► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mardi 15 mai 2018

Simon Thorn et le nid de serpents [Simon Thorn #2] de Aimée Carter

Simon Thorn

  • Nom: Simon Thorn et le nid de serpents [Simon Thorn #2] de Aimée Carter
  • Lu en: français
  • Pages: 298 pages
  • Sorti le: 26 avril 2018
  • Editeur: Michel Lafon
  • VO: paru sous le nom Simon Thorn and the viper's Pit le 7 février 2017
  • Tome antérieur: Tome 1

Simon Thorn sait depuis peu qu’il n’est pas un garçon comme les autres : il a le don de se transformer en animal. Alors qu’il s’habitue à sa nouvelle vie dans le Repaire, l’école pour les Animalgames, il reçoit des nouvelles inespérées de sa mère, enlevée par son terrifiant grand-père, le roi des oiseaux. Ce dernier cherche à reconstituer une arme si puissante qu’elle lui permettrait de régner sur tous les royaumes animaux. Guidé par l’indice laissé par sa mère sur une carte postale, Simon et ses amis se lancent dans un périlleux voyage qui les mènera au cœur du danger.

114149306

Ayant apprécié découvrir cette nouvelle série jeunesse en  janvier, j'étais plutôt impatiente de lire ce second tome, d'autant plus qu'on est assez chanceux qu'il sorte aussi vite en français, soit 4 mois après son prédécesseur. 

Simon Thorn et le nid de serpents reprend 2 mois après les événements du premier tome. Voilà donc quelques semaines que Simon essaie de s'acclimater à sa nouvelle vie au Repaire, mais les choses ne sont pas simples. Sa mère lui manque terriblement et il n'arrive pas à se remettre de la disparition de son oncle Darryl. Malgré ses efforts, Simon n'arrive pas à trouver sa place avec Nolan, son frère jumeau et son autre oncle Malcom. Il faut dire que Nolan est assez détestable et lui en fera bien baver. 

Heureusement, Simon a toujours ses amis qui représentent en ce moment sa vraie famille. Entre Jam, Ariana, Winter et même Felix la souris (est ce vraiment une souris?), Simon est entouré. J'apprécie toujours autant la dynamique du petit groupe, chacun ayant une personnalité bien propre et différente des autres. C'est bien connu, un héros n'en serait pas un sans des amis!! 

Les personnages sont donc toujours aussi attachants même si je dois souligner qu'on ressent quand même leur jeune âge par moment. C'est la première série jeunesse qui me fait cet effet, à contrario de Percy Jackson ou Le pays des contes où les héros ont aussi 12 ans au début de leurs aventures. Simon se montre très brave et courageux mais certaines décisions sont irréfléchies et c'est là qu'on voie son immaturité. En soi, ce n'est pas dérangeant mais ça m'a parfois énervée! 

L'intrigue se révèle bien sympathique, on ne s'ennuie pas une seule seconde tant le rythme est effréné. J'avoue avoir toujours une préférence pour le premier tome, mais celui-ci apporte son lot de découvertes. Je pense que Aimée Carter va se concentrer sur un royaume pour chaque tome suivant nous permettant ainsi de mieux les connaitre. Comme le suggère la couverture, nous faisons ici la connaissance des Reptiles. 


En bref, j'ai aimé ce second tome plein d'aventures, qui nous emmène dans le royaume des reptiles. On en apprend plus sur les Animalgalmes mais ce que j'ai préféré, ce sont les liens familiaux et d'amitié qui sont fortement mis en avant. Malgré les difficultés, Simon peut compter sur ses amis, se montrant ainsi plus courageux pour retrouver sa mère ainsi que les morceaux du sceptre. Une chouette série jeunesse qui se confirme avec cette suite et que je recommande! 


dimanche 13 mai 2018

Des étoiles dans la mer de Natasha Boyd

des etoiles dans la mer

  • Nom: Des étoiles dans la mer de Natasha Boyd
  • Lu en: français
  • Pages: 300 pages
  • Sorti le: 27 septembre 2017 (ebook) 30 octobre 2017 (papier)
  • Editeur: MxM Bookmark
  • Tome Unique

Livvy a pris la fuite. Elle s’est échappée là où personne ne pourra jamais la retrouver. Mais dans le cottage isolé où elle se réfugie, il y a déjà Tom, un mystérieux inconnu, qui est là pour des raisons personnelles. Dans l’intimité de ce cottage abandonné, au cœur de la nature sauvage de l’île, leur connexion immédiate est impossible à ignorer. Mais alors qu’ils fuient leur histoire et refoulent leurs secrets, le passé les rattrape et bouleverse leurs vies de façon inimaginable. Malgré leurs sentiments profonds et leur alchimie puissante, ils devront se battre contre un enchevêtrement de mensonges et surmonter les blessures de leur passé. La vérité, en émergeant, fera peut-être plus de mal que de bien.

114149306

Comment vous dire ? Que j'ai adoré ma lecture qui m'a fait passer par tout un panel d'émotions : chagrin, révolte, peur, larmes aux yeux. Il s'agit ici d'un IMMENSE coup de coeur pour cette dark romance qui va vous faire vibrer.

Olivia fuit sa maison familiale après plusieurs drames et se réfugie dans la maison héritée de sa grand-mère décédée située sur une île, un cottage abandonné. Le trajet est long et difficile et sur le chemin, elle rencontre Tom qui n'est autre que le gardien de la maison où elle se rend. Tom connait la soeur d'Olivia et le secret qu'elle cachait... Mais il semble que lui aussi aie un secret sur sa véritable identité. Alors que la rencontre entre ses deux êtres écorchées est tendue, ils sont aussi irrémédiablement attirés l'un par l'autre. Olivia est froide et dure, elle est blessée et n'hésite pas à montrer qu'elle peut être forte malgré les ravages et injustices qu'elle a vécu.

