► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Mes chroniqueuses Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mercredi 30 septembre 2015

L'infini + un de Amy Harmon

infini et un

 

  • Nom: L'infini + un de Amy Harmon
  • Lu en: français
  • Pages: 423 pages
  • Sorti le: 17 septembre 2015
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Infinity + One le 8 juin 2014


Superstar internationale, Bonnie Rae Shelby a tout pour elle : l'argent, la beauté, la gloire et... l'envie d'en finir avec la vie.
Finn Clyde, lui, n'est rien et ne possède rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve. La seule chose qu'il demande : qu'on lui donne enfin sa chance.
Une main tendue et quelques coïncidences plus loin, et les voilà engagés dans un périple qui pourrait les transformer que les anéantir.
Une romance addictive ou il est question d'étoiles filantes, aussi bien de cages plus ou moins dorées et de destinées forgées envers et contre tout.

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Amy Harmon est définitivement une auteure talentueuse. Après nos faces cachées, voilà que je me suis plongée dans Infini + Un, sans vraiment savoir ce qui m'attendait. Commencé par curiosité un matin, je ne l'ai plus lâché jusqu'à la fin. J'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture qui m'a fait passer de beaux comme de tristes messages. 

Avec ce roman, Amy nous entraine dans un road trip aussi improbable que magique. La rencontre entre Finn Clyde et Bonnie Shelby était sans doute écrite dans les étoiles. Comment un ex détenu et une chanteuse à succès pouvaient ils se rencontrer? Le hasard? Je ne pense pas. La vie est imprévisible et ce qu'on vit au quotidien nous poussent à faire des choix, ceux là mêmes nous amenant à rencontrer des gens. Certains passent, croisent juste notre chemin, et d'autres chamboulent notre vie.

A travers ses personnages, l'auteure aborde certains sujets comme les liens familiaux, les sacrifices, la recherche de soi et l'amour. J'ai énormément aimé son approche de ces thèmes. En particulier en ce qui concerne la famille. Dans Infini + One, on assiste à deux extrêmes. Si Bonnie ne surmonte pas la perte de sa soeur pour qui elle aurait tout donné,en revanche, elle n'éprouve aucun lien envers ses frères si ce n'est un nom de famille commun. Quant à sa grand mère, j'avoue que cette garce m'a fait grincer des dents. Quand la gloire et l'argent aveuglent, on finit par se foutre des liens familiaux. Tout ce qu'on veut, c'est rester sous les projecteurs et la grand mère l'a très bien démontré, au détriment de sa petite fille.

Bonnie et Finn sont deux personnages très attachants. Bonnie est une jeune femme perdue qui ne sait plus ce qu'elle attend de la vie, malgré le succès de sa carrière. On peut vraiment s'identifier à elle, tant elle transpire la sincérité. Bonnie a le coeur sur la main et reste simple. Son désarroi est touchant et je l'ai vraiment comprise. Parfois, on est tellement au bout du rouleau que les idées négatives prennent toute la place, et la seule issue qu'on trouve est la plus radicale. Mais dans cette noirceur, en général, on attend que quelqu'un nous tende la main. Et Finn a sauvé Bonnie, sans doute de toutes les manières possibles. Ce gars là est difficile à cerner au départ et pourtant, on éprouve pour lui beaucoup de sympathie. Finn est renfermé, doué en maths. Les nombres l'obsèdent. Alors quand les maths rencontrent la musique, ça donne une certaine poésie. Moi qui n'aime pas cette discipline, j'ai été intéressée par la vision et la passion de Finn.

Leur rapprochement est vraiment très beau à voir. Bien entendu, sur une semaine, j'ai trouvé un peu court mais dans le contexte je peux comprendre. Ces deux jeunes gens se découvrent l'un l'autre comme ils se redécouvrent eux mêmes et c'est magnifique. Malgré quelques situations un peu trop tirées par les cheveux et arrivées à point nommé, le road trip est palpitant, touchant, énervant et passionnant. 

En résumé, on ne peut que partager les émotions et les sentiments de Bonnie et Finn ou plutôt Bonnie et Clyde. J'ai adoré comme l'auteure a lié les deux histoires tout en donnant à ses personnages une personnalité bien différente mais tout aussi charismatique. Le style de Amy est toujours aussi beau et rend la lecture fluide et agréable. Avec Bonnie et Finn, c'est comme si nous étions installés sur la banquette arrière à suivre leur périple vers le bonheur, l'amour et le renouveau.


samedi 26 septembre 2015

[Cinéma] Le labyrinthe 2: La terre brûlée

the scorch trials

 

  • Nom: La Terre brûlée [Le Labyrinthe #2] 
  • Sorti le: 23 septembre 2015 (Belgique) | 7 octobre 2015 (France)
  • Avec: Dylan O'Brien, Ki Hong Lee, Thomas Brodie-Sangster 

Thomas et les autres Blocards vont devoir faire face à leur plus grand défi, rechercher des indices à propos de la mystérieuse et puissante organisation connue sous le nom de WICKED. Or le monde qu’ils découvrent à l’extérieur du Labyrinthe a été ravagé par l’Apocalypse. Leur périple les amène à la Terre Brûlée, un paysage de désolation rempli d'obstacles inimaginables. Plus de gouvernement, plus d'ordre… et des hordes de gens en proie à une folie meurtrière qui errent dans les villes en ruine. Les Blocards vont devoir unir leurs forces avec d'autres combattants pour pouvoir affronter WICKED et tenter de défier son immense pouvoir.

