► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
samedi 17 décembre 2016

Une flamme dans la nuit [ Une braise sous la cendre #2] de Sabaa Tahir

flamme

  • Nom: Une flamme dans la nuit [Une braise sous la cendre #2] de Sabaa Tahir
  • Lu en: français
  • Pages: 540 pages
  • Sorti le: 17 novembre 2016 
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom A torch against the night en aout 2016

Elias a toujours voulu quitter Blackcliff pour enfin devenir libre. Mais ce rêve a un prix : Laia, une jeune résistante, lui permettra de fuir s’il l’aide à faire évader son frère, enfermé dans la pire prison de Blackcliff. Malgré le risque, Elias n’hésite pas une seconde et décide de forcer son destin. Traqués par les Martiaux, les fugitifs ignorent que ce voyage les conduira jusqu’au coeur de l’Empire, où des dangers plus périlleux encore les attendent…

separator

Un grand merci à Pocket Jeunesse pour l'envoi de ce livre.

 J'avais hâte de retrouver cet univers incroyable imaginé par Sabaa Tahir. Après un premier tome plus qu'original et surprenant, l'auteur a réussi le pari fou de faire encore mieux avec cette suite, haute en couleurs, en rebondissements et en révélations. De quoi maintenir le lecteur en haleine du début à la fin! 

Difficile de vous parler de l'histoire, très riche et relativement complexe où se mêlent avec habileté  le côté historique aux forces surnaturelles. Sur ce coup, Tahir a de nouveau fait preuve d'une superbe originalité qui donne au livre une tout autre dimension. On sent que le monde crée a été mûrement réfléchi, ce qui offre une très belle fluidité au récit. 

Une flamme dans la nuit reprend là où Une braise sous la Cendre se termine. Après l'exécution et le meutre ratés de Elias et Laia, ces derniers sont en fuite et recherchés par tout l'Empire. Une évasion dangereuse dont ne sortiront pas indemne nos deux héros, qui devront faire face à beaucoup de nouvelles épreuves. Alors qu'Elias est en grand péril, Laia découvre petit à petit son nouveau pouvoir et tente de s'affermir davantage. Malgré tout, la jeune fille n'évolue que trop peu à mon goût, restant très naive et ne remettant pas les choses en question. Un trait de caractère qui la rend faible et parfois bien énervante mais il faut tout de même lui reconnaitre des qualités comme la ténacité et le courage. Quant à Elias, je me suis encore plus attachée à lui, c'est un personnage très réaliste, très attachant qui arrive à nous toucher. On comprend ses choix, on comprend ses pensées, et ça ne le rend que plus humain encore. Le duo fonctionne bien, mais il m'a manqué une certaine complicité. Très vite cependant, les deux jeunes gens sont rejoints par Izzi et Keenan, rencontrés dans le tome précédent. Deux personnages dont j'ai du mal à parler, car très mystérieux. Je ne m'y suis pas attachée vraiment.

A eux 4, ils espèrent rejoindre la prison de Kauf et libérer Darin, le frère de Laia, qui représente à la fois l'espoir d'un futur meilleur mais aussi une grande menace pour l'Empire. Ainsi, Hélène, la nouvelle Pie de Sang, a pour rôle de traquer Elias et ses compagnons et de l'exécuter aux pieds du nouvel Empereur. Une tâche compliquée pour la jeune fille qui a du mal à assumer son titre. J'ai beaucoup apprécié que l'auteur dédie quelques chapitres à Hélène, pour nous offrir une vision plus large de ce qui se trame. La pauvre n'en mène pas large et va largement en baver, comme tout le monde d'ailleurs.

Car la violence est le maître mot du roman. Présente du début à la fin, elle alourdit considérablement l'ambiance déjà difficile de base. Je dois dire que ce fut rude, en particulier à certains passages où l'auteur dépasse carrément les limites. Je conçois que la violence fasse partie intégrante de l'histoire, après tout, c'est la guerre, mais nous assistons à de véritables massacres. C'est une monstruosité sans précédent, parfois même, à vomir. Je fus choquée que l'auteur n'épargne ni ses personnages ni ses lecteurs. La cruauté dépeinte fait froid dans le dos et je dois vous dire que je n'ai toujours pas trouvé les bons mots pour décrire les vilains qui sont diaboliquement atroces. 

A côté de ça, l'auteur a pris le temps de mieux développer son aspect surnaturel bien qu'il y ait encore pas mal de zones d'ombre. C'est une part du livre que j'ai beaucoup aimé et qui apporte vraiment de l'originalité. Les révélations qui en découlent sont plus que surprenantes et j'avoue que je n'avais absolument rien vu venir!! Bravo Sabaa Tahir, voilà un excellent coup de maître! 

Malgré la noirceur du roman et sa longueur, Une flamme dans la nuit se dévore. Impossible de le lâcher tant qu'on a pas fini. On ne s'ennuie pas une seule seconde et l'alternance des points de vue apporte beaucoup de dynamisme au récit. Un second tome excellent qui nous tient en haleine de bout en bout et qui promet une suite encore plus folle et riche en découverte. C'est sur, Sabaa Tahir est extrêmement douée pour écrire et je ne peux que vous conseiller de la découvrir. Ce second tome me confirme combien cette saga est une valeur sûre! 

