► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mardi 19 février 2019

Starlight de Cristina Chiperi

starlight

  • Nom: Starlight de Cristina Chiperi
  • Lu en: français
  • Pages:  240 pages
  • Sorti le: 8 novembre 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • Premier tome d'une duologie

Au détour d’un couloir de l’université, Daisy tombe sur celui qu’elle aurait préféré ne plus jamais revoir : Ethan. Ethan, son ex-meilleur ami passionné par les étoiles et les galaxies. Ethan, le responsable du divorce de ses parents. Six ans après, la colère de Daisy n’a pas faibli et la jeune fille est bien décidée à ignorer l’étudiant. Mais son coeur n’est pas du même avis…

separator

J'ai reçu Starlight complètement au hasard (appelez ça une erreur de casting) et comme il avait l'air sympa, je me suis lancée à sa découverte. Au début, j'ai plutôt bien accroché à ce roman aux thèmes plutôt intéressants, mais très vite mon intérêt est retombé face à une romance trop simple, brouillonne et peu convaincante.

Ce qu'il faut absolument savoir pour éviter trop d'attentes, c'est qu'il s'agit d'une duologie et que la fin propose un joli cliffhanger qui ne va pas en ravir beaucoup. Ce premier tome est donc tout en superficialité histoire de pouvoir tenir la suite. Je vous avoue que je trouve ça dommage car l'idée d'un one-shot me plaisait bien. 

Parlons peu mais parlons bien, ce que je retiendrai ici, ce sont les thèmes abordés: l'astronomie et la philosophie apportent un gros plus à ce livre, ce qui a réussi à maintenir mon intérêt. J'étais curieuse de découvrir les petites citations, réflexions et autres secrets de l'univers. Bien que ça reste léger et peu aprofondi, j'ai vraiment bien aimé cet aspect et ce concept de réunir ces sujets ensemble. 

Pour le reste, je ne peux pas en dire autant de bien, j'ai trouvé les personnages clichés, leurs liens cousus de fils blancs, des dialogues creux, des réactions immatures...Le seul que j'ai pu supporter c'est Ethan, véritable passionné et ami fidèle. Ce garçon a du potentiel, à contrario de Daisy que j'ai trouvée très centrée sur elle-même, capricieuse et cachotière. Je n'ai pas franchement adhéré à son comportement face à ses amis, elle qui pourtant en a bavé plus jeune. C'est toute l'ironie de l'histoire! 

Un roman très superficiel donc, qui a un certain potentiel mais qui se limite au strict minimum, avec des codes déjà vu des centaines de fois. Cependant, si vous voulez une lecture qui reste agréable, n'hésitez pas à lire Starlight, détente garantie. 


En bref, un roman qui fait passer un bon moment, abordant des thèmes très intéressants comme l'astronomie et la philosophie. C'est pour moi le gros point fort du livre, à contrario de la romance cliché et cousue de fils blancs. J'avoue que je m'étais attendue à un tome unique et à plus de profondeur dans le développement mais attendez-vous à une suite qui, selon moi, ne laisse présager rien de bien folichon.


lundi 7 janvier 2019

Le prix du sang [Une braise sous la cendre #3] de Sabaa Tahir

une braise T3

  • Nom: Le prix du sang [Une braise sous la cendre #3] de Sabaa Tahir
  • Lu en: français
  • Pages: 570 pages
  • Sorti le: 22 novembre 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom A reaper at the gates en juin 2018
  • Tomes antérieurs: Tome 1 - Tome 2

Helene Aquilla, la Pie de sang, est assaillie de toute part, elle doit protéger les habitants de l’Empire contre les forces du mal et déjouer les plans de la Commandante. Au même moment, à l’est, Laia cherche à éliminer le terrible Semeur de Nuit et reçoit des menaces inattendues de la part de ses alliés. Quant à Elias Veturius, quelque part entre le monde des morts et celui des vivants, il rejoint les Attrapeurs d’Âmes, sacrifiant sa liberté et son humanité. Au sein de l’Empire et au-delà, la guerre est imminente…

separator

J'attendais cette suite avec impatience, et le moins que l'on puisse dire c'est que la barre est toujours aussi haute et que j'ai bien accroché à ma lecture. Sabaa Tahir a du talent et le démontre encore une fois ici.

Des le début on prend ses marques très rapidement. Les événements nous reviennent facilement en mémoire et on prend le rythme avec aisance. J'ai de suite ressenti le côté addictif du bouquin, ce qui fait que j'ai lu les 40% quasiment d'une traite. Le milieu souffre un peu de longueurs, ce qui m'a fait traîner, mais plus j'avançais, plus la fin me tenait, jusqu'à ce que je termine. Un bon dosage donc, qui m'a tenu en haleine tout le long. 