Je l'avoue, je suis très déçue par ce film. La lectrice en moi est totalement frustrée devant une adaptation aussi éloignée du roman. Non en fait, il n'y a pas de roman. Avec le film La terre brûlée, on découvre un tout nouveau scénario. Amis lecteurs, si vous aussi, vous aimez comparer les supports films/livres, vous allez être déçus. Oubliez le roman et aller voir le film de manière totalement indépendante.

La bande annonce m'avait déjà fait craindre le pire mais je ne m'étais pas attendue à ce que ce soit à ce point. Je comprends la nécéssité de changer des choses lorsqu'on adapte à l'écran. Pour plus de dynamique, de fluidité, de facilité. Mais je ne comprends pas qu'on puisse réécrire tout un script alors que le roman offre une base vraiment solide.  Au début, le fait que l'histoire change ne m'a pas encore dérangée. Mais plus on avançait, plus je perdais mes repères. Le coup de grâce fut la fin, totalement réinventée. 

Pris de manière indépendant, le film est pas trop mal foutu, il est même bon. Superbes effets spéciaux, histoire intéressante, excellents décors et belle bande originale. Pour celui qui ne connait pas, ce film est un pur diverstissement. Cela étant, le mystère que présentait le livre a disparu: ici on sait qui on doit combattre et on sait ce que l'ennemi recherche. J'avoue que ce second volet perd donc d'intensité et devient à sa manière assez prévisible. Il est aussi très très long et n'hésite pas à spoiler des éléments du tome 3. Je vous avoue que je n'ai aucune idée, mais alors aucune, de ce que nous réserve le prochain film. Ce sera surprise. 

De ce fait, je ne sais pas quoi penser de ce film. Il n'est pas mauvais, bien sur, et il plaira aux amateurs du genre qui viennent découvrir la suite du premier film. L'action est assez bien présente et pour les fans de la série The Walking Dead, vous allez être servis tant les fondus sont atrocement moches! Quant aux lecteurs, c'est une autre histoire, et ce, dans tous les sens du termes. Je suis très déçue que l'auteur ait accepté ces changements qui dénaturisent l'univers qu'il a créé. Pire, on lâche la grosse révélation qui constituait le tome 3. Tout prend une autre direction et c'est dommage. 

Heureusement, si le scénario est donc flambant neuf, j'ai été heureuse de retrouver nos personnages. Comme dans le livre, ils manquent cruellement de profondeur mais on s'attache à cette petite bande et j'ai beaucoup apprécié l'amitié qui les lie. On sent bien qu'ils sont soudés et ça c'est peut être le plus gros plus du film. Quant aux nouveaux personnages, il y en a de trop, certains ont été inventés pour le film, aussi je ne retiendrai que Brenda et Jorge. Ayant en horreur Brenda dans le roman, j'avoue qu'ici, elle a été bien plus supportable. Mention aussi à la Chancelière dont on entend parler normalement que dans la seconde partie du tome 3 et qui a déjà ici une présence déterminante. Les rôles des personnages ont été pas mal modifiés donc, qu'on se le dise. 

En conclusion, avec ce second volet, j'ai découvert une histoire alternative du roman. Du tout neuf, à découvrir en oubliant son support de base. En sachant cela, vous allez peut être bien plus apprécier le film pour ce qu'il est: un divertissement très sympa bourré d'action, le tout joué par de bons acteurs. 

vendredi 25 septembre 2015

Sword Art Online Progressive Vol.2

sao progressive 2

 

  • Nom: Sword Art Online Progressive Vol.2 de Kawahara & Himura
  • Lu en: français
  • Pages: 190 pages
  • Sorti le: 24 septembre 2015
  • Editeur: Ototo manga

Asuna Yûki se retrouve prisonnière avec dix mille autres joueurs dans la forteresse d'Aincrad, au cœur du monde virtuel de Sword Art Online. C'est alors qu'elle rencontre un mystérieux garçon qui va lui expliquer les bases de survie dans un univers où le mot game over est synonyme de mort...
Le combat contre le boss du premier niveau atteint son paroxysme. Kirito et Asuna vont-ils parvenir à atteindre le niveau 2 vivants ?!

Un grand merci à Ototo pour l'envoi de ce manga.

Vous le savez, Sword Art Online me tient particulièrement à cœur et le Progressive encore plus. L’Aincrad est tellement complexe et intéressant que l’auteur a eu une idée brillante avec ce reboot. J’ai la sensation de mieux comprendre ce jeu et ses personnages.

Ce second volume reprend là où le premier s’était arrêté. La petite troupe est en pleine bataille contre le Boss de niveau 1 et la coordination a du mal à se mettre en place. Kawahara prend ici le temps de mettre en avant les problèmes de groupes. Qui est le leader ? Qui donne les ordres ? A qui faire confiance ? Chacun veut sa part du gâteau et forcément, ça tourne mal.

Parmi tout ce petit monde, Kirito et Asuna semblent s’être véritablement trouvés. Avec ce second tome, on découvre les fondements de la relation des deux joueurs. On les sent déjà très proches mais dans une certaine mesure. Après tout, ils ne se connaissent pas encore bien mais dans les combats, Kirito et Asuna forment un duo exceptionnel, qui fonctionne naturellement, avec évidence et force.

Asuna est bien entendu l’héroine de ce manga, pour mon plus grand plaisir. C’est un personnage que j’admire beaucoup et encore une fois elle démontre combien elle est déterminée à gagner. J’ai beaucoup apprécié le lien qu’Asuna tisse avec son épée, sa seule et unique partenaire. C’est un aspect du manga que je trouve intéressant également : dans ce jeu, il faut pouvoir faire confiance à son arme et la manier avec précision.