***

Une flamme dans la nuit a été lu en Lecture Commune avec Olivia du blog La couleur des mots. Sans tarder, vous pouvez découvrir son avis sur ce livre directement sur son blog!


lundi 12 décembre 2016

Phobos #3 de Victor Dixen

phobos 3

  • Nom: Phobos #3 de Victor Dixen
  • Lu en: français
  • Pages: 624 pages
  • Sorti le: 24 novembre 2016 
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle

Fin du programme Genesis dans 1 mois... 1 jour... 1 heure... Ils sont prêts à mentir pour sauver leur peau. Ils sont les douze naufragés de Mars. Ils sont aussi les complices d'un effroyable mensonge. Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre. Elle est prête à mourir pour sauver le monde. Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ? Même si le compte à rebours expire, il est trop tard pour renoncer.

separator

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

 

J'ai eu un presque coup de cœur pour ce troisième tome que je pensais être le dernier. Mais il y a quelques jours, Victor Dixen a confirmé qu'il y aurait un quatrième tome. Je ne vous cache pas que le trois peut se lire comme un final, avec une fin très ouverte, mais une fin quand même. Je pense que je lirais avec plaisir le prochain volume de Phobos.

J'avais moyennement aimé le second tome, mais ce tome 3 a plutôt bien fonctionné sur moi, je reconnais que Victor Dixen a souvent choisi la facilité dans son récit, mais malgré cela l'histoire reste très sympa et il y a toujours cette tension due au suspens. L'intrigue se poursuit et beaucoup de questions trouvent des réponses, mêmes s'il en reste qui attendent encore d'être résolues. Ce troisième opus de Phobos est riche en rebondissements et en révélations chocs.

On le sait maintenant, Victor est un auteur qui ne cache pas son sadisme, il en fait baver à ses lecteurs, mais surtout à ses personnages. Léonor subit beaucoup de choses dans ce tome, surtout vers la fin où tout s'enchaîne, j'en suis restée sur les fesses. J'ai trouvé que le final était vraiment grandiose, on ne le voit absolument pas arriver, il y a énormément d'éléments du récit que je n'avais pas vu venir. Le mot qui résumerait bien mon état dans la fin de Phobos, c'est la surprise, et un peu d'imcompréhension du à la rapidité de l'enchainement des faits.

La fin du tome est très frustrante, tout comme chaque fin dans cette série, mais du coup, cela se comprend vu qu'il y aura une suite. Je suis curieuse de voir ce qu'il va bien pouvoir nous offrir étant donné que pour moi le trois pouvait vraiment servir de fin. Je sais que je me répète, mais cette annonce d'un quatrième tome ma totalement prise au dépourvu.

Avec ma légère déception du second tome, je ne m'attendais absolument pas à autant aimer ce troisième Phobos. Je n'ai pas vu les 620 pages passer tant j'étais happée par la force du récit. La plume de Victor est toujours aussi efficace. Et puis, petit coup de cœur pour cette magnifique couverture qui colle encore mieux que les deux premières à l'histoire.

J'ai passé un formidable moment et je vous recommande très fortement ce tome ! Par contre, je vous conseille absolument de lire les origines avant de vous lancer dans ce troisième opus, pour la bonne et simple raison que certains éléments de l'histoire renvoient à des séquences de Phobos Origine.

Chronique rédigée par Olivia.

mardi 29 novembre 2016

The Fill-in Boyfriend de Kasie West

The fill-in boyfriend

  • Nom: The Fill-in Boyfriend de Kasie West
  • Lu en: anglais
  • Pages: 343 pages
  • Sorti le: 5 mai 2015 
  • Editeur: Harper Teen
  • VF: non prévue

When Gia Montgomery's boyfriend, Bradley, dumps her in the parking lot of her high school prom, she has to think fast. After all, she'd been telling her friends about him for months now. This was supposed to be the night she proved he existed. So when she sees a cute guy waiting to pick up his sister, she enlists his help. The task is simple: be her fill-in boyfriend—two hours, zero commitment, a few white lies. After that, she can win back the real Bradley. The problem is that days after prom, it's not the real Bradley she's thinking about, but the stand-in. The one whose name she doesn't even know. But tracking him down doesn't mean they're done faking a relationship. Gia owes him a favor and his sister intends to see that he collects: his ex-girlfriend's graduation party—three hours, zero commitment, a few white lies. Just when Gia begins to wonder if she could turn her fake boyfriend into a real one, Bradley comes waltzing back into her life, exposing her lie, and threatening to destroy her friendships and her new-found relationship.

separator

 Les livres de Kasie West sont de vrais remèdes aux pannes de lecture. Ayant lu tous ses livres à l'exeption d'un qui attend toujours dans ma PAL, je dois dire que l'auteur est très douée pour nous servir de belles histoires contemporaines où la romance s'invite à chaque fois de manière, certes prévisible, très mignonne. Si vous recherchez une lecture légère, douce, comme un petit bonbon, alors n'hésitez pas à découvrir Kasie West. 

Avec The Fill-in Boyfriend, l'auteur nous embarque dans le monde implacable des adolescents dont la plus grande préoccupation est de plaire aux autres. On le sait, l'image des lycéens aux USA est primordiale puisqu'elle définit leur popularité et leur appartenance à un groupe ou l'autre. Par moment, je ne vous cache pas avoir pensé au film Mean Girls (ou Lolita Malgré Moi en français) mais dans le genre moins tiré par les cheveux, heureusement.

