► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
samedi 9 août 2014

Sentinel [Covenant #5]

Sentinel_cover_mockup14

 

  • Nom: Sentinel [Covenant #5] de Jennifer L. Armentrout
  • Lu en: anglais (297 pages)
  • Sorti le: 2 novembre 2013
  • VF: pas d'infos pour le moment
  • Ma note

C'est une belle journée pour une guerre. 
Le monde des mortels glisse lentement dans le chaos. Alexandria Andros doit surmonter une cuisante défaite qui l'a complètement brisée et doute de ses capacités à mettre fin à cette guerre une fois pour toutes. 
Sans oublier tous les obstacles entre Alex et son happily ever after avec le beau Aiden Saint Delphi, ils doivent maintenant faire confiance à un ennemi mortel, voyageant au coeur de l'Underworld pour libérer l'un des dieux les plus dangereux de tous les temps.

Traduction personnelle du résumé.

Je n'arrive pas à croire que j'ai fini la saga. Que j'ai lu 4 tomes sur 5 en à peine un mois. Quand je pense à tout le parcours de fait dans cette série, j'hallucine. Half Blood, le premier tome, me semble si simple en comparaison de Sentinel! Dire qu'il me faisait même penser à Vampire Academy! Et pourtant, on en est si loin en fin de compte! The Covenant est une saga fantastique, dans tous les sens du terme et j'ai plus qu'adoré cet univers!

Sentinel ne déroge pas à la règle, ce tome m'a pris aux tripes, tout simplement. Bien que j'ai volontairement freiné ma lecture pour mieux la savourer, il est difficile de penser à autre chose tant l'histoire est prenante. Cette fois on y est, la guerre est déclarée et nos héros ne peuvent plus reculer. C'est le tome de toutes les tensions, des révélations, de l'amour et de la guerre. Un tome explosif et intense.

Alexandria et Aiden sont au coeur de ce 5ème tome pour mon plus grand bonheur. J'aime tellement ces personnages! Malgré les épreuves, ils se font une confiance totale et j'ai admiré leur maturité. Certes parfois il y a des accros, mais cela reste minime. Ils sont réellement fusionnels et cela vous donne plein de frissons quand vous lisez les passages qu'ils partagent. Un vrai régal. Mais il faut aussi que je l'avoue, Seth m'a énormément surpris dans ce tome. Plutôt "absent" des deux précédents, il revient sur le devant de la scène avec une conduite qui m'aura laissé bouche bée. Une sacrée évolution pour ce personnage que j'aurai tantôt apprécié, tantôt détesté. Sans oublier ses interactions avec Aiden, du grand art!

Car oui, malgré une ambiance lourde et tendue, Jennifer Armentrout distille ci et là quelques moments d'humour incomparables! On relache alors la pression quelques secondes et ça fait du bien parce que le rythme est effréné, on est pas épargné non plus. La mythologie grecque prend ici toute son ampleur et je peux vous dire que c'est vraiment hyper intéressant. J'aime voir comment chaque auteur apporte sa touche perso à une mythologie passionnante.

Que dire de plus si ce n'est que ce tome conclut très bien la saga. Bon je l'avoue, j'ai eu de très grosses sueurs froides, l'espace d'une page ou deux, j'ai vraiment eu très peur mais au final, Jennifer termine sa saga avec autant de réalisme que le permet son univers. Tout est en accord et tout le monde a sa place. Chaque personnage a joué son rôle. Que ce soit Alex ou Aiden ou Seth mais aussi ceux qu'on a appris à connaître et à aimer mais qui restent sur le plan un peu plus secondaire - je pense aux amis mais aussi à un certain Dieu - c'est encore une fois, un pur régal.

En bref, voilà une saga qui m'aura fait vibrer, son univers étant addictif, passionnant, déroutant, entraînant. Jennifer Armentrout a un vrai don pour créer ses romans, ses personnages. Je ne peux que vous conseiller The Covenant, que ce soit en VO - parce que son niveau est accessible - ou en VF prochainement! Dans tous les cas, notez le bien: c'est un must read!


mardi 5 août 2014

Apollyon [Covenant #4]

apollyon

 

  • Nom: Apollyon [Covenant #4] de Jennifer L. Armentrout
  • Lu en: anglais (343 pages)
  • Sorti le: 4 avril 2013
  • VF: pas d'infos pour le moment
  • Ma note

Alex a toujours craint deux choses: se perdre elle-même lors de son Eveil et être sous l'emprise de l'Elixir. Mais l'amour a toujours été plus fort que le destin, et Aiden Saint Delphi est prêt à faire la guerre aux dieux et Alex elle-même pour la ramener à la raison. Les dieux ont tué par milliers et pourraient détruire des villes entières dans leur quête pour empêcher Seth de prendre le pouvoir d'Alex et de devenir le Tueur de Dieux tout puissant. Mais la rupture de la connexion d'Alex à Seth n'est pas le seul problème...

