► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
samedi 10 mai 2014

Uninvited [Uninvited #1]

uninvited

 

  • Nom: Uninvited [Uninvited #1] de Sophie Jordan
  • Lu en: anglais (372 pages)
  • Sorti le: 28 janvier 2014
  • VF: non prévue pour l'instant
  • Ma note

Lorsque les tests de Davy Hamilton reviennent positifs concernant le Syndrome à Tendance Meurtrière -alias le gène tueur-elle perd tout. Son petit ami la plaque, ses parents ont peur d'elle, et elle peut oublier son avenir brillant à la Juilliard School. Davy ne se sent pourtant pas différente, mais les gènes ne mentent pas. Un jour, elle va tuer quelqu'un.

Voilà un livre révoltant. C'est le premier mot qui me vient à l'esprit. Je félicite Sophie Jordan pour avoir réussi le pari d'écrire un livre aussi juste. J'avais découvert l'auteure avec sa trilogie Firelight et j'ai été séduite par ce nouveau roman, très différent de sa première saga young adult. Bien qu'en apparence classique, Uninvited fait inévitablement réfléchir.

L'histoire? Elle est très simple. Davy, 17 ans, vit une vie paisible. Brillante, Davy excelle en musique: piano, guitare, flûte, la jeune fille maîtrise aussi bien une panoplie d'instruments que le chant. Promise à un bel avenir à la Julliard, Davy a aussi une meilleure amie et un petit copain avec qui cela semble sérieux. Mais un beau jour, elle apprend qu'elle est porteuse du STM, autrement dit le Syndrome à Tendance Meurtrière. Et c'est tout son monde qui s'écroule.

Et c'est là que l'auteure nous démontre toute la force de son roman. Parce que Davy n'est plus rien. Un jour elle nourrit des rêves d'avenir, de carrière; un autre, elle est considérée comme dangereuse, comme une paria qu'on doit éliminer. Comme ça, sur un simple test ADN. Tout ce que vous êtes n'existe plus, il n'y a plus que le gêne meutrier qui vous définit. Et c'est vraiment révoltant. On suit alors Davy dans "l'après". Sa nouvelle vie. Ses nouveaux droits. Ses obligations. Mais aussi son désespoir. Ses amis qui la traitent de criminelle alors qu'un jour auparavant faisaient la fête avec elle. Ces mêmes amis qui la dénoncent! Son petit copain aussi con que profiteur. Ses parents effrayés, impuissants et complètement passifs. Davy est seule. Enfin, c'est ce qu'elle croit car sa rencontre avec d'autres porteurs va tout changer...

Il est très difficile de décrire ce qu'on ressent face à la justesse des sentiments présents ici. Le traitement qu'on réserve aux porteurs du gêne est pire qu'affligeant. Le regard que portent les gens est affolant. Le lavage de cerveau des médias est effrayant. La passivité des proches est atroce. Bref, c'est un livre très dur où subsiste peu d'espoir mais qui est très réaliste. Comment réagir si vous appreniez que votre meilleur(e) ami(e) était porteur d'un gêne dangereux? Malgré votre bonne volonté et votre amitié sincère, ne vous laisseriez-vous pas avoir par la peur? Par cette propagande? Sûrement que si. Et c'est ça qui est flippant!

Le roman est découpé en deux parties: la première nous familiarise avec l'univers, on se fait à l'idée, comme Davy, que rien n'est plus pareil quand on est porteur du gêne. On ressent ce que ça fait d'être de l'autre côté. Cette partie du livre est assez lente et longue, mais les sentiments priment donc ça passe bien. La seconde partie est plus violente et nous confronte vraiment à la réalité d'être un porteur. Chacun pour soi. Ou la violence est présente, sans limites. Ou les plus forts gagnent. Les plus faibles exclus, voire éliminés. Si cette seconde partie est plus dynamique, elle est aussi plus sombre et plus déprimante. Notre héroine étant confrontée à des horreurs. Elle est alors difficile à supporter - même si on la comprend - j'ai eu du mal. A force de ressasser ses pensées, le récit s'est quelque peu alourdi. Je pense que l'auteure a voulu en faire un peu trop dans cette partie. Cela dit, elle reste intéressante car on apprend à mieux connaitre nos personnages, leurs relations évoluent à petits pas, pour finalement nous laisser sur une fin très ouverte qui promet un second - et dernier - tome très différent de celui-ci! 

Un livre à lire donc, certes un peu lent, mais qui reste très bien construit. J'ai beaucoup apprécié le fait que ce roman fasse réfléchir sur nos comportements et nos croyances, en particulier dans une société comme celle d'aujourd'hui.

Posté par CeReSu à 08:54 - - Commentaires [2]
Tags : , ,

mardi 6 mai 2014

Le cercle des 17 [Michael Vey #1]

cercle des 17 bis

  • Nom: Le cercle des 17 [Michael Vey #1] de Richard Paul Evans
  • Lu en: français (443 pages)
  • Sorti le: 5 juin 2014
  • VO: paru sous le nom "The prisoner of cell 25" en aout 2011
  • Ma note

Michael Vey ressemble à n’importe quel lycéen de 14 ans. Sauf qu'il souffre du syndrome de la Tourette. Qu'il est régulièrement tourmenté par les caïds de son école. Que son meilleur ami est un geek. Que ses parents sont fauchés. Et surtout, il possède un super pouvoir : il irradie d'électricité. Il croit être unique en son genre, jusqu’à sa rencontre avec Taylor, une pom-pom girl qui lui révèle qu'elle possède les mêmes pouvoirs. C’est le début d’une quête pour découvrir si d’autres êtres électriques existent, aux côtés de son meilleur ami, Ostin, et de Taylor. Mais les adolescents attirent l'attention d'un groupe qui vise à contrôler les êtres électriques... Michael va devoir rassembler tous ses talents et pouvoirs pour leur faire face.

