► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
lundi 23 juillet 2012

Easy

13548456

  • Nom: Easy de Tammara Webber
  • Lu en: anglais (316 pages) - Sorti en mai 2012
  • VF: A paraitre en septembre 2014
  • Ma note:notation 1

When Jacqueline follows her longtime boyfriend to the college of his choice, the last thing she expects is a breakup. After two weeks in shock, she wakes up to her new reality: she’s single, attending a state university instead of a music conservatory, ignored by her former circle of friends, stalked by her ex’s frat brother, and failing a class for the first time in her life.

Dois je vous dire d’emblée qu’il s’agit d’un petit coup de cœur?? Easy est une fabuleuse histoire et j’espère sincèrement que l’auteure se verra publiée par une maison d’édition (Note: ce livre est en auto-édition disponible en ebook ou paperback).
Tout d’abord, je tiens à signaler que nous ne sommes pas dans du Young Adult. Cette lecture est plus mature et pour ainsi dire extrêmement réaliste. Tammara Webber ne mâche pas ses mots et nous décrit des choses vraies, avec passion et justesse.

Jacqueline arrive tout droit à l’université au bras de son copain Kennedy, avec qui elle est depuis 3 ans. Folle de lui, elle a décidé de mettre ses projets de musicienne de côté pour le suivre. Seulement voilà, Kennedy se laisse embarquer par ce monde nouveau: fraternité, filles…. Au bout de 2 semaines après le commencement des cours, il plaque Jacqueline pour « essayer d’autres filles. » Très charmant. Affectée, Jacqueline s’enfermera dans son cocon et n’ira pas en classe durant 2 semaines. De quoi lui donner un sacré retard.

Jusqu’ici, rien de bien original. En réalité, le roman commence sans ménagement, et ce que je vous ai conté plus haut, arrive plus tard. Non, en réalité, Easy commence par un événement perturbateur asssez important, qui sera le fil conducteur de tout le roman. C’est pour ainsi dire choquant, mais malheureusement, réel.
Cet événement, néanmoins, va permettre à Jacqueline de rencontrer le beau Lucas. Ténébreux, tatoué, percé, Lucas n’est pas comme tous les autres. Car sous ses apparences de mec rebelle, il cache bien des choses et s’éprend de Jacqueline. Il sera son protecteur plus d’une fois.

Vous vous en doutez, Easy est un concentré d’émotions. Entre cet événement, Jacqueline qui se fait larguer et cette rencontre énigmatique, on est perdu.
Avec l’héroine, on avancera alors pas à pas. On se prendra au jeu du « chat et la souris » avec Lucas. Car oui, au début, Jacqueline s’en rapproche juste parce que ses copines lui ont dit que ce serait bon pour elle. Mais vous savez comment ça va. On se dit que c’est juste « comme ça » et les sentiments s’en mêlent qu’on a rien vu.

Commence alors une histoire entre Lucas et Jacqueline. Difficile de la qualifier tant elle est spéciale. Elle est tout, sauf banale ou fleur bleue. Non c’est bien plus fort que ça. C’est une découverte, une remise en question, de la confiance perdue mais peu à peu retrouvée.

Le roman se focalise alors sur cette rencontre mais pas seulement. Car il y a tout un tas de choses qui gravite autour: Kennedy qui se rend compte de sa bourde (ça on l’avait pas vu venir hein *ironie*), le stress de Jacqueline face à cet événement qui semble la poursuivre, ses mails échangés avec le beau Landon, le tuteur des cours d’économie, les soirées universitaires….

Easy est donc un roman nous plongeant au cœur de la réalité universitaire américaine. Tous les ingrédients y sont pour qu’on puisse s’identifier au roman. Cela pourrait paraitre cliché, mais ça ne l’est absolument pas. Au contraire, c’est extrêmement bien décrit et on ne peut qu’aimer les personnages forts de ce livre. C’est une lecture passionnante et passionnée que je vous recommande absolument!

Posté par CeReSu à 09:43 - - Commentaires [2]
Tags : ,

samedi 21 juillet 2012

La fille de braises et de ronces

13386598

  • Nom: La fille de braises et de ronces de Rae Carson
  • Lu en: français (408 pages) - Sorti en février 2012
  • VO: paru en septembre 2011
  • Ma note:notation 4

Princesse d'Orovalle, Elisa est l'unique gardienne de la Pierre Sacrée. Bien qu'elle porte le joyau à son nombril, signe qu'elle a été choisie pour une destinée hors normes, Elisa a déçu les attentes de son peuple, qui ne voit en elle qu'une jeune fille paresseuse, inutile et enveloppée... Le jour de ses seize ans, son père la marie à un souverain de vingt ans son aîné. Elisa commence alors une nouvelle existence loin des siens, dans un royaume de dunes menacé par un ennemi sanguinaire prêt à tout pour s'emparer de sa Pierre Sacrée. Délaissée, humiliée, la princesse devra s'affirmer au milieu des intrigues de la cour, du grondement d'une guerre inévitable et des mirages de l'amour. Il lui faudra puiser en elle le courage nécessaire à sa survie et à celle de son peuple. Accepter enfin d'être l'Élue de son propre destin.