Traduction personnelle du résumé.

Depuis que j'ai lu Pure début juillet, j'enchaîne les tomes de la série. Il faut dire que Deity avait tellement été explosif lui aussi! Je me suis même jetée sur la novella Elixir - qui nous prépare à Apollyon - du point de vue d'Aiden. Un vrai régal qui a fait que je n'ai pas résisté. A l'image de Pure, Apollyon est pour moi un nouveau tome de transition, qui nous amène tout doucement vers Sentinel, le dernier tome de la saga.

Apollyon reprend là où Elixir se termine. Moi qui ne suis pas trop branchée novella, je dois dire que celle-ci est tout de même importante car on comprend bien mieux le comportement horrifiant d'Alex. La jeune fille s'est éveillée et n'est plus elle-même. Sans trop en dévoiler, les 50 premières pages ont été difficiles, Alex pensant pour Seth, par Seth et comme Seth. Alors pour ceux, comme moi, qui ne sont pas fan de l'autre Apollyon, dur dur!! Heureusement, au plus profond d'elle-même, Alex, la vraie, est toujours là et c'est Aiden qui va encore une fois l'aider.

Je suis amoureuse de Aiden! Si si, je vous jure. Autant, au début de la saga il était du genre discret, inaccessible, autant ici, il a pris sa place. C'est un vrai bonheur! J'adore la force de ce personnage, son amour pour Alex est si intense! Il ferait tout pour la protéger même s'il faut employer les grands moyens. Ces deux là se complètent à merveille et ça se ressent. Leur relation est magnifique et j'aime qu'ils avancent comme une équipe... we're together in this, Alex... to the end... comme dirait Aiden *soupirs*.

Vous l'avez compris, Apollyon est extrêmement centré sur nos deux héros. Les personnages secondaires ne sont toutefois pas loin et on ne peut que les aimer, eux aussi. Jennifer Armentrout a le don de doser ses romans, entre les moments où les sentiments prennent le pas et ceux où l'action est insoutenable, on est servis.

Pour autant, je lui ai trouvé quelques petites longueurs. La quête de Alex et Aiden met du temps à se mettre en place et elle passe relativement vite. On sait, évidemment, que la suite ne sera pas aussi simple et on est abasourdi quand on arrive aux dernières pages. Franchement, comment les qualifier autrement que violentes? Dans ces moments là, on ne lâche plus le roman tant on est choqué.

Et on a beau se dire qu'on enchaine pas avec le dernier tome qu'on a justement sous la main, c'est quasiment impossible! La fin d'Apollyon déclare aux personnages une guerre sans merci et on a d'autre choix que de plonger sur Sentinel, qui promet d'être lui aussi, épique.

lundi 4 août 2014

How to Love

how to love

 

  • Nom: How to Love de Katie Cotugno
  • Lu en: français (380 pages)
  • Sorti le: 4 septembre 2014
  • VO: paru sous le même nom en octobre 2013
  • Ma note

Reena Montero aime Sawyer LeGrande depuis l’enfance. Un jour, l’impossible se produit : il tombe amoureux d’elle… La jeune fille se met à croire aux contes de fées. Mais le jeune homme s’en va sans un mot, laissant derrière lui sa petite amie enceinte.... Dévastée, Reena va découvrir avec leur fille, Hannah, que l’amour peut prendre bien des formes. Elle reconstruit sa vie, sans vraiment l’oublier. Mais un jour, Sawyer revient…

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

 Voilà un livre que je ne connaissais pas avant d'en découvrir les épreuves non corrigées. C'est le genre de roman qui m'attire, qui présage une belle histoire d'amour. Alors que le début s'annonçait très prometteur, j'ai un peu déchanté par la suite. En effet, How to love est compliqué, dans tous les sens du terme!

Le roman est construit d'une manière très originale. Il nous présente l'histoire de Serena - surnommée Reena - "avant" et "après". Avant et après quoi au juste? Facile, la naissance de son enfant (ceci n'est pas un spoiler). Reena, avant, est une jeune fille de 15 ans, folle amoureuse de Sawyer. Elle a une meilleure amie, Allie, avec qui elle passe tout son temps. Timide, Reena est un peu la fille asociale. De fait, sa meilleure amie en profite pour mettre le grapin sur Sawyer. Mais les choses tournent mal et tout est remis en question. L'après nous montre une Reena de 18 ans, jeune mère d'une petite Hannah et qui tente de se reconstruire un avenir. Mais c'est sans compter sur Sawyer qui débarque à nouveau dans sa vie. Et là c'est le bordel total dans la vie de la jeune femme.

