► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
vendredi 15 juin 2018

Glitter de Aprilynne Pike

glitter

  • Nom: Glitter de Aprilynne Pike
  • Lu en: français
  • Pages: 364 pages
  • Sorti le: 18 avril 2018
  • Editeur: Dreamland
  • VO: paru sous le nom Glitter le 25 octobre 2016
  • Premier tome d'une duologie

Au 22e siècle, le château de Versailles a été racheté par une multinationale et il est désormais habité par une Cour vivant dans la frivolité et le luxe; comme au 18e siècle. À un détail près : des robots s’assurent que tout le monde obéit aux règles imposées par le « roi ». Malgré le confort et l’extravagance de la Cour, la jeune Danica rêve de fuir cette prison dorée et cette vie. D’autant qu’à ses 18 ans, dans 6 mois, elle devra se marier avec l’effrayant souverain de Versailles, qu’elle le veuille ou non. Sa porte de sortie ? Trouver assez d’argent pour franchir les grilles de Versailles et rejoindre le monde réel. Elle commence alors à vendre clandestinement du « Glitter », cette drogue tellement puissante qu’une simple pincée provoque une totale addiction. Mais à la Cour, les secrets sont, comme autrefois, impossibles à garder bien longtemps… Elle est prête à tout pour échapper à son destin doré.

114149306

Il faut savoir que c'est la première fois que je lis du Aprilynne Pike et que les avis sont partagés voire mauvais sur ses romans. Mais Glitter m'a fait de l'oeil grâce à sa couverture pétante et à son résumé tentateur. Disons que le mélange château de Versailles dans un univers futuriste au 22ème siècle m'a de suite intriguée.

Pour vous situer un peu, il faut s'imaginer que Versailles a été racheté par une multinationale Sonoma Inc suite à une période de famine mondiale dans laquelle la France s'est endettée. Le château a été racheté par le PDG et c'est le fils, le nouveau "roi" qui hérite du domaine. Nous sommes au 22ème siècle et comme toute société futuriste, il y a des nanorobots et une Intelligence Artificielle qui gèrent la maintenance, la sécurité et l'entretien du château et de ses occupants. A l'extérieur donc, la vie a suivi son cours avec l'émergence des technologies et d'un trafic de drogue profitable. A l'intérieur du château, on vit comme au 18ème siècle sous l'égide du Roi Louis XIV avec ses fastes, ses frasques, ses bals, son luxe et ses hypocrisies. Les gens se comportent comme à la cour du Roi, mangent, parlent, s'acoquinent comme à l'époque dans des décors baroques et roccoco. Le contraste est plutôt bien travaillé.

Pour l'héroïne Dani, 17 ans et demi, cette société est oppressante surtout qu'elle a malencontreusement assisté à un accident qui pourrait mettre en péril l'autorité et le pouvoir de Justin. Sa mère complote avec ce dernier pour que Dani l'épouse à ses 18 ans, en échange de son silence et de son soutien politique. Danica ne souhaite en aucun cas être l'épouse d'un homme pervers, sournois, violent et autoritaire... elle met en place un plan de survie, un projet d'évasion...

Et bien total coup de coeur pour ce premier tome que j'ai adoré. Je ne sais pas si je suis bon public ou pas mais je crois bien être la seule à avoir complètement kiffé et été bluffée par la fin. Franchement dès le prologue, c'est addictif, le rythme est fluide et efficace, l'écriture simple et je n'ai eu aucun mal à rentrer dans l'histoire. Le contraste de Versailles dans un monde futuriste m'a rappelé des intrigues comme Hunger Games (pour l'extravagance des tenues vestimentaires et la technologie), Le Joyau et La sélection, Les Belles pour ses intrigues dites "royales".

Pour moi l'univers fonctionnait bien mais ce qui m'a le plus plu ce sont les personnages, notamment celui de Saber qui va montrer à Dani qu'elle ne vise pas une bonne voie. On suit Dani dans la mise en place de son plan, brillant, judicieux, habile mais pas aux conséquences désastreuses et on sent qu'elle va forcément se planter à un moment donné mais sans vraiment savoir comment. Il y a pas mal de suspense et un côté thriller stratégique qui m'a énormément tenu en haleine. Je me demandais toujours si Dani allait pouvoir s'échapper et mener à bien son évasion. Mais quand on voit comment l'étau se resserre sur elle et cette fin m'a fait hurler de frustration.

J'ai trop envie de savoir la suite et je n'imaginais pas de tels rebondissements. Pour moi, Glitter, malgré le message pas forcément positif sur le trafic de drogue (la poudre Glitter), reste un roman Young Adult bien mené, avec des temps forts, des personnages cohérents et un univers pas forcément original mais prometteur avec de bonnes idées. Il a du potentiel et si l'auteure écrit un second tome à la hauteur alors cette série pourra sortir du lot. 


En bref, l'univers de Glitter a totalement fonctionné avec moi! C'était génial et si l'auteure respecte scrupuleusement les ficelles d'un young adult d'anticipation, dans un Versailles futuriste, il y a de nombreux rebondissements bien sentis et un rythme efficace. La lecture est addictive et franchement j'ai passé un super moment!!

chronique_lael


mercredi 13 juin 2018

[Cinéma] Jurassic World 2: Fallen Kingdom

jurassic world

  • Nom: Jurassic World 2: Fallen Kingdom
  • Avec: Chris Pratt, Brice Dallas Howard, Rafe Spall
  • Genre: Aventure
  • Sorti le: 6 juin 2018

Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l'île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.  Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l'île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire.

