► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
mercredi 23 juillet 2014

Résistance [Night School #4]

résistance

 

  • Nom: Résistance [Night School #4] de C.J Daugherty
  • Lu en: français (395 pages)
  • Sorti le: 12 juin 2014
  • VO: paru sous le même nom en juin 2014
  • Ma note

Cimmeria représentait bien plus qu'une simple école pour Allie. L'académie était en effet l'unique refuge où elle se sentait vraiment à l'abri. Mais les temps ont changé, l'illusion s'est brisée en mille morceaux... Allie pourra-t-elle résister aux attaques de plus en plus violentes portées tant par les ennemis de l'extérieur que de l'intérieur ? D'autant qu'une toute autre épreuve l'attend dans ce chaos : choisir enfin qui de Carter ou de Sylvain mérite son amour et sa confiance...

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

La série Night School fait partie de mes favorites chez la Collection R. Le style de C.J Daugherty est tellement addictif qu’on ne peut que dévorer ses romans. Bien que ce 4ème tome soit un cran en-dessous des précédents, il n’a tout de même pas fait long feu.

D’emblée on est replongé au cœur de l’action. Nathaniel est plus que jamais prêt à en découdre et il n’hésitera pas sur les moyens. Après avoir fuit l’école pendant quelques mois - mais force est de constater que cette fuite n’a rien apporté - Allie est de retour à l’école. La tension est plus que jamais palpable et le peu d’élèves qui restent sont surveillés en permanence.

Cela gêne d’ailleurs Allie qui trouve cela exagéré. La jeune fille semble pourtant comprendre l’enjeu important mais se conduit comme une gamine. Dans Résistance, Allie est une girouette qui ne sait pas ce qu’elle veut. En particulier quand il s’agit de Sylvain et de Carter.

Il faut avouer que le roman est un peu longuet. Les ¾ de celui-ci n’apportent pas grand-chose à notre histoire. On attend juste que Nathaniel frappe. Là où ce sentiment de peur ou de stress fonctionnait bien dans les précédents tomes, ici, j’admets avoir été lassée. C’est beaucoup de préparation, de blabla aussi et on finit par un peu s’ennuyer. La grosse révélation de ce tome ne m’a même pas surprise d’ailleurs, j’avoue que je m’étais attendue à un peu plus d’éclats de la part de l’auteure mais non. Quant aux amours d’Allie, ils sont toujours assez exaspérants. Tantôt lui tantôt l’autre, il est très difficile de comprendre et de soutenir Allie. Surtout que ses choix ne paraissent pas fondés. Ils se font selon les diverses situations qui se présentent à elle, du coup, j’ai trouvé ses réactions pas toujours très crédibles.

Heureusement, comme je le disais, la plume de C.J est tellement agréable qu’elle nous fait malgré tout tourner les pages rapidement. La fin rattrape ce passage à vide du début, propulsant notre adrénaline. J’aurai aimé que cette ambiance soit présente des le début du roman. Mais Résistance, c’est avant tout un tome de transition qui nous prépare au tome ultime. La fin est frustrante au possible, je n’étais pas du tout contente. Quand les auteurs s’amusent avec des cliffhangers, ça vous met indéniablement dans tous vos états !

Malgré donc un avis un peu en demi-teinte sur ce 4ème tome de la saga, j’ai vraiment hâte d’avoir le 5ème et dernier livre. Je pense que l’auteure nous réserve alors toute l’action et toutes les réponses qu’il a manqué à Résistance. Vivement !


mardi 22 juillet 2014

Love, in english [Lie #1]

love in english

  • Nom: Love, in english [Lie #1] de Karina Halle
  • Lu en: anglais (456pages)
  • Sorti le: 20 avril 2014
  • Niveau de compréhension: facile (idéal pour commencer la VO)
  • VF: non prévue pour le moment

Il a trente huit ans. J'en ai vingt-trois. Il parle espagnol. Je parle anglais. Il habite en Espagne. Je vis au Canada. Il ne porte que des costumes chers. Je suis couverte de tatouages. Il est marié et a une petite fille de cinq ans. Je suis célibataire et ne me lie jamais avec qui ou quoi que ce soit. Jusqu'à aujourd'hui. Car dire qu'on ne choisit pas de qui on tombe amoureux, c'est une p....n de vérité. 

Traduction du résumé par Les Chroniques d'Evenusia.

Des que j’avais lu le résumé, j’ai su que je devais lire ce roman. Et que vous dire ? Des les premières pages il m’a complètement emportée avec lui. J’éprouve d’ailleurs quelques difficultés à mettre des mots sur ce que j’ai ressenti durant ma lecture. Karina Halle m’a bluffée, son style poétique m’a conquise. L’histoire de Vera et Mateo m’ a touché à un point inimaginable.

