► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
jeudi 24 août 2017

L'odyssée imaginaire [Le pays des contes #5] de Chris Colfer

pays des contes 5

  • Nom: L'odyssée imaginaire [Le pays des contes #5] de Chris Colfer
  • Lu en: français
  • Pages: 391 pages
  • Sorti le: 8 juin 2017
  • Editeur: Michel Lafon
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom An author's odyssey en juillet 2016

L’Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n’ont plus qu’une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination. Tous deux se lancent alors à travers les histoires inventées par Conner en quête d’une armée de pirates, de cyborgs, de superhéros ou encore de momies, pour arrêter l’Homme masqué. Et même si l’adolescent est leur auteur, rien ne dit que ses personnages ne se rebifferont pas contre lui ! Mais un complot plus terrible encore se trame dans l’ombre. Un complot qui pourrait bien noircir la magie de tous les mondes à jamais…

separator-2

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

Vous le savez, j'aime énormément cette saga jeunesse et c'est toujours avec un énorme plaisir que je me replonge dans cet univers! Après les événements du tome 4, j'avais hâte de découvrir celui-ci. Un tome que j'ai trouvé vraiment bon mais un peu en dessous des autres pour le moment. 

C'est peut être l'impression de déjà-vu qui m'a gênée et un peu freinée dans ma progression de cette lecture. En effet, si Alex et Conner voyagent déjà de contes en contes dans le tome précédent, ils remettent le couvert dans L'odyssée imaginaire. Du coup, j'ai eu un peu plus de mal vis-à-vis de cet aspect. Je reconnais cependant que notre Conner a beaucoup de talent vu qu'on voyage dans ses histoires et qu'on en apprend plus sur lui et sa personnalité. Dans ce tome, les jumeaux ont encore changé et il m'a manqué un petit quelque chose: plus d'humour ou de magie peut être. 

Les personnages du pays des contes m'ont aussi manqué, on les voit moins au profit d'autres et il est vrai qu'on se rend compte de la place qu'ils prennent: Rouge, fidèle à elle-même, Boucle d'Or, enceinte, Jack, les autres rois et reines... avec le temps, on s'y attache! Par ailleurs, j'ai été ravie de revoir Bree et Emmerich qui ont un rôle plus grand à jouer qu'à leur début!! Enfin, mention à la maman des jumeaux qui s'implique énormément dans l'histoire. Jusqu'ici, Charlotte n'était qu'une ombre. On savait qu'elle n'était pas loin mais les jumeaux ont toujours fait preuve d'autonomie et n'avaient pas spécialement besoin d'elle. Or ici, elle prête main forte et j'ai beaucoup apprécié l'aspect familial mis en avant. 

Malgré ces petits bémols ressentis, j'ai aimé cette lecture pleine de rebondissements, à l'intrigue riche, bien développée entre les deux mondes mais qui se termine sur un horrible cliffhanger. Sérieusement, les auteurs aiment nous torturer et Chris Colfer frappe fort encore une fois! J'ai très hâte de lire le dernier tome qui promet d'être explosif à tous points de vue: cette fois, plus personne ne peut reculer, l'affrontement va être inévitable. J'ai confiance en les jumeaux et tous leurs amis pour vivre leur "et ils vécurent heureux" car ils le méritent tous!

En conclusion, un très bon tome qui nous mène avec stress et impatience au dernier. Même si j'ai un peu moins accroché à l'odyssée des jumeaux, il faut reconnaitre le talent de l'auteur et son imagination débordante. Une série jeunesse pour moi incontournable que je recommande à tous! 


lundi 1 mai 2017

La mort d'une princesse de India Desjardins

la mort d'une princesse

  • Nom: La mort d'une princesse de India Desjardins 
  • Lu en: français
  • Pages: 334 pages
  • Sorti le: 4 mai 2017
  • Editeur: Michel Lafon
  • Fiche: présentation officielle

Alors qu’elle s’attend à ce qu’il la demande en mariage, Sarah, pétillante trentenaire, tombe de haut lorsque son amoureux de longue date lui annonce qu’il la quitte. Profondément blessée par cette trahison, elle fait un choix radical : renoncer à l’amour et se jeter à corps perdu dans son agence de relations publiques. Sept ans plus tard, Sarah enchaîne les succès professionnels et assume son célibat qui la protège d’une nouvelle désillusion amoureuse. Mais est-il si simple de renoncer à l’amour ? Le prince charmant n’est pas toujours celui que l’on croit…

separator

Un grand merci à Michel Lafon pour ce livre.

J'ai reçu ce livre par hasard. Je ne l'avais pas demandé et pourtant il est arrivé. Parfois les choses sont bien faites. J'ai commencé ce livre par curiosité. Et je l'ai dévoré. Difficile de vous dire l'effet que m'a fait cette lecture, parce qu'elle m'a prise aux tripes. Pourtant, l'histoire peut paraitre banale ou cliché par moments mais je ne sais pas, je me suis vue en Sarah. 

Sarah, cette jeune femme qu'on rencontre alors qu'elle a 31 ans (mon âge). Elle est en couple avec Gabriel depuis longtemps et elle se donne à fond pour sa société de relations publiques qu'elle a créée. C'est une femme d'affaire en devenir, qui donne tout à son métier et qui est heureuse en amour. A cet âge, Sarah pense que l'évolution logique de sa relation l'amènera bientôt au mariage et à fonder une famille. Mais la chute est rude quand Gabriel la quitte, soudainement. 

