand l'auteure réintroduit un triangle, j'ai levé les yeux au ciel autant que j'ai crié de frustration. Je ne comprends pas cette manie....  Alors qu'en réalité, une simple relation est déjà suffisamment compliquée... Bref, avec Rhoma, nous faisons face à une grande indécise mais j'espère sincèrement que la jeune fille fera très vite un choix. Il n'y a rien de pire que de jouer avec les sentiments des autres et de les laisser dans l'incertitude. 

En bref, je considère ce second tome comme un tome de transition. L'intrigue évolue parfaitement et le monde imaginé par l'auteure est toujours aussi fascinant. Reste le bémol du triangle amoureux. Heureusement, il n'est pas central, aussi on peut aisément passer au-dessus pour apprécier davantage ce voyage galactique et découvrir les Maisons du Zodiaque qui ont, à mon avis, encore bien à nous offrir! Vivement la suite!

*****

L'étoile vagabonde a fait l'objet d'une lecture commune avec ma chroniqueuse et amie Olivia du blog La couleur des mots. Sans tarder, n'hésitez pas à découvrir son avis sur ce tome!

mercredi 6 avril 2016

Starflight [Starflight #1] de Melissa Landers

starflight

  • Nom: Starflight [Starflight #1] de Melissa Landers
  • Lu en: anglais
  • Pages: 369 pages
  • Sorti le: 2 février 2016
  • Editeur: Disney Hyperion
  • Niveau de compréhension VO: moyen
  • VF: non prévue

Life in the outer realm is a lawless, dirty, hard existence, and Solara Brooks is hungry for it. Just out of the orphanage, she needs a fresh start in a place where nobody cares about the engine grease beneath her fingernails or the felony tattoos across her knuckles. She's so desperate to reach the realm that she's willing to indenture herself to Doran Spaulding, the rich and popular quarterback who made her life miserable all through high school, in exchange for passage aboard the spaceliner Zenith. When a twist of fate lands them instead on the Banshee, a vessel of dubious repute, Doran learns he's been framed on Earth for conspiracy. As he pursues a set of mysterious coordinates rumored to hold the key to clearing his name, he and Solara must get past their enmity to work together and evade those out for their arrest. Life on the Banshee may be tumultuous, but as Solara and Doran are forced to question everything they once believed about their world—and each other—the ship becomes home, and the eccentric crew family. But what Solara and Doran discover on the mysterious Planet X has the power to not only alter their lives, but the existence of everyone in the universe...

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I discovered Melissa Landers's books thanks to her Alienated series that I like very much. So I really was curious about Starflight. I think Melissa Landers is very talented with this kind of sciences-fiction books. Starflight was a great reading, with an interesting world, well build by the author. It was easy to imagine where we were going with the crew. If I'm a little frustrated about the lack of the plot - well I do have a lot of questions still unanswered - I really appreciated this book, this journey. What I loved the most was that there was pirates. Yes, pirates in space! It was amazing and bring a lot of action. I liked the relationship between Solara and Doran too. These two were hilarious at first. Solara is a strong character, she fights for what she wants and believes. I loved her, how she thinks, how she makes decisions. On the other hand, Doran was an arrogant guy I didn't like at the beginning of the book. He thinks the world is his and his behavior was just awful. But as changes occured, the two are forced to live together and their relationship began to evolve in an interesting way. Learning about each other, trusting each other, becoming friends, and then lovers. It was beautifully written.  If you love this kind of book, don't hesitate to read Starflight, it is a really good book, with a beautiful writing style.

Je suis une grande fan de Melissa Landers depuis que j'ai découvert sa série Alienated. C'est grâce à elle si j'ai commencé à apprécier le genre sciences-fiction young adult. De fait, j'étais très curieuse de lire Starflight, qui se déroule également dans l'espace, bien qu'il soit très différent de la première série de l'auteure.

Avec Starflight, on embarque à bord du Zenith en compagnie de Solara et de Doran. Solara est une jeune fille en disgrace qui décide de tout quitter pour tenter sa chance sur une autre planète. Mais pour cela, quelqu'un doit la prendre en charge sur le Zenith comme femme de ménage, ce qui lui assurera le passage. Alors que notre héroine désespère d'être sélectionnée, elle est choisie in extremis par l'arrogant Doran Spaulding, fils héritier des Entreprises Spaulding, connues dans toute la galaxie. 