Ce n’est pourtant pas une histoire facile, des le départ on sait que l’attraction entre Vera, cette jeune canadienne de 23 ans et Mateo, ce business man espagnol de 38 ans, aussi évidente soit elle, n’est pas la bienvenue. Et pour cause, Mateo est un homme marié et père d’une petite fille de 5 ans. Mais cet échange linguistique au fin fond de la campagne espagnole, avec le même groupe 24h/24 7j/7, ça vous change. Des liens forts se créent et personne en dehors de ce groupe ne peut comprendre ça. Et quand bien même Vera et Mateo luttent contre cet amour naissant durant tout l’échange, ils ne parviennent pas à étouffer leurs sentiments.

Commence alors une histoire d’amour hors du commun, hors du temps, un choc de deux cultures mais un amour passionné, aussi brillant que les étoiles. J’ai adoré la plume poétique de l’auteure qui ne cesse de comparer cet amour aux étoiles, c’était tellement magnifique. Et terriblement difficile aussi car on ressent tout un tas de choses : la découverte de l’amour, la séparation, les retrouvailles, la construction d’une nouvelle vie mais les responsabilités et les conséquences qui vous écrasent le cœur et qui font tout valser.

C’est un roman où il ne se passe rien et tout à la fois. Tout est une question d’émotions, de sentiments, de vérités, d’acceptation, de sacrifices, d’amour. Mateo est un homme qui m’a complètement charmée, non seulement parce que, forcément, il est beau mais il est aussi réfléchi, mature, intelligent et altruiste. Quant à Vera, je me suis de suite identifiée à certains aspects de sa personnalité, c’est une jeune femme qui pense qu’elle ne mérite pas le bonheur ou d’être aimée, alors à sa manière, elle se rebelle. Et puis quand l’amour est là, elle y croit sans y croire comme si ça ne lui était pas permis.Véra et Mateo s’aiment profondément mais ont cette conscience, ce besoin de ne faire du mal à personne autour d’eux et ça m’a profondément touché. Je n’ai pu qu’aimer ces personnages, comprenant tout ce qu’ils pouvaient ressentir.

Ce roman, bien qu’il traite de l’adultère, est écrit brillamment, avec intelligence. Karina Halle ne néglige aucun aspect de son histoire, nous offre tout aussi bien des moments d’amour intense mais aussi de grandes remises en questions, le bien fondé des choix qu’on fait, les conséquences qui en découlent.  Son style, sublime, les cultures, mélangées, font de Love in english un roman unique et captivant qui vous embarque dans son univers éblouissant. 

lundi 21 juillet 2014

Spellcaster [Spellcaster #1]

spellcaster

  • Nom: Spellcaster [Spellcaster #1] de Claudia Gray
  • Lu en: anglais (416 pages)
  • Sorti le: 5 mars 2013
  • VF: non prévue pour le moment
  • Ma note

Quand la famille de Nadia déménage à Captive's Sound, elle réalise d'emblée qu'une force dangereuse émane de la ville. Issue d'une famille de sorcière, Nadia détecte que la magie qui entoure la ville est sombre et puissante.
Mateo a vécu toute sa vie à Captive's Sound, tentant d'ignorer les légendes qui pèsent sur sa famille et qui sont susceptibles de le rendre fou.
Malgré les forces qui tentent de les séparer, Nadia et Mateo devront collaborer pour briser le sort qui pèse sur Mateo et sauver toute la ville d'une immense catastrophe.

Traduction personnelle du résumé.

Voilà un livre que je voulais depuis un moment. Sa couverture m’avait vraiment attirée et son résumé m’avait intriguée. Reçu en cadeau d’anniversaire, j’ai plongé dessus des que mes vacances ont commencé et j’ai directement été aspirée par cet univers magique.

Oui magique c’est le bon mot pour décrire Spellcaster. D’emblée on est plongé dans son ambiance mystérieuse avec l’arrivée de Nadia et sa famille à Captive’s Sound. Nadia est une sorcière, cette part d’elle est ancrée depuis toujours, sa mère étant elle-même une sorcière et sa grand-mère avant elle. Aussi, quand elle et sa famille approche de la ville, Nadia sent que celle-ci est entourée d’une barrière magique très puissante et malsaine. Suite à cette barrière qui aura provoqué un accident, Nadia est sauvée par Mateo, qui semble déjà la connaitre…

Claudia Gray ne perd pas de temps pour mettre en place son histoire et j’ai beaucoup aimé cet aspect. On apprend à connaitre Nadia, et son côté sorcière (j’avoue ne pas trop aimer ce terme car on a tendance à penser que les sorcières sont mauvaises or ici ce n’est pas le cas). On est tout de suite plongé dans cet univers si fascinant, d’autant plus que Nadia perçoit quasi instantanément une menace. Une très grande menace qui pèse sur la ville et sur ses habitants. Une menace si vibrante qu’elle risque de tout détruire. Malgré elle, Nadia va être entraînée dans une sacrée aventure aussi magique que dangereuse.