La force de ce troisième tome réside en deux points: son intrigue et ses personnages. Côté intrigue, Sabaa Tahir s'est plus orientée vers la stratégie politique, ce qui n'est pas pour me déplaire, tandis que la magie et le surnaturel s'y joignent sans difficultés. C'est surprenant mais terriblement bien amené, tout coule de source. J'ai été vraiment happée par l'histoire, les révélations arrivants au bon moment, l'action toujours présente. 

Quant aux personnages, ils sont de plus en plus complexes et j'ai aimé les retrouver. Mes préférées ont été La pie de sang et Laia, qui apportent beaucoup de dynamise au roman. La pie de sang s'est révélée être un personnage très attachant, malgré son rôle. Laia, elle, est toujours aussi sensible, mais gagne en maturité. Enfin, Elias, qui a vu sa vie changer. J'avoue que j'ai moins aimé ses chapitres, moins adhéré à ce qu'il est devenu, mais pour l'ensemble de l'histoire, c'était nécessaire. Objectivement, c'est bien pensé, et comme je le disais, tout est tellement maîtrisé, que tous les enchaînements d'événements paraissent naturels. 

Voilà une série qui va crescendo, qui ne s'essoufle pas, au contraire. Je ne peux que saluer l'auteure, qui a fait un travail remarquable sur sa série et j'ai vraiment hâte de lire le dernier tome qui sera forcément très explosif et plein de surprises. 


En bref, un troisième tome toujours aussi addictif que ses prédécesseurs, une intrigue plus stratégique et politique, des révélations intéressantes, le tout écrit avec brillance et intelligence. On sent que Sabaa Tahir maitrise son univers. Malgré quelques longueurs, j'ai beaucoup aimé la tournure des choses ainsi que les personnages. La pie de sang et Laia ont été mes préférées, apportants beaucoup d'action et de dynamisme au roman. Quant à Elias, si je suis un peu déçue de son histoire, elle est néanmoins nécessaire et je suis curieuse de voir son évolution prochaine. Le quatrième et dernier tome s'annonce tout aussi explosif pour un final passionnant.

mardi 20 novembre 2018

Fandom de Anna Day

fandom anna day

  • Nom: Fandom de Anna Day
  • Lu en: français
  • Pages:  491 pages
  • Sorti le: 18 octobre 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom The Fandom en janvier 2018
  • Tome Unique

Aucune histoire ne mérite qu’on meure pour elle… Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée… Katniss, par exemple ! Le rêve, non ? Du moins, jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l’arc ou de grimper aux arbres, et que vous n’avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Violet, coincée dans son roman favori...

separator

Ce que je peux vous dire pour commencer, c'est que j'ai adoré ma lecture et que j'ai été surprise tout au long du roman. Violet, son frère et ses amies se rendent à une conférence de type comic con d'un livre "La Danse des pendus" qui a été adapté au cinéma. Ils en sont absolument fans et connaissent toutes les paroles, toutes les actions par coeur. Imaginez ainsi que vous vous rendez dans un évènement pour Harry Potter ou Hunger Games, et que d'un coup... vous vous retrouvez pour de vrai plongés au coeur de cet univers. Et c'est votre nouvelle réalité... vous avez atterrit là sans savoir comment c'est possible mais ça l'est. Et bien c'est ce qui arrive à Violet.

Elle essaye encore de se rassurer en se disant qu'elle connaît l'histoire par coeur et qu'il suffit de suivre le scénario du livre en rencontrant les personnages...lorsque BING premier rebondissement de taille, l'un des personnages meurt... Et là toute la donne change, parce que Violet va prendre la place du personnage central et va devenir la nouvelle héroïne de son livre préféré.

On se dit que du coup on connaît d'avance ce qu'il va se passer mais grâce à une écriture géniale et addictive, pleine de rebondissements et avec un univers dystopique sacrément bien ficelé, finalement on reste bluffé. Si bien que j'ai lu ce roman d'une traite, tellement j'étais captivée par l'histoire et surtout le déroulement des faits. Manipulations, trahisons, nouvelles rencontres, personnages secondaires bien campés, Fandom possède une intrigue originale et impeccablement maîtrisée... qui joue donc sur une mise en abîme (une histoire dans l'histoire) maîtrisée, qui ne cesse de nous surprendre.

On a l'impression de connaître d'avance les personnages mais en aucun cas on arrive à anticiper les réactions, les rencontres inattendues et l'apport du groupe de Violet car chacun va avoir sa propre trajectoire à dessiner, pour modifier le cours des choses ou tout simplement vouloir suivre à tout prix le scénario... car leur but est de sortir de là, de la Danse des pendus pour revenir à leur réalité.