Ainsi, l'histoire se focalise quasi exclusivement sur la relation de Serena et de Sawyer, que ce soit avant ou après. On apprend à connaitre leur personnalité, à les cerner dans leurs actions. On se rend compte que Reena est une jeune fille pleine d'ambition mais aveuglée par son amour pour Sawyer, finira par se laisser aller. Quant à Sawyer, c'est un personnage détestable, imbu de lui-même, très égoiste, pensant que tout lui est dû. Si Reena évolue bien entre l'avant et l'après, Sawyer reste toujours le gars qu'on a envie de baffer. 

Ce que j'ai apprécié dans cette relation, ce sont les situations réelles. Certes, j'ai eu envie de secouer Reena, en lui disant qu'elle méritait mieux que Sawyer mais que voulez-vous... quand on aime, on peut en perdre la raison! Cela dit, ce qui est intéressant, c'est de se mettre nous même dans le contexte. Là on se rend compte que c'est très complexe et on est plus très sûr de la manière dont nous, nous réagirions dans pareille situation.

Par contre, en refermant le livre, j'ai été très déçue que la fille de Reena ne soit pas plus mise en avant. Pour moi, Hannah est le fil conducteur de l'histoire, celle qui sépare l'avant de l'après. Mais elle n'est pas assez présente. Pire encore, je m'attendais à vivre pleinement la grossesse de Reena et ce ne fut pas le cas. L'auteure s'est un peu perdue dans des détails secondaires, finissant par tourner un peu en rond dans la partie d'avant et de fait, il manque vraiment l'essentiel au roman: cette naissance qui a tellement tout changé. Pour moi, c'est le gros point faible du livre. Car certaines réactions de l'après auraient du être expliquées dans l'avant. Et l'auteure est passé à côté. C'est dommage car j'ai terminé le roman avec un sentiment d'inachevé.

En conclusion, j'ai passé un bon moment lecture. Je n'ai pas réussi à m'accrocher aux personnages car je n'étais pas d'accord avec leurs agissements mais les situations réelles du livre font qu'il est crédible. J'aurai aimé moins de longueurs pour un peu plus de profondeurs mais dans l'ensemble, How to love porte très bien son nom. Il tente de nous montrer qu'aimer, ce n'est jamais facile.

lecture-commune

Ce roman a fait l'objet d'une lecture commune avec Siham du blog Les faces cachées d'une flèche (lire) et Justine du blog Lire-une-passion (lire) . Sans tarder, découvrez leurs avis sur leur blog!

jeudi 31 juillet 2014

Unhinged [Splintered #2]

unhinged

  • Nom: Unhinged [Splintered #2] de A.G Howard
  • Lu en: anglais (387 pages)
  • Sorti le: 7 janvier 2014
  • VF: non prévue pour le moment
  • Ma note

Alyssa Gardner a été dans le trou de lapin et fait face à de nombreux dangers. Elle a sauvé la vie de Jeb, le garçon qu'elle aime, et a échappé aux machinations du troublant et séducteur Morpheus ainsi qu'à la vengeance de la Reine Rouge. Maintenant, tout ce qu'elle a à faire est de terminer son année scolaire et de recevoir son diplôme afin qu'elle puisse entrer à la prestigieuse école d'art à Londres dont elle a toujours rêvé. Ce serait plus facile si le mystérieux Morpheus n'était pas réapparu à l'école pour la tenter avec une autre quête sombre et dangereuse, mettant au défi le Pays des Merveilles, où elle appartient....en partie.

Traduction personnelle du résumé.

Quand j'avais découvert Splintered, le 1er tome, j'avais passé un bon moment lecture. Il fallait reconnaitre que le livre était bien écrit mais la quête d'Alyssa au Pays des Merveilles avait été selon moi trop classique. Du coup, j'hésitais à lire la suite. Mais l'occasion s'est présentée en recevant Unhinged à mon anniversaire et que dire? Je ne regrette absolument pas cette lecture! Ce second tome m'a énormément plu, m'entrainant dans son univers des les premières pages.

Il faut bien le dire, l'auteure a du rivaliser d'imagination pour amener cette suite, le premier tome étant vraiment axé sur les aventures d'Alyssa au Pays des Merveilles. Un remake qui se suffisait à lui même, aussi j'étais curieuse de voir comment A.G Howard allait faire évoluer son histoire. Et quelle belle surprise de constater qu'elle n'a pas répéter son premier tome en renvoyant Alyssa au Pays des Merveilles! Non, cette fois, c'est encore mieux: c'est le Pays des Merveilles qui vient à elle.

La magie commence alors à s'installer dans notre monde. Alyssa sent que la menace de Rouge est de plus en plus pesante mais refuse de céder à sa part d'ombre. Elle est et restera avant tout humaine, avec une vie - presque - normale. Les choses se gâtent malheureusement quand Morpheus refait surface et quand sa mère décide d'agir bizarrement.