J'attendais Jurassic World Fallen Kingdom avec impatience. Il faut dire que son prédécesseur m'avait beaucoup plu, offrant un bel hommage à la première trilogie, tout en s'adaptant à notre ère moderne. C'était un pari réussi, du grand spectacle, mais toujours avec cette petite pointe d'adrénaline et d'appréhension. Je m'attendais à retrouver ces aspects dans ce second volet, mais autant vous dire que je suis bien déçue.

Tout commence pourtant bien, Claire retrouve Owen pour aller sauver les dinosaures de l'île. Une noble cause, surtout que le sponsor garantit un nouveau hâvre de paix. De quoi ravir la jeune femme, qui s'investit beaucoup dans la sauvegarde de ces animaux préhistoriques. Mais déjà, une première incohérence tombe: pourquoi avoir construit un parc qui était en plus fonctionnel, sur une île volcanique? Le risque zéro n'existant pas, cette erreur est impensable. Mais c'est un film, et un très bon prétexte pour conduire l'intrigue. 

Cette première partie a été beaucoup trop courte à mon goût. Les dinosaures sur l'île, c'est ce qui fait la saga Jurassic Park/World. Jusqu'ici, on a toujours été habitué à cette ambiance particulière, plus sauvage et voilà qu'on en est arraché. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si rapide dans l'exécution, comme par hasard, l'équipe débarque quand le volcan est à son apogée. Il faut donc faire vite, trop vite qu'on est déjà reparti. 

On se demande alors vers quelle genre d'ambiance le film va se diriger. Les dinos ramenés chez nous, à quoi vont-il bien servir? Car derrière la noble cause de la sauvegarde, une vérité éclate: il s'agit d'acquérir les dinosaures. Comment l'être humain, conduit par l'argent, ne peut-il pas penser au-delà et se rendre compte que les dinosaures ne sont pas compatibles avec nous? Qu'une cohabitation est impossible? Pourquoi vouloir les utiliser encore pour la guerre? C'est à se demander ce que ces acheteurs ont dans le crâne tant c'est ridicule. Comme si les dinosaures pouvaient être contrôlés. 

jurassic world image

Mais alors qu'on tombe un peu dans le grotesque scénaristique, les choses ne s'arrêtent pas en si bon chemin! Le méchant est aussi méchant que con, Henry Wu n'a toujours pas capté que de créer des dinos encore plus dangereux ne l'aidera pas, et les hommes ne se méfient décidément pas assez pour s'en rendre compte. Pire! Une sous intrigue voit le jour et qui, à mon sens, n'avait pas vraiment sa place.

De fait, les personnages manquent cruellement de consistance. J'avais beaucoup aimé Owen et Claire dans Jurassic World, mais ici, il m'a semblé ne voir que leur ombre. Rien n'est fait pour vraiment développer leur personnalité, le réalisateur se concentrant sur l'action qui s'enchaine à vitesse grand V. C'est sur, on ne s'ennuie pas, mais les personnages en prennent un coup. On sait déjà d'avance qui se fera manger et qui se fera sauver. 

Malgré les effets visuels magnifiques, c'est un film sans surprise, sans rebondissements, sans adrénaline que j'ai visionné. Pourtant l'ambiance avait tout pour plaire. Un manoir, la nuit, comme décor, de quoi faire frissonner! Mais c'est tellement prévisible qu'on en lève les yeux au ciel. Dommage, car cette volonté de se détacher des précédents volets est louable, cela apporte un peu de renouveau, sans toutefois arriver à se démarquer. 

La seule chose qui m'intrigue, c'est de voir comment la suite va être construite, notamment avec Blue qui sauve un peu tout le monde. Ce volet est peut être de transition, de ce fait, le troisième pourrait être grandiose avec les éléments dont on dispose; il faut juste croiser les doigts pour que ce soit bien exploité pour offrir un final réellement explosif et de qualité.


En bref, je ne cache pas ma grande déception face à ce deuxième volet de Jurassic World. Je salue l'effort d'avoir voulu briser les codes que l'on connait depuis Jurassic Park mais l'exécution n'a aucun sens ni profondeur. Ce film démontre que l'être humain se prend pour Dieu et c'est plutôt désolant. Malheureusement, malgé des effets visuels époustoufflants, le scénario ne m'a pas convaincue, je n'y ai retrouvé aucune surprise, ni stress, ni adrénaline. Jurassic World Fallen Kingdom, ou comment banaliser les dinosaures à de simples animaux.

jeudi 7 juin 2018

[Cinéma] Tomb Raider

tomb raider

  • Nom: Tomb Raider
  • Avec: Alicia Vikander, Dominic West, Daniel Wu
  • Genre: Aventure
  • Sorti le: 14 mars 2018

Lara Croft, 21 ans, n'a ni projet, ni ambition : fille d'un explorateur excentrique porté disparu depuis sept ans, cette jeune femme rebelle et indépendante refuse de reprendre l'empire de son père. Convaincue qu'il n'est pas mort, elle met le cap sur la destination où son père a été vu pour la dernière fois : la tombe légendaire d'une île mythique au large du Japon. Mais le voyage se révèle des plus périlleux et il lui faudra affronter d'innombrables ennemis et repousser ses propres limites.

J'ai longtemps été une grande fan de Lara Croft, aussi j'avais plutôt bien apprécié les films tirés de la franchise. Angelina Jolie m'avait assez bien convaincue dans le rôle, de même que ses aventures, même si j'avoue que certains effets spéciaux ont mal vieilli. Je ne m'attendais pas à un reboot, mais basé sur le même reboot du jeu, je me suis dit, pourquoi pas?

Avec ce Tomb Raider, on découvre vraiment une autre facette de Lara. Elle est jeune, sans ambition mais est persuadée que son père est toujours en vie. Alors qu'elle s'apprête néanmoins à signer un document attestant sa disparition, Lara se voit remettre un objet spécial qui lui délivre un message tout aussi spécial. Une sorte de code, la menant tout droit dans le repère caché de son père... Le choc est grand, de même que les découvertes. 