L’intrigue est vraiment excellente. Même si certains aspects sont prévisibles, d’autres le sont moins et j’ai été maintes fois surprise ! Nadia est une héroine qui croit en son pouvoir mais avec modestie. Elle est forte et courageuse, curieuse aussi. On ne peut que l’apprécier. Quant à ses nouveaux amis, Verlaine et Mateo, je les ai de suite aimés aussi. Je sens que Verlaine a encore beaucoup à nous apprendre sur elle, je pense que l’auteure a gardé une part de mystère autour d’elle. Mateo, quant à lui, a une histoire bien particulière et j’ai bien aimé son évolution. Son duo avec Nadia se forme naturellement (ou presque, n’oubliez pas dans quel univers on évolue) et j’ai adoré voir comment leur lien s’est formé.  Ce sont des personnages intéressants et la narration à la 3ème personne nous permet de les suivre chacun a leur tour pour mieux cerner leur personnalité.

Quant à l’ennemi, j’avoue que même si on découvre tout de suite de qui il s’agit, le fait de suivre ses actions donne froid dans le dos. J’ai eu peur à certains moments et j’avoue que là, je suis carrément impatiente de lire le second tome car notre ennemi  n’en a pas fini. Oh non, ça promet encore une bonne dose de magie…

En conclusion, cet univers m’a complètement transportée. Pourtant je lis peu de livres sur la magie ou les sorcières mais celui-ci m’a vraiment convaincue. Claudia Gray m’aura une nouvelle fois séduite avec cette série et je me réjouis de lire la suite. Quelque chose me dit que Spellcaster n’était que le début. Qu’une introduction à la magie et que Steadfast promet plein d’étincelles voire plus…..

Posté par CeReSu à 11:45 - - Commentaires [3]
Tags : , ,
vendredi 27 juin 2014

Tangled

tangled

 

  • Nom: Tangled de Emma Chase
  • Lu en: anglais (232 pages)
  • Sorti le: 14 janvier 2014
  • VF: paru sous le nom "Love Game" en avril 2014
  • Ma note

Drew, la trentaine irrésistible, est associé dans une grande banque d'investissement new-yorkaise. Le pouvoir, l'argent, les femmes, absolument tout lui réussit. Très sûr de lui et arrogant, il assume son statut de beau gosse et enchaîne les aventures sans lendemain. Jusqu'au jour où une femme lui résiste. Kate Brooks est sublime, brillante, et ambitieuse... mais fiancée et inaccessible. Lorsqu'il la rencontre dans un bar et tombe sous son charme, il ignore encore qu'elle deviendra sa collègue quelques jours plus tard... 
Bouleversés par le magnétisme sexuel qui les aimante et engagés dans une rivalité professionnelle diabolique, ils vont jouer avec leurs sentiments, s'aimer et se détester. Drew, le séducteur invétéré, nous prend à partie et nous décrit la façon dont il tombe amoureux. Il nous confie avec autodérision et cynisme ce que les hommes pensent vraiment...

Tangled, je le voulais depuis longtemps. Aussi, quand je l'ai reçu à mon anniversaire, j'ai plongé dessus. Vu les excellents avis, je m'attendais à une romance qui sorte du lot. Au début, ça me semblait bien... après, j'ai trouvé le livre interminable. Clairement, j'avais mis la barre trop haut.

Le seul point fort de ce livre et qui mérite à lui tout seul la note donnée c'est le point de vue de Drew. C'est vachement sympa de suivre les pensées d'un gars. Mieux encore, le roman est écrit de sorte que Drew nous raconte son histoire. Comme si on dinait ensemble et qu'il me racontait sa vie amoureuse. Et ça, c'est original. Drew est un mec, un vrai qui pense la plupart du temps avec ce qui se trouve en dessous de la ceinture. Son mot préféré est sans conteste le mot "fuck", je ne compte plus ses apparitions. Il est beau, sûr de lui, fait tomber toutes filles et c'est totalement hilarant. Typique même. Pas spécialement surprenant. 

Mais quand il rencontre Katherine, son monde bascule. Entre eux c'est le jeu du chat et de la souris. Du qui est le plus fort, du je t'aime moi non plus. Le roman ne se centre plus que sur Kate et Drew et Drew et Kate. On oublie le peu de background installé pour l'histoire, c'est toujours la même: la fille qui vient bosser dans une grande entreprise à New York. Voyez le tableau. Heureusement ladite fille est tout sauf cruche. Que du contraire, elle a un certain cachet. Tant mieux.