Gia à 17 ans et sort depuis 2 mois avec le beau Bradley - imaginez le stéréotype classique du beau gosse bien sculpté et tout le tralala - qui fait ses études à LA. Leur couple est aussi neuf que fragile puisque les tourtereaux ne peuvent se voir souvent. Alors, quand Bradley accompagne Gia au bal de promo, c'est un événement pour la jeune fille, qui a hâte de le présenter à ses amis. Sauf que sur le parking, Bradley rompt avec Gia et la plante là... Effondrée, la jeune fille ne perd pourtant pas de temps et demande à un gars, venu déposer sa soeur, de se faire passer pour Bradley le temps d'une soirée. L'inconnu accepte et c'est le début des ennuis mais surtout, du changement.

Au delà des aspects clichés de la fausse romance qui se transforme en vraie romance, j'ai adoré cette histoire. Une des premières raisons est que le message passé par l'auteur est très intéressant: est-il nécessaire de taire sa véritable personnalité pour plaire aux autres? Gia, notre héroine, en fait la triste expérience. Obsédée par ses amis et hantée par la peur qu'ils la rejettent au moindre faux pas, Gia en perd tous ses repères et s'enfonce dans ce rôle qu'elle tient depuis des années: fille populaire, présidente du conseil des élèves, celle qui décide de tout. Un rôle qu'elle remet en question depuis l'arrivée de Jules au sein du groupe et qui tente de diviser pour mieux régner. Jules, c'est un peu la Regina de Mean Girls, prête à tout pour discréditer Gia et lui voler sa place. 

Une réalité triste mais bien réelle qui donne donc beaucoup de crédibilité au roman. Gia est une héroine que j'ai beaucoup aimée. Elle est assez maladroite dans son comportement, mais c'est une jeune fille qui ose remettre les choses en perspective et admettre que rien n'est acquis, même pas ses amis. Pour autant, elle est prête à changer et en mieux, quitte à tout perdre pour mieux recommencer, entourée des bonnes personnes. A l'aube de l'université, tout change et c'est le moment qu'elle choisit pour évoluer. La faute au fameux inconnu dont je tairais l"identité, mais que j'ai bien apprécié aussi. 

Ce faux petit ami a certes lui aussi quelques comportements clichés, mais il apporte une meilleure stabilité à Gia et lui permet de voir les choses sous un nouvel angle. Ensemble, ils vont découvrir ce qu'est vraiment l'amour, mais aussi l'amitié et les sacrifices qu'on est prêt à faire pour cette dernière. Doit-on vraiment se conformer à une image qui n'est pas la nôtre pour garder autrui? C'est toute la question.

En conclusion, en plus d'un aspect très mignon, d'une écriture très fluide et agréable, The Fill-in Boyfriend aborde quelques aspects intéressants de l'adolescence et de l'acceptation de soi et des autres. J'ai vraiment adoré cette lecture que j'ai littéralement dévorée et qui m'a fait un bien fou. Question détente, rien de mieux qu'une jolie romance contemporaine young adult!

 

lundi 28 novembre 2016

{En Bref} Durarara de Ryohgo Narita

durarara

  • Nom: Durarara!! #1 de Ryohgo Narita
  • Lu en: français
  • Pages: 278 pages
  • Sorti le: 1er octobre 2016 
  • Editeur: Ofelbe

À Ikebukuro, les gangs, les gens étranges et les légendes urbaines sont monnaie courante... Mikado Ryûgamine, un lycéen d’apparence banale et sans histoires, est invité à s’installer dans le quartier tokyoïte d’Ikebukuro par son ami d’enfance. Son souhait le plus cher est de vivre des aventures extraordinaires et de découvrir l’ambiance des grandes villes ! Avec un type violent habillé en barman, un informateur fauteur de troubles, des vendeurs russes de sushis, le mystérieux gang des Dollars et une motarde sans tête qui rôdent dans le quartier, Mikado est loin de se douter que sa vie va prendre un étrange virage à 180 degrés...

separator

Un grand merci à Ofelbe pour l'envoi de ce livre.

J'étais assez curieuse de lire ce light novel dont la réputation n'est plus à présenter. Je n'ai jamais regardé l'anime, mais qui ne connait pas, juste de nom, cet univers? Faisant partie de cette catégorie, le monde crée par Narita était donc une vraie découverte pour moi. Malheureusement, je n'ai pas pu aller jusqu'au bout du livre, pourtant assez court. 

Mon avis sera assez direct mais des les premières pages, j'ai ressenti comme un malaise. J'avais même une sorte de petite boule en ventre, signe que l'univers me mettait pas vraiment en confiance. J'avais pourtant été prévenue mais rien n'y a fait.

La première chose que j'ai envie de dire c'est que le monde imaginé ici est complètement décalé, même what the fuck ! Une expression, certes très grossière, mais qui colle parfaitement à Durarara et qui ne m'a pas plu. J'avais la sensation d'être dans un film à la Tarentino et je suis  obligée d'admettre que ce n'est pas du tout ce qui me correspond. 

