► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Mes chroniqueuses Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
samedi 18 octobre 2014

Si je reste

si je reste pkj

  • Nom: Si je reste de Gayle Forman
  • Lu en: français
  • Pages: 186 pages
  • Sorti le: 11 aout 2014 pour cette édition tie-in
  • VO: paru sous le nom "if i stay" en avril 2009

Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis... Et puis vient l'accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes : d'abord, elle entend tout ce qu'on dit autour de son lit d'hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C'est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.

Un grand merci à PKJ pour l'envoi de ce livre.

Lorsque le film a été annoncé, ce livre m'a plutôt intrigué. Les affiches promos étaient sublimes mais l'histoire, difficile, me freinait un peu. Finalement je me suis lancée dans la découverte de cette histoire, en commençant par le film. J'avais espéré lire le roman avant mais je m'y suis prise un peu sur le tard. De fait, lorsque j'ai enfin lu le livre, j'avais tout le film qui défilait.

Alors que j'avais beaucoup apprécié l'adaptation, je dois avouer ne pas avoir été embarquée dans ce roman. Pourtant je m'y suis d'emblée retrouvée car l'essentiel est très bien retranscrit à l'écran. Mais voilà, dans le roman, tout se passe vite et à une certaine distance. Mon gros problème ici, c'est que je n'ai rien ressenti. Avec du recul, je trouve que l'actrice a apporté bien plus d'émotions à son personnage qu'elle était censée le faire. La Mia du livre se veut être dans un état fantôme et ne ressent rien. Elle nous raconte ce qui se passe avec détachement. Du coup, je suis restée aussi détachée qu'elle.

Je pense que le fait d'avoir vu l'adaptation a joué aussi. Finalement, quand on regarde cette histoire à l'écran, on a la musique qui accompagne le tout, on perçoit les sentiments. Ici, j'ai trouvé l'écriture fluide mais encore une fois, lointaine. Je n'ai absolument pas ressenti l'amour d'Adam et Mia. Je n'ai pas vibré avec notre héroine pour son instrument. Tous ces éléments pourtant forts de l'histoire - et encore une fois, bien mis en avant dans le film - sont ici atténués. Les flashbacks m'ont du coup un peu ennuyée car je ne me sentais pas concernée.

Ce sont plutôt les moments présents qui ont été les plus intenses et malgré ma distance par rapport à ça, on ne peut s'empêcher de penser aux questions existentielles de la vie. Même si le livre retranscrit mal l'émotion à mon sens, Gayle Forman nous livre tout de même un roman important traitant de la vie, de la famille, de la perte, de l'amour, les croyances. C'est plein d'espoir et de chagrin à la fois.

En conclusion, je n'ai malheureusement pas ressenti grand chose à ma lecture, ayant largement préféré ce que j'ai vu à l'écran. Le livre et le film se complètent néanmoins très bien et sont à lire/à voir au moins une fois.


vendredi 17 octobre 2014

21è Jour [Les 100 #2]

les 100 tome 2

  • Nom: 21e Jour [Les 100 #2] de Kass Morgan
  • Lu en: français
  • Pages: 366 pages
  • Sorti le: 23 octobre 2014
  • VO: paru sous le nom "Day 21" en septembre 2014
  • (note de 3,5/5 en réalité)

5e Jour.
Sous la menace d'un ennemi invisible, Wells s'efforce d'empêcher les 100 d'imploser, bien décidé à protéger les derniers humains sur Terre.
11e Jour.
À bord de la Colonie, Glass ne sait pas combien de temps il lui reste à vivre : elle veut profiter de la moindre seconde avec Luke.
17e Jour.
Dans la forêt hostile, Bellamy ferait n'importe quoi pour secourir sa soeur Octavia, quitte à se sacrifier pour elle.
21e Jour.
Après une cruelle série de drames, Clarke se demande si les 100 sont enfin en sécurité ou s'ils ne sont que des morts en sursis...

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

Note: Petit risque de spoilers sur le 1er tome, à ne pas lire si vous ne connaissez pas du tout l'univers.

Souvenez-vous, ma lecture du tome 1 avait été une vraie déception, en tout début d'année 2014. Cependant, la fin m'avait également rendue assez curieuse et c'est donc intriguée que j'ai plongé dans ce tome 2 des sa réception. Autant vous dire, ce second opus se lit à vitesse grand V et à mon grand soulagement, il est bien meilleur que son prédécesseur.

21e Jour reprend là où Les 100 s'était arrêté. L'horreur vient de frapper le camp, et la petite vie tranquille du groupe se trouve secouée par une menace que personne n'attendait: d'autres gens sont bien présents sur Terre. La panique afflue mais Wells, notre chancelier Junior fera son maximum pour garder un groupe soudé. Il ne sera pas au bout de ses peines... Alors que le camp est en émoi, une mystérieuse maladie accable quelques personnes tandis qu'une née-Terre espionne le groupe...

Ce tome 2 se partage toujours entre nos 4 personnages principaux: Wells, Bellamy, Clarke et Glass. Les chapitres fluides passent de l'un à l'autre avec facilité, chacun apportant sa vision des choses. A contrario du premier tome où les personnages ne se préoccupaient que de leur petite personne, ici, nos héros pensent enfin au groupe. Ils sont davantage obnubilés par ce qui se passe autour d'eux, qu'eux-mêmes. Mieux encore, une cohésion se forme enfin. Ce n'est plus l'histoire des 4, comme je me plaisais à le dire dans ma chronique du premier tome, mais bien l'histoire d'un groupe.

