► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mercredi 13 juin 2018

[Cinéma] Jurassic World 2: Fallen Kingdom

jurassic world

  • Nom: Jurassic World 2: Fallen Kingdom
  • Avec: Chris Pratt, Brice Dallas Howard, Rafe Spall
  • Genre: Aventure
  • Sorti le: 6 juin 2018

Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l'île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.  Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l'île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire.

J'attendais Jurassic World Fallen Kingdom avec impatience. Il faut dire que son prédécesseur m'avait beaucoup plu, offrant un bel hommage à la première trilogie, tout en s'adaptant à notre ère moderne. C'était un pari réussi, du grand spectacle, mais toujours avec cette petite pointe d'adrénaline et d'appréhension. Je m'attendais à retrouver ces aspects dans ce second volet, mais autant vous dire que je suis bien déçue.

Tout commence pourtant bien, Claire retrouve Owen pour aller sauver les dinosaures de l'île. Une noble cause, surtout que le sponsor garantit un nouveau hâvre de paix. De quoi ravir la jeune femme, qui s'investit beaucoup dans la sauvegarde de ces animaux préhistoriques. Mais déjà, une première incohérence tombe: pourquoi avoir construit un parc qui était en plus fonctionnel, sur une île volcanique? Le risque zéro n'existant pas, cette erreur est impensable. Mais c'est un film, et un très bon prétexte pour conduire l'intrigue. 

Cette première partie a été beaucoup trop courte à mon goût. Les dinosaures sur l'île, c'est ce qui fait la saga Jurassic Park/World. Jusqu'ici, on a toujours été habitué à cette ambiance particulière, plus sauvage et voilà qu'on en est arraché. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si rapide dans l'exécution, comme par hasard, l'équipe débarque quand le volcan est à son apogée. Il faut donc faire vite, trop vite qu'on est déjà reparti. 

On se demande alors vers quelle genre d'ambiance le film va se diriger. Les dinos ramenés chez nous, à quoi vont-il bien servir? Car derrière la noble cause de la sauvegarde, une vérité éclate: il s'agit d'acquérir les dinosaures. Comment l'être humain, conduit par l'argent, ne peut-il pas penser au-delà et se rendre compte que les dinosaures ne sont pas compatibles avec nous? Qu'une cohabitation est impossible? Pourquoi vouloir les utiliser encore pour la guerre? C'est à se demander ce que ces acheteurs ont dans le crâne tant c'est ridicule. Comme si les dinosaures pouvaient être contrôlés. 

jurassic world image

Mais alors qu'on tombe un peu dans le grotesque scénaristique, les choses ne s'arrêtent pas en si bon chemin! Le méchant est aussi méchant que con, Henry Wu n'a toujours pas capté que de créer des dinos encore plus dangereux ne l'aidera pas, et les hommes ne se méfient décidément pas assez pour s'en rendre compte. Pire! Une sous intrigue voit le jour et qui, à mon sens, n'avait pas vraiment sa place.

De fait, les personnages manquent cruellement de consistance. J'avais beaucoup aimé Owen et Claire dans Jurassic World, mais ici, il m'a semblé ne voir que leur ombre. Rien n'est fait pour vraiment développer leur personnalité, le réalisateur se concentrant sur l'action qui s'enchaine à vitesse grand V. C'est sur, on ne s'ennuie pas, mais les personnages en prennent un coup. On sait déjà d'avance qui se fera manger et qui se fera sauver. 

Malgré les effets visuels magnifiques, c'est un film sans surprise, sans rebondissements, sans adrénaline que j'ai visionné. Pourtant l'ambiance avait tout pour plaire. Un manoir, la nuit, comme décor, de quoi faire frissonner! Mais c'est tellement prévisible qu'on en lève les yeux au ciel. Dommage, car cette volonté de se détacher des précédents volets est louable, cela apporte un peu de renouveau, sans toutefois arriver à se démarquer. 

La seule chose qui m'intrigue, c'est de voir comment la suite va être construite, notamment avec Blue qui sauve un peu tout le monde. Ce volet est peut être de transition, de ce fait, le troisième pourrait être grandiose avec les éléments dont on dispose; il faut juste croiser les doigts pour que ce soit bien exploité pour offrir un final réellement explosif et de qualité.