Pourtant, malgré le bazar que représente cette histoire, je suis certaine qu'elle a du potentiel, surtout que l'écriture est plutôt bien foutue et que le texte est assez fluide. Narita tient là un univers très original qui a su tirer son épingle du jeu, mais qui ne s'adresse pas à n'importe qui. 

Une lecture que je qualifierai donc de ratée en ce qui me concerne, l'atmosphère n'étant pas celle que j'affectionne en général. Mais j'ai essayé et si ce titre vous intrigue, n'hésitez pas à tenter l'aventure. Après tout, vous pourriez être surpris, qui sait ? 

En conclusion, Durarara n'est pas le genre que je recherche quand je lis, néanmoins, je lui reconnais une certaine qualité, dans le texte comme dans le scénario, qui sauront séduire, j'espère, d'autres lecteurs que moi!

***

Note: {En bref} présente en quelques petites lignes mes avis sur des lectures que je n'ai généralement pas pu terminer. Cela me permet de donner un court ressenti sur ces romans qui n'ont pas pu m'embarquer dans leur univers.

dimanche 20 novembre 2016

[Cinéma] Les Animaux Fantastiques

lesanimauxfantastiques

  • Nom: Les Animaux Fantastiques
  • Genre: fantastique
  • Sorti le: 16 novembre 2016
  • Avec: Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Floger

New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable. 
Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d'un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s'agit d'une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l'ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d'enquêtrice. 
Norbert, Tina et sa sœur Queenie, accompagnés de leur nouvel ami Non-Maj’ Jacob, unissent leurs forces pour retrouver les créatures disséminées dans la nature avant qu'il ne leur arrive malheur. Mais nos quatre héros involontaires, dorénavant considérés comme fugitifs, doivent surmonter des obstacles bien plus importants qu’ils n’ont jamais imaginé. Car ils s'apprêtent à affronter des forces des ténèbres qui risquent bien de déclencher une guerre entre les Non-Maj’ et le monde des sorciers.

J'attendais avec impatience ce film, affectionnant comme beaucoup Harry Potter, un univers qui me marquera pour toujours. Quelle joie de replonger dans le monde des sorciers! Cela me manquait terriblement. Afin de garder plus de surprise quant aux animaux fantastiques, j'avais volontairement passé sous silence les dernières bandes annonces, me contentant du tout premier teaser. La découverte du film n'en fut que plus belle et palpitante! 

D'emblée, l'ambiance du film est très différente d'un certain Harry Potter, ce qui m'a beaucoup plu. On retrouve l'atmosphère particulière liée à la magie mais le New York des années 20 change tout. On est catapulté dans une histoire qui lui est propre, malgré quelques allusions à Poudlard ou à Dumbledore, les Animaux Fantastiques possède sa véritable identité. 

Cela commence donc très bien, avec le décor planté, on s'intéresse des lors aux personnages. J'ai eu un vrai coup de coeur pour Norbert Dragonneau, joué par un Eddie Redmayne époustouflant. Il a donné vie à son personnage de manière spectaculaire, avec une justesse étonnante. Que dire, Norbert est très attachant, à la fois réservé mais passionné, près à défendre la cause qui lui tient à coeur. Son périple à New York ne se passe pas comme prévu et sur sa route, il croise Tina, une ex Auror et Jacob, un non-maj' comme on dit en Amérique (je préfère nettement la version britannique!). Si je n'ai pas spécialement accroché à Tina que j'ai trouvé plus distante et froide dans son attitude, j'ai adoré Jacob. On sent qu'une belle amitié commence entre lui et Norbert, et la découverte du monde magique à travers les yeux de Jacob est unique! Enfin, Queenie arrive un peu plus tard, mais la jeune femme est tout aussi attachante, plus charismatique et douce. Entre elle et Jacob, on sent une vraie alchimie. Les 4 amis forment une très chouette équipe que j'ai sincèrement bien appréciée. 

Et si les personnages sont le point fort, l'intrigue reste un tout petit peu en retrait, disons que ce premier film pose les bases et qu'on découvre les nouveaux méchants. Avec ça, la quête de retrouver les animaux fantastiques échappés et nos héros n'ont plus une seconde à eux. On ne s'ennuie pas une minute dans ce film tantôt très coloré avec les animaux, tantôt très sombre avec cette chose qui détruit la ville. Le film est assez bien dosé sur cet aspect, mêlant l'humour et l'inquiétude avec habileté. J'avoue avoir été très surprise par rapport aux révélations des "méchants".

Mais ce qui m'a vraiment bluffée, ce sont les effets visuels. On se prend littéralement une claque!!! C'est juste magnifique. Les effets de magie sont grandioses, les animaux, comme je le disais, très colorés, ce fut un vrai régal pour les yeux! Sur ce point, je trouve que c'est encore mieux que dans les films Harry Potter! J'ai été vraiment émerveillée par ce que je voyais. Et avec ça, la bande son qui vient sublimer les images. Toujours au bon moment, toujours aussi magistrale. Mr Howard a un talent indéniable qui n'est plus à prouver depuis longtemps!  