En effet, celui-ci s'affirme un peu plus et certains personnages comme Graham, Eric, Kendall, etc se détachent un peu du reste. L'interaction est plus grande et on peut mieux s'imaginer au coeur de la vie de camp. Sans oublier notre menace qui vient enfin apporter une part de mystère, celle que je recherchais depuis le départ. On entre alors dans une intrigue intéressante où se mêlent questions, découvertes, action, violence. Nos personnages bougent, vont plus loin que leur base et leurs croyances sont mises à rude épreuve. Non seulement ils ne sont pas seuls sur Terre, mais en plus il semblerait que la Colonie leurs ait caché de nombreuses informations... 

C'est donc bien plus palpitant que le premier tome bien que l'ensemble reste tout de même superficiel. Je regrette que les choses ne soient pas plus creusées, notamment sur les sentiments des personnages. La romance, reléguée heureusement au second plan, est toujours aussi gnangnan. Les explications arrivent également trop vite. Le mystère et la tension ne se gardent pas assez longtemps. D'ailleurs la fin est assez facile et ne propose pas de cliffhanger. Par contre, elle reste intrigante et va permettre au prochain tome d'évoluer encore d'un cran.

Quant à nos personnages, je les ai bien mieux appréciés ici. Comme je disais, chacun s'affirme et ne pense plus nécessairement à son petit intérêt personnel. Wells devient leader malgré lui, Clarke et Bellamy forment un duo pas si inattendu que ça tandis que Glass nous tient au courant de ce qui se passe sur le Vaisseau. Alors que j'avais beaucoup aimé ses chapitres dans le précédent tome, ici Glass se révèle un peu ennuyeuse. L'auteure n'a qu'un but pour elle et on sent qu'elle tire un peu sur la corde pour y arriver. Pour une fois, c'est notre trio sur Terre qui m'a bien tenu en haleine avec leurs découvertes et aventures.  Petite mention aux flashbacks bien placés et peu nombreux mais qui se sont révélés intéressants, nous en dévoilant plus sur la personnalité de chacun.

En conclusion, je ne dirai pas que ce tome brille de mille feux, il reste un peu trop superficiel à mon goût mais force est de constater qu'il nous emmène enfin au coeur du sujet, à savoir cette survie sur Terre. L'intrigue est bien plus prenante, nos héros ont le caractère qui s'affirme, de nouvelles questions sont posées et le tout passe plutôt bien. 21e Jour propose une progression logique et agréable à la saga, permettant au lecteur de passer un bon moment lecture. Malgré quelques failles dans la traduction, le roman s'engloutit très vite et devrait vraiment ravir les fans de la première heure. J'espère en tout cas que l'auteure continuera sur ce chemin et que le prochain tome se révélera explosif!

jeudi 9 octobre 2014

La Chute d'Elroniel [Jeux de Pouvoir #1]

jeuxpouvoir

  • Nom: La chute d'Elroniel [Jeux de Pouvoir #1] de Westley Diguet
  • Lu en: français
  • Pages: 366 pages
  • Sorti le: 14 mai 2014

Tant que Gilmaril, Seigneur d’Elroniel veille, notre monde est en paix. Le jour où il disparaît… La paix règne depuis plusieurs milliers d’années sur la Terre Sacrée ; Gilmaril, Seigneur d’Elroniel, Marcus, Roi aimé du Vandil et Fondïr, Monarque redouté du Wayr gouvernent chacun leur territoire d’une poigne de fer. Au décès prématuré du roi Marcus, le prince héritier du Vandil monte sur le trône, remettant en cause toute l’organisation des Royaumes. Les anciennes alliances peuvent-elles résister à la nouvelle génération ? Lorsque la princesse Elronienne tombe amoureuse d’un prince alors qu’elle va devoir en épouser un autre afin de préserver l’harmonie, tout bascule. Le fragile équilibre pourrait bien être rompu et plusieurs têtes risquent de tomber dans une bataille hors norme, dépassant de beaucoup toutes les prédictions. Quand l’envahisseur arrive, pour certains, la seule échappatoire est la fuite. La Chute survient et personne n’est à l’abri du chaos.

Cela faisait longtemps que je voulais découvrir un des romans de Westley Diguet. L'occasion s'est présentée lorsque Jeux de Pouvoir est sorti. Ce qui m'a tout d'abord attirée, c'est la couverture, grandiose. Quel magnifique travail d'artiste. Ensuite, et il faut admettre que c'est le plus important, le résumé m'avait tapé dans l'oeil. Pour ceux qui me connaissent bien, lorsqu'un livre traite d'elfes, je ne peux que plonger dessus.

D'emblée, Westley Diguet nous embarque dans son univers. J'ai fortement apprécié la carte du monde imaginée par l'auteur en tout début de livre. Celle-ci nous permet déjà de prendre nos premières marques, de même que le lexique qui nous introduit aux différents personnages. Qu'à cela ne tienne, Westley maîtrise parfaitement son sujet. Ainsi, lorsqu'on plonge véritablement au coeur des ces 3 royaumes que sont le Vandil, Elroniel et le Wayr, nous ne sommes pas perdus. Chaque personnage a sa place, son rôle et tout est parfaitement défini.

Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance d'une jolie brochette de personnages. J'ai aimé chacun d'eux, excepté bien sur les crapules du Wayr. J'avoue avoir eu une affection toute particulière pour les deux frères du Vandil, Isundel et Eowaril. Chacun a une personnalité si différente et si proche à la fois. Isundel, jeune roi du Vandil, m'a beaucoup touchée car il tente de faire de son mieux pour accomplir son devoir. Le jeune roi ne se doutait pas qu'il aurait à faire face à une terrible guerre. 