Un grand merci à PKJ. pour l'envoi de ce livre.

Lire un jeunesse de temps en temps, c'est plutôt relaxant! Et dans cette catégorie, je dois dire que Le cercle des 17 remplit bien son contrat! J'ai passé un très bon moment en compagnie de Michael et de ses amis.

Notre héros, à peine agé de 15 ans, est le souffre douleur du bahut. Cette situation est très difficile à supporter d'autant plus que Michael a un super pouvoir et qu'il pourrait aisément se défendre. En effet, Michael est un enfant dit "électrique". Il peut générer une dose de volts et ainsi se battre contre les petits caïds. Mais jusqu'ici, le jeune garçon a tout fait pour garder son secret.... un secret. Mais lors d'une énième altercation avec les p'tits morveux du bahut, Michael utilise son pouvoir et se met alors à jour.

Il rencontre Taylor, une pom-pom girls qui lui apprend qu'elle est comme lui sauf que ses pouvoirs diffèrent. Aussi étrange qu'excitant, Michael et Taylor décident de monter un club pour ainsi mieux comprendre leurs origines. Aidés d'Ostin, le meilleur ami de Michael, complètement balèze en science, ils découvrent que leurs pouvoirs ne sont le fruit d'une machination abominable. Malheureusement, les jeunes gens se font traquer...

Le livre est divisé en 4 parties. Les deux premières mettent en lumière la vie de Michael, son passé, ses journées à l'école.... On apprend tout simplement à faire sa connaissance. Le roman est alors classique et on attend le moment où cette fameuse organisation va passer à l'action. En attendant, notre héros se lie d'amitié avec Taylor qui sera elle aussi un fil conducteur de l'intrigue. Quant aux autres parties du roman, elles nous mènent au coeur de ce groupe machaviélique, prêt à contrôler les êtres électriques. 

Si la première moitié du roman est donc relativement calme et classique, j'ai beaucoup apprécié la seconde moitié. L'action se met en place et le rythme s'accélère. On en apprend plus sur cette organisation et c'est franchement intéressant. Le tout est réellement bien amené, on ne s'ennuie pas une seconde. On tourne les pages encore et encore et nous aussi, on se sent faire partie du groupe de Michael. Même si c'est relativement facile pour nos héros, on ne peut que se prêter au jeu et stresser en espérant qu'ils sauront faire face aux dangers.

Les personnages sont d'ailleurs très attachants, j'ai beaucoup aimé le héros, il se prend pas la tête, est très attaché à sa famille et ses amis et n'hésite pas à foncer pour les protéger. Ostin est un peu le meilleur ami cliché - vous savez celui qui pense qu'à bouffer, qui est ultra transparent dans une foule mais qui est un véritable génie - tandis que Taylor se révèle plutôt sympathique (mais sans plus pour ma part). L'organisation est aussi très intéressante à suivre, Hatch est un véritable taré et ça se sent à chaque fois qu'il apparaît, à vous donner des frissons dans le dos. J'ai hâte d'en savoir plus dans le prochain tome!

Le roman se lit extrêmement vite avec tous ces bons ingrédients réunis. Le récit propose énormément de dialogues à contrario de descriptions, ce qui rend le style dynamique mais également très jeunesse. On peut avoir le sentiment de rester en surface mais l'histoire est tellement sympathique qu'on y fait plus attention. Quoique... j'avoue que j'aurai aimé avec plus de diversité face à certaines expressions, j'ai fait une grosse fixation sur "envoyer la sauce" qui revenait à chaque page! L'alernance des points de vue après une centaine de pages peut aussi être déroutante au départ (passant de la 1ère personne pour Michael à la 3ème personne pour Taylor) mais se révèle très utile par la suite. Hormis cela, le cercle des 17 promet un très bon moment de divertissement!

lecture-commune

Ce roman a fait l'objet d'une lecture commune avec Siham du blog Les faces cachées d'une flèche. Sans tarder, découvrez son avis sur le livre sur son blog!

lundi 5 mai 2014

Eleanor & Park

eleanor_couv_mini

  • Nom: Eleanor & Park de Rainbow Rowell
  • Lu en: français (380 pages)
  • Sorti le: 5 juin 2014
  • VO: paru sous le même nom en février 2013 (seconde édition)
  • Ma note

1986. Lorsqu'Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon timide, l'ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par un amour commun pour les comics et les Smiths... Et peu importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et que sa vie chez elle est un véritable enfer : Park, pourtant si solitaire et secret, est prêt à tout pour la sortir de là. 

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Je ne sais pas comment je vais écrire cette chronique. J'ai tellement aimé ce livre. Non c'est plus que ça, ce livre m'a fait vibrer. Il est tellement magnifique, que j'en ai des frissons rien qu'à vous écrire, là maintenant. C'est une histoire hors du commun, passionnante et passionnée. Eleanor & Park, voilà des personnages que je n'oublierai pas de sitôt.

L'histoire se déroule en 1986. Eleanor débarque dans son nouveau lycée. Dans le bus, elle se retrouve coincée à côté de Park, ce débile d'asiat' comme elle dit. Pourtant, c'est le seul qui lui a proposé de venir s'asseoir. Tous les autres se sont moqués d'elle. L'ont reluquée comme si elle était une chose venue d'une autre planète. Évidemment, quand on est rousse, les cheveux sauvages, un peu trop ronde et qu'on a une dégaine vestimentaire qui fait plus homme que femme, on ne passe pas inaperçu. Sauf que tout cette façade cache quelque chose. Un passé terrifiant. Un présent douloureux. Un futur incertain. Et seul Park percera les remparts d'Eleanor.