La fille de braises et de ronces était une lecture que je me réjouissais de découvrir. Des lors, j’avais peut être trop d’attentes. C’est un livre que je qualifierais de sympa, mais sans plus. Je n’ai malheureusement pas vibrer durant cette lecture et je n’ai pas eu le temps de m’attacher aux personnages. La raison? Elle est très simple. Tout se passe trop vite. On sent que l’auteure veut arriver à un point spécifique de son histoire, du coup, tout reste en surface, rien n’est creusé. Le livre manque alors cruellement de profondeur.

Elisa a  16 ans. Elle est très enrobée - pour ne pas dire obèse - et face  à la guerre qui semble imminente, son père la marie à Alejandro de la Vega, roi de la cité de Joya d’Arena. D’emblée Elisa déménage dans son nouveau royaume où elle a bien du mal à s’acclimater. Le début du roman est alors très long car Elisa reste enfermée dans ses appartements et passe son temps à manger. Ce ,’est que lorsqu’elle est kidnappée que les choses bougent. On voyage alors beaucoup et découvre divers paysages. Entre les cités, les villages, l’immensité du désert, ce voyage est une bulle de fraicheur. Malheureusement, bien qu’il soit assez visuel, le tout manque de détail. Ce voyage, réparti sur un long laps de temps, ne prend que quelques lignes. Il nous reste alors un petit gout amer.

Durant ce périple, on fera la connaissance de nouveaux personnages. Comme déjà dit, le gros défaut est que les sentiments restent en surface. Du coup, je n’ai pas pu sentir les liens d’amitiés qui liaient Elisa à ses amis. L’auteure ne prend décidément pas le temps de s’attarder sur les personnages qui entourent Elisa. On les perçoit de son point de vue, mais leurs histoires restent, pour la plupart, dans l’ombre. Ce qui est très frustrant car j’aurai aimé en apprendre plus sur eux, savourer les émotions que nous traversons, prendre le temps. Mais non, avec Rae Carson, on passe d’une situation à l’autre avec une facilité déconcertante, pour arriver à l’objectif fixé.

Outre donc ce fil conducteur qui est la guerre imminente, j’ai tout de même fort apprécié l’ambiance général qui se dégage autour de la Pierre Sacrée. C’est une mythologie très intéressante avec un aspect religieux fort marqué et mis en avant. De ce côté, on est directement baigné dans le monde d’Elisa et on visualise très bien son environnement « spirituel ». Les pensées de la jeune fille sont très bien décrites et on ressent tout son amour pour sa culture, sa cité. C’est une fille très intelligente qui profitera de chaque instant pour en apprendre un peu plus sur elle-même, son rôle, son histoire.

En conclusion, j’ai passé un bon moment. Le fait de voyager au cœur de divers paysages m’a plu, et j’ai trouvé le style d’écriture agréable. La mythologie développée est le gros point fort du livre, à contrario des sentiments trop peu développés. Ce dernier point a quelque peu gâché mon plaisir car, je le répète, j’aurai vraiment aimé qu’on prenne le temps de ressentir chaque émotion, quitte à ce que le livre soit un peu plus épais, ou découpé différemment. Je recommande tout de même cette lecture si vous avez envie d’évasion, car il faut reconnaitre que les tableaux visuels décrits dans la fille de braises et de ronces remplissent bien leurs rôles et nous transportent dans un autre temps, et ce dès les premières pages.

mardi 19 juin 2012

Kaleb (saison 1)

15698462

  • Nom: Kaleb (saison 1) de Myra Eljundir
  • Lu en: français (448 pages) - Sorti en juin 2012
  • Ma note: /

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort. Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?

Merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

La lecture est un monde fascinant. Un monde qui regorge de livres tous uniques et qui trouveront ses lecteurs. C'est fou comme un livre peut susciter tant d'émotions chez les uns et une indifférence chez les autres. Kaleb est un de ces livres dont on a parlé longtemps avant sa sortie. Avec une couverture sortant du lot, une phrase très accrocheuse, l'univers de Kaleb me semblait palpitant. Après tout l'idée est très novatrice, qui n'a jamais été curieux de suivre le méchant, de lire ses pensées? Sincèrement rien que pour ça, Kaleb est un livre original. Seulement, il ne m'a pas convaincue, ayant probablement trop d'attentes.

Il est très rare que je ne finisse pas un livre mais malheureusement, Kaleb n'a pas pu retenir mon attention. J'ai eu beaucoup de mal à accrocher au style d'écriture. J'aime pourtant quand les phrases sont courtes et précises. Mais ici, j'ai toujours eu l'impression d'être en dehors de l'histoire, comme si l'auteure avait installé une barrière invisible, nous empêchant de nous rapprocher de ses personnages. Du coup, ma déception a été immense: j'aurai aimé qu'on suive Kaleb a la première personne. Je pense que cela aurait été un plus, j'aurai pu me sentir concernée. Au lieu de ça, j'ai lu avec détachement. Et le plaisir n'y était pas.