Le début est alors gentillet, suivant Solara au service de Doran. Entre eux c'est le feu et la glace. En effet, Doran est un personnage qu'on adore détester, qui pense que tout lui est dû, que tout est acquis. Pire, son sentiment de supériorité est difficile à supporter, autant pour Solara que pour nous, lecteurs. On a qu'une envie, c'est de lui foutre des baffes ou que Solara lui joue un sale coup. Ce qu'elle fera.

C'est que la petite a pas mal de reparties et surtout un caractère bien trempé. J'ai adoré cette héroine qui sait se débrouiller, et qui va au bout des choses. Alors que Doran la menace d'expulsion, elle retourne la situation bien à son avantage, mettant Doran à ses pieds. Et ça, ça vaut sacrément le détour.  Le roman prend alors une tout autre tournure, que j'ai beaucoup appréciée. 

Melissa Landers prend le temps avec son roman d'installer le contexte, et de développer ses personnages. On visualise très bien le voyage effectué par ces derniers. Je trouve que l'auteure maitrise avec brillance le genre sciences-fi young adult. Au delà de la découverte des planètes ou des règles établies par la galaxie, il y a aussi les pirates, et ça, j'ai adoré. Les pirates de l'espace, voilà un élément très original qui apporte une belle touche d'action.

Par ailleurs, la relation entre Doran et Solora va beaucoup changer au fil des mois. Forcés de cohabiter à bord d'un navire spatial pas très honnête, mais dont l'équipage se révèle très attachant, ils vont apprendre à se connaitre réellement, à se faire confiance, à devenir amis et finalement plus si affinités. L'issue de leur relation était prévisible mais j'ai bien aimé le développement pour y arriver, c'était crédible et plus réel. 

Et si j'ai beaucoup aimé l'aventure dans laquelle j'ai été embarquée, j'ai néanmoins un gout d'inachevé. Le roman se termine un peu de mannière abrupte et beaucoup de questions restent suspendues. De fait, après lecture, j'ai trouvé que Starflight n'avait pas vraiment de fil conducteur, de but. Il me manque un vrai mot de la fin comme on dit. Et bien qu'il y ait un second tome, il n'est pas considéré comme une suite mais comme un livre compagnon, centré sur deux autres personnages qu'on rencontre ici. Ce qui donne encore plus de poids à ma frustration et une légère baisse dans ma note finale.

Dans tous les cas, si vous appréciez ce genre d'ambiance spatiale, Melissa Landers est une auteure YA incontournable. Starflight se lit à la vitesse de la lumière car, malgré l'absence réel de but, on se prend au jeu, et on passe un très très bon moment de lecture. Un dépaysement total garanti!

jeudi 31 mars 2016

The Winner's Kiss [The Winner's Trilogy #3] de Marie Rutkoski

winners kiss

  • Nom: The Winner's Kiss [Winner's Trilogy #3] de Marie Rutkoski
  • Lu en: anglais
  • Pages: 484 pages
  • Sorti le: 24 mars 2016
  • Editeur: Bloomsbury
  • Niveau de compréhension VO: facile à moyen
  • VF: non prévue

War has begun. Arin is in the thick of it with untrustworthy new allies and the empire as his enemy. Though he has convinced himself that he no longer loves Kestrel, Arin hasn’t forgotten her, or how she became exactly the kind of person he has always despised. She cared more for the empire than she did for the lives of innocent people—and certainly more than she did for him.

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I still remember my surprise when I discovered The Winner's Trilogy. I wasn't prepared to read such a wonderful story. It was brilliant, magical, awesome. At some point, it became an obsession. I read the second book and my love for this series was confirmed. And now, it is over and I don't want to. The Winner's Kiss, as the two others books, was a masterpiece. It is really difficult to write about the last book in a series, but I can say it was a perfect conclusion to the story. Marie Rutkoski has a magnificent writing style. She created a plot based on gambles, politics, strategy. For me, this series stand out in the YA world. The Winner's Trilogy is so original. What I loved the most besides politics's games was the characters. Everything is about them: Kestrel and Arin are two strong characters yet so vulnerable. Humans. I loved how they grow up, how they learned to trust each other, to love each other. Each of them bears scars, but they just want a better world. In this conclusion war has begun. Kestrel and Arin need to be careful. This isn't a game anymore. But the characters are smart and surprising and I loved how it was played. Well done. An excellent third book for a beautiful series.