Une terrible guerre qui est ici la ligne conductrice du roman. Elle nous embarque dans des complots, dans une politique incroyable. Chapeau à l'auteur d'avoir pensé à tous les petits détails. Son roman présente une belle dynamique puisqu'il est partagé entre plusieurs personnages conducteurs. Ainsi, nous avons une vision plus large de ce qui se trame sur les Terres Sacrées des Elfes. Un beau tour de main qui tient en haleine le lecteur.

Et si Westley Diguet maîtrise à la perfection son univers, aisément exploité, il y a tout de même quelques faiblesses à souligner, notamment dans le style que j'ai trouvé parfois inégal. Je ne sais pas comment vous dire. Mais par certaines attitudes, le roman perdait de son naturel et de sa royauté. Autre point qui a grandement gâché ma lecture et qui doit être souligné pour être mieux corrigé, ce sont les trop nombreuses fautes d'orthographe. Je suis consciente qu'on en fait tous, c'est normal. Qu'on en retrouve, une ou deux ou trois dans un roman, ça arrive. Mais ici, j'ai fini par ne plus les compter. Les fautes sur les accords du participe passé m'ont particulièrement gênée. Des oublis de mots, de la distraction... De ce côté, j'avoue avoir été déçue. 

Heureusement, ce que je retiens ici c'est l'univers très complexe mais très bien amené par l'auteur. On rencontre des personnages forts et attachants, on est servi quant à l'action, on est intrigué par la tournure des choses. Ce qui est certain, c'est que je lirai la suite avec plaisir. 

mercredi 8 octobre 2014

Aristotle and Dante discover the secrets of the universe

aristotle-and-dante-discover-the-secrets-of-the-9781442408937_lg

  • Nom: Aristotle and Dante discover the secrets of the universe [One Shot] de Benjamin Alire Saenz
  • Lu en: anglais
  • Pages: 358 pages
  • Sorti le: 21 février 2012
  • VF: A paraitre courant 2015

Aristote est un adolescent en colère contre un frère en prison. Dante est un je-sais-tout qui a une façon inhabituelle de regarder le monde. Quand les deux se rencontrent au bord de la piscine, ils semblent n'avoir rien en commun. Mais comme les solitaires commencent à passer du temps ensemble, ils découvrent qu'ils partagent une amitié spéciale du genre qui change les vies et dure toute une vie. Et c'est grâce à cette amitié que Ari et Dante vont apprendre les vérités les plus importantes sur eux-mêmes et le genre de personnes qu'ils veulent être.

Traduction personnelle du résumé.

Et bien voilà. Tous les blogueurs que je connais qui ont lu ce roman ont adoré. Il a été qualifié de surprenant, intense, magnifique, bouleversant. Et moi? Je n'ai franchement rien ressenti de tout ça. Comme une outsider, l'histoire de Ari et Dante m'a semblé sympathique mais clairement, la magie n'a pas opéré.

Je m'attendais à de la grande poésie, des messages forts. J'ai plutôt suivi durant 358 pages un ado en colère qui remet le monde en cause. Aristotle - dit Ari - a 16 ans au début du roman. Pendant un an, on va le suivre dans sa vie. Et pendant un an, le jeune garçon n'a cessé d'être en colère. De fait, Ari est un personnage que j'ai peu apprécié. En colère oui, mais aussi un peu déprimé. Vivre et revivre les mêmes questions sans cesse à travers tout le livre lui a donné un aspect pesant. 

J'ai néanmoins bien compris les questions existentielles que se pose Ari. Après tout, qui ne s'en pose pas? Mais à son âge, c'est un peu triste. Ari est très différent, il garde tout pour lui, il n'aime pas les gens, il ne parle pas, il se sent misérable. Il est certain qu'à cet âge on se cherche une identité. Mais j'aurai aimé que d'autres aspects de la vie du jeune homme soient plus développés. L'auteur s'est réellement focalisé sur la colère d'Ari et ce qui l'entoure. Ari veut des réponses à ses questions mais ne les posent pas. Ari a de mauvais rêves, mais n'en parle pas. Ari rencontre Dante, mais a peur de lui confier ce qu'il ressent. Au bout du compte c'est très long. 

Quant à Dante, heureusement, il m'a fait meilleure impression. Bien qu'on le découvre à travers les yeux tristes de Ari, Dante se veut plus enjoué, plus sur de lui. C'est un trait de caractère que j'ai mieux apprécié, Dante est bien plus sociable. Il a le mérite d'affirmer très tôt dans le roman ses choix. Car ne nous voilons pas la face, le roman nous parle d'amour. D'abord sous plusieurs formes, l'amour familial, l'amitié profonde et puis la recherche du véritable amour. Et si Dante sait où il va, Ari reste dans le flou.

Et c'est un des points faibles du roman selon moi. A travers certaines actions bien définies on devine ce que ressent Ari. Mais sa prise de conscience arrive bien trop tard et un peu trop "sur le tas". J'aurai bien aimé voir Ari se poser plus de questions sur son identité sexuelle, puisque c'est clairement un des messages du livre à contrario de toujours se focaliser sur la même chose.

