► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mercredi 30 mai 2018

Marqués [Skin Books #1] de Alice Broadway

marques

  • Nom: Marqués [Skin Book #1] de Alice Broadway
  • Lu en: français
  • Pages: 300 pages
  • Sorti le: 7 juin 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom Ink le 2 février 2017
  • Premier tome d'une trilogie

Qui était le père de Léora ? Après la mort de ce dernier, la jeune fille souhaite célébrer la mémoire de cet homme qu’elle a toujours admiré. Mais, lorsqu’elle découvre que des passages du livre retraçant sa vie sont incomplets ou faux, Léora commence à douter. De plus, un tatouage représentant une corneille dénonce son père comme coupable d’un crime…

114149306

Marqués est un roman qui me faisait envie depuis sa sortie VO, notamment grâce à sa sublime couverture. J'avoue que je ne m'attendais pas à le voir traduit, mais je n'ai pas hésité quand l'occasion s'est présentée de le lire un peu en avance. Marqués est un roman spécial, qui m'a laissée plus mitigée que je l'aurai voulu.

 Commencons cependant par ses bons points. Marqués est un roman dystopique comme j'en avais plus lu depuis un moment. L'univers est très original et unique en son genre. Vraiment, je peux dire que j'ai été surprise et plutôt embarquée par ces croyances liées aux tatouages. M'étant faite tatouée il y a peu, j'ai sincèrement apprécié tout ce contexte, les questions liées aux tatouages, ce qu'ils représentent, pourquoi celui là et pas un autre, le message qu'ils feront passer et ce qu'ils disent de nous. Mais plus encore, quand une personne quitte ce monde, sa peau tatouée devient livre, afin qu'on se souvienne d'elle. Toute cette dimension m'a intéressée et m'a permise de m'accrocher au roman.

Et si les tatouages représentent la vie de cette société particulière, elle est néanmoins confrontée à certaines légendes ancestrales et surtout aux Immaculés, ces gens non tatoués qui seraient dangereux car dénués d'âme. Un concept original donc mais là où ça coince, c'est la pensée manichéenne des personnages qui n'arrivent pas à concevoir que tout ne peut pas être blanc ou noir, mais que des nuances existent.

C'est principalement cette pensée qui m'a gênée, et qui reflète bien notre héroine Leora. La jeune fille vient de perdre de son père et se pose des questions quant à son livre. Lorsque celui-ci est confisqué, Leora sent qu'on lui cache des choses mais est bien loin de se douter de la vérité. Une quête commence alors pour elle, avec des rencontres pas tout à fait anodines. 

Leora est donc un personnage que je n'ai pas apprécié, car elle n'évolue pas beaucoup. Je l'ai trouvée parfois trop egocentrique et surtout, très fermée d'esprit. Cette vision des choses tranchée ne m'a pas plu et de fait, je n'ai absolument pas pu m'attacher à elle. J'aurai aimé que Leora puisse accepter que son petit monde est bien plus vaste, qu'il y a des causes qui méritent qu'on se batte pour elles, quitte à prendre des risques. Les autres personnages n'ont malheureusement pas relevé le niveau, même si certains se révèlent être plus intéressants au fil des pages. 

Quant à la plume de l'auteure, elle ne m'a pas réellement séduite, avec son ton distant et narratif. J'avoue que les premiers chapitres sont assez déprimants en plus d'être déroutants et que j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Heureusement que l'univers de Alice Broadway est suffisamment travaillé pour nous tenir intrigués.


En bref, si je n'ai pas été séduite par les personnages et leur vision manichéenne du monde ainsi que par la plume de l'auteure, j'avoue que j'ai adoré tout l'aspect relié aux tatouages et ce qu'ils signifient. L'élément dystopique est réellement intéressant et suffisamment travaillé pour en faire un univers original. Bien que je me sente mitigée par cette lecture, je vous encourage tout de même à lui donner sa chance, son ambiance unique et mystérieuse pourrait vous plaire.


mardi 29 mai 2018

Les gardiens des secrets de Trenton Lee Stewart

les gardiens

  • Nom: Les gardiens des secrets de Trenton Lee Stewart
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 19 avril 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom The Secret Keepers le 27 septembre 2016
  • Tome Unique

Au lieu d'aller à l'école, Ruben préfère mille fois explorer la Nouvelle-Ombrie. Parcourir les ruelles désertes, escalader les façades, se faufiler dans les moindres passages... Jusqu'au jour où il se retrouve coincé au sommet d'un immeuble abandonné et découvre une montre ancienne. Ruben n'est pas au bout de ses surprises : véritable trésor, cet objet suscite la convoitise de bien des gens, et donne à son porteur le pouvoir d'invisibilité... Ruben et sa complice d'aventure, Penny, vont devoir protéger leur trouvaille, coûte que coûte...

114149306

Les gardiens des secrets me faisait vraiment envie avec sa couverture magnifique qui invite à l'évasion, au monde marin, à un mystérieux phrare, le tout avec des étoiles réhaussées de vernis sélectif doré. Le résumé est également très tentant et promet une chouette aventure. En effet, Les gardiens des secrets nous invitent dans un univers de magie, de trésors, de montre aux pouvoirs exceptionnels, de suspense et de mystères dangereux.

Ruben fait volontiers l'école buissonnière pour aller explorer les recoins de la Nouvelle-Ombrie, escalader les façades et les petits passages cachés. Puis un jour, Ruben fait une découverte alors qu'il est coincé en haut d'un immeuble : une montre ancienne avec une inscription notée : "Ph.P. William". Il ne sait pas qu'il vient de faire une découverte exceptionnelle mais dangereuse car la montre est un objet convoité par des gens mal intentionnés dont un dictateur nommé la Fumée, dont on ne sait vraiment si il est humain.  