C'est 7 ans plus tard, à l'âge de 38 ans que nous retrouvons la jeune femme. Célibataire, femme d'affaire accomplie, Sarah se dévoue corps et âme à son travail, la seule chose qui lui reste. L'amour a été banni de sa vie et pour cause, trop de désillusions, de déceptions, d'attente, et surtout, trop d'échecs. Mais le temps avance, les événements se bousculent et Sarah est toujours seule. Et si c'était une erreur? 

La mort d'une princesse est un roman divinement bien écrit. Il m'a fait beaucoup rire et surtout, réfléchir. Je me suis tout de suite identifiée à Sarah. Bien que je ne sois pas une femme encore indépendante personnellement, j'ai adoré tout ce qui touchait à son travail. Etant freelance, je sais combien il faut donner, pour réussir. Si Sarah a fait tous ces sacrifices, je me suis demandée si à long terme, c'était ce dont j'avais envie. Il ne suffit pas d'être passionné, je crois qu'il faut aussi être bien entouré. Heureusement notre héroine l'est et peut compter sur pas mal de gens. 

Par ailleurs, ce que j'ai aimé dans ce personnage, ce sont ses valeurs. Au fond d'elle, Sarah ne veut pas vivre seule, mais elle a tellement peur. Peur qu'on la blesse, peur de souffrir, peur de se tromper. Les relations sans sentiments ne représentent rien pour elle. Mais comment faire pour ne pas aimer? Avec le temps, les barrières s'érigent, on s'enferme, on doute de soi, des autres. Je me suis vraiment vue en Sarah, ressentant la même chose. Est ce qu'être romantique est démodé? Est ce que tout est obligé d'aller vite? A force, on ne sait plus quoi penser. Alors on s'isole, se convaincant qu'on est mieux seule. 

C'est fou, mais j'ai trouvé ce roman écrit avec une justesse incroyable. Cela fait aussi du bien de suivre une héroine qui a mon âge, qui se pose les mêmes questions que moi. La vie n'est pas facile. Avoir un boulot qu'on aime, c'est bien, mais cela fait-il tout? Peut on réellement vivre seul? Quels sacrifices est-on prêt à faire? Sera-t-on satisfait? La routine vaut-elle vraiment qu'on s'y accroche? Tant de questions qui sont abordées et que j'ai trouvées intéressantes. Au-delà de sa légèreté, de son humour, La mort d'une princesse est vraiment un roman de vie, qui donne matière à réfléchir. 

En conclusion, cette lecture fut comme une claque pour moi, j'ai vraiment adoré. Je suis heureuse que ce livre soit arrivé par hasard dans ma boite aux lettres car comme on dit, le hasard fait souvent bien les choses. 

mercredi 19 avril 2017

Lune Noire [Zodiaque #3] de Romina Russell

lune noire

  • Nom: Lune noire [Zodiaque #3] de Romina Russell
  • Lu en: français
  • Pages: 381 pages
  • Sorti le: 13 avril 2017
  • Editeur: Michel Lafon
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Black Moon en décembre 2016

Rhoma a ramené la paix dans l’espace grâce à sa victoire sur le groupe dissident du Marad. Mais le maître, son éminence grise, n’a pas été vaincu. Dans l’ombre, il continue d’œuvrer à la destruction du Zodiaque. La jeune fille s’embarque alors dans un nouveau voyage à travers la galaxie pour le traquer avant qu’il commette l’irréparable. Cette quête cache un deuxième objectif qui fait battre le cœur de Rhoma : trouver des informations sur sa mère, disparue depuis des années, mais qui lui apparaît pourtant toujours dans ses visions.

separator

~ ENGLISH REVIEW~ 

It is not a secret, I'm in love with this series since the first book. The world created by Romina Russell is simply amazing, original, awesome, interesting and extremely rich. I really love to discover a new planet and a new zodiac sign, read how Romina imagined things for each House... As a Gemini, I'm particulary happy to see them as imaginative and creative people, exactly what I am! If I was a little disappointed by the second book and espacially by the romance, I have to say that the third book was just perfect! Beside the world still amazing, I really liked Rhoma this time. The girl finally growed up, made important decisions, listened to her instinct and choose between the boys. I was so happy the love triangle was finally done and done intelligently. Rhoma took the time to think about what she felt and it was good. The action was there, and the revelations too. I didn't see anything coming!!! It is difficult to write about the story but things are accelerating and the ending.... How can it end like that? Seriously? It is one of the worst cliffhanger I read, and I'm not happy about it! Thinking I have to wait a few months before the last book.... I feel desperate! But overall this book is the best in the series for now and if you don't know Zodiac yet, please, take the time, this series is just fabulous!

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

Ce n'est pas un secret, cette saga fait partie de mes favorites. J'adore l'univers créé par Romina Russell, qui est si original riche et complexe! Me balader comme ça de planète en planète, découvrir les coutumes liées à chaque signe du Zodiaque, c'est tout simplement palpitant!! Je trouve que l'auteur a fait un travail extraordinaire! 

