► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
samedi 2 mars 2019

We are young de Cat Clarke

we are young

  • Nom: We are young de Cat Clarke
  • Lu en: français
  • Pages:  360 pages
  • Sorti le: 17 janvier 2019
  • Editeur: Collection R
  • Tome Unique

Le soir même où la mère d’Evan épouse « Breakfast Tim », présentateur vedette de la radio locale, le tout nouveau demi-frère d’Evan, Lewis, est retrouvé inconscient et grièvement blessé. Il est l’unique rescapé d’un terrible accident de voiture. Une tempête médiatique se déchaîne alors et tous les doigts accusateurs sont pointés sur Lewis, jeune toxico solitaire. Tout le monde semble penser que l’accident est lié à une affaire de drogue, mais Evan n’y croit pas une seconde. Aidée par son père journaliste, Harry, elle se met en tête de découvrir ce qui s’est véritablement passé le soir de l’accident. À mesure qu’Evan creuse dans la vie des trois adolescents morts dans le crash, elle va lever le voile sur des vérités dérangeantes et sur un secret qui menace d’anéantir sa famille… ainsi que l’ensemble de la communauté.

separator

J'adore les romans de Cat Clarke, je les trouve percutants et addictifs, toujours très bien écrits et proches des préoccupations adolescentes. Je ne savais pas à quoi m'attendre avec We are young mais j'y vais les yeux fermés car pour moi il ne faut pas manquer un Cat Clarke. 

Evan Page est une adolescente de 17 ans, plutôt sérieuse, sauf en ce soir de mariage de sa mère avec son beau-père Tim. Pour faire simple, elle s'envoie en l'air avec un gars qu'elle connaît à peine sans protection. Pourquoi fait-elle ça ? C'est parce qu'elle ne contrôle plus sa vie et disons-le, que sa famille recomposée ne la rend pas heureuse.

La fête est interrompue lorsque le beau-père d'Evan reçoit un appel de l'hôpital. Lewis son fils a eu un grave accident de voiture dont il est le seul survivant. Trois morts, un handicapé dans le coma... une affaire de drogue, d'alcool ? Même si elle a peu d'affinités avec son demi-frère, Evan veut connaître la vérité et je l'ai trouvé attachante et mature parce qu'elle s'investit vraiment pour rétablir la vérité sur Lewis. Que s'est-il passé cette nuit-là ?

 Je ne vous en dis pas plus car comme pour tous les romans de Cat Clarke, il faut les découvrir et découvrir surtout l'intensité de ses intrigues, toujours vives et fortes, parfois chocs comme ici. Et à l'inverse de Girlhood, je n'ai rien vu venir si bien que j'étais totalement prise dans l'ambiance de ce young adult qui file tout en tension dramatique et qui se conclue en une vérité glaçante et pleine d'effroi.

Ce n'est pas joyeux et le thème du deuil est sous-jacent... mais quand tout accuse Lewis et le trafic de drogue, Evan a envie d'avoir des réponses et ce qu'elle découvre est plutôt choquant avec un autre thème encore plus dur à évoquer. Cela n'en fait pas forcément une lecture émouvante car j'ai trouvé que l'auteure rajoutait des éléments d'action, de rebondissements et de petits drames liés au personnage de Tim.

Dans l'ensemble j'ai beaucoup aimé ma lecture. Je n'ai pas forcément accroché à tout l'univers de Evan, son groupe de musique, ses problèmes avec ses amis mais j'ai beaucoup aimé la manière dont elle réfléchit, dont elle s'engage réellement dans la guérison de Lewis. C'est touchant et surprenant venant d'une adolescente comme elle, mais elle montre son côté protecteur même avec son petit frère. 


En bref, We are young est un roman YA efficace et prenant à suivre. L'écriture de Cat Clarke est sans conteste percutante, directe, franche, avec cette force de caractère qui lui est propre. A l'instar de Cruelles et Revanche, c'est que derrière son rythme efficace, addictif et cette incroyable capacité à parler de l'adolescence, il y a beaucoup de profondeur dans ses propos. Une excellente lecture, pas tout à fait le coup de coeur mais c'est dû uniquement au background auquel j'ai peu accroché, sinon les personnages sont bien campés et courageux et les thèmes abordés importants !

chronique_lael


jeudi 3 janvier 2019

Dry de Neal & Jarrod Shusterman

dry

  • Nom: Dry de Neal & Jarrod Shusterman
  • Lu en: français
  • Pages:  445 pages
  • Sorti le: 16 octobre 2018
  • Editeur: Collection R
  • Tome Unique

La sécheresse s'éternise en Californie et le quotidien de chacun s'est transformé en une longue liste d'interdictions : ne pas arroser la pelouse, ne pas remplir sa piscine, limiter les douches... Jusqu'à ce que les robinets se tarissent pour de bon. La paisible banlieue où vivent Alyssa et sa famille vire alors à la zone de guerre. Soif et désespoir font se dresser les voisins les uns contre les autres. Le jour où ses parents ne donnent plus signe de vie et où son existence et celle de son petit frère sont menacées, Alyssa va devoir faire de terribles choix pour survivre au moins un jour de plus.

separator

J'étais très impatiente de lire du nouveau Shusterman après mon coup de coeur pour La faucheuse 2 (Thunderhead) alors quand j'ai lu le résumé de DRY, je me suis dit que c'était très prometteur. Et pour cause, l'intrigue de départ est flippante et carrément crédible : imaginez que la Californie soit en pénurie d'eau potable. Après les restrictions d'eau, les hypermarchés se trouvent également en rupture de stock de bouteilles.