Alors que Tom n'ose pas lui avouer sa vraie identité, un secret qui pourrait faire exploser la relative cohabitation.  Il y a tellement de tension entre les deux personnages, tellement d'intensité dramatique d'un côté puis d'attirance physique de l'autre entre ces deux là. Mon dieu... on lit cette dark romance à couteaux tirés, les poils qui se hérissent sur la peau, avec avidité et soif de connaître les secrets de chacun. On frissonne, on exalte, on vibre... c'est fort, intense car il est aussi question de secrets de famille et de drames personnels et que certaines révélations sont inattendues. Je suis amoureuse de Tom, il est charismatique et attentionné tout en étant vulnérable et secret face à cette jeune femme perdue et fragilisée par un bon nombre de ruptures et d'injustices familiales. 

Le gros point fort de ce roman c'est bien sûr l'écriture exacerbée, incisive et percutante de Natasha Boyd et l'ambiance magnifique et intimiste de cette romance coup de poing qui provoque son lot de violences et d'émotions fortes. Je me sentais si bien que, pour une fois, j'ai eu envie de rester dans les pages et de faire prolonger cette lecture qui m'enthousiasmait tant malgré des propos graves. C'est l'histoire d'amour qui naît entre deux vies brisées, entre deux êtres qui ont souffert et qui vont apprendre à se reconstruire, ensemble, malgré eux, à travers eux.

L'intrigue est captivante et efficace, avec toujours des rebondissements venant des réactions de Livvy et un certain suspense sur le lien qu'il peut y avoir entre passé et présent. Le style et la plume de Natasha Boyd sont addictifs, elle met l'accent sur les émotions brutes et ressenties avec passion, que sont la colère, l'angoisse, la tristesse, la peur mais aussi sur des thèmes comme l'amitié, l'amour, la famille, la complicité et le deuil. 


En bref, j'ai aimé cette histoire d'amour, de rédemption et de guérison qui déchaîne et déchire les coeurs! L'écriture est tellement fluide et envoûtante, il y a aussi tout un côté fantastique avec des superstitions et des croyances païennes des habitants de l'île qui donne plus d'impact au monde des vivants. Je me suis énormément attachée aux deux personnages principaux et à cette intrigue passionnante. 

chronique_lael

samedi 12 mai 2018

Éclore [Puisque c'est ma rose #1] de Jade River

eclore

  • Nom: Éclore [Puisque c'est ma rose #1] de Jade River
  • Lu en: français
  • Pages: 320 pages
  • Sorti le: 23 mai 2018 (ebook) 25 juin 2018 (papier)
  • Editeur: MxM Bookmark
  • Premier tome

Lectrice acharnée, boxeuse à ses heures perdues et lycéenne à peine studieuse... Abélia se sent en décalage avec les jeunes de son âge. Heureusement pour elle, sa nature discrète lui permet de rester à l'écart de l'agitation de ses camarades. Et surtout, loin des problèmes.Le jour où M. Valverde, son nouveau professeur de littérature, arrive au lycée, Abby est certaine qu'entre eux le courant ne passera pas. Mais au contraire, cette rencontre l'électrise et le contrôle qu'elle exerce tant bien que mal sur ses émotions vole bientôt en éclats. Conscients que le lien qui se tisse entre eux est interdit, tous deux vont s'efforcer de garder leurs distances. Mais pourront-ils lutter longtemps contre leurs sentiments ?

114149306

Éclore est un roman qui m'a attiré grâce à sa belle couverture. J'avais également très envie de me plonger dans un autre titre de la maison d'édition MxMBookmark et c'est en découvrant le résumé que j'ai fait ma demande. Je remercie d'ailleurs netgalley et l'éditeur pour m'avoir permise de lire cette merveille peu avant sa sortie officielle.

Je vous écris mon avis encore un peu à chaud, et la première chose que je peux vous dire, c'est que ce roman est un vrai coup de coeur. Je l'ai littéralement dévoré en quelques heures, je n'arrivais pas à penser à autre chose. Des les premières pages, j'ai su que j'allais adorer. Le style de l'auteure m'a pris aux tripes des les premiers mots, avec sa plume poétique, fluide, mélancolique, réaliste. J'ai ressenti comme une connexion avec cette histoire et ce fut comme un coup de poing.

Mais ce qu'ils vivent m'a touchée et la manière dont l'auteure raconte cela est si sincère que j'ai éprouvé énormément de sentiments à travers ma lecture. Si le roman est présenté comme une romance interdite, Jade River aborde beaucoup de thèmes d'actualité que j'ai jugés tout à propos ici, et décrits avec finesse. Entre le contexte familial d'Abelia, son harcèlement à l'école, la drogue de son meilleur ami, le jugement d'autrui et l'affrontement de ses angoisses, Éclore est pour moi bien plus qu'une romance. C'est un livre qui peut toucher n'importe qui grâce à cette diversité, le tout retranscrit avec justesse.

Et si certains de ces sujets ont trouvé écho en moi, j'avoue que j'étais curieuse quant à la romance et comment elle allait se développer. Il est clair que ce n'est pas évident à présenter, surtout lorsqu'il s'agit d'une élève de 17 ans et d'un professeur de 33 ans. A travers les yeux d'Abelia, j'ai eu cette impression que Mr Valverde - Arthur pour les intimes - était plus vieux, alors qu'en réalité il a mon âge (et je ne me considère pas vieille). La problématique ici, est donc la différence d'âge et le fait que notre héroine soit encore mineure. Pourtant, moi, ça ne m'a pas dérangée. Parce que l'âge n'est en soi pas une barrière quand l'amour peut être sincère et durable (et j'ai quelques réels exemples basés sur ce contexte qui ont bien fonctionné).

