► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique, Séries & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Critiques séries Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
jeudi 3 octobre 2019

[Série] Game of Thrones

91ipFruVMeL

  • Nom: Game of Thrones
  • Saisons: 1 à 8 | 73 épisodes
  • Pays: États-Unis
  • Diffusion: HBO > entre avril 2011 et mai 2019
  • Genre: fantasy médiévale, drame
  • Casting: Kit Harington, Lena Headey, Peter Dinklage, Emilia Clarke

 

Sur le continent de Westeros, le roi Robert Baratheon gouverne le Royaume des Sept Couronnes depuis plus de dix-sept ans, à la suite de la rébellion qu'il a menée contre le « roi fou » Aerys II Targaryen. Jon Arryn, époux de la sœur de Lady Catelyn Stark, Lady Arryn, son guide et principal conseiller, vient de décéder, et le roi part alors dans le nord du royaume demander à son vieil ami Eddard « Ned » Stark de remplacer leur regretté mentor au poste de Main du roi. Ned, seigneur suzerain du nord depuis Winterfell et de la maison Stark, est peu désireux de quitter ses terres. Mais il accepte à contre-cœur de partir pour la capitale Port-Réal avec ses deux filles, Sansa et Arya. Juste avant leur départ pour le sud, Bran, l'un des jeunes fils d'Eddard, est poussé de l'une des tours de Winterfell après avoir été témoin de la liaison incestueuse entre la reine Cersei Baratheon et son frère jumeau, Jaime Lannister. Leur frère, Tyrion Lannister, surnommé « le gnome », est alors accusé du crime par Lady Catelyn Stark. Au nord-ouest de Westeros, le jeune bâtard de Ned Stark, Jon Snow, se prépare à intégrer la fameuse Garde de nuit. Depuis plus de 8 000 ans, cette confrérie protège et défend le royaume de Westeros de ce qui vit de l'autre côté du Mur, un gigantesque édifice fait de glace, de pierre et de magie, formant la frontière septentrionale entre les contrées glacées du nord et les Sept Couronnes. Si les Sauvageons ne sont en réalité pas la vraie menace directe, le retour d'une race d'anciennes créatures mythiques et légendaires appelée les Marcheurs blancs est en revanche beaucoup plus inquiétant. Sur le continent d'Essos, au sud-est au-delà du Détroit, l'héritier « légitime » en exil des Sept Couronnes, Viserys Targaryen, se prépare à reconquérir le royaume. Prêt à tout, il marie sa jeune sœur, la princesse Daenerys Targaryen, à Khal Drogo, seigneur de guerre des Dothrakis, afin d'obtenir le soutien de la puissante horde de cavaliers nomades qu'il dirige. Mais le lunatique Viserys va hériter du même sort que celui de ses parents, laissant à Daenerys le projet de recouvrer sa place sur le Trône de fer, aidée en cela par ses trois dragons.

Game of Thrones, c'est la série mythique qui a fait parler le monde entier pendant de nombreuses années. Découverte en 2011 lors de la diffusion de la première saison à la TV, j'ai vite fait d'abandonner la série, par manque de temps et d'envie à l'époque. Ce n'est qu'en mai dernier, que j'ai entrepris un marathon, engloutissant les 8 saisons à la vitesse de la lumière.

Et que dire! GoT m'aura vraiment tenu en haleine, allant crescendo de saison en saison, me surprenant plus d'une fois, et ce, jusqu'à la fin. C'est une série qui mérite vraiment l'engouement qu'elle suscite et, entre nous, j'aurai bien vu encore quelques épisodes supplémentaires. En effet, c'est sans doute le plus gros reproche que je pourrais faire à la série, c'est qu'elle se termine de manière un peu précipitée. Il faut dire que chaque saison prenait son temps pour installer son intrigue et développer ses personnages, chose qui a manqué cruellement à la saison 8. Un petit goût amer donc, mais globalement, GoT a envoyé du lourd.

Je ne vais pas m'étaler sur chaque saison, mais ce que je peux dire c'est qu'entre la première et la dernière, on assiste à une véritable progression. Plus on avance, mieux c'est, avec des intrigues extrêmement bien ficelées et des retournements de situation qu'on anticipe pas. C'est sombre, violent - parfois jusqu'à l'extrême - mais terriblement efficace. Même si j'ai directement accroché des le départ, j'ai préféré la série à partir de la saison 3. Cette dernière amorce un certain tournant sans nous épargner et la suite n'en est que meilleure. Ma saison favorite restera la 4 je pense (mention à l'épisode The watchers on the wall qui déchire tout), à contrario de la saison 5 que j'ai moins aimée.

game-of-thrones-cast-season-4_1

Quant aux personnages, il y en a une myriade, et ce qui fait la force de cette série, c'est qu'aucun d'entre eux n'est à l'abri. Tous vivent des épreuves difficiles, tous doivent se forger une carapace et une force pour survivre. Bien entendu, parmi tous les personnages et les maisons, j'ai eu mes préférés. Ainsi j'ai adoré suivre Arya et Sandor le limier, qui forment un excellent tandem. Jamie s'est révélé plus attachant que je ne l'aurai pensé, malgré son amour pour Cersei, trop garce à mon goût. J'ai beaucoup apprécié son duo avec Brienne.