Pourtant le sujet est plutôt intéressant, je pense que la mythologie mise en place est originale. Mais la mannière de conduire les choses est faite d'une étrange façon. Les personnages sont antipathiques, je n'ai pas pu m'identifier à eux. Kaleb est apparu un peu cliché, un ado rebelle qui se cherche. Son don vient renforcer son côté dur et malgré le flot de sentiments que l'auteure nous sert à son propos, Kaleb m'est resté distant. Tout comme les autres personnages. Mention au colonel, le personnage le plus froid et calculateur qui m'a été donner de rencontrer, toutes lectures confondues.

Je n'ai donc pas pu aller plus loin dans l'histoire, ne me sentant pas concernée. Kaleb est assurément un livre totalement déroutant, différent. Il plaira par ce côté rebelle qu'il veut offrir, mais je pense aussi que c'est une connexion. Kaleb n'est tout simplement pas mon genre de lecture. Je n'ai pas pu y trouver ce que je recherche dans un livre et je n'ai pas préféré continuer. Et finalement c'est ça qui fait la force d'un livre, ce sont les avis qu'il engendre, tous différents, car chaque lecteur a sa vision unique, son interpretation personnelle de l'histoire qu'il lit.

Je tiens à remercier chaleureusement la Collection R pour l'envoi de ce livre et je regrette qu'il ne corresponde pas à mes attentes. Cela dit, Kaleb remporte un joli succès en général, et je vous encourage à vous forger votre propre opinion, pour apporter votre avis sur ce livre déroutant.

vendredi 15 juin 2012

Of Poseidon

12425532

  • Nom: Of Poseidon de Anna Banks
  • Lu en: anglais (325 pages) - Sorti en mai 2012
  • VF: non prévue pour le moment
  • Ma note:notation 2

Galen, a Syrena prince, searches land for a girl he's heard can communicate with fish. It’s while Emma is on vacation at the beach that she meets Galen. Although their connection is immediate and powerful, Galen's not fully convinced that Emma's the one he's been looking for. That is, until a deadly encounter with a shark proves  that Emma and her Gift may be the only thing that can save his kingdom. He needs her help--no matter what the risk.

Voilà un livre qui me faisait de l'oeil depuis longtemps. Avec un sujet comme les sirènes, je ne pouvais pas passer à côté. Qui plus est, ce livre traite surtout du mythe grec de Poseidon. Un dieu qui m'a toujours fascinée. Autant dire que c'était la lecture idéale. D'entrée de jeu, on est plongé dans l'univers: Galen est un prince, issu de la lignée de Triton et son peuple est en conflit avec celui de Poseidon. Il fut un temps où les deux peuples étaient en accord et pérpétuaient le don des deux maisons. Mais les traditions se perdent.... sans pour autant que Galen désespère. En effet, pour réunir les peuples, son frère Grom, doit se marier avec une fille de Poseidon. La chose semble simple mais la tâche est compliquée. Très compliquée. Et nous, lecteurs, on est un peu perdus. Il est vrai qu'on est directement mis au coeur des choses et ça ne traine pas. En mission sur la terre ferme, Galen rencontre Emma. Entre eux, c'est le shock. Emma est en effet très spéciale: peau pâle, cheveux de la couleur de la lune (je cite Galen ;-)) et les yeux violets. Un trait qui ne trompe pas: Emma n'est pas humaine.

Galen décide alors de rester sur la terre ferme un peu plus longtemps. Un événement douloureux rapprocheront les deux héros qui tisseront des liens étroits très rapidement. De fait, Galen partagera sa théorie avec Emma sans attendre. La jeune fille ne sera pas trop perturbée par ses révélations, se posant elle même pas de mal de questions bien avant. L'histoire progresse alors avec un bon rythme, on découvre plus le monde sous marin, la mythologie complexe mise en place et l'évolution d'Emma. Je me suis tout de suite accrochée à eux, ils ont été tellement mignons! Leur relation est très belle, comme je les aime. Il est un peu maladroit et drôle, parce qu'il n'a jamais vecu sur terre, n'a jamais été à l'école, elle est franche, têtue mais adorable. Il y aura des non dits, mais ils sauront les surmonter, les rendant encore plus fort.

Ce premier tome met donc les choses en place très rapidement, mais sans que cela entâche la progression de la lecture, bien du contraire, on est avide d'en savoir plus sur cette mythologie qui sort du lot. Of Poseidon est un livre très agréable et très bien écrit: il propose en effet deux points de vue; celui d'Emma écrit à la 1ère personne; mais aussi celui de Galen écrit à la 3ème personne. Le recit n'en est que diversifié et très complet, c'est un pur régal. Il y a beaucoup d'humour, d'amour et une certaine tension. Un gros rebondissement vient s'immiser à la fin, remettant pas mal de choses en question pour la suite. Suite qu'il me tarde de lire tant cet univers m'a beaucoup plu!

Posté par CeReSu à 19:29 - - Commentaires [5]
Tags : ,
mercredi 30 mai 2012

Les Gardiens de l'Ombre - Pleine Lune

13632244

  • Nom: Les Gardiens de l'Ombre T1 - Pleine Lune de Rachel Hawthorne
  • Lu en: français (224 pages) - Sorti en mai 2012 chez Pocket Jeunesse
  • VO: Dark Gardian - Moon light, paru en mars 2009
  • Ma note: notation 3

Kayla s’est toujours sentie une certaine affinité avec la nature. Enfant adoptée, elle ne se doute pas qu’elle porte le gène qui la fera se transformer en loup. Pourquoi elle est tant attirée par Lucas ? Il surveille Kayla jusqu’à ce que celle-ci découvre quelle est sa destinée, et qui est son âme soeur… Mais alors que Kayla commence à embrasser cette destinée, un grand danger se profile à l’horizon...