En bref, une lecture qui surfe sur la vague des romans YA dystopiques mais qui a su renouveler le genre pour tirer son épingle du jeu et nous proposer quelque chose de neuf et qui change. On retrouve toutes les ficelles d'un bon YA avec une bonne dose de peps et de rebondissements qui font qu'on a plus du tout envie de lâcher le bouquin avant d'en connaître la fin!! Franchement, c'était le pied!!!

chronique_lael

jeudi 18 octobre 2018

Wildcard [Warcross #2] de Marie Lu

wildcard

  • Nom: Wildcard [Warcross #2] de Marie Lu
  • Lu en: anglais
  • Pages: 343 pages
  • Sorti le: 18 septembre 2018
  • Editeur: Penguin Teen
  • VF: à paraitre
  • Tome antérieur: Tome 1

Emika Chen barely made it out of the Warcross Championships alive. Now that she knows the truth behind Hideo's new NeuroLink algorithm, she can no longer trust the one person she's always looked up to, who she once thought was on her side. Determined to put a stop to Hideo's grim plans, Emika and the Phoenix Riders band together, only to find a new threat lurking on the neon-lit streets of Tokyo. Someone's put a bounty on Emika's head, and her sole chance for survival lies with Zero and the Blackcoats, his ruthless crew. But Emika soon learns that Zero isn't all that he seems--and his protection comes at a price. Caught in a web of betrayal, with the future of free will at risk, just how far will Emika go to take down the man she loves?

separator

Warcross avait été un vrai coup de coeur lors de sa sortie l'an dernier, de ce fait, j'attendais Wildcard avec impatience. Je ne savais pas du tout ce qu'avait prévu Marie Lu dans cette suite et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle fut surprenante! 

Alors que Warcross se concentrait plus sur le jeu à proprement parlé, Wildcard fut davantage tourné vers le thriller de science-fiction. Avec une technologie comme le neurolink, peut-on vraiment croire qu'elle sera toujours utilisée à bon escient? C'est ce que démontre ici Marie Lu à travers l'intrigue mise en place. Hideo peut-il être le seul à contrôler le neurolink? Rien n'est moins sur.

Wildcard m'a beaucoup surpris dans son évolution, le jeu étant mis de côté pour se concentrer davantage sur la création même du neurolink. Je dois dire que ça m'a beaucoup plu car tout ce qu'avance l'auteure est tout à fait plausible. A l'heure où nous sommes devenus dépendants d'internet et des smartphones, la réalité augmentée ne parait pas si improbable. Avec une écriture toujours aussi vivace, il est facile de visualiser toute la technologie prendre le dessus sur la réalité, nous enveloppant ainsi dans un monde plus coloré mais moins réel.

Et si l'intrigue nous emmène sur des chemins plus scientifiques, elle est tout de même portée par des personnages très forts qui ne reculent devant rien. J'ai beaucoup aimé la détermination de Emika, tandis que Hideo s'est révélé sous un autre jour. C'est incontestablement le personnage de la saga pour moi. Au delà des apparences et des richesses, voilà un homme blessé, prêt à tout à agir par amour quitte à mettre en danger le monde entier. Son dévouement envers son frère est très touchant, et dans ce tome, Hidéo quitte son costume 3 pièces pour se salir les mains. 

Bien entendu que serait le roman sans Zéro qui représente à lui seul tout le mystère du livre et de Warcross en général. Son histoire est fascinante, les révélations inattendues. Marie Lu a fait un travail exceptionnel sur ce personnage! Enfin, mention à l'équipe des Riders, toujours au rendez-vous pour aider Emika. 

Dans l'ensemble, je fus complètement séduite par cette suite, que j'ai trouvée totalement addictive et bien amenée. Le seul bémol, c'est la fin que j'ai malheureusement trouvée un peu à rallonge et peut être légèrement trop facile. Néanmoins, Marie Lu a très bien su construire son univers, offrant une duologie haletante et originale.


En bref, un second tome très prenant et addictif, évoluant plus vers le thriller de science fiction que le jeu virtuel à proprement parlé. J'ai beaucoup aimé cette évolution qui tient en haleine tout le long, alternant révélations et action. Dans l'ensemble, cette duologie reste vraiment surprenante, nous poussant à nous interroger sur la place du virtuel ainsi que de la réalité augmentée et leur utilisation dans notre vie quotidienne. 

samedi 15 septembre 2018

[Résultats] Gagnez les livres de Julie Buxbaum!!

concours-9anniversaire

  • Présentation

Ce 21 septembre 2018, Mirrorcle World souffle son 9ème anniversaire! Une aventure incroyable qui se doit d'être fêtée! Je suis heureuse de pouvoir vous proposer, avec la complicité de Pocket Jeunesse, un très beau concours: Remportez 2 exemplaires de Trouver les mots et 1 exemplaire de Trois de tes secrets de Julie Buxbaum, une auteure désormais incontournable à mes yeux! 

