► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
dimanche 26 mars 2017

[JPOP] Koda Kumi - W FACE outside & inside

wfacewface2

  • Nom: W FACE outside & inside (13ème double album)
  • Artiste: Koda Kumi 
  • Genre: pop/dance/ballade 
  • Sorti le: 8 mars 2017
  • Pays: Japon 

Deux ans après la sortie de Walk of My Life, Koda Kumi revient enfin sur le devant de la scène avec non pas un album mais un double album! Présentant un concept très intéressant, l'artiste met en avant deux facettes de sa personnalité. Avec Outside, Kumi nous entraine dans des rythmes endiablés, qui nous donnent envie de danser, visitant ainsi plusieurs styles comme la dance, l'électro ou même le jazz et le rap. Avec Inside, c'est ce sont les ballades qui dominent largement. Moins surprenant, cet album propose néanmoins quelques pistes plus rythmées également. Avec un total de 20 chansons, Kuu signe là un très bon retour dans le paysage musical japonais. 

Outside est l'album que j'attendais le plus, étant plus attirée par la musique dansante en général. D'un point de vue global, Outside est un album relativement court aux sonorités très urbaines et américanisées. On le passerait à la radio que personne ne ferait la différence avec les chansons actuelles. En cela, outside n'est pas des plus original mais il tient la route. Chaque chanson a sa propre structure, et je dois avouer que l'idée des pistes courtes est une bonne idée. Cela évite trop de répétitions et on peut vraiment appécier ce qu'on entend.

Parmi les chansons qui constituent Outside, je retiens en premier lieu la chanson éponyme W FACE (ou Double Face). D'emblée j'ai su que j'allais aimer, avec ce riff de guitare imposant des le départ. La surprise fut totale au fur et à mesure de l'écoute, avec ses changements de rythmes inattendus. La chanson propose ainsi des couplets plus doux qui contrastent fortement avec la guitare électrique des refrains. Pour moi, c'est LA chanson de l'album. 

S'en suit Ultraviolet, qui a été fortement mise en avant par la chanteuse pour la promotion. La chanson a même droit à un clip pas très folichon mais entrainant avec une chorégraphie bien sympathique. En soi, Ultraviolet ne révolutionne rien et peut paraitre même générique mais elle fonctionne très bien. Après W FACE, on se laisse emporter par cette explosion de rythme.

Dans un genre totalement décousu mais qui tient ses promesses, je nomme Insane. Je ne savais pas du tout quoi m'attendre avec cette piste très particulière, qui peut d'ailleurs paraitre agressive à certains moments. Personnellement je crois que ce sont les refrains qui m'ont convaincue, car ils sont bien construits. Globalement la chanson se démarque des deux précédentes car peut être considérée comme plus "sombre". 

Mais la chanson qui m'a véritablement plu et qui fait partie de mes coups de coeur, n'est autre que Bassline. Quelle surprise de découvrir des sonorités jazzy! Ce changement est sincèrement très agréable. Le chant de Kumi s'adapte par ailleurs très bien, on sent une certaine sensualité se dégager de la chanson, si ce n'est pour le pont musical où Kuu s'essaie à une forme de rap. Pour moi c'est une totale réussite!

Si ces chansons représentent mes favorites, je me dois de mentionner également Shhh! avec son ambiance très retro ou Wicked Girls qui donne l'impression d'être une chanson d'ados prêts à sortir le vendredi soir. Enfin petite mention à Bangerang avec laquelle j'ai eu beaucoup de mal au départ mais qui me plait davantage après plusieurs écoutes. Je la trouve dans la lignée des précédentes et pourtant elle a ce je-ne-sais-quoi de différent. 

A l'exception d'une ou deux chansons, Outside m'a beaucoup plu et il s'écoute vraiment très facilement. Il n'est certes pas franchement original, ne révolutionne pas le genre, certains diront même qu'il peut paraitre surfait et beaucoup trop occidentalisé mais pour moi il remplit parfaitement sa mission! Homogène, rythmé, dansant, agréable, j'adhère et j'approuve! 

► Ecoutez l'album en entier

separator

Quant à Inside, j'avais quelques appréhensions bien fondées et pour cause, l'album est au 3/4 rempli de ballades et je dois dire que ce registre n'est absolument pas mon préféré. Malheureusement, je ne retiens pas énormément de cet album qui m'endort plus qu'autre chose, cela dit il contient heureusement deux ou trois pépites à écouter et musicalement parlant, il reste très bien produit.

Et celle que je retiens par dessus tout, qui est vraiment magnifique et qui m'a donné les frissons, c'est Promise You. Cette chanson est tout simplement sublime et on retrouve là les standards de la musique japonaise. Promise You est néanmoins moderne, avec une instrumentale riche qui va crescendo. Les refrains sont sublimes et l'émotion est présente. Un sans faute pour cette chanson à découvrir absolument. 