En bref, je ne cache pas ma grande déception face à ce deuxième volet de Jurassic World. Je salue l'effort d'avoir voulu briser les codes que l'on connait depuis Jurassic Park mais l'exécution n'a aucun sens ni profondeur. Ce film démontre que l'être humain se prend pour Dieu et c'est plutôt désolant. Malheureusement, malgé des effets visuels époustoufflants, le scénario ne m'a pas convaincue, je n'y ai retrouvé aucune surprise, ni stress, ni adrénaline. Jurassic World Fallen Kingdom, ou comment banaliser les dinosaures à de simples animaux.


mercredi 17 juin 2015

[Cinéma] Jurassic World

Jurassic_World_Teaser_Poster

  • Nom: Jurassic World
  • Sorti le: 10 juin 2015
  • Avec: Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Nick Robinson

L'Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d'attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

J'attendais la sortie de ce film depuis si longtemps! On en a tellement parlé et voilà qu'il est enfin sur nos écrans. C'est drôle quand j'y repense, Jurassic Park a bercé mon enfance et j'en faisais des cauchemars. Mais quand on a 7 ans à l'époque, on voit ça d'un autre oeil que 22 ans plus tard n'est ce pas? Alors que Jurassic Park m'aura fait trembler, Jurassic World, le 4ème volet de la franchise m'aura fait passer un bon moment de divertissement.

Sans surprise. C'est vraiment ce qui qualifie le film. On aura beau dire, la comparaison avec la première trilogie est inévitable. Alors que j'avais toujours ressenti du stress et de l'angoisse - encore maintenant, tant d'années après -, ici j'ai trouvé qu'il manquait de piquant. Jurassic World est totalement prévisible et manque d'adrénaline. Notre copain l'Indominus Rex, décrit comme la bête sauvage et cruelle par exellence, ne fait pas le poids contre le bon vieux T-Rex. Je m'étais attendue à ce qu'il soit terrifiant, or la menace qu'il représente n'est pas assez exploitée. On n'a pas l'estomac retourné dans l'attente de le voir surgir au hasard... il n'apparait qu'à certains moments clés qu'on devine facilement. De fait, je n'ai pas trouvé ce nouveau dino très effrayant.

Niveau scénario, Jurassic World reprend les mêmes ingrédients que Jurassic Park. Les clins d'oeil sont très nombreux, voire trop. Pour la nouvelle génération, le fait de reprendre les mêmes bases n'est pas plus mal, on sent que l'équipe a voulu rendre hommage au premier film et c'est tout à fait plaisant. Pour la vieille génération par contre, on peut considérer que Jurassic World est une sorte de remake plus avancé technologiquement que son prédécesseur. Chaque détail nous fait penser au tout premier film, et au final, on s'en amuse. Comme je le disais, la surprise n'est pas au rendez-vous. Mieux encore, on rit devant certaines scènes (je pense surtout au combat final), parfois tirées par les cheveux.

Par ailleurs, les décors sont majestueux. J'ai beaucoup aimé me retrouver dans le parc d'attraction ouvert et opérationnel. Cela donne une autre vision des dinosaures. Ils sont devenus, en quelques sortes, banals. Alors pour que le public grandisse encore et encore, la science ne cesse de se dépasser. Mais alors, n'ont-ils pas appris des erreurs du passé? Un dino n'est-il déjà pas assez impressionnant? Faut-il encore aller plus loin? Ces questionnements sont intéressants mais pas assez creusés. De même, l'exploitation des raptors comme animaux domestiques, cela est-il vraiment possible? J'avoue que j'ai apprécié cette idée, très bien menée par Owen Grady, alias Chris Pratt en dresseur de raptors.

Voilà un personnage que j'ai de suite adoré! Owen est cool, mais très réfléchi et terre à terre. Il sait ce qu'il fait et ce qu'il ne faut pas faire. Il n'apprécie guère les avancées scientifiques menées au sein du parc et le fait savoir. Mais quand l'argent amène de l'argent que voulez vous? L'humain se sent toujours plus puissant. Face à la menace de L'indominus rex, Owen démontrera qui est le mieux à même à mener la mission de sauvetage. Ce gars là est non seulement hyper sexy mais en plus il en a dans le ventre! J'ai trouvé que Chris Pratt était parfait. De même, Bryce Dallas Howard fut brillante dans son rôle de Claire, cette femme rigide qui ne pense que profit, argent et rendement. Son évolution dans le film est intéressante. Son côté coincé apporte la touche d'humour, surtout lorsqu'elle fait équipe avec le décontracté Owen. Ces deux-là ont un passé commun, ce qui facilite les choses. 

Quant aux enfants, je n'ai malheureusement pas pu m'attacher à eux. Sans charismes, ils m'ont juste rappelé les inoubliables Timmy et Alex de Jurassic Park.... en beaucoup moins convaincants. Pour le clin d'oeil, leur présence était nécessaire, mais elle n'a pas apporté grand chose au film selon moi. Enfin, mention spéciale aux effets spéciaux, magnifiques. Les dinos sont tout à fait réalistes. 

En bref, Jurassic World n'a aucun effet de nouveauté. Pour moi il s'agit avant tout d'un grand divertissement. Les acteurs sont convaincants, les effets spéciaux éblouissants, l'action toujours présente et les clins d'oeil au premier film toujours plus nombreux les uns que les autres. C'est sur, ce blockbuster américain nous en met plein la vue. Les dinosaures restent une superbe attraction et ça marche!!