C'est toujours difficile de parler d'un dernier tome d'une saga. Aussi, je ne pense pas m'attarder de trop sur l'intrigue de The Winner's Kiss. Les enjeux sont maintenant plus qu'importants. La guerre est déclarée. Plus que jamais, la stratégie est de mise. Cette fois, plus personne ne joue... sauf peut être pour gagner. 

J'ai adoré ce troisième tome. A l'image des deux précédents, ce n'est pas pour son action que j'ai aimé mais pour son ambiance. Ce qui fait l'originalité de cette saga, c'est tout ce côté politique et stratégique, où les paris sont monnaies courantes. C'est un petit jeu dangereux où personne ne peut faire confiance à personne. C'est terriblement efficace et prenant. Ajoutez à cela des personnages très charismatiques et vous obtenez un petit chef d'oeuvre. 

Si l'intrigue avance bien, mettant un point final à toutes nos interrogations, j'ai fortement apprécié Kestrel et Arin. Dans ce tome, ils se réunissent enfin, pour le meilleur et pour le pire. Voilà deux personnages que j'ai aimés suivre. Leur évolution est impressionnante, mais inévitable. Arin et Kestrel ont tous deux joué avec le feu, portent tous deux des cicatrices aussi visibles qu'invisibles mais leur force de caractère est plus forte que tout. Malgré les difficultés, ils font des choix, les assument. Ils avancent. Pour autant, ce sont des personnages vulnérables, humains, qui remettent leur action en doute, se posent des questions. Sincèrement, on ne peut que les aimer. Ils sont tellement charismatiques et touchants!! 

Pour moi, la relation de ces deux personnages est tellement importante qu'elle porte tout le livre. Krestel et Arin sont le centre de l'attention et tout le reste gravite autour d'eux. Marie Rutkoski a vraiment imaginé un monde incroyable, porté par des personnages éblouissants. Une intrigue prenante, qui fait de ce livre, de cette trilogie, un must dans le vaste monde du YA. Il n'y a pas à dire, si vous voulez quelque chose de différent, alors n'hésitez plus. Cette saga vaut sacrément le détour. Tout est tellement bien pensé et présenté qu'on ne peut qu'adhérer.

En conclusion, je ne suis pas loin du coup de coeur pour cette superbe conclusion. Malgré la lenteur du récit, on ne s'ennuie jamais. Marie Rutkoski alterne la stratégie à la guerre, mêle amour, humour, doutes et confusion avec une main de maitre. Une fin parfaite pour une série qui l'est tout autant.


mercredi 30 mars 2016

Sword Art Online: Phanthom Bullet [SAO #3]

SAOtome3

  • Nom: Sword Art Online - Phantom Bullet [SAO #3] de Reki Kawaha
  • Lu en: français
  • Pages: 520 pages
  • Sorti le: 25 février 2016
  • Editeur: Ofelbe
  • (note de 3,5/5 en réalité)

« Bande de fous… Rappelez-vous ce nom et craignez-le… Le nom de mon arme et le mien… Death Gun ! » 
Un an après son retour dans la réalité, Kazuto Kirigaya, connu sous le pseudonyme de « Kirito, l’épéiste noir », se voit confier une mission dans le nouveau VRMMO à la mode, Gun Gale Online, pour enquêter sur la mort réelle de joueurs tués virtuellement à l’intérieur du jeu. 
Il y rencontre Shinon, une mystérieuse jeune fille déterminée à remporter le fameux tournoi Bullet of Bullets, battle royale qui déterminera le meilleur joueur de GGO. S’amorce alors pour Kirito, équipé d’un sabre laser, et Shinon la snipeuse, une chasse à l’homme mortelle dans ce monde où les révolvers ont remplacé les épées.

 separator 

Un grand merci à Ofelbe pour l'envoi de ce livre.