Si le second tome m'avait un peu déçue, surtout à cause de la romance très présente, ce troisième tome rattrape largement tous les petits défauts laissés par ses prédécesseurs et se présente comme le meilleur de la série pour le moment! J'ai tout aimé dans ce livre, à commencer par l'intrigue qui prend de l'ampleur, l'action qui s'intensifie, les révélations qui s'enchainement! Tout s'accélère enfin!!! Même si avec le recul, certaines choses pouvaient se deviner, j'avoue n'avoir rien vu venir, la surprise a été totale, de même que le choc, vu l'horrible cliffhanger de fin. Et dire qu'il va falloir patienter des mois...

Du côté des personnages, il y en a toujours autant, au début on s'y perd un peu, le temps de reprendre ses marques. Je dois dire que j'ai beaucoup aimé Rhoma dans ce tome qui grandit beaucoup, se pose les bonnes questions et agit de manière plus intelligente. Exit la fille pleurnicharde qui doute de tout, cette fois Rhoma suit son instinct et reste fidèle à ses convictions! Le triangle amoureux est aussi résolu, pour mon plus grand bonheur. Là encore, Rhoma fait preuve de sagesse, prenant le temps d'écouter son coeur et d'analyser ses sentiments. Entre Mathias et Hysan, la jeune fille fait enfin son choix. Les deux garçons sont donc présents mais un peu en retrait, de même que la romance. C'est tant mieux car le livre parait ainsi plus juste, mieux dosé.

Je suis toujours autant charmée par le style d'écriture de Romina Russell, très visuel, mais aussi très beau. En effet, j'ai noté beaucoup de belles citations qui font échos à l'amour, aux âmes soeurs, à notre identité, aux choix qu'on peut faire. C'était vraiment intense et magnifique.  

En conclusion, un tome qui a dépassé mes attentes, j'en ressors totalement conquise et un peu choquée aussi, je n'ai qu'une seule chose à dire pour clôturer: vivement la suite!!

vendredi 17 mars 2017

Ce que je n'oserai jamais te dire... de Bruno Combes

ce que je n'oserai jamais te dire

  • Nom: Ce que je n'oserai jamais te dire... de Bruno Combes
  • Lu en: français
  • Pages: 346 pages
  • Sorti le: 9 mars 2017
  • Editeur: Michel Lafon
  • Fiche: présentation officielle

« Joy, veux-tu être ma femme ? » « Oui, je le veux ! », a répondu Joy à Guillaume avec une ferveur égale à la profondeur de l’amour qu’elle lui porte. Et pourtant, le soir même du mariage, alors que la fête bat son plein, Joy s’évanouit dans la nature. Guillaume, d’abord fou d’inquiétude puis ravagé par le doute, se perd en conjectures. La gendarmerie n’a rien trouvé de suspect, il semble que la mariée aurait elle-même décidé de partir. Quand le prêtre qui les a unis lui dévoile la vérité, Guillaume est effondré. Car cette révélation, si elle témoigne d’un courage et d’une générosité sans pareils, remet en cause toutes ses certitudes d’amoureux passionné. Pourra-t-il pardonner à Joy de lui avoir caché ses tourments… et aura-t-il la force de lui tendre la main ?

separator

Un grand merci à Michel Lafon pour ce livre.

J'avais beaucoup aimé le premier roman de Bruno Combes paru l'été dernier chez Michel Lafon. C'est donc avec grand plaisir que j'ai retrouvé sa plume avec Ce que je n'oserai jamais te dire. Une histoire qui m'a surprise et en même temps un peu déçue, car je m'attendais un peu à autre chose. 

Le point positif pour moi reste le style de l'auteur. Fidèle à lui-même, je n'ai eu aucun mal à m'adapter au récit. Le tout est écrit simplement, de manière fluide et efficace. Et comme pour le précédent roman, j'ai eu une petite attache particulière aux débuts de chapitres: ces quelques lignes qui nous font passer un message, nous permettent de réfléchir, ou, dans le contexte de l'histoire, de prendre un peu la température de ce qui nous attend. Je trouve que ces "introductions" offrent un certain charme et sont propres à l'auteur. J'espère qu'il continuera pour ses prochains livres. 

Quant à l'histoire en elle-même, j'en ressors un peu plus mitigée. Cela se lit très vite grâce au petit côté addictif dégagé par la plume de l'auteur mais pour autant, je ne me suis pas attachée aux personnages. J'avoue que la double narration m'a dérangée. Je n'ai pas beaucoup aimé Joy et son histoire ne m'a malheureusement pas touchée. Pourtant il faut lui reconnaître une grande force de caractère! Cela étant, le déroulement de l'histoire m'a laissée de marbre, si au début j'étais intriguée, j'ai lu la suite avec détachement. Très honnêtement, j'ai préféré suivre Guillaume, plus sympathique, qui comme nous, se pose des questions. Peut être que l'histoire aurait pris une autre dimension avec seulement son point de vue? A mon sens, cela aurait donné plus de mystères et cela aurait plus tenu mon attention en alerte. 