Mes chouchous resteront Jon Snow et Tyrion Lannister sans aucun doute. Jon, parce qu'au-delà de sa belle gueule, est un personnage très fort qui parvient à se faire une place au sein de la garde de nuit, chose pas évidente à priori, et qui arrive à s'imposer. C'est aussi un guerrier de taille, qui nous démontre toute sa force physique et mentale à plusieurs reprises (mention à la bataille du mur et à la bataille des bâtards). Tyrion, quant à lui, parce qu'il est hyper intelligent et que tout le monde le sous-estime à cause de sa condition. Parce qu'il peut se montrer doux, drôle mais aussi féroce quand il le faut. Deux personnages vraiment charismatiques!

Et puis il y a ceux qu'on déteste d'emblée comme Cersei et son fils Joffrey, ou encore Ramsey, d'abominables personnages. Ou ceux qu'on déteste au fur et à mesure comme la fameuse Daenerys que je n'ai jamais pu réellement supporter. Sa folie devient évidente de saison en saison, pour finir en apothéose. Voilà un personnage que je n'ai jamais su apprécier !

Enfin, que serait GoT sans sa bande son magnifique, qui vient sublimer chaque épisode pour notre plus grand bonheur. J'ai été également conquise par les décors, splendides pour certains lieux, et les costumes, superbes, et qui ont une signification bien plus particulière qu'on ne le devine. Visuellement, on s'en prend donc plein la vue, avec d'excellents effets spéciaux - mention aux dragons, très convaincants - et des batailles chorégraphiées époustouflantes. 

C'est sûr, c'est une série à voir.


En bref, une série que j'ai dévorée à la vitesse de la lumière et qui m'aura beaucoup plu! Peut-être pas un coup de coeur, mais il faut avouer que Game of Thrones se bonifie au fil des saisons, offrant des épisodes spectaculaires pour certains. L'évolution des personnages est tout aussi intéressante et on en vient à avoir ses petits favoris. Seul regret, que la série se soit terminée ainsi, dans un certain rush, alors que les précédentes saisons prenaient leur temps dans leur développement. Ceci dit, globalement, GoT mérite tout le succès qu'on lui attribue. Ce fut réellement captivant!


mercredi 18 septembre 2019

[Musique] Lindsey Stirling - ARTEMIS

artemis

  • Nom: ARTEMIS
  • Artiste: Lindsey Stirling
  • Genres: Pop, Classique, Electro
  • Sorti le: 6 septembre 2019
  • Pays: États-Unis 

Avec Artemis, son 5ème album, Lindsey Stirling signe son grand retour sur le devant de la scène. Proposant un concept très travaillé et abouti, ce nouvel album offre une identité musicale vraiment unique et originale. De quoi me charmer à la première écoute.

Le concept d'Artemis est basé sur la déesse de la lune. Il est dit que Lindsey s'inspire de cette analogie: pendant que la lune baigne dans les ténèbres, elle redevient toujours lumineuse. Ainsi, l'album devient une allégorie de l’espoir. L'artiste a présenté un bref résumé de l'action à coupler avec les titres des chansons. L’héroïne de l’histoire vient de «Underground» (la première chanson de l'album) dans un monde dystopique et doit aller à «The Upside» (dernière chanson de l'album). En chemin, elle rencontre différents types d'obstacles.

Avec cette compréhension du storytelling, l'album prend une tout autre dimension, plus profonde. C'est avec Underground que l'on plonge dans ce nouvel univers, et le moins que l'on puisse dire, c'est que le morceau vibre de charisme. Après les premières notes plus classiques, la composition s'envole avec comme point culminant son refrain. 

S'en suit Artemis, chanson éponyme de l'abum qui met en scène Lindsey incarnant la déesse de la Lune, qui semble d'abord perdue puis se préparer au combat au sein d'une forêt. Tandis que le clip est d'un esthétisme irréprochable, la piste est d'emblée mystérieuse et envoûtante, incluant quelques vocalises afin de monter crescendo vers un refrain entraînant et solide.

Til the Light Goes Out vient refermer de manière absolument magistrale ce trio de tête. Pour tout vous dire, il s'agit pour moi du meilleur morceau de cet album. L'ambiance est tellement unique, que j'en suis tombée amoureuse des la première écoute. Il y a un petit côté "exotique" que je n'arrive pas à placer, peut être des sonorités plus amérindiennes qui rendent la chanson vraiment originale. Un sans faute.

Après une telle entrée, le jeu se calme avec les prochaines compositions. Between Twilight sonne comme une douce mélodie pour nous aider à reprendre notre souffle, tandis que Foreverglow poursuit sur cette lancée en incluant cette fois-ci quelques lyrics chantées par Lindsey elle-même. Le titre est un peu plus entrainant mais tout aussi efficace.