C'est peut être là le processus de recherche de soi, mais la manière dont l'auteur a amené les choses ne m'a pas toujours semblé juste. Déjà, j'ai eu l'impression de lire des flashs de la vie de nos héros. Les chapitres sont décousus et très peu fluides entre eux. J'ai eu le sentiment que Saenz voulait juste capturer les moments importants. Son style reste aussi plutôt banal, offrant peu de descriptions pour énormément de dialogues très courts et extrêmement répétitifs. Par contre, je dois avouer que le fait que le roman propose de très courts chapitres et plusieurs parties, facilite la lecture. Cela nous permet d'avancer rapidement et de tourner les pages encore et encore.

En conclusion, si j'ai très bien compris les messages du roman, si j'ai apprécié la fin que j'ai trouvé très belle - et qui m'a un peu réconciliée avec Ari - je n'ai pas trouvé que ce livre était exceptionnel. D'autres m'ont bien plus bouleversée ou émue. Il devrait cependant plaire à ceux qui apprécient la quête de soi et le côté réaliste des sentiments. Pour ma part, c'est un livre que je trouve sympathique mais pas sensationnel. 

lecture-commune

Aristotle and Dante discover the secrets of the universe a fait l'objet d'une lecture commune avec ma partenaire Blandine du blog Lis-moi, Lie-toi! Sans tarder, découvrez son avis sur le roman!

lundi 6 octobre 2014

The Iron Trial [Magisterium #1]

iron trial cover

 

  • Nom: The Iron Trial [Magisterium #1] de Cassandra Clare & Holly Black
  • Lu en: anglais
  • Pages: 295 pages
  • Sorti le: 9 septembre 2014
  • VF: A paraitre le 16 avril 2015 chez PKJ

La plupart des enfants feraient n'importe quoi pour passer le Iron Trial. Mais pas Callum. Non, lui il veut échouer. Toute sa vie, son père l'a mis en garde contre la magie. S'il réussi le test du Iron Trial et s'il est accepté au Magisterium, cela ne peut entrainer que de mauvaises choses.
Callum a tenté de faire tout échouer. Mais il a raté son coup. Maintenant le Magisterium l'attend, un endroit sombre mais sensationnel où se cachent de vieux secrets liés à son passé qui détermineront son futur....
Le Iron Trial n'est que le début, le plus grand des tests reste encore à venir...

Traduction personnelle du résumé.

First, a few words to thank netgalley for the numeric version. This book was beautifully written. I loved the atmosphere, the magical world. The Iron Trial was interesting from the beginning to the end. Well, I have to say a whole part of the book was a little slow but it is a first book so I understand the authors and the need to take time for explaining things. I was really surprised by the revelation at the end. It was phenomenal, well thought. I can't wait to read the sequel now because I really don't know where we are going....

***

Ce livre, il me rendait curieuse de part sa couverture et son résumé qui me faisait un peu penser à un certain Harry Potter. Ayant appris que Cassie venait en dédicace en Belgique, je n'ai pas résisté plus longtemps à l'acheter (bien que je l'avais en numérique grâce à netgalley). L'avoir en mains est autre chose, le livre est tellement beau que j'ai directement entamé la lecture. Et je n'ai pas pu m'arrêter. Le style de Cassandra Clare et Holly Black est tout simplement addictif, le tout couplé à une ambiance mystérieuse. On ne peut que tourner les pages encore et encore.

The Iron Trial est un tome d'introduction, aussi les 3/4 du livre sont assez calmes. En effet, les deux auteures ont pris le temps nécessaire pour nous plonger dans leur univers. D'emblée, nous faisons la connaissance de Callum Hunt, ce petit garçon de 12 ans au genou défectueux qui lui vaut d'être le souffre douleur de tout le monde. Depuis longtemps, il sait qu'il devra passer le procès de Fer, un grand test magique qui lui ouvrira les portes de l'école Magisterium. Mais depuis toujours, il sait qu'il doit à tout prix échouer. Malheureusement, Call échoue à échouer et se retrouve embarqué pour le Magisterium.

Avec lui, on découvre alors cette école sous-terraine mais pas seulement. Comme dit précédemment, Cassie et Holly prennent le temps de nous expliquer les choses. Ainsi, les élèves sont répartis en groupes avec un Maitre. Si le groupe de Call n'est composé que de 3 élèves (lui inclus) d'autres groupes sont plus larges. Chaque groupe reste soudé car il est évalué comme un tout, une équipe. Ainsi, Call n'a d'autre choix que de nouer une bonne entente avec Aaron et Tamara, ses camarades.

Le trio est très sympa à suivre. Je vous arrête de suite, ce trio n'est pas à comparer avec Harry, Ron et Hermione. En fait, l'ambiance est tellement différente qu'on ne peut pas trouver des similitudes. Aaron, Call et Tamara mettent du temps à s'apprécier, à se rendre compte qu'ils forment une vraie équipe et que c'est comme ça qu'ils doivent agir, pour l'intérêt de chacun. On assiste à la formation de leur amitié et on ne peut que s'attacher à eux. D'autant plus qu'ils ont un rôle tout à fait particulier.... Oubliez les clichés, vous serez bien surpris.

Car oui, on est surpris. Abasourdis même. Alors que les 3/4 du roman nous proposent une routine composée de cours, de partages, de découvertes au sein de l'école, le danger n'est jamais loin. Depuis des années, l'Ennemi terrorise les Mages. Malgré qu'un traité ait été conclu, personne ne se sent à l'abri et il manque à nos mages un sauveur. Alors quand celui-ci se manifeste on est surpris. Mais quand nos croyances sont remises en question à cause d'un twist aussi énorme qu'inattendu, on reste là, bouche bée. C'est tellement bien pensé qu'on n'y croit pas au début. Et puis on se dit qu'on veut carrément la suite parce que c'est juste phénoménal.