La conquête de l’Aincrad continue. Les joueurs évoluent, les guildes commencent à se mettre en place et la coordination pour les combats est encore mise à rude épreuve. Cette progression est passionnante et détaillée. J’ai très hâte de pouvoir lire la suite qui sera probablement encore plus palpitante !

mardi 22 septembre 2015

The Iron Warrior [The Iron Fey #7]

iron warrior

 

  • Nom: The Iron Warrior [The Iron Fey #7] de Julie Kagawa
  • Lu en: anglais
  • Pages: 384 pages
  • Sorti le: 27 octobre 2015
  • Editeur: Harlequin TEEN
  • Niveau de compréhension VO: moyen
  • VF: non prévue pour le moment


Ethan Chase se réveille un mois plus tard et est stupéfait d'apprendre que le voile qui maintenait les Fées invisibles des humains a été détruit, le temps de quelques secondes. Mais ce bref moment a plongé le monde dans un nouveau chaos, réveillant la peur des humains. Une source de pouvoir indéniable pour la Reine des Oubliés qui en profite pour attaquer les fées d'Eté et d'Hiver. Un cataclysme pour le NeverNever est sur le point de se produire.
A la tête de l'armée, Keirran lui-même, le neveu d'Ethan et fils de Meghan Chase, la Reine des fées de fer. Pour sauver tout le monde, Ethan doit une nouvelle fois désobéir aux ordres de sa soeur. Avec sa petite amie Kenzie, il part à la recherche de réponses auprès des oubliés. Ses ennemis doivent impérativement devenir ses alliés. Le NeverNever va changer à tout jamais....

Traduction personnelle du résumé.

First thing first, I have to thank Harlequin UK and netgalley for allowing to read The Iron Warrior before his official release next october. I was honored, I was happy and I was afraid but here I am... It's time for me to say goodbye to The Iron Fey even if it's difficult. These books, these characters, they took a very big place in my life. The Iron fey is the most extraordinary, the most beautiful and amazing series I've ever read. I will read it again and again, be sure of that.

The Iron Warrior ends the Iron Fey series brilliantly. From the start to the very end, Julie Kagawa amazed me with her story. I was so glad to meet again with Ethan, Kenzie, Razor.... and especially with Meghan, Ash, Puck and others (like a famous cat!). I loved that Julie reunited all of the characters together. The Iron fey, it's not just Meghan and Ash's story in the first 4 books and then Ethan's story in the last 3 books, it's much more than that. A wonderful journey, a family story with love, friendship, sacrifices but always the family first. 

It's difficult to write about the last book because I don't want to spoil you. The Iron Warrior was fantastic. Julie did it again! I love her writing, everybody is this series has a personnality of his own. I loved each character. Of course, I'm very attached to Meg, Ash and Puck. But Ethan and Kenzie surprised me a lot, especially in this last book. Kenzie is a very great girl, smart and sweet. Ethan was brave and I liked when he finally realizes how much he loves his sister, how much he is a part of faery. Ethan grown up and I really appreciate him. The only one I despised is Keirran. But I won't talk about him, you have to read the book to know!

This book was filled with sweet moments, bad moments, action, love, sacrifices. It was stressful most of the time. Especially toward the end. I was afraid to read the last page, the last words. I didn't know what Julie imagined but I can tell you: it's much better than what I imagined. Julie Kagawa, you created an amazing world and I wanted to thank you because these books made me dream these past 4 years. Amazing world, perfect ending.

***

Et voilà, une grande aventure se termine. J'ai découvert The Iron Fey en 2011, alors que je reprenais la lecture. Je me souviens encore du coup de foudre que j'avais eu pour les couvertures. Je ne lisais pas en anglais et pourtant, il me fallait cette série. Au final, j'ai lu les 3 premiers tomes d'une traite. Avec le recul, et après maintes relectures, j'étais passée à côté de plein de choses. Mais le coup de coeur était là et il est toujours présent aujourd'hui, bien que maintenant, il faut dire au revoir à la saga.

The Iron Warrior conclut la série brillamment. Du début à la fin, j'ai été stressée de connaitre le déroulement. Julie prend le temps de nous replacer dans le contexte mais très vite, l'intrigue reprend le dessus. Cette fois, c'est la fin et il est grand temps d'affronter la menace qui pèse sur le Nevernever et sur notre monde. La guerre est déclarée.

C'est difficile de parler de ce dernier tome parce que je ne veux pas vous spoiler. Mais j'ai adoré cette conclusion. Julie Kagawa réunit tous ses personnages, pour mon plus grand bonheur. Parce que The Iron Fey, c'est un tout. Et Julie nous le rappelle. Il y a beaucoup de souvenirs liés aux tomes précédents dans The Iron Warrior. Des moments d'émotions qui m'auront donné les larmes aux yeux. Pour moi, même si l'histoire d'Ethan porte un autre nom - Call of the forgotten - il s'agit d'une suite pure et simple de la première quadrilogie. Il faut tout lire pour comprendre les enjeux réels de cette série époustouflante. 

C'est donc avec un immense plaisir qu'on retrouve non seulement Ethan, Kenzie, Razor, mais aussi Meghan, Ash, Puck, Mab, Oberon, Grimalkin... tout le monde est là. Et quel régal!!! Comme je vous le disais, dans ce tome, ce n'est plus seulement l'histoire d'Ethan, tout le monde est impliqué. Julie Kagawa dose son récit avec brillance. Tantôt on assiste à de doux moments, tantôt on est pris dans le tourbillon de l'action. C'est une lecture assez intense et palpitante. Qu'imagine l'auteure pour la toute fin? 