  • Comment participer ?

C'est très simple, vous devez tout simplement suivre le formulaire ci-dessous! Assurez-vous de bien lire chaque étape et donc de faire défiler le questionnaire jusqu'au bout !Attention tout de même à certaines choses:

  1. Pour en savoir plus sur les romans, voici mon avis sur Trouver les mots et mon avis sur Trois de tes secrets.
  2. Votre adresse postale doit être complète.
  3. Une seule participation par foyer.
  4. En aimant la page facebook du blog, le compte twitter et/ou mon compte instagramvous pouvez gagner une chance supplémentaire à chaque fois!
  5. N'hésitez pas à partager le concours autour de vous sur les réseaux sociaux :)
  6. Le concours est exclusivement ouvert à la Belgique, la Suisse, le Luxembourg et à la France Métropolitaine seulement.
  7. Concours ouvert du 14 septembre au 22 septembre inclus

ATTENTION: Les doublons (voire dans certains cas des triplés) dans les participations entraîneront l'annulation complète du participant. Si vous avez un doute (ben oui ça arrive d'appuyer trop vite sur envoi), n'hésitez pas à me contacter pour que je vérifie, cela n'entrainera pas l'annulation de votre participation!

RÉSULTATS: Ils seront annoncés dans les jours qui suivent la fin du concours.  Les gagnants seront désignés par random.org. Les lots seront envoyés par la maison d'édition, aussi elle ne sera pas responsable d'une éventuelle perte de la poste.


 

  • Résultats

Merci à tous ceux et celles qui ont pris le temps de participer! Sans plus tarder, voici les résultats!!

  1. Kalibizou remporte l'exemplaire de Trois de tes secrets
  2. themusik (Anais C.) remporte un exemplaire de Trouver les mots
  3. Lena (Hélène L.) remporte un exemplaire de Trouver les mots


jeudi 6 septembre 2018

Trouver les mots de Julie Buxbaum

trouver les mots

  • Nom: Trouver les mots de Julie Buxbaum
  • Lu en: français
  • Pages: 368 pages
  • Sorti le: 16 aout 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom What to say next le 11 juillet 2017
  • Tome Unique

Le jour où Kit Lowell, l’amour secret de sa vie, s’assoit à sa table de cantine, David est bouleversé. Il comprend que c’est le moment ou jamais de démarrer une conversation. Mais quoi de plus difficile pour un garçon solitaire, qui ne comprend rien aux conventions sociales ? Kit, elle, cherchait un endroit où on la laisserait enfin tranquille, après la mort de son père. Elle est loin de se douter de ce qu’elle va trouver en posant son plateau à côté de celui de David…

separator

Après Trois de tes secrets, j'avais hâte de découvrir un autre titre de Julie Buxbaum. Le constat? Je deviens fan de l'auteure!! Trouver les mots a été une lecture fabuleuse, qui m'a sortie de ma panne et qui m'a permis de m'évader de mon quotidien le temps de quelques heures. Pourtant, ce n'est pas un livre si facile ou feel-good, mais il a tellement été intense que je ne peux que le qualifier de coup de coeur.

Avec Trouver les mots, Julie Buxbaum met en vedette David et Katherine - Kit pour les intimes. Très vite, le ton est donné. Si David souffre du syndrôme d'Asperger et présente une personnalité hors du commun, Kit vient de vivre le drame de sa vie en perdant son père dans un accident. Les deux n'étaient pas prédestinés à se parler mais voilà qu'un jour, Kit s'assoit à la table de David.

A ce simple contact, la vie des deux jeunes gens va changer, à commencer par David. Que dire, j'ai tellement aimé ce personnage hors norme! Si vous avez vu la série Atypical, David n'est pas sans rappeler un certain Sam. De suite, je me suis attachée à lui et j'attendais ses chapitres avec impatience. Sa personnalité brillante m'a séduite, sa façon de penser et de s'exprimer assez brute de décoffrage, son extrême intelligence... David est un personnage fascinant qui surprend car on ne sait jamais ce qui nous attend avec lui. Je tire mon chapeau à l'auteure d'avoir aussi bien écrit ce personnage si vivant, si vibrant.