Voilà un univers incroyable et original dans lequel on tombe avec notre trio et ses amis. Un univers passionnant qui prend le temps de se mettre en place mais qui offre une révélation bombesque qui fait de Magisterium un livre à lire absolument. Pour moi tous les éléments sont réunis pour en faire une saga inconournable. Je pourrai même avancer qu'on a là un digne successeur à un certain Harry Potter. Le monde imaginé, les plumes fluides des auteures, les personnages à la personnalité surprenante devraient plaire à un grand nombre de lecteurs en quête de magie et d'aventure. 


mercredi 1 octobre 2014

The moment of everything

moment of everything

  • Nom: The moment of everything de Shelly King
  • Lu en: anglais
  • Pages: 288 pages
  • Sorti le: 2 septembre 2014
  • VF: A paraitre au printemps 2015 sous le nom "Le coeur entre les pages"

Maggie Duprès, récemment «involontairement séparée de la masse salariale" à Silicon Valley, passe ses journée au Dragonfly, une librairie de livres d'occasion. Lorsqu'elle a l'opportunité de travailler dans un book club, Maggie n'hésite pas, même s'il faut lire en une soirée L'Amant de Lady Chatterley, un livre qu'elle n'a pas rencontré depuis le collège. Mais au lieu de trouver une version moderne du roman, Maggie trouve une vieille édition hardcover, où les pages sont remplies d'annotations entre deux amoureux. Dans sa recherche concernant leur histoire, Maggie va aussi se découvrir et ce qui l'attend est aussi surprenant qu'inattendu...

Traduction personnelle du résumé.

Lorsque j'ai trouvé ce livre sur internet - probablement sur goodreads - j'ai tout de suite été attirée par la couverture. Des livres et un chat, il n'en fallait pas plus pour attiser ma curiosité. Le résumé m'a également plu tout de suite et je n'ai pas résisté. Aussitôt reçu, aussitôt lu. The moment of everything est une lecture vraiment superbe qui fait passer de nombreux messages.

Maggie Duprès, jeune trentenaire, tente de se reconstruire après avoir perdu son travail à la start-up ArGoNet où elle travaillait depuis des années avec son meilleur ami Dizzy. Démotivée, Maggie passe le plus clair de son temps dans une petite librairie qui propose des livres d'occasion: le Dragonfly. La lecture est une grande passion pour Maggie, en particulier les romances, mais vous savez, ces romances où les héroines ont du caractère. Connaissant bien le patron, Hugo, Maggie vit également dans le même duplex que lui.

Lorsque Dizzy lui dégote enfin un rendez vous avec la richissime Avi dans un book club, qui pourrait la remettre sur les rails, Maggie est obligée de lire L'Amant de Lady Chatterley, un livre qu'elle n'aime pas vraiment. Quelle ne fut pas sa surprise de trouver une correspondance entre deux jeunes gens dans les marges d'une vieille copie prêtée par Hugo... Commence alors pour Maggie une quête passionnante sur elle-même, ses envies, ses ambitions.

Ce roman nous embarque dans une histoire réelle à laquelle on peut facilement s'identifier. Je me suis tout de suite sentie proche de Maggie, ayant moi-même traversé des périodes de remises en question par rapport à mon avenir professionnel. Maggie est une pro du management, de fait elle s'y connait en promotion internet (et bien sur quand on parle sites web et codes, moi j'y vois de suite clair!). Aussi, quand elle se trouve face à un choix draconien, j'ai trouvé qu'elle réagissait de la meilleure façon: avec son coeur. Choisir entre passion et argent, parfois, il n'y a qu'un pas.

Mais le Dragonfly a eu raison de Maggie comme il a eu raison de moi. Quel plaisir de passer des heures dans ce lieu rempli de livres qui vous racontent chacun une histoire. Pas seulement celle enfermée entre les pages mais celle qu'ils ont vécu de mains en mains. Le Dragonfly est poussiéreux, bordélique, mais Maggie finit par se sentir chez elle. Elle y apporte la touche de modernité, un souffle de nouveau tellement incroyable que le Dragonfly vit là ses meilleurs jours. Dans cette ambiance particulière, Maggie rencontre Jason, un employé au caractère bourru mais sensible et fin connaisseur, et bien sur Hugo. Avec eux, on voit défiler un certain nombre d'autres personnages. Chacun a sa personnalité bien définie et chacun pose son empreinte. Même Henry et Catherine, les amoureux correspondant au travers du livre de Lady Chatterley ont leur place. En fait, ils sont carrément le fil conducteur dans la vie de Maggie. Ils lui apportent toutes les réponses dont elle avait besoin.

The moment of everything est un roman à la fois simple et complexe. Il met en lumière les relations humaines, la recherche de soi, la vie, l'amour, la persévérence. Il démontre que nous sommes maîtres de nos choix et que nous devons toujours suivre notre coeur, faire ce qui nous semble juste. Les personnages sont aussi attachants que réels. Les messages qu'on retient du livre sont beaux et criants de vérité. Un roman écrit pour tous les amoureux des livres mais pas seulement. Surtout, foncez.