La panique s'amplifie lorsque les robinets domestiques ne coulent plus. Alyssa explique ainsi comment petit à petit, le climat environnant devient instable et de plus en plus violent. Soif, désespoir, jalousie, le coté sombre des gens fait surface lorsqu'il faut survivre...

 Non seulement l'intrigue est canon, celle d'un roman catastrophe tout à fait probable où chaque action et drame peut se révéler être vrai de nos jours. Il suffit de voir comment les gens réagissent lorsqu'on parle d'argent, de salaires, les manifestations etc... pour se rendre compte que DRY n'exagère pas et cible avec précision ce que l'on peut devenir face à notre survie.

Tout est permis, et tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. Autrement dit plus d'une fois ce roman m'a bluffé et j'ai adoré suivre Alyssa qui est une héroïne brillante et intelligente. Ses pensées et ses réactions sont justes et réfléchies. Elle sait réagir dans l'urgence.

Toute la question de ce roman pré-apocalyptique est de trouver de l'eau, retrouver les parents de Alyssa et son petit frère. On s'attache très vite à tous les personnages, à ce qu'ils vivent. La montée d'adrénaline est là, entre coups de stress, tension dramatique et rebondissement de folie. J'ai adoré ma lecture 100% rythmée par une écriture addictive, géniale et haletante. 


En bref, j'ai littéralement dévoré ce roman. Le rythme et l'intrigue sont excellents, les personnages sont pris dans des situations complexes mais ils ont de bons réflexes, agissent plutôt que d'attendre la fin du monde. Sans compter la réflexion sous-jacente sur notre société de consommation, nos habitudes et notre propre utilisation de l'eau courante... tout ce que raconte les auteurs est totalement juste et flippant. Les réactions des gens font froid dans le dos et si l'on peut être choqué, on se demande ce que l'on aurait fait à leur place. Le scénario catastrophe est mené avec brio et goût du sensationnel... j'ai été scotchée et j'ai adoré ! 

chronique_lael

lundi 29 octobre 2018

Light Years de Kass Morgan

light-years-1113758-264-432

  • Nom: Light Years de Kass Morgan
  • Lu en: français
  • Pages:  432 pages
  • Sorti le: 11 octobre 2018
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom Light Years en octobre 2018
  • Premier tome d'une duologie

Vous rêvez de gloire, de batailles et d'honneurs militaires ? Commencez donc par connaître votre ennemi... Bienvenue à l'Académie aérospatiale de Tétra, où viennent d'être admis pour la première fois des candidats issus des confins de la galaxie. À des années-lumière de leurs planètes d'origine, Vesper, Arrann, Orèlia et Cormak portent chacun leur lot de terribles secrets, et s'engagent dans des amours interdites qui mettent en danger le fragile équilibre de l'Académie. Et si la menace principale ne venait pas des redoutables Spectres, avec leur puissance de feu colossale, mais plutôt des cadets eux-mêmes ?

separator

J'avais adoré la série Les 100 et je suis très heureuse de retrouver l'auteur dans une nouvelle série. Mais ce que je peux vous dire de ma réaction à chaud c'est que j'ai bien aimé mais j'en veux plus. Nous sommes dans un univers de space opera, à la manière d'un Phobos ou d'un Illuminae ou même d'un Sombres étoiles de Malorie Blackman. Autrement dit c'est un univers que j'ai déjà lu et que j'aime énormément pour peu que ça déménage et que ça explose.

L'Académie Aérospatiale de Tétra a lancé sa nouvelle campagne de recrutement d'étudiants. La grande nouveauté : l'entrée dans l'école n'est plus limitée aux habitants du système solaire de Tétra mais à tous les étudiants, de toute provenance confondue. Vesper, Cormak, Arrann, Orèlia vont se retrouver au sein de la même élite mais chacun a des particularités et des secrets à cacher.

Vesper, originaire de Tridian est une pilote surdouée qui a toujours vouée sa vie à faire plaisir à sa mère. Elle a pour ambition de devenir commandante mais les choses ne se passent pas comme elle l'espérait. Cormak a pris la place de son frère décédé et se fait passer pour lui. Il a grandi sur une planète toxique Déva et il souhaite à tout prix échapper à un destin quelconque. Arrann vient de Chetire. Intello, il a toujours été méprisé par ses camarades. Il a été accepté comme élève officier et cherche à se faire une place au sein de l'Académie. Mais il ne s'imaginait pas tomber amoureux d'un jeune Tridien. Enfin, Orélia cache un lourd secret puisque c'est une espionne des Spectres...