Avec cette nouvelle aventure, je n'ai absolument pas vu le temps passer! Je ne m'attendais pas à accrocher autant! Je trouve que le film ne souffre pas de longueurs, il n'y a aucun temps mort, on est toujours tenu en haleine. Niveau de l'action, elle arrive à certains moments stratégiques, pour que l'adrénaline soit maintenue. C'es pour moi le gros point fort du film. Le côté aventure est largement respecté et on est complètement dépaysé. 

tombraider-teaser-08f219c2afc18dce

Le scénario  quant à lui, est plutôt banal même si la légende japonaise a le mérite d'être originale. Je veux dire par là, qu'il n'y a pas vraiment de surprises. Quelques passages sont aussi grotesques et enlèvent un peu le réalisme au film. Je veux bien que Lara s'entraine à la boxe et soit plutôt fortiche à vélo, mais ses démonstrations de force sont impressionnantes. Je ne sais même pas si c'est humainement possible de tenir autant que Lara mais il faut bien admettre que la jeune femme envoie du lourd.

J'ai beaucoup apprécié Alica Vikander dans ce rôle, elle n'en fait pas des tonnes et à l'image de son personnage, elle est plutôt charismatique. J'espère qu'il y aura une suite pour qu'on puisse la voir évoluer. Par contre, je n'ai pas été super emballée par les rôles secondaires, à l'exeption de Daniel Wu l'interprète de Lu Ren. Ce personnage avait pas mal de potentiel et je l'aurai bien vu comme un véritable partenaire de Lara mais il semblerait que la jeune femme fasse route en solitaire. Dominic West et Walton Goggins jouent leur personnage du père de Lara et du grand méchant avec juste ce qu'il faut, mais rien de bien transcendent pour être réellement retenu. 

Si globalement le film ne surprend pas, il m'a tout de même bien plu car il se regarde avec facilité. Les décors, l'ambiance, tout y est pour passer un bon moment, avec une bande son assez discrète mais bien foutue. Que dire, l'action prime sur la logique, j'ai beaucoup aimé!


En bref, ce reboot de Lara Croft ne séduit pas pour son originalité mais bien pour l'aventure et l'action qui ne faiblissent jamais. Porté par une Alicia Vikander plus qu'en forme, Tomb Raider tient toutes ses promesses d'un blockbuster américain: on ne voit pas le temps passer! J'ai beaucoup apprécié l'univers même s'il ne m'a pas surpris, je me suis attachée à cette nouvelle "version" de Lara. J'espère qu'il y aura une suite pour la voir évoluer. 

samedi 2 juin 2018

La collision des mondes [Le pays des contes #6] de Chris Colfer

la collision des mondes

  • Nom: La collision des mondes [Le pays des contes #6] de Chris Colfer
  • Lu en: français
  • Pages: 335 pages
  • Sorti le: 24 mai 2018
  • Editeur: Michel Lafon
  • VO: paru sous le nom Worlds Collide le 11 juillet 2017
  • Tomes antérieurs: Tome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - Tome 5

Alex a disparu ! Pire, le sortilège de la sorcière Morina l'a transformée en enchanteresse maléfique. Cela ne pouvait tomber plus mal, car la brèche entre le Pays des contes et notre monde est désormais ouverte : héros comme vilains peuvent passer de l'un à l'autre selon leur bon vouloir. Alors que New York découvre avec stupeur l'existence de la magie, Conner, aidé de Rouge, Boucle d'or, Jack et de son armée littéraire, doit à tout prix libérer sa sœur. Car seuls les jumeaux peuvent affronter la plus grande menace qui ait jamais existé. Une menace qui plane de toute sa noirceur sur l'ensemble les mondes...

114149306

Je crois que ma chronique va être courte parce que ce serait vous spoiler un dernier tome de série, et comme vous vous en doutez, sur 6 tomes, il se passe énormément de choses. Avec la collision des mondes, le pays des contes et notre monde entrent en guerre et la bataille s'annonce bien rude, surtout avec Alex sous l'emprise d'un sort. Mais Conner n'a pas dit son dernier mot et fera tout pour sauver sa soeur...

Avec une intrigue pareille, difficile de s'ennuyer! Tous les méchants sont prêts à découvrir notre monde, à commencer par New York, où un pont s'est formé avec le pays des contes. Nos amis n'ont pas de temps à perdre pour arrêter les sorcières et l'armée de la littérature avant que ceux-ci ne détruisent tout. C'est donc une course contre la montre qui s'enclenche et croyez moi, le rythme est sacrément soutenu. Chris Colfer ne s'embarrasse pas de futilités, il va droit au but et l'action tient toutes ses promesses. 

Au-delà de cette intrigue finale à grand spectacle, l'auteur a insufflé un énorme vent de nostalgie. Des les premières pages, je me suis sentie très émue par le prologue qui nous rappelle d'une manière assez inattendue, toutes les aventures passées. C'est riche en émotion, et, à travers les mots de Conner, j'ai ressenti les propres mots de Chris Colfer. Je suis certaine que l'auteur était tout aussi submergé que moi en écrivant ce passage. 

Tout au long du livre, on vit cette nostalgie, avec des clins d'oeil, ou tout simplement par cette magie et cette amitié qui relie les personnages. Jack, Boucle d'or, Rouge, Grenouille, les jumeaux... ensemble ils auront tellement vécu et ça se ressent terriblement. J'adore ce genre de connexion très forte entre des personnages. C'est fou l'évolution qu'il y a eu en 6 tomes!