 

lundi 29 septembre 2014

Le chardon et le tartan [Outlander #1]

La Chardon et Le Tartan

 

  • Nom: Le chardon et le tartan [Outlander #1] de Diana Gabaldon
  • Lu en: français
  • Pages: 858 pages
  • Sorti le: 20 aout 2014 pour cette édition
  • VO: paru pour la 1ère fois en janvier 1991

1945. Claire, jeune infirmière, retrouve son mari Frank Randall dans un village écossais pour une seconde lune de miel - la première a été interrompue par la guerre. Alors qu'elle se promène dans la lande, elle découvre un ancien site mégalithique où les villageoises se réunissent en secret pour célébrer d'étranges rites. Fascinée, elle s'approche d'un grand menhir fendu... et se volatilise. Quand elle reprend conscience, elle est entourée d'hommes costumés qui se livrent bataille. Et curieusement, l'un des combattants est le sosie de son mari... A sa grande stupeur, elle comprend bientôt qu'elle est propulsée... en l'an de grâce 1743 ! Période troublée s'il en fut : l'Ecosse, occupée par les Anglais, est à feu et à sang... Ainsi commence une épopée sauvage et baroque où se mêlent fantastique et histoire, action, amour et humour.

J'ai mis du temps à faire cette chronique. Il faut le dire, Outlander est une lecture unique, qui m'a embarquée dans un univers incroyable. Je ne connaissais pas du tout avant que les copines n'en parlent sur facebook. Lorsque la série est arrivée, je me suis lancée, suivant l'engouement général. Après les tous premiers épisodes, j'ai eu le coup coeur et avec la réédition du livre, il fallait que je le lise. C'est devenu limite obsessionnel! Une fois en mains, je n'en ai fait qu'une bouchée...

L'histoire de Outlander, dans les grandes lignes, est simple. Après la guerre de 1945, Claire et son mari Franck se retrouvent pour une seconde lune de miel en Ecosse. Ils tentent de reconstruire leur vie de couple après les horreurs vécues à la guerre. Franck, passionné par l'histoire et en particulier par ses ancêtres, emmène Claire sur les traces d'anciennes légendes...auxquelles la jeune femme ne croit pas. Mais lorsqu'elle retourne au cercle de pierre, elle est transportée en 1745, pile à l'époque de l'ancêtre sur lequel Franck travaille...

Commence alors une aventure extraordinaire pour Claire, au coeur des Highlands. Le livre en devient même complexe car outre l'histoire de la jeune femme, Diana Gabaldon n'oublie aucun détail historique de l'époque. Avec notre héroine, on découvre la vie des clans, leurs us et coutumes, on découvre les paysages, à couper le souffle, on découvre la violence, la barbarie des gens de l'époque, mais aussi le sens de la famille et l'amour. Car l'amour tient une grande place de ce roman, et il est incarné en la personne de Jamie.

Un personnage pour lequel j'ai de suite craqué. Il a tant de qualités et il respire le charisme. Jamie est un personnage unique dont l'histoire ne pourra que vous toucher. Il est complet, honnête, passionné, un peu naif, courageux et amoureux. Il m'a fait passer par toutes sortes d'émotions pures. Son couple avec Claire est magnifique car il gagne en profondeur. Leur connexion est inévitable et cela se ressent à chaque page. Ensemble, ils vivent des aventures extraordinaires, dures, folles, passionnantes et touchantes.

Et dans leur quête, on rencontre toute une panoplie de personnages secondaires tous plus intéressantes les uns que les autres. Chacun a sa place, son rôle à jouer. J'ai beaucoup aimé le fait que le roman soit évolutif, qu'on aille de place en place et qu'on rencontre à chaque fois de nouvelles figures. Celui qu'on retiendra bien entendu n'est autre que Black Jack, un sadique complètement taré, qui fera souffrir plus d'une fois nos personnages. J'éprouve rarement de la haine pour des personnages livresques, mais lui, il gagne toutes les palmes d'or! 

Et malgré que ce soit un vrai pavé, Outlander se lit à une vitesse folle. Découpé en plusieurs parties, il est tantôt émouvant, tantôt instructif, tantôt passionnant. C'est un tout, qu'on avale d'un coup, on ne peut pas le lâcher. C'est un voyage magnifique qui vous fera vibrer tant pour ses personnages forts et aux caractères bien trempés, tant pour ses paysages et son côté historique palpitant. Que dire, c'est un must read!

mardi 23 septembre 2014

Harry Potter and The Philosopher Stone [Harry Potter #1]

Harry Potter and the Philosophers Stone

  • Nom: Harry Potter and the philosopher's stone de J.K Rowling
  • Lu en: anglais
  • Pages: 332 pages
  • Sorti le: 1er septembre 2014 pour cette édition
  • VF: paru pour la 1ère édition en aout 1999

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l'emmener à Poudlard, une école de sorcellerie !
Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry Potter se révèle un sorcier doué. Mais un mystère entoure sa naissance et l'effroyable V..., le mage dont personne n'ose prononcer le nom.

Non d'un ouistiti! Que ça fait du bien de se replonger dans cet univers!! Harry Potter a bercé mon adolescence, j'ai grandi en même temps que Harry. De fait, j'ai lu ce premier tome il y a maintenant 15 ans. Bizarrement, je ne l'avais jamais relu, peut être parce que jusqu'ici, je le pensais plutôt moyen. Avec mes lectures VO, j'ai eu cependant la grande envie de redécouvrir l'univers dans son langage original. L'envie s'est accentuée lorsque cette édition spéciale est parue, en 2013 et finalement cela s'est concrétisé à mon propre anniversaire cette année.

Que vous dire, pour moi Harry Potter est un incontournable. L'évolution de la saga est telle, que cela en fait un chef-d'oeuvre dans son genre. Et quand j'ai relu ce premier tome en anglais, j'ai de nouveau ressenti tout cet amour pour cette série. Harry Potter and the sorcerer's stone est un premier tome très agréable, qui met en scène un jeune garçon de 11 ans auquel on s'attache très vite. Découvrir cette magie avec lui est un vrai régal, sentir la menace de vous-savez-qui vous donne des frissons. 