Alors au début c'est mignon de les voir se tourner autour... mais après ça devient ennuyeux. Les scènes de sexe prennent le dessus, nos deux amis deviennent des chauds lapins et ne savent plus s'arrêter. Certes, ce n'est pas vulgaire, c'est bien sur cru et tout ce qu'on veut mais c'est bien écrit. Qu'à cela ne tienne, la suite tourne en guimauve, Drew se sent pousser des ailes et c'est un peu.... mielleux. Bof. La fin reste totalement prévisible et même si j'étais contente du dénouement, j'ai été soulagée d'avoir enfin terminer ce roman.

En conclusion, voilà une lecture classique. Son seul mérite est de présenter les pensées du Monsieur, pour le reste, rien de bien nouveau sous le soleil. Les amateur(trice)s devraient apprécier, d'autant plus que c'est plutôt bien écrit. A lire si vous aimez ce genre ou si vous cherchez une lecture légère.

Posté par CeReSu à 08:18 - - Commentaires [3]
Tags : , , ,
mercredi 25 juin 2014

Diabolique [Gods & Monsters #3]

diabolique

  • Nom: Diabolique [Gods & Monsters #3] de Kelly Keaton
  • Lu en: français (304 pages)
  • Sorti le: 5 juin 2014
  • VO: paru sous le nom "The wicked within" en septembre 2013
  • Ma note

Ari a réussi à repousser les sorts de la démoniaque déesse Athéna. Mais pour combien de temps ? Elle doit très vite trouver une solution pour se défaire de la malédiction de Méduse qui poursuit les femmes de sa famille depuis des siècles. Le remède se trouve peut-être dans une relique, la Main de Zeus, détenue par l'élite de la ville. C'est aussi ce que cherche depuis toujours Athéna... Ari doit mettre la main sur cet objet magique avant la déesse pour son bien et celui de toute la ville, de ses amis et de celui qu'elle aime, Sebastian...

Un grand merci à Fleuve Éditions pour l'envoi de ce livre.

 Voilà une saga que j'apprécie beaucoup! Et je dois bien admettre que ce dernier tome confirme ce sentiment! Car aussitôt reçu, aussitôt lu. Comme ses prédécesseurs, Diabolique se lit d'une traite. Efficace, addictif, on ne peut pas le lâcher des qu'on l'a commencé.

A ce moment de l'histoire, les choses deviennent relativement très sérieuses. Notre héroïne, Ari, est au centre d'un très grand conflit entre la déesse Athéna et les chefs du Novem. Elle-même a une grande part à jouer dans cette histoire et ce n'est pas chose aisée, d'autant plus que sa malédiction de gorgone lui pèse de plus en plus. Mais un remède semble exister et pour ça, il faudra prendre des risques et se mettre en danger. Chose qu'Ari devra faire, qu'elle le veuille ou non.

Le roman nous offre alors une intrigue tournant autour de cette quête particulière. Athena attend de Ari qu'elle retrouve les Mains, et en échange, elle la libérera de sa malédiction. Mais la Déesse est maligne, et plonge tout New 2 dans la confusion et la guerre. Cela laisse peu de temps à Ari d'agir. Ainsi le livre maintient un rythme effréné, qui tient le lecteur en haleine. Les personnages - bons ou mauvais - ne perdent plus de temps et nous sommes pris au coeur d'une guerre intense. L'action, le stress et l'adrénaline sont au rendez-vous, faisant de nous esclave du roman.

L'intrigue globale est donc toujours intéressante. Dans ce milieu où se côtoient Dieux grecs, égyptiens, créatures surnaturelles, le panel est coloré. Mais l'auteure se focalise trop sur la quête des Mains et au final, laisse certains pans de son histoire dans l'ombre. Les quelques surprises et révélations (certes je ne l'avais pas vu venir) n'eclipsent pas tout à fait les dernières questions restées en suspens. J'ai la sensation que l'auteure aurait pu prendre 100 pages de plus pour bien résoudre son histoire.

De même, les relations entre les personnages souffrent de lacunes. Si on sent que les liens entre Ari et les enfants se sont nettement renforcés, de même qu'on assiste à la construction d'une famille pas comme les autres, j'ai été déçue de sa "connexion" avec Sebastian. Celle-ci aurait du s'etoffer, l'auteure aurait du présenter un duo plus complice et plus soudé que jamais et on passe totalement à côté. Évidemment, certains événements de l'histoire justifie un peu la distance prise par les personnages, mais c'était tout de même là un point important et l'auteure n'en a pas profité. Dommage, j'en attendais clairement plus...

Quant au style, il reste très agréable, très fluide, très clair. Comme je le disais, ça se lit très vite. Mention spéciale à la double narration, avec une  majeure partie consacrée à Ari (qu'on suit à la première personne) et à Sebastian (qu'on suit à la 3ème personne). Cela donne une vue plus globale sur l'histoire.