Et puis il y a Alex et Conner, une soeur, un frère, qui s'aiment tellement, qui feraient tout l'un pour l'autre. C'est un duo fantastique, qui aura grandi, murî sans que leur lien ne change. Un amour fraternel si sincère, c'est si beau! 

Voilà, je peine à mettre plus de mots parce que c'est une série vraiment magique, qui m'aura fait rêver, qui aura bien évolué et qui sera passée à la vitesse de l'éclair. Je ne peux que vous la conseiller si vous appréciez ce genre d'univers, surtout quand les tomes sont repartis sur plusieurs années, cela donne encore plus de crébilité à l'ensemble.


En bref, je me sens déjà totalement nostalgique de cette série. J'avoue ne pas avoir vu les 6 tomes passer, ils étaient chacun fantastique, apportant leur lot d'aventure, d'action et de sentiments. Ce 6ème et dernier tome ne déroge pas à la règle, je dirai même que ce sentiment nostalgique est accentué à la puissance mille, comme si l'auteur lui-même avait autant de mal que nous! Avec la Collision des mondes, Chris Colfer nous offre un très beau final et clôture sa série comme il se doit.

jeudi 31 mai 2018

Stormcaster [Shattered Realms #3] de Cinda Williams Chima

stormcaster

  • Nom: Stormcaster [Shattered Realms #3] de Cinda Williams Chima
  • Lu en: anglais
  • Pages: 535 pages
  • Sorti le: 3 avril 2018
  • Editeur: Harper Collins
  • VF: pas d'infos
  • Tomes antérieurs: Tome 1 - Tome 2 

Vagabond seafarer Evan Strangward can move wind, waves, and weather, but his magical abilities can’t protect him forever from the brutal Empress Celestine. As Celestine’s relentless bloodsworn armies grow, Evan travels to the Fells to warn the queendom that an invasion is imminent. If he can’t convince the Gray Wolf queen to take a stand, he knows that the Seven Realms will fall, and his last sanctuary will be destroyed. Among the dead will be the one person Evan can’t stand to lose. Meanwhile, the queen’s formidable daughter, Princess Alyssa ana’Raisa, is already a prisoner aboard the empress’s ship, sailing east. Lyss may be the last remaining hope of bringing down the empress from within her own tightly controlled stronghold.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

 It's been a few days since I finished this book but just thinking about it, I'm still amazed by the talent of Cinda Williams Chima. She confirms with this third book how crazy this series is and totally addictive. In Stormcaster, Chima begins her story by telling us about Evan, a pirate met furtively in the first book. I admit that I appreciate this writing style because it allows us to learn to know the characters. After Ash and Jenna in Flamecaster, Lyss and Hal in Shadowcaster, it's Evan's turn to become one of the main characters. During the first chapters, we meet the young man and his rather interesting career, already linked to current events. Indeed, Evan is no stranger to the threat that represents Celestine. What I really appreciated is that Evan's story ends up joining the main plot. We find the other characters mentioned above and it's a real pleasure. I admit having my favorite ones like Hal and Lyss, but I was happy to find Ash again. As I said, all the protagonists bring a piece to the big puzzle and everyone has a specific role to play. What's great is that they are all eventually linked in one way or another. And since they are scattered all over the Realms, we also travel a lot. As for the plot, it advances at its own pace, being very detailed according to the many points of view, and we always dread the turnaround that we do not see coming. Even if the action is not predominant, there are so many things going on that you do not get bored for a second. I am admiring the author to offer us a novel of this quality.

Cela fait quelques jours que j'ai terminé cette lecture mais rien que d'y penser, je suis toujours autant époustouflée par le talent de Cinda Williams Chima. Elle confirme avec ce troisième tome combien cette série est dingue et totalement addictive.

Dans cet opus, Chima commence son histoire par nous conter celle d'Evan, un pirate rencontré furtivement dans le tout premier tome. J'avoue que j'apprécie ce mode opératoire car il permet d'apprendre à connaitre les personnages. Après Ash et Jenna dans Flamecaster, Lyss et Hal dans Shadowcaster, c'est au tour de Evan de tenir la vedette et de devenir un des personnages principaux.

Durant les premiers chapitres, on fait la connaissance du jeune homme et de son parcours plutôt intéressant, déjà lié aux événements actuels. En effet, Evan n'est pas étranger à la menace que représente Célestine, de même qu'il connait très bien le soldat Destin Karn... J'avoue que je ne m'attendais pas à ce que ce dernier soit également mis en valeur mais j'ai fortement apprécié la démarche. Jusqu'à présent, je n'aimais pas trop Karn Junior qui me semblait froid et calculateur. Or le jeune homme agit selon un code et se révèle bien plus attachant que prévu. 

Ce que j'ai fortement apprécié c'est que l'histoire de Evan finit par rejoindre l'intrigue principale qui suit son cours. On retrouve alors les autres personnages cités précédement et c'est un vrai bonheur. J'admets avoir mes petits préférés comme Hal et Lyss, mais j'ai été contente de retrouver Ash, grand absent du second tome.  Comme je vous le disais, tous les protagonistes apportent une pièce au grand puzzle et chacun a un rôle bien précis à jouer. Ce qui est génial, c'est qu'ils sont finalement tous liés d'une manière ou d'une autre. Et comme ils sont tous dispersés aux quatre coins des Royaumes, on voyage également beaucoup. 

Quant à l'intrigue, elle avance à son rythme, étant très détaillée selon les nombreux points de vue, et on redoute toujours le retournement de situation qu'on ne voit pas venir. Même si l'action n'est pas prédominante, il y a tellement de choses qui se déroulent qu'on ne s'ennuie pas une seconde. Je suis admirative de l'auteure de nous offrir un roman de cette qualité.

Et pour ne rien gâcher, le style de Chima est aussi magique que son histoire. C'est fluide, agréable et très travaillée, en fonction des personnages qui présentent chacun une personnalité propre. Je dis chapeau!