J'ai vraiment aimé ce tome, parce que les personnages grandissent, surtout Ethan et Kenzie. Ethan prend enfin conscience qu'il aime sa soeur et que malgré son statut d'Iron Queen, elle reste sa famille. Cette réalisation est très importante et m'a beaucoup émue. Le côté familial est extrêmement mis en avant dans cette saga et c'est un aspect que j'ai toujours aimé. Quant à Kenzie, si elle m'avait énervée lors de son apparition deux tomes plus tôt, je dois dire que j'ai appris à l'apprécier. C'est une personne douce, extrêmement intelligente et très courageuse. Son duo avec Ethan n'est pas sans rappeler Meghan et Ash... Le seul que j'ai sincèrement détesté est Keirran. Jusqu'au bout il m'aura déçue. Voilà un personnage très énigmatique et plutôt égoiste qui se réveille beaucoup trop tard. Les sacrifices sont nombreux, l'amour est mis à rude épreuve, comme l'amitié et la loyauté. Je vous laisse imaginer....

Et cette fin.... j'avais peur de lire les derniers mots. Je ne savais pas à quoi m'attendre et je dois vous avouer que je suis heureuse du chemin pris par l'histoire. La fin écrite par l'auteure est encore mieux que la fin que j'avais imaginée. Je ne peux pas vous en dire plus, pour que vous puissiez ressentir toutes les émotions que j'ai vécues à travers cette lecture. 

Mais sincèrement, Julie Kagawa nous offre une superbe série, parfaite de bout en bout, tout en cohésion. Quand je repense que cette série m'a fait rêver pendant 4 ans!! Un monde incroyable, fantastique, unique et sublime où se cotoyent des personnages aussi charismatiques qu'inoubliables. La série de mon coeur ♥

jeudi 17 septembre 2015

Snow Like Ashes [Snow Like Ashes #1]

snow like ashes

 

  • Nom: Snow Like Ashes [Snow Like Ashes #1] de Sarah Raasch
  • Lu en: anglais
  • Pages: 416 pages
  • Sorti le: 14 octobre 2014
  • Editeur: Balzer + Bray
  • Niveau de compréhension VO: moyen
  • VF: non prévue

Il y a seize ans, Royaume de l'hiver a été conquis par le Royaume du printemps et ses citoyens ont été réduits en esclavage, les laissant sans magie et monarque. Maintenant, le seul espoir des Winterians pour la liberté réside dans les huit survivants qui ont réussi à s'échapper, et qui attendant depuis des années de saisir l'opportunité de récupérer leur magie et reconstruire leur Royaume. Orpheline lors de la défaite de l'hiver, Meira a vécu toute sa vie en tant que réfugiée,  élevée par le général des Winterians, Sir William. Entrainée pour être un bon soldat et désespérément amoureuse de son meilleur ami, et futur roi, Mather - elle fera tout pour aider son royaume. 

Traduction personelle du résumé.

Si ma binôme lit cette chronique, elle me le répétera sûrement: "je te l'avais dit!!!" Ce livre est une vraie bombe, un coup de coeur que je n'attendais pas et pourtant! Snow like Ashes m'a emportée dans son univers des les premières pages. Je savais des lors que j'allais aimer mais le déclic s'est fait plus tard. A ce moment, je me suis dit que je tenais là une petite perle en matière de fantasy YA.

Sarah Raasch a vraiment imaginé un monde aussi complet qu'intéressant, divisé entre 8 Royaumes, eux mêmes répartis entre deux "catégories" si je peux dire: d'un côté 4 Royaumes représentant ce qu'on appelle le Rythm et de l'autre, 4 Royaumes représentant chacun une saison particulière. Il y a 16 ans le Printemps a envahi l'Hiver, réduisant sa population à l'esclavage et brisant sa magie. Malgé tout, un groupe a pu s'échapper, constituant alors l'espoir des Winterians. 

Parmi ce petit groupe, le futur roi, Mather, et sa meilleure amie Meira. Cette dernière a toujours eu la sensation de ne pas faire partie de Winter, son Royaume, n'y ayant jamais vécu. Sa vie de réfugiée lui pèse mais Meira a bien l'intention de sauver son peuple. Et croyez moi elle va le prouver. Avec elle, on embarque dans une aventure aussi magique que terrifiante! 

Meira est une héroine comme je les aime. Une vraie guerrière qui veut prouver à tous qu'elle compte. C'est une badass qui non seulement peut se battre, mais qui a énormément de réparties. Elle ne se laisse jamais marcher sur les pieds et croit en son pays, Winter. Car tout ce qu'elle fait est pour lui, pas pour elle. Meira est altruiste, sure d'elle, c'est une amie et un soldat. Plusieurs fois, elle m'a coupé le souffle et je me disais "wahou, cette fille, elle déchire!!!". Meira transpire le charisme et force l'admiration. 

Les autres personnages sont tout aussi importants mais légèrement plus effacés. Cela ne m'a pas empêchée de les apprécier... ou pas. On voit également se profiler un triangle amoureux incarné en les personnes de Mather, le futur roi de Winter et Theron, le futur roi de Cordell. Bien que la romance soit vraiment à l'arrière plan, on sent que ces deux personnages n'ont pas dit leur dernier mot. J'ai beaucoup apprécié Mather, que j'ai trouvé doux et protecteur. Quant à Theron, si au début il me plaisait bien, j'avoue que ses bonnes actions me poussent à me questionner.... J'aurai probablement plus de réponses dans le second tome! 