Kit, quant à elle, ne voit plus la vie de la même manière. Un bal, la coupe d'un jean....que ce sont ces choses futiles alors que son père est mort? La jeune fille n'arrive plus à s'intéresser à ses amies et aux choses banales auxquelles elle donnait de l'importance avant. Désormais, tout est triste, fade...sauf avec David. Ses chapitres sont plus douloureux car plus tristes mais en même temps, je les ai beaucoup appréciés car j'ai pu comprendre son désarroi. Quand on vit un drame pareil, notre perspective change et peu sont les gens qui s'en rendent compte ou compatissent réellement. De fait, les chapitres de Kit montrent à quel point on peut se sentir seul dans ce genre d'épreuve. 

C'est un livre qui n'a pas véritablement de fil rouge mais qui nous conte la vie de deux adolescents qui tentent de se comprendre et de se faire une place dans ce monde difficile et compliqué. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup à apprendre, que Julie Buxbaum nous faisait réfléchir à travers ses mots et ce que vivent les personnages. On est secoué, mais dans le bon sens. C'est une lecture magnifique qui m'a beaucoup touchée.


En bref, c'est un nouveau coup de coeur pour ce second titre de Julie Buxbaum. Trouver les mots n'est pas une lecture feel-good, bien au contraire, elle nous bouscule et nous fait réfléchir, mais elle est aussi attendrissante grâce à ses personnages si réels et charismatiques. J'ai adoré la personnalité de David et la sensibilité, l'humanité de Kit. Ces deux là forment un duo très inattendu mais extrêmement attachant. Je n'ai qu'une envie, vous dire de lire cette merveille, vous ne serez pas déçus.

mardi 24 juillet 2018

Sur le fil de Estelle Maskame

sur le fil

  • Nom: Sur le fil de Estelle Maskame 
  • Lu en: français
  • Pages: 304 pages
  • Sorti le: 21 juin 2018
  • Editeur: PKJ
  • VO: paru sous le nom Dare to fall le 27 juillet 2017
  • Tome Unique

MacKenzie Rivers avait tout pour elle : des amis formidables, de bonnes notes et, cerise sur le gâteau, le beau Jaden Hunter qui craquait pour elle. Mais tout s’est écroulé lorsqu’une tragédie a frappé la famille Hunter. Désarmée face à la souffrance de ceux qu’elle aime, MacKenzie ne voit qu’une solution : fuir. Cependant ses sentiments pour Jaden ne tardent pas à la rattraper…

114149306

Après avoir eu un ENORME coup de coeur pour la saga D.I.MI.L.Y, il était impossible de ne pas lire le tout nouveau roman de Estelle Maskame. Je suis emballée car c'est encore un coup de coeur et cela me conforte dans l'envie de lire tous les prochains romans de cette auteure exceptionnelle du genre YA Contemporain. En plus l'autre point qui m'a énormément plu dans Sur le fil c'est qu'il m'a rappelé la délicatesse, la mélancolie et la tristesse d'une autre série tant adorée : L'été où je suis devenue jolie de Jenny Han.

Sur le fil raconte l'histoire de MacKenzie, une adolescente lambda qui vit dans une petite ville des Etats-Unis. Au lycée, elle a des amis, de bonnes notes, et elle vivait ses premiers émois amoureux avec Jaden Hunter. Tout ce qu'il y a de plus normal dans la vie quotidienne d'une adolescente classique... jusqu'au jour où elle apprend que les parents de Jaden et de sa soeur ont eu un terrible accident. MacKenzie ne sera pas présente auprès de celui qu'elle aime et ne le soutiendra pas... non par lâcheté, mais parce qu'elle-même vit des choses difficiles et ne sait pas comment réagir face au malheur des uns. Un an après, les choses n'ont pas tellement évolué. Seulement qu'elle et Jaden se sont perdus de vue et même s'ils se croisent dans les couloirs du lycée, ils ne se parlent pas. Et un soir, alors que MacKenzie se trouve avec ses amis au fast-food du coin, elle voit Dani, la soeur de Jaden et décide qu'il est temps d'engager la conversation...

Après un an de perte de vue, d'éloignement et de silence, peut-on se pardonner, se comprendre et apprendre de nouveau à se faire confiance et à rétablir les liens ? Ce roman d'apprentissage est magnifique. Il parle de deuil, d'épreuves de la vie, du combat qu'il faut mener pour chérir les souvenirs et continuer à avancer, à vivre, à se créer du bonheur... Je suis tout de suite rentrée dans l'ambiance, mêlée d'angoisses, de doutes, d'excitation, de romantisme, de mélancolie et de tous ces sentiments contradictoires et vifs qui habitent MacKenzie. Elle qui se sent si coupable, si lâche d'avoir abandonné Jaden et sa soeur à un moment où ils avaient besoin de soutien, elle va se ressaisir et rectifier le tir. Les premiers chapitres sont plutôt lents et évoquent les pensées de l'héroïne, ses questionnements à propos de sa relation avec Jaden, ses réactions face à lui et surtout ses interprétations. Ils ne se sont pas vus pendant un an, chacun a évolué, comment va-t-il réagir face au retour de MacKenzie. On pourrait croire que les deux sont passés à autre chose. Leurs retrouvailles d'abord timides mais toujours affectueuses, avec un brin d'humour rendent les choses douces mais le lecteur ressent bien toute l'intensité des émotions, toute la tension palpable qu'il y a entre eux.