Ce que je n'oserai jamais te dire n'est pas une romance comme on pourrait le croire. On y parle bien évidemment d'amour, mais pas celui qu'on pense. Car il y a toutes sortes d'amour et celui abordé ici est peut être plus le sacrifice familial que l'amour amoureux entre deux personnes. Cette histoire aurait pu se dérouler de tellement de manières différentes, après lecture, je ne suis pas sûre que celle-ci soit la meilleure. Je n'arrive pas à concevoir qu'on puisse agir de la sorte la nuit de sa noce et de ne pas faire confiance à l'être aimé qu'on vient d'épouser. Il m'a donc manqué quelque chose pour vraiment apprécier ce roman, mais globalement j'ai passé un bon moment. 

samedi 11 février 2017

Inaccessibles [La tour aux mille étages #1] de Katharine McGee

inaccessibles

  • Nom: Inaccessibles [La tour aux mille étages #1] de Katharine McGee
  • Lu en: français
  • Pages: 413 pages
  • Sorti le: 9 février 2017
  • Editeur: Michel Lafon
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The Thousandth floor en aout 2016

Bienvenue à Manhattan, en 2118 New York est à la pointe de l’innovation et du rêve. La ville est désormais une tour de mille étages où les plus aisés vivent à son sommet. Tout semble parfait, lisse et idéal. Jusqu’au jour où une jeune femme tombe du millième étage… Meurtre ou accident ? Les suspects sont nombreux. La belle et riche Eris, qui découvre un secret familial terrible ? Rylin, qui travaille pour un garçon des étages supérieurs ? Watt, qui espionne tout le monde grâce à une IA qu’il a créée ? Leda, qui cache une addiction ? Ou Avery, la plus parfaite de toutes, qui habite le penthouse du millième étage ? Entre soirées débridées, glamour et petits secrets entre amis, la Tour aux mille étages va révéler ses mystères. Plus dure sera la chute.

separator

~ ENGLISH REVIEW~ 

Books like Gossip Girl isn't my cup of tea, and this one was nice but noting more. I was warned about the book so it was an easy reading but I didn't feel sympathy for any of the characters. I wasn't concerned about their problems, there weren't any feelings or real emotions. It seemed too superficial for me. Such a pity because the background was really interesting, with this futuristic world and the Tower. I wanted to know more about it but it  wasn't the more important for the author. Even if I didn't enjoy this book as much as I wanted, I'm still curious to read the sequel.

Un grand merci à Michel Lafon pour ce livre.

Repéré déjà en VO l'été dernier, j'ai été très heureuse de recevoir les ENC lors du salon de Montreuil. J'ai néanmoins attendu un peu et j'ai bien fait: les premiers avis parlaient d'un livre à la Gossip Girl et pas d'une enquête comme le résumé peut nous le laisser penser. 

Préparée, j'ai donc entamé ma lecture en sachant dans quoi je m'embarquais. D'autres ont eu du mal avec les 100 premières pages, de mon côté je n'ai pas éprouvé de difficultés. Inaccessibles partage son histoire entre 5 personnages qu'on apprend à connaître au fur et à mesure. A l'image d'une série TV donc, chacun cache un petit secret qu'il ne faut à tout pris pas révéler. Entre mensonges et faux semblants, on est en plein dans le cliché des ados riches à problèmes. Quand je vous disais Gossip Girl...

Parmi notre brochette de personnages, j'en ai apprécié quelques uns même si mon appréciation reste toute relative. En effet, je dois avouer ne pas m'être sentie concernée par ces ados, la plupart très riches, qui sont assez focalisés sur eux-mêmes. L'auteur veut nous faire croire le contraire en leurs faisant subir diverses épreuves personnelles, mais j'ai eu un gout d'inachevé. Pour moi, tout n'était que superficialité. Rien de très approfondi ou de recherché. De fait, je n'ai ressenti aucune sympathie pour personne, même si j'ai préféré suivre Avery, Watt et Eris. Rylin a du potentiel mais je l'ai trouvée trop effacée. Quant à Leda, inutile d'en dire trop, je l'ai détestée. 

Heureusement, les chapitres courts nous permettent une lecture très agréable et rapide, avec tout de même un petit sentiment addictif. Le roman se dévore et se révèle sympathique. J'en attendais plus par contre, notamment sur le background de l'histoire. Cette Tour aux mille étages apporte l'originalité au roman, avec son ambiance futuriste dans chaque détail. Ce côté de Inaccessibles m'a beaucoup plu mais je ne l'ai pas trouvé exploité. Comment en est-on arrivés à cette Tour? Comment sont définis les rangs sociaux? Toutes des questions intéressantes auxquelles on ne trouve pas réponses, dommage.