Je trouve que la quatrième de couverture en dit trop et vous spoile sur les 150 premières pages du roman mais j'ai pris plaisir à faire connaissance avec Ruben qui s'avère être un héros attachant mais pas très réfléchi. Disons qu'il en fait un peu trop à sa tête et cela va lui valoir une fuite effrénée pour échapper à plusieurs ennemis dont mes préférés sont les étranges Directions, des hommes qui patrouillent dans la ville en formation de triangle et qui font office de collecteurs d'impôts et de taxes. Ruben va tout faire pour sauvegarder sa découverte et passer inaperçu pour mener à bien son enquête à savoir à qui appartient cette montre magique.

La lecture est captivante, le récit est fluide et efficace, teinté parfois de petits passages poétiques. Car avec cette milice qui sévit dans cette ville, les journées sont moroses, tristes et oppressantes. La découverte de Ruben est une bouffée d'air frais qui va lui permettre de plonger au coeur d'une aventure faite de secrets. L'ambiance et la tension du livre maintiennent le lecteur en haleine car on est sans cesse sur le qui-vive à cause de ces Directions qui effraient et intimident... le Phare apparaît alors comme un refuge, une lumière dans le tunnel grisâtre de la ville et qui offre une porte ouverte vers une famille pleine de secrets, de trésors et d'histoires qui frôlent parfois le roman de piraterie!


En bref, de jolis rebondissements, une intrigue de qualité qui divertit et nous fait passer un bon moment, des héros attachants et un cliffhanger stressant, qui vous fera crier de frustration! Un roman d'aventure soigné et plein de suspense sur fond de malédiction et d'objets magiques... J'adore!

chronique_lael

mercredi 16 mai 2018

La fille qui n'existait pas de Natalie C. Anderson

la fille qui n'existait pas

  • Nom: La fille qui n'existait pas de Natalie C. Anderson
  • Lu en: français
  • Pages: 420 pages
  • Sorti le: 1er mars 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom City of Saints and Thieves le 24 janvier 2017
  • Tome Unique

Tina ne vit pas, elle survit sur le toit d'un immeuble des bas-fonds de Sangui. Cambrioleuse la plus habile d'un gang kényan, elle ne pense qu'à une chose: venger sa mère assassinée par son ancien employeur, le nabab blanc M. Greyhill. L'occasion se présente enfin quand on l'envoie pirater l'ordinateur de ce dernier dans sa luxueuse ville. Prise sur le fait par Michael, le fils Greyhill avec lequel elle a grandi, Tina commence à douter. Submergés par les souvenirs de leur enfance, les deux jeunes gens décident de passer un marché... Entre les rues inquiétantes de Sangui et la guerre qui menace son village natal, Tina voit sa vengeance prendre un tournant qu'elle n'aurait jamais pu imaginer.

114149306

Quelques jours après avoir lu La fille qui n'existait pas, j'ai encore un peu de mal à poser mes mots quant à mon ressenti. Globalement, j'ai bien apprécié ma lecture grâce à une intrigue plutôt addictive, mais j'ai toutefois eu du mal à progresser face à la violence de certaines situations, basées sur des faits réels. 

Au-delà de son histoire fictive, ce roman est un vrai coup de poing qui ne laisse pas indifférent. C'est une lecture un peu dérangeante qui nous fait sortir de notre petit confort. A l'idée que ces choses se passent réellement est révoltant, d'autant plus qu'on ne sait pas y faire grand chose. C'est pour moi la plus grande force du livre, qui nous questionne, nous bouscule. Durant ma lecture, je me suis intéressée à la région du Kenya et du Congo pour en savoir davantage, même si ça fait mal. C'est aussi très dépaysant car on est à mille lieues de nos quartiers sécurisés. 

Le fil conducteur est plutôt simple mais bien trouvé puisqu'il tourne autour de la vengeance de Tina suite à l'assassinat de sa mère. Une disparition qui l'a profondément marquée, changée et endurcie mais qui contient encore bien des zones d'ombre. Alors que la jeune fille est aveuglée par son but de faire payer l'assasin présumé, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu...

C'est tout l'intérêt de l'intrigue qui maintient le lecteur en haleine. Qui était la mère de Tina et pourquoi l'a-t-on tuée? Mais surtout qui? Alors que la jeune fille est certaine qu'il s'agit du richissime Mr Greyhill, ses convictions vont s'ébranler lorsque son fils - et ancien ami- lui propose d'enquêter afin de découvrir la vérité. Une course contre la montre débute, avec son lot de découvertes, la menace du gang, mais pas que... dans cette jungle hostile, comment démêler le vrai du faux? A qui faire confiance? 

Honnêtement, malgré la dureté du contexte, l'histoire n'en reste pas moins addictive même si j'avoue avoir trouvé quelques passages trop longs. La plume de l'auteure est fluide et explique bien les choses, cependant je l'ai trouvée un peu trop distante, comme les personnages. C'est sans doute mon seul point négatif - hormis la violence de certains passages et le côté révoltant du bouquin, parfois choquant - que je note à ce livre. Je n'ai pas pu m'attacher ni compatir avec Tina, Mickael, Skinny. Pourtant, ils évoluent énormément et font preuve d'une bravoure extrême, je leur reconnais bien cela. 