En conclusion, j'ai été enchantée par ce nouvel univers qui nous rappelle bien évidemment Harry Potter, mais qui s'en détache sur tous les plans. Le film a tous les ingrédients pour convaincre, passant par l'émerveillement, au stress puis à l'humour. Les Animaux Fantastiques est un vrai régal, et je ne peux que le conseiller à tout amateur de magie d'abord et à tous les fans de notre petit sorcier préféré. Quelque chose me dit qu'il a désormais un rival de taille en la personne de Norbert Dragonneau!!


vendredi 11 novembre 2016

Les secrets de l'île [NIL #2] de Lynne Matson

Nil-Tome-2

  • Nom: Les secrets de l'île [NIL #2] de Lynne Matson
  • Lu en: français
  • Pages: 504 pages
  • Sorti le: 3 novembre 2016 
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom NIL Unlocked en mai 2015

L’île de Nil est plus dangereuse que jamais. De vieilles certitudes s’envolent, de nouveaux mystères s’installent. Rives s’est juré de percer à jour les secrets de Nil. Une arrivée inattendue – qui ne doit pourtant rien au hasard – remet tout en question et menace l’équilibre de la Cité. Avec l’aide de Skye, Rives se lance alors dans une course désespérée pour sauver tous les naufragés de Nil… et peut-être détruire l’île pour toujours !

separator

Un grand merci à Pocket Jeunesse pour l'envoi de ce livre.

 Après l'incroyable découverte du premier tome, je n'avais qu'une hâte, me plonger dans celui-ci. Des les premières pages, j'ai su que j'allais adorer ce second tome qui était déjà très addictif. Un livre qu'on commence et qu'on ne lâche pas avant d'avoir fini, tant il est prenant et magnifiquement bien écrit! 

Les secrets de l'île reprend peu après l'évasion de Thad et Charley. Rives, le nouveau leader est soulagé de savoir ses meilleurs amis en sécurité mais doit faire face au poids qu'exige sa nouvelle fonction. Pas facile de tout gérer, de répondre aux questionnements de chacun et de rester en vie. D'autant plus que Rives est appelé par NIL qui s'immice dans sa tête. Les secrets que cache l'île pourraient bien être la clé, mais comment les démasquer? Alors que Rives perd peu à peu ses repères, Skye, une petite nouvelle, débarque et pourrait bien redistribuer toutes les cartes. Un nouveau jeu contre NIL se met alors en place...

Je dois d'emblée vous dire que cette suite m'a régalée. J'ai adoré le personnage de Rives. Il est très charismatique, humain, sensible, réaliste, fort et beau. C'est un leader plus réfléchi et aussi mieux pensé que Thad. Sur ce point, j'ai trouvé que l'auteur avait vraiment fouillé son personnage en lui offrant une personnalité plus marquée. Avec lui, on essaie de comprendre NIL et on s'embarque dans des énigmes plus compliquées les unes que les autres. Le mystère est total et on veut en savoir plus.

Un point fort du livre selon moi, qui met l'accent sur l'intrigue et sur l'île, ses secrets, ses vérités, son origine. C'est plus complexe qu'on l'imagine et de fait, bien plus intéressant! Avec ce tome, Lynne Matson se focalise sur ce qu'il y a de plus important, laissant enfin de côté la romance, qui prenait, c'est vrai, bien plus de place dans le premier tome. Les personnages sont bien pensés et c'est un plaisir de retrouver certains de la bande comme Jillian ou Dex. Évidemment, personne n'est à l'abri, car sur NIL, le danger n'est jamais loin. Sur ce point, Matson ne ménage pas ses personnages. Certaines scènes m'ont vraiment autant choquée que émue! 

Quant à Skye, c'est un petit vent de fraicheur qui nous permet d'appréhender l'île différemment. Skye n'arrive pas sur NIL comme les autres, que du contraire. Arrivée par sa propre volonté - je ne vous en dis pas plus, pour vous permettre de découvrir le pourquoi du comment - Skye débarque avec un savoir colossal qui remet toutes les perspectives en question et qui offre peut être une vraie porte de sortie. Un chamboulement total, mais bienvenu car il permet à l'histoire de totalement évoluer! 

Son personnage est aussi fort intéressant, et à l'instar de Rives, très bien développé. Skye en veut, et le montre, c'est aussi une fille très intelligente. J'ai adoré son duo avec Rives, et bien qu'on se doute qu'il y a bien plus que l'amitié entre ces deux là, la romance arrive très, très tard. Matson a pris son temps sur cette relation qui se construit à son rythme et est de fait terriblement plus crédible. C'est un très beau lien qui unit Rives et Skye, auxquels je me suis grandement attachée, bien plus qu'à Charley et Thad. 

En conclusion, ce tome est pour moi une totale réussite, mêlant mystères, découvertes, amour et amitié de manière très habile. Lynne Matson a un certain pouvoir sur le lecteur qui nous empêche de reposer le livre tant qu'on ne l'a pas fini. Les secrets de l'île m'a enchantée et je n'ai qu'une hâte, lire le troisième tome qui promet de grands moments. Car NIL n'a pas dit son dernier mot.

mardi 1 novembre 2016

The Outliers de Kimberly McCreight

outliers

  • Nom: The Outliers de Kimberly McCreight
  • Lu en: français
  • Pages: 384 pages
  • Sorti le: 20 octobre 2016 
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom The Outliers en mai 2016