J'ai adoré leur rencontre. Ce lien qui se créé chaque matin et chaque soir dans le bus. Le fait qu'ils se découvrent des points communs. Qu'ils en viennent à penser l'un à l'autre pendant la journée. Qu'ils attendent le moment du bus avec impatience. Cette découverte de l'autre se fait tellement en douceur qu'elle est magnifique. En même temps, elle est tellement forte. Eleanor et Park deviennent dépendants l'un de l'autre. Ils ne peuvent plus se passer de la compagnie de l'autre. Mais tout ça, se fait dans la subtilité. Dans le temps. Ce qui est puissant.

Le roman ne tourne alors qu'autour des vies de Eleanor & Park. Eleanor et sa drôle d'attitude. Park et ses origines asiatiques. Eleanor et son lourd secret. Park et son identité. Croyez moi, leurs histoires respectives sont touchantes. Surtout Eleanor. Mon dieu, elle prend aux tripes. Elle fait peur. Oui, on a peur pour Eleanor chaque jour. Je ne sais pas comment elle a fait. Peut être que finalement, c'est Park qui lui a donné toute cette force. Parce que tout ce qu'elle représente découle de ce qu'elle vit. Mais personne ne le voit. Sauf Park. Qui fera tout pour l'aider. Qui l'intégrera à sa famille. Qui assurema le fait d'aimer une fille pas comme les autres. 

Je pourrai vous parler des heures de ce roman, de cette histoire d'amour, mais tout ce que je peux vous dire c'est de le lire. C'est un amour si puissant, hors du temps, qu'il ne peut que vous toucher. Quand vous refermez le livre, vous êtes frustrés qu'il soit fini. Vous avez même envie de pleurer. Les émotions sont intenses et vous emmènent dans un tourbillon dévastateur. J'ai pleinement vécu ce livre et j'y repense encore presque tous les jours. Comme si Eleanor & Park étaient devenus des modèles. 

Rainbow Rowell offre donc ici une histoire sublime, unique, qui nous fait complètement rêver. Comme quoi, quand l'amour, avec un grand A, vous tombe dessus, vous êtes prêts à tout surmonter.

lecture-commune

Ce livre a fait l'objet d'une lecture commune avec Siham du blog Les faces cachées d'une flèche! Vous pouvez découvrir son avis sur le livre sans plus tarder!

dimanche 4 mai 2014

White Hot Kiss [The Dark Elements #1]

whitehotkiss

 

  • Nom: White Hot Kiss [The Dark Elements #1] de Jennifer L. Armentrout
  • Lu en: anglais (384 pages)
  • Sorti le: 25 février 2014
  • VF: pas d'infos pour l'instant
  • Ma note

Layla, 17 ans, veut simplement être normale. Mais comme ses baisers tuent tous ceux qui possèdent une âme, elle est tout sauf normale. À moitié démon et à moitié gargouille, Layla possède des dons uniques. Élevée parmi les Wardens, une race de gargouilles chargées de traquer les démons et de protéger l’humanité, Layla essaie se fondre dans la masse, ce qui signifie dissimuler à ceux qu’elle aime son côté obscur, notamment à Zayne, le Warden beau à se pâmer et totalement hors-limites pour qui elle a le béguin depuis toujours. Puis elle rencontre Roth, un démon tatoué et diaboliquement sexy qui prétend connaître tous ses secrets. Layla sait qu’elle ne devrait pas se rapprocher de lui, mais elle n’est pas sûre de le vouloir – surtout quand tout son problème avec les baisers n’a plus de raison d’être, puisque Roth n’a pas d’âme. Mais quand Layla découvre qu’elle est la cause d’un violent soulèvement démoniaque, accorder sa confiance à Roth ne pourrait pas seulement détruire ses chances avec Zayne… mais aussi faire d’elle une traître pour sa famille. Ou, pire encore, signifier la fin du monde.

Résumé traduit par Secret Forbidden World.

Jennifer L. Armentrout did it again!!! Je suis vraiment fan de cette auteure, pour l'instant, tous ses livres me ravissent! White Hot Kiss ne déroge pas à la règle. En lisant le résumé, je m'attendais à quelque chose d'original et j'ai été servie. Le monde créé par l'auteure est réellement intéressant. Bien que dans le fond la trame soit classique - il faut le reconnaître - on est très vite happé par cet univers. Le style de l'auteure n'y est pas étranger, addictif et fluide, comme à son habitude.

Le début peut être déroutant. On est d'emblée projeté dans un monde où les démons existent tout comme les gargouilles. Ces dernières se sont même révélées aux yeux du monde, de fait chacun est conscient de leur présence. En revanche, leur but a été légèrement modifié: les humains ne savent pas que des démons courent les rues...Dans ce joyeux chaos nous suivons Layla, notre héroine. Layla vient d'avoir 17 ans et vit parmi les gargouilles, plus communément appelées Wardens. On pourrait croire que Layla est comme eux, ce qui est le cas... à moitié. En effet, la jeune fille est née des amours entre un démon et un warden. Du sang démoniaque coule également dans ses veines, ce qui la rend très spéciale.

Spéciale, mais aussi dangereuse dans un certain sens. La pauvre ne sait pas toujours où est sa place et c'est ce qui la rend très attachante. Dans une vie tout sauf ordinaire, Layla va tout de même à l'école pour tenter d'être "normale". On y rencontre alors ses amis Stacey et Sam qui viennent apporter la touche légère et humoristique au roman. Pour le reste, lorsque Layla rencontre Roth, un démon supérieur, c'est tout son univers qui bascule.