On suit quatre narrateurs différents, dans une alternance de chapitres qui pour ma part est un procédé que je commence à me lasser. Pour chacun d'entre eux, nous allons découvrir un peu de leur passé, de leur histoire, de leur origine, de leurs objectifs et espoirs et de la manière dont ils se sont retrouvés dans l'Académie. On reste donc principalement en surface même lorsqu'il s'agit de leurs sentiments. Des amours interdites se profilent mais ce n'est pas le point fort du roman.

Ca se lit plutôt bien et vite et j'ai eu l'impression de lire une intrigue similaire à Inaccessibles de Katharine McGee. La lecture est addictive et bien prenante car tous les rouages se mettent en place et l'intrigue tournant autour des secrets des uns et des autres est captivante. Puis tout s'enchaîne à la fin et on n'a qu'une envie c'est de lire la suite. C'est un peu ce que je reproche d'ailleurs à Light Years, c'est monté comme Les 100, c'est bien mené mais ça reste dodo time tout le long jusqu'à la fin où ça se réveille.


En bref, une lecture plaisante et agréable mais j'en veux plus. Je veux que l'auteure nous surprenne encore plus et pas seulement avec un twist final mais des rebondissements tout au long du roman pour une narration moins irrégulière et plus explosive.

chronique_lael

vendredi 29 juin 2018

Charisma de Jeanne Ryan

charisma

  • Nom: Charisma de Jeanne Ryan
  • Lu en: français
  • Pages: 393 pages
  • Sorti le: 7 juin 2018
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le même nom le 1er décembre 2016
  • Tome Unique

Aislyn est d'une timidité maladive : impossible pour elle de prendre la parole en public, et c'est encore pire quand il s'agit de discuter avec un garçon... Alors quand on lui propose du Charisma, drogue de thérapie génique supposée la guérir, elle n'hésite pas bien longtemps. Du jour au lendemain, la voilà devenue charmante et populaire. Mais Aislyn n'est pas la seule à avoir subi l'injection, et il s'avère que ce traitement miracle a de terribles effets secondaires...

114149306

Il y a quelques jours, dans ma boîte aux lettres, j'ai trouvé la toute dernière parution de la collection R : Charisma, le nouveau roman de Jeanne Ryan, auteur du roman Addict. Je n'ai jamais lu Addict bien qu'ayant très envie alors je n'ai pas tardé pour découvrir cette histoire.

Le début a été fastidieux dans le sens où j'ai trouvé les personnages plats, le rythme lent et pas de révolution au niveau de l'intrigue. On fait la connaissance de la timide Aislyn qui accepte un deal pas très légal avec un docteur qui fait des expériences sur les thérapies géniques. Ce docteur lui propose de prendre du Charisma, une drogue qui permet d'influencer et de modifier le comportement de chacun. Aislyn voit là un super moyen de garantir une place dans le protocole médical de traitement de la mucoviscidose dont est atteint son frère. En plus elle pourra devenir populaire et ne stressera plus à l'idée de parler aux garçons.

Le lendemain, Aislyn est aux anges. Elle se sent prête à braver des montagnes, est complètement extravertie, ose dire ce qu'elle pense tout haut. Elle devient populaire et charmante, irrésistiblement sociable aux yeux de ses camarades dont Jack. Mais très vite les effets secondaires apparaissent : de terribles migraines, des acouphènes. Aucune inquiétude jusqu'au jour où Aislyn apprend qu'elle n'est pas la seule à avoir pris du Charisma et que certains patients tombent dans le coma...

Si le début a été long, au bout de 150 pages je me suis prise au jeu et impossible de lâcher le livre. Le scénario catastrophe, de confinement et de mise en quarantaine des patients reste assez classique. Il reste cependant tout à fait crédible et j'ai bien aimé la manière de parler des thérapies géniques et des dérives des laboratoires pharmaceutiques.

C'est la loi du marché et du profit qui prime et on ne s'étend pas sur des considérations humaines. L’idée que la science et les progrès médicaux pourraient non seulement soigner tout un tas de maladies mortelles mais également transformer, modifier nos capacités aussi bien physiques que morales est fascinant. En cela le roman est réussi mais question rebondissements tout est cousu de fil blanc et je n'ai pas du tout été surprise de certaines révélations.


En bref, les thèmes du roman sont plutôt bien traités mais le développement de l'intrigue souffre de quelques longueurs et d'un suspense peu travaillé. L'auteure n'épargne pas certaines facilités dans le dénouement tout en réussissant à nous tenir en haleine grâce à des effets de tension. J'ai eu du mal à m'attacher aux personnages et de manière générale j'ai trouvé que les motivations pour prendre du Charisma restaient somme toute très futiles révélant surtout l'immaturité de certains. Une bonne lecture pour un roman classique qui joue sur les acquis d'un bon YA.