Entre Abelia et Arthur, au début, c'est un peu le feu et la glace mais très vite, ils vont se rendre compte qu'au delà d'une relation élève-prof, il y a plus, terriblement plus. Les deux jeunes gens se voient comme des égals, partageant des passions communes qui les emportent dans des échanges enflammés. Pour moi, avant cette attirance physique, la connexion d'Abelia et d'Arthur est sutout intellectuelle et c'est ça qui est beau. Ils apprennent à se connaitre, à discuter. Et c'est avec naturel que cette attirance nait, à travers des regards, des petits gestes... la tension devient palpable tant on ressent cet amour grandissant mais chacun sait où est sa place et on finit un peu frustrés quand même.

Je pourrai dire encore tellement de choses sur ce livre, combien j'ai aimé la relation entre Abelia et Arthur, mais aussi celle qu'Abelia a avec ses deux pères, ou celle qu'elle tente de garder avec ses amis. Il y a tellement à découvrir dans ce livre que je ne peux que vous conseiller de le lire, il vaut réellement le détour.


En bref, ce roman est un vrai coup de coeur. J'ai ressenti une grande connexion avec son histoire, Abelia m'a fortement touchée, dans ses ressentis, ce qu'elle refoule, ce qu'elle vit, tout simplement. Au delà de cette romance interdite qui se profile, Jade River aborde beaucoup de thèmes importants avec délicatesse et justesse, faisant résonner énormément de sujets d'actualité. Éclore est un livre à la diversité saisissante, il m'a fait passer par toutes les émotions. Je n'ai qu'une hâte, c'est de lire la suite.

jeudi 10 mai 2018

L'atelier des sorciers vol.1 de Kamome Shirahama

L-Atelier-des-Sorciers

  • Nom: L'atelier des sorciers vol.1 de Kamome Shirahama
  • Lu en: français
  • Pages: 208 pages
  • Sorti le: 7 mars 2018
  • Genre: Seinen fantastique
  • Editeur: Pika Edition
  • Fiche: présentation officielle
  • Premier tome d'une série

Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique ! Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

114149306

Je me remets au manga et j'ai jeté mon dévolu sur L'atelier des sorciers. Pour ne pas bouder mon plaisir, je l'ai pris en version collector avec le Artbook et si comme moi vous aimez les dessins, les croquis, les artefacts de tout un nouvel univers magique, je vous le recommande chaudement.

J'ai tout aimé dans ce manga Seinen: les personnages tous très attachants et pour certains ambigüs et qu'on aimerait connaître davantage, jusqu'à l'intrigue elle-même qui n'est autre que celle de l'entrée de Coco, une fille humaine dans l'univers des sorciers. Dans un monde où la magie sépare les humains des sorciers, Coco a toujours rêvé d'être magicienne. Mais les élus sont choisis dès la naissance et Coco n'a pas eu cette chance. Elle se contente donc de se raccrocher à un souvenir d'enfance : celui du jour où elle a acheté à un inconnu, un livre de magie et un encrier.

Alors que le sorcier Kieffrey s'arrête dans l'échoppe de sa maman, Coco assiste en cachette à un tour de magie qui dévoile le secret des sorciers, à la confection même d'un sort. Excitée et fascinée, elle s'exerce dans sa chambre en décalquant la page d'un grimoire, mais elle n'imagine pas que son acte va provoquer un drame... Kieffrey décide alors d'emmener la jeune fille et de la prendre comme apprentie sorcière...

Ce que j'ai adoré dans l'univers de L'Atelier des Sorciers, c'est toute la dimension qu'il y a autour de la magie, de ses origines à son fonctionnement par des sortilèges qui s'effectuent par des dessins, des runes, des pentacles. L'univers est dense et on sent derrière que la mangaka a apporté une sacrée consistance à son univers magique autant dans les lieux, dans les objets, dans son exercice et son histoire, que dans son art graphique. Ainsi on sent qu'on est dans un manga à l'univers complexe, travaillé et mature.

J'ai adoré la finesse des traits, mais surtout toute l'iconographie des pentacles, des dessins fantastiques car c'est en dessinant qu'on révèle la magie et qu'on la créée. J'ai aussi aimé les lieux mystérieux et l'humour présent chez Coco. Les personnages ont chacun un caractère intéressant et les mimiques de Coco, de la fille excitée comme une puce ou complètement catastrophée, ou même émerveillée devant ce qu'elle découvre, m'ont beaucoup fait rire.