En bref, j'ai adoré ce troisième tome qui me confirme à quel point cet univers est dingue, complexe et travaillé! Je suis époustouflée par Cinda Williams Chima qui fait preuve d'un grand talent avec cette histoire. Tous les personnages sont intéressants et grâce à chacun, nous avons droit à une vision très large des enjeux. C'est spectaculaire et bien mené, tant tout est relié. J'ai tellement hâte de lire le 4ème et dernier tome!


mercredi 30 mai 2018

Marqués [Skin Books #1] de Alice Broadway

marques

  • Nom: Marqués [Skin Book #1] de Alice Broadway
  • Lu en: français
  • Pages: 300 pages
  • Sorti le: 7 juin 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom Ink le 2 février 2017
  • Premier tome d'une trilogie

Qui était le père de Léora ? Après la mort de ce dernier, la jeune fille souhaite célébrer la mémoire de cet homme qu’elle a toujours admiré. Mais, lorsqu’elle découvre que des passages du livre retraçant sa vie sont incomplets ou faux, Léora commence à douter. De plus, un tatouage représentant une corneille dénonce son père comme coupable d’un crime…

114149306

Marqués est un roman qui me faisait envie depuis sa sortie VO, notamment grâce à sa sublime couverture. J'avoue que je ne m'attendais pas à le voir traduit, mais je n'ai pas hésité quand l'occasion s'est présentée de le lire un peu en avance. Marqués est un roman spécial, qui m'a laissée plus mitigée que je l'aurai voulu.

 Commencons cependant par ses bons points. Marqués est un roman dystopique comme j'en avais plus lu depuis un moment. L'univers est très original et unique en son genre. Vraiment, je peux dire que j'ai été surprise et plutôt embarquée par ces croyances liées aux tatouages. M'étant faite tatouée il y a peu, j'ai sincèrement apprécié tout ce contexte, les questions liées aux tatouages, ce qu'ils représentent, pourquoi celui là et pas un autre, le message qu'ils feront passer et ce qu'ils disent de nous. Mais plus encore, quand une personne quitte ce monde, sa peau tatouée devient livre, afin qu'on se souvienne d'elle. Toute cette dimension m'a intéressée et m'a permise de m'accrocher au roman.

Et si les tatouages représentent la vie de cette société particulière, elle est néanmoins confrontée à certaines légendes ancestrales et surtout aux Immaculés, ces gens non tatoués qui seraient dangereux car dénués d'âme. Un concept original donc mais là où ça coince, c'est la pensée manichéenne des personnages qui n'arrivent pas à concevoir que tout ne peut pas être blanc ou noir, mais que des nuances existent.

C'est principalement cette pensée qui m'a gênée, et qui reflète bien notre héroine Leora. La jeune fille vient de perdre de son père et se pose des questions quant à son livre. Lorsque celui-ci est confisqué, Leora sent qu'on lui cache des choses mais est bien loin de se douter de la vérité. Une quête commence alors pour elle, avec des rencontres pas tout à fait anodines. 

Leora est donc un personnage que je n'ai pas apprécié, car elle n'évolue pas beaucoup. Je l'ai trouvée parfois trop egocentrique et surtout, très fermée d'esprit. Cette vision des choses tranchée ne m'a pas plu et de fait, je n'ai absolument pas pu m'attacher à elle. J'aurai aimé que Leora puisse accepter que son petit monde est bien plus vaste, qu'il y a des causes qui méritent qu'on se batte pour elles, quitte à prendre des risques. Les autres personnages n'ont malheureusement pas relevé le niveau, même si certains se révèlent être plus intéressants au fil des pages. 

Quant à la plume de l'auteure, elle ne m'a pas réellement séduite, avec son ton distant et narratif. J'avoue que les premiers chapitres sont assez déprimants en plus d'être déroutants et que j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Heureusement que l'univers de Alice Broadway est suffisamment travaillé pour nous tenir intrigués.


En bref, si je n'ai pas été séduite par les personnages et leur vision manichéenne du monde ainsi que par la plume de l'auteure, j'avoue que j'ai adoré tout l'aspect relié aux tatouages et ce qu'ils signifient. L'élément dystopique est réellement intéressant et suffisamment travaillé pour en faire un univers original. Bien que je me sente mitigée par cette lecture, je vous encourage tout de même à lui donner sa chance, son ambiance unique et mystérieuse pourrait vous plaire.

mardi 29 mai 2018

Les gardiens des secrets de Trenton Lee Stewart

les gardiens

  • Nom: Les gardiens des secrets de Trenton Lee Stewart
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 19 avril 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom The Secret Keepers le 27 septembre 2016
  • Tome Unique

Au lieu d'aller à l'école, Ruben préfère mille fois explorer la Nouvelle-Ombrie. Parcourir les ruelles désertes, escalader les façades, se faufiler dans les moindres passages... Jusqu'au jour où il se retrouve coincé au sommet d'un immeuble abandonné et découvre une montre ancienne. Ruben n'est pas au bout de ses surprises : véritable trésor, cet objet suscite la convoitise de bien des gens, et donne à son porteur le pouvoir d'invisibilité... Ruben et sa complice d'aventure, Penny, vont devoir protéger leur trouvaille, coûte que coûte...

114149306

Les gardiens des secrets me faisait vraiment envie avec sa couverture magnifique qui invite à l'évasion, au monde marin, à un mystérieux phrare, le tout avec des étoiles réhaussées de vernis sélectif doré. Le résumé est également très tentant et promet une chouette aventure. En effet, Les gardiens des secrets nous invitent dans un univers de magie, de trésors, de montre aux pouvoirs exceptionnels, de suspense et de mystères dangereux.