La fille qui n'existait pas est donc un roman intéressant qui sort des sentiers battus. Même si je n'ai pas adoré à cause du contexte assez sombre, cette lecture m'a sauvée d'une sacrée panne qui pointait le bout de son nez. Dans le genre YA, il se démarque et rien que pour ça, je recommande.


En bref, même si je ne me suis pas attachée aux personnages et que cet aspect a rendu ma lecture plus distante, La fille qui n'existait pas n'en reste pas moins un roman percutant et différent. Il nous narre une histoire poignante basée sur des faits réels qui nous donnent à réfléchir. C'est un livre révoltant mais aussi addictif grâce à une intrigue bien menée, quoiqu'un peu longue. Si ce n'est pas une lecture que j'affectionne à cause de sa dureté, je la recommande néanmoins fortement car dans le paysage YA, La fille qui n'existait pas est assez unique en son genre.

vendredi 20 avril 2018

La princesse et l'alchimiste de Amy Alward

la princesse et l'alchimiste

  • Nom: La princesse et l'alchimiste de Amy Alward
  • Lu en: français
  • Pages: 338 pages
  • Sorti le: 16 mai 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The Potion Diaries le 2 juillet 2015
  • Premier tome d'une quadrilogie

Lorsque la princesse de Nova tombe amoureuse de son reflet après avoir bu un philtre d’amour qui ne lui était pas destinée, la famille royale décide de convoquer tous les alchimistes de la ville pour qu’ils dénichent les ingrédients nécessaires à la fabrication d’un antidote. Un grand prix sera remis à celui qui parviendra à délivrer la princesse de son enchantement. Et, quoi de mieux que réaliser cette recherche par le biais d’une émission de télé-réalité ? Samantha, une jeune alchimiste accompagnée de Zain, se retrouvent tous les deux plongés dans cette folle aventure, qui les mènera aux quatre coins du monde. Mais trouveront-ils l’antidote ?

114149306

Si je vous dis que j'ai la série en VO et que ce fut une excellente surprise de m'apercevoir que La princesse et l'alchimiste n'est autre que la traduction de The Potion Diaries et que ce n'est qu'à ce moment là que j'ai fait le rapprochement!!  Si vous aimez la fantasy, les sirènes, les licornes, les philtres et les potions magiques, le monde des alchimistes et des pouvoirs extraordinaires, bienvenue dans ce premier tome très prometteur qui va vous faire passer un excellent moment de détente.

A mi-chemin entre Nevermoor (de Jessica Townsend) et The secret of a Heart Note (de Stacey Lee), La Princesse et l'Alchimiste nous plonge au coeur du royaume de Nova. Imaginez ainsi un royaume totalement magique, où les Talentueux (ceux qui possèdent les pouvoirs magiques) côtoient les Ordinaires (ceux qui n'ont pas de pouvoirs). Parmi les Ordinaires, il y a Samantha qui a hérité du talent de son illustre famille, à savoir la famille Chimi, Alchimistes de renom en plein déclin. 

La Princesse Evelyne a concocté un philtre d'amour, une potion interdite car dangereuse à destination de son meilleur ami Zain dans l'espoir de faire un mariage romantique. Malheureusement c'est elle qui boit la potion... et tombe amoureuse de son reflet! Ainsi la jeune fille se trouve complètement sous le charme de Lyne mais ne comprend pas pourquoi elle ne peut la toucher. Pour corser le tout, la princesse Evelyne possède d'importants pouvoirs magiques, lesquels sont influencés par ses émotions et ses états d'âme. La famille royale de Nova est en émoi et pour sauver le royaume d'une destruction, et préserver son équilibre, elle décide d'organiser une Chasse fantastique. 

L'objectif étant de réunir les meilleurs alchimistes pour qu'ils puissent élaborer un antidote au philtre d'amour et qui permettra de guérir la princesse de la folie de son coeur. Samantha est appelée mais sa famille s'y oppose suite à une vieille querelle qui oppose les Chimi alchimistes à la famille Aster les Synthétiques. Samantha Chimi va s'allier avec Kirsty l'Exploratrice et tenter de chercher les différents ingrédients nécessaires à l'élaboration du remède.

 Et c'est là que l'aventure commence car on va voyager dans des recoins du monde, dangereux et regorgeant de créatures fantastiques (sirènes, licornes, lierre carnivore, chauve-souris vampires, yéti aux griffes acérées, fleurs magiques)... la quête est périlleuse, palpitante et passionnante. Il y a de très bonnes idées qui réinventent le genre fantasy jeunesse.

Puis il y a les personnages attachants et la relation affective entre Zain Alster et Samantha. Imaginez ce royaume et tous ces ingrédients magiques dans un univers et décors très moderne avec les médias, les portables, les ordinateurs, les réseaux sociaux qui cohabitent avec la magie notamment des portails de téléportation. Avouez que c'est génial non ? On y évoque avec charme et légèreté l'adolescence, les problèmes d'amitié soumis au poids des traditions familiales, l'amour, le sens du sacrifice et du devoir familial, les notions d'héritage et de transmission. 

 L'intrigue quant à elle, est très bien menée avec de nombreux rebondissements et le sens des révélations sur une tonalité très divertissante car cette Chasse fantastique va être complètement médiatisée comme un jeu de télé-réalité! La fin laisse peu place à l'imagination toutefois, je l'ai trouvé très classique et sans cliffhanger appétissant. Zain est un personnage masculin peu énigmatique et d'ailleurs l'ingrédient final m'a complètement pris au dépourvu.