C'est donc dans un rythme passionné et tendre que l'on va suivre les échanges entre eux. J'ai trouvé ça très beau, très juste et très addictif. Jaden est un garçon attachant et très intelligent. Bien sûr il a grandi trop vite et est très mature comparé à MacKenzie mais ce qu'il lui dit à propos de la vie, de la mort et de la perte d'un être cher m'a fait pleurer tellement c'était vrai, authentique et simple. De là j'étais conquise et l'auteure rajoute un petit suspense pour créer un rebondissement de taille vers la fin, si bien que je me demande si il y aura une suite.


En bref, c'est un gros coup de coeur pour l'ambiance certes triste mais qui laisse venir des paroles porteuses d'espoir et laissent présager un amour lumineux et sincère. L'écriture de Estelle Maskame tout en restant simple est incroyablement juste et sensible, également addictive dans sa manière de faire avancer la relation affective de ses héros. Un joli roman d'apprentissage dont j'ai apprécié la pertinence du point de vue. Plutôt que d'aborder le thème du deuil par le personnage qui le vit, elle choisit de centrer son point de vue sur un ami qui ne sait pas comment réagir face à ça. C'est pertinent et touchant. Je suis encore une fois sous le charme et cela ne me déplairait pas qu'il y aie une suite.

chronique_lael

mercredi 30 mai 2018

Marqués [Skin Books #1] de Alice Broadway

marques

  • Nom: Marqués [Skin Book #1] de Alice Broadway
  • Lu en: français
  • Pages: 300 pages
  • Sorti le: 7 juin 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom Ink le 2 février 2017
  • Premier tome d'une trilogie

Qui était le père de Léora ? Après la mort de ce dernier, la jeune fille souhaite célébrer la mémoire de cet homme qu’elle a toujours admiré. Mais, lorsqu’elle découvre que des passages du livre retraçant sa vie sont incomplets ou faux, Léora commence à douter. De plus, un tatouage représentant une corneille dénonce son père comme coupable d’un crime…

114149306

Marqués est un roman qui me faisait envie depuis sa sortie VO, notamment grâce à sa sublime couverture. J'avoue que je ne m'attendais pas à le voir traduit, mais je n'ai pas hésité quand l'occasion s'est présentée de le lire un peu en avance. Marqués est un roman spécial, qui m'a laissée plus mitigée que je l'aurai voulu.

 Commencons cependant par ses bons points. Marqués est un roman dystopique comme j'en avais plus lu depuis un moment. L'univers est très original et unique en son genre. Vraiment, je peux dire que j'ai été surprise et plutôt embarquée par ces croyances liées aux tatouages. M'étant faite tatouée il y a peu, j'ai sincèrement apprécié tout ce contexte, les questions liées aux tatouages, ce qu'ils représentent, pourquoi celui là et pas un autre, le message qu'ils feront passer et ce qu'ils disent de nous. Mais plus encore, quand une personne quitte ce monde, sa peau tatouée devient livre, afin qu'on se souvienne d'elle. Toute cette dimension m'a intéressée et m'a permise de m'accrocher au roman.

Et si les tatouages représentent la vie de cette société particulière, elle est néanmoins confrontée à certaines légendes ancestrales et surtout aux Immaculés, ces gens non tatoués qui seraient dangereux car dénués d'âme. Un concept original donc mais là où ça coince, c'est la pensée manichéenne des personnages qui n'arrivent pas à concevoir que tout ne peut pas être blanc ou noir, mais que des nuances existent.

C'est principalement cette pensée qui m'a gênée, et qui reflète bien notre héroine Leora. La jeune fille vient de perdre de son père et se pose des questions quant à son livre. Lorsque celui-ci est confisqué, Leora sent qu'on lui cache des choses mais est bien loin de se douter de la vérité. Une quête commence alors pour elle, avec des rencontres pas tout à fait anodines. 