Ce tome offre encore une fois une ambiance sombre et pleine de couleurs à la fois. Un peu comme dans le film de Tim Burton, vous avez l'impression que tout est plus éblouissant. J'ai adoré voir que l'intrigue prenait une toute autre dimension, que l'auteure apportait enfin sa touche personnelle au Pays des Merveilles. Ici, ce n'est plus juste les aventures revisitées, ce sont les conséquences de ces aventures. Les personnages mûrissent et j'ai énormément apprécié découvrir encore un peu plus leur personnalité, surtout celle d'Alyssa, très complexe. La jeune fille se bat avec elle-même, ne sachant quel côté adopter pour de bon: son côté humain ou son côté sombre?

Quant à Morpheus, bien qu'il soit insupportable, c'est un personnage que j'adore! Il est tellement énigmatique! Et il dégage un charisme époustouflant que face à lui, j'aurai également mes propres doutes. Jeb est encore une fois resté un peu trop transparent à mon gout, j'espère qu'il s'affirmera plus dans le dernier tome. Enfin, la grande surprise vient des parents d'Alyssa, beaucoup moins innocents à cette histoire qu'on aurait pu le penser. Un beau tour de main de la part de l'auteure! 

En bref, voilà un tome qui propose une vraie identité et qui se détache enfin du Conte de Lewis Carroll pour offrir sa propre atmosphère. J'ai adoré suivre nos personnages et quand bien même l'action est moins présente, les révélations sont tellement intéressantes qu'on en oublie un peu la lenteur du roman. Qu'à cela ne tienne, le troisième et dernier tome promet d'être brillant!

Note: le niveau d'anglais est encore une fois très élevé, même si je conseille cette lecture, il vaut mieux ne pas lire ce roman si vous débutez en VO!

mercredi 30 juillet 2014

Le Sortilège Perdu [Le pays des Contes #1]

Pays des contes mini

  • Nom: Le sortilège perdu [Le pays des contes #1] de Chris Colfer
  • Lu en: français (414 pages)
  • Sorti le: 17 octobre 2013
  • VO: paru sous le nom "The Wishing Spell" en juillet 2012
  • Ma note(4,5/5 en réalité)

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout.Et pour cause !Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.

Un grand merci aux éditions Michel Lafon pour l'envoi de ce livre.

Cela faisait très longtemps que je voulais me plonger dans cet univers et j'ai été ravie de le découvrir. J'ai passé un très bon moment, retombant en enfance le temps de quelques centaines de pages. Je dois dire que j'affectionne beaucoup les Contes, que ce soit les vrais contes ou ceux à la sauce Disney, au final mon âme d'enfant se régale toujours. Et que dire! Chris Colfer, surtout connu pour son talent d'acteur et son rôle dans Glee, m'a bluffée! J'ai d'emblée adoré son style d'écriture! Simple, fluide, adapté à la jeunesse, bourré d'humour. Sa ré-interprétation des contes m'a tout simplement enchantée.

Alex et Conner sont jumeaux. Comme tous frères et soeurs, ils se chamaillent beaucoup mais au fond, ils s'adorent. Après une année difficile, les jumeaux tentent de garder le rythme d'une vie normale, tout en souhaitant qu'elle soit meilleure. Pour s'aider, ils se remémorent souvent les histoires que leurs racontait leur papa. Des histoires de contes avec lesquelles ils ont grandi. Ainsi, quand ils héritent du fameux livre ancien du Pays des Contes, Alex et Conner ne se doutent pas qu'ils vont y tomber... et vivre d'incroyables aventures.

Car le roman, un peu longuet au départ, prend du rythme lorsque les enfants arrivent au Pays des Contes. Il n'y a plus un moment de répit et cela entraine le lecteur à tourner les pages. On a envie de voir qui vont rencontrer les jumeaux et chaque rencontre est un régal. J'ai vraiment énormément apprécier l'imagination de l'auteur en nous présentant l'après "et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants." On se rend compte que tout n'est pas rose dans le Pays des Contes, bien loin de là! Chaque personnage raconte son histoire, celle que tout le monde connait mais aussi la face cachée de l'iceberg. On passe de Royaumes en Royaumes et on se délecte de ces aventures. 

Sans oublier le fait que Chris Colfer mélange habilement le monde du Pays des Contes avec notre monde. Certaines révélations m'ont beaucoup plu, en plus je ne les avais pas vu venir. Il y a donc de tout dans ce roman et on ne peut que passer un excellent moment. Je me suis bien attachée aux jumeaux que j'ai trouvé adorables. Chacun a sa personnalité et j'avoue avoir eu un faible pour Conner qui a un humour terrible! Il dit les choses sans filtre et avec logique, j'ai adoré ses réparties!! 