Et nos convictions aussi, par la même occasion! Roth, un démon. Roth, celui qui m'a fait complètement craquer. A première vue, il est un peu cliché, vous savez il est à tomber par terre, il a un humour assez douteux, voire même un peu obsédé mais en fait, si on gratte cette surface, on a là un personnage hyper attachant. Qui aurait cru qu'un jour je sois supportrice des démons? Car oui, dans ce livre, j'ai détesté les Wardens, qui s'auto-proclament "sauveurs du monde". En gros, les gentils. Sauf qu'ils sont un peu trop imbus d'eux-mêmes. Ils cachent des choses. Je n'ai pas du tout accroché à leur philosophie, encore moins au traitement qu'ils infligent à Layla. Et même si Zayne est décrit comme protecteur envers Layla, il m'a bien deçue et ce, à maintes reprises. 

Non vraiment, ce que j'ai préféré par dessus tout, c'est le duo Layla/Roth. Notre héroine est bien plus intéressante quand elle est en présence du démon, à contrario de Zayne où on est face à une gamine de 12 ans qui n'arrête pas de s'effacer et de s'excuser. Avec Roth, elle se réveille, elle s'impose. Ce duo improbable m'a fait tourner la tête. Une phrase, une seule phrase a bouleversé toute ma vision du roman. C'était juste magique!! Et aussi déchirant. Car l'action s'installe progressivement, et elle explose à la fin. Elle nous laisse pantelants. Avec une seule envie, avoir la suite entre les mains.

Vous l'avez compris, j'ai vraiment plus qu'aimé ce premier tome, l'univers original, les révélations, les personnages, le style addictif de l'auteure, tout y est pour vous faire passer un excellent moment. Un incontournable!

lecture-commune

Ce livre a fait l'objet d'une lecture commune avec Siham du blog Les faces cachées d'une flèche! Vous pouvez découvrir son avis sur le livre sans plus tarder!

lundi 21 avril 2014

Le Royaume des Larmes [La fille de braises et de ronces #3]

royaume_larmes

 

  • Nom: Le Royaume des Larmes [La fille de braises et de ronces #3] de Rae Carson
  • Lu en: français (510 pages)
  • Sorti le: 10 avril 2014
  • VO: paru sous le nom "The Bitter Kingdom" en aout 2013
  • Ma note

La reine Lucero-Elisa, porteuse de la Pierre Sacrée du Destin, est en fuite. À la Porte des Ténèbres, ses ennemis ont enlevé Hector, l'homme qu'elle aime et le commandant de sa garde. Son royaume est au bord de la guerre civile, ses propres soldats ont même ordre de l'abattre...
Pour reconquérir son trône et sauver Hector, Elisa doit mener ses trois fidèles compagnons au coeur d'un pays de neige, de glace et de magie destructrice. Les terribles secrets qu'elle découvrira durant ce périple pourraient bien changer le cours de l'Histoire..

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Soupirs. Voilà une belle aventure qui se termine. Une aventure qui m'aura réellement surprise. Dire que je n'avais pas vraiment été convaincue par le premier tome. Dire que j'ai adoré le second. Dire que les personnages vont sacrément me manquer. Je referme ce toisième tome avec un sourire sur le visage. J'ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de Elisa et de ses amis à qui je me suis fortement attachée.

Après les événements du tome 2, notre jeune reine n'a d'autres choix que de s'enfuir. Recherchée, sa vie est en danger. Malgré cette menace pesante, Elisa fait preuve d'une force inébranlable: pas question d'abandonner son peuple à ces traitres. Commence alors pour elle un terrible périple vers l'ennemi de toujours: Invierne. Dans cette cité se cache les réponses que cherche Elisa ainsi qu'un traité de paix qu'elle espère bien gagner. Et c'est sans compter sur l'amour de sa vie qu'elle compter bien sauver.

Le roman nous entraine alors dans un voyage semé d'embuches, de difficultés. Nous retrouvons alors la petite bande du second tome: Elisa, Mara, Belen et Storm. Je m'étais déjà attachée à eux, mais le voyage n'a fait que renforcer ce sentiment. Tout le long, ils se dévoilent et on ne peut que les aimer. J'ai tout particulièrement apprécier Storm, l'Invierno. Comme je m'en étais doutée, l'auteure a profité de ce troisième tome pour creuser ce personnage. J'ai beaucoup aimé son rôle et sa présence. Alors que le groupe est à la recherche d'Hector, on suit également ce dernier de son côté. La double narration intervient donc à quelques moments, ce qui fut assez intéressant. Même si je n'aime pas spécialement ce procédé, il apparait ici à des moments stratégiques du récit, il n'est donc au final pas dérangeant. Puis j'ai un faible pour Hector alors le suivre, lui et ses pensées, ne m'ont pas déplu, bien du contraire.

Les personnages sont vraiment la force de cette histoire. Chacun a un rôle à jouer. Chacun a sa place. Et même si le roman souffre de longueurs à force de nous emmener aux quatre coins du monde, l'aventure est superbement bien amenée. Rae Carson prend le temps de conclure son histoire en plusieurs parties. Elle répond à nos questions et même si le mystère du Destin demeure, nous pouvons enfin mieux comprendre ce monde si spécial dans lequel évolue notre héroine. La mythologie mise en place est toujours aussi intéressante, ainsi que le lien religieux également présent. Et même si on a un sentiment que tout est bien vite réglé, les épreuves subies par nos personnages attestent de la profondeur de cette histoire.

Encore une fois l'auteure a su faire évoluer son style. Très visuel, je me suis délectée des paysages, comme si j'y étais. Comme je le disais, les personnages développent leurs personnalités pour le plus grand bonheur du lecteur. Je suis devenue une grande fan d'Elisa, qui transmet une bravoure étonnante. Quant à son lien avec Hector, j'ai tout simplement fondu. Rae Carson disperse ici et là quelques moments tendres et touchants sans qu'ils prennent le pas sur le reste, d'où le fait qu'ils soient encore plus intenses. 