Quant à Love Goes On And On, elle sonne plutôt comme une parenthèse dans notre voyage avec la déesse Artemis, le titre se détachant un peu du reste. Je suis moins fan de ce genre là, même s'il faut reconnaitre que la voix d'Amy Lee est toujours aussi plaisante. Avec Masquerade, le voyage reprend enfin. Malheureusement, même si le titre est très bien construit et porte à merveille son nom, je n'ai pas accroché à ses sonorités. J'ai davantage aimé Sleepwalking, qui aurait très bien suivi Forerverglow tant je trouve les ambiances similaires.

Darkside offre pour moi un tournant au disque, on sent qu'on se rapproche tout doucement de la fin. Encore un morceau original qui surprend au fur et à mesure, j'adore quand Lindsey joue en pinçant ses cordes, cela apporte toujours une autre dimension à ses chansons. The Upside est l'autre titre qui propose une collaboration, cette fois avec Elle King. Si j'ai apprécié la version instrumentale, assez enjouée, j'ai moins aimé la version chantée proposée en fin d'album. Concernant Guardian, il s'inscrit dans la continuité, c'est un morceau très agréable mais moins percutant que d'autres.

Je termine mon avis avec Aurora, un titre que je trouve vraiment léger et entraînant qui clôture bien cet album. Je trouve que ce titre reflète totalement l'espoir dont parlait Lindsey Stirling pour son album. De plus, avec un tel nom, on entrevoit enfin la lumière après les obstacles surmontés. Tout cela est très bien représenté au travers de la musique.


En conclusion, Lindsey n'est plus une artiste à présenter. Son talent est tout simplement indéniable. Avec Artemis, elle démontre encore une fois toute son originalité à travers un travail de qualité, prouvant qu'elle peut sans cesse se renouveller et proposer des concepts uniques. Ce nouvel opus m'a totalement convaincue et je ne peux que vous le conseiller, il regorge de quelques pépites à écouter !

lundi 15 juillet 2019

[Cinéma] Aladdin

4029006

  • Nom: Aladdin
  • Avec:  Will Smith, Naomi Scott, Mena Massoud
  • Genres: Aventure, Fantastique
  • Sorti le: 22 mai 2019

Quand un charmant garçon des rues du nom d'Aladdin cherche à conquérir le coeur de la belle, énigmatique et fougueuse princesse Jasmine, il fait appel au tout puissant Génie, le seul qui puisse lui permettre de réaliser trois voeux, dont celui de devenir le prince Ali pour mieux accéder au palais...

Aladdin a toujours été mon dessin animé préféré. Je l'ai vu à peine à l'âge de 6 ou 7 ans et il est toujours resté mon favori des Disney. Je connais les répliques et chaque chanson par coeur. Alors quand j'ai appris son adaptation en film, j'étais aussi euphorique que sceptique. Lors des premières images et bandes annonces, j'avoue que j'avais un peu peur du résultat et c'est sans grande attente que je suis allée le voir au cinéma. Après visonnage, je peux vous dire que j'ai été agréablement surprise!

Le point fort du film reste son scénario, très proche du dessin animé. Bien entendu, étant en 2019, les quelques changements proposés sont les bienvenus, pour faire d'Aladdin une histoire moderne et crédible. Notre personnage principal est convaincant et très attachant, tandis que Jasmine se montre en femme forte et imposante. 

J'ai beaucoup aimé leur duo, l'interpretation de Mena Massoud et Naomi Scott sonne juste, on sent une belle complicité entre les deux acteurs et de fait, cela se ressent à l'écran. J'avais peur qu'Aladdin manque de charisme mais au final, il est incarné à la perfection! Jasmine, quant à elle, démontre que les femmes peuvent être au pouvoir  tant elle dégage de charisme et de présence. 

3703821

Quant au génie, j'avais là aussi une appréhension, mais quelle jolie surprise. Will Smith était finalement tout indiqué pour ce rôle, avec une bonne dose d'humour. Là aussi le duo entre Massoud et Smith est gagnant, les réparties sont excellentes et l'entente au beau fixe! J'ai beaucoup aimé l'évolution du génie, qui cadre bien avec notre époque. Enfin, petit mot sur Jafar, qui fut, hélas, ma plus grande déception. L'acteur comme le personnage peine à s'imposer et au final, on est face à un méchant pas si redoutable que ça.

Pour le reste, je suis tombée amoureuse de la bande son, magnifique, et que j'écoute régulièrement en travaillant. Les décors se sont révélés splendides, de même que les costumes, somptueux. On s'en prend plein la vue, plein les oreilles, et c'est un vrai régal. Le film Aladdin est pour moi une belle réussite!


En bref, malgré mes appréhensions de départ, le film Aladdin m'a convaincue, offrant un scénario moderne et tout de même fidèle au dessin animé de mon coeur. Porté par d'excellents acteurs, une bande son majestueuse et des décors/costumes somptueux, cette adaptation est pour moi une réussite et surtout, une très belle surprise! 

mercredi 12 juin 2019

[Cinéma] X-Men: Dark Phoenix

__5cd379166fe36

  • Nom: X-Men: Dark Phoenix
  • Avec:  Sophie Turner, James McAvoy, Jessica Chastain, Michael Fassbender
  • Genres: Science-fiction, Action, Fantastique
  • Sorti le: 5 juin 2019

Dans cet ultime volet, les X-MEN affrontent leur ennemi le plus puissant, Jean Grey, l’une des leurs.
Au cours d'une mission de sauvetage dans l'espace, Jean Grey frôle la mort, frappée par une mystérieuse force cosmique. De retour sur Terre, cette force la rend non seulement infiniment plus puissante, mais aussi beaucoup plus instable. En lutte contre elle-même, Jean Grey déchaîne ses pouvoirs, incapable de les comprendre ou de les maîtriser. Devenue incontrôlable et dangereuse pour ses proches, elle défait peu à peu les liens qui unissent les X-Men.