chronique_lael

jeudi 3 mai 2018

Les confins du monde [La conspiration #3] de Maggie Hall

les confins du monde

  • Nom: Les confins du monde [La conspiration #3] de Maggie Hall
  • Lu en: français
  • Pages: 398 pages
  • Sorti le: 18 avril 2018
  • Editeur: Collection R 
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The ends of the world le 18 juillet 2017
  • Tomes antérieurs: Tome 1 - Tome 2

Le Cercle des Douze n’est finalement pas ce à quoi s’attendait Avery… Mais elle aussi a de quoi les surprendre. Depuis la mort de sa mère, Avery se retrouve encore plus dépendante de Stellan et de Jack. Pris dans une toile de trahisons et d’attirance fatale, tous trois doivent désormais unir leurs efforts pour enrayer la plus dangereuse conspiration que le monde ait jamais connue. De Jérusalem à Rome en passant par la Russie, du froid glacé des catacombes à la chaleur des flashs des paparazzis, Avery West va devoir affronter son destin, qu’il soit placé sous le signe du salut… ou sous celui de la destruction.

114149306

J'étais très excitée et contente d'avoir ce dernier tome de la trilogie entre les mains mais je dois avouer que je n'ai pas ressenti l'exaltation et l'enthousiasme autant que pour le second tome qui est mon préféré. En fait il a fallu d'abord me remémorer les derniers évènements et cela m'a un peu coupé, perturbé dans ma lecture des premiers chapitres.

Toutefois les rebondissements s'enchaînent et notamment la solution à toute l'intrigue si bien que j'ai pu reprendre mes marques dans l'univers de La Conspiration. Il sera question de terrorisme, d'arme biologique et Avery fait des découvertes décevantes et éprouvantes sur la véritable logique du Cercle des Douze. La pauvre, elle qui était déjà en détresse et meurtrie par le décès de sa mère et la trahison ultime de sa demie-soeur et demi-frère.

 J'ai adoré la théorie de l'auteure selon laquelle le sang mélangé du treizième couple forme un virus mortel. Avery et Stellan vont devoir trouver un remède au virus et reprendre les recherches sur le tombeau d'Alexandre. Les scènes d'action qui se déroulent dans les quartiers de Jérusalem sont scénaristiquement très réussies! On est vraiment dans une affaire de trahisons et de complots politiques pour la prise du pouvoir et tout ceci fait très organisation secrète comme l'Ordre des Templiers ou même un genre d'Assassins Creed. L'intrigue est donc toujours aussi captivante et l'auteure répond à toutes nos questions.

 Côté personnages, j'ai encore une fois beaucoup aimé l'évolution de l'héroïne. Avery découvre des choses bouleversantes mais elle reste réfléchie et posée. Sa relation avec Stellan bouge aussi dans ce tome aussi bien parce qu’elle découvre qu’ils sont liés l'un à l'autre par leur destin mais aussi par leurs sentiments et émotions. Mais je dois dire que la romance n'est pas le point fort de l'auteure et cela ne m'a provoqué aucun émoi.  


En bref, au niveau de l'intrigue, La Conspiration se conclut de manière magistrale, mêlant habilement secrets de l'archéologie, roman historique, société clandestine et enjeux politiques ou de pouvoir. J'ai beaucoup apprécié ce dernier tome même si j'ai trouvé des inégalités dans son contenu : des passages plus longs alternés avec des passages trop rapides, de retournement de situation, de révélations chocs mais la chasse au tombeau est moins bien menée. Malgré tout l'ensemble reste passionnant et intéressant, pour ce mélange entre Night School et le Da Vinci Code. C'était sympa à lire et à découvrir et j'en garde un bon souvenir.

chronique_lael


samedi 17 février 2018

Girlhood de Cat Clarke

Girlhood

  • Nom: Girlhood de Cat Clarke
  • Lu en: français
  • Pages: 360 pages
  • Sorti le: 5 octobre 2017
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Girlhood le 4 mai 2017
  • Tome Unique

L’amitié, c’est comme une allumette…… il suffit d’une étincelle pour se brûler les doigts. J’ai sombré quand ma soeur jumelle est morte, et mes amies m’ont reconstruite, morceau par morceau. Depuis, je pensais que jamais rien ne pourrait nous séparer. Jusqu’à ce que débarque cette nouvelle fille…

separateur-3

 La première chose que je pourrais vous dire sur Girlhood c'est que ce n'est pas mon préféré ni le meilleur roman de l'auteure (face à Cruelles et Revanche qui m'ont marqué). Pourquoi ? Et bien on commence à saisir la spécialité de Cat Clarke c'est-à-dire le thriller adolescent qui monte en tension et révèle une finale dramatique. Bien que les thèmes abordés soient importants, j'ai ressenti moins d'intensité en lisant l'histoire de Harper, soeur jumelle de Jenna.