Dans un style très simple mais qui donne le sourire, je nomme BRIDGET SONG. Cette chanson respire vraiment la fraicheur et la joie de vivre! Quand on l'écoute, on imagine Kumi la chanter avec le sourire jusqu'aux oreilles. Je la trouve très agréable et unique en son genre. Clairement, elle se démarque totalement du reste de l'album, pour mon plus grand plaisir! 

Par ailleurs, une seule et unique ballade dite "classique" a retenu mon attention. Si toutes les autres se ressemblent, Kimi Omoi tire son épingle du jeu. On tombe vraiment dans ce qui se fait assez régulièrement dans la Jpop mais force est de constater que Kimi Omoi tient bien la route. L'instrumentale est vraiment magnifique, s'enrichissant en fur et à mesure de notre progression, et le chant de Kuu, posé. Le tout est donc très agréable et on évite le niais ou le larmoyant. 

Malheureusement, je ne retiens pas le reste de l'album, à l'exception de My fun qui est très particulière. J'aime son originalité, son instrumentale et le fait qu'elle cloture très bien l'album. Cela dit, je ne l'écoute pas systématiquement, étant freinée par le chant des enfants à l'arrière plan. Je préfère terminer sur What's Up que je trouve hyper sympathique! C'est le genre de chanson pop/rock qu'on écoute en été et qui donne la patate! Malgré la guitare bien présente, je lui trouve une légèreté irresistible! Une belle réussite! 

Inside s'est donc révélé beaucoup plus classique, collant plus à la mentalité japonaise que Outside. L'opus est bien réalisé, offrant des sonorités plus traditionnelles qui peuvent sonner plus authentiques. Malgré une bonne production, je ne retiens que très peu de chansons qui sont, heureusement, vraiment des valeurs sures. 

► Ecoutez l'album en entier

En conclusion, j'ai beaucoup apprécié ce retour de la chanteuse. L'idée d'un double album est plutôt pas mal, mais après réflexion, un seul aurait suffit. Sur 20 chansons, j'en retiens à peine la moitié et cela est largement suffisant. Koda Kumi a néanmoins montré toute l'étendue de son talent en nous offrant divers styles très riches et variés! 


samedi 25 mars 2017

[Cinéma] La Belle et La Bête

belle et bete

  • Nom: La Belle et La Bête
  • Genres: fantastique, romance, musical
  • Sorti le: 22 mars 2017
  • Avec: Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans

Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S'étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d'amour pour elle, mais victime d'une terrible malédiction.

La Belle et La Bête, voilà un film que je ne voulais rater sous aucun prétexte! La bande annonce me laissait rêveuse et je n'avais qu'une hâte, aller le voir. Il faut dire que le Disney est un de mes favoris et rien qu'aux extraits, le film promettait d'y être très fidèle. 

Et je peux de suite le confirmer. Le film est extrêmement fidèle au dessin animé, parfois au mot près. Cela fait sourire, on sent même quelques petits frissons à l'idée de voir "en vrai" ce qui était animé à la base. Ce respect est vraiment le point fort du film, et si ça n'avait tenu qu'à moi, je m'y serai arrêtée. En effet, la production a rajouté quelques scènes inédites, pour donner plus de poids peut être, je ne sais pas. Toujours est-il que je n'ai pas été convaincue par ces nouvelles scènes qui, à mon sens, n'ont rien apporté au film de base. 

Le film est également très chantant, à ma grande surprise! J'avoue que c'était également un peu de trop. Je ne dirai rien sur les chansons qu'on connait car j'avais le frisson en les entendant, mais celles qui ont été rajoutées - je pense notamment à la scène où la Bête chante seule - ne m'ont pas non plus séduite, à mon grand regret. Cela étant, je serai très curieuse de revoir le film en VO, rien que pour entendre la Belle Emma (sans mauvais jeu de mots) pousser la chansonnette.

Quant aux acteurs, j'ai beaucoup aimé le choix de ceux-ci. Il est toujours un peu difficile d'imaginer Emma Watson autrement qu'Hermione mais je l'ai beaucoup appréciée. Je n'aurai pas vu d'autres actrices d'ailleurs! La Bête est visuellement très bien faite, j'ai bien adhéré, moins à l'acteur quand on le découvre à la fin. Enfin, grande mention à Luke Evans et Josh Gad qui campent leurs personnages de Gaston et Le Fou à la perfection! Même si je n'aime pas ces personnages à la base, le jeu des acteurs était grandiose! Mieux encore, Le Fou se voit doter d'une conscience et il arrive à faire ses propres choix. Un personnage donc très étonnant que j'ai bien apprécié. 

bellebete

Ce qui m'a manqué, par ailleurs, c'est l'émotion. Outre le fait qu'on retrouve avec plaisir l'histoire du dessin animé sous nos yeux, j'ai trouvé qu'il manquait d'alchimie entre la Belle et la Bête. Leur amour naissant n'est pas assez bien exploité, pas assez mis en avant. On ne ressent pas de palpitations, on ne fond pas devant l'écran en se disant que c'est trop mignon... non j'ai trouvé ça un peu trop en surface. Même la fin n'est pas arrivée à me convaincre de leur amour... C'est dommage car c'est l'essence même de l'histoire et il m'a manqué quelque chose. 