En plus de suivre des personnages très intéressants, chacun avec sa propre personnalité bien définie, Sarah Raasch propose un scénario magistral. On ne s'ennuie pas une seule seconde avec ce roman. Le monde qu'elle a imaginé est tellement prenant qu'on veut en savoir plus. Et même si la grosse révélation ne m'a pas surprise (j'avais deviné depuis un moment), elle m'a donné plein de frissons. J'ai adoré voyager à travers Cordell, Winter, Spring, découvrir l'histoire, la magie. Snow like Ashes a un but et y parvient, tout en prenant son temps. L'auteure a su doser son récit, entre informations et action. La dynamique créée tient en haleine le lecteur du début à la fin. 

En bref, Snow like Ashes est un vrai coup de coeur. L'ambiance de ce livre est magique, l'histoire brillante, les personnages surprenants. Même si ce premier tome offre déjà une vraie fin en soi, j'ai hâte de lire la suite, de voir comment tout ce petit monde va évoluer ainsi que l'univers contrsuit pas l'auteure. Dans tous les cas, Snow like Ashes vaut sacrément le détour, alors n'hésitez pas et foncez!

 


mardi 15 septembre 2015

Une braise sous la cendre [Une braise sous la cendre #1]

une braise sous la cendre

 

  • Nom: Une braise sous la cendre [une braise sous la cendre #1] de Sabaa Tahir
  • Lu en: français
  • Pages: 525 pages
  • Sorti le: 15 octobre 2015
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom An ember in the ashes le 28 avril 2015

Autrefois l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, ouverts et gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'Empereur. Mais les soldats ont pris le dessus et, désormais, quiconque est surpris en train de lire ou écrire est voué aux châtiments les plus durs. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté et sauver ceux qu'ils aiment.

Un grand merci à Pocket Jeunesse pour l'envoi de ce livre.

Quelle claque, mais quelle claque! Quelques jours après avoir terminé ce roman, je ne m'en suis toujours pas remise. C'est véritablement LA sortie à ne pas manquer chez Pocket Jeunesse en cette fin d'année 2015. Fermez les yeux et foncez, vous ne le regretterez pas! 

Vous parler de l'histoire serait vraiment difficile. La cause? Tout simplement parce que le monde imaginé par l'auteure est aussi complexe, que détaillé, qu'original. Voilà encore (à l'image d'un certain The Winner's Curse) un YA qui se démarque grandement de ce qu'on voit défiler. Une braise sous la cendre, c'est un livre marquant, brillant mais surtout très violent. Attention, je ne le mettrai pas dans toutes les mains.

Sabaa Tahir donne le ton des les premières pages de son roman: ça va faire mal, très mal. La violence, aussi bien physique ou morale est présente et nous frappe des les premiers mots. C'est puissant, et un peu déprimant mais l'auteure a un style d'écriture totalement addictif qui fait qu'on ne peut pas s'arrêter de lire. De plus, la double narration, partagée entre Laia, une érudite et Elias, un martial, nous donne une sacrée dynamique. Aussi bien sadique avec ses personnages qu'avec ses lecteurs, Tahir n'hésite jamais à finir un chapitre consacré à l'un des protagonistes de manière abominable. Un stratagème qui fonctionne à merveille et nous pousse à lire encore et encore.

Avec une braise sous la cendre, nous sommes embarqués au coeur d'un monde sans pitié. Laia et Elias vont chacun nous raconter leur histoire, leurs croyances, et leur survie. En écrivant ces lignes, j'en ressens encore des frissons. Car ces deux personnages si différents ont un but commun: la liberté. Laia et Elias sont des personnages très attachants qui se complètent parfaitement. Issus de deux peuples opposés, on attend avec impatience le moment de leur rencontre. Comment  leurs chemins vont-ils se croiser? Dans quelles circonstances? 

Si Laia est une jeune fille paralysée par la peur, Elias est le soldat parfait par excellence. Mais sous les apparences, chacun cache soit une force ou une faiblesse. Ainsi, Laia ira à l'encontre de tous ses sentiments pour aller au bout de sa mission. Son courage est totalement admirable. Quant à Elias, il déteste l'empire et ne rêve que de liberté. Mais les sacrifices vont être nombreux et nos deux héros ne seront pas au bout de leur peine....

Et si on apprécie nos deux protagonistes, on ne peut pas rester indifférents aux personnages secondaires. Les amies esclaves de Laia. Hélène et la section de bataille d'Elias. Ceux là mêmes ont tout à fait leur place dans cette histoire. Ils sont aussi intéressants que les héros et les rendent encore plus forts. Cela étant, il y a un personnage dont on ne peut ne pas parler: La Commandante. De toutes mes lectures, je n'ai jamais rencontré un personnage aussi exécrable, horrible et détestable. Et encore ces mots sont si faibles! Cette femme n'est tout simplement pas humaine! 

Et c'est là que Sabaa Tahir va vous surprendre. Au delà du schéma classique de la fantasy dystopique présenté dans ce roman, l'auteure instaure bien plus. Ces éléments, dont je tairais la nature, apportent une énorme touche d'originalité et rendent ce livre unique. Quand je vous disais que c'était une sacrée claque!

Alors accrochez vous car Une braise sous la cendre va vous donner la boule au ventre. Entre complots, esclavage, quête de liberté, sacrifices, meurtres, amitié, amour et courage, vous n'allez pas en sortir indemne. Dans tous les cas, ce roman est absolument à découvrir parce qu'il est juste exceptionnel. Prévoyez juste une petite lecture légère quand vous aurez terminé, vous en aurez besoin!