Un conseil: suivez votre instinct. Tout commence par un texto : Wylie, stp, j'ai besoin de ton aide. Cassie a disparu et ses SMS laissent craindre le pire à son amie... Qu'est-elle partie faire dans les denses forêts du Maine ? A-t-elle été kidnappée ? Est-elle en danger de mort ? Aidée de Jasper, le petit ami de Cassie, Wylie surmonte son agoraphobie pour se lancer à sa recherche. Mais son mauvais pressentiment ne faiblit pas, loin de là : et si de bien plus noirs secrets se cachaient derrière la disparition de Cassie ? Des secrets à même de bouleverser l'équilibre du monde ?

separator

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Après ce que j'avais entendu sur Outliers, j'avais un peu peur de le commencer. Mais j'ai été agréablement surprise par cette lecture qui s'avère être une plutôt bonne découverte. J'ai été surprise d'autant adhérer à ce thriller YA, d'autant plus que c'est un genre que je ne porte pas forcément dans mon cœur. Mais la couverture m'a tellement accroché que je devais le lire !

Dans l'ensemble l'histoire est bien ficelée et assez captivante, je n'ai pas vu les chapitres passer ! Ça se lit vraiment très vite. Pour tout dire, il m'a fallut moins d'une après midi pour le dévorer tellement j'ai été embarquée par ce récit.

Les personnages sont intéressants et plaisants, bien qu'un peu trop simples à mon goût, j'aime les personnalités complexes. On apprend très peu de choses sur eux au fil du roman mais malgré cela, on s'attache facilement. Je me suis assez bien identifiée à Weslie, surtout dans sa façon de se voir par rapport au regard des autres. C'est le genre de personnages avec de vraies angoisses que l'on croise rarement mais dans lequel on se reconnaît parfaitement.

J'ai été franchement surprise par le Plot Twist que je ne voyais absolument pas venir, même si au départ je l'ai trouvé un peu tiré par les cheveux. J'ai fini par vite y adhérer. Outliers est typiquement le genre de livre ou il faut entrer sans apriori, sinon vous passez à côté de votre lecture.

Par ailleurs, je ne m'attendait pas du tout à ce que le côté Road Trip du roman m'attire autant, j'ai souvent été déçu par cette aspect là dans mes précédentes lectures. Mais pas du tout dans Outliers, le Road Trip est vivant, bourré d'action. On retient son souffle du début à la fin.

Du coup, cette lecture est une excellente découverte, malgré le fait qu'elle avait une assez mauvaise notation sur le réseau goodreads, je n'attendais pas grand chose et j'ai finalement passé un bon moment avec cette petite nouveauté de la collection R.

Chronique rédigée par Olivia.

lundi 31 octobre 2016

Au pays de l'Ailleurs de Tahereh Mafi

au pays de lailleurs

  • Nom: Au pays de l'Ailleurs de Tahereh Mafi
  • Lu en: français
  • Pages: 396 pages
  • Sorti le: 13 octobre 2016 
  • Editeur: Michel Lafon
  • VO: paru sous le nom Furthermore en aout 2016

Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood. Car Ferenwood est un monde éclatant de couleurs, révélatrices d’un don magique. La blanche Alice n’a donc apparemment aucun don, aucun intérêt : les habitants de ce lieu en ont fait une paria. Aussi lorsque son père, la seule personne qui lui témoigne de la bienveillance, disparaît soudainement, la jeune fille n’a-t-elle plus qu’un seul but : le retrouver. Pour cela, elle va devoir explorer la mythique et dangereuse contrée un peu plus loin que l’horizon… Elle part avec Oliver, un compagnon de route dont le talent magique consiste à pouvoir tromper son monde. Ce don leur sera-t-il utile Là-bas, un univers sans pitié peuplé de créatures effroyables où rien n’est ce que l’on croit, où les pièges pullulent ? Alice elle-même devra reprendre confiance et utiliser des pouvoirs cachés que nul n’avait décelé chez elle. Reverra-t-elle son père et pourra-t-elle enfin mettre des couleurs sur sa vie ?

separator

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

Tahereh Mafi est une auteur que j'apprécie beaucoup, d'une part parce qu'elle est plutôt accessible sur Twitter (je me souviendrais toujours d'une conversation ensemble lors de la sortie de Shatter Me quelques années auparavant), et d'autre part parce que sa première trilogie a été un petit coup de coeur pour moi. Ce qui fait l'originalité de l'auteur, c'est son style, unique et poétique, qui vous embarque des les premières lignes. J'espérais grandement le retrouver  avec Au Pays de l'Ailleurs, malheureusement ce fut râté. 

D'emblée j'ai eu extrêmement du mal avec ce fameux style, très différent de Shatter Me. En effet, Mafi en fait tout simplement des tonnes. C'est lourd, trop lourd. A force, on est noyé sous des détails inutiles qui alourdissent le texte de manière considérable. La lecture devient complexe car trop riche et surtout, peu fluide. Pour un middle grade, je fus d'ailleurs assez surprise. Mafi va trop loin dans l'exploitation des détails et moi-même j'ai du faire un sacré effort de concentration. Et s'il n'y avait que ça, malheureusement, il faut souligner que le texte est au 3/4 narratif et manque cruellement de dynamisme. Les dialogues se font rares et c'est bien dommage... Encore que, la palme d'or revient sûrement au fait que l'auteur intervient comme narrateur externe toutes les 5 secondes afin d'en rajouter une couche avec une explication inutile...