Étant une grande fan de SAO depuis sa découverte l'année dernière, j'attends chaque nouveau tome avec une énorme impatience. Pour autant, je me doutais que ce 3ème volume (qui reprend les 5è et 6è light novels japonais) allait moins me plaire. 

Et pour cause, je crois que le nouveau jeu présenté ne m'a pas vraiment plu. Gun Gale Online, est, comme son nom l'indique, un jeu où les armes à feu règnent. Un monde froid et calculateur, qui ne semble pas très sûr étant donné les récents événements. D'emblée, j'ai ressenti une certaine distance avec cette nouvelle histoire. L'équipe initiale de SAO ainsi que son côté fantasy/magie m'ont grandement manqué ici. De fait, j'ai eu un peu plus de mal.

Il faut dire que notre Kirito se fait voler la vedette par Sinon - ou Shino Asada de son vrai nom - une jeune fille redoutable dans GGO mais très fragile dans la vraie vie. Kawahara se consacre énormément à cette nouvelle venue et prend son temps pour développer le personnage. Malheureusement, je n'ai pas eu de sympathie pour Sinon, malgré son passé très douloureux. C'est un personnage très bien travaillé cela dit, qui présente deux facettes bien distinctes. Shino a vécu un traumatisme profond et il est intéressant de voir au fil des pages le combat de la jeune fille pour enfin passer à autre chose. Mais surtout que Shino puisse être aussi forte que son alter égo Sinon la gameuse qu'elle incarne dans GGO. 

De son côté, Kirito sera amené à entrer dans le jeu pour élucider certains mystères. Il semblerait que des Avatars se fassent tuer dans le jeu ET dans la vraie vie. Ce qui nous ramène un peu à Sword Art Online et la frontière exacte entre réel et virtuel. De ce point de vue, l'histoire est plutôt intrigante, je trouve que Kawahara a su innover et nous proposer une intrigue tournée plus vers le thriller et ainsi s'éloigner des précédents tomes. 

Kirito, qu'on connaissait surtout pour ses talents d'épéiste, va devoir s'adapter à ce monde d'arme. Clairement ce n'est pas son truc, mais ce gars là, c'est un master et très vite il s'accommedera à ce jeu. Avec Sinon, il formera un duo sympathique, mais pas aussi charismatique qu'avec Asuna. La demoiselle m'a d'ailleurs bien manqué ici, comme je le disais quelques lignes auparavant. En effet, il faut souligner que les amis de Kirito sont très peu présents, suivant uniquement la progression du jeune homme dans GGO. 

Et même si j'avais quasiment deviné qui se cachait derrière la menace, il faut cependant avouer que Reki Kawahara a réussi à me surprendre. Les révélations sont prenantes, et totalement crédibles. Avec GGO, l'auteur pose encore une fois de bonnes questions quant à notre implication dans le monde virtuel, quel qu'il soit. On sent également que la série évolue et qu'on ne parle plus que d'un simple jeu - SAO - qui aurait mal tourné à cause d'un seul et unique gars. 

Non, avec Phantom Bullet, on amorce un tournant qui promet de grandes et nouvelles aventures, avec également encore plus de questions sur l'impact du virtuel sur le monde réel.

lundi 28 mars 2016

Lady Midnight [The Dark Artifices #1] de Cassandra Clare

LM_cover

  • Nom: Lady Midnight [The Dark Artifices #1] de Cassandra Clare
  • Lu en: anglais
  • Pages: 668 pages
  • Sorti le: 8 mars 2016
  • EditeurMargaret K. McElderry Books
  • Niveau de compréhension VO: facile à moyen
  • VF: A paraitre courant 2017 chez PKJ

 It’s been five years since the events of City of Heavenly Fire that brought the Shadowhunters to the brink of oblivion. Emma Carstairs is no longer a child in mourning, but a young woman bent on discovering what killed her parents and avenging her losses. Together with her parabatai Julian Blackthorn, Emma must learn to trust her head and her heart as she investigates a demonic plot that stretches across Los Angeles, from the Sunset Strip to the enchanted sea that pounds the beaches of Santa Monica. If only her heart didn’t lead her in treacherous directions…