En conclusion, Inaccessibles est une lecture très sympathique qui plaira davantage aux fans des séries telles que Pretty Little Liars et Gossip Girl. Le style fluide nous permet de passer un bon moment et la fin attise notre curiosité pour la suite. Un chouette premier tome, certes pas indispensable, mais qui reste bien construit.


lundi 31 octobre 2016

Au pays de l'Ailleurs de Tahereh Mafi

au pays de lailleurs

  • Nom: Au pays de l'Ailleurs de Tahereh Mafi
  • Lu en: français
  • Pages: 396 pages
  • Sorti le: 13 octobre 2016 
  • Editeur: Michel Lafon
  • VO: paru sous le nom Furthermore en aout 2016

Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood. Car Ferenwood est un monde éclatant de couleurs, révélatrices d’un don magique. La blanche Alice n’a donc apparemment aucun don, aucun intérêt : les habitants de ce lieu en ont fait une paria. Aussi lorsque son père, la seule personne qui lui témoigne de la bienveillance, disparaît soudainement, la jeune fille n’a-t-elle plus qu’un seul but : le retrouver. Pour cela, elle va devoir explorer la mythique et dangereuse contrée un peu plus loin que l’horizon… Elle part avec Oliver, un compagnon de route dont le talent magique consiste à pouvoir tromper son monde. Ce don leur sera-t-il utile Là-bas, un univers sans pitié peuplé de créatures effroyables où rien n’est ce que l’on croit, où les pièges pullulent ? Alice elle-même devra reprendre confiance et utiliser des pouvoirs cachés que nul n’avait décelé chez elle. Reverra-t-elle son père et pourra-t-elle enfin mettre des couleurs sur sa vie ?

separator

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

Tahereh Mafi est une auteur que j'apprécie beaucoup, d'une part parce qu'elle est plutôt accessible sur Twitter (je me souviendrais toujours d'une conversation ensemble lors de la sortie de Shatter Me quelques années auparavant), et d'autre part parce que sa première trilogie a été un petit coup de coeur pour moi. Ce qui fait l'originalité de l'auteur, c'est son style, unique et poétique, qui vous embarque des les premières lignes. J'espérais grandement le retrouver  avec Au Pays de l'Ailleurs, malheureusement ce fut râté. 

D'emblée j'ai eu extrêmement du mal avec ce fameux style, très différent de Shatter Me. En effet, Mafi en fait tout simplement des tonnes. C'est lourd, trop lourd. A force, on est noyé sous des détails inutiles qui alourdissent le texte de manière considérable. La lecture devient complexe car trop riche et surtout, peu fluide. Pour un middle grade, je fus d'ailleurs assez surprise. Mafi va trop loin dans l'exploitation des détails et moi-même j'ai du faire un sacré effort de concentration. Et s'il n'y avait que ça, malheureusement, il faut souligner que le texte est au 3/4 narratif et manque cruellement de dynamisme. Les dialogues se font rares et c'est bien dommage... Encore que, la palme d'or revient sûrement au fait que l'auteur intervient comme narrateur externe toutes les 5 secondes afin d'en rajouter une couche avec une explication inutile...

Cela commençait donc déjà très mal pour ce roman qui me paraissait d'un coup assez insurmontable. Mais qu'en était-il de l'histoire elle-même? Si seulement j'avais pu y accrocher! Mais là encore, je n'ai pas adhéré. Les personnages se sont révélés être le second gros point noir. Avec des enfants de 12 ans, je m'attendais à retrouver beaucoup d'enthousiasme et de bonne humeur, mais ce ne fut pas le cas. Alice, notre héroine, s'est montrée tout bonnement exécrable et fort imbue d'elle-même. Pour une petite fille de son âge, et surtout de sa condition, je m'attendais à plus de douceur, de compassion. Or j'ai eu envie de baffer Alice tout le long de l'histoire. Oliver n'est guerre mieux même s'il est plus supportable. Les deux ne font pas la paire, même s'ils évoluent et se rendent compte qu'une amitié se forme, elle arrive trop tard. Je ne me sentais déjà plus concernée. 

Quant à l'histoire, elle met un temps fou à démarrer, il faut attendre 150 pages pour dire qu'il se passe quelque chose et encore. Dur dur de maintenir mon attention jusque là! La suite ne m'a pas plus enchantée, ayant droit à une revisite de Alice au pays des Merveilles. Clairement rien de bien neuf sous le soleil si vous voulez mon avis. Dans tous ces détails, je n'ai pas pu apprécier les divers messages que tentait de faire passer Mafi. Mal exploités, ils sont pour moi passés complètement inaperçus. La fin, prévisible, ne relève malheureusement pas le niveau. 

En conclusion, ce roman fut une grande claque dans le mauvais sens du terme. Je suis tout simplement déçue et d'admettre que je n'ai pas aimé ce livre ne me procure pas de joie. J'en attendais trop, mais clairement Au pays de l'Ailleurs n'était pas fait pour moi. J'estime que la lecture doit être un plaisir et là je dois malheurement avouer que c'était plus une torture qu'autre chose. J'espère que Tahereh Mafi saura à nouveau me convaincre avec son prochain roman!

vendredi 7 octobre 2016

Un merci de trop de Carène Ponte

un merci de trop

  • Nom: Un merci de trop de Carène Ponte
  • Lu en: français
  • Pages: 280 pages
  • Sorti le: 9 juin 2016
  • Editeur: Michel Lafon