Malgré ces petits points négatifs qui viennent ternir mon enthousiasme, j'ai passé un excellent moment. Il faut dire que visuellement, la Belle et la Bête est époustouflant! C'est tellement somptueux, magique, magnifique! La scène du bal est tout simplement merveilleuse. Je suis tombée amoureuse des décors et du visuel superbe. Il n'y a pas à dire, on s'en prend plein les yeux! 

En conclusion, je suis plus que ravie que le film ait suivi les traces du dessin animé. Moins convaincue par les rajouts ou le chant trop présent, le film se révèle très beau et nous laisse rêveur. Assurément si vous aimez cette histoire, vous apprécierez grandement le film. Il mérite qu'on s'y intéresse car il est très bien réalisé. 

vendredi 17 mars 2017

Ce que je n'oserai jamais te dire... de Bruno Combes

ce que je n'oserai jamais te dire

  • Nom: Ce que je n'oserai jamais te dire... de Bruno Combes
  • Lu en: français
  • Pages: 346 pages
  • Sorti le: 9 mars 2017
  • Editeur: Michel Lafon
  • Fiche: présentation officielle

« Joy, veux-tu être ma femme ? » « Oui, je le veux ! », a répondu Joy à Guillaume avec une ferveur égale à la profondeur de l’amour qu’elle lui porte. Et pourtant, le soir même du mariage, alors que la fête bat son plein, Joy s’évanouit dans la nature. Guillaume, d’abord fou d’inquiétude puis ravagé par le doute, se perd en conjectures. La gendarmerie n’a rien trouvé de suspect, il semble que la mariée aurait elle-même décidé de partir. Quand le prêtre qui les a unis lui dévoile la vérité, Guillaume est effondré. Car cette révélation, si elle témoigne d’un courage et d’une générosité sans pareils, remet en cause toutes ses certitudes d’amoureux passionné. Pourra-t-il pardonner à Joy de lui avoir caché ses tourments… et aura-t-il la force de lui tendre la main ?

separator

Un grand merci à Michel Lafon pour ce livre.

J'avais beaucoup aimé le premier roman de Bruno Combes paru l'été dernier chez Michel Lafon. C'est donc avec grand plaisir que j'ai retrouvé sa plume avec Ce que je n'oserai jamais te dire. Une histoire qui m'a surprise et en même temps un peu déçue, car je m'attendais un peu à autre chose. 

Le point positif pour moi reste le style de l'auteur. Fidèle à lui-même, je n'ai eu aucun mal à m'adapter au récit. Le tout est écrit simplement, de manière fluide et efficace. Et comme pour le précédent roman, j'ai eu une petite attache particulière aux débuts de chapitres: ces quelques lignes qui nous font passer un message, nous permettent de réfléchir, ou, dans le contexte de l'histoire, de prendre un peu la température de ce qui nous attend. Je trouve que ces "introductions" offrent un certain charme et sont propres à l'auteur. J'espère qu'il continuera pour ses prochains livres. 

Quant à l'histoire en elle-même, j'en ressors un peu plus mitigée. Cela se lit très vite grâce au petit côté addictif dégagé par la plume de l'auteur mais pour autant, je ne me suis pas attachée aux personnages. J'avoue que la double narration m'a dérangée. Je n'ai pas beaucoup aimé Joy et son histoire ne m'a malheureusement pas touchée. Pourtant il faut lui reconnaître une grande force de caractère! Cela étant, le déroulement de l'histoire m'a laissée de marbre, si au début j'étais intriguée, j'ai lu la suite avec détachement. Très honnêtement, j'ai préféré suivre Guillaume, plus sympathique, qui comme nous, se pose des questions. Peut être que l'histoire aurait pris une autre dimension avec seulement son point de vue? A mon sens, cela aurait donné plus de mystères et cela aurait plus tenu mon attention en alerte. 