En bref, j'ai passé un excellent moment, à tel point que c'est un coup de coeur : aventures, magie, découverte exaltante, rites initiatiques, épreuves magiques, suspense (Oh là là là la fin est géniale et nous font poser beaucoup de questions) et lieux mystérieux, on entre dans un monde fantastique et riche. Les dessins sont superbes et l'édition collector en révèle toute la splendeur et la beauté grâce au Artbook. Je suis très exigeante en matière de manga mais là je me suis tellement amusée que pour le coup il s'agit d'un premier tome prometteur, idéal pour toute la famille!

chronique_lael

vendredi 4 mai 2018

INFERNO [TALON #5] de Julie Kagawa

Inferno

TODAY, WE STRIKE BACK. WE SHOW TALON THAT WE WILL NEVER ACCEPT THEIR NEW WORLD. Ember Hill has learned a shocking truth about herself: she is the blood of the Elder Wyrm, the ancient dragon who leads Talon and who is on the verge of world domination. With the Order of St. George destroyed, Ember, Riley and Garret journey to the Amazon jungle in search of one who might hold the key to take down the Elder Wyrm and Talon. If they can survive the encounter. Meanwhile, Ember’s brother, Dante, will travel to China with a message for the last Eastern dragons: join Talon or die. With the stakes rising and the Elder Wyrm declaring war, time is running out for the rogues and any dragon not allied with Talon. The final battle approaches. And if Talon is victorious, the world will burn.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

Julie Kagawa confirms, with this series now over, how much I love her. This is definitely my favorite author. Her worlds are always well thought and so far she has managed to diversify her stories. Inferno is the last book of the Talon saga. I was very excited to read it but also very anxious to finish it! It was a rather intense reading, with a slow start, to allow us to get back into the context. Julie Kagawa solves some of the situations that have been installed in previous books, before tackling the final fight. It's a good strategy, the book is going crescendo. It was horribly stressful (so much so that I had a big headache) but terribly addictive. Julie Kagawa is good at staging fights and with dragons, we are pretty well served! I really liked this final battle between Talon and the Rogues but not only that. The author always has the art of being where we do not expect her. I admit that I had imagined many different scenarios, but certainly not this one !! While in previous books, Julie had given the romance a rather important place, sometimes to the detriment of the rest, here she relegates to the 3rd plan to focus on the real issues. And that I liked a lot. Confident of how they feel, the characters were able to focus on the battle and their future and everything remains uncertain. But Ember, Riley, Garett, none of them give up. Helped by a team totally surprising, they will be able to face their enemy of always: Talon. I do not want to spoil this aspect but this idea was totally brilliant. With this scenario, Julie was able to conclude her saga with a master hand. A surprising end, to which I had not necessarily thought, but totally realistic and in adequacy with the whole series.

Julie Kagawa confirme, avec cette série maintenant terminée, combien je l'adore. C'est définitivement mon auteure favorite. Ses univers sont toujours bien pensé et jusqu'à présent, elle a réussi à bien se diversifier. Inferno est le dernier tome de la saga Talon. Autant vous dire que j'étais très excitée de le lire mais aussi très angoissée de le terminer! 

Ce fut une lecture assez intense, avec un  début néanmoins assez lent, pour nous permettre de se remettre dans le contexte. Julie Kagawa résoud quelques situations qui avaient été posées dans les tomes précédents, avant de s'attaquer au combat final. C'est une bonne mise en bouche, le livre allant crescendo. Le stress grimpe, et arrivée à 200 pages, plus moyen de lâcher le livre jusqu'à la fin. C'était horriblement stressant (tellement que j'en ai eu un gros mal de tête) mais terriblement prenant. Julie Kagawa est douée pour mettre en scène des combats et avec des dragons, on est plutôt bien servi! 

J'ai beaucoup aimé cette bataille finale entre Talon et les Rogues mais pas que. L'auteure a toujours l'art d'être là où on ne l'y attend pas. J'avoue que je m'étais imaginée plein de scénarios différents, mais certainement pas celui-ci!! Alors que dans les tomes précédents, Julie avait donné à la romance une place assez importante, parfois au détriment du reste, ici elle la relègue au 3ème plan pour se concentrer sur les réels enjeux. Et ça j'ai beaucoup aimé.

Parce que la romance est sûre, parce que les personnages ont pris 4 tomes pour faire face à leurs sentiments. Confiants de ce qu'ils ressentent, ils ont pu se concentrer sur la bataille et leur futur. Que vous dire, chacun est face à son destin, et tout reste incertain. Mais face à ce brouillard, Ember, Riley, Garett, aucun n'abandonne. Epaulés par une équipe de choc totalement surprenante, ils vont pouvoir affronter leur ennemi de toujours: Talon.

Une organisation qui n'hésitera pas à frapper. C'est toujours aussi révoltant même si on peut comprendre certaines motivations. Grâce à Dante, on a toujours un oeil, certes furtif, sur ce qui se passe dans les quartiers généraux. Voilà un personnage que j'aurai appris à détester mais qui, à la dernière minute, m'aura tellement émue. 

Quant au trio préféré, il se montre plus soudé, surtout face à l'adversité et à leur alliés inattendus. Je n'ai pas envie de spoiler cet aspect mais cette idée était totalement brillante. Avec ce scénario, Julie a pu conclure sa saga d'une main de maitre. Une fin surprenante, à laquelle je n'avais pas forcément pensé, mais totalement réaliste et en adéquation avec toute la série. 


En bref, j'ai adoré ce dernier tome qui clôture de manière explosive la saga Talon. Une série qui s'est montrée très riche et complexe dans son intrigue, portée par des personnages qui ont su évoluer pour endosser leurs dures responsabilités. Allant crescendo, Inferno est un excellent dernier tome, qui détient tous les ingrédients afin de maintenir notre attention. Avec une fin aussi surprenante que réaliste, Julie Kagawa signe encore une fois un petit chef d'oeuvre dans le genre fantasy young-adult. Un must read. 


jeudi 3 mai 2018

Les confins du monde [La conspiration #3] de Maggie Hall

les confins du monde

  • Nom: Les confins du monde [La conspiration #3] de Maggie Hall
  • Lu en: français
  • Pages: 398 pages
  • Sorti le: 18 avril 2018
  • Editeur: Collection R 
  • Fiche: présentation officielle
  • VO: paru sous le nom The ends of the world le 18 juillet 2017
  • Tomes antérieurs: Tome 1 - Tome 2

Le Cercle des Douze n’est finalement pas ce à quoi s’attendait Avery… Mais elle aussi a de quoi les surprendre. Depuis la mort de sa mère, Avery se retrouve encore plus dépendante de Stellan et de Jack. Pris dans une toile de trahisons et d’attirance fatale, tous trois doivent désormais unir leurs efforts pour enrayer la plus dangereuse conspiration que le monde ait jamais connue. De Jérusalem à Rome en passant par la Russie, du froid glacé des catacombes à la chaleur des flashs des paparazzis, Avery West va devoir affronter son destin, qu’il soit placé sous le signe du salut… ou sous celui de la destruction.