Jenna est décédée d'une crise cardiaque suite à sa maladie : l'anorexie. Harper vit dans la culpabilité constante car c'est elle qui a parlé de régime et lorsqu'elle a vu que chez Jenna cela prenait des proportions déraisonnables, il était déjà trop tard. Pour fuir la pesanteur et la morosité du climat familial, Harper décide d'aller en pensionnat, pour prendre en main sérieusement ses études. La vie se passe bien, elle se fait un groupe d'amies qui chacune ont la tête sur les épaules, ont une passion. Le courant passe. Puis arrive une nouvelle fille Kirsty. Entre Harper et Kirsty, tout de suite c'est l'harmonie émotionnelle. Elles se comprennent. Elles ont vécu les mêmes épreuves. Elles ont perdu une soeur et c'est comme si elles avaient besoin d'en trouver une autre. La complicité naît de leur douleur commune. Harper se confie, entame des conversations qu'elle n'a pas avec ses autres amies. C'est sincère, c'est profond... et non dénué de sentiments complexes voire affectifs. Jusqu'au moment où petit à petit, la cassure avec ses amies l'éloigne de tout ce qu'elle a vécu...

 Plusieurs thèmes sont abordés dans Girlhood : le deuil, la culpabilité, l'amitié, l'orientation sexuelle et identitaire, la jalousie,, la confiance, les rivalités, la maladie, les mensonges. Le lecteur est pris dans cette relation particulière, évoluant vers un schéma dangereux, exclusif et malsain. On sent que Kirsty n'est pas nette mais on ne sait pas de quoi il en retourne vraiment. Certes il y a donc du suspense mais le climat est beaucoup moins pesant que dans les autres romans de Cat Clarke. Si je me suis attachée au personnage de Harper, je la trouve également parfois trop immature et influençable. Cela m'a dérangé. Par contre, j'aime beaucoup le style d'adolescentes que décrit Cat Clarke : ce sont souvent des filles sérieuses, qui ont des passions, des passe-temps (musique, sport) et prennent à coeur leurs études. C'est un aspect très positif de l'adolescence. 

 Vous l'aurez compris, j'ai vu venir les ficelles de l'intrigue très vite en cernant le personnage ambigu et complexe de Kirsty mais la révélation reste tout de même poignante et déchirante. Il y a beaucoup de psychologie, si bien qu'il est impossible de lâcher le livre tellement les questions fusent, l'envie de savoir est là, entre addiction et frénésie. J'ai été bluffée, surprise par certains rebondissements et révélations qui rendent l'intrigue encore plus dramatique. J'ai beaucoup aimé ce roman pour ce côté intelligent, cette réflexion sous-jacente sur les apparences, la vraie nature de personnes que l'on croyait bien connaître et qui nous déçoivent, ce suspense captivant et divertissant et toutes ces émotions contradictoires, entières qu'il met en avant. J'ai aimé voir le processus par lequel Harper commence à voir clair dans le jeu de Kirsty.


En bref, si ce n'est pas, à mon sens, le plus abouti et le plus intense des Cat Clarke, Girlhood reste un roman YA efficace et prenant à suivre. L'écriture de Cat Clarke est sans conteste percutante, directe, franche, avec cette force de caractère qui lui est propre. A l'instar de Cruelles et Revanche, c'est que derrière son rythme efficace, addictif et cette incroyable capacité à parler de l'adolescence, il y a beaucoup de profondeur dans ses propos. La fin, bien que trop rapide, m'a bouleversée et émue.

chronique_lael

mercredi 14 février 2018

Les Belles de Dhonielle Clayton

Les Belles

  • Nom: Les Belles de Dhonielle Clayton
  • Lu en: français
  • Pages: 486 pages
  • Sorti le: 22 février 2018
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The Belles le 6 février 2018
  • Premier tome d'une série

Dans le monde opulent d’Orléans, les gens naissent gris, ils naissent condamnés, et seules les Belles peuvent, grâce à leur talent, les transformer et les rendre beaux. En tant que Belle, Camélia Beauregard est presque une déesse dans cet univers où triomphe le culte des apparences. Or Camélia ne veut pas se contenter d’être une Belle. Elle rêve de devenir la favorite choisie par la reine d’Orléans pour s’occuper de la famille royale et d’être reconnue comme la plus douée du pays. Mais une fois Camélia et ses soeurs Belles arrivées à la cour, il s’avère que la position de favorite tient davantage du cauchemar. Derrière les ors du palais, les noirs secrets pullulent…

separateur-3

J'avais repéré Les Belles depuis son annonce en VO il y a de cela de nombreux mois. J'avoue que j'étais très curieuse de lire ce roman qui traitait la Beauté comme sujet. A l'heure où nous vivons dans une société qui privilégie l'image à d'autres traits plus importants, il était quasiment impératif que je découvre ce livre. 

Imaginez un monde gouverné par la Beauté. La légende raconte que le Dieu du Ciel tomba amoureux de la Déesse de la Beauté. Il lui offrit le soleil, la lune, et tout ce dont elle rêvait. Le temps passa et la Déesse devint plus attachée à ses enfants. Furieux et jaloux d'être délaissé, le Dieu lança une malédiction sur les futures générations: à partir de maintenant ils seront tous gris et ternes. Pour essayer de réparer cela, la Déesse créa alors les Belles, ces êtres magnifiques pouvant rendre la Beauté aux gens au moyen de puissantes Arcanes. 