Un grand merci à Pocket Jeunesse pour l'envoi de ce livre.

Voilà un livre que j'ai envie de qualifier de "tout mignon" tant la lecture est rafraîchissante, agréable! Je n'ai pas pu m'empêcher de dévorer ce livre en une petite après-midi. De suite, l'univers de Rachel Hawthorne m'a séduite. Même s'il ne présente pas réellement de nouveauté, j'ai aimé sa manière d'apporter sa touche personnelle. Sans compter cette fraîcheur, cette liberté que nous ressentons lors de notre progression. En effet, toute l'intrigue du livre se passe dans la forêt, ce qui est très agréable. Bien qu'on arrive pas spécialement à se situer dans cette immensité verte et sauvage, on s'y sent bien. Kayla est une héroïne attachante. Elle a vécu des choses difficiles qui l'empêche d'avancer comme elle le souhaiterait. Mais la jeune fille est courageuse et tente de faire face. Cette randonnée, c'est pour elle la meilleure façon d'affronter ses peurs. Malgré que celles-ci la tenaillent, elle se sent étrangement à l'aise de son entourage sauvage.

Faisant partie des Sherpas, un groupe spécialisé dans la randonnée, sa première mission est d'ammener un professeur camper au milieu des bois, là où personne n'est jamais allé. On suit alors leur progression et on apprend à connaître les personnages. J'ai bien apprécié les Sherpas, même si certains d'entre eux restent encore discrets (et je pense que c'est voulu puisque les tomes prochains sont centrés sur ceux-ci). Quant au professeur...son comportement un peu loufoque attirera notre attention. Parmi cette équipe, il y a bien évidemment Lucas, le chef. Il est arrogant, sur de lui, rapide, musclé, et doté d'une chevelure un peu spéciale....Kayla est irrémédiablement attirée par lui mais elle n'arrive pas à mettre le doigt sur ses sentiments. Et comme Lucas semble la prendre pour la petite nouvelle, elle finira par se tourner vers Mason. Ce triangle amoureux, pour une fois, m'a plu car tout au fond, on sait que Kayla s'intéresse par dépit à Mason. Elle doute donc ne fonce pas. Quant à Lucas, il cache bien des choses....

L'intrigue est intéressante. En parler signifierait dévoiler beaucoup trop de choses, que ce soit sur nos héros ou sur l'histoire elle-même, même si, entre nous, la couverture et le résumés le font déjà assez! Je l'ai trouvée évolutive, tout comme les personnages. Je me suis très rapidement attachée à eux et je suis heureuse qu'ils aient pu se trouver, sans en dire plus. Bref, si vous cherchez une petite histoire sympathique, fraîche et touchante, alors n'hésitez pas à vous plonger au coeur des gardiens de l'ombre!



lundi 28 mai 2012

Night School

13607335

  • Nom: Night School de C.J Daugherty
  • Lu en: français (480 pages) - Sorti en mai 2012
  • VO: paru sous le même nom en janvier 2012
  • Ma note: notation 2

Qui croire quand tout le monde vous ment ? Tout l'univers d'Allie Sheridan menace de s'effondrer. Elle déteste son lycée. Son grand frère a fugué. Et elle vient de se faire arrêter par la police pour vandalisme. Une fois de plus. C'en est trop pour ses parents qui décident de l'envoyer loin de Londres et de ses mauvaises fréquentations, dans un internat perdu dans la campagne et au règlement quasi militaire. Avec son architecture gothique et son personnel en livrée, l'école privée Cimmeria semble tout droit sortie d'une autre époque. On y travaille dur. Ni les ordinateurs ni les téléphones portables n'y sont autorisés. L'établissement est fréquenté par un curieux mélange de surdoués, de rebelles et de fils de millionnaires. Mais, contre toute attente, Allie s'y plaît. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire et ténébreux, aussi fascinant que difficile à apprivoiser...

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Voilà un livre dont j'ai entendu beaucoup de bien. Du coup, je l'attendais avec impatience et une fois commencé, je n'ai pas pu le lâcher. Night School fait partie de ces lectures très prenantes qui donnent envie de tourner les pages encore et encore. D'autant plus que le style d'écriture est fluide, agréable et dans l'air du temps avec des expressions typiques des jeunes. Quant à l'histoire, elle m'a de suite séduite. La phrase "Qui croire quand tout le monde vous ment?" est on ne peut plus parfaite pour illustrer l'ambiance du livre. Allie, adolescente rebelle, est envoyée à Cimméria, une école privée, pour pouvoir prendre un nouveau départ. D'emblée, la jeune fille s'adapte plutôt bien et avec elle, on découvre une panoplie de petits camarades. Ceux-là mêmes, habitent au manoir depuis des années et ont un comportement propre à l'école: petits groupes, ragots, cachotteries....Pas facile de se faire une place, surtout quand on est la petite nouvelle. Heureusement Allie se trouvera vite un petit groupe d'amis et se sentira à l'aise....Du moins pendant un temps. Car des choses bizarres se passent à Cimméria et quelques élèves se comportent étrangement. Au début Allie n'y prêtera pas attention, mais durant le bal tout va changer...