 

lundi 14 septembre 2015

The Winner's Crime [The Winner's Trilogy #2]

winnerscrime

 

  • Nom: The Winner's Crime [The Winner's Trilogy #2] de Marie Rutkoski
  • Lu en: anglais
  • Pages: 400 pages
  • Sorti le: 12 mars 2015
  • Editeur: Bloomsburry 
  • Niveau de compréhension VO: moyen
  • VF: paru sous le nom The crime le 21 septembre 2017

Suivre votre cœur peut être un crime.
Un mariage royal devrait être une célébration, avec feux d’artifices et danses jusqu’à l’aube. Mais pour Kestrel, promise au Prince, le mariage est un piège. Aussitôt tombés amoureux, Arin est devenu son ennemi. Kestrel brûle de lui dire la vérité : que ses fiançailles sont le prix à payer pour sauver sa vie. Mais dans un monde de mensonge et d’intrigue, comment peut-elle lui faire confiance lorsqu’elle ne se fait pas confiance elle-même ? La vérité éclatera au grand jour, et quand ce sera le cas, Kestrel et Arin apprendront le prix de leur crime.

Depuis ma lecture du premier tome, The Winner's Curse, j'avoue que cette série m'obsédait un peu. Lire la suite m'était indispensable et j'ai tôt fait de me plonger dans ce second tome, The Winner's Crime.

Ma lecture sera sans spoilers et portera donc sur mon ressenti. J'aimerai vous convaincre que cette saga vaut vraiment le coup qu'on s'y intéresse! Non traduite en français, je ne désespère pas qu'elle trouve un jour un éditeur tant ce young adult sort des sentiers battus! En attendant pour les lecteurs VO, n'hésitez pas, vous serez embarqués dans un monde extraordinaire!

Au tout début du roman, il y a une carte qui nous permet de visualiser le monde imaginé par Marie Rutkoski. On est catapulté de plein fouet dans cette conquête du pouvoir et on peut mieux comprendre les personnages quand ils font référence à une région ou l'autre. C'est très bien pensé et cela amène un véritable plus à l'histoire. 

Car ce second tome reprend là où The Winner's Curse se termine. Le monde tel que les Valorians et les Herranis le connaissaient a changé. Herran reprend son indépendance, tandis que Valoria semble tout mettre en oeuvre pour écraser les autres régions. Avec l'empereur aux commandes, la plus grande partie d'échec peut être lancée. Et au coeur de celle-ci? Kestrel et Arin bien sur. 

Promise à un avenir dont elle ne veut pas, Kestrel se retrouve piégée au coeur du Palace impérial. Son rôle va être déterminant pour le déroulement de l'histoire, mais que vous dire... Kestrel est une brillante stratège qui va établir ses règles. Malheureusement, son inexpérience va souvent se retourner contre elle et elle va devoir jouer un jeu très dangereux. On comprend grandement ses motivations - Arin bien entendu - mais Kestrel m'aura souvent énervée. Difficile de la soutenir quand les mensonges sortent à flot de sa bouche. A la fin, j'ai eu véritablement envie de la secouer. Elle a tout gâché. Mais le savait-elle? Pas sur....

Quant à Arin, on découvre une autre facette de sa personnalité. Dans The Winner's Curse, Arin était un vrai combattant, froid et calculateur pour le bien de son peuple. Aujourd'hui, forcé d'être gouverneur à la merci de l'empereur, Arin dévoile  un côté fragile de sa personne. Pris dans le filet des mensonges qui l'entourent, il aura du mal à y voir clair. Surtout en ce qui concerne Kestrel. Suivant son instinct, Arin prendra des risques inconsidérés pour son peuple, mais aussi envers la jeune fille. Mais sa clarté lui fera défaut et au final, la déception sera plus forte...

J'ai adoré ce duo qui gravite vraiment dans un monde sans merci. Arin et Kestrel s'aiment, pour autant, ce second tome ne présente absolument pas de romance. Les deux jeunes gens ne font que penser l'un à l'autre tout le temps, mettant leurs actions en place dans l'espoir de sauver l'autre. A mon sens, c'est encore plus fort, cette connexion qui lie Arin et Kestrel! J'ai vraiment hâte de voir comment cette relation va évoluer dans le dernier tome qui s'annonce explosif.

Au coeur d'une machination, d'une sratégie politique, des mensonges et des complots, The Winner's Crime est un second tome brillant. Il est certes lent, car il n'y a absolument pas d'action, mais son ambiance particulière vous donnera des palpitations et la boule au ventre. C'est sur, Marie Rutkoski sait comment s'y prendre pour embarquer son lecteur dans un monde fantasy plein de surprises où chaque pas que l'on fait peut être le dernier. Qui gagnera la partie?

mercredi 9 septembre 2015

Harry Potter and the Chamber of Secrets [Harry Potter #2]

chamber-of-secrets

  • Nom: Harry Potter and the chamber of secrets [HP #2] de J.K Rowling
  • Lu en: anglais
  • Pages: 341 pages
  • Sorti le: 27 aout 2013 pour cette édition "15ème anniversaire"
  • Editeur: Scholastic
  • VF: paru pour la 1ere fois sous le nom Harry Potter et la chambre des secrets en septembre 1999

Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potions magiques, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry et ses amis Ron et Hermione trouveront-ils le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ?

Depuis l'été 2014, j'ai recommencé à lire Harry Potter en VO, grâce à cette magnifique édition 15ème anniversaire. Redécouvrir l'univers dans son état original est tout à fait plaisant, surtout quand on a lu les livres il y a quelques nombreuses années! Concernant ce second tome, j'avoue avoir mis du temps à m'y intéresser car j'avais en mémoire le souvenir d'avoir moins aimé. La faute au film, probablement, qui fait partie de ceux (avec le 6ème) que j'apprécie moyennement.