Quant aux personnages des Contes, j'avoue que celle qui m'a le plus fait rire c'est le Petit Chaperon Rouge!! Une sacrée égocentrique celle-là! J'ai adoré Boucle d'or et son côté guerrière, rencontrer la Petite Sirène dans sa vraie forme, connaitre la véritable histoire de la Méchante Reine... Un sacré tour de main de la part de l'auteur qui n'a rien laissé au hasard!

J'ai très hâte de suivre la suite des aventures des jumeaux, quelque chose me dit qu'ils ne sont pas au bout de leurs surprises! Dans tous les cas, si vous aimez les Contes revisités, si vous aimez les romans jeunesses bien écrits, n'hésitez plus, le Pays des Contes est un très bon livre à découvrir!


vendredi 25 juillet 2014

Deity [Covenant #3]

deity

  • Nom: Deity [Covenant #3] de Jennifer Armentrout
  • Lu en: anglais (330 pages)
  • Sorti le: 6 novembre 2012
  • VF: pas d'infos pour le moment
  • Ma note

L'histoire se répète et les choses ne se déroulent pas aussi bien que la dernière fois... Alexandria n'est pas sûre de se qu'elle va devenir à ses dix huit ans - son éveil. Un ordre longtemps oublié et fanatique est prêt à la tuer  et si le Conseil découvre ce qu'elle a fait dans les Catskills, elle est fichue ... et il y a Aiden. Comme si ce n'était pas assez bizarre, quand Alex et Seth passent du temps en «formation» - ce qui est vraiment juste un  mot de code de Seth pour certains tête à tête - elle se retrouve avec une autre marque d'Apollyon, qui l'emmène encore plus près de son inévitable éveil. Génial... Son anniversaire approche, et son monde tombe en ruine alors qu'elle apprend une révélation surprenante et qu'elle se retrouve prise entre destin et amour. L'un fera tout pour la protéger. Et l'autre lui ment depuis le début. Une fois que les dieux se seront révélés et auront libérés leur colère, des vies seront irrévocablement chamboulées ou détruites. Ceux qui ont survécu découvriront que l'amour est plus fort que le destin.

Traduction du résumé par Ilnyak1pas.

Après avoir terminé Pure, j’ai enchaîné avec ce troisième tome, Deity. Je pressentais qu’il serait bombesque et j’avais raison ! Ce tome a été exceptionnel, wahou ! Tout prend plus d’ampleur, de profondeur, c’était tellement bien que je n’en ai fait qu’une bouchée !

Dans Deity, il y a peut être moins d’action mais on en apprend plus sur la mythologie mise en place : la création des Pures et Half Blood, leurs liens primaires, le rôle des Dieux, les traditions, les lois… C’est hyper intéressant et ça donne encore plus de couleurs à ce monde. Il est encore plus réel. J’ai vraiment adoré ce côté de l’histoire, notamment le fait que les Dieux se montrent enfin. Ils ne sont finalement pas qu’un mythe, loin de là…

Par ailleurs, Jennifer Armentrout prend le temps de centrer son histoire sur ses personnages principaux, à savoir Alexandria et… Aiden. Ce dernier m’avait vraiment manqué dans Pure mais il se rattrape bien ici. Ah ce Aiden… il a conquis mon cœur (et probablement pas que le mien ahaha) ! J’ai adoré sa relation avec Alex qui prend un tout autre niveau. Que du bonheur. On sent tellement de complicité, c’est dingue ! Quant à Alex, la jeune femme m’a souvent tapé sur les nerfs. Encore une fois, son sens de l’honneur, de l’amitié et des autres est admirable, mais elle en vient à prendre les mauvaises décisions.  Alors que tout le monde essaie de la protéger, Alex se braque et met finalement tous ceux à qui elle tient en danger, ainsi qu’elle-même. J’ai eu envie de la baffer plusieurs fois !

D’autres personnages m’ont aussi surpris, certains se révèlent au grand jour - mais ça je l’aurai parié ! - et d’autres se réveillent, ce qui a été surprenant ! On ne s’y attend pas et ces événements offrent de jolis twists au roman. On subit beaucoup d’émotions ici, stress, joie, peine, adrénaline… C’est un condensé terrible.

Deity est vraiment un troisième tome quasi parfait, offrant une progression logique dans l’histoire globale. Chaque personnage est bien développé, la mythologie s'aprofondit, le suspens est insoutenable... Ca donne bien envie de se jeter sur le 4ème tome, Apollyon!

jeudi 24 juillet 2014

Pure [Covenant #2]

pure

 

  • Nom: Pure [ Covenant #2] de Jennifer Armentrout
  • Lu en: anglais (327 pages)
  • Sorti le: 3 avril 2012
  • VF: paru sous le nom Sang Pur le 11 avril 2018
  • Ma note

Les règles sont faîtes pour être transgressés, mais passer outre la règle ultime peut tout changer. Alex vit et aime - dangereusement, jusqu'à ce qu'une unique décision entraîne des conséquences bouleversantes. Une menace mystérieuse se rapproche et fait confronter Alex au conseil qui souhaite la soumettre à la servitude. Alex doit faire un choix entre un amour fatal ou un amour qui lui est interdit.