Pour terminer, Diabolique conclut donc plutôt bien la saga Gods & Monsters. Son ambiance particulière m'aura une nouvelle fois séduit ainsi que sa mythologie. Je regrette cependant le manque de profondeur de ce tome qui aurait pu être largement mieux mais bon, il reste tout de même très agréable. La saga, originale, mérite qu'on s'y intéresse de près!


dimanche 22 juin 2014

Origin [LUX #4]

Origin mini

 

  • Nom: Origin [LUX #4] de Jennifer L. Armentrout
  • Lu en: anglais (364 pages)
  • Sorti le: 27 aout 2013
  • VF: à paraitre (pas de date)
  • Ma note

Daemon fera tout pour récupérer Katy. Après le raid réussi mais catastrophique à Mount Weather, il est face à l'impossible. Katy n'est plus là. Enlevée. Tout tourne autour de son sauvetage. Pas question que quelqu'un se mette en travers de son chemin. S'il faut, il brulera le monde entier pour la retrouver. Exposer sa race extraterrestre dans le monde? Avec plaisir. Tout ce que Katy peut faire, c'est survivre. Entouré d'ennemis, la seule façon dont elle peut s'en sortir c'est de s'adapter. Après tout, il ya des côtés de Daedalus qui ne semblent pas tout à fait fous, mais les objectifs du groupe sont effrayants et les vérités sont inquiétantes. Qui sont les vrais méchants? Daedalus? L'humanité? Ou les Luxen? Ensemble, ils peuvent faire face à tout.

Traduction personnelle du résumé.

Wahou. Quel tome! Je l'ai terminé il y a deux jours mais je n'arrive toujours pas à mettre des mots sur cette lecture! Que vous dire? Jennifer Armentrout me surprend encore une fois avec ce roman. Cette auteure est véritablement douée, c'est incroyable! Elle a un talent fou qui fait que ses livres sont superbes et parfaitement bien écrits, toujours addictifs.

Origin ne déroge pas à la règle. Après la fin du tome 3 qui était superbe mais insupportable, je ne savais que partiellement ce qui allait m'attendre ici. Le truc c'est que l'auteure a imaginé cette suite avec tant de brillance que j'en suis restée bouche bée. La première partie est peut être un peu prévisible, mais là encore, Jennifer prend le temps de nous dévoiler des enjeux très importants, très inquiétants et surtout très révoltants. Quant à la seconde partie du livre, je l'ai trouvée exceptionnelle. Non seulement elle propose une bonne dose d'adrénaline, de stress, mais elle est aussi très tendre. Mon petit coeur de midinette a fondu face à tant d'amour, c'était tout simplement magique, riche en émotion que j'en ai eu les larmes aux yeux.

Ainsi, si l'histoire est donc haletante et passionnante, le point fort reste bien sur nos personnages. Katy et Daemon sont exceptionnels. Ils ne forment pas seulement un duo, non c'est plus que ça. Chacun fait partie de l'autre et c'est magnifique! Leur complicité est belle à voir, à ressentir. Daemon a définitivement ouvert son coeur et je n'ai qu'un mot: wahou!!! Il m'a surprise, il m'a fait chavirer. Quel homme!!!! Bien entendu, que seraient Daemon et Katy sans leurs échanges verbaux terriblement drôles! Daemon apporte toujours la touche d'humour quand il faut. Et Katy, elle s'est montrée très courageuse que je l'ai beaucoup admirée. Outre nos deux héros, on oublie pas les autres, à savoir Dee, Dawson, Beth... Un plaisir de les voir prendre place dans l'aventure. Un régal de voir que tous se serrent les coudes face à une menace tellement grande qu'on se demande comment ils vont faire.

Et c'est là que je dois attendre le tome 5, plein de promesses, d'action, de réponses. Opposition va être explosif et va sûrement conclure la saga avec beauté. LUX est définitivement un must read, une lecture fantastique dans tous les sens du terme qu'il ne faut absolument pas rater!!!!

lecture-commune

Ce roman a fait l'objet d'une lecture commune avec Siham du blog Les faces cachées d'une flèche. Sans tarder, découvrez son avis sur le livre sur son blog!

samedi 14 juin 2014

Le remède mortel [L'Épreuve #3]

epreuve tome 3

  • Nom: Le remède mortel [L'Épreuve #3] de James Dashner
  • Lu en: français (381 pages)
  • Sorti le: 5 juin 2014
  • VO: paru sous le nom "The death cure" en octobre 2011
  • Ma note

Thomas sait qu'on ne peut pas faire confiance à Wicked.
Pourtant, ils prétendent que le temps des mensonges est révolu. Il leur faut désormais s'appuyer sur les Blocards, de nouveau en possession de tous leurs souvenirs, pour achever leur mission : compléter le projet de Cure...
Ce que Wicked ignore, c'est qu'il est arrivé quelque chose que ni Epreuve ni Variable ne pourrait avoir prévu : Thomas a conservé bien plus de souvenirs qu'il ne l'aurait fallu, et il sait désormais qu'il ne peut pas faire confiance à leur propagande...
Les mensonges sont finis, mais la vérité pourrait bien être fatale à ceux qui s'en approchent de trop près.
Y aura-t-il des survivants à la Cure Mortelle?