Je ne sais pas si c'est le fait de l'avoir lu tant d'années après et en anglais mais j'ai trouvé ce premier tome plus mature que dans mon souvenir. Certes, il reste très jeunesse, n'oublions pas que Harry a 11 ans, mais le style d'écriture y est pour beaucoup. Quel plaisir de tout redécouvrir avec un nouveau regard. 

En bref, ce fut un vrai régal, une bulle de fraicheur, un moment que je rêvais de revivre depuis longtemps. Harry Potter est une saga tellement magique, et ce, dans tous les sens du terme. Ce premier tome introduit vraiment de manière intelligente le lecteur au coeur d'un monde inconnu, avec ses codes et ses particularités, mais on ne peut que tomber amoureux! Cela donne véritablement envie de continuer cette relecture jusqu'au 7ème! 

jeudi 11 septembre 2014

Isla and the Happily Ever After

Isla-and-the-happily-ever-after-review

  • Nom: Isla and the happily ever after [Anna #3] de Stephanie Perkins
  • Lu en: anglais
  • Pages: 338 pages
  • Sorti le: 14 aout 2014
  • VF: prévue mais pas d'info pour le moment

Depuis les rues scintillantes de Manhattan aux toits de Paris, tomber amoureux est facile pour la rêveuse Isla et l'artistique Josh. Mais comme ils commencent leur dernière année en France, Isla et Josh sont rapidement obligés de faire face à la réalité déchirante que les happily ever after ne durent pas éternellement...
Leur voyage romantique est habilement entrelacés avec ceux de Anna et Étienne, Lola et Cricket, dont les chemins sont destinés à entrer en collision dans un finale qui plaira à tous les fans de la série!

Traduction personnelle du résumé.

Dire que j'ai attendu 3 ans pour ce roman. Dire que je l'ai englouti en à peine quelques heures. Comme je le pensais, Isla and the happily ever after a comblé toutes mes attentes. Mieux encore, je crois qu'il surpasse même son compagnon Lola and the boy next door. C'était juste magique, et brillamment écrit.

Quel plaisir de replonger dans l'univers de Stéphanie Perkins en compagnie de Isla (prononcez Eye-la), cette jeune étudiante de 17 ans de retour à Paris pour sa dernière année d'étude. Après avoir passé l'été chez elle  à New York où elle est tombée par hasard sur Josh, le seul mec qu'elle aime en secret depuis 3 ans, Isla espère le croiser le plus souvent possible à l'école. C'est que Josh fait lui aussi ses études à Paris.... 

Le jeune homme, qu'on a déjà croisé dans Anna & the french kiss, peine à terminer ses études. Tous ses amis - St Clair, Anna et toute la bande - sont diplômés et Josh se sent plutôt seul. Sauf qu'il y a Isla, cette jeune fille brillante à laquelle il n'arrête pas de penser depuis l'été. Alors quand il lui demande de sortir avec lui, Isla n'en croit pas ses oreilles. C'est tout son monde qui va complètement changer.

De fait, la relation entre Isla et Josh démarre tout de suite. Et c'est ce que j'ai vraiment apprécié dans ce 3ème tome compagnon. A contrario de Anna et Lola - qui passent une grande partie de "leur livre" à cogiter et à attendre les dernières lignes pour enfin avouer leur grand amour - avec Isla, on est plongé au coeur de la relation immédiatement. C'est tellement réel et beau que ça m'a donné envie de retomber amoureuse moi aussi! 

Isla et Josh sont deux personnages très attachants. Je me suis directement identifiée à Isla, cette jeune fille qui ne sait pas toujours où est sa place et qui peine à croire que quelqu'un comme Josh peut l'aimer. Surtout que ses sentiments pour lui sont si forts depuis 3 ans alors elle vit un rêve éveillé. Même si je l'ai détestée à un moment donné, j'ai aussi compris ses doutes et ses questions. Quant à Josh, je l'ai tout de suite adoré. C'est un personnage très intéressant, vivant de son art. Josh est un dessinateur hors pair, aussi il voit les choses sous un autre point de vue. Déchiré entre une vie d'artiste et celle de la haute société dans laquelle évoluent ses parents, le jeune homme voit Isla comme son pilier, sa force intérieure. 

Leur amour est magnifique à suivre, évolutif, il est aussi très profond. On ressent toute l'attraction mais aussi tout l'amour des deux personnages et c'est vraiment intense. J'ai beaucoup aimé voyager avec eux, entre Paris, New York et même Barcelone. J'ai particulièrement apprécié ce passage, en Espagne, pays que j'affectionne énormément. De voir Isla et Josh visiter la ville, ça m'a renvoyé sur mon lieu de vacances que j'aime aussi visiter et revisiter sur mon vélo, dans les petites rues... Un pur passage de dépaysement. J'ai eu de nombreux papillons dans le ventre lors de cette lecture magnifique.

Quant au style de l'auteure, il est toujours aussi agréable. J'adore quand elle glisse quelques phrases en français. Mieux encore, quelques petits clins d'oeil à la Belgique se sont glissés dans le roman, alors en toute bonne compatriote que je suis, j'avais le sourire aux lèvres. Enfin, mention spéciale aussi à l'auteure, qui a réussi à intégrer à son recit le retour, certes furtif, de Anna, St Clair, Lola et Cricket. Un moment de bonheur magique pour une fin qui le fut tout autant.