S'il fallait décrire Juliette en un seul mot, transparente serait sans nul doute le bon. Oui, c'est ça, transparente. Depuis qu'elle est toute petite Juliette a toujours fait ce que l'on attendait d'elle. Pour ne pas déplaire, pour ne pas décevoir. Mettant de côté ses rêves et celle qu'elle est vraiment. Résultat, à 30 ans, elle mène une vie sans relief et ennuyeuse au possible. Une vie dans laquelle choisir entre lasagne et sushi est un événement. Pourtant, elle se sent de plus en plus à l'étroit dans cette vie, dans cette peau. Elle a envie de crier qu'elle n'est pas cette fille sans personnalité. Elle a envie d'aborder celui qu'elle croise tous les jours dans son immeuble. Pour lui dire qu'il lui plait. Et par dessus tout, elle a envie d'enfin réaliser son rêve, celui de devenir écrivain. Il n'est jamais trop tard pour devenir soi. C'est ce que va découvrir Juliette au détour d'un merci, un merci de trop. Même si elle est loin d'imaginer ce qui va en découler !

separator

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

Lorsque j'ai découvert le résumé de ce roman, j'ai su que je devais le lire. Et pour cause, il me faisait un peu penser à moi: à 30 ans, je m'imaginais tout autre chose que ma situation actuelle. Comme Juliette, mes grands rêves tardent à se mettre en place malgré toute ma patience et ma motivation. Aussi, j'étais très curieuse de voir comment notre héroine allait évoluer dans cette vie qui ne lui convient pas vraiment.

J'avoue que j'avais de grandes attentes face à cette histoire et j'en ressors un peu mitigée, bien que j'ai passé un sympathique moment. Un merci de trop est plutôt une lecture très légère, idéale pour se détendre même si l'auteur aborde des sujets assez importants. Ce qui m'a malheureusement freinée est le style d'écriture avec lequel je n'ai eu aucune accroche. Je l'ai trouvé trop simple et parfois pas très fluide, rendant difficile mon attachement aux personnages. 

L'histoire se lit néanmoins très vite, le livre étant très court. Juliette a le don de se mettre dans des situations très cocasses, et je dois dire que j'ai souvent levé les yeux au ciel. Certains apprécient ce genre d'humour décalé mais personnellement, au bout d'un moment, je trouve ça très lourd. 

Heureusement, les personnages se révèlent sympathiques même si, comme je le disais plus haut, je ne m'y suis pas attachée. Juliette est facilement identifiable et je dois reconnaitre que je me suis parfois vue en elle dans certaines de ses réflexions. Sa meilleure amie est par contre un des personnages les plus cool du roman, tout en contraste avec l'héroine! Les deux se contrebalancent assez bien et offrent une chouette dynamique. Et puis, qui ne rêverait pas d'avoir une meilleure amie présente dans toutes les situations dans lesquelles on se trouve? 

Par ailleurs, la romance a manqué pour moi d'étincelles et de profondeur. J'ai eu l'impression que, parce que Juliette a 30 ans, il est temps de se caser et ce, à n'importe quel prix. Ce n'est pas vraiment ma vision des choses, surtout qu'à l'heure actuelle, l'âge finalement importe peu et la mentalité est différente qu'il y a une dizaine d'années. Cependant, j'ai pu comprendre son désir de ne pas finir seule, le ressentant aussi moi-même par période, mais comme on dit, tout vient à point à qui sait attendre. 

J'ai conscience que mon avis ne favorise pas énormément le livre, mais Un merci de trop se résume pour moi à une lecture parfaite pour l'été, virant plus sur la chick-lit que sur du pur contemporain. Il m'a manqué quelque chose pour trouver ce roman vraiment bien écrit, pourtant les idées sont là et certains passages nous poussent à la réflexion. Malgré ça, mon sentiment global restera plutôt mitigé, car je m'attendais à un peu plus. 

jeudi 11 août 2016

Seulement si tu en as envie... de Bruno Combes

13501595_10153589378165969_2446913760848959243_n

  • Nom: Seulement si tu en as envie... de Bruno Combes
  • Lu en: français
  • Pages: 288 pages
  • Sorti le: 23 juin 2016
  • Editeur: Michel Lafon

Vu de l'extérieur, Camille mène une vie parfaite : mariée à un homme de bonne famille, avocate de renom, deux enfants... Et pourtant son mariage s'épuise. Son mari la délaisse, sa belle-famille se montre méprisante, sa fille adolescente reste focalisée sur son téléphone portable, seul son fils, Lucas, lui apporte un peu de réconfort. Alors quand le premier garçon qui a fait battre son cœur la recontacte après vingt-sept ans, elle se laisse emporter dans un tourbillon de sentiments. 
Stephen est bouquiniste, et vit entre ses librairies de Paris et de Londres. Elle profite d'un déplacement professionnel en Angleterre pour le revoir. Lui n'a jamais cessé de l'aimer... et elle retombe sous le charme. Pourtant, Camille met fin à leur relation. Elle tient trop à ses enfants pour mettre en danger sa vie de famille. 
Quelques mois plus tard, elle reçoit un manuscrit écrit par Stephen. Dans ces pages, il raconte leur histoire : du premier regard au dernier baiser. Mais ce livre est inachevé, et c'est à elle d'en choisir la fin...

 separator 

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

J'avais un peu d'appréhension face à cette lecture et les quelques avis mitigés qui l'accompagnaient mais la surprise fut agréable! Ce roman m'a beaucoup plu, peut être parce que je n'en attendais rien, peut être parce que j'ai pu y prendre mes marques rapidement, peut être parce qu'il m'a embarquée dans son histoire.