114149306

J'étais très excitée et contente d'avoir ce dernier tome de la trilogie entre les mains mais je dois avouer que je n'ai pas ressenti l'exaltation et l'enthousiasme autant que pour le second tome qui est mon préféré. En fait il a fallu d'abord me remémorer les derniers évènements et cela m'a un peu coupé, perturbé dans ma lecture des premiers chapitres.

Toutefois les rebondissements s'enchaînent et notamment la solution à toute l'intrigue si bien que j'ai pu reprendre mes marques dans l'univers de La Conspiration. Il sera question de terrorisme, d'arme biologique et Avery fait des découvertes décevantes et éprouvantes sur la véritable logique du Cercle des Douze. La pauvre, elle qui était déjà en détresse et meurtrie par le décès de sa mère et la trahison ultime de sa demie-soeur et demi-frère.

 J'ai adoré la théorie de l'auteure selon laquelle le sang mélangé du treizième couple forme un virus mortel. Avery et Stellan vont devoir trouver un remède au virus et reprendre les recherches sur le tombeau d'Alexandre. Les scènes d'action qui se déroulent dans les quartiers de Jérusalem sont scénaristiquement très réussies! On est vraiment dans une affaire de trahisons et de complots politiques pour la prise du pouvoir et tout ceci fait très organisation secrète comme l'Ordre des Templiers ou même un genre d'Assassins Creed. L'intrigue est donc toujours aussi captivante et l'auteure répond à toutes nos questions.

 Côté personnages, j'ai encore une fois beaucoup aimé l'évolution de l'héroïne. Avery découvre des choses bouleversantes mais elle reste réfléchie et posée. Sa relation avec Stellan bouge aussi dans ce tome aussi bien parce qu’elle découvre qu’ils sont liés l'un à l'autre par leur destin mais aussi par leurs sentiments et émotions. Mais je dois dire que la romance n'est pas le point fort de l'auteure et cela ne m'a provoqué aucun émoi.  


En bref, au niveau de l'intrigue, La Conspiration se conclut de manière magistrale, mêlant habilement secrets de l'archéologie, roman historique, société clandestine et enjeux politiques ou de pouvoir. J'ai beaucoup apprécié ce dernier tome même si j'ai trouvé des inégalités dans son contenu : des passages plus longs alternés avec des passages trop rapides, de retournement de situation, de révélations chocs mais la chasse au tombeau est moins bien menée. Malgré tout l'ensemble reste passionnant et intéressant, pour ce mélange entre Night School et le Da Vinci Code. C'était sympa à lire et à découvrir et j'en garde un bon souvenir.

chronique_lael

mercredi 2 mai 2018

Lumière, Caméra, Action! de Shira Anthony

lumiere,-camera,-action

  • Nom: Lumière, Caméra, Action! de Shira Anthony
  • Lu en: français
  • Pages: 249 pages (ebook)
  • Sorti le: 25 avril 2018 (ebook) 25 mai 2018 (papier)
  • Editeur: MxM Bookmark
  • Fiche: présentation officielle
  • Tome Unique

Quand le professeur Wesley Coolidge accepte, pour l’été, un poste de conseiller historique sur un film de pirates tourné en Caroline du Nord, la dernière personne sur laquelle il s’attend à tomber est son futur ex-mari, l’acteur Sander Carson. Tout comme le pirate haut en couleurs qu’il incarne, Sander, alias Sam Carr, a l’habitude d’obtenir ce qu’il veut, et il fait bien comprendre qu’il veut à nouveau Wesley dans sa vie. Sam a perdu Wesley quand il a quitté leur vie new-yorkaise pour une carrière à Hollywood. Mais Wesley a enfin réussi à recoller tous les morceaux de son cœur et n’est pas intéressé par Sam et Wesley : Le Retour. Convaincre Wesley de donner une seconde chance à leur relation demandera à Sam bien plus que des excuses et des souvenirs du bon vieux temps. Si Sam veut que Wesley lui revienne, il va devoir lui montrer qu’ils peuvent réellement naviguer ensemble sous le soleil couchant – une vraie « happy end » qui ne se terminera pas après le défilement du générique de fin.

114149306

C'est en recevant un mail de MxM Bookmark que j'ai découvert Lumière, Caméra, Action! de Shira Anthony. Curieuse, j'ai été très heureuse de voir que netgalley m'accordait la chance de lire ce roman. Cela fait longtemps qu'on parle de la romance M/M autour de moi sans jamais avoir osé sauter le pas. Avec Lumière, Caméra, Action, j'ai pu me faire mon propre avis sur le genre et je peux vous dire que j'ai été convaincue.

Pour ma toute première romance M/M, je suis très contente d'avoir pu commencer avec ce roman. Il m'a de suite plu: son contexte, les personnages, le petit côté historique, et bien évidemment la romance. Elle est spéciale en son genre parce qu'il ne s'agit pas d'une romance classique mais plutôt un amour que deux êtres tentent de retrouver avant qu'il ne soit réellement trop tard. 