Cela commençait donc déjà très mal pour ce roman qui me paraissait d'un coup assez insurmontable. Mais qu'en était-il de l'histoire elle-même? Si seulement j'avais pu y accrocher! Mais là encore, je n'ai pas adhéré. Les personnages se sont révélés être le second gros point noir. Avec des enfants de 12 ans, je m'attendais à retrouver beaucoup d'enthousiasme et de bonne humeur, mais ce ne fut pas le cas. Alice, notre héroine, s'est montrée tout bonnement exécrable et fort imbue d'elle-même. Pour une petite fille de son âge, et surtout de sa condition, je m'attendais à plus de douceur, de compassion. Or j'ai eu envie de baffer Alice tout le long de l'histoire. Oliver n'est guerre mieux même s'il est plus supportable. Les deux ne font pas la paire, même s'ils évoluent et se rendent compte qu'une amitié se forme, elle arrive trop tard. Je ne me sentais déjà plus concernée. 

Quant à l'histoire, elle met un temps fou à démarrer, il faut attendre 150 pages pour dire qu'il se passe quelque chose et encore. Dur dur de maintenir mon attention jusque là! La suite ne m'a pas plus enchantée, ayant droit à une revisite de Alice au pays des Merveilles. Clairement rien de bien neuf sous le soleil si vous voulez mon avis. Dans tous ces détails, je n'ai pas pu apprécier les divers messages que tentait de faire passer Mafi. Mal exploités, ils sont pour moi passés complètement inaperçus. La fin, prévisible, ne relève malheureusement pas le niveau. 

En conclusion, ce roman fut une grande claque dans le mauvais sens du terme. Je suis tout simplement déçue et d'admettre que je n'ai pas aimé ce livre ne me procure pas de joie. J'en attendais trop, mais clairement Au pays de l'Ailleurs n'était pas fait pour moi. J'estime que la lecture doit être un plaisir et là je dois malheurement avouer que c'était plus une torture qu'autre chose. J'espère que Tahereh Mafi saura à nouveau me convaincre avec son prochain roman!

dimanche 23 octobre 2016

this savage song [Monsters of Verity #1] de V.E. Schwab

V

  • Nom: this savage song [Monsters of Verity #1] de V.E. Schwab
  • Lu en: anglais
  • Pages: 407 pages
  • Sorti le: 7 juin 2016 
  • Editeur: Titan Books
  • Niveau de compréhension VO: facile à moyen
  • VF: non prévue

Kate Harker and August Flynn are the heirs to a divided city—a city where the violence has begun to breed actual monsters. All Kate wants is to be as ruthless as her father, who lets the monsters roam free and makes the humans pay for his protection. All August wants is to be human, as good-hearted as his own father, to play a bigger role in protecting the innocent—but he’s one of the monsters. One who can steal a soul with a simple strain of music. When the chance arises to keep an eye on Kate, who’s just been kicked out of her sixth boarding school and returned home, August jumps at it. But Kate discovers August’s secret, and after a failed assassination attempt the pair must flee for their lives.

separator

 J'avais entendu de bons échos quant à ce livre d'une auteur encore inconnue pour moi. Victoria Schwab était cependant un nom que je voyais passer sur twitter (dédicace à Robinou!) et vu l'engouement, j'étais très curieuse de découvrir cette histoire. Après lecture, je dois admettre que Schwab m'a conquise, offrant ici un véritable masterpiece.

Si vous aimez les univers sombres, peuplés de monstres, alors ce roman est fait pour vous. J'avoue que je m'attendais à plus sombre encore mais cela n'a rien gâché de ma découverte, au contraire. This savage song donne le tempo des les premières pages avec Kate, notre héroine. Fille du grand Harker, le boss de V-City Nord, Kate ne rêve que d'une chose, revenir à la Capitale et prouver à son père qu'elle est digne de lui et de son nom. Kate, prête à tout pour s'endurcir, est un personnage qui se révèle froid à l'extérieur mais qui cache une certaine douceur à l'intérieur. Dans un monde peuplé de divers monstres, il n'y a pas de place pour les faibles.

Par ailleurs, Flynn commande V-City Sud et propose une approche bien différente des monstres de Harker. En effet, parmi eux, August, notre héros. August est un monstre faisant partie des Sunai, une race encore mystérieuse car peu commune et protégée par Flynn. Alors que son frère participe activement au maintien de l'ordre dans la ville, August est finalement envoyé à l'école après le retour de Kate en ville afin de se rapprocher d'elle et de l'espionner. Autant dire que tout ne va pas se dérouler comme prévu... Forcés de faire alliance, Kate et August vont devoir remettre en perspective leurs jugements et perceptions personnelles afin de se sauver de ce cauchemar...

Un cauchemar très bien ficelé par l'auteur, qui tient en haleine son lecteur. Niveau intrigue, j'ai été sincèrement embarquée des le début et j'ai adoré découvrir ce monde si spécial. Mention particulière aux différentes races de monstres; les Corsai, les Malchai et les Sunai, qu'on apprend à connaitre. Ca fait froid dans le dos pour certains et pour d'autres, comme les Sunai, on s'y attache grandement. Le rythme est excellent, alternant les points de vue des deux personnages principaux. La dynamique est donc parfaite et les révélations, magistrales. Autant vous le dire, je n'ai absolument rien vu venir! 