Bruno Combes a un style d'écriture très simple mais extrêmement fluide. Il ne s'embête pas avec des fioritures, non, il va à l'essentiel, ce qui rend son récit plus authentique. Le roman se lit alors presque quasiment d'une traite. J'ai beaucoup aimé les petits messages en début de chapitre qui nous plongent dans le contexte de ce qui va arriver, tout en faisant passer une certaine morale. L'histoire est donc bien écrite et bien dosée.

Camille, notre personnage principal, est une femme accomplie de 43 ans, mariée depuis presque 30 ans, mère de deux beaux enfants et avocate renommée. Autant dire que tout roule pour elle. Mais dans cette routine écrasante, Camille n'en peut plus. Son mari la délaisse, lui qui a toujours été distant, voilà qu'elle commence sérieusement à le ressentir. Ses enfants grandissent et le cabinet n'offre qu'une succession de dossiers et de plaidoiries. Dans tout ça, Camille ne sait plus où est vraiment sa place, mais pour ses enfants, elle fait tous les efforts du monde. Ce qu'elle n'attendait pas, en revanche, c'est de revoir son premier amour, Stephen, devenu bouquiniste à quelques pas seulement de son cabinet...

Entre eux, ça n'a été qu'une amourette, mais il a suffit d'un message pour que les sens de Camille se réveillent. Cet homme l'attire, tout en lui lui plait. Mais comment faire, quand on a déjà une famille dont on refuse que l'équilibre éclate, en particulier pour les enfants? Camille doit elle suivre sa raison, ou bien son coeur? Car au-delà d'une potentielle histoire d'amour, ce roman est avant tout une histoire de vie. De vie de famille, de vie professionnelle, des choix qu'on fait, de la personne qu'on est devenue.

Et dans la monotonie du quotidien, Stephen apparait comme un rayon de soleil. Entre Camille et lui, c'est la naissance d'un amour véritable, passionné et passionnant, réel et sincère. Ces deux-là s'aiment mais tout peut il être aussi simple? Les questions existentielles se posent, des choix s'imposent. Non dans la vie, rien n'est facile.

Même si je suis loin de la situation de Camille, j'ai compris ce qu'elle pouvait ressentir. La routine, l'envie de changement, de se sentir aimée. Et on la comprend aussi lorsqu'elle se rend compte que son amour pour Stephen est réel. Qui ne voudrait pas se sentir autant aimé par quelqu'un d'autre. Stephen représente un peu ce dont chacune pourrait rêver, il incarne la douceur, l'écoute mais surtout l'amour! En tant que grande romantique j'ai trouvé ça très beau.

La seule chose que je reproche au livre, c'est de nous avoir induit en erreur quant au résumé et à ce fameux manuscrit. On pense en effet qu'il sera une pièce maîtresse du roman, mais il n'en est rien. Il est certes présent, et j'ai aimé l'implication et l'effet qu'il a pu avoir sur les personnages, mais il a manqué un petit quelque chose. Un petit gout d'inachevé pour une fin un peu précipitée. 

En conclusion, ce roman m'a vraiment surpris tant par sa simplicité que pour ses messages. C'est un roman de vie auquel chacun pourrait s'y identifier, tout du moins, à certains sentiments et pans de l'histoire. Cela se lit également tout seul, afin de passer un très bon moment lecture. Une belle découverte.

dimanche 24 juillet 2016

In My Mailbox (143)

in-my-mailbox

Hello! C'est avec plaisir que je reviens en ce dimanche avec un nouvel IMM! J'avais envie de vous le présenter en vidéo, mais faute de temps, ce sera en photos! Alors durant mes vacances, j'ai reçu de très jolies réceptions, tout d'abord de la part de Michel Lafon que je remercie grandement avec Un merci de trop de Carène Ponte et ensuite Seulement si tu en as envie de Bruno Combes. Deux titres dont les résumés m'ont de suite plu, et auxquels j'ai pu m'identifier. J'ai très hâte de les lire dans les prochains jours! 

P1070548

La Collection R m'a aussi gâtée avec un colis spécial été! Outre les superbes ENC de La Sirène de Kiera Cass - qui sort fin septembre officiellement - la maison d'édition a rajouté plein de petits goodies pour nous mettre dans l'ambiance estivale! Franchement, j'adore, je suis fan!!!

P1070549

Enfin, je termine cet IMM avec un achat perso qui n'est pas du tout livresque! J'ai en effet craqué pour le nouvel album de Jin Akanishi, sorti fin juin: Audio Fashion. Chanté exclusivement (ou presque) en anglais, ce nouvel opus est juste grandiose, musicalement, Jin signe son meilleur album solo!