Ruben fait volontiers l'école buissonnière pour aller explorer les recoins de la Nouvelle-Ombrie, escalader les façades et les petits passages cachés. Puis un jour, Ruben fait une découverte alors qu'il est coincé en haut d'un immeuble : une montre ancienne avec une inscription notée : "Ph.P. William". Il ne sait pas qu'il vient de faire une découverte exceptionnelle mais dangereuse car la montre est un objet convoité par des gens mal intentionnés dont un dictateur nommé la Fumée, dont on ne sait vraiment si il est humain.  

Je trouve que la quatrième de couverture en dit trop et vous spoile sur les 150 premières pages du roman mais j'ai pris plaisir à faire connaissance avec Ruben qui s'avère être un héros attachant mais pas très réfléchi. Disons qu'il en fait un peu trop à sa tête et cela va lui valoir une fuite effrénée pour échapper à plusieurs ennemis dont mes préférés sont les étranges Directions, des hommes qui patrouillent dans la ville en formation de triangle et qui font office de collecteurs d'impôts et de taxes. Ruben va tout faire pour sauvegarder sa découverte et passer inaperçu pour mener à bien son enquête à savoir à qui appartient cette montre magique.

La lecture est captivante, le récit est fluide et efficace, teinté parfois de petits passages poétiques. Car avec cette milice qui sévit dans cette ville, les journées sont moroses, tristes et oppressantes. La découverte de Ruben est une bouffée d'air frais qui va lui permettre de plonger au coeur d'une aventure faite de secrets. L'ambiance et la tension du livre maintiennent le lecteur en haleine car on est sans cesse sur le qui-vive à cause de ces Directions qui effraient et intimident... le Phare apparaît alors comme un refuge, une lumière dans le tunnel grisâtre de la ville et qui offre une porte ouverte vers une famille pleine de secrets, de trésors et d'histoires qui frôlent parfois le roman de piraterie!


En bref, de jolis rebondissements, une intrigue de qualité qui divertit et nous fait passer un bon moment, des héros attachants et un cliffhanger stressant, qui vous fera crier de frustration! Un roman d'aventure soigné et plein de suspense sur fond de malédiction et d'objets magiques... J'adore!

chronique_lael

samedi 26 mai 2018

D'encre, de verre et d'acier de Gwendolyn Clare

d-encre,-de-verre-et-d-acier-1059096

  • Nom: D'encre, de verre et d'acier de Gwendolyn Clare
  • Lu en: français
  • Pages: 670 pages
  • Sorti le: 3 mai 2018
  • Editeur: Lumen
  • VO: paru sous le nom Ink, Iron and Glass le 20 février 2018
  • Premier tome d'une duologie

Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l’encre et du papier ? Avec la bonne plume, le bon papier et en respectant des règles complexes, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts un nouveau monde. Cette nouvelle branche de la science, la scriptologie, connaît deux adeptes hors du commun : Jumi da Veldana et sa fille Elsa sont nées, comme l’univers d’où elles viennent, sous les doigts d’un scriptologue. Mais elles se sont révoltées et ont elles-mêmes appris, à leur tour, les secrets de cet art, et repris le contrôle de leur petit paradis. Leur bonheur ne dure pas : Jumi cache un noir secret et disparaît, enlevée sous les yeux de sa fille, qui doit s’aventurer dans le monde réel pour retrouver sa trace. Des canaux d’Amsterdam aux rues du Pise, elle finit par trouver refuge dans une véritable " maison de fous " appartenant à l’ordre d’Archimèdes, c’est-à-dire une institution où scriptologues, alchimistes et mécaniciens peuvent venir se mettre à l’abri, étudier et travailler en compagnie d’autres scientifiques. C’est aussi un pensionnat, dont les élèves l’observent avec beaucoup de curiosité – au premier rang d’entre eux, Léo, un mécanicien de génie, avec qui sa rencontre fait des étincelles. L’aide promise à Elsa par l’ordre tardant à se concrétiser, la jeune fille décide de prendre les choses en main. Et ce n’est pas peu dire. Car Elsa, elle aussi, dissimule un secret...

114149306

Regardez cette beauté!!! Dois-je vous dire à quel point j'adore les publications de Lumen ? Je pense que c'est l'étoile montante de l'édition Young Adult en France de par leurs choix éditoriaux, leurs communiqués de presse et la com qu'il y autour de la sortie d'un nouveau titre. D'encre, de verre et d'acier nous plonge au coeur d'une nouvelle intrigue young adult steampunk.

Nous allons suivre Elsa qui est la fille de Jumi, une créatrice d'univers, une scriptologue. Toutes deux sont nées à Veldane, dans un monde inventé à partir d'encre et de papier et de ce fait vivent dans un décor complètement imaginé. La scriptologie permet ainsi d'écrire des livres-monde. Mais Jumi est kidnappée sous les yeux impuissants de sa fille qui n'hésite pas une seule seconde à poursuivre les assaillants... et à sauter de son univers pour rentrer dans la réalité en plein Paris!

De Amsterdam à Pise, Elsa, armée de courage et d'une bonne dose d'intelligence va se retrouver dans une sorte d"asile de fous" qui est en réalité une cour des miracles, un refuge pour les orphelins et où se réunissent plusieurs dons : scriptologie, alchimie et mécanique. Ce pensionnat est sous la protection de l'Ordre d'Archimède, une organisation scientifique qui a pour but de réunir les grands talents. Mais pourquoi Jumi a -t-elle été enlevée ? Et Elsa parviendra-t-elle à la sauver ?