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

It's been a few days since I read Lady Midnight and I still don't know how to put in words what I feel toward this book. It was so awesome. I waited for it since 2 years and now that I read it, I just want to go back and read it again for the first time. Lady Midnight is a masterpiece. I don't know how to explain that but this book was like family, comfort. I felt "safe", at home. What a joy to follow Emma and Julian, now 5 years older. These characters.... it was insta-love. Yes I loved them so much. Emma because she's broken but fierce; Julian because he is sensitive with so much responsibilities. These 2 love each other but the law is hard: they can't because of their parabatai link. This is forbidden. With Lady Midnight, Cassie wrote more about feelings and love and friendship between not only Emma and Julian but between all the Blackthorn family. I really loved each of them. Each character brings something to the story. The most surprising was Mark. At first, I didn't know what to think of him. And even  if I actually don't like him at the very end of the book, he's a very interesting guy. On the other hand, the story was so so great. Its was also awesome to say hello again to Jace, Clary, Magnus.... even Jem and Tessa! Cassie introduces us to a new plot, very exciting and connected to the events that unfolded 5 years ago.  As always, Cassie is not cool with her readers, with shocking revelations. But this is how Cassie writes and this is why I love her books so much. I can't wait to read the sequel. My heart is actually broken and I already miss Julian and Emma. 

Cela fait déjà quelques jours que j'ai lu Lady Midnight et il est toujours difficile pour moi de mettre des mots sur mon ressenti. Ce livre, cela faisait 2 ans que je l'attendais. Et que vous dire? J'aimais déjà très fort les sagas The Mortal Instruments et The Infernal Devices mais Lady Midnight les surpasse encore plus. 

Des les première pages, j'étais comme à la maison. J'avais retrouvé mes marques, un univers que j'affectionne terriblement. C'était un sentiment de confort. En y repensant, Cassie a très bien fait de nous introduire le petit groupe des le tome 6 de TMI car il a été facile de se plonger dans cette nouvelle intrigue, qui se déroule 5 ans plus tard.

Julian et Emma ne sont plus des enfants. Ce sont des ados, et chacun porte de lourdes responsabilités. Si Emma se la joue plus guerrière, encore sous le choc de la perte de ses parents et habitée par une revanche incendiaire, Julian est beaucoup plus sensible. En effet, le jeune homme doit gérer beaucoup de choses à l'Institut. Entre son rôle de "père" auprès de ses jeunes frères et soeurs, son rôle de shadowhunter et aussi sa mission de garder l'Institut en état de marche, Julian est un personnage très abouti et surtout très touchant.

Entre eux, il y a une connexion spéciale, qu'on ressent directement. C'est ce que j'ai aimé particulièrement dans ce livre. Le fait que Cassie se consacre davantage sur les émotions de ses personnages, sur les liens familiaux, sur l'amitié et sur l'amour. Lady Midnight transpire de sentiments et cela vous prend aux tripes. D'autant plus que l'auteure met enfin en avant le lien qui unit deux chasseurs d'ombre: les parabatai. Emma et Julian ont prêté serment à 12 ans. Toujours proches l'un de l'autre, ils se connaissent par coeur, communiquent sans parler, savent d'avance ce que l'autre va faire, dire.... Non seulement le lien de parabatai est très fort, mais la connexion entre les deux jeunes gens est immense. Une connexion qui se transforme d'ailleurs en un amour puissant et véritable mais malheureusement interdit par la loi. 

C'est un des points essentiel au roman. On se demande pourquoi les parabatai ne peuvent s'aimer, et quand on apprend les raisons, on reste choqué. On a peur pour Emma et Julian. Parce qu'entre eux, c'est tellement beau. Comme je vous disais, Cassie a vraiment travaillé sur les sentiments et on les ressent à la puissance 1000. Et bien que Emma et Julian restent au centre, Cassie n'a pas oublié les autres personnages. La famille Blackthorn est vraiment adorable. J'ai adoré chacun des personnages, je trouve qu'ils ont tous leur place dans cette histoire. L'auteure exploite alors ici les liens familiaux, les sacrifices que cela exige, les attentes des uns et des autres, etc... tout est très abouti. Le retour d'un personnage en particulier bouleversera cet équilibre fragile, remettant en question le rôle et la place de chacun. 