Le Royaume des Larmes conclut avec brillance une saga étonnante. Là où d'autres sagas commencent fort pour se tarir sur la fin pour certaines, La trilogie de La fille de braises et de ronces fait des prouesses à chaque tome. C'est tout juste un émerveillement, une belle découverte. Et comme j'aime me répéter, les personnages vont vraiment me manquer.


samedi 19 avril 2014

L'éveil des Macchabs [Undertakers #1]

LEveil_des_macchabs_extraitWEB_Page_00 

  • Nom: L'éveil des Macchabs [Undertakers #1] de Ty Drago
  • Lu en: français (521 pages)
  • Sorti le: 10 avril 2014
  • VO: paru sous le nom "Rise of the Corpses" en avril 2011
  • Ma note(note de 3,5/5 en réalité)

Quelque chose a changé.
Un matin comme les autres, William Ritter , douze ans, se rend au collège.Tout semble normal... Mais lorsqu'il croise son voisin, il découvre avec horreur qu'il a l'apparence d'un cadavre. Certains de ses professeurs ont également été transformés en macchabées ambulants . Stupeur! Est-il devenu fou? Bientôt, il est pris en chasse par des zombies. Il est sauvé in extremis par Helen, une élève de sa classe qui l'emmène jusqu'au Refuge...

Un grand merci aux éditions Bayard Jeunesse pour l'envoi de ce livre.

Tout d'abord, je tiens à remercier Bayard Jeunesse qui m'a contactée pour me proposer ce roman. Je n'avais jamais entendu parler de cet auteur, aussi ce fut l'occasion de le découvrir. Qui plus est, l'histoire porte sur un sujet que je ne lis d'ordinaire jamais: les macchabées. De quoi me changer de mes lectures actuelles!

D'emblée le ton est donné. L'auteur ne traîne pas à nous mettre en contact avec les macchabs, ces créatures horrifiantes. Ça déménage direct des la première page, ce qui aide le lecteur à se laisser entraîner et à avancer rapidement dans le roman. On fait donc la connaissance des macchabs tout de suite et si vous êtes des petites natures, les descriptions vivifiantes de nos créatures pourront vous rebuter. D'apparence zombie, ces monstres sont en fait bien plus évolués et intelligents qu'il n'y parait. Manque de pot (ou de chance!), seuls les enfants peuvent les voir.

Notre héros, Will, a 12 ans. Comme tous les matins, il prend le bus pour aller à l'école, rien de bien palpitant. Il rencontre alors son voisin qui n'a plus la même allure, il est comme... mort. Sauf qu'il parle et a l'air bien vivant. De quoi dérouter Will et le lecteur. Et si on pensait que ce serait la seule rencontre choquante de ce début de roman, c'est raté. L'école de Will semble infestée de ces trucs. Pire, ces créatures manifestent un intérêt commun pour Will. Commence alors pour le jeune homme une aventure aussi terrifiante qu'étrange.

Vous conter la suite gâcherait la découverte du roman. Malgré quelques longueurs au récit et quelques scènes inutiles, l'éveil des macchabs se lit extrêmement bien. Ty Drago a beau clamer que son roman est destiné à la jeunesse, son style est bien plus creusé. Les descriptions sont précises, claires. Nos héros sont lucides, courageux et bien trop matures. On dit toujours que quand la jeunesse perd ses yeux d'enfants, elle grandit bien plus vite. De fait, je n'ai jamais réussi à identifier Will comme un gosse de 12 ans, ou Hélène comme un bébé de 13 ans. Pour moi, ces personnages (et croyez moi, y'en a un paquet dans ce livre!) ont la maturité de jeunes de 16 ans, voire plus pour certains. Leurs réactions sont bien trop adultes face à ce qu'ils vivent et même si au fond, ça m'a facilité la lecture, j'ai trouvé aussi que ça manquait de naturel. 

Je n'ai d'ailleurs éprouvé que de la sympathie pour ces personnages. Bien qu'ils soient courageux, je n'ai pas réussi à m'y attacher. Un mal pour un bien puisque j'ai été bien plus prise par l'action! Tout au long du livre, je n'arrêtais de me demander qui étaient ces créatures, leur but ultime. J'avoue que le fait qu'elles s'emparent des corps en décomposition est - dégueulasse je vous l'accorde - original. On sent que l'auteur a bien réfléchi sur ce point. D'ailleurs les explications qu'il nous livre sont très bien rôdées. Cependant, j'ai été assez déçue par la révélation de la fin qui résonne un peu creux. Au final, Ty Drago a juste contourné un style livresque déjà bien connu. C'est un peu dommage et cela enlève un peu d'intérêt au livre. Cela dit, les friands du genre devraient se régaler. La saga comporte une suite et quelque chose me dit, que nos amis  et les lecteurs ne sont qu'au début de leurs surprises!

lecture-commune

Ce livre a fait l'objet d'une lecture commune avec Siham du blog Les faces cachées d'une flèche! Vous pouvez découvrir son avis sur le livre sans plus tarder!

lundi 31 mars 2014

Jeu de Patience [Wait for you #1]

jeupatience2

 

  • Nom: Jeu de Patience [Wait fo you #1] de Jennifer L. Armentrout
  • Lu en: français (446 pages)
  • Sorti le: 19 février 2014
  • VO: paru sous le nom "Wait for you" en septembre 2013

Étudier dans une université située à des milliers de kilomètres de chez elle est le seul moyen pour Avery Morgansten d'oublier ce qui est arrivé à cette fête d'Halloween, cinq ans plus tôt - un évènement qui a changé sa vie à jamais. Tout ce qu'elle doit faire est se rendre à l'heure en cours, s'assurer que le bracelet à son poignet gauche reste toujours en place, ne pas attirer l'attention sur elle, et peut-être... se faire quelques amis. La seule chose dont elle n'avait pas besoin et n'aurait jamais imaginé était d'attirer le regard d'un homme pouvant briser le futur précaire auquel elle s'était préparé...