Des générations et des générations plus tard, Camélia Beauregard, et ses autres soeurs, s'apprête à vivre le moment le plus important de sa vie: se présenter au monde et devant la famille royale d'Orléans. A l'issue de son passage, la reine devra élire la Favorite, soit la meilleur d'entre toutes. Camélia, assez audacieuse, espère obtenir ce rôle qu'elle convoite depuis toujours. Elle est très loin de se douter que tout ne va pas se dérouler comme prévu et pire encore... 

L'intrigue est vraiment excellente. Au départ, j'avoue avoir été septique, ayant peur de suivre une réplique de La Sélection mais il n'en fut rien. Si le début est un peu long, passés les 40% de lecture, on ne lâche plus le livre. Au fil des pages, le scénario s'intensifie, se complexifie, s'horrifie pour nous tenir en haleine jusqu'à la fin. Vous vous en doutez, à la Cour, tous les coups sont permis. Et notre pauvre Camélia va l'apprendre à ses dépends.

La jeune fille est un personnage assez controversé. Tantôt courageuse, tantôt naive, Camélia ne maitrise pas son jeu. D'un certain point de vue, on peut la comprendre, vu qu'elle a toujours rêvé d'être la favorite. Son image de ce rôle est tellement précis que Camélia - dite Camille pour les intimes - ne prend pas la mesure des enjeux. Heureusement, il faut avouer que son caractère têtu lui vaudra pas mal de bonnes réparties et son intelligence lui permettra d'y voir clair dans les machinations qui l'entourent, même si c'est parfois avec un temps de retard. J'admets que durant la lecture je ne savais pas trop si je l'appréciais ou non mais elle a réussi à me convaincre.

Ce que j'ai apprécié particulièrement, c'est ce mythe sur Les Belles. On en sait pas encore grand chose mais les quelques brides sont fascinantes. J'ai beaucoup aimé aussi le lien qu'entretiennent toutes les soeurs de cette génération. A travers des ballons-postes, elles s'écrivent, s'encouragent, ne s'oublient pas. J'ai vraiment très hâte d'en apprendre davantage sur leurs pouvoirs, leurs aptitudes car de ce qu'on en voit, c'est déjà phénoménal. 

Dans un monde où la Beauté règne, les Belles peuvent vous changer votre apparence au gré de vos envies. C'est un rituel particulier et il faut se montrer assez résistant à la douleur pour espérer être beau. Un adage bien connu encore aujourd'hui et qui pose toujours autant question. Dans ce roman, outre une intrigue fictive et fantasy, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur le pouvoir qu'à la Beauté. Quel prix est-on prêt à payer pour se faire remarquer? A quel jeu est-on prêt à jouer pour être au coeur des tendances et écraser ses concurrents? Car dans cet univers, chacun veut pouvoir surpasser l'autre. Cela entraine la folie, voire pire encore. En est-on si loin aujourd'hui? Sous une autre forme, l'image nous poursuit partout, nous forçant à être plus beau, plus mince, toujours plus au top. 

Les Belles est donc un roman passionnant où se mêle action, jeu de pouvoir et questions d'actualité. Je suis agréablement surprise par cette histoire qui va crescendo plus on avance, finissant en apothéose, avec la promesse d'une suite palpitante et pleine de nouvelles révélations. 


En bref, j'ai adoré découvrir ce livre passionnant et original qui va crenscendo au fur et à mesure de notre progression. Si la mythologie des Belles reste encore un peu discrète, l'action et les complots compensent notre curiosité et nous tient en haleine. Avec un sujet plus que d'actualité sur la Beauté et l'image que l'on revoie, Les Belles se révèle être un roman bien dosé et intelligent. 

mercredi 31 janvier 2018

Après Nous de Myra Eljundir

Apres-nous

  • Nom: Après Nous de Myra Eljundir
  • Lu en: français
  • Pages: 373 pages
  • Sorti le: 23 novembre 2017
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle
  • Premier tome d'une saga

Les visages les plus angéliques sont les masques des démons les plus cruels. Jeune fille à la beauté ensorcelante et à la voix envoûtante, Jezebel Kern a tout pour être heureuse... Mais elle porte en elle un secret qui la ronge chaque jour davantage. Lorsque ses parents meurent dans un terrible accident, Jezebel découvre une effroyable vérité sur son passé et le leur. Elle se sent trahie. Son univers s'effondre. Y a-t-il un lien avec son secret ? Qui est-elle vraiment ? Il est des questions dont il vaut mieux ne jamais connaître les réponses. Celles que Jezebel trouvera risquent bien de faire vaciller ses croyances comme sa raison.

separateur-3

Je ne savais rien et n'ai rien voulu savoir avant d'entamer ma lecture de Après nous. Et dès les premières pages, j'ai été prise dans une ambiance un peu étrange, totalement spéciale et particulière dû notamment à une écriture intelligente qui distille avec subtilité son intrigue. Après nous est une nouvelle saga fantastique Young Adult dont le premier tome m'a vraiment marqué.