Si l'intrigue fantastique m'a bien plu, avec un univers qui m'a rappelé Coeur d'encre et The young elites avec de très bons ingrédients avec une idée de départ : imaginez que des scriptologues inventent des mondes avec leurs plumes et qu'en parallèle de notre réalité, il y a plusieurs mondes. Ce sont des livres-mondes. L'intrigue est riche, foisonnante et subtilement mise en place grâce à une écriture originale, fluide et onirique, sachant distillée magie, mystères et cohérence.

Il m'a fallu un peu de temps pour bien comprendre toutes les possibilités qu'offraient l'univers fantastique de l'auteure et le rythme est parfois lent, mais hyper prenant et fascinant. Il y a beaucoup d'éléments à assimiler pour bien s'immerger dans l'histoire et comprendre comment tout se tient mais j'ai adoré tout ce côté introductif qui explique la multitude des mondes réels et inventés. Malgré le manque d'action, j'ai aimé prendre mon temps pour comprendre le concept de mondes scriptés mais aussi la découverte du monde réel par Elsa et sa rencontre avec ceux qui l’aideront dans sa quête. 

Je me suis prise d'affection pour Elsa qui est téméraire, mais aussi réfléchie et qui se lance dans l'aventure sans se poser des questions, guidée par l'instinct de survie de son univers, de sa vie et de sa mère. Elle a le sens de la répartie et sait se faire entendre par l'ami de sa mère afin qu'il l'oriente efficacement dans ses recherches. Avec elle on va découvrir les pouvoirs liés aux scriptologues, aux alchimistes et aux mécaniciens. C'est ensuite que viennent les révélations et les rebondissements même si il n'y a pas d'énormes surprises dans les relations entre les personnages et la suite des évènements.


En bref, j'ai passé un super moment dans un univers décrit avec originalité. Le gros point fort du contexte c'est bien sûr tout l'aspect onirique et fantastique qui non sans renouveler le genre des mondes parallèles et des voyages imaginaires, est tout de même assez rafraîchissant. Puis l'autre aspect qui m'a énormément plu c'est tout le côté européen et italien, des décors inspirés de la Renaissance italienne, du vocabulaire italien et une ambiance latine avec des paysages côtiers. J'ai adoré le voyage que fait Elsa et Leo en train de Pise jusqu'à la côté, cela m'a réellement rappelé ma descente ferroviaire de l'Italie jusqu'en Sicile. Dépaysement assuré pour un premier tome, certes introductif mais très prometteur...

chronique_lael

jeudi 24 mai 2018

Le faiseur de rêves de Laini Taylor

le faiseur de rêves

  • Nom: Le faiseur de rêves de Laini Taylor
  • Lu en: français
  • Pages: 670 pages
  • Sorti le: 19 avril 2018
  • Editeur: Lumen
  • VO: paru sous le nom Strange the dreamer le 28 mars 2017
  • Premier tome d'une duologie

Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme. Quinze ans plus tard, il travaille dans la plus grande bibliothèque du monde, à Zosma, en rêvant de fabuleuses découvertes quand, de la Cité oubliée, émerge tout à coup une curieuse expédition venue recruter les meilleurs scientifiques du continent. Pourquoi diable s’obstiner à réunir ces esprits éminents ? Mystère… Et pourquoi Lazlo voit-il donc ses songes se peupler de visions étranges – à commencer par une déesse à la peau bleue pourtant assassinée, des années plus tôt, par les habitants de la ville interdite ? Qui est-elle vraiment ? Comment le jeune homme, qui ignore tout de sa légende, peut-il bien la voir en rêve ?

114149306

Vous faire une chronique de ce roman va être compliqué tellement il est exceptionnel, dense, complexe et extraordinaire dans son écriture et son intrigue, dans sa quête d'identité et sa poursuite d'un rêve incroyable.Vous faire également un résumé des faits qui s'y déroulent serait également une erreur dans la mesure où Le Faiseur de rêves se lit et offre une belle expérience littéraire.

Nous faisons la connaissance de Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans qui va grandir à la Grande Bibliothèque de Zosma et va lire tout ce qui lui passe par les mains. Lazlo est un rêveur. Il aime lire, il est fasciné par les contes et les légendes oubliées. Les bibliothécaires sont au service des savants et la grande intelligence de Lazlo le conduit à découvrir un secret puissant lui permettant de lier son destin à Thyon, l'alchimiste de Zosma... Lazlo est également obsédé par La Cité Oubliée ou Désolation. Un jour, une caravane de guerriers Tizerkane arrive à Zosma avec pour chef Eril-Fane. Un recrutement étrange a lieu pour servir un projet mystérieux à la Cité Oubliée... Plusieurs savants sont demandés : alchimistes, astronomes, scientifiques, ingénieurs, mathématiciens... tous les savants ayant une solide connaissance des sciences. Le but de leur mission sera révélée une fois à la Cité Oubliée... Lazlo, fasciné ne veut pas laisser passer sa chance et saisit son destin en s'adressant en Inouï, la langue de la Cité Oubliée. Il fera partie du voyage...

Le Faiseur de rêves est une histoire fantastique, charismatique qui a une âme et dont la délicatesse et la poésie n'ont d'égale que le raffinement de la plume de Laini Taylor. On est un dans un roman fantasy onirique où l'on nage en plein rêve peuplé de créatures incroyables : séraphins, anges, dieux, fantômes, papillons, humains mêlant magie, mystères et pouvoirs... Ce qu'il y a de captivant dans ce récit, c'est que tout est expliqué dans une sorte de sérénité qui imprègne le lecteur. Tout est fait pour nous envoûter, nous enchanter, nous dérouter et nous dépayser pour entrer dans un univers sublime mais difficile et injuste.