Or, lors de cette lecture, j'ai été agréablement surprise. J'avais oublié comme une relecture fait du bien! Ainsi, le roman m'a beaucoup plu. Je me suis rendue compte que le film avait raccourci certains passages, supprimé ou modifié d'autres. De fait, le livre m'a fait revivre des scènes que j'avais complètement oubliées et qui étoffent bien plus largement l'histoire. Le livre n'en ressort que plus détaillé, complet.

Ce fut donc avec délice que j'ai retrouvé le trio, alors âgé de 12 ans. Harry, Ron et Hermione sont toujours aussi attachants, intelligents et soudés. Leur amitié est belle à voir et va se confirmer, comme on le sait, au fur et à mesure des tomes. Si l'intrigue reste "gentille" elle permet de mieux comprendre les enjeux qui pèsent sur Harry - s'entend son passé, sa célébrité etc -. Ce n'est pas facile pour lui d'évoluer mais le petit gars est solide et je pense que je l'avais oublié. Notons aussi la rencontre avec Jedusor (ou Riddles en anglais!), son implication passée et future. Sans trop en faire, JK Rowling nous mène déjà vers la suite qui s'annonce plus sombre. Bien que ce second tome ne signe pas encore un tournant dans l'histoire, on sent clairement une progression.

En bref, cette relecture m'a réconciliée avec ce second tome. Il reste peut être en deça de certains autres mais il n'en reste pas moins très bon. Il ne fait que confirmer que Harry Potter est la saga la plus complexe et évolutive que j'ai jamais lue! Une valeur sure, sans aucun doute!

lundi 31 août 2015

PS: I still love you [ To all the boys I've loved before #2]

ps i still love you

  • Nom: PS I still love you [To all the boys I've loved before #2] de Jenny Han
  • Lu en: anglais
  • Pages: 337 pages
  • Sorti le: 26 mai 2015
  • Editeur: Scholastic Press
  • Niveau de compréhension: facile
  • VF: à paraitre sous le nom Ps: Je t'aime toujours le 23 septembre 2015

Lara Jean ne s’attendait pas à tomber réellement amoureuse de Peter. Elle et Peter faisaient juste semblant. Sauf que soudainement, ce n’était plus le cas. Maintenant Lara Jean est plus confuse que jamais.Quand un autre garçon de son passé revient dans sa vie, les sentiments de Lara Jean pour lui reviennent aussi. Une fille peut-elle aimer deux garçons à la fois ?

NOTE: Risque de spoilers sur le 1er tome!!! 

Quel plaisir de retrouver Lara Jean et tout son petit univers. Souvenez-vous, j'avais adoré le premier tome qui avait été pour moi comme un petit bonbon qu'on déguste. La magie avait opéré et c'est avec impatience que j'attendais cette suite. Bien que j'ai passé un très agréable moment, je ne peux m'empêcher de le trouver en-deça de son prédécesseur.

Avec Ps: I still love you, Jenny Han met l'accent sur la difficulté d'une relation adolescente. Peter et Lara Jean ne s'imaginaient pas tomber réellement amoureux l'un de l'autre, pour autant, ils ont du mal à se l'avouer clairement. Les non dits s'installent et un fossé commence à séparer nos deux amoureux. L'auteure s'amuse à mettre pas mal d'obstacles sur le chemin du couple, pour tester leur amour. C'est aussi énervant que drôle que touchant. Ce second tome nous démontre que même si jeune, lorsque les sentiments sont sincères et qu'on les assume, on peut tout affronter!

Lara Jean est toujours aussi attachante. Dans cette suite, son amour pour Peter grandit autant qu'il l'effraie. En effet, convaincue qu'il tient toujours à Gen, elle ne cesse de se comparer à sa rivale et ancienne amie. Ses doutes sont légitimes mais souvent, Lara Jean manque de recul. Elle n'ose pas imaginer que Peter a tourné la page, ne se trouvant pas assez bien. Malgré tout elle s'accroche et nous offre une belle palette d'émotions. Quant à Peter, je l'ai toujours autant apprécié. Je pense qu'il avait ses raisons pour garder le silence sur certains points, pourtant cela aurait grandement facilité les choses s'il avait ouvert son coeur. Peter a sa fierté et est loyal, on ne peut que l'aimer, malgré son petit air de Mr-Beau-Gosse-et-Populaire. Cela étant, on le sent sincère avec Lara Jean et c'est ce qui compte!

Par ailleurs, l'auteure introduit légèrement un triangle amoureux avec le retour de John Ambrose McClaren. J'avoue que j'avais un peu peur mais j'ai beaucoup apprécié ce garçon. Son personnage est plutôt bien dosé et sa relation avec Lara Jean bien amenée. Jenny Han a réussi à trouver son juste milieu et démontre encore une fois combien Lara Jean et Peter partage un lien solide. Quant à la famille, c'est toujours un régal de la retrouver. J'ai toujours aimé cet aspect dans ce dyptique, c'est assez rare que le côté familial soit aussi développé dans les YA. Kitty apporte la grande touche d'humour, inévitablement! Pour une gamine de 10 ans, elle a de la suite dans les idées! Ce serait drôle d'avoir un spin-off la concernant, tant elle est imprévisible! 

