► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Mes chroniqueuses Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
vendredi 18 août 2017

[Lecture] Comment choisissez-vous vos livres?

books-985939_960_720

Je ne tiens pas à amplifier le bad buzz produit hier autour d'un livre bien spécifique, mais il faut avouer que cela m'a interpellée. Au delà du sujet abordé dans ce "roman" profondément choquant et scandaleux, une question m'est venue à l'esprit:

Doit-on changer sa méthode pour choisir ses livres?

En effet, il est facile d'aller flâner en librairie et de choisir au hasard un livre dont on avait pas entendu spécialement parlé mais qui nous attire grâce à sa couverture ou son résumé halléchant. Ca nous arrive à tous, un petit craquage qui n'était pas prévu et qui nous met en joie. Mais à quel prix finalement? 

De même, qui ne s'est pas référé à la maison d'édition pour acheter son nouveau bébé les yeux fermés? J'ai des ME préférées et il est rare que je doute du contenu des livres lorsque j'en achète un. Parce que je fais confiance à la maison d'édition et aussi parce que je sais quel public elle cible. Enfin, en théorie. 

En théorie car il semblerait que le livre faisant l'objet du bad buzz ne prévient pas ses futurs lecteurs du contenu réel de ses pages. Imaginez-vous l'acheter grâce à un résumé somme toute banal et une couverture sympathique venant d'une ME que vous aimez. Vous êtes très loin de vous douter du sujet abordé! Colère, indignation... et surtout une question: pourquoi la maison d'édition n'a t-elle pas averti ses lecteurs? 

D'un point de vue personnel, je dirai que c'est purement marketing. Si la ME indiquait que son nouveau livre traite de viol et de zoophilie, croyez-vous que ce livre serait vendu? Bien sur que non! Mauvaise publicité et la maison d'édition a plutôt intérêt à vendre son livre comme tout autre romance si elle veut en tirer quelque chose. 

Oui mais... cela ne casse-t-il pas la confiance qu'on a envers l'éditeur? Si un livre avec un tel sujet est proposé sans qu'on avertisse le lecteur, qu'en sera-t-il des prochaines parutions? D'où ma question sur vos habitudes d'achat. 

books-2566812_960_720

Comment choisissez-vous vos livres?

Dans mes habitudes, il est rare que j'achète un livre spontanément sans avoir fait de recherches dessus au préalable. Même mes éditeurs préférés ne suffisent pas à ce que j'achète les yeux fermés. J'aime lire des avis sur les romans qui m'intéressent, aller consulter les sites des auteurs pour voir les présentations, flâner sur les sites tels que Goodreads, Babelio, Booknode ou encore Amazon. Pour moi, c'est indispensable. J'aime savoir dans quoi je m'embarque avant d'acheter. Alors quand bien même un livre m'intéresserait en rayon, je pense que là, je sortirai mon téléphone pour faire une recherche rapide et en savoir un peu plus sur la série (combien de tomes etc), les avis et l'auteur. 

Cependant tout le monde ne fait pas forcément comme moi et je trouve qu'il est sacrément important d'avertir ses lecteurs si un contenu est plus sensible qu'un autre. Tout le monde n'est pas blogueur et tout le monde ne cherche pas des infos avant d'acheter. Je pense notamment aux jeunes ados avec les parents qui pourraient être gravement induits en erreur face à ce genre de livre très mal classé. Il est franchement important que les ME puisse prévenir leurs lecteurs sur le contenu de leurs livres et ainsi que les libraires puissent le classer dans la bonne catégorie. 

Chacun lit évidemment ce qu'il veut, comme il veut... Mais clairement, tous les livres ne sont pas à mettre entre toutes les mains, pour autant qu'on soit prévenus.