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Énorme déception. James Dashner, qu'avez-vous fait là? Vous qui aviez proposé un premier tome brillant, qui m'avait captivée, enchantée, vous m'offrez un troisième tome insipide, long, et ennuyeux. Oui, durant ma lecture, j'ai pensé bien fort que ce tome aurait dû s'appeler "l'ennui mortel".  Misère. J'aurai préféré que l'auteur cloture sa saga au tome 2 tiens, tant celui-ci n'apporte rien du tout à l'histoire. Pire, c'est du n'importe quoi. Non mais sérieusement? WTF comme on dit quand on est frustré! Tout ça pour ça? Are you kidding me??? 

Oui oui je suis en colère car j'avais tellement aimé l'originalité du tome 1, j'avais apprécié les épreuves du tome 2 et quand je vois pour quoi tout ça a été mis en place, j'ai envie de pleurer. Ou de rire! Le remède mortel a beau apporter quelques réponses, j'ai détesté la manière de faire de l'auteur. Déjà le livre est très long. Au début, le style me semblait addictif mais au bout de 100 pages, on se dit "ok, à quand l'action". A 200 pages, on attend toujours, à 300 pages on s'endort carrément. Ce livre tourne en rond, n'a vraiment pas de but précis. On aurait dit que James Dashner errait avec ses propres personnages, prenant les décisions sur le moment et puis improviserait... C'est le sentiment majeur que j'ai ressenti ici: de l'improvisation pour arriver à une certaine conclusion. 

Et les personnages ne rattrapent pas le niveau. Sauf Minho, fidèle à lui même. C'est le seul que j'ai continué à apprécier pleinement. Thomas est devenu imbuvable. Tu parles d'un héros! Il a été chiant tout le long. Il se croit un peu supérieur le monsieur mais quel boulet quand même! Il n'a aucun mérite. Grosse déception le concernant. A la fin j'en pouvais plus de le suivre! Quant aux autres, j'ai pas de mots. Encore une fois Dashner a voulu amener du mélodramatique à son histoire et j'ai crié au scandale. Trop facile. Sorti de nul part. Et vous savez le plus triste? Du coup, j'ai rien ressenti. Quel dalle. Quel gâchis....

Le style n'a pas non plus sauvé le roman, même si ça se lit très très vite. Les chapitres sont courts alors on enchaine relativement rapidement. Mais l'auteur a voulu surfer sur la vague du mystère du premier tome, et ça n'a plus pris. Au lieu d'évoluer dans son réçit, j'ai eu l'impression qu'on régressait. James Dashner avait mis la barre trop haute avec le labyrinthe. Au final, l'idée qu'il a eu se révèle banale, excepté le labyrinthe. Il conclut son histoire sans état d'âme, pensant apporter les réponses à nos questions mais sans vraiment creuser davantage.

En conclusion, je suis terriblement déçue par la fin de cette saga. Quel potentiel elle avait. Avec deux tomes assez addictifs, l'auteur se perd dans ses idées et offre une conclusion banale à une histoire qui aurait mérité tellement plus. Malgré cet avis assez négatif, je retiendrai principalement le premier tome qui sort véritablement du lot et qui porte à lui tout seul toute la saga. 

lecture-commune

Ce roman a fait l'objet d'une lecture commune avec Siham du blog Les faces cachées d'une flèche. Sans tarder, découvrez son avis sur le livre sur son blog!

 

mercredi 11 juin 2014

Au-delà des mots [Les Montgomery et les Armstrong #1]

au-dela-des-mots-de-maya-banks-mini

  • Nom: Au-delà des mots [Montgomery et Armstrong #1] de Maya Banks
  • Lu en: français (376 pages)
  • Sorti le: 7 mai 2014
  • VO: paru sous le nom "Never seduce a Scot" en septembre 2012
  • Ma note

Eveline Armstrong est férocement aimée et protégée par son clan, bien qu'à l'extérieur de celui-ci, on la considère un peu "dérangée". Car malgré sa beauté, elle ne parle pas. Personne, pas même sa famille, ne sait qu'elle ne peut rien entendre. Satisfaite de sa vie de recluse, Eveline a appris à lire sur les lèvres tandis que le monde la prend pour une idiote. Mais quand un mariage arrangé avec un clan rival fait de Graeme Montgomery son époux, Eveline accepte son devoir. Graeme est intrigué par la mystérieuse Eveline, dont les lèvres silencieuses sont un appel à la tentation, et dont les grands yeux pétillants d'intelligence semblent voir à travers son âme. Alors que l'intimité entre eux grandit, il apprend son secret. Mais quand les rivalités entre clan mettent la vie de la femme qu'il commence à chérir en danger, le guerrier écossais remuera ciel et terre afin de sauver celle qui a éveillé son coeur...