Traduction du résumé par Ilnyak1pas.

Je vais le dire à chaque fois mais je crois que je suis fan de Jennifer !! Bon, je l’admets, il m’a fallu du temps pour lire Pure. J’avais fait l’erreur de feuilleter le livre et de tomber sur des extraits qui m’avaient peu convaincue. Évidemment, hors contexte, je m’étais fait de fausses idées ! Car Pure est  presque tout aussi bien que Half blood.

Il reprend là, peu après les événements du premier tome. Alexandria a fait face à de nombreuses situations, certaines très difficiles et continue de s'entraîner tous les jours. Elle est loin de se douter que la menace des Daimons est réelle et pèse sur tous. De fait, l'impétueuse Alex, la têtue Alex va encore prendre des risques, inconsidérés, et mettre la vie de ses amis en danger.

Et quand tout dégénère et qu’elle est appelée à New York pour répondre de ses actes face au Conseil et aux Ministres, le livre prend une autre dimension. On en apprend plus sur le fonctionnement du Conseil, notamment des classes et des relations entre pure et half blood. C’est assez révoltant comme on pouvait se l’imaginer. D’autant plus que le Ministre en charge ne semble pas prêter attention aux daimons mais bien à Alex qui présente une plus grande menace selon lui.

Si l’intrigue est légèrement plus lente, l’action est toujours aussi intense à des moments stratégiques. J’ai bien apprécié ce côté du roman, à contrario d’Alex qui m’a un peu tapé sur les nerfs. Ses intentions ont beau être nobles, elle est trop têtue et dissipée, rendant ses actions stupides. Quant à Aiden, je l’ai trouvé trop peu présent au détriment de Seth. Ce personnage si particulier ne m’inspire pas confiance et je sais que son lien spécial avec Alex cache quelque chose de plus fort que ce qu’il veut bien en dire.

Du coup, on est face à un certain triangle amoureux. S’il m’a fortement embêtée au départ, je dois admettre que l’auteure l’a bien amené et que tout faisait sens. Finalement, ce n’est pas un triangle amoureux habituel. Il est spécial, et du coup, n’est pas si embêtant que je le pensais. Au contraire, j’ai hâte de voir comment ça va évoluer car quelque chose me dit que la situation amoureuse d’Alex va bien vite changer.

En bref, Pure est pour moi comme un tome de transition qui nous amène à Deity. Ce troisième tome promet de grandes choses à mon avis, bien plus que Pure, qui nous préprarait tout doucement à la suite des aventures d’Alex !

mercredi 23 juillet 2014

Résistance [Night School #4]

résistance

 

  • Nom: Résistance [Night School #4] de C.J Daugherty
  • Lu en: français (395 pages)
  • Sorti le: 12 juin 2014
  • VO: paru sous le même nom en juin 2014
  • Ma note

Cimmeria représentait bien plus qu'une simple école pour Allie. L'académie était en effet l'unique refuge où elle se sentait vraiment à l'abri. Mais les temps ont changé, l'illusion s'est brisée en mille morceaux... Allie pourra-t-elle résister aux attaques de plus en plus violentes portées tant par les ennemis de l'extérieur que de l'intérieur ? D'autant qu'une toute autre épreuve l'attend dans ce chaos : choisir enfin qui de Carter ou de Sylvain mérite son amour et sa confiance...

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

La série Night School fait partie de mes favorites chez la Collection R. Le style de C.J Daugherty est tellement addictif qu’on ne peut que dévorer ses romans. Bien que ce 4ème tome soit un cran en-dessous des précédents, il n’a tout de même pas fait long feu.

D’emblée on est replongé au cœur de l’action. Nathaniel est plus que jamais prêt à en découdre et il n’hésitera pas sur les moyens. Après avoir fuit l’école pendant quelques mois - mais force est de constater que cette fuite n’a rien apporté - Allie est de retour à l’école. La tension est plus que jamais palpable et le peu d’élèves qui restent sont surveillés en permanence.

Cela gêne d’ailleurs Allie qui trouve cela exagéré. La jeune fille semble pourtant comprendre l’enjeu important mais se conduit comme une gamine. Dans Résistance, Allie est une girouette qui ne sait pas ce qu’elle veut. En particulier quand il s’agit de Sylvain et de Carter.