Quant à l'intrigue, je l'ai trouvée passionnante. Lady Midnight est un gros pavé, mais on ne voit pas les pages défiler. L'histoire est tout aussi intéressante que ses personnages. Cassie nous introduit de nouveaux éléments, directement liés à un certain fait qui s'est déroulé 5 ans plus tôt. Très vite, on se prend au jeu de l'intrigue, curieux et sur nos gardes. Comme toujours avec l'auteure, certaines révélations sont choquantes. Et puis Cassie adore terminer sur une note dramatique ce qui m'a valu quelques insultes envers mon pauvre livre. 

Je pourrai encore en parler des heures, mais je gâcherai votre plaisir de lire. Lady Midnight fut un énorme coup de coeur. Non seulement Cassandra Clare continue de visiter un univers que nous connaissons tous, mais elle arrive à toujours plus nous surprendre. Petite mention spéciale au fait que l'on croise les anciens, pour notre plus grand bonheur. C'est qu'on se rend compte à quel point cette saga est complexe, magique, réfléchie dans les moindres détails. Ce premier tome de The Dark Artifices place la barre très haut. Ce fut une lecture magnifique qui me donne encore énormément de frissons et d'émotions.

samedi 26 mars 2016

[Cinéma] La 5ème Vague

5è vague film

 

  • Nom: La 5ème Vague
  • Genre: Science-fiction
  • Sorti le: 27 janvier 2016 (France) | 23 mars 2016 (Belgique)
  • AvecChloë Grace Moretz, Nick Robinson, Alex Roe

Quatre vagues d’attaques, chacune plus mortelle que la précédente, ont décimé la presque totalité de la Terre. Terrifiée, se méfiant de tout, Cassie est en fuite et tente désespérément de sauver son jeune frère. Alors qu’elle se prépare à affronter la cinquième vague, aussi inévitable que fatale, elle va faire équipe avec un jeune homme qui pourrait bien représenter son dernier espoir – si toutefois elle peut lui faire confiance…

J'attendais ce film avec grande, grande, grande impatience. Alors je ne vous raconte pas ma déception et ma colère quand j'ai vu qu'en Belgique il ne sortait qu'en mars, soit 3 mois après quasi tout le monde. Ma patience fut enfin récompensée et je peux dire que j'ai beaucoup apprécié ce film. Pas la sortie de l'année mais j'ai passé un très bon moment.

Ce qui m'a plu, c'est que le film soit resté fidèle au livre. J'ai lu ce dernier il y a un certain temps, mais j'ai tout de suite pu reprendre mes marques. Le fil conducteur est très bien respecté, franchement c'est une bonne adaptation! Par contre, elle n'est pas parfaite car j'ai trouvé que le film était un peu plat. Je me souvenais que durant ma lecture, j'avais ressenti beaucoup de stress, d'angoisses. Il y avait une grande tension qui émanait du livre qui est totalement absente du film. De fait, on a l'impression de suivre une succession d'événements.  Le film manque donc un peu de profondeur. Les 4 premières vagues sont expliquées très - trop - vite, on ne saisit pas les enjeux réels de cette invasion. L'émotion est aussi absente, dommage. 

Par ailleurs, si l'histoire manque d'adrénaline - on a parfois l'impression que Cassie et Evan font une marche rapide dans la forêt tant on ne ressent pas la traque ou la peur - j'ai bien aimé les acteurs. Mention à Chloé et Alex, alias Cassie et Evan que j'ai trouvés très convaincants. Cassie porte un peu le film à elle toute seule, il faut le reconnaitre! Quant à Evan, je suis encore plus fan de ce personnage! Ses moments de combat sont excellents, on sent qu'il n'est pas comme tout le monde....Et puis, dois-je mentionner que ce gars là est canon? En ce qui concerne l'unité de Zombie avec Nuggets, Teacup et Ringer, j'ai pas été très convaincue. J'aimais déjà pas trop Nick Robinson - qu'on retrouve dans Jurassic World - mais ça se confirme ici aussi. Ce type est juste hyper mono-expressif! Par contre, je redoute le second film car Ringer va être mise fortement en avant et je n'aime pas vraiment ce personnage... 