Je ne lis pas très souvent de romances historiques, mais celle-ci m'avait fortement intriguée suite à la chronique passionnée de Siham sur son blog. Je l'avais ajouté à ma wishliste d'emblée et Siham en a profité pour me l'offrir comme cadeau d'anniversaire. Et vous savez quoi? Elle a bien fait! Parce que j'ai adoré cette romance. Déjà, elle est arrivée au bon moment, c'était une lecture dont j'avais besoin. Mais au-delà de ça, j'ai découvert une superbe histoire d'amour.

Dans les Highlands, les clans les plus puissants n'hésitent pas à se faire la guerre pour un oui ou pour un non. Lassé de ce petit jeu, le roi ordonne un mariage arrangé entre les deux grands ennemis jamais connus: les Montgomery et les Armstrong. Cette annonce résonne comme une trahison de part et d'autre des clans mais chacun semble tout de même résigné. Ainsi, le laird Montgomery n'a d'autre choix que d'épouser la seule fille Armstrong qu'on dit dérangée mentalement.

Le roman commence des lors avec ce mariage entre Eveline Armstrong et Graeme Montgomery. Elevés dans une haine profonde, les deux clans se détestent et peinent à rester dans la même pièce. Mais lorsque Eveline et Graeme se rencontrent, leurs barrières semblent s'effriter. On sent directement une attirance des deux côtés même si chacun n'osera se l'avouer. Le devoir avant toute chose, Eveline et Graeme se plieront à la volonté du roi. Mais le coeur ne décide pas qui on aime....

Ce roman est avant tout une belle histoire d'amour où les sentiments s'éveillent petit à petit pour devenir inconditionnels. C'est très beau et les coeurs d'artichauds ne pourront que fondre. Mais Au-delà des mots c'est aussi une histoire bien plus profonde sur la différence, les préjugés, l'éducation, les croyances, l'acceptation. L'auteure traite ces sujets avec tant d'aisance et de beauté qu'elle nous offre ici une histoire magnifique, douce, poignante, criante de vérité, dégoulinante d'amour mais aussi de fierté. 

Les personnages ne sont pas en reste, oh non, ils apportent encore plus de charisme au roman. Eveline est vraiment hyper attachante, elle a vecu tellement de choses mais garde la tête et haute et se montre digne. J'ai adoré ce personnage si fort et si sensible à la fois. Quant à Graeme, sous sa carrure de guerrier et ses grands airs de laird, il est tout aussi touchant. Il a un coeur gros comme ça et son amour pour Eveline est vraiment très beau. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences! Outre notre couple, j'ai beaucoup apprécié leur famille respective, en particulier les frères et la soeur de Graeme. Le sens de la famille est vraiment en avant et c'est plus qu'agréable.

En conclusion, je comprends tout à fait le coup de coeur de Siham. Si je n'en ai pas eu, j'ai tout de même adoré cet univers, cette romance et tous ces messages passés par l'auteure. Je lirai sans aucun doute la suite des aventures des Montgomery et des Armstrong!

vendredi 6 juin 2014

The Fault In Our Stars

fault-in-our-stars-paperback-movie-tie-in

 

  • Nom: The Fault In Our Stars de John Green
  • Lu en: anglais (315 pages)
  • Sorti le: 8 avril 2014 pour la Movie Tie-In Edition
  • VF: paru sous le nom "Nos étoiles contraires" en février 2013
  • Ma note: /

Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Vous avez remarqué, je n'ai pas mis de note. La simple raison est que je ne peux pas mettre de note. Je ne peux pas dire que j'ai adoré ce livre, je ne peux pas dire que c'est un coup de coeur, comme je ne peux pas dire que c'était sympa, moyen ou à éviter. Non, rien de tout ça. Ce livre, il m'a retournée. J'ai là, en ce moment, la gorge nouée, j'ai mal partout, j'ai encore envie de pleurer et les personnages me hantent. The Fault In Our Stars m'a touché au plus profond de moi mais je ne peux pas dire que j'ai aimé cette histoire.

Vous savez, quand je lis, c'est pour rêver en général, c'est pour m'immerger dans un monde qui n'est pas le mien. Or ici, c'est tout le contraire. Je viens de lire un livre réel dans tous les sens du terme. Et ça, c'est dur pour moi. Du coup, pour être honnête, j'ai installé d'emblée des barrières entre le livre et moi. Je ne voulais rien ressentir mais ressentir les émotions tout de même. Toute une contradiction. Finalement, l'émotion a pris le pas même si je n'ai pas laissé mes sentiments complètement s'exprimer. Je me suis attachée aux personnages mais ils me faisaient souffrir avec eux. J'ai essayé de me rattacher à l'humour présent dans le roman, à l'amour qui transpire les pages, mais ce côté-là du roman est tellement présent que sans cesse, je reconstituais mes barrières.