Leora est donc un personnage que je n'ai pas apprécié, car elle n'évolue pas beaucoup. Je l'ai trouvée parfois trop egocentrique et surtout, très fermée d'esprit. Cette vision des choses tranchée ne m'a pas plu et de fait, je n'ai absolument pas pu m'attacher à elle. J'aurai aimé que Leora puisse accepter que son petit monde est bien plus vaste, qu'il y a des causes qui méritent qu'on se batte pour elles, quitte à prendre des risques. Les autres personnages n'ont malheureusement pas relevé le niveau, même si certains se révèlent être plus intéressants au fil des pages. 

Quant à la plume de l'auteure, elle ne m'a pas réellement séduite, avec son ton distant et narratif. J'avoue que les premiers chapitres sont assez déprimants en plus d'être déroutants et que j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Heureusement que l'univers de Alice Broadway est suffisamment travaillé pour nous tenir intrigués.


En bref, si je n'ai pas été séduite par les personnages et leur vision manichéenne du monde ainsi que par la plume de l'auteure, j'avoue que j'ai adoré tout l'aspect relié aux tatouages et ce qu'ils signifient. L'élément dystopique est réellement intéressant et suffisamment travaillé pour en faire un univers original. Bien que je me sente mitigée par cette lecture, je vous encourage tout de même à lui donner sa chance, son ambiance unique et mystérieuse pourrait vous plaire.

mardi 29 mai 2018

Les gardiens des secrets de Trenton Lee Stewart

les gardiens

  • Nom: Les gardiens des secrets de Trenton Lee Stewart
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 19 avril 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom The Secret Keepers le 27 septembre 2016
  • Tome Unique

Au lieu d'aller à l'école, Ruben préfère mille fois explorer la Nouvelle-Ombrie. Parcourir les ruelles désertes, escalader les façades, se faufiler dans les moindres passages... Jusqu'au jour où il se retrouve coincé au sommet d'un immeuble abandonné et découvre une montre ancienne. Ruben n'est pas au bout de ses surprises : véritable trésor, cet objet suscite la convoitise de bien des gens, et donne à son porteur le pouvoir d'invisibilité... Ruben et sa complice d'aventure, Penny, vont devoir protéger leur trouvaille, coûte que coûte...

114149306

Les gardiens des secrets me faisait vraiment envie avec sa couverture magnifique qui invite à l'évasion, au monde marin, à un mystérieux phrare, le tout avec des étoiles réhaussées de vernis sélectif doré. Le résumé est également très tentant et promet une chouette aventure. En effet, Les gardiens des secrets nous invitent dans un univers de magie, de trésors, de montre aux pouvoirs exceptionnels, de suspense et de mystères dangereux.

Ruben fait volontiers l'école buissonnière pour aller explorer les recoins de la Nouvelle-Ombrie, escalader les façades et les petits passages cachés. Puis un jour, Ruben fait une découverte alors qu'il est coincé en haut d'un immeuble : une montre ancienne avec une inscription notée : "Ph.P. William". Il ne sait pas qu'il vient de faire une découverte exceptionnelle mais dangereuse car la montre est un objet convoité par des gens mal intentionnés dont un dictateur nommé la Fumée, dont on ne sait vraiment si il est humain.  

Je trouve que la quatrième de couverture en dit trop et vous spoile sur les 150 premières pages du roman mais j'ai pris plaisir à faire connaissance avec Ruben qui s'avère être un héros attachant mais pas très réfléchi. Disons qu'il en fait un peu trop à sa tête et cela va lui valoir une fuite effrénée pour échapper à plusieurs ennemis dont mes préférés sont les étranges Directions, des hommes qui patrouillent dans la ville en formation de triangle et qui font office de collecteurs d'impôts et de taxes. Ruben va tout faire pour sauvegarder sa découverte et passer inaperçu pour mener à bien son enquête à savoir à qui appartient cette montre magique.

La lecture est captivante, le récit est fluide et efficace, teinté parfois de petits passages poétiques. Car avec cette milice qui sévit dans cette ville, les journées sont moroses, tristes et oppressantes. La découverte de Ruben est une bouffée d'air frais qui va lui permettre de plonger au coeur d'une aventure faite de secrets. L'ambiance et la tension du livre maintiennent le lecteur en haleine car on est sans cesse sur le qui-vive à cause de ces Directions qui effraient et intimident... le Phare apparaît alors comme un refuge, une lumière dans le tunnel grisâtre de la ville et qui offre une porte ouverte vers une famille pleine de secrets, de trésors et d'histoires qui frôlent parfois le roman de piraterie!