En conclusion, j'ai trouvé cette suite vraiment bien. Le style de l'auteure est toujours aussi agréable et réaliste, rendant la lecture fluide. On ne peut que s'attacher à ses personnages qu'on a finalement pas envie de quitter. On a cette impression de faire partie de leur quotidien et c'est avec le coeur gonflé d'amour et un joli sourire qu'on referme le livre. 

dimanche 30 août 2015

The Winner's Curse [The Winner's Trilogy #1]

winner curse

 

  • Nom: The Winner's Curse [The Winner'sTrilogy #1] de Marie Rutkoski
  • Lu en: anglais
  • Pages: 355 pages
  • Sorti le: 4 mars 2014
  • Editeurs: Farrar, Straus & Giroux | Bloomsbury
  • Niveau de compréhension: moyen
  • VF: paru sous le nom The Curse en février 2017

"Gagner ce que vous voulez pourrait vous coûter tout ce que vous aimez"
En tant que fille de général d'un vaste empire, Kestrel a deux choix : elle peut rejoindre les rangs militaires ou se marier. Mais Kestrel a d'autres idées en tête. Un jour, elle est surprise de se trouver des affinités avec Arin, jeune esclave aux enchères. Suivant son instinct, Kestrel l'achète, pour une somme sensationnelle qui fera naître de nombreuses rumeurs. Il ne faudra pas longtemps avant qu'elle doive cacher ses sentiments grandissants pour Arin. Mais lui aussi a un secret et Kestrel apprendra rapidement que le prix qu'elle a payé est bien plus élevé que tout ce qu'elle aurait pu imaginer.

Résumé traduit par Lili's Wonderland.

Quelle surprise, mais quelle surprise! Ce roman, je le voyais depuis quelques temps sur divers blogs et il m'intriguait. Outre sa sublime couverture, je trouvais le résumé très intéressant, ce qui m'a convaincu. Pour tout vous dire, je l'ai lu en numérique. Or je ne lis que très peu dans ce format mais ce roman m'a tellement plu que je n'ai pas pu lâcher mon téléphone (à défaut d'avoir une liseuse). Les pages défilaient sans que je m'en rende compte, prouvant à quel point j'ai été emportée dans cette histoire.

Marie Rutkoski imagine ici son propre univers avec d'un côté les Herrani et de l'autre les Valorians. Pendant longtemps, les Herrani ont vécu dans la prospérité et le luxe. Mais un jour, les Valorians les ont attaqués, leurs volant leurs richesses, leurs maisons. C'était il y a 10 ans. Depuis, les Herrani sont devenus esclaves au sein de la société valorian, travaillant dans leurs maisons qui ne sont que les fantômes de leur passé.  Kestrel, une jeune aristocrate valorian, fille du général de l'armée, aime la musique par dessus tout. Mais son père, respecté de tous, attend d'elle qu'elle le rejoigne dans les rangs militaires ou, si ce destin ne lui convient pas, qu'elle se marie. La jeune fille, forte et indépendante, ne rêve ni de l'un, ni de l'autre. Un jour qu'elle se promène avec son amie Jess, elle assiste à une vente aux enchères d'esclaves... et acquiert malgré elle l'enigmatique Arin pour une somme dépassant l'imagination.

Commence alors une histoire hors du commun qui nous plongera d'abord dans les coutumes et habitudes de nos personnages. Kestrel et Arin sont des protagonistes fouillés et réfléchis, à la personnalité très forte. J'ai beaucoup apprécié les suivre, chacun de leur côté grâce à une narration à la troisième personne qui nous permet d'avoir une vision plus large de ce qu'il se trame. Dans ce roman, oubliez les clichés ou la romance facile. Kestrel fait partie de ces héroïnes à forte tête, intelligente, et surtout brillante stratège. Elle est têtue mais aussi douce quand elle le veut. Son rôle est déterminant et elle fera beaucoup de sacrifices. Elle est totalement surprenante. 

Quant à Arin, on découvre assez tôt tout l'enjeu de son rôle en tant qu'esclave au sein de la villa de Kestrel. Ses intentions sont assez claires mais cela ne gâche pas notre plaisir. Que du contraire, j'ai trouvé son implication passionnante. Ce personnage mystérieux se dévoile au fur et à mesure de la lecture et on se rend compte que Arin est extrêmement charismatique. Sa présence nous coupe le souffle, sa détermination, ses croyances, tout nous surprend. Et si Arin est aussi fort, il est aussi par moment vulnérable. Il a une vision des choses particulière, et des sentiments parfois difficiles à cerner. Mais on s'y attache, car si les mots lui manquent, ses actes parlent pour lui. 

Arin et Kestrel forment un duo comme je les aime. Oubliez les romances clichés, ici le contexte ne nous permet pas de nous y attarder. Mais entre les deux, un lien unique se tisse, intense. L'auteure prend vraiment son temps de ce côté et c'est un vrai régal. Marie Rutkoski ne précipite rien, rendant encore plus crédible son histoire. Une histoire, justement, qui n'est en rien banale vu qu'elle met en lumière plusieurs thèmes intéressants: l'esclavage, la politique, la rébellion. The Winner's Curse c'est une immense stratégie, une partie de carte, un jeu d'échec. Tout est calculé, pensé, avec brillance, intelligence. C'est palpitant, renversant. Et très réaliste. L'auteure nous dépeint un monde difficile, où rien n'est jamais acquis. Oui il y a de beaux moments de tendresse, mais la violence est aussi très présente. Chacun doit avancer ses pions avec prudence sous peine de perdre la partie. Mais Arin et Kestrel, eux, sont bien déterminés à gagner.

En conclusion, ce roman sort vraiment des sentiers battus. Malgré une certaine lenteur dans le récit, on ne s'ennuie jamais. Marie Rutkoski a vraiment creusé son histoire et tient toujours le lecteur en haleine, à chaque moment. C'est divinement bien écrit et quand arrive le dernier chapitre, on se dit juste qu'on envie de savoir la suite. Car l'auteure est surprenante et le second tome risque de faire évoluer le jeu avec encore plus d'intensité.