En bref, un univers magique qui m'a totalement séduite pour une lecture amusante, drôle et rafraîchissante. J'ai trouvé ça très sympa et fun, surtout que ça fonctionne bien et qu'il y a un un bon potentiel, en espérant que la suite apporte encore plus de surprises.

chronique_lael

dimanche 8 avril 2018

L'horloge de l'apocalypse de Lorris Murail

horloge de l'apocalypse

  • Nom: L'horloge de l'apocalypse de Lorris Murail
  • Lu en: français
  • Pages: 331 pages
  • Sorti le: 5 avril 2018
  • Editeur: PKJ
  • Fiche: présentation officielle
  • Tome Unique

En cavale malgré elle, Norma, dix-neuf ans, abandonne tout pour se cacher dans une tiny house au fin fond du désert d’Arizona. À sa charge, Liz, sa nièce de huit ans qu’elle doit protéger. Pour survivre, elle trouve un boulot de serveuse dans le diner du coin. Alors que Norma peine à s’acclimater à sa nouvelle vie et aux habitants agressifs de la région, elle découvre un mystérieux canal radio. Elle se met alors à écouter en boucle un certain OT, jeune animateur qui mêle blues, anti-trumpisme et prêches apocalyptiques sur le dérèglement climatique et la fin du monde…

114149306

Avec une couverture pareille et un résumé tout aussi alléchant, je pensais sincèrement lire un roman pré ou post apocalyptique, avec une héroine prête à tout pour survivre quitte à être en cavale et se cacher au fin fond de l'Arizona. J'étais très loin du compte et j'ai malheureusement ce sentiment d'avoir été trompée. Car l'horloge de l'apocalypse n'est pas un roman d'action, d'aventure et de survie. C'est un roman engagé et moralisateur, et ça, ça fait toute la différence. 

Un roman engagé donc, qui nous conte, à travers une intrigue plate et ennuyeuse, les dégats que peut faire l'être humain sur sa planète. Objectivement, je suis d'accord avec l'auteur, je suis inquiète de voir à quel point notre planète va mal, entre le réchauffement climatique, la surpopulation et la consommation toujours plus accrue. C'est vrai qu'il faudrait se bouger les fesses. Parce qu'à l'heure actuelle, l'horloge de l'apocalypse, la vraie (concept créé en 1947 pendant la guerre froide), nous indique que nous sommes à minuit moins 2, chose qui n'était plus arrivée depuis 1953. 

Mais dans un roman YA, je m'attendais tout de même à quelque chose de plus attractif pour faire passer ce message sur l'écologie. Or, l'histoire est tout, sauf attractive. On suit Norma et sa nièce, Liz, en Arizona, en attendant que le frère de Norma sorte de prison. Forcée de se débrouiller pour offrir un minimum à la petite fille, notre héroine se dégote un job dans un resto ouvert 24h/24 et où les fréquentations ne sont pas toujours recommandées. 

J'avais espéré quelques rebondissements, en vain. Malheureusement, les personnages ne relèvent pas le niveau. Je me suis maintes fois demandée pourquoi Norma restait dans ce trou paumé alors que clairement, sa vie est menacée. OT et ses prédictions à la radio m'ont lassée (c'est bon, on a comprit que la planète se meurt!), Liz m'a carrément fait froid dans le dos et pour une petite fille de 8 ans, c'est quelque chose! Enfin, je n'ai pas spécialement adhéré à cette image des Américains ultra conservateurs. Certes, je sais que tout cela est réel, il n'empêche qu'à la lecture, ce fut assez usant de voir ces gens saccager, polluer pour le plaisir, enfermés dans leurs petites idées et pro-Trump. Plutôt dur à avaler...

Moi qui aime voyager, rêver, m'évader quand je lis, je dois avouer que ce roman fut un peu une torture. Je suis consciente des enjeux de la planète, mais ce n'est pas ce que je recherche quand je lis du young-adult. Je ne suis pas non plus certaine que ce livre arrivera à sensibiliser les plus jeunes sur la question tant l'éxécution de l'intrigue est mal faite. On a plus l'impression qu'on nous fait la morale qu'autre chose.


En bref, je n'ai pas du tout aimé cette lecture qui ne correspondait pas à ce à quoi je m'attendais. Pensant lire un roman dans une ambiance apocalyptique, je me suis retrouvée avec un livre très engagé et moralisateur sur l'écologie et le comportement humain. Un message en soit intéressant, qui repose d'ailleurs sur la réelle horloge de l'apocalypse, fondée en 1947, mais exploité plutôt de manière dure, cassante et peu optimiste. Sans réel but, l'histoire ne m'a vraiment pas captivée et c'est avec une grosse déception que j'ai refermé ce livre qui n'était pas fait pour moi.


dimanche 25 mars 2018

Le dernier saut de Alexandra Sirowy

le dernier saut

  • Nom: Le dernier saut de Alexandra Sirowy
  • Lu en: français
  • Pages: 416 pages
  • Sorti le: 1er mars 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The telling le 2 aout 2016
  • Tome Unique

Au début de l’été, Ben, le demi-frère adoré de Lana, disparaît sous ses yeux. Les vacances suivent leur cours, mais les fêtes sur la plage et les premiers émois amoureux sont teintés d’inquiétude. Quand Lana et ses amis trouvent le corps de Maggie, l’ex-petite amie de Ben, tout est remis en question : ce dernier est-il mort ? Maggie est-elle impliquée ? Et si Lana était la prochaine victime sur la liste ?