Quel livre, mais quel livre! Je suis tellement contente de l'avoir gagné à un concours (bon en même temps je l'aurai quand même acheté!). Jennifer L. Armentrout devient sérieusement une de mes auteures favorites! Je savais que Jeu de Patience me plairait mais pas à ce point. C'est un livre vraiment magnifique qui m'a fait vivre tout un tas d'émotions.

Pourtant quand on lit le résumé, ça semble banal. Au fond, l'histoire de base l'est. Une fille qui va à la fac, qui cache un lourd secret, qui rencontre le plus beau mec qui puisse y avoir sur le campus et celui-ci lui court après. Dit comme ça, c'est ultra cliché, mais ça ne l'est absolument pas. La trame, on s'en balance, ce qui compte c'est la relation entre Avery et Cam. Et bon dieu qu'elle est sublime!

Avery est une jeune fille au lourd passé. Cette fac, située à des milliers de kilomètres est pour elle un nouveau départ. Ici, personne ne la connait, personne ne la juge. Pour autant, elle reste très timide et c'est sans compter sur sa rencontre avec le beau -parfait- Cameron. Ce gars là est un dieu, et il a la réputation d'être un dragueur. Mais Avery va tout changer dans sa vie. Ils vont alors commencer à jouer au chat et à la souris et croyez moi c'est assez tordant. J'ai adoré le style d'écriture de l'auteure qui nous propose des répliques vraiment excellentes. J'ai souvent ri tant les réparties sont bien trouvées, naturelles. 

Alors que les choses avancent doucement, s'étalant sur quelques mois, le passé d'Avery refait surface et elle sera obligée de s'y confronter une bonne fois pour toute. Quitte à mettre en péril sa relation avec Cam... Ou pas. Car entre eux, c'est du sérieux. Qu'est ce que c'est beau!! Je manque de mots sincèrement mais rien qu'à vous l'écrire, j'en ai des frissons. Malgré le passé douloureux d'Avery, son histoire avec Cam m'a fait rêver. Si on pouvait être jaloux d'un personnage littéraire, je le serai incontestablement! 

Avery est un personnage touchant, bien que parfois, on a envie de la secouer. Malgré cela, on peut aisément s'y identifier. Quant à Cam, est-ce qu'un gars comme ça existe dans la réalité? Si oui je suis totalement preneuse!! Ce gars là, il est juste... parfait! Mais pas que physiquement, c'est surtout sa personnalité qui m'a séduite, là c'est sur, il fait un parfait book boyfriend!

Oui, je le redis, ça m'a fait rêver, tellement c'est sincère, c'est foutrement réaliste aussi. Le langage utilisé dans le livre nous le prouve aussi, n'oublions pas qu'on est à la fac avec tout ce qui s'en suit. Mais les sentiments sont les plus forts et ils absorbent tout sur leur passage. Je dois avouer que même les scènes sexuelles, assez présentes sur la fin, ne m'ont pas dérangée. Bien écrites, elles arivent au bon moment, ce qui donne encore plus de poids à la relation entre nos deux héros. Ils s'aiment et ça se voit! A la fin, on referme le livre gonflé d'amour et on se dit: ça c'est du livre!

mercredi 26 mars 2014

Reboot [Reboot #1]

reboot

 

  • Nom: Reboot [Reboot #1] de Amy Tintera
  • Lu en: français (326 pages)
  • Sorti le: 12 février 2014
  • VO: paru sous le même nom en mai 2013
  • Ma note

Wren est morte après avoir reçu trois balles dans la poitrine. 178 minutes plus tard, elle est revenue à la vie, plus forte, plus rapide, plus résistante à la douleur et aux émotions. Elle est devenue une Reboot. Plus le temps de mort clinique est long, plus l'adolescent reboot est puissant et insensible. 120 minutes suffisent déjà à faire d'un adolescent normal un robot guerrier. Ce qui fait de Wren 178 l'arme la plus dévastatrice de la république du Texas. Aujourd'hui âgée de dix-sept ans, elle est l'un des meilleurs soldats de la SHER (Société Humaine d'Évolution et de Repopulation) et forme les nouvelles recrues d'une main de fer. Le dernier en date est loin de satisfaire ses exigences. Callum n'est qu'un 22, encore quasiment humain. Ses réflexes sont ceux d'un nouveau-né, il a peur de tout et semble destiné à faire sortir Wren de ses gonds. Sans trop savoir pourquoi, la jeune Reboot accepte pourtant de le prendre sous son aile. Si elle n'arrive pas à le former correctement, elle devra l'anéantir elle-même. Wren n'a jamais désobéi à un ordre, et, si elle le fait, elle subira le même sort que le jeune 22. Mais comment oublier cette incroyable sensation d'être toujours en vie, celle qui l'étreint quand elle est en compagnie de Callum ?

Je le voulais depuis sa sortie. Et je l'avais mis en tête de liste concernant mes achats au Salon du Livre. Et quand bien même j'avais déjà une lecture en cours, je n'ai pas résisté à plonger sur Reboot, que j'ai fini par engloutir! Je suis pourtant devenue très exigeante en matière de dystopie mais Reboot a su innover avec son concept original.

Avec Reboot, on plonge dans un univers sombre. Un univers fascinant conduit par les reboots, ces adolescents revenus à la vie après avoir été tués. Plus le temps de mort clinique est long plus le reboot est puissant, rapide et sans émotions. Wren est notre héroine et aussi la reboot la plus redoutable de sa base. Personne n'ose s'approcher d'elle. Froide et distante, elle ne désobéit jamais à un ordre. En mission? Vaut mieux ne pas la contrarier. Wren, c'est comme une machine de guerre qui ne discute pas les ordres qu'on lui donne.Ca fait depuis longtemps qu'elle a accepté le monde dans lequel elle vit.