Wesley est un professeur respecté, dont la spécialité n'est autre que les Pirates. Lorsqu'on lui propose un poste estival pour être conseillé sur un tournage de film mettant en scène Stede Bonnet, un pirate des années 1700, Wesley hésite quelques secondes. Après tout, il adore ce sujet, il n'avait rien de prévu de particulier cet été et c'est fortement bien payé. 

Mais sa bonne humeur est de courte durée quand il se rend compte que son futur ex-mari n'est autre que la vedette du film et que tout ça n'est que pure manigance pour tenter de le récupérer. Car Sam Carr, alias Sander Carson, est têtu et veut absolument récupérer son mari avant que le divorce ne soit officiellement prononcé à la fin de l'été. 

J'avoue que j'ai trouvé l'ambiance excellente. Parlons d'abord du tournage, que j'ai trouvé bien fait même s'il sert un peu de prétexte à l'histoire entre Wes et Sam. J'ai néanmoins fort apprécié ce petit contexte historique entourant Stede Bonnet, et les lieux du tournage qui sont totalement réels. Je ne vous cache pas avoir été lire l'histoire de ce Pirate sur Wikipédia et de me rendre compte que l'équipe du tournage tentait de proposer quelque chose de crédible. C'était assez amusant et instructif, donnant une atmosphère unique au roman. 

Quant à l'histoire de Sam et Wes, elle m'a beaucoup touchée. Plus qu'une reconquête, les deux époux doivent faire face à une réalité difficile, à laquelle ils ne sont pas forcément prêts. Avec son métier d'acteur, Sam fut forcé de s'éloigner de son mari, qui a très mal vécu la distance. Mais pire encore, que devient un couple lorsque la communication n'existe plus, qu'on se sent étranger l'un pour l'autre, incapable de se soutenir ou de s'épauler? 

Malgré le fait que Sam nous sorte le grand jeu pour récupérer Wes et ainsi alléger l'histoire et nous faire rire, ce roman aborde pas mal de questions existentielles et les sacrifices que l'on peut faire par amour. Car ces deux là s'aiment comme des dingues depuis 10 ans. Mais que faire quand l'un vit à Los Angeles et l'autre à New York? Comment trouver des compromis?

C'est tout l'enjeu du récit et cela m'a beaucoup plu. Sam et Wes sont d'autant plus très attachants, humains, avec leurs qualités et leurs défauts. J'avais très envie que ça s'arrange entre eux car on ne peut nier la connexion qu'ils partagent, qu'elle soit plus spirituelle ou physique. Leur amour est fort et c'est au coeur de la tempête que les mariés trouveront la force de braver vent et marée. 


En bref, quel bonheur d'avoir découvert ce roman que j'aurai dévoré en quelques petites heures, incapable de le lâcher avant de connaitre le fin mot de l'histoire. Pour une première romance M/M, je suis comblée! J'ai de suite éprouvé de l'affection pour Wes et Sam, leur souhaitant vraiment de retrouver l'amour comme au premier jour. Plus qu'une reconquête, ce livre nous pousse à réfléchir sur les sacrifices qu'on est prêt à prendre pour l'être aimé. Dans une ambiance de tournage très sympathique amenant son petit contexte historique, Lumière, Caméra, Action est un superbe roman que je recommande chaudement.

mardi 1 mai 2018

[Manga] Card Captor Sakura Vols 1 & 2 de CLAMP

card captor sakura card captor sakura volume 2

  • Nom: Card Captor Sakura Vols 1 & 2 de CLAMP
  • Lu en: français
  • Pages: 258 pages
  • Sorti le: 18 avril 2018
  • Editeur: Pika Edition
  • Fiche: présentation officielle
  • Série en 9 volumes

Alors qu’elle feuillette un livre mystérieux, Sakura laisse accidentellement s’échapper aux quatre vents des dizaines de cartes magiques ! La jeune élève de CM1 décide de les récupérer au plus vite. Mais les esprits farceurs des cartes sont peu enclins à se laisser capturer ! Accompagnée de Kélo, un petit animal étrange et de son amie Tomoyo, la jeune fille devra apprendre à maîtriser au mieux ses pouvoirs magiques pour devenir une vraie héroïne !

114149306

Card Captor Sakura, c'est un des manga qui a rythmé ma jeunesse. Je m'en souviens encore, j'étais à l'école et mes deux meilleures amies parlaient sans cesse de la jeune chasseuse de cartes. Voulant savoir de quoi il en retournait, j'ai pris au vol l'anime, qui passait quotidiennement à cette époque. Tombant amoureuse de l'univers, je me suis mise à acheter les manga...dans un sens chronologique particulier.

En effet, comme j'avais commencé l'anime à la seconde saison, j'ai fait de même avec le manga. Cette saison m'avait tellement enchantée que j'ai voulu voir ce que ça donnait sur papier! Résultat, je n'ai jamais lu les premiers tomes de Sakura... autant vous dire qu'avec cette édition anniversaire, c'était l'occasion rêvée de m'y mettre. 

Si l'univers m'est donc totalement familier, me plonger dans ces deux premiers volumes a été une véritable découverte! J'ai enfin pu reprendre les bases et entamer une réelle progression dans le monde magique de Sakura. Que dire, même après autant d'années, je me suis régalée. J'ai ressenti cette nostalgie liée à mon adolescence, ce fut assez fort et intense.