S'installe alors une ambiance très pesante. L'intrigue devient sombre et oppressante. Avec Allie, on se pose mille questions et on commence à douter de tout le monde. Comme elle, je me faisais des réflexions sur tel ou tel personnage. Qui est véritablement digne de confiance? Qui croire? Le doute s'installe progressivement. Et les choses deviennent encore plus mystérieuses. Car c'est bien là le point fort du roman: le mystère est présent tout le long, on est perdu dans ce manoir énorme qui nous donne parfois envie de suffoquer par son imposante présence et son règlement strict et unique. Heureusement, quelques révélations viennent satisfaire notre curiosité, les rebondissements s'enchainent et bien que par moment l'histoire soit plutôt calme, la tension ne nous quitte pas d'une semelle!

Dans tout ce joyeux bazar, la vie sentimentale d'Allie n'est pas en reste. Très vite elle va s'enticher d'un gars qui semblait du genre "parfait'. Très vite aussi, je l'ai trouvé très louche dans son comportement. J'avoue ne pas avoir vraiment apprécier ce personnage même s'il se rattrappe un peu plus tard. Heureusement, notre héroine va vite ouvrir les yeux pour s'enticher directement du beau mec de l'école, un brin torturé et arrogant. Leur relation est plutôt intéressante car elle se construit au fil des pages et on sent une réel complicité entre eux. Bien que le triangle amoureux sera surement en avant plan dans la suite, j'espère que ce joli couple tiendra toutes ses promesses!

En conclusion, voilà une lecture que je recommande. Si vous aimez les livres mystérieux, à la tension omniprésente, présentant un univers riche dans ses personnages et oppressant dans son intrigue, alors foncez sur Night School!


jeudi 24 mai 2012

[Manga] Alice 19th de Yuu Watase

alice_19th_147

  • Nom: Alice 19th de Yuu Watase
  • Lu en: français
  • Années de publication: 2003 et 2005
  • Editeur: Glénat
  • Genres: action, fantastique, romance
  • VO: paru sous le nom Arisu Naintīnsu  ありす19th
  • Série en 7 tomes

Alice Seno, quinze ans, est amoureuse de Kyo Wakamiya, mais ne peut avouer son amour car sa sœur Mayura sort avec lui. Un jour Alice sauve un lapin, qui se transforme en jeune fille nommée Nyozeka qui dit à Alice qu'elle a le potentiel de devenir un rôtêsu master - ou lotis master, personne capable d'utiliser le pouvoir des mots. Alice, qui n'y croit pas, se dispute avec sa sœur et lui demande de disparaître... ce qui se produit. Alice a en effet utilisé accidentellement ce pouvoir. Pour sauver Mayura, prisonnière de la noirceur de son propre cœur, Alice, aidée de Wakamiya et Frey, un grand lotis master qui est apparu et qui semble ne pas lâcher Alice car il est amoureux d'elle, qui se révèle également être capable d'utiliser ce pouvoir, va tout faire pour apprendre à maîtriser cette force.

114149306

Ce qui m'a vraiment plu dans ce manga, c'est son histoire basée sur le pouvoir des mots. Alice et ses amis vont apprendre que les mots sont une arme très puissante et qu'il n'y a pas de retour une fois qu'ils ont été prononcés. Dans le monde d'Alice, cependant, il existe des master qui maitrisent des mots, capables de changer une situation, de la rendre meilleure. Ses mots s'appellent les Lotis. Il en existe 19, aussi  il est demandé aux masters de faire preuve de sagesse et de courage pour pouvoir tous les maîtriser. Cet aspect du manga est vraiment super important et très intéressant, nous amenant aussi à quelques réflexions personnelles.

L'histoire se déroule donc sur 7 tomes et se lit très vite. On reconnait évidemment Yuu Watase derrière le développement du recit, mais il n'en reste pas moins très bien pensé. L'intrigue prend de l'ampleur au fur et à mesure de la lecture et une chose est certaine, l'ambiance devient assez sombre de tome en tome. Un point fort pour ce manga qui réussit à se démarquer des autres de l'auteure.

Je me suis aussi beaucoup attachée aux personnages. Alice, timide et peu débrouillarde, se révèlera très forte et courageuse. Elle ouvrira son coeur, ce qui la rendra vraiment intéressante. Inutile de vous dire que je suis fan de Kyo. C'est quelqu'un de passionné, de travailleur mais de très exigeant envers lui-même. Je me suis de suite identifiée à lui. Enfin, mention spéciale à Frey. Ce personnage détonne et apporte beaucoup de légèreté et d'humour. Ce trio est vraiment très chouette à suivre, sans oublier que leur équipe s'agrandira, ce qui n'est pas pour déplaire. Des masters de tout horizon viendront les rejoindre ce qui fera d'eux une équipe unique!