Il faut avouer que le roman est un peu longuet. Les ¾ de celui-ci n’apportent pas grand-chose à notre histoire. On attend juste que Nathaniel frappe. Là où ce sentiment de peur ou de stress fonctionnait bien dans les précédents tomes, ici, j’admets avoir été lassée. C’est beaucoup de préparation, de blabla aussi et on finit par un peu s’ennuyer. La grosse révélation de ce tome ne m’a même pas surprise d’ailleurs, j’avoue que je m’étais attendue à un peu plus d’éclats de la part de l’auteure mais non. Quant aux amours d’Allie, ils sont toujours assez exaspérants. Tantôt lui tantôt l’autre, il est très difficile de comprendre et de soutenir Allie. Surtout que ses choix ne paraissent pas fondés. Ils se font selon les diverses situations qui se présentent à elle, du coup, j’ai trouvé ses réactions pas toujours très crédibles.

Heureusement, comme je le disais, la plume de C.J est tellement agréable qu’elle nous fait malgré tout tourner les pages rapidement. La fin rattrape ce passage à vide du début, propulsant notre adrénaline. J’aurai aimé que cette ambiance soit présente des le début du roman. Mais Résistance, c’est avant tout un tome de transition qui nous prépare au tome ultime. La fin est frustrante au possible, je n’étais pas du tout contente. Quand les auteurs s’amusent avec des cliffhangers, ça vous met indéniablement dans tous vos états !

Malgré donc un avis un peu en demi-teinte sur ce 4ème tome de la saga, j’ai vraiment hâte d’avoir le 5ème et dernier livre. Je pense que l’auteure nous réserve alors toute l’action et toutes les réponses qu’il a manqué à Résistance. Vivement !

mardi 22 juillet 2014

Love, in english [Lie #1]

love in english

  • Nom: Love, in english [Lie #1] de Karina Halle
  • Lu en: anglais (456pages)
  • Sorti le: 20 avril 2014
  • Niveau de compréhension: facile (idéal pour commencer la VO)
  • VF: non prévue pour le moment

Il a trente huit ans. J'en ai vingt-trois. Il parle espagnol. Je parle anglais. Il habite en Espagne. Je vis au Canada. Il ne porte que des costumes chers. Je suis couverte de tatouages. Il est marié et a une petite fille de cinq ans. Je suis célibataire et ne me lie jamais avec qui ou quoi que ce soit. Jusqu'à aujourd'hui. Car dire qu'on ne choisit pas de qui on tombe amoureux, c'est une p....n de vérité. 

Traduction du résumé par Les Chroniques d'Evenusia.

Des que j’avais lu le résumé, j’ai su que je devais lire ce roman. Et que vous dire ? Des les premières pages il m’a complètement emportée avec lui. J’éprouve d’ailleurs quelques difficultés à mettre des mots sur ce que j’ai ressenti durant ma lecture. Karina Halle m’a bluffée, son style poétique m’a conquise. L’histoire de Vera et Mateo m’ a touché à un point inimaginable.

Ce n’est pourtant pas une histoire facile, des le départ on sait que l’attraction entre Vera, cette jeune canadienne de 23 ans et Mateo, ce business man espagnol de 38 ans, aussi évidente soit elle, n’est pas la bienvenue. Et pour cause, Mateo est un homme marié et père d’une petite fille de 5 ans. Mais cet échange linguistique au fin fond de la campagne espagnole, avec le même groupe 24h/24 7j/7, ça vous change. Des liens forts se créent et personne en dehors de ce groupe ne peut comprendre ça. Et quand bien même Vera et Mateo luttent contre cet amour naissant durant tout l’échange, ils ne parviennent pas à étouffer leurs sentiments.

Commence alors une histoire d’amour hors du commun, hors du temps, un choc de deux cultures mais un amour passionné, aussi brillant que les étoiles. J’ai adoré la plume poétique de l’auteure qui ne cesse de comparer cet amour aux étoiles, c’était tellement magnifique. Et terriblement difficile aussi car on ressent tout un tas de choses : la découverte de l’amour, la séparation, les retrouvailles, la construction d’une nouvelle vie mais les responsabilités et les conséquences qui vous écrasent le cœur et qui font tout valser.

C’est un roman où il ne se passe rien et tout à la fois. Tout est une question d’émotions, de sentiments, de vérités, d’acceptation, de sacrifices, d’amour. Mateo est un homme qui m’a complètement charmée, non seulement parce que, forcément, il est beau mais il est aussi réfléchi, mature, intelligent et altruiste. Quant à Vera, je me suis de suite identifiée à certains aspects de sa personnalité, c’est une jeune femme qui pense qu’elle ne mérite pas le bonheur ou d’être aimée, alors à sa manière, elle se rebelle. Et puis quand l’amour est là, elle y croit sans y croire comme si ça ne lui était pas permis.Véra et Mateo s’aiment profondément mais ont cette conscience, ce besoin de ne faire du mal à personne autour d’eux et ça m’a profondément touché. Je n’ai pu qu’aimer ces personnages, comprenant tout ce qu’ils pouvaient ressentir.