Les personnages constituent aussi pour moi le point fort de ce roman car ils sont très réalistes, et on les aime. Ils évoluent énormément également, ce qui en font des personnages crédibles. J'avoue tout de même avoir préféré August qui fait preuve d'une force de caractère admirable. C'est un personnage si doux en comparaison de ce qu'il est censé représenter. J'ai particulièrement aimé le fait qu'il soit très attaché au violon, ayant joué de l'instrument moi-même. 

En conclusion, voilà un roman qui m'a surprise, qui m'a happée dans son univers. Visiblement, Victoria Schwab est très douée pour nous présenter des histoires originales et bien pensées. J'ai tout aimé dans ce roman et avec le recul, je me dis que je suis pas loin du petit coup de coeur!

jeudi 13 octobre 2016

PS: I like you de Kasie West

psilikeyou_finalcvr-1

  • Nom: PS I like you de Kasie West
  • Lu en: anglais
  • Pages: 330 pages
  • Sorti le: 26 juillet 2016 
  • Editeur: Point
  • Niveau de compréhension VO: facile
  • VF: paru sous le même nom le 8 juin 2017 (Hugo Romans)

While spacing out in chemistry class, Lily scribbles some of her favorite song lyrics onto her desk. The next day, she finds that someone has continued the lyrics on the desk and added a message to her. Intrigue! Soon, Lily and her anonymous pen pal are exchanging full-on letters—sharing secrets, recommending bands, and opening up to each other. Lily realizes she’s kind of falling for this letter writer. Only, who is he? As Lily attempts to unravel the mystery and juggle school, friends, crushes, and her crazy family, she discovers that matters of the heart can’t always be spelled out…

separator

J'apprécie beaucoup Kasie West qui a une jolie plume et qui offre de belles histoires. Proposant depuis un temps que des one shot contemporains, il est agréable de se plonger dans un livre qui propose une vraie fin sans attendre de suite. Commencé un peu au hasard un soir, je n'ai pas pu lâcher ma lecture, totalement prise par l'histoire de Lily. 

Lily, notre héroine est une passionnée de musique. Compositrice, elle rêve que quelqu'un interprète un jour ses chansons. Mais il n'est pas évident d'écrire des paroles et l'inspiration lui manque. De même, du temps et de l'intimité. Quand on vit dans une famille nombreuse, difficile de trouver sa place et aussi de pouvoir évoluer par et pour soi-même. Lily, habituée à se dévouer pour sa famille, se promène partout avec un carnet au cas où l'inspiration s'inviterait. 

Malheureusement prise en flagrant délit au cours de chimie, Lily est obligée de rendre des compte à son professeur en lui prouvant qu'elle prend bien des notes. L'effort étant vain, la jeune fille se met à écrire des paroles de chanson à même la table. Quelle surprise lorsqu'elle découvre que quelqu'un lui a répondu au cours suivant! Prise par ce petit jeu, Lily et son inconnu(e) se mettent à échanger des lettres à chaque période de chimie...

J'ai plus qu'adoré ce concept autour des lettres. D'une part parce qu'on ne sait pas qui est le correspondant de Lily (même si, avec le reste de l'histoire, on a des soupçons), de l'autre parce qu'on apprend à connaitre ces personnages d'une manière particulière. A travers leurs mots, ils se dévoilent, osent ouvrir leur coeur, partager leurs passions, leurs doutes, leurs pensées, sans avoir peur d'être jugés. Comme Lily, on attend le cours de chimie avec impatience. J'ai trouvé que l'auteur avait bien dosé l'échange et pose la question de la rencontre au bon moment. Une rencontre qui fait peur car, comme le virtuel, on s'imagine la personne à travers les mots et la déception peut être au rendez-vous. 

Alors que Lily et le lecteur vivent ces échanges avec passion, le reste n'en est pas pour autant oublié. Autour de Lily gravite plusieurs personnages dont sa meilleure amie et son ex, Cade. Si Isabelle est plutôt sympa, Cade est le mec le plus exécrable qui puisse exister. Lui et Lily se détestent et Isabelle a fini par rompre à cause de cela. Depuis, les deux jeunes gens ne cessent de s'envoyer des piques et c'est plutôt hilarant. Heureusement, à côté, il y a le beau Lucas dont rêve Lily...

Une histoire d'amour qui se met doucement en place et qui tient bien la route malgré le fait qu'elle soit prévisible. En soi, le livre ne révolutionne pas du tout le genre. Mais je me suis vraiment attachée à Lily. Une jeune fille qui tente de trouver l'amour, dévouée à sa famille et ses amis, passionnée par la musique... il est très facile de s'y identifier. 

J'ai donc passé un excellent moment avec PS I like you qui est pour moi comme une bulle de fraîcheur. Ce concept de lettres m'a charmée car il est très actuel si on le transpose au virtuel. Se cacher derrière des mots est bien plus facile qu'une réelle confrontation, de même que d'assumer ses sentiments... toutes des questions simples mais qui feront certainement écho chez pas mal d'entre nous. Avec un style d'écriture très fluide, l'auteur propose encore une fois un très bon roman que je recommande sans hésiter.