Quant aux graphismes, Yuu watase excelle encore une fois. Cela dit, j'ai quand même un reproche à lui faire. Le personnage de Kyo, est purement inspiré de Toya d'Ayashi no Ceres, lui même inspiré d'un certain Tamahome de Fushigi Yugi. La ressemblance entre ses personnages est assez frappante et peut gêner mais heureusement chacun a une personnalité bien à lui et c'est ce qui les différencie.


En bref, un manga vraiment excellent qui propose une intrigue intéressante et évolutive, des personnages attachants, des graphismes alléchants, sans compter l'ambiance oppressante, stressante, prenante mais aussi l'amitié, l'amour, la famille, l'humour, la découverte....Un coktail explosif qui vous amenera à dévorer les 7 tomes très vite!

mercredi 23 mai 2012

ALSORVAMPRED - le deuil de l'ignorance

mini lecture28

  • Nom: ALSORVAMPRED T1 - Le deuil de l'ignorance de Chloé Delalandre
  • Lu en: français (360 pages)
  • Sorti le: 15 mai 2012 chez Val Sombre
  • Ma notenotation 3

Emily Delatre, 22 ans, a été élevée par sa tante Rose suite à la disparition de ses parents alors qu’elle était enfant. Elle a toujours mené une existence tranquille et remplie d’amour. Mais après une déception sentimentale, Emy, encore sous le choc du décès de sa tante, décide de tout plaquer et de partir s’installer en Normandie, terre d’accueil de sa meilleure amie, Alice Montrouge. En s’installant à Louverville, Emy était bien loin d’imaginer ce que cette petite ville, qui lui était pratiquement inconnue, et ses habitants allaient lui apprendre sur ses origines.
Et sa rencontre avec le beau et mystérieux Alexandre Dussy ne fera que la plonger encore davantage dans un monde dont elle ignorait jusqu’à la simple existence…

Oh comme j'attendais de découvrir cet univers depuis si longtemps! Ayant travaillé avec Chloé sur sa promotion publicitaire, je n'avais eu que quelques indices concernant son univers. Mais ma patience a été récompensée! Dévoré en peu de temps, j'ai vraiment beaucoup aimé ALSORVAMPRED. Je me rappelle encore avoir discuté avec Chloé de la vision de la couverture. Jusqu'alors, je la voyais plutôt sombre avec un univers qui l'est tout autant. Elle m'avait alors assuré que ce n'était absolument pas le cas! Et c'est vrai! ALSORVAMPRED est tout doux, et je dirai même que c'est une véritable bulle de fraîcheur! La couverture illustre d'ailleurs très bien un des moments du récit (ou plusieurs combinés c'est selon) et elle prend là tout son sens, ce qui la rend encore plus belle! Quant au contenu, il m'a conquise. D'emblée, j'ai envie de souligner que l'univers de Chloé est vraiment charmant. On sent clairement ses inspirations, issues de grands classiques, mais elle a réussi à créer une ambiance unique et agréable.

Emy est notre héroïne. A mon habitude, j'ai du mal à me sentir proche des personnages quand l'histoire est écrite à la 3ème personne. Il y a certains livres qui ne passent à cause de cela, mais ici, je n'ai pas rencontré ce problème. Les sentiments, les attitudes d'Emy sont décrits avec beaucoup de justesse. De fait, on ne peut que s'attacher à elle. J'ai beaucoup aimé la suivre et rencontrer avec elle les autres personnages. Alice, bien que très joyeuse, m'a un peu agacée (sans doute trop fofolle à mon gout lol), Agathe a été surprenante (pourtant c'est le genre pipelette elle aussi!), Le professeur adorable, sans compter les Dussy très gracieux et les Duclos. Dans tout ce beau monde, il y a Alex. Aaah décidément, tous les Alex me séduisent! Bien que je l'ai trouvé un peu en retrait au départ, ses apparitions et sa relation avec Emy m'ont vraiment séduite *aah soupirs*. Tout en douceur, on ne peut que se sentir en sécurité auprès du bellâtre qu'est Alex!

L'univers créé est vraiment intéressant, riche, varié. Je suis d'ailleurs ravie de connaître enfin la signification du titre du livre!! Bien que je m'en doutais un peu, le concept est bien trouvé. Alors que le début nous laisse dans le flou, on découvre très vite de quel univers il s'agit. Sur le moment, j'ai été surprise que cela arrive si tôt, pensant que ce serait peut être à la fin du livre, mais après réflexion, je pense que c'était pas plus mal, histoire qu'on se plonge vraiment au coeur du sujet. Néanmoins, je tiens à tirer mon chapeau à Emy qui réagit vraiment....très (trop?) bien! Après cette découverte, les choses s'accélèrent et on en apprend davantage...mais pas trop quand même. Car oui, en refermant le livre, on se pose plein de questions et on hâte d'avoir le deuxième tome pour continuer les aventures d'Emy!