C'est avec grande curiosité que j'ai été voir ce film centré sur le personnage mythique de Jean Grey. J'avais hâte de redécouvrir son histoire, en espérant un scénario plus intéressant que celui de l'Affrontement Final, 13 ans plus tôt, qui m'avait fort déçue. Malheureusement, si Dark Phoenix propose une histoire plus intimiste, l'intrigue n'est cousue que de fils blancs. 

Il faut le reconnaitre, ce nouveau x-men aurait pu proposer bien plus. Pas la peine d'avoir vu les précédents pour bien comprendre, ici on se concentre exclusivement sur Jean Grey. Un personnage très emblématique mais qui, à mon sens, n'est pas exploité en profondeur. La faute à une intrigue inexistante qui m'a énormément déçue. 

Après avoir absorbé une force cosmique, Jean voit ses pouvoirs complètement débloqués. Cela lui ramène aussi la mémoire sur cet événement tragique de son enfance. Se sentant trahie par Charles Xavier, Jean se retourne contre ses camarades et se laisse consummer par sa rage. Un fil conducteur déjà vu maintes fois, qui n'apporte rien de nouveau à l'univers. A ce titre, le scénario de l'Affrontement Final était tout de même un peu plus solide à mes yeux.

dark_phoenix_JF_5100_v0014_SNL

En effet, même si le côté humain et plus intimiste m'a plu, j'avais espéré que les personnages soient moins lisses. Qu'on se le dise, il y a très peu de place pour Tornade, Diablo & cie et le peu qu'on les aperçoit, ils restent en retrait. La faute aux aliens qui leurs volent la vedette et qui, par la même occasion, viennent briser le peu de scénario qu'on avait.  J'ai trouvé leur venue totalement inutile et encore une fois, complètement déjà-vue. Des aliens prenant l'apparence des humains (coucou les Skrulls de Captain Marvel), voulant à tout prix nous exterminer pour nous piquer la planète (tiens ça me rappelle aussi La 5ème Vague). Seulement, ce n'est pas très subtile et leur menace ne pèse pas vraiment. 

Vous l'avez compris, niveau scénaristique, cela sonne creux. Dark Phoenix aurait mérité bien mieux, surtout avec un tel personnage que Jean Grey. Même la musique, à laquelle je fais toujours attention, m'a laissée de marbre. Pour moi, les seules réussites de cet opus sont les effets visuels à couper le souffle et les batailles, très bien chorégraphiées.


En bref, un film magnifique visuellement mais très décevant au niveau scénaristique. J'avais vraiment espéré une conclusion plus aboutie pour nos mutants préférés mais malheureusement, il faudra se contenter de ce que l'on a. Un film creux qui a vu son intrigue réécrite au jour le jour, pour un résultat plutôt médiocre. On retiendra surtout les effets visuels et le jeu des acteurs, plutôt bons malgré le peu d'exploitation de certains. 

lundi 13 mai 2019

[Cinéma] Avengers: Endgame

avengers-endgame

  • Nom: Avengers: Endgame
  • Avec:  Robert Downey Jr, Chris Evans, Scarlett Johansson, Chris Hermsworth
  • Genres: Science-fiction, Action, Fantastique
  • Sorti le: 24 avril 2019

Le Titan Thanos ayant réussi à s'approprier les six Pierres d'Infinité et à les réunir sur le Gantelet doré, il a pu réaliser son objectif de pulvériser la moitié de la population de l'Univers d'un claquement de doigts. Les quelques Avengers et Gardiens de la Galaxie ayant survécu, Captain America, Thor, Natasha Romanoff, War Machine, Nébula et Rocket, espèrent réparer le méfait de Thanos, mais il s'avère que ce dernier a détruit les pierres. Alors que chacun essaie de continuer sa vie et d'oublier les nombreuses pertes dramatiques, Scott Lang, alias Ant-Man, parvient à s'échapper de la dimension subatomique où il était coincé depuis la disparition du Docteur Pym, de sa femme et de sa fille Hope. Lang propose aux Avengers une solution pour faire revenir à la vie tous les êtres disparus, dont leurs alliés et coéquipiers : récupérer les Pierres d'Infinité dans le passé grâce à l'univers quantique...

ATTENTION SPOILERS

Et voilà on y est... Avengers Endgame était pour moi LA sortie à voir cette année et après un Infinity War exceptionnel, mes attentes étaient hautes. Malheureusement, je dois admettre que je suis déçue de ce Avvengers qui clôture une série de films géniaux.