114149306

Après avoir dévoré et apprécié Dans l'ombre de Stella qui fut un coup de coeur, il me fallait découvrir le nouveau thriller de Alexandra Sirowy. Comme pour son précédent roman, Alexandra Sirowy a l'art et la manière de nous plonger dans une ambiance à la fois angoissante mais tellement bien cachée et dissimulée dans le quotidien que rien n'est choquant. Pourtant une légère tension est palpable.

L'héroïne s'appelle Lana. Elle n'était pas très populaire mais l'arrivée de son demi-frère Ben change un peu la donne. Lorsque celui-ci est décédé dans des circonstances terribles, sauvagement assassiné, Lana attire l'attention d'une bande d'amis dont elle a toujours rêvé de faire partie. Ils se rendent souvent près d'une falaise, souvent théâtre de plongeons mortels mais Lana se remémore ses souvenirs avec Ben. Elle n'hésite pas, par défi ou pour échapper au poids de la mort de Ben, elle plonge... sous la surface de l'eau elle retrouve le corps de Maggie... l'ex petite-amie de Ben...

 Je ne vous en dis pas plus car je ne veux pas vous gâcher la surprise et les nombreux effets/ rebondissements de cette intrigue soigneusement menée. Encore une fois Alexandra Sirowy fait attention à l'ambiance, aux décors et apporte à ses thrillers une dimension addictive. Le rythme est sacrément efficace et nous tient en haleine. Le lecteur se demande pourquoi Ben a été tué de cette manière, quel est le lien avec Maggie.

On va donc suivre le déroulement de l'enquête de la police depuis le meurtre de Ben jusqu'à la disparition de Maggie. Si on comprend vite que les deux affaires sont liées, on est complètement perdu lorsqu'il y a une nouvelle victime, amie avec Lana. Est-ce que tout ça a à voir avec Lana ? Est-ce une vengeance habilement orchestrée ? Mais pourquoi ? Il nous manque quelque chose ainsi qu'à Lana pour tout mettre le puzzle en ordre. Mais Lana possède des réponses : Maggie et son amie ont été empoisonné et la mise en scène du dernier meurtre fait froid dans le dos car elle est tirée d'une histoire que Ben racontait à Lana... Alors Ben est-il réellement mort ?

 Mais rien ne vous prépare à ce que l'on va découvrir. Le point fort et l'originalité de l'auteure est de nous proposer certes un thriller addictif, intense, dans des ambiances sombres, inquiétantes... mais il y a aussi une dimension folklorique ou fantastique dans ses histoires. Des becs d'oiseaux retrouvés dans la gorge d'une victime, des empoisonnements, des découvertes macabres auréolées d'histoires racontées pour se faire peur. Et tout s'embrouille, tout est confus, tout se confond pour l'héroïne qui essaye de démêler la logique des meurtres.

Au final j'ai plus apprécié cette intrigue dont le final reste ancré dans un réel, bien glauque où le monstre à proprement parler l'est d'une manière inattendue et choque aussi par cette noirceur de l'âme humaine. On frôle parfois des situations invraisemblables mais l'ensemble est prenant avec un style hyper marquant. Et peu importe si l'alibi est exagéré.


En bref, tout contribue à faire grimper le suspense au plus haut point avec de plus, des décors qui accentuent l'angoisse et la tension ! L'auteure arrive à distiller des indices qui sèment le trouble dans les hypothèses les plus folles. L'héroïne, que j'ai adoré, développe une ambiguïté qui déroute plus d'une fois avec un jeu très convaincant, entre les indices qu'elle découvre, qu'elle cache et sa mémoire qui revient par bribes, ses souvenirs avec Ben, ses sentiments compliqués et contradictoires. Il y a beaucoup de choses à découvrir dans ce roman. Elle aborde dans ce thriller les thèmes des relations fraternelles, des secrets inavouables et horrifiques de famille, de l'enfance volée, perturbée et d'une innocence violentée. Pour moi Alexandra Sirowy est en train de devenir la reine du thriller YA tellement c'est bon.

chronique_lael

vendredi 9 mars 2018

Les aventures de Charlotte Holmes de Brittany Cavallaro

les aventures de charlotte holmes

  • Nom: Les aventures de Charlotte Holmes de Brittany Cavallaro
  • Lu en: français
  • Pages: 288 pages
  • Sorti le: 18 août 2016
  • Editeur: PKJ
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom A study in Charlotte le 1er mars 2016
  • Premier tome d'une trilogie

Jamie Watson, arrière-petit-fils du célèbre Dr Watson, ne voulait pas cette bourse pour Sherringford, un collège chic de la côte Est des États-Unis… et encore moins y croiser Charlotte Holmes. L’arrière-petite- fille de Sherlock a hérité du célèbre détective non seulement son génie mais aussi son tempérament explosif. Mieux vaut, dit-on, l’admirer de loin… Quand un étudiant meurt dans des circonstances dignes des plus terrifiantes histoires de Sherlock, Jamie et Charlotte sont les premiers accusés. Victimes d’un coup monté, ils n’ont d’autre choix que de faire équipe pour mener l’enquête…

separateur-3

 Tout le monde, ou presque, peut être percé à jour. Dans la famille, on n'a jamais cultivé le mystère. On préfère l'éclaircir.