Mais lorsque Callum 22 arrive, son monde change. Le jeune homme, encore proche de ses sentiments humains, désarçonnera Wren... quitte à même le former!! Ce choix l'étonne la première, elle qui ne forme que les numéros les plus élevés, mais Callum a quelque chose de spécial. Entre eux se développe alors un lien très fort et intéressant, brisant toutes les règles imposées par les boss et par Wren elle-même.

Avec nos deux héros, on plonge alors dans une histoire sans répit. Reboot offre un rythme effréné, tenant le lecteur en haleine. On ne s'ennuie jamais. Même si c'est parfois un peu brut, j'ai vraiment beaucoup apprécié découvrir cet univers. Je ne pensais d'ailleurs pas que l'intrigue évoluerait aussi vite, proposant des twits dans l'histoire. Le récit ne s'essouffle donc jamais, amenant toujours un élément nouveau. Parfois, je l'avoue, j'ai trouvé ça trop rapide. Les événements s'enchainent les uns à la suite des autres et on peut se dire que ça manque de profondeur. Mais on est tellement embarqué dans cette histoire que ce bémol est vite mis de côté. Le livre est donc à peu près découpé en trois parties. L'intrigue évolue vraiment bien et nous laisse sur notre faim quand on arrive déjà à la dernière page.

Et si l'intrigue tient en haleine, les personnages sont tout aussi importants. J'ai adoré Wren. Son évolution est spectaculaire. Je trouve juste que ses barrières se brisent un peu trop vite mais bon, elle est super attachante. Il émane d'elle un certain charisme, on ne peut que la respecter. J'ai beaucoup aimé son côté reboot, la manière dont elle est confrontée aux émotions face à Callum. Quant à ce dernier, il est trop mignon. On ne peut que fondre devant lui tellement il dégage de sentiments sincères. Son duo avec Wren est aussi improbable que magnifique. Je les ai de suite aimés. Par contre, les autres personnages sont restés trop en retrait et à la fin on rencontre une floppée de nouveaux. J'attends donc la suite pour voir si l'auteure va rester bien concentrée sur nos deux héros ou si elle va prendre un peu plus le large.

Reboot est donc un livre à lire assurément. Même si le schéma de base reste classique en matière de dystopie, le concept du reboot est excellent et permet à ce livre de se démarquer. Ses héros méritent d'être en haut de l'affiche et l'intrigue nous embarque dans une aventure palpitante. C'est sur, vivement le second - et dernier - tome!

Posté par CeReSu à 16:03 - - Commentaires [6]
Tags : , , ,
mercredi 19 mars 2014

Les Vivants [Les Vivants #1]

les vivants

  • Nom: Les Vivants [Les Vivants #1] de Matt De La Pena
  • Lu en: français (383 pages)
  • Sorti le: 13 mars 2014
  • VO: paru sous le nom "The Living" en novembre 2013
  • Ma note (note de 4,5/5 en réalité)

Vous regretterez d'avoir survécu...
Shy, jeune Américain d'origine mexicaine, a choisi ce job d'été pour mettre de l'argent de côté. Quelques mois à bord d'un luxueux navire de croisière vont lui permettre d'engranger les pourboires. Il sera ainsi en mesure d'aider sa mère et sa soeur à régler les factures. Que demander de mieux ? Des bikinis à ne plus savoir ou regarder, des buffets garnis à volonté, et peut-être même une fille ou deux. Après tout, chaque croisière rassemble des gens de tous les âges et de tous les horizons...
Mais lorsque le tremblement de terre le plus destructeur jamais enregistré dévaste la Californie, la vie de Shy bascule. Et ce séisme n'est que le premier d'une longue série de désastres. Ceux qui sont encore vivants devront se battre pour le rester...

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

En commençant les Vivants je n'avais aucune idée que je le lirai si vite. C'est rare quand ça arrive mais voilà, j'ai englouti le livre en une seule journée. Pas moyen de le lâcher, il a fallu que j'aille jusqu'au bout.

En lisant le résumé, je m'attendais à plus ou moins de drames, à être confrontée à la survie. Mais je ne savais pas quand. Le livre est découpé sur 8 jours. On sait donc qu'à un moment donné, il va se passer quelque chose. L'anticipation est énorme, le stress augmente. En attendant, on fait connaissance avec nos personnages. Tout d'abord Shy, notre héros. Un p'tit gars de 17 ans, d'origine américano-mexicaine qui commence son boulot sur un bateau de croisière destiné aux plus gros riches. Avec lui, on découvre le travail sur le bateau, le comportement à adopter avec les clients, le service etc... Cela prend une bonne partie, 2 jours, soit un peu plus d'une centaine de pages. Le roman est alors un peu lent mais je ne me suis pas ennuyée pour autant. Je n'ai pas particulièrement accroché à Shy mais j'ai bien aimé découvrir son environnement, ses amis. 

Puis tout dérape. Les tremblements de terre frappent et les tsunamis se déchaînent. Imaginez-vous alors sur le bateau, avec Shy et les autres. Imaginez-vous voir cette vague immense, ce mur d'eau foncer droit sur vous. C'est un moment de pure angoisse. De manière personnelle, j'avais été très touchée par les tsunamis de Thailande et du Japon. Je trouve ça horrible. Voir cette vague arriver sans pouvoir y échapper, c'est un sentiment déroutant. Et j'ai été déroutée dans ma lecture par ces passages. C'était décrit de manière réaliste, forte, prenante. A ce moment là, on ne peut que lire pour savoir ce qu'il va se passer après.

L'après, c'est la survie. On croit qu'on a échappé au pire, que tout est dernière nous. Mais ce qu'on oublie, c'est qu'on est seul. Seul face à nous-même, seul face au destin. Il ne reste plus que l'espoir. L'espoir d'être retrouvé. Et l'attente commence. Le roman prend alors une autre tournure, plus lente certes, mais finalement tout aussi dure. C'est vraiment moche. Durant ce moment, on replonge de les souvenirs, ce qui permet d'en apprendre plus sur ces survivants. Quant à la dernière partie du livre, elle est très surprenante et nous confirme que le monde est fou. Et ce qui est flippant c'est la réalité de cette histoire imaginée par l'auteur. Qui sait, avec les grandes puissances et l'abu de pouvoir ce qu'on pourrait faire...