Je ne vais pas prendre de gants, attention à certains spoilers, mais il faut bien exprimer son ressenti. Honnêtement, je ne pensais pas que le film proposerait ce type de scénario. Je croyais qu'il continuerait là où s'est arrêté son prédécesseur et si c'est effectivement le cas pendant la première demi-heure à tout casser, ce bond de 5 ans dans le temps m'a surprise. La dynamique change, on est plus dans la mélancolie et la tristesse, pas cette adrénaline que j'espérais. La seule chose positive qui m'a plu, c'est de voir l'évolution de Iron Man, mon perso favori. 

Mais ce démarrage est long, très très long. Après 5 ans sans solution, il a fallu qu'Ant Man débarque comme une fleur avec une idée absurde pour que tout le monde s'y mette: le voyage dans le temps. Je ne cache pas que j'ai du mal avec ce concept, il y a souvent pas mal d'incohérences et Endgame n'y échappe pas. Si on ne se pose pas trop de questions, ça passe. 

Et c'est là que débute le fan service avec le renvoi de nos survivants dans diverses époques passées. Comme je le disais, Endgame joue ses cartes sur la nostalgie ou l'émotion, alors quand on retombe dans le 1er Avengers de 2012, c'est sur, on ressent un petit quelque chose. Mais très vite, ça part en cacahuètes et l'humour un peu trop présent devient lourd. Jusqu'ici, ça ne m'avait jamais dérangée, mais pour moi Endgame devait montrer une facette plus grave, plus sérieuse.

avengers_endgame_group_shot

Malheureusement ce côté humoristique ne s'arrête pas au scénario, certains personnages comme Thor ou Hulk en prennent un sacré coup. Envolés leur personnalité de feu, leur tempérament de guerrier! Thor se complaît dans sa déprime, tandis que Hulk devient une gentille attraction faisant des photos avec ses fans. Oubliée aussi, la Captain Marvel surpuissante. Quel gâchis. Reste plus qu'à compter sur Iron Man, Captain America ou Black Widow pour assurer. Et ça marche, ces trois personnages, en plus d'un Clint super en forme et vas-y-que-je-dégaine-mes-flèches-à-tout-va, font progresser l'intrigue.

La seconde partie est donc plus intéressante, plus dynamique mais ô combien trop rapide dans son excécution. Le film souffre d'un manque d'équilibre évidemment, c'est dommage. Mais quand survient la bataille finale, on a beau se dire qu'au niveau visuel, ça envoie du lourd, ça ne vaudra jamais un Seigneur des Anneaux. Malgré la réapparition des anciens, tout va trop vite, rien n'est coordonné, et on se doute de ce qui va arriver...

La fin m'a laissée sur ma faim, et même si elle m'a arrachée des larmes (parmi les morts, fallait-il vraiment que ce soit eux??), j'ai comme un sentiment d'inachevé... Je n'arrivais pas à penser autre chose que "tout ça pour ça?" et ça m'a fait mal. Car cet univers est riche et les personnages attachants et charismatiques, ils auraient mérité mieux, à mon sens. 


En bref, je m'attendais tellement à autre chose... Si je savais que Endgame signait la fin d'un cycle, j'avais espéré que les événements se déroulent autrement. Le film dure tout de même 3h et seule la seconde partie m'a intéressée. L'abus du fan service m'a un peu dérangée, quand c'est trop c'est trop; mais j'ai bien compris que la nostalgie était de mise et quelques scènes m'ont arraché la larme à l'oeil. Ceci étant dit, j'ai trouvé que le film souffrait d'incohérences et que le scénario était devenu trop simple. Mais le pire, c'est que certains personnages sont bafoués, me laissant extrêmement déçue quant à leur sort. Je voulais plus, tellement plus, mais il faudra bien se contenter de cette fin et tourner la page.


jeudi 2 mai 2019

[Cinéma] Captain Marvel

Captain-Marvel-New-poster

  • Nom: Captain Marvel
  • Avec:  Brie Larson, Jude Law, Samuel L. Jackson
  • Genres: Science-fiction, Action
  • Sorti le: 6 mars 2019

Captain Marvel raconte l’histoire de Carol Danvers qui va devenir l’une des super-héroïnes les plus puissantes de l’univers lorsque la Terre se révèle l’enjeu d’une guerre galactique entre deux races extraterrestres.

Je voulais absolument voir Captain Marvel avant de visonner Avengers Endgame. Depuis son introduction à la fin de Infinity War, j'étais curieuse de découvrir l'histoire de ce personnage important, aux pouvoirs gigantesques, qui pourrait bien sauver tout le monde.  

Ma critique sera courte car je n'ai pas grand chose à dire sur ce film: pour moi, il n'apporte absolument rien à la franchise. L'histoire de Carol Denvers ne m'a pas captivée, de même que l'interpretation de Brie Larson. Le côté dur et mono-expressif de l'héroine/l'actrice m'a assez déplu, il a été difficile de m'attacher à elle. 