Sakura est une petite fille pleine d'énergie qui se voit confier une mission pas comme les autres: récupérer les cartes de Clow, un magicien hors norme, suite à l'ouverture d'un livre magique. Pour l'y aider, le gardien du livre, Kéro, rejoint notre monde sous la forme d'une peluche afin de guider Sakura. Mais que serait notre nouvelle héroine sans Tomoyo, sa meilleure amie, pour lui confectionner de beaux costumes et filmer ses exploits? 

Le rythme est assez soutenu, au cours des deux premiers volumes, Sakura arrive à attraper pas mal de cartes, malgré les embûches et l'arrivée de Shaolan Li, son rival dans la chasse aux cartes. Cela ajoute un peu plus d'adrénaline et oblige Sakura a se surpasser pour capturer les cartes le plus vite possible. C'est sur, on ne s'ennuie pas.

J'avais oublié comme le manga est drôle. Outre cette quête magique, il y a un humour décapant qui m'a fait rire pas mal de fois! Tous les personnages y mettent du leur, c'est hilarant. Bien entendu, d'autres moments sont plus sensibles, comme tout ce qui touche à la famille de Sakura. Les Clamp ont réussi le pari de nous emmener dans une aventure hors du commun tout en dosant leur récit pour offrir des temps de réflexion. Voir que la famille et l'amitié sont aussi mis en avant est un très gros point fort.

Autre gros plus du manga, ce sont bien évidemment les dessins. Le chara-design est splendide, propre à Clamp et on ne peut que succomber à tant de beauté scénaristique. C'est doux, précis, magique. J'ai toujours aimé le trait des Clamp, quel plaisir de le retrouver.


En bref, quel bonheur de me replonger dans l'univers de Sakura! Moi qui n'avais jamais lu les premiers tomes, malgré la familiarité du manga, ce fut une totale découverte. C'est comme si je retombais à l'adolescence mais que je lisais le manga avec un regard tout neuf. Ces deux premiers tomes ont été un vrai régal, entre magie, action, famille et un humour hilarant, voilà qui promet de passer un excellent moment!

mercredi 25 avril 2018

Roar [Stormheart #1] de Cora Carmack

Roar-Carmack

  • Nom: Roar [Stormheart #1] de Cora Carmack
  • Lu en: anglais
  • Pages: 380 pages
  • Sorti le: 13 juin 2017
  • Editeur: Tor Teen
  • Fiche: présentation officielle
  • VF: pas d'infos
  • Premier tome d'une duologie

In a land ruled and shaped by violent magical storms, power lies with those who control them. Aurora Pavan comes from one of the oldest Stormling families in existence. Long ago, the ungifted pledged fealty and service to her family in exchange for safe haven, and a kingdom was carved out from the wildlands and sustained by magic capable of repelling the world’s deadliest foes. As the sole heir of Pavan, Aurora’s been groomed to be the perfect queen. She’s intelligent and brave and honorable. But she’s yet to show any trace of the magic she’ll need to protect her people. To keep her secret and save her crown, Aurora’s mother arranges for her to marry a dark and brooding Stormling prince from another kingdom. At first, the prince seems like the perfect solution to all her problems. He’ll guarantee her spot as the next queen and be the champion her people need to remain safe. But the more secrets Aurora uncovers about him, the more a future with him frightens her. When she dons a disguise and sneaks out of the palace one night to spy on him, she stumbles upon a black market dealing in the very thing she lacks—storm magic. And the people selling it? They’re not Stormlings. They’re storm hunters.

114149306

~ ENGLISH REVIEW~ 

I thought I will love this book (see this beautiful cover!!) but I was wrong. If I liked the beginning, the book didn't convince me in the end.  And yet, there are some great things in this novel, starting with the background. I loved what the author imagined around storms. It is a pretty innovative idea on the subject that seduced me. I was eager to know more about these storms that seem to have a heart, or even a thought but destroy everything in their path. An original context therefore, which could have been better exploited in my opinion. Indeed, I must admit that the pace of the book is quite slow. Meanwhile, a lot of narrative and a heroine who likes to complain. If, initially, Aurora had seemed endearing to me, I soon got sick of her later. Her behavior annoyed me greatly all along the novel, it was quite difficult to read. This was the case for other characters as well, which I found too indented and therefore unappealing.Unfortunately, things do not work out with the romance that gradually sets in.  Especially since this romance takes over everything else. Aurora's quest is long and nothing is happening. Even on the side of the Palace, it's boring. However, we feel that the author wanted to create a climate of tension, but honestly, I did not find that it brought more to the novel, on the contrary, it was just to furnish , in my opinion.

Roar de Cora Carmack avait tout pour le plaire: une couverture magnifique, un résumé alléchant, en bref, de quoi passer un excellent moment. Malheureusement, si le début m'a beaucoup plu, je dois reconnaitre la défaite. La suite ne m'a pas convaincue.

Et pourtant, il y a d'excellentes choses dans ce roman, à commencer par le background. J'ai adoré ce qu'a imaginé l'auteure autour des tempêtes, cyclones, ouragans. C'est une idée assez innovante sur le sujet qui m'a séduite et enchantée. J'avais hâte d'en connaitre davantage sur ces tempêtes qui semblent munies d'un coeur, voir même d'une pensée mais qui détruisent tout sur leur passage. Un contexte original donc, qui aurait pu être mieux exploité à mon sens. 

En effet, il faut avouer que le rythme du livre est assez lent et que les révélations sur les tempêtes sont faites vraiment sur la fin. Entre temps, beaucoup de narratif et une héroine qui aime se plaindre. Si, au départ, Aurora m'avait semblé attachante, je l'ai vite prise en grippe par la suite. Son comportement m'a énormément agacée tout le long du roman, c'était assez difficile à lire. Même si on comprend les raisons de ses innombrables sautes d'humeur et railleries, Aurora ne m'est pas apparue sympathique pour autant. Ce fut le cas pour les autres personnages, que j'ai trouvés trop en retrait et donc peu attachants.