Ce roman, bien qu’il traite de l’adultère, est écrit brillamment, avec intelligence. Karina Halle ne néglige aucun aspect de son histoire, nous offre tout aussi bien des moments d’amour intense mais aussi de grandes remises en questions, le bien fondé des choix qu’on fait, les conséquences qui en découlent.  Son style, sublime, les cultures, mélangées, font de Love in english un roman unique et captivant qui vous embarque dans son univers éblouissant. 

lundi 21 juillet 2014

Spellcaster [Spellcaster #1]

spellcaster

  • Nom: Spellcaster [Spellcaster #1] de Claudia Gray
  • Lu en: anglais (416 pages)
  • Sorti le: 5 mars 2013
  • VF: non prévue pour le moment
  • Ma note

Quand la famille de Nadia déménage à Captive's Sound, elle réalise d'emblée qu'une force dangereuse émane de la ville. Issue d'une famille de sorcière, Nadia détecte que la magie qui entoure la ville est sombre et puissante.
Mateo a vécu toute sa vie à Captive's Sound, tentant d'ignorer les légendes qui pèsent sur sa famille et qui sont susceptibles de le rendre fou.
Malgré les forces qui tentent de les séparer, Nadia et Mateo devront collaborer pour briser le sort qui pèse sur Mateo et sauver toute la ville d'une immense catastrophe.

Traduction personnelle du résumé.

Voilà un livre que je voulais depuis un moment. Sa couverture m’avait vraiment attirée et son résumé m’avait intriguée. Reçu en cadeau d’anniversaire, j’ai plongé dessus des que mes vacances ont commencé et j’ai directement été aspirée par cet univers magique.

Oui magique c’est le bon mot pour décrire Spellcaster. D’emblée on est plongé dans son ambiance mystérieuse avec l’arrivée de Nadia et sa famille à Captive’s Sound. Nadia est une sorcière, cette part d’elle est ancrée depuis toujours, sa mère étant elle-même une sorcière et sa grand-mère avant elle. Aussi, quand elle et sa famille approche de la ville, Nadia sent que celle-ci est entourée d’une barrière magique très puissante et malsaine. Suite à cette barrière qui aura provoqué un accident, Nadia est sauvée par Mateo, qui semble déjà la connaitre…

Claudia Gray ne perd pas de temps pour mettre en place son histoire et j’ai beaucoup aimé cet aspect. On apprend à connaitre Nadia, et son côté sorcière (j’avoue ne pas trop aimer ce terme car on a tendance à penser que les sorcières sont mauvaises or ici ce n’est pas le cas). On est tout de suite plongé dans cet univers si fascinant, d’autant plus que Nadia perçoit quasi instantanément une menace. Une très grande menace qui pèse sur la ville et sur ses habitants. Une menace si vibrante qu’elle risque de tout détruire. Malgré elle, Nadia va être entraînée dans une sacrée aventure aussi magique que dangereuse.

L’intrigue est vraiment excellente. Même si certains aspects sont prévisibles, d’autres le sont moins et j’ai été maintes fois surprise ! Nadia est une héroine qui croit en son pouvoir mais avec modestie. Elle est forte et courageuse, curieuse aussi. On ne peut que l’apprécier. Quant à ses nouveaux amis, Verlaine et Mateo, je les ai de suite aimés aussi. Je sens que Verlaine a encore beaucoup à nous apprendre sur elle, je pense que l’auteure a gardé une part de mystère autour d’elle. Mateo, quant à lui, a une histoire bien particulière et j’ai bien aimé son évolution. Son duo avec Nadia se forme naturellement (ou presque, n’oubliez pas dans quel univers on évolue) et j’ai adoré voir comment leur lien s’est formé.  Ce sont des personnages intéressants et la narration à la 3ème personne nous permet de les suivre chacun a leur tour pour mieux cerner leur personnalité.

Quant à l’ennemi, j’avoue que même si on découvre tout de suite de qui il s’agit, le fait de suivre ses actions donne froid dans le dos. J’ai eu peur à certains moments et j’avoue que là, je suis carrément impatiente de lire le second tome car notre ennemi  n’en a pas fini. Oh non, ça promet encore une bonne dose de magie…

En conclusion, cet univers m’a complètement transportée. Pourtant je lis peu de livres sur la magie ou les sorcières mais celui-ci m’a vraiment convaincue. Claudia Gray m’aura une nouvelle fois séduite avec cette série et je me réjouis de lire la suite. Quelque chose me dit que Spellcaster n’était que le début. Qu’une introduction à la magie et que Steadfast promet plein d’étincelles voire plus…..

Posté par CeReSu à 11:45 - - Commentaires [3]
Tags : , ,