L'intrigue en elle-même est classique, on devine aisément qui est le méchant de l'histoire et le cheminement reste prévisible. Les seules petites choses qui ont su garder mon intérêt, ce sont les clins d'oeil à d'autres films du MCU. Nick Fury a été pour moi le personnage le plus intéressant, je suis restée curieuse tout le long concernant la perte de son oeil. Incontestablement, ce personnage a fait du chemin et j'ai bien aimé le voir à ses débuts. Lui qui est très sérieux dans les autres franchises, a su apporter la dose d'humour qu'il me manquait.

1200x-1

Autre point positif, les effets visuels magnifiques. Il faut reconnaitre que le film constitue un réel spectacle et qu'on s'en prend plein la vue. Se retrouver dans les années 90 a aussi ajouté un plus à l'ambiance, donnant un réel contraste avec les autres planètes et les vaissaux ultra sophistiqués qu'on peut y voir. 

Ceci étant dit, c'est la première fois que je ressens autant de déception dans l'univers Marvel. Le côté Girl Power, c'est très bien, mais personnellement, ça ne m'a pas plus convaincue que cela. Sans doute parce que j'ai eu un réel problème avec le personnage, que j'ai trouvé trop distant et trop froid.

Je sais qu'il s'agit là d'un film introductif mais j'en attendais clairement plus. La preuve, j'ai du mal à mettre en avant des points positifs. Il y avait tout un mystère autour de Captain Marvel, malheureusement, ce n'est pas un personnage que je vais continuer à suivre.


En bref, j'ai été déçue par Captain Marvel. Certes, il s'agit d'un film introductif sur un nouveau personnage, mais l'histoire de Carol ne m'a pas séduite plus que ça. J'ai trouvé le film long et ennuyeux, porté par une Brie Larson peu expressive. Seuls petits points positifs, les quelques clins d'oeil aux autres films de la franchise et la scène post-générique. Vu le statut de Captain Marvel, je m'attendais à nettement mieux la concernant. A voir comment elle s'en sort dans Avengers Endgame!

samedi 13 avril 2019

[Cinéma] Alita Battle Angel

alita

  • Nom: Alita Battle Angel
  • Avec:  Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly
  • Genres: Science-fiction, Action
  • Sorti le: 13 février 2019

Lorsqu’Alita se réveille sans aucun souvenir de qui elle est, dans un futur qu’elle ne reconnaît pas, elle est accueillie par Ido, un médecin qui comprend que derrière ce corps de cyborg abandonné, se cache une jeune femme au passé extraordinaire. Ce n’est que lorsque les forces dangereuses et corrompues qui gèrent la ville d’Iron City se lancent à sa poursuite qu’Alita découvre la clé de son passé - elle a des capacités de combat uniques, que ceux qui détiennent le pouvoir veulent absolument maîtriser. Si elle réussit à leur échapper, elle pourrait sauver ses amis, sa famille, et le monde qu’elle a appris à aimer.

Depuis la diffusion de la bande annonce, j'avais très hâte de découvrir Alita Battle Angel. Avant mon visionnage cependant, je me suis penchée d'un peu plus près sur l'univers, en découvrant par la même occasion qu'il s'agissait d'un manga à l'origine. J'aurai tôt fait de regarder un peu l'anime pour me faire une idée, et le moins que je puisse dire, c'est que Gunnm m'a bien convaincue. En allait-il être de même pour Alita? 

D'emblée, je peux vous dire que oui, j'ai été extrêmement emballée par le film, même si, comme toute adaptation, il y a pas mal de différences. Certaines sont venues étoffer l'histoire, tandis que d'autres m'ont un peu déçue. En effet, dans ce monde dystopique, l'humanité survit et se réorganise entre la mystérieuse cité suspendue dans le ciel, Zalem, et Kuzutetsu, le bidonville né des déchets de la cité. La vie n'est que violence et insécurité, un trait bien visible dans l'anime, mais quelque peu édulcoré dans le film. La ville étant une décharge, je m'attendais à ce que l'ambiance soit plus sombre et pesante, afin de montrer tout le désespoir des habitants mais il n'en fut rien.

L'histoire se concentre sur Alita, une jeune cyborg amnésique retrouvée par le Dr Ido. D'abord un peu timide et réservée, Alita va vite se dévoiler: en elle se cache une guerrière, c'est évident. Son évolution dans le film est assez rapide, ce qui ne m'a pas gênée pour garder une bonne dynamique au récit. Cependant, on en sait encore très peu sur ses origines, sa perte de mémoire étant un bon prétexte pour mettre en avant ses talents guerriers.  Un mal pour un bien car on ne s'ennuie pas avec elle, et on reste curieux car Alita reste un peu imprévisible. 

alita_film

Autour d'elle gravitent certains personnages dont Yugo, le love interest. Il apporte un certain contraste à l'histoire puisque Alita tombe assez vite amoureuse de lui. Cela permet quelques moments plus calmes pour reprendre notre souffle. De plus, Yugo constitue un bon fil rouge pour Alita et conditionne complètement ses actions. 

En soi, le scénario n'a rien d'extraordinaire et donne cette impression d'être inachevé - il y encore tant à découvrir - mais pour introduire l'univers et en particulier Alita, je dois dire que le pari est rempli. Ce premier film tient toutes ses promesses! En plus de m'être laissée emportée par l'histoire et le jeu des acteurs (mention à Rosa Salazar pour son interprétation), j'ai également été séduite par le visuel, très réussi (en particulier les Cyborgs plus vrais que nature), et la musique qui apporte un plus indéniable à l'ambiance globale. 