En bref, de jolis rebondissements, une intrigue de qualité qui divertit et nous fait passer un bon moment, des héros attachants et un cliffhanger stressant, qui vous fera crier de frustration! Un roman d'aventure soigné et plein de suspense sur fond de malédiction et d'objets magiques... J'adore!

chronique_lael

mercredi 16 mai 2018

La fille qui n'existait pas de Natalie C. Anderson

la fille qui n'existait pas

  • Nom: La fille qui n'existait pas de Natalie C. Anderson
  • Lu en: français
  • Pages: 420 pages
  • Sorti le: 1er mars 2018
  • Editeur: Pocket Jeunesse
  • VO: paru sous le nom City of Saints and Thieves le 24 janvier 2017
  • Tome Unique

Tina ne vit pas, elle survit sur le toit d'un immeuble des bas-fonds de Sangui. Cambrioleuse la plus habile d'un gang kényan, elle ne pense qu'à une chose: venger sa mère assassinée par son ancien employeur, le nabab blanc M. Greyhill. L'occasion se présente enfin quand on l'envoie pirater l'ordinateur de ce dernier dans sa luxueuse ville. Prise sur le fait par Michael, le fils Greyhill avec lequel elle a grandi, Tina commence à douter. Submergés par les souvenirs de leur enfance, les deux jeunes gens décident de passer un marché... Entre les rues inquiétantes de Sangui et la guerre qui menace son village natal, Tina voit sa vengeance prendre un tournant qu'elle n'aurait jamais pu imaginer.

114149306

Quelques jours après avoir lu La fille qui n'existait pas, j'ai encore un peu de mal à poser mes mots quant à mon ressenti. Globalement, j'ai bien apprécié ma lecture grâce à une intrigue plutôt addictive, mais j'ai toutefois eu du mal à progresser face à la violence de certaines situations, basées sur des faits réels. 

Au-delà de son histoire fictive, ce roman est un vrai coup de poing qui ne laisse pas indifférent. C'est une lecture un peu dérangeante qui nous fait sortir de notre petit confort. A l'idée que ces choses se passent réellement est révoltant, d'autant plus qu'on ne sait pas y faire grand chose. C'est pour moi la plus grande force du livre, qui nous questionne, nous bouscule. Durant ma lecture, je me suis intéressée à la région du Kenya et du Congo pour en savoir davantage, même si ça fait mal. C'est aussi très dépaysant car on est à mille lieues de nos quartiers sécurisés. 

Le fil conducteur est plutôt simple mais bien trouvé puisqu'il tourne autour de la vengeance de Tina suite à l'assassinat de sa mère. Une disparition qui l'a profondément marquée, changée et endurcie mais qui contient encore bien des zones d'ombre. Alors que la jeune fille est aveuglée par son but de faire payer l'assasin présumé, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu...

C'est tout l'intérêt de l'intrigue qui maintient le lecteur en haleine. Qui était la mère de Tina et pourquoi l'a-t-on tuée? Mais surtout qui? Alors que la jeune fille est certaine qu'il s'agit du richissime Mr Greyhill, ses convictions vont s'ébranler lorsque son fils - et ancien ami- lui propose d'enquêter afin de découvrir la vérité. Une course contre la montre débute, avec son lot de découvertes, la menace du gang, mais pas que... dans cette jungle hostile, comment démêler le vrai du faux? A qui faire confiance? 

Honnêtement, malgré la dureté du contexte, l'histoire n'en reste pas moins addictive même si j'avoue avoir trouvé quelques passages trop longs. La plume de l'auteure est fluide et explique bien les choses, cependant je l'ai trouvée un peu trop distante, comme les personnages. C'est sans doute mon seul point négatif - hormis la violence de certains passages et le côté révoltant du bouquin, parfois choquant - que je note à ce livre. Je n'ai pas pu m'attacher ni compatir avec Tina, Mickael, Skinny. Pourtant, ils évoluent énormément et font preuve d'une bravoure extrême, je leur reconnais bien cela. 

La fille qui n'existait pas est donc un roman intéressant qui sort des sentiers battus. Même si je n'ai pas adoré à cause du contexte assez sombre, cette lecture m'a sauvée d'une sacrée panne qui pointait le bout de son nez. Dans le genre YA, il se démarque et rien que pour ça, je recommande.


En bref, même si je ne me suis pas attachée aux personnages et que cet aspect a rendu ma lecture plus distante, La fille qui n'existait pas n'en reste pas moins un roman percutant et différent. Il nous narre une histoire poignante basée sur des faits réels qui nous donnent à réfléchir. C'est un livre révoltant mais aussi addictif grâce à une intrigue bien menée, quoiqu'un peu longue. Si ce n'est pas une lecture que j'affectionne à cause de sa dureté, je la recommande néanmoins fortement car dans le paysage YA, La fille qui n'existait pas est assez unique en son genre.