Certes il y a une mythologie, une guerre ayant jadis opposés des anges déchus aux guerriers Tizerkane. Et ces actes auront des répercussions... Mais en lisant Le Faiseur de rêves, j'avais l'impression de plonger au coeur d'un récit intemporel ou bien universel, babylonien ou d'une Tour de Babel, à la fois linguistiquement captivant et saisissant. C'est parfois terrifiant ou inquiétant car il y a des images et des impressions qui restent gravées puis c'est parfois dur dans le propos, grave et dramatique.

Laini Taylor ne fait pas que nous offrir une intrigue fantasy foisonnante, elle trouve également le moyen d'aborder des thèmes forts comme la différence, le racisme, le poids de nos actes, l'injustice, la guerre, les préjugés des peuples les uns sur les autres. Puis dans toute cet univers, il y a l'amour que se porte deux êtres dont les différences vont s'unir, qui ne se rebutent pas mais au contraire se lient dans une innocence magnifique. L'amour dans toute sa pureté, sa simplicité, son essence et sa sincérité. L'amour qui s'oppose à la haine, à l'esprit vicieux de vengeance, à la méchanceté. On passe par de nombreux sentiments et d'émotions fortes mais on vit tout ça dans un calme étrange et quasi mystique.


En bref, je ne vais pas vous en dire plus. J'ai énormément aimé Le Faiseur de rêves car l'intrigue est dense et les personnages ont une psychologie étoffée. Les images qu'inspire l'univers de la Cité Oubliée sont incroyables et sublimes. Le dépaysement est garanti et n'ayez pas peur de la longueur car ici elle sert l'histoire car tout est lié de manière subtile et habile. J'ai passé un bon moment et j'ai aimé être ainsi dans un monde qui paraît éphémère mais ô combien pénétrant.Une écriture unique pour un récit rare et précieux!

chronique_lael

dimanche 20 mai 2018

Fais moi taire si tu peux! de Sophie Jomain

fais moi taire si tu peux

  • Nom: Fais moi taire si tu peux! de Sophie Jomain
  • Lu en: français
  • Pages: 306 pages
  • Sorti le: 7 mars 2018
  • Editeur: Harlequin &H
  • Tome Unique

Quel être humain normalement constitué oserait ruiner un mariage ? Quelle personne impitoyable faut-il être pour détruire le plus beau jour de la vie d'un couple ? Eh bien, il faut être prêtre, sexy en diable et révéler en pleine cérémonie les petites incartades de la future mariée... Lorsque Louise Adrielle, fleuriste, assiste à la scène, elle comprend mieux pourquoi on lui a demandé de décorer l’église en jaune cocu ! Traumatisée, elle se fait la promesse d’être désormais sur le qui-vive à chaque cérémonie. Car sa responsable l’a mise en garde : La dame au cabanon ne pourra être associé à une autre débâcle nuptiale. Si Louise assiste à un nouvel esclandre, les alliances ne seront pas les seules à finir au placard.

114149306

C'est la première fois que je lisais un titre de l'auteure et j'avoue que ce n'est peut être pas le meilleur choix. J'ai lu beaucoup de romances dernièrement, aussi, je peux comparer un peu avec d'autres lectures pour me prononcer. Hélas, si j'ai tout de même passer un bon moment, ce livre ne m'aura pas fait vibrer.

Le style de Sophie est vraiment agréable et fluide, sur ce point, je n'ai pas grand chose à lui reprocher, je pense qu'elle a vraiment bien maîtrisé son sujet et qu'elle savait où elle allait. Honnêtement, sa plume m'a bien plu, et me donnera certainement envie de découvrir d'autres romans.

Là où ça a un peu coincé avec moi, c'est au niveau de l'histoire. J'aime bien l'humour dans les romances mais ici j'ai eu un peu de mal. En fait, c'est comme dans les films, à force d'avoir trop de situations rocambolesques et un humour fort présent, je n'arrive pas à accrocher. Et c'est ce qui s'est passé ici. J'ai eu du mal avec toutes ces situations "catastrophes", c'était un peu trop pour moi.

De ce fait, l'histoire n'en est que plus classique. Une héroine célibataire dévouée à son travail, qui rencontre un beau gars qu'elle va détester d'emblée pour changer d'avis à la fin du roman, c'est du vu et déjà vu. Cependant, j'admets que Louise est attachante et fait de son mieux, surtout face au saboteur qu'est Loic. J'ai eu du mal avec ce personnage, qui a un rôle, il faut l'avouer, tout à fait particulier. Qui aurait l'idée de devenir Saboteur de mariages? Entre eux, c'est le feu et la glace, mais plus le temps passe, plus les deux jeunes gens s'apprivoisent, s'apprécient et plus si affinité.

Le contexte est néanmoins sympathique, je me suis retrouvée à nouveau dans l'organisation de mariages (et avec celui de Harry et Meghan ce weekend justement, ça tombait à pic!), ce qui m'a bien plu. J'avais déjà fort apprécié Once and for all, qui fait dans le même décor - à l'américaine bien sur - même si ici, Louise est plutôt fleuriste et sa tâche est d'embellir ce jour, pas vraiment de l'organiser. Et face à Loic, même fleurir un mariage va devenir plutôt compliqué. 

Une romance qui s'installe doucement mais sans surprise donc, mais qui se laisse bien lire, pour un moment détente garanti, c'est la lecture idéale, d'autant plus que le roman est assez court et se lit quasiment d'une traite.


En bref, j'ai passé un bon moment avec cette romance, même si j'en ai déjà lues de meilleures. Sophie Jomain nous livre une histoire sans surprises mais fraiche, légère et parfois un peu trop tordue. C'est amusant à lire, bien que j'ai souvent trouvé l'humour un peu trop lourd. Par contre, j'ai fort bien apprécié la plume de Sophie Jomain. Pour un premier roman lu de cette auteure, je suis certaine que ce ne sera pas le dernier!