J'ai lu beaucoup de romans jeunesse sur le thème de la sorcellerie, un peu moins sur la possession mais tout de même je m'y connais un peu. Sauf que dans Après nous, l'approche est originale et vraiment très habile qui distille un mélange d'angoisse, d'ambiance envoûtante et inquiétante, avec des personnages qui possèdent tous une part de mystère et d'ombre, chacun ayant un secret que l'on va découvrir petit à petit. Jezebel Kern vient de perdre ses parents suite à un terrible accident. Elle est recueillie dans une famille d'accueil et côtoie un nouveau lycée. La jeune fille est belle et sacrément attirante, tellement que tous les garçons (ou presque) tombent sous son charme. Jarod et Noé se battraient volontiers pour elle. Mais se lier avec Jezebel est dangereux et ça, Rowan l'a vite compris. Il y a quelque chose dans sa voix qui vous obsède et vous pousse en dehors de vous-même, comme si vous n'étiez plus maître de votre esprit...

Oui pour le coup c'était vraiment inattendu et j'ai dévoré Après nous alors que, tenez-vous bien, je pensais ne vraiment pas aimer!! Pourtant j'ai très envie de savoir la suite. Le rythme est sacrément bon, avec ce qu'il faut de révélations étonnantes, de suspense qui monte crescendo et vous laisse sur un final à la Paranormal Activity. L'angoisse totale car l'action est tout en tension et monte doucement jusqu'à cette fin!! Autrement dit j'ai été captivé par cet univers qui certes est connu, celui de la sorcellerie et de la possession sauf qu'ici c'est très intense et passionnant. Ce thème est abordé avec force et j'ai été scotchée, parfois choquée par l'habileté avec laquelle l'auteure nous livre les clés de cette histoire qui mêle magie et science, phénomènes occultes et progrès scientifique.


En bref, un premier tome passionnant et hyper prenant, tellement bien amené en matière d'ambiance qu'on ressent le malaise qui s'installe. Plus d'une fois j'ai été dérouté par certains propos assez difficiles et violents surtout dans un roman pour ados mais quand on comprend ce qui nous attend... c'est assez logique. L'ambiance est addictive et envoûtante mais il règne quelque chose de malsain. Soyez comme moi et ne lisez ni résumé ni 4ème de couverture... J'ai été très vite happée par l'univers de Après nous et j'en ressors surprise, médusée et le tout dans le bon sens. Une agréable surprise même si ce qui se trame dans l'intrigue n'est pas du tout fun et va peut-être tout comme moi vous donner des frissons !

 chronique_lael

 

mercredi 24 janvier 2018

Eliza et ses monstres de Francesca Zappia

Eliza-et-ses-monstres

  • Nom: Eliza et ses monstres de Francesca Zappia
  • Lu en: français
  • Pages: 400 pages
  • Sorti le: 18 janvier 2018
  • Editeur: Collection R
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom Eliza and her monsters le 30 mai 2017
  • Tome Unique

Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fi lle timide, intelligente, un peu étrange et... qui n'a pas d'amis. Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire. Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star. Mais Eliza ne peut s'imaginer aimer le monde réel plus qu'elle n'aime sa communauté numérique. Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d'être vécue hors ligne...

separateur-3

Eliza et ses monstres était le roman YA que j'attendais impatiemment de découvrir dans la collection R et je ressors de cette lecture avec beaucoup d'émotions, dans un tourbillon de questions, de sentiments, de ressentis. Je crois que c'est l'un des meilleurs young adult contemporain que j'ai pu lire, pourtant j'avais un peu d'appréhension avant de le commencer car j'avais peur que l'univers du fanart ne me plaise pas. Je ne suis pas trop fanart, fanfiction, et tout ce qui est webcomic voire même webwriting mais j'ai trouvé le propos hyper juste, abordé avec délicatesse et intelligence. Car finalement peur importe la passion, ici celle du dessin et de la BD, quand celle-ci prend tellement le pas sur votre vie privée, le résultat est le même.

C'est le cas d'Eliza qui partage son identité entre celle de tous les jours où elle est l'insignifiante, la transparente et la très introvertie Eliza Mirk. Pas d'amis, pas de discussions, beaucoup de silence pour une fille qui est dans sa bulle. On ne sait pas tellement si c'est elle qui a un trouble social, si elle souffre réellement de marginalisation et d'exclusion voire de dépression car chez Eliza on sent qu'elle recherche un peu cette solitude amie, ce besoin d'observer les choses de loin sans y participer. Puis il y a LadyConstellation, son identité virtuelle sur le web, créatrice de La Mer infernale, un webcomic qui attire des millions de fans. Et ce n'est pas rien car Eliza réunit une grosse somme d'argent grâce à la vente de produits dérivés issus de son oeuvre de SF. Elle aime sa communauté numérique, ses abonnés, ses followers et ne vit que pour dessiner et créer. Elle vit son histoire à fond, la ressent et tout son être vibre que pour ça. Mais là encore elle ne s'immisce pas dans cette communauté et garde l'anonymat aussi bien que la discrétion. Puis un jour, un nouveau, Wallace débarque dans son lycée. Il ne parle pas mais il est fan de La Mer infernale qu'il transpose en roman...