Si vous aimez les dystopies avec un bon rythme et des personnages attachants, Alita devrait vous plaire, réunissant tous les ingrédients pour passer un excellent moment. Il faut le dire, Alita est un peu unique en son genre.


En bref, j'ai beaucoup aimé le film qui offre une excellente dynamique, porté par des personnages attachants et des effets visuels très réussis.Alita vaut assurément le coup d'oeil, que vous soyez fan du manga d'origine ou pas, l'histoire est suffisamment intéressante pour que notre intérêt soit maintenu du début à la fin. Avec un tel potentiel, je ne serai pas contre une suite à Alita, qui, selon moi, est loin d'avoir livré tous ses secrets.

vendredi 8 février 2019

[Musique KPOP] CLC - NO.1

clc

  • Nom: NO.1
  • Artiste: CLC
  • Pays: Corée du Sud
  • Genre: Pop
  • Sorti le: 30 janvier 2019

Depuis que j'ai découvert les CLC en janvier 2017, je dois admettre que le groupe ne me déçoit absolument pas! Après leur mini album Black Dress l'an dernier que j'avais adoré, j'ai un gros coup de coeur pour leur nouvelle sortie intitulée NO. Un mini album totalement réussi qui confirme vraiment mon intérêt pour le groupe.

La chanson titre, NO, m'a de suite plu. Je la trouve sincèrement très addictive, avec une introduction plutôt puissante et un ensemble très charismatique. Dans cette chanson, les filles s'assumment et le font savoir! Les sonorités electros en font un titre très dynamique sur lequel on ne peut que se déhancher et fredonner les quelques paroles en anglais du refrain. Une piste parfaite qui démontre tout le talent du groupe à se renouveller. 

La seconde chanson que j'ai particulièrement appréciée de l'album est Like it. De la vraie dynamite! J'aime la construction de la chanson qui alterne les moments forts avec quelques passages plus softs pour enchainer avec un refrain simple mais efficace. Dans le genre pop, I need you s'en tire plutôt bien. Elle est un peu plus classique dans le style mais personnellement je la trouve très sympathique, elle fait bien le job, et ses consoeurs, son dynamisme est tout à fait agréable. Et puis le refrain reste facilement en tête! 

clc_no

J'ai un peu moins accroché à SHOW, question d'affinités, mais objectivement la chanson a tout à fait sa place sur ce mini album. Malgré ses tonalités entraînantes, et un brin rétro,  je la trouve plus dans la retenue que les trois autres titres précédemment présentés. Enfin, Breakdown peut être considérée comme la "ballade" de l'album. La chanson, plus douce, permet de souffler un peu et de profiter d'une instrumentale plus légère. Je l'aurai bien vue en fin d'album pour clôturer en beauté.

En conclusion, ce comback est une grande réussite, proposant des titres forts et dynamiques ainsi qu'une belle homogénéité. L'écoute se fait d'une traite et chaque piste a sa place dans ce mini album. Je le trouve assez idéal si vous voulez découvrir ce groupe au grand potentiel et qui vaut le détour, assurément!

► Ecouter le mini album en entier

jeudi 27 décembre 2018

[Musique CPOP] Jolin Tsai - Ugly Beauty

ugly beauty cover

  • Nom: Ugly Beauty
  • Artiste: Jolin Tsai
  • Genre: Pop
  • Sorti le: 26 décembre 2018
  • Pays: Chine

Quatre ans après son dernier album, Jolin Tsai revient enfin avec un nouvel opus au concept très original et travaillé. L'attente fut très certainement très longue mais après plusieurs écoutes, je dois admettre qu'elle en valait la peine! Très homogène, Ugly Beauty offre une réelle identité visuelle et musicale.

Pour promouvoir ce nouvel album, Jolin a choisi la chanson éponyme, Ugly Beauty. Un titre qui m'a particulièrement surprise, je ne m'attendais pas à ce que l'artiste prenne cette direction. Au début, je n'ai pas trop accroché, trouvant le lead single un peu faible par rapport aux albums précédents. Mais avec la découverte du clip et des paroles, j'ai eu le déclic. Je vous invite sincèrement à regarder le clip avec les sous-titres anglais, car ce sont des paroles très fortes qui feront échos à pas mal de monde à mon avis.

Visuellement, la chanteuse a aussi mis le paquet, faisant référence à ses anciens travaux, ses problèmes personnels (avec la nourriture, l'obsession de son poids, le perfectionnisme, l'acceptation de soi...). Pour moi, c'est un des meilleurs clips de sa discographie, rien que pour ça il vaut le détour. 

C'est sur cette note que l'album va se décliner, Jolin ayant décidé d'explorer le concept de beauté laide et d'acceptation de soi dans une société qui vise sans cesse la perfection et le rendement. La chanteuse a aussi eu beaucoup de mal à supporter les critiques mais a visiblement trouvé la paix avec elle-même et cet album en est le représentant. 