La bande son m'a vraiment plu également. Le film commence d'ailleurs très bien, marqué par une ambiance qui se veut inquiétante. Excellent choix des musiques, au bon moment. Visuellement, le côté post-apocalyptique était sympa, mais je pense qu'on aurait pu avoir mieux. Les effets du Tsunami n'étaient pas de grand niveau, par exemple. On avait parfois l'impression de faire une promenade dans une ville abandonnée, sans plus.  

Pour autant, j'ai passé un très bon moment, le film se regarde facilement, on est pris dans l'histoire des les premières minutes et on ne voit pas le temps passer. Clairement, il lui manque un petit quelque chose à ce film pour le qualifier de bombe, mais il vaut le détour quand même. Au final, j'en ressors plutôt contente, j'espère que la suite nous promettra un peu plus de tensions et surtout, de psychologie!

vendredi 25 mars 2016

{En bref} Immaculée de Katelyn Detweiler

immaculee

  • Nom: Immaculée de Katelyn Detweiler
  • Lu en: français
  • Pages: 404 pages
  • Sorti le: 17 mars 2016
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Immaculate en mai 2015
  • / Abandon

Mina a dix-sept ans. Elle est vierge. Et enceinte. Première de classe, bien dans sa peau et dans sa famille, Mina sort avec le garçon le plus ambitieux du lycée. Mais le jour où elle se découvre enceinte – alors qu'elle n'a jamais fait l'amour –, son monde bien ordonné chavire. Personne ou presque ne croit en sa virginité. Pour son père, le coupable est son petit ami ; ce dernier, lui, est persuadé qu'elle l'a trompé. L'histoire de la grossesse de Mina va se répandre comme une traînée de poudre. Pour certains elle est une hérétique, tandis que, pour d'autres, les miracles sont possibles et l'enfant à naître de Mina sera le plus grand de tous... Et vous, dans quel camp vous rangerez-vous ?

 separator 

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Je suis extrêmement peinée d’avoir dû abandonner cette lecture car ce n’est pas dans mes habitudes, même quand j’ai du mal avec un roman, j’essaie de le terminer. Mais avec Immaculée cela s'est avèré impossible.

Il y a plusieurs raisons à mon abandon, la principale c’est l’héroïne, Mina, qui est insupportable. J’ai jamais autant vu un personnage parler de lui à la troisième personne en un seul chapitre. Deuxième point concernant Mina, c'est son égoisme, tellement obnubilée par son nombril. Au départ on se dit que ce n’est pas grave mais en réalité ça devient très vite horripilant.

La seconde raison de mon abandon c’est le style de l’auteure… En soi, ce n’est pas mal écrit au contraire, c’est très bien expliqué mais c’est aussi très plat, j’ai trouvé les 200 pages que j’ai lues sans aucune saveur. Pourtant le sujet du livre m’intéressait, je le trouvais innovant et original mais malheureusement ce ne fut pas assez pour maintenir mon intérêt et mon attention….

Pour terminer, peu importe le personnage, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux, ni à éprouver de l’affection à leurs égards. Les personnages sont lisses et pas très recherchés. Pour en revenir à Mina, elle accuse les gens sans avoir de preuves.  C’est difficile de vous en dire plus sur mon choix d'abandon sans vous spoiler l’histoire, mais clairement Immaculée n’est pas un roman pour moi.

Chronique rédigée par Olivia. 