Eliza m'a beaucoup touché et en même temps parfois je ne la comprenais pas. C'est ce sentiment oscillant sans arrêt entre affection et incompréhension qui a rendu ma lecture attachante. Surtout aussi parce que mon adolescence n'a pas été facile, très solitaire également. On va suivre la relation d'Eliza et de Wallace avec dans l'esprit le fait qu'elle garde un secret important vis-à-vis de lui. Quelque chose qui pourrait bouleverser leur complicité naissante. Eliza est solitaire, certes et j'ai pu la comprendre : préférer sa passion à la vraie vie, vivre une vie sur les réseaux et par le biais de sa passion plutôt qu'interagir avec sa famille, avec les gens de son lycée. Parfois quand la réalité nous déçoit, on préfère vivre et s'investir dans nos passions, nos vocations, ce qui nous procure du bonheur. Mais Eliza a des défauts et pour moi elle est égoïste voire égocentrique. Ne pas remarquer certaines choses chez ses frères, c'est comme si elle avait des oeillères et que rien d'autre ne compte hormis son webcomic. C'est assez affolant et déroutant à la fois. On essaie de se mettre à la place des parents, inquiets et qui aimeraient avoir une adolescente normale et qui ne se replie pas sur elle-même. Donc on évolue dans ce climat qui peut-être pesant et difficile parce qu'Eliza est une fille brillante et intelligente, qui a du talent et énormément de choses à apporter autour d'elle. Mais elle ne s'en donne pas la peine...

Tandis que Wallace ne parle pas pour des raisons plus graves et qui nous apparaît comme un jeune homme sympathique, bon et généreux. Le lien entre Eliza et lui est incroyable, né d'une passion et d'une complicité. Il y a un vrai partage, une confiance qui va s'ébranler face aux secrets d'Eliza... Pourtant impossible de lui en valoir car si Eliza garde ses secrets, elle va apprendre progressivement à baisser sa garde, à se faire violence, à faire des efforts, à rencontrer les amis de Wallace. Le roman est très bien écrit, de cette plume pleine de sensibilités, de style, de subtilités psychologiques car l'héroïne n'est pas facile à cerner. J'ai également adoré le côté intimiste et immersif du roman qui nous plonge dans les pensées d'Eliza, mais aussi dans toutes ses réflexions et sa manière d'agir. Ainsi Eliza et ses monstres est un YA contemporain qui mise tout sur la psychologie de son héroïne et sur ses interactions avec son entourage.


En bref, c'était une chouette lecture sur le malaise adolescent, le manque de sociabilité, la marginalisation mais aussi sur l'art et la créativité. C'est assez dépaysant de voir comment le processus de création artistique peut couper l'adolescence de tout un monde. Ce fut une lecture très intéressante sur les mécanismes de protection de soi, qui évoque de manière originale la quête identitaire, la confiance en soi et en autrui et qui pousse à avancer, à se dépasser pour trouver le bonheur. Un roman YA incontournable de 2018!

chronique_lael

dimanche 1 octobre 2017

In My Mailbox (156)

in-my-mailbox

Hello tout le monde! Je vous retrouve enfin pour un nouvel in my mailbox. Cela fait très longtemps c'est vrai, mais j'attendais de recevoir quelques livres afin de faire une jolie vidéo. Malheureusement, je n'ai vraiment pas l'occasion de me consacrer à BookTube ces dernières semaines (pour mon plus grand regret) et donc je vais simplement vous proposer mon IMM avec photos! 

P1070825 P1070828

On commence par les réceptions VF. Je remercie les éditeurs concernés pour l'envoi de ces petites merveilles! Tout d'abord du côté de PKJ, j'ai reçu L'assassin du roi de Virginia Boecker qui est le tome 2 de Witch Hunter. Ensuite j'ai reçu Rebelle du Désert T2: La Trahison de Alwyn Hamilton. Il s'agit de ma lecture en cours et j'aime beaucoup!

La Lune est à nous de Cindy Van Wilder est venu rejoindre ma bibliothèque et aussitôt reçu, aussitôt lu! J'ai adoré ce roman que je vous conseille fortement! Vous pouvez découvrir mon avis sur le blog. J'ai aussi reçu le tome 6 de Sword Art Online: Alicization Turning de Reki Kawahara! Je me réjouis de le lire! Enfin, pour terminer la partie VF, j'ai reçu L'Empire de Sable de Kayla Olson qui m'intrigue beaucoup!

P1070827

Du côté de mes précommandes VO, les livres arrivés dernièrement sont Before She Ignites de Jodi Meadows, que j'attendais avec grande impatience, ayant plus qu'aimé sa précédente série! De plus si on montrait notre précommande à l'auteure, elle nous envoyait des petits goodies, c'est très sympa!! Et enfin, j'ai craqué cet été pour The Last Magician de Lisa Maxwell! Je suis fan de la couverture et puis le sujet me tente beaucoup!

 Voilà pour mes dernières réceptions depuis le mois de juin dernier! De quoi bien m'occcuper!!