Enfin, petit mot sur le style d'écriture que j'ai vraiment apprécié. Simple, précis, fluide et très agréable. Les phrases sont très bien construites et les pages se tournent d'elles-mêmes. Seul bémol, les quelques répétitions des termes "la jeune fille, son amie, le jeune homme" qui ont fini par attirer mon attention à chaque fois (ça m'avait fait le même effet avec les Vampire Academy, quand l'auteure disait tout le temps "décocha un sourire" lol). Mais honnêtement, même si je prends la peine de le souligner, cela n'a en rien gêné ma lecture globale, préférant m'immerger dans ce monde fantastique très prometteur pour la suite!


samedi 19 mai 2012

City of Lost Souls [TMI #5]

8755776

  • Nom: City of Lost Souls (The Mortal Instruments #5) de Cassandra Clare
  • Lu en: anglais (536 pages) - Sorti en mai 2012
  • VF: paru sous le nom "La cité des âmes perdues" en mai 2014
  • Ma note: notation 2

The demon Lilith has been destroyed and Jace has been freed from her captivity. But when the Shadowhunters arrive to rescue him, they find only blood and broken glass... Note: le résumé en dévoilant de trop je préfère ne pas le divulguer!

Ah quel livre, mais quel livre! Je l'attendais avec grande impatience. Il faut dire qu'à la fin du tome 4, j'ai failli balancer mon livre par la fenêtre! City of Lost Souls reprend exactement là où s'est arrêté City of Fallen Angels, à deux semaines près. Heureusement, Miss Clare a eu la bonne idée de rappeler les faits au début, du coup, on peut plonger dans l'histoire sans soucis! Histoire qui suit la continuité de son prédécesseur. Autant le dire tout de suite, niveau intrigue, Cassie a fait mieux, ici ça se poursuit "tranquillement" et c'est peut être même un peu prévisible. Mais c'est tellement bien écrit que ça passe tout seul. Reprenons au début. Jace, notre pauvre Jace, s'est fait kidnapper - enfin c'est ce que tout le monde pense - par Xxx (appellons le méchant ainsi, ça garde tout le mystère ha!). Xxx est un grand malade psychopathe, aussi il a encore choisi de faire souffrir notre pauvre Jace en liant son esprit au sien, si si, rien que ça. Heureusement, la joyeuse bande n'a pas dit son dernier mot et le but du livre est donc de sauver le belâtre aux cheveux dorés. Pour se faire, le petit groupe va mener son enquête en deux parties: d'un côté un quatuor surprenant (ou pas) et de l'autre un trio malsain.

Le quatuor, composé de Magnus, Alec, Isabelle et Simon, tentera de trouver une solution concrète quant à ce "problème" avec Jace. S'en suit des heures de recherches, des heures de sommeil oubliées, volées... et une solution miracle enfin trouvée. Quant au trio, composé de Jace, Clary et Xxx, on peut dire qu'il décoiffe un max. Clary, s'étant jetée dans la gueule du loup, ne sait pas trop comment faire pour sauver Jace mais la petite a de la suite dans les idées. Grâce à elle, on découvrira le plan odieux de ce cher Xxx, complètement taré mais plutôt prévisible. Oui prévisible, car c'est un peu un remake de la première trilogie. Pas de grandes surprises sur les intentions de Xxx mais il n'empeche. Ce méchant très méchant est complètement fou et donne pas mal de frissons.

Au milieu de cette intrigue sympathique, stressante et plutôt tendue, Cassie a voulu la jouer hot. A mon avis, elle a voulu rattraper le retard des précédents tomes et a proposé un condensé dans ce 5ème volume. Au menu: des bisous, des caresses, des regards et plus si affinités. Dans tout ce joyeux bazar, 4 couples évoluent tant bien que mal. Des couples qui en bavent ou qui se sautent dessus, c'est comme vous voulez. Pour les amateurs, vous serez comblés, pour les autres, c'était peut être un peu de trop. Bon, entendons-nous bien, ça ne m'a pas dérangée, je n'ai pas à me plaindre, mais peut être n'était-ce pas très bien dosé. Quoiqu'il en soit, la romance est plus que mise en avant!

Enfin, j'ai été ravie de retrouver mes petits personnages. Clary m'a beaucoup plu: elle a bien grandi la petite, se montrant digne d'être ShadowHunter! Clary a su faire preuve de beaucoup de courage, et nous a dévoilé tous ses nouveaux talents de guerrière. Franchement, j'ai vraiment adoré son évolution. Simon m'a encore charmé, dire qu'au tout début je ne l'appréciais pas plus que ça! Si vous cherchez la dose d'humour, c'est incontestablement auprès de lui que vous allez la trouver (non mais cette histoire de Stroumphs, c'était excellent!). Izzy et Alec n'ont pas encore réussi à trop me convaincre - enfin Izzy a fait beaucoup d'efforts -, surtout Alec que j'ai trouvé très distant, inaccessible. Quant à Magnus, je suis toujours aussi fan de ce sorcier loufoque. Enfin, grand absent, même s'il est présent tout le livre: Jace. Et oui, Jace, qui n'est plus lui même, m'a manqué. Lisse, ses répliques sarcastiques et torturées m'ont vraiment, vraiment manquée. Heureusement, il partage de très beaux - et un peu bizarres compte tenu de la situation - moments avec Clary: mon petit coeur a fondu à un certain moment...