Parmi les chansons qui m'ont vraiment séduite, j'ai noté KARMA que je trouve très entrainante. Objectivement, elle n'est pas originale, mais plutôt efficace et bien travaillée. Dans le même style, Womxnly et Life Sucks tirent très bien leur épingle du jeu également.

ugly beauty album

Dans une ambiance plus malsaine et plus sombre, j'ai adoré Lady in Red, qui est vraiment unique dans la discographie de Jolin. J'adore la production sur ce titre et la manière de chanter de Jolin. On sent vraiment bien l'atmosphère plus oppressante. Sweet Guilty Pleasure est un peu dans le même genre, peut être plus en séduction. Quoiqu'il en soit, c'est pour moi un des titres forts de l'album. 

Il reste bien quelques chansons mais je vous ai présentées mes préférées. Je terminerai avec Shadow Self, qui cloture à merveille l'album, le titre n'étant pas tout à fait une ballade classique, mais permet tout de même de se reposer avec sa mélodie très agréable et le chant mesuré de Jolin.

En conclusion, Jolin Tsai revient avec un album solide et extrêmement travaillé, au concept abouti, démontrant encore tout son talent et sa capacité à se renouveller, pour ainsi proposer un opus très différent des précédents. L'attente fut longue mais vaut largement le détour!

► Ecoutez l'album en entier

samedi 15 décembre 2018

[Cinéma] Les Animaux Fantastiques 2: Les crimes de Grindelwald

affich_52124_5

  • Nom: Les Animaux Fantastiques 2: Les crimes de Grindelwald
  • Avec: Johnny Depp, Eddie Redmayne, Jude Law
  • Genres: Aventure, Fantastique
  • Sorti le: 14 novembre 2018

1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s’évade comme il l’avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l’origine d’attaque d’humains normaux par des sorciers et seul celui qu’il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l’arrêter. Mais Dumbledore va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L’aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob, mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.

On m'avait prévenue: avec ce second volet des Animaux Fantastiques, soit ça passe, soit ça casse! J'avais bon espoir d'accrocher, mais au final, ce fut une véritable déception! 

Que le film m'a semblé long... en terme d'action, il y a de très belles scènes clés avec des effets visuels magnifiques mais globalement, j'ai trouvé ce second opus relativement creux et plat. Même les informations proposées et les quelques révélations (notamment celle de la fin à laquelle je m'attendais), n'ont pas suffit à garder mon intérêt. 

Honnêtement, je m'attendais à tellement mieux... je n'arrive toujours pas à écrire un avis objectif tant ma déception est grande. Alors que le premier film avait eu le mérite de se construire sa propre identité, j'ai trouvé que cette suite n'avait aucun charisme... les personnages sont sous exploités, voire rendus complètement cul-cul entre Norbert qui semble éperdu d'amour pour une Tina toujours aussi antipathique, tandis que Jacob perd de sa spontanéité et que Queenie se voit aveuglée par l'ennemi. Le groupe, auquel je m'étais attachée dans le premier film, m'a paru bien ennuyeux ici. Pire encore, la notion des Animaux Fantastiques a complètement déserté le film! On oublie la découverte des créatures avec Norbert, cette magie exceptionnelle que j'aimais tant, ici il n'y a rien! 

animaux_fantastiques_-_les_crimes_de_grindelwald_2018-visuel_01_0

Malheureusement, Jude Law et Johnny Depp alias Dumbledore et Grindelwald ne sauvent pas plus le film que les autres. Certes, on sent une relation complexe entre les deux, et on s'attend à une bataille épique entre ces sorciers mais finalement toute l'intrigue autour d'eux reste bien maigre... On suppose que cela sera gardé pour les derniers films, ce qui risque d'être long. 

La seule chose que je retiendrai est le visuel. On s'en prend plein la vue, même si, sur quelques scènes, il y a tellement d'images à la minute qu'on se sent noyé et qu'on ne voit pas grand chose. Les effets magiques sont magnifiques, le tout est soigné. J'ai bien aimé aussi les clins d'oeil à Harry Potter, bien qu'ils ne soient pas nécessaire à mon sens. Les Animaux Fantastiques a justement besoin de se démarquer, or tout a été fait pour rappeler le plus célèbre sorcier à ce jour. Peut être pas la meilleure idée. 

A l'heure actuelle, je ne suis pas certaine de regarder la suite, sachant qu'il y a encore 3 films, je me demande vraiment ce qu'ils pourront inventer pour garder l'intérêt des spectateurs jusqu'à la bataille finale. 


En bref, grosse déception pour ce second volet des Animaux Fantastiques. Au-delà d'effets visuels magnifiques, j'ai trouvé le scénario creux, plat et sans intérêt. Malgré les quelques révélations, la trame n'avance pas. Les personnages ne sont pas exploités, pire ils m'ont semblés plus "cul-cul" qu'autre chose. Alors que le premier film avait fait l'effort de se construire son identité à lui, cette suite multiplie les clins d'oeil à Harry Potter, ce qui n'est pas pour l'aider à se démarquer véritablement. Avec encore 3 films à suivre, je me demande comment cela va évoluer, même si, honnêtement, je ne suis pas certaine de regarder.