Pour être honnête, j'ai vécu des drames qui m'ont marquée profondément. Qui ont changé la vision que j'ai de la vie. Aussi ce livre m'a rappelé mes propres chagrins, m'a rappelé les questions existentielles que je tente d'oublier. Parce que tout ça, ça me fait peur. Oui je ne suis pas à l'aise. D'où ces barrières.

Mais la force des personnages a réussi à dépasser mes barrières et je me suis laissée emporter. Hazel et Gus sont vraiment exceptionnels et je pèse mes mots. Malgré l'omniprésence de la maladie, The Fault In Our Stars c'est avant tout une histoire pleine d'amour écrite brillamment. Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce livre, mais il ne m'a pas laissé indifférente. Que du contraire.

mercredi 4 juin 2014

Imposteur [Imposteur #1]

imposteur

  • Nom: Imposteur [Imposteur #1] de Susanne Winnacker
  • Lu en: français (348 pages)
  • Sorti le: 15 mai 2014
  • VO: paru sous le nom "Impostor" en mai 2013
  • Ma note

Rejetée par sa famille à cause de son don, Tessa est accueillie à bras ouverts par la Cellule des aptitudes extraordinaires, branche ultrasecrète du FBI qui recrute des jeunes doués de pouvoirs surnaturels. Après deux ans d'entraînement intense, elle maîtrise enfin le sien : la métamorphose.
Mais les choses sérieuses commencent vraiment pour Tessa lorsqu'un tueur en série sème la terreur dans une paisible ville de l'Oregon. Pour confondre le meurtrier, elle va devoir prendre les traits de Madison, l'une des victimes, laissée pour morte. Dans le rôle de la brebis sans défense, Tessa attend que le loup vienne parachever son oeuvre macabre...

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Des que j'ai commencé à lire les premières lignes, j'ai su que je n'allais pas lâcher ce livre avant de l'avoir fini. Et cela s'est confirmé, je l'ai dévoré en une après midi!! Imposteur est un vrai page-turner qui nous embarque dans son univers immédiatement. Son ambiance est tellement prenante qu'on n'en fait qu'une bouchée. Et ça, j'ai adoré!

L'histoire, le résumé la raconte pour nous. Tessa est une Variante. Elle possède des capacités hors du commun, un peu à la X-Men. Son don à elle? Prendre l'apparance de n'importe qui. Oui, c'est un peu la Mystique du groupe! Recueillie par la CAE, Tessa met son don pour faire le bien. Son quotidien se résume à s'entrainer pour pouvoir affronter tous les scénarios possibles. Sauf qu'un tueur en série sévit dans une toute petite ville et la seule qui a le don de l'arrêter, c'est bien Tessa.

D'emblée on est embarqué dans cette aventure avec Tessa, qui devra prendre la place d'une des victimes. Gore me direz-vous, moi j'ai trouvé ça plutôt triste. D'autant plus que Tessa a du mal à gérer ses émotions quant à cette situation. Et c'est ce qui la rend encore plus attachante. D'un côté, elle s'efforce de faire son travail, de faire le bien, mais cette manière de faire est dure pour elle. S'intégrer dans une famille, prendre la place d'une autre, tout ça va bouleverser notre héroine. Elle est assez sensible du coup mais paradoxalement, reste très forte.

L'intrigue ne perd pas de temps, de fait, le livre nous tient en haleine tout le long. J'ai beaucoup apprécié l'évolution de l'histoire - que ce soit l'enquête mais aussi la nouvelle vie de Tessa, ses problèmes et ses amours - même si la fin est pour moi un peu trop précipitée. C'est sans doute le bémol qui m'empêche de mettre la note supérieure. Tout le long, on se prend au jeu, on soupçonne tout l'entourage de Madison/Tessa et puis bam, on est mis face au tueur. Surprise ou pas, ce sera à vous de voir. Mais à son identité révélée, cela s'enchaine un peu trop vite. Cela dit, il faut reconnaitre que ce premier tome pose aussi les bases et que cette histoire est une sorte de prétexte à la suite qui s'annonce bien plus importante encore. 

En bref, j'ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture. C'est fluide, les personnages sont intéressants et je me réjouis d'en voir plus. Leurs pouvoirs ne sont pas encore assez mis en avant pour moi donc j'ai de belles attentes pour le tome 2. Pour le reste, ce thriller YA mérite franchement qu'on s'y intéresse! Il a tout pour plaire et faire passer un bon moment de lecture!