Imaginez que les descendants de Sherlock Holmes et du Dr James Watson se retrouvent dans un collège huppé des Etats-Unis. L'arrière-petite-fille de Sherlock, Charlotte Holmes étudie à Sherringford ainsi que Jamie Watson, arrière-petit-fils du Dr Watson. Et s'ils se rencontraient et se parlaient, deviendraient-ils meilleurs amis ou se détesteraient-ils ? ou alors tomberaient-ils amoureux ? Et pourquoi pas un petit mélange des trois ! Lorsqu'ils sont accusés à tort du meurtre d'un de leur camarade, ils n'ont pas d'autre choix que de renouer avec la tradition et de s'associer dans une enquête étonnante qui suit minutieusement les clés des romans policiers de Watson. L'occasion pour nos nouveaux enquêteurs d'en découvrir davantage sur leur personnalité... et leurs secrets.

Vous adorez les aventures de Sherlock Holmes mais vous pensez qu'il a pris un sacré coup de vieux ? Vous aimeriez que vos ados s'intéressent à ce vaste héritage littéraire ? Mais ils n'aiment pas lire ? Rien de tel qu'un bon coup de neuf sur le fameux duo du crime, avec un peu de romance en prime... et une tonne d'humour et de dérision, avec des méthodes peu orthodoxes. Les aventures de Charlotte Holmes, dynamisées, revisitées, actualisées et remises au goût du jour est un roman qui nous offre des personnages explosifs au caractère truculent et un peu rebelle, des répliques hilarantes et une enquête détonante. Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce roman ce sera les personnages car chacun a une personnalité bien affirmée et les échanges entre Charlotte et Jamie promettent de beaux moments à la fois de rire, d'affection, de colère, d'exaspération et d'émotions. Car voyez-vous Jamie est un peu amoureux de Charlotte mais celle-ci est une énigme à elle toute seule. Et comme il le dit si bien : "Mieux vaut l'admirer de loin."

Ainsi j'ai nettement préféré suivre l'évolution de leur relation et tout ce qu'il y a à découvrir sur le personnage de Charlotte, sa langue débridée, son caractère volatile et son incroyable sens de la déduction et de la logique plutôt que la résolution de l'intrigue (qui a tué Lee Dobson ?). Alors que Jamie est carrément impulsif et est du genre à en venir aux mains pour régler et gérer sa colère. Si vous pensez vite deviner qui est l'identité du coupable, là aussi vous serez servi car même si il y a un Moriarty sous l'affaire, c'est d'une manière assez originale qu'il fait son apparition.


En bref, j'ai adoré la tonalité pimpante et humoristique de cette enquête sous les feux de la rampe! Pour moi ce sont bien les personnages qui font vibrer l'intrigue plus que l'enquête même si la fin a révélé son lot de surprises. L'écriture est fluide, rythmée et je n'ai pas vu le temps passer tellement il se passe tout un tas de choses pour Charlotte et Jamie. J'ai été agréablement surprise surtout que c'est bien la curiosité qui l'emporte sur le côté "policier"... la manière dont sont menées les investigations de Charlotte et Jamie rend l'ensemble hyper sympa, avec des situations rocambolesques et improbables qui m'ont beaucoup amusée. Je lirais la suite avec plaisir.

chronique_lael

vendredi 2 mars 2018

Celle dont j'ai toujours rêvé de Meredith Russo

celle dont j'ai toujours revé

  • Nom: Celle dont j'ai toujours rêvé de Meredith Russo
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 2 février 2017
  • Editeur: PKJ
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom If I was your girl le 3 mai 2016
  • Tome Unique

POUR DEVENIR ELLE-MÊME, AMANDA A TRAVERSÉ BIEN DES ÉPREUVES, MAIS LA PLUS TERRIFIANTE RESTE À VENIR : SA PREMIÈRE HISTOIRE D'AMOUR. Amanda Hardy arrive dans un nouveau lycée. Comme beaucoup, elle souhaite avant tout s'intégrer. Mais malgré sa popularité, un secret l'empêche de s'ouvrir aux autres. Sa rencontre avec Grant remet tout en question. Il est le premier garçon qui parvient à lui faire baisser sa garde. Amanda comprend que pour être heureuse, elle doit se révéler, au risque de tout perdre. Car le secret d'Amanda c'est qu'avant, elle s'appelait, Andrew. Celle dont j'ai toujours rêvé est un récit universel et une fantastique histoire d'amour.

separateur-3

 J'avais déjà repéré cette sortie l'année dernière sans vraiment savoir de quoi il était question. Alors lorsque Géraldine m'a proposé de le lire, vous savez bien que je ne peux refuser un PKJ!!!

Et ce roman m'a pris totalement par surprise. Je suis ressortie de cette lecture bouleversée et complètement émue par les mots d'Amanda et surtout ceux de sa maman. Amanda Hardy est en fait née garçon. Et si l'histoire d'amour d'une fille tombant amoureuse d'un garçon peut paraître banale, celle d'Amanda qui tombe amoureuse de Grant l'est beaucoup moins. Le roman commence sur une tonalité pesante, voire plombante et sombre car on rencontre Amanda dans des circonstances dramatiques, à la suite d'une agression grave qui l'a conduite à l'hôpital... mais progressivement on comprendra que son séjour à l'hôpital, trois ans plus tôt est la suite d'une tentative de suicide qui a profondément bouleversée sa famille. L'écriture de Meredith Russo fait sens et est tout en émotions.

Mieux vaut n'importe quoi, n'importe qui, qu'un fils mort est la première phrase qui a su me percuter et m'interpeller. D'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles j'ai adoré ce roman c'est qu'il a questionné mon rôle et mon ressenti de maman. Forcément avec deux garçons, je me suis posée la question sur leur avenir et si jamais ils étaient homosexuels ou s'ils souffraient de dystrophie du genre, que ferais-je ? 