Je pourrai encore dire beaucoup sur ce tome, mais je n'ai pas envie de vous spoiler. Voilà donc une lecture excellente qui suit le cours des événements installés dans le tome précédent. Quant à nos héros, ils ne sont pas en reste, nous montrant tout leurs talents. Ils devront encore s'armer de courage pour la suite, surtout notre Jace qui n'en a pas terminé malgré tout ce qu'il a bavé. Et oui, Cassie est une petite sadique avec ses personnages. Heureusement, pas de cliffhanger pour CoLS ce qui fait qu'on attend la suite avec une certaine (im)patience!!

mardi 15 mai 2012

Insurgent [Divergent #2]

13598952

  • Nom: Insurgent [Divergent #2] de Veronica Roth
  • Lu en: anglais (529 pages) - Sorti en mai 2012
  • VF: prévue aux éditions Nathan
  • Ma notenotation 3

One choice can transform you—or it can destroy you. But every choice has consequences, and as unrest surges in the factions all around her, Tris Prior must continue trying to save those she loves—and herself—while grappling with haunting questions of grief and forgiveness, identity and loyalty, politics and love.

J'attendais beaucoup d'Insurgent, après un premier tome plus qu'incroyable. Et pourtant, je ne peux m'empêcher d'être un peu déçue par cette suite. Insurgent reprend directement à la fin du tome 1, ce qui n'est pas forcément facile quand on a l'a lu il y a un an. Veronica ne prend pas la peine de nous rappeler les faits aussi, il m'a fallu un petit moment d'adaptation. Passé cela, on se replonge directement dans l'action - et surtout - la tension. Car le monde de Tris est en danger, les factions doutent les unes des autres et se préparent à une guerre. On est, alors, face aux stratégies et aux plans. On rencontre les diverses factions et on découvre leur fonctionnement. J'ai beaucoup apprécié voyager de quartier général en quartier général et m'introduire au coeur de chaque faction, de voir comment ses membres évoluent, pensent, se comportent. C'est indéniablement un des points forts du livre.

Dans tout ce chaos, Tris et Four - je préfère l'appeler par son surnom - tente de comprendre. Leur faction n'est plus reliable, aussi ils cherchent refuge temporairement chez les Amity. J'ai beaucoup apprécié Four dans ce 2ème tome. Il se révèle, on apprend à mieux le connaitre, d'où il vient, pourquoi il a eu un tel comportement, ses croyances, sa force, mais aussi sa douceur et son amour pour Tris. Car cet amour il est très fort, et je lui en ai un  peu voulu d'être aussi compréhensif envers Tris au nom de cet amour. Certes, c'est admirable, leurs moments passés ensemble sont beaux mais oui, il y a un mais. Si Four tente de s'imposer en leader pour mieux diriger une faction litérallement souflée en 2 camps, Tris, elle, se comporte comme une égoiste. Mettons nous d'accord. J'ai ressenti toute sa douleur tout le long du livre, et je sais que sous cet effet, on est pas nous même et ça, je le comprend totalement. D'ailleurs, l'auteure nous le rappelle quasi à chaque page. Mais Tris semble vouloir abandonner. Alors elle s'isole et agit seule, de manière irréfléchie, dans son petit coin. Je ne sais pas ce qu'elle espérait, mais bien sur, elle ne récolte en aucun cas, les laurriers. Maintes et maintes fois j'ai eu envie de la frapper, de la secouer et de lui dire "hey Tris, tu n'es pas seule!! Il faut que tu fasses confiance à tes amis, à Four." Parce que son amour pour Four, parfois, j'en ai douté. Ou alors, ces actions visaient à le protéger mais elle s'y est vraiment mal prise. La Tris du 1er tome, donc, n'est plus la même. Il lui manque une dose de volonté, bien qu'elle se montrera très courageuse et brave, ses gestes m'ont souvent déçue.

Les autres personnages sont restés également trop en arrière plan. Je n'ai pas pu m'attacher à eux, car pour moi, ils faisaient plus de la figuration que faisant partie d'une équipe. Pourtant, ceux-là même avaient un rôle plus important dans le tome précédent. Cela dit, on en découvre une panoplie de nouveaux, et on ne sait pas à qui se fier. Quand je disais que la tension était présente tout le livre! Il n'y a pas toujours d'action mais nos héros ont bien du mal à discerner les gens honnêtes de ceux qui surjouent. Sans oublier que leur Divergence est à rude épreuve!! C'est d'ailleurs le sujet principal d'Insurgent et on comprend mieux cet aspect là, ce que j'ai trouvé intéressant.

Enfin, alors que le livre semblait avoir une quête bien spécifique, j'avoue n'avoir pas bien compris son but. La fin du livre est pour moi tout simplement confuse. Disons qu'on est amené à penser d'une certaine manière durant toute notre lecture et puis, d'un coup, tout est remis en question et on est face à un nouvel élément qui sort - on peut le dire - litérallement de nul part. Si l'auteure a voulu créer des interrogations, elle l'a fat. Où va-t-elle nous mener dans le 3ème tome, la question est posée!

Vous l'aurez compris, cette suite ne m'a pas tout à fait convaincue. Mais qu'on se le dise, j'ai passé un très bon moment et je ne me suis jamais ennuyée, tournant les pages avidement. Mais il manque à Insurgent cette petite étincelle de Divergent qui faisait de lui un livre incroyable...