En conclusion, Isla and the happily ever after porte son nom avec justesse. Cette histoire d'amour m'a fait vibrer du début à la fin. J'ai tout aimé dans ce roman, que ce soit les héros, leur personnalité, leurs amis, leur amour, la progression du livre, les voyages, le mélange de culture.... tout y est pour passer un moment de lecture inoubliable.

jeudi 4 septembre 2014

LE JOYAU [Cité Solitaire #1]

joyau

  • Nom: Le Joyau [Cité Solitaire #1] de Amy Ewing
  • Lu en: français
  • Pages: 452 pages
  • Sorti le: 18 septembre 2014
  • VO: paru sous le nom "The Jewel" en septembre 2014
  •  (note de 2.75/5 en réalité)

Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n'importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d'être formée dans l'optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l'opulence et le luxe, c'est la descendance...Achetée par la Duchesse du Lac lors de l'Enchère des Mères-Porteuses, Violet est accueillie par une gifle. Désormais connue sous l'appellation #197, elle va rapidement découvrir la brutale réalité qui sous-tend l'étincelante façade du Joyau : cruauté, trahisons et violence sourde sont les méthodes de la royauté. Violet doit accepter ce sinistre quotidien... et tâcher de rester en vie. Mais c'est alors que naît une romance interdite entre elle et un séduisant jeune homme, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Bien que la présence de ce dernier vienne illuminer le sombre quotidien de Violet au coeur du Joyau, les conséquences de leur relation illicite vont dépasser ce qu'ils redoutaient...

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

A force de lire beaucoup de dystopies depuis quelques années, je suppose que je deviens exigeante quant à ce registre. Je pensais, à la lecture du résumé, vivre une histoire plutôt dark et mystérieuse saupoudrée d'une romance interdite dangeureuse. J'étais loin de me douter que le Joyau ne serait qu'une simple déclinaison des dystopies à succès que l'on connait déjà.

Pourtant, le début me plaisait assez bien. Malgré les descriptions qui m'ont inévitablement rappelées Hunger Games ou encore Divergent, je prenais plaisir à la lecture. J'étais curieuse de voir dans quel univers l'héroine allait évoluer. Jusqu'à la moitié, tout s'est plutôt bien passé. A la seconde partie, j'ai très vite déchanté. Clairement, l'élément romantique est tombé comme un playmobile dans une baignoire: autant dire que la romance était complètement ridicule.

Mon intérêt s'est alors peu à peu effrité. La lecture est néanmoins restée sympathique, l'écriture étant plaisante et fluide. Mais j'avais l'impression de lire une ébauche de scénario où rien n'est approfondi. Les personnages m'ont paru clichés. Violet est tout de même censée être unique, hyper intelligente et super douée. Et que fait-elle? Elle subit. On a pourtant le privilège de lire ses pensées mais la jeune fille reste fade. Sa condition n'est pas simple, être mère porteuse pour une duchesse exécrable, qui la traite comme son objet, mais moi j'aurai eu envie d'hurler. Tout de moins intérieurement! Mais non, Violet ne pousse pas assez ses pensées. Quelques fois on a un soupçon de rébellion mais l'étincelle s'éteint très vite. 

Les autres personnages sont aussi clichés, entre les riches du Joyau (le cercle suprême parmi les 5 qui composent la Cité) qui complotent les uns contre les autres, la nièce de la duchesse moche et gourde, le fils délinquant... le tableau n'est pas surprenant. On assiste à une succession de dîners, de bals et on passe un temps fou à voir Violet choisir ses tenues, ses coiffures.... J'avais envie de lui balancer sa brosse à cheveux à un moment et de lui dire "remue-toi"! Je dois d'ailleurs dire que cette ambiance de strass et froufrous m'a étonnée, je m'attendais à ce que le traitement des mères porteuses soit plus dur. Et même si la cruauté des maitresses se fait sentir, les mères porteuses profitent d'un certain luxe inattendu. 

La seule chose qui me donne envie d'en savoir plus, c'est le fil conducteur de l'intrigue qui reste intéressant mais mal exploité ici. On assiste encore une fois à une succession d'événements ou de révélations mais ça ne va pas plus loin. On ne se sent pas concernés. Pire, notre héroine ne semble même pas remettre les choses en question. Pourtant, vu ce qui se trame, rien n'est à prendre à la légère.

Le plus gros point noir du livre reste cette romance, qui arrive au détour d'un couloir. Comme ça. Instantané. C'est la première fois que je vois des personnages se dire "je t'aime" au bout de 3 rencontres plus ou moins neutres. Ash a beau être canon (enfin d'après Violet), il s'est montré assez froid au départ. Et puis c'est l'explosion d'amour et tout le monde voit la vie en rose. Moi, j'ai su que c'était foutu. Les carottes étaient cuites. Tout le potentiel du Joyau venait d'en prendre un coup avec cette romance très mal amenée. Ce fut la goutte d'eau pour moi.

De fait, j'ai eu du mal à apprécier cet univers pleinement. Tout m'a semblé bling bling, superficiel, clairement le Joyau surfe sur la vague de la Sélection, dans une autre atmosphère. Le recit manque cruellement d'originalité et d'identité. A mon sens, il s'agit là d'un tome d'introduction. Malgré le style de l'auteur plaisant, les sentiments qu'elle tente d'insérer ça et là, j'ai lu ce roman avec grand détachement. La lecture fut tout de même sympathique puisque légère et j'ai bon espoir que le prochain tome pousse son histoire bien plus loin, vu la fin intrigante du Joyau.