 Ainsi psychologiquement et littérairement j'étais déjà touchée en plein coeur, le reste de l'intrigue a fait son chemin. Pour fuir les jugements et les agressions à répétition, Amanda part vivre chez son père. Un nouveau départ, une nouvelle vie, un nouveau lycée mais Amanda garde les mêmes appréhensions, les mêmes questions et doutes. Et si quelqu'un découvrait son secret, le pire serait à venir et Amanda risquerait sa vie. Son père en est persuadé. Tout le long du roman on va donc suivre Amanda dans son nouvel environnement. Elle va se faire des amies, vivre une première histoire d'amour touchante mais compliquée du fait de ce qu'elle cache. Puis il y a son père qui a eu énormément de mal à accepter le choix de son fils et qui encore aujourd'hui tente de trouver les bons mots pour ne pas heurter la sensibilité de sa fille. Le récit est ponctué de retours en arrière (six ans et trois ans plus tôt) où le lecteur va comprendre comment Andrew s'est toujours senti fille, comment il en est venu à sauter le pas et à changer de sexe, comment cela a été un choc pour ses parents et la rupture familiale qui a conclu le processus. 

Si j'ai beaucoup aimé ma lecture (dans le même thème j'ai lu George mais pas avec la même intensité) j'ai trouvé que la tension dramatique et la tonalité très juste et mélancolique du roman apporte un plus à l'histoire. J'ai été émue jusqu'aux larmes lorsque la maman d'Amanda explique : Quand tu as eu un an, j'ai regardé tes photos de bébé et j'ai pleuré. Quand tu as eu trois ans, j'ai regardé celles de tes douze mois et j'ai pleuré. Et ton premier jour de maternelle aussi. Les enfants ne cessent de grandir et de changer. Chaque fois que tu clignes des yeux, celui que tu croyais avoir n'est plus qu'un souvenir.


En bref, le thème de Celle dont j'ai toujours rêvé, délicat, important, actuel sur la dysphorie du genre, de la transsexualité, ne peut laisser indifférent le lecteur qui est en vous ou bien le parent qui l'est. Ainsi j'ai trouvé que ce roman avait une belle maturité, avec un message profond et universel, bien plus convaincant que l'histoire d'amour qui reste belle, unique et particulière dans le fond et le ressenti.

chronique_lael

mardi 27 février 2018

Wonder: Nous sommes tous des merveilles de R.J Palacio

wonder album

  • Nom: Wonder - Nous sommes tous des merveilles 
  • Lu en: français
  • Pages: 32 pages
  • Sorti le: 2 novembre 2017
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • Fiche: présentation officielle
  • Album jeunesse

Auggie est un enfant comme les autres. C'est juste que son visage n'est pas comme celui des autres car August est né avec une malformation faciale appelée le syndrome de Treacher Collins. Et ça, les autres enfants ont du mal à l'accepter. L'histoire d'Auggie c'est d'être un enfant pas ordinaire qui fait pourtant des choses très ordinaires comme tous les autres enfants : manger des glaces, jouer au ballon, faire du vélo, se promener avec son chien. Mais à cause de son visage, les gens le voit différemment. Ils rient, le regardent avec une curiosité malsaine et déplacée. Ils disent des méchancetés derrière son dos et tout ça, ça pèse sur Auggie. Ca le rend triste, seul et il sait. Il sait à quel point on le rejette à cause de son visage. Alors quand c'est comme ça, il se rappelle les jolies paroles de sa maman car pour elle il est extraordinaire, il est une merveille. Et si lui ne peut changer de visage, peut-être que les autres eux peuvent changer leur regard sur lui et sur le monde...

separateur-3

Wonder est incroyablement touchant et juste dans ses propos. Pour accompagner la sortie en salles du film Wonder avec Julia Roberts, Pocket Jeunesse ont publié l'album. Cela fait un petit moment déjà que j'ai envie de lire le roman. Mais j'ai préféré commencer par l'album, amoureuse des images captivantes de l'auteur.

Le message de cet album intelligent et pertinent est que haque enfant, chaque être humain est une merveille, au-delà des apparences, au-delà des différences. Avec un texte tout en poésie, tout en sensibilité et en douceur, avec des mots simples à hauteur d'enfants, l'album Wonder cultive la préciosité en évoquant que chacun à sa manière, nous sommes uniques, nous sommes une merveille. Ainsi Wonder est un album magnifique qui appelle à la tolérance, à l'altruisme, à la solidarité, à l'acceptation de la différence. De la bienveillance surtout ! Dans le respect de la différence, dans le regard qu'on porte sur les autres, dans nos relations sociales.

Avec une sobriété littéraire, Wonder est porteur de sens, porteur d'espoir et porteur de jolies valeurs, importantes et nécessaires. Le propos est tellement juste et à la fois si vrai. Du côté des illustrations je suis fan des couleurs utilisées par l'illustrateur : beaucoup de bleu pour des dessins à la fois percutants visuellement et super chouette. Le petit Auggie captive et saura retenir l'attention des enfants, surtout lorsqu'il évoque son voyage spatial et nous raconte sa vision originale de voir le monde.

wonder_1wonder_2wonder_3wonder_4

cliquez pour voir les illustrations en grand.