P1070547

samedi 28 mai 2016

Au-delà des Royaumes [Le Pays des Contes #4] de Chris Colfer

pays des contes 4

  • Nom: Au-delà des Royaumes [Le Pays des Contes #4] de Chris Colfer
  • Lu en: français
  • Pages: 379 pages
  • Sorti le: 12 mai 2016
  • Editeur: Michel Lafon
  • VO: paru sous le nom Beyond the Kingdoms en juillet 2015

Depuis que l’Homme masqué lui a échappé, Alex n’a qu’une obsession : le retrouver. Sauf qu’elle a été déchue du Conseil des fées et que tous refusent de croire que cet homme est une véritable menace. Heureusement, elle peut compter sur l’aide de son frère jumeau, Conner, de Boucle d’or, du Petit Chaperon rouge et de la Mère l’Oie. Grâce à eux, elle découvre le plan démoniaque de son ennemi : armé d’une potion capable de transformer n’importe quel livre en portail vers d’autres univers, il part recruter une armée de méchants de la littérature afin de conquérir le Pays des contes…

 separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I don't know what to say about this book except one thing: I love it so much! Chris Colfer is definitely a brilliant author and this series is one of my favorites! It is difficult to write about a fourth book in a series, I don't want to spoile you but if you didn't read The land of stories yet, what are you waiting for? I think Beyond the Kingdoms is my favorite book so far. The twins grew up, they are so cool, so smart and adorable. Alex is always the careful one but this time, she's lost. No one want to believe her that the Masked Man is dangerous. After months of searching, this is too much for her and she finds that it is harder to control her power.  Fortunately, Alex is not alone and she can count on her brother Conner. I like him so much! He's different from Alex, yet he's always here for her and she for him. I missed Conner a lot, especially because he's so funny!! I missed Red and the others, so it is always a pleasure to see them again. I'm a big fan of Red and this time she surprised me! I can't wait to read the fifth book because the plot was so original and fascinating, the book ends just like that and it is so frustrating! I think we will travel so much more in the next book and I'm looking forward to it.

Un grand merci à Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

La série Le pays des Contes fait partie de mes favorites depuis que je suis tombée dans cet univers il y a maintenant quelques années. C'est avec grande impatience que j'attends chaque tome et je dois dire que celui-ci m'a encore une fois convaincue. Je peux même avouer que, jusqu'à présent, cela doit être mon tome favori. 

Les jumeaux ont grandi et, à presque 15 ans, ils sont plus que jamais impliqués dans le monde des Contes de fées. Après la guerre avec la Grande Armée, Alex est persuadée que l'Homme Masqué n'est autre que son père. Mais personne ne veut la croire... Pour autant, elle ne cesse les recherches pour le retrouver, sûre d'elle quand elle avance que c'est un homme dangereux. Aidée de toute la bande; Rouge, Jack, Boucle d'Or et son frère Conner, Alex finira par mettre la main sur l'Homme après des mois de recherche... Mais alors qu'ils étaient sur le point de le capturer, tout ne se passe pas comme prévu.

Les conséquences de cet échec sont immédiates et la pauvre Alex va le payer très cher. Complètement perdue, elle sera heureusement soutenue par son frère et ses amis dans sa quête à sauver le pays des Contes. Car l'Homme Masqué est bel et bien dangereux et son objectif n'est autre que de détruire ce monde qu'il hait tant. Et pour ça, il détient une arme incomparable qui lui permettra de lever une armée de méchants de la littérature...

Avec ce tome, Chris Colfer approfondit encore plus son univers. Son intrigue est originale et tient absolument la route. J'ai adoré le fait qu'on voyage de livres en livres et qu'on découvre d'autres personnages comme Peter Pan, Robin des bois ou le Roi Arthur. C'est drôle mais, comme les personnages, je me demandais comment allaient être ces nouveaux venus, s'ils allaient correspondre à l'image qu'on se faisait d'eux. Et c'est là que l'auteur intervient de manière brillante car tous ne sont pas les héros que l'on peut croire! 

Mais alors que l'on voyage d'histoires en histoires, Chris Colfer n'oublie personne. Si les jumeaux restent les personnages principaux du livre, les autres ont tous leur pierre à apporter à l'édifice. Rouge, en particulier, en voit encore de toutes les couleurs. Mais la Reine est pleine de nouvelles ressources! J'ai toujours adoré ce personnage et là j'avoue qu'elle m'a bien surprise. La pauvre n'en mène pas large, et sa propre aventure est loin d'être terminée! Alex et Conner restent néanmoins mes petits chouchous. Ils ont grandi et ça se ressent. Alex a beaucoup de responsabilités et bien qu'elle perde pied, elle reste courageuse, sensible et altruiste. Quant à Conner, il ne semble toujours pas prendre conscience de sa valeur et il serait temps car il est génial. Il apporte la touche d'humour que j'adore tant, ses réparties me font toujours autant rire!!! 

Et si nous restons majoritairement dans le pays des contes et les autres histoires, l'auteur n'en oublie pas pour autant notre monde! Ainsi, c'est avec joie que nous suivons Bree, rencontrée dans le tome précédent. Avec elle, on se rend compte que les deux mondes sont bien plus liés qu'on ne le pense. Cela donne du poids supplémentaire au récit et qu'on remarque toute la complexité de cette série. Un vrai régal! 

En conclusion, Chris Colfer est un véritable génie et cette série est phénoménale. Plus on avance, plus c'est complexe, intéressant, prenant, amusant, dangereux, détaillé et surtout, passionnant. Ce quatrième tome confirme à quel point j'aime cette série et je n'ai qu'une envie, lire vite le cinquième tome qui s'annonce grandiose, surtout en l'état actuel des choses. Les jumeaux n'en ont pas du tout fini avec l'Homme Masqué!