*** 

Note: {En bref} présente en quelques petites lignes mes avis sur des lectures que je n'ai généralement pas pu terminer. Cela me permet de donner un court ressenti sur ces romans qui n'ont pas pu m'embarquer dans leur univers.

mercredi 16 mars 2016

La carte du destin [La Conspiration #2] de Maggie Hall

carte du destin

  • Nom: La carte du destin [La conspiration #2] de Maggie Hall
  • Lu en: français
  • Pages: 414 pages
  • Sorti le: 17 mars 2016
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Map of Fates en mars 2016

Deux semaines. C'est le temps qu'il a fallu pour que la vie d'Avery bascule du tout au tout. En l'espace de deux semaines, elle a découvert qu'elle était l'héritière d'une puissante société secrète connue sous le nom du Cercle et que sa mère était l'otage des ennemis du Cercle. Elle est aussi tombée amoureuse d'un garçon qu'elle n'a pas le droit d'aimer au moment même où elle apprenait qu'un autre lui était destiné, à son cœur défendant. À présent, Avery traverse les océans à bord d'un jet privé, à la chasse aux indices qui lui permettront de lever le voile sur la vraie nature du Cercle, condition sine qua non pour que sa mère et elle reprennent leur liberté avant qu'il ne soit trop tard. Les deux garçons sont à ses côtés : Jack, fiable, loyal et bien décidé à l'aider, quitte à négliger sa propre mission ; et Stellan qui, jour après jour, se rapproche d'elle, lui faisant remettre en question toutes ses certitudes. Mais à l'issue d'une course contre la montre qui mène Avery des îles grecques au tapis rouge de Cannes, une découverte vient tout chambouler, menaçant les fondations mêmes du monde. Voilà Avery forcée d'affronter la vérité en face : les membres du Cercle sont à mille lieues d'être ce qu'ils prétendent.

 separator 

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

La carte du destin s'est révélé être une très bonne lecture, si vous vous souvenez bien de mon avis sur le premier tome, j’avais apprécié mais j’avais trouvé que La conspiration avait beaucoup de faiblesses, et qu’elles étaient très visibles. Alors imaginez un peu ma surprise lorsque j’ai ouvert ce second tome et que j’ai tout de suite accroché à l’histoire !

Nous retrouvons Avery, Jack et Stellan très peu de temps après la fin de La Conspiration. La première chose qui m’a marquée et que j’espérais vraiment, c’est l’évolution de la psychologie des personnages. Avery m’a vraiment plu, moins cruche et plus réfléchie, elle est de ce fait moins pénible à suivre. Bon, bien sûr à des moments je la trouvais vraiment énervante mais pas comme dans le premier tome, où elle me faisait lever les yeux au ciel toutes les deux pages. Les autres personnages sont aussi plus travaillés, notamment celui de Stellan: dans le premier roman il était la caricature même du beau gosse un peu (beaucoup) bad boy. Mais dans La Carte du destin, on découvre que c’est un personnage bien plus profond et qui se révèle assez sensible.

Niveau action, ce livre dépote, on entre directement dans le vif du sujet et si je trouvais que l’on voyageait déjà pas mal dans le premier tome, le second nous offre un tour du monde incroyable. Le suspense est beaucoup plus maitrisé, certains faits sont encore prévisibles mais j’ai été plusieurs fois stupéfaite par la tournure des évènements, surtout dans les derniers chapitres. Une excellente fin, qui me fait attendre avec impatience la suite.

J’ai eu une autre très bonne surprise au niveau de la romance cette fois. Dans le premier tome, je l’ai trouvée sincèrement lourde et inutile à la progression de l’histoire. Dans La Carte du Destin, la romance prend une tournure vraiment inattendue et du coup, je ne peux pas m’empêcher de me demander comment ça va évoluer. La fin du livre est insoutenable à tel point que je me demandais s’il ne manquait pas des pages à mon exemplaire, alors que j’étais soulagée d’avoir fini le premier tome de la conspiration , le second volume de la série m’a laissée stressée et en attente concernant le troisième tome.

Je suis vraiment ravie que ce second tome soit bien meilleur que le premier, ce fut une lecture vraiment prenante et si je ne l’ai pas fini en une journée ou deux c’est simplement que j’avais pas mal de travail pour la fac à côté. La Carte du Destin a répondu à toutes mes attentes et m'a rendue vraiment impatiente à l’idée de lire la suite. Je vous le recommande grandement même si vous n’avez pas apprécié son prédécesseur. La conspiration semble faire partie de ces séries qui se bonifient au fil des tomes.

Chronique rédigée par Olivia.