En bref, plus qu'une vision du monde, Wonder est une pensée du monde, où tout est beau, où il suffit de regarder avec le coeur. Les dessins sont également très lumineux et magnifiques, avec un style très pop et street art! Un message actuel et utile à faire découvrir à tous les enfants dès 5 ans.

chronique_lael

jeudi 1 février 2018

Le Gang des Prodiges [Renegades #1] de Marissa Meyer

le gang des prodiges

  • Nom: Le Gang des Prodiges [Renegades #1] de Marissa Meyer
  • Lu en: français
  • Pages: 608 pages
  • Sorti le: 1er février 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Renegades le 7 novembre 2017
  • Premier tome d'une série

l y a plus de dix ans, les Renégats, un groupe d’hommes et de femmes détenteurs de pouvoirs surhumains, ont vaincu les super-vilains. Ils font désormais régner la paix et la justice. Mais les super-vilains n’ont pas disparu… Parmi eux, Nova, qui a dédié sa vie à la lutte contre les Renégats, responsables de la mort de sa famille. Prête à tout, elle se fait passer pour l’un d’entre eux et infiltre leur repaire afin de les espionner. Mais lorsqu’elle se lie d’amitié avec le fils adoptif des deux principaux Renégats, ses certitudes vacillent…

separateur-3

Marissa Meyer fait désormais partie de mes auteurs incontournables. Ayant adoré les Chroniques Lunaires et trouvé beaucoup de potentiel à Heartless, j'avais hâte de découvrir sa plume dans un univers tout beau, tout neuf, bien loin des contes revisités. Le moins que l'on puisse dire c'est que Meyer a réussi son pari en proposant un livre original et totalement addictif. 

Malgré ses 600 pages, Le Gang des prodiges se dévore. Pas une seule fois je me suis ennuyée dans cet univers fascinant et très bien construit. Tous les éléments ont leur place pour qu'on puisse vraiment saisir toute la complexité et l'étendue du monde imaginé par l'auteure. 

L'histoire commence dix ans avant le contexte actuel. Nova, alors agée de 6 ans, assiste à la disparition brutale de sa famille. Alors que la petite fille attendait d'être sauvée par les Renégats, réputés pour protéger la population, c'est l'Anarchiste Ace qui la prend sous son aile. Elevée au sein des super-vilains, Nova entretient une vengeance personnelle envers les Renégats qui ont non seulement oublié sa famille mais qui ont finalement réussi à reprendre le pouvoir aux Anarchistes. 

Dix ans plus tard, toujours animée de ce sentiment, Nova et ses compagnons échaffaudent un plan afin d'exterminer une bonne fois pour toute cette bande de super-héros qui n'ont en tête que le pouvoir. Du moins, c'est ce que Nova croit dur comme fer jusqu'à ce qu'elle intègre le quartier général en tant que nouvelle Rénègate, mais agissant pour le compte des super-vilains...

J'ai adoré cette stratégie de l'auteure de nous faire découvrir tout le fonctionnement de cette organisation par le biais de Nova qui n'y connait rien. On se retrouve sur le même pied d'égalité et ainsi, on arrive à mieux cerner les choses. Ou à se sentir encore plus ébranlé. Du point de vue de la jeune fille, les Renégats ne sont pas dignes de confiance... et pourtant! En découvrant les équipes, le Conseil, on a un tout autre sentiment. Si le Conseil se fait plus discret, j'ai été prise d'affection par l'équipe de Nova, à commencer par Adrian, ce jeune homme très créatif qui a un sens aigu de la justice et de bien faire les choses. Timide, altruiste, drôle, Adrian est devenu rapidement mon personnage préféré. Il a évolué dans un environnement radicalement opposé à celui de Nova mais c'est bien connu... les contraires s'attirent. 

Quant à Nova, j'ai eu un peu plus de mal avec elle. J'ai bien saisi son sentiment de vengeance, sa déception et sa colère constantes mais j'ai parfois trouvé qu'elle restait trop froide, trop distante. De fait, je n'ai pas pu vraiment m'y attacher. J'avais espéré voir ses idéaux un peu plus secoués mais la jeune fille campe fermement sur ses positions... ou presque. Au fond, je crois qu'elle n'ose admettre que son équipe de Renégats lui plait bien. 

Outre Nova - alias Nightmare - et Adrian - alias Sketch -, on rencontre une foule de monde et j'avoue que j'étais à chaque fois très curieuse de découvrir le pouvoir de chacun. Du côté des Anarchistes, j'ai bien aimé Honey et Leroy. L'une contrôle les abeilles, guêpes, tandis que l'autre est un master en poisons. Malgré leur statut de super-vilains, ils restent plutôt sympas, réalistes et attachants. Du côté des Renégats, j'ai beaucoup apprécié le duo Oscar/Ruby, plus connus sous les noms de Smokescreen et la Tueuse Rouge. Par contre j'ai détesté Frost qui, comme son nom l'indique, maitrise la glace. Comme quoi, il n'y a pas que des gentils chez les Renégats! 

Malgré un fil conducteur qui peut paraitre simple - l'infiltration de Nova - on se rend compte à quel point tout est bien plus compliqué que cela. Je crois que la première guerre a laissé pas mal de traces des deux côtés et que finalement, il n'y a peut être pas un camp de gentils et un camp de méchants bien défini. C'est tout l'enjeu du roman et l'auteure arrive bien à nous faire douter.  Le final nous laisse dans un suspens terrible que je n'avais absolument pas vu venir. Autant dire que toutes les cartes vont être redistribuées! 


En bref, Le Gang des Prodiges est un roman qui m'a énormément plu grâce à son univers particulièrement bien développé, une action bien présente et une équipe de super-vilains et super-héros à rencontrer. C'est passionnant, prenant et il y a tellement à découvrir qu'on ne peut lâcher le livre. Porté par des personnages à la personnalité bien définie, ce roman pose les bases d'un monde complexe qui nous promet bien des retournements de situation et de belles surprises.