Malheureusement, les choses ne s'arrangent pas avec la romance qui s'installe progressivement et le jeu du chat et de la souris dont nous sommes témoins à chaque page. Aurora est d'une nature influençable et se laisse un peu berner par les sentiments d'autrui, c'est prodigieusement affligeant. Heureusement pour elle,  avec Locke (oui parce que avant, il y a eu Cassius pendant 3 jours), cela semble plus sérieux. Malgré la sincérité et la détermination du jeune homme, le couple ne m'a pas séduite et j'ai de nombreuses fois levé les yeux au ciel. Vous savez combien j'ai du mal avec les insta-love. 

D'autant que cette romance prend un peu le pas sur tout le reste et comme je vous le disais, le livre stagne pas mal. La quête d'Aurora est longue et il ne se passe rien. Même du côté du Palais, c'est ennuyeux. Pourtant, on sent que l'auteure a eu envie de créer un climat de tension pour qu'on stresse un peu, mais honnêtement, je n'ai pas trouvé que ça apportait plus au roman, au contraire, c'était juste pour meubler selon moi. 


En bref, si Roar possède un background très intéressant et assez original, cela n'a pas suffi à me convaincre. A l'heure où j'écris ces lignes, je ne suis toujours pas certaine de lire la suite. En cause, des personnages peu sympathiques, une héroine agacante et une romance qui prend trop le pas sur le reste. J'en attendais clairement plus mais force est de constater que je me suis plus ennuyée qu'autre chose avec ce livre. 

mardi 24 avril 2018

The hate U give - La haine qu'on donne de Angie Thomas

the-hate-u-give-990955

  • Nom: The hate U give - La haine qu'on donne de Angie Thomas
  • Lu en: français
  • Pages: 496 pages
  • Sorti le: 12 avril 2018
  • Editeur: Nathan
  • VO: paru sous le nom The hate U give le 28 février 2017
  • Tome Unique

Starr a 16 ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres de gangs, la drogue et les descentes de police. Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic; tous les jours , elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. Mais tout vole en éclats le soir où son ai d'enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s'embrase, tandis que la police cherche à enterrer l'affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu'elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère; et à redresser la tête.

114149306

Depuis le temps qu'on en parle, je ne pouvais plus tarder ma lecture de The Hate U Give et je savais que ce roman allait être une claque même si ce n'est pas un coup de coeur. The Hate U Give est un roman poignant et touchant, qui fait réfléchir sur un sujet malheureusement trop souvent d'actualité : la fusillade par un policier blanc d'un jeune noir.

Il dénonce ainsi le racisme, la violence policière, les abus et les contrôles musclés des autorités, le délit de faciès, les minorités et les quartiers dans lesquels elles sont parquées, les privilèges des Blancs, les injustices faites aux Noirs et les préjugés des uns contre les autres. Il n'y a pas de parti pris, ni au niveau des agents de police, ni pour les Noirs, ni pour les Blancs... mais l'accent est mis sur l'injustice subie par les noirs et comment les préjugés provoquent des drames. Pas de manichéisme donc, mais surtout une critique subtile, nuancée des deux points de vue.

Car ce roman commence d'abord par un drame et une intensité dramatique qui va peser tout le long du parcours psychologique et initiatique de Starr qui assiste impuissante, terrorisée à l'assassinat de son ami Khalil par un policier paniqué. C'est bien le stress et la nervosité et le fait de craindre à tort qu'un gamin de 16 ans puisse vous agresser qui provoque les trois tirs dans le dos du garçon.

Forcément un jeune Noir est un dealer dans le quartier de Starr!! Alors je ne vais pas revenir sur l'intrigue : Starr va être confrontée à l'interrogatoire de la police, va devoir affronter la vaste mascarade lancée par les autorités et les medias pour défendre leur collègue tandis que du côté des quartiers noirs, la colère gronde, les émeutes s'accentuent.

Starr au milieu de tout ça, est une victime elle aussi et elle va devoir trouver la force de parler, trouver le courage de faire ce qui est juste, apprendre à gérer sa peur et son chagrin. Il faut oser lever la voix, témoigner, donner son opinion et se battre contre les injustices, à sa modeste échelle, avec l'impact qu'elle a. J'ai été révolté, en colère contre certains propos complètement stupides, contre ses fausses déductions qui conduisent aux mauvaises manières de penser.

Puis il y a les histoires de gangs, de drogue, de territoires... vraiment le monde de Starr n'est pas tendre et ponctué par des scènes violentes. Elle va montrer son courage et parler, malgré la pression de la police, la manipulation des journalistes et la pression des gangs qui ne veulent pas que soient étalées leurs petites magouilles.


En bref, un roman passionnant, lu d'une traite, bouleversant et absolument indispensable, déprimant face à une fin difficile, totalement injuste et réaliste. On bouillonne de rage mais Starr nous apprend à ne pas céder à la haine, à continuer à faire le bien et à rester fidèle à la mémoire de Khalil. Si les personnages sont tous attachants et parfois géniaux (j'ai adoré les parents de Starr, enfin surtout sa mère) j'ai moins aimé le style "oral" des dialogues sur un ton pêchu, familier bien que l'écriture reste addictive et efficace en terme de rythme. Une lecture juste, cruelle, nécessaire et pertinente que tous, adolescents, comme parents et adultes devraient lire.

chronique_lael