C'est donc un roman captivant, une montagne russe de sentiments. J'ai vraiment été engloutie par cette histoire. Ca se lit également très vite, le style est assez simple, mais fluide. Le seul repproche que je fais au roman - et qui me retient de mettre une note plus haute - c'est notre héros, Shy. Sa bonne étoile l'auteur l'a plutôt bien aidé et je me suis dit que c'était trop simple. Vu la situation, j'avais espéré un personnage déjà, un peu plus fort, ensuite, un peu plus débrouillard, et peut être un peu plus sensible. Malgré ce qu'il traverse, je ne m'y suis pas attachée. De même qu'aux autres, sans doute trop peu développés. Non le livre brille par son histoire globale surtout et nous livre vraiment quelque chose de fort.

lundi 17 mars 2014

Half Blood [Covenant #1] de Jennifer L. Armentrout

half blood

 

  • Nom: Half Blood [Covenant #1] de Jennifer L. Armentrout
  • Lu en: anglais (281 pages)
  • Sorti le: 18 octobre 2011
  • VF: Sorti sous le nom Sang Mêlé en octobre 2017
  • Ma note:  

Les hématoi descendent de l'union des dieux avec des mortels et les enfants de deux hématoi pur sang ont des pouvoirs divins.Par contre les enfants issus de l'union d'un hématoi et d'un mortel n'ont pas de pouvoirs. Les demi-sang (ou sang-mélé) n'ont que deux choix possibles : Devenir des sentinelles qui chassent et tuent les daimons ou devenir serviteur dans la maison d'un pur sang.
A dix sept ans, Alexandria serait plutôt du genre à risquer sa vie en tant que sentinelle plutôt que de récurer des toilettes, mais elle risque pourtant de ne pas pouvoir échapper à son destin...

Coup de coeur, coup de coeur, coup de coeur! Jennifer L. Armentrout me prouve encore une fois avec ce livre qu'elle est hyper talentueuse. Si sa série LUX a déjà eu raison de moi, le premier tome de Covenant a encore fait plus fort. Je suis directement tombée amoureuse de l'univers et des personnages. Une lecture qui m'a emportée du début à la fin et qui va faire mal à mon portefeuille: les 4 autres tomes vont être lus très, très vite!

Pourtant, au départ, j'étais un tout petit peu sur mes gardes. On m'avait prévenue que Half Blood avait un air de déjà vu avec le fameux Vampire Academy. Et il est vrai que les deux mythologies ont quelques points communs (les pures font penser aux Moroi, les halfs font penser aux dhampirs et les daimons sont les cousins éloignés des strigoi). De ce côté, ça peut éventuellement gêner. Personnellement, j'ai de suite passé outre ces ressemblances pour me concentrer sur l'univers de l'auteure. Car il est au final très différent, extrêmement bien amené, avec une ambiance grecque comme je les aime. Du coup, ça m'a fait un peu repenser à Percy Jackson (je commence à m'y connaitre un peu en dieux grecs lol) bien que les livres ne soient évidemment pas comparables.

Plus on avance dans le livre plus on se rend compte que l'intrigue est complexe. Que le monde imaginé par Jennifer Armentrout est complet dans les moindres détails. Des le premier tome on sent qu'elle sait comment va se finir sa série. Il y a un fil conducteur qui s'installe et qui nous embarque des les premières lignes. Alexandria, notre héroine, revient sur l'île de Deity après 3 ans passés dans le monde des humains après que sa mère ait été attrapée par des daimons. Le retour n'est pas simple pour Alexandria qui a beaucoup de retard à rattraper pour devenir enfin Sentinelle - son rêve depuis toujours. Heureusement, malgré le fait que tout soit contre elle, le jeune et beau Aiden se propose pour l'entrainer...

Vous parler de l'histoire en elle-même serait du gâchis. La mythologie est complexe, entre les pures, les half blood, les daimons... chacun a son rôle à jouer et je pense qu'il faut vraiment lire le livre pour comprendre cet univers riche et intéressant. Clairement, j'ai adoré l'évolution que prenait l'intrigue, à chaque chapitre sa révélation. De fait, on ne s'ennuie pas, même s'il n'y a pas vraiment énormément d'action. Tout est intéressant. C'est tellement bien décrit. Jennifer Armentrout nous plonge dans son monde avec justesse pour qu'on puisse avoir le temps de prendre nos marques. 

En plus d'une intrigue très bien ficelée pour ce premier tome, les personnages ne sont pas en reste. Alexandria est le genre d'héroine que j'affectionne. Elle est juste, elle est forte, elle est sensible. Elle se remet en question comme elle peut foncer tête baissée. Ses reparties sont excellentes. On ne peut que l'apprécier. De même que Aiden qui.... take my breath away. My god... C'est le genre de personnage que j'aime particulièrement. Quand est-ce qu'il vient frapper à ma porte? Sa relation avec Alexandria est très belle, les mots me manquent pour exprimer combien j'ai adoré. Quant à Seth, il apporte la touche mythologique et originale que j'attendais. Je n'ai pas vraiment adhérer à son caractère mais son personnage est très intéressant et est déterminant pour la suite. 

En bref, j'ai plus qu'aimé ce livre. Peu de romans me font cet effet mais là c'est le coup de coeur. Je ne peux que vous conseiller cet univers qui va surement nous surprendre de tome en tome. En tout cas, pour une entrée en matière, c'est plus que réussi: je me réjouis de lire la suite!