Ce que je n'oserai jamais te dire n'est pas une romance comme on pourrait le croire. On y parle bien évidemment d'amour, mais pas celui qu'on pense. Car il y a toutes sortes d'amour et celui abordé ici est peut être plus le sacrifice familial que l'amour amoureux entre deux personnes. Cette histoire aurait pu se dérouler de tellement de manières différentes, après lecture, je ne suis pas sûre que celle-ci soit la meilleure. Je n'arrive pas à concevoir qu'on puisse agir de la sorte la nuit de sa noce et de ne pas faire confiance à l'être aimé qu'on vient d'épouser. Il m'a donc manqué quelque chose pour vraiment apprécier ce roman, mais globalement j'ai passé un bon moment. 

mercredi 15 mars 2017

Seven Days of You de Cecilia Vinesse

SevenDaysofYou_des

  • Nom: Seven days of you de Cecila Vinesse
  • Lu en: anglais
  • Pages: 336 pages
  • Sorti le: 7 mars 2017
  • Editeur: Little Brown Books
  • Fiche: présentation officielle
  • Niveau de compréhension VO: facile
  • VF: A paraitre sous le nom Dernier été à Tokyo en juin 2017 (PKJ)

Sophia has seven days left in Tokyo before she moves back to the States. Seven days to say good-bye to the electric city, her wild best friend, and the boy she’s harbored a semi-secret crush on for years. Seven perfect days…until Jamie Foster-Collins moves back to Japan and ruins everything. Jamie and Sophia have a history of heartbreak, and the last thing Sophia wants is for him to steal her leaving thunder with his stupid arriving thunder. Yet as the week counts down, the relationships she thought were stable begin to explode around her. And Jamie is the one who helps her pick up the pieces. Sophia is forced to admit she may have misjudged Jamie, but can their seven short days of Tokyo adventures end in anything but good-bye?

separator

~ ENGLISH REVIEW~ 

When I discovered the book, I knew I had to read it. A story in Tokyo, it was for me, it was calling me. So I didn't wait when the book came out, I began it. And what can I say? Even now, a few days later, I'm still in love with the book and I feel so nostalgic. Seven Days of you is a story about friendship and love but not only. It is a love letter to Tokyo and it is magnificent. If you don't know Tokyo, you will fall in love with the city, and all the places to visit: Shibuya, The Imperial Palace, The Tokyo Tower and so on. For me, it was another level of experience because I visited Tokyo seven years ago and I miss it so much. While I was reading the book, I lived my trip to Japan again. I watched my videos, my photos, and I was so excited when Sophia and her friends were in a place I saw. It makes me feel so nostalgic! I felt concerned by this story, I was simply there, with the characters, I felt what they felt, I saw what they saw, it was so powerful! Cecila Vinesse has a great writing style, so vivid and vibrant, I really liked how she described Tokyo and the particular atmosphere that came with it. Japan is a unique place, it's like another planet in another time. And if I fallen in love with Tokyo all over again, I really loved the characters too, especially Sophia and Jamie. There is a special bond between them, something stronger and beautiful, and even if they know their times together is limited, they stay together and loved each other. I loved how their relationship was build, sincere, but with doubts and questions. Nobody knows what came with a new day, and Jamie and Sophia knew that. Others characters were nice too, maybe too much in the background but I didn't mind it. The story itself is beautiful and well written and I have struggles to write correctly my feelings. I will just say one more thing: read the book ♥

Quand j'ai découvert la sortie de ce livre, je savais que je devais le lire: une histoire qui se déroule à Tokyo, c'était fait pour moi. Des que le livre est sorti, je l'ai commencé pour ne plus le lâcher. Quelques jours après avoir terminé ma lecture, je me sens toujours nostalgique tant j'ai aimé ce livre.

Seven Days of you est une belle histoire d'amitié et d'amour mais pas seulement. C'est une déclaration à Tokyo. La mégapole est tellement présente que c'est elle l'héroine du livre. Avec les personnages, on se promène dans Shibuya, ce quartier branché aux mille lumières, publicités, clips vidéos et animations. On visite le Palais Impérial ou la Tokyo Tower, sans oublier le Sanctuaire Meiji de Yoyogi. C'est une découverte intense car l'auteur a un style d'écriture magnifique qui nous catapulte dans l'ambiance particulière de Tokyo.

Pour moi, cette lecture a eu une tout autre dimension. Ayant été à Tokyo durant l'été 2010 (vous pouvez d'ailleurs lire une partie de mon voyage sur le blog), je me suis sentie totalement conquise. J'ai vécu à nouveau mon voyage de bout en bout. Chaque lieu que j'avais visité et qu'on retrouvait dans le roman me faisait vivre une émotion particulière. C'était tout aussi excitant qu'intense que nostalgique. J'ai vraiment été touchée par cette lecture de manière très personnelle. Le Japon et moi, c'est une grande histoire d'amour qui dure maintenant depuis une grosse dizaine d'années et le fait d'avoir pu y aller relève encore du rêve. 

D'un point de vue extérieur, je trouve ça bien que l'auteur ait privilégié certains lieux ou quartiers, ce sont certes les plus connus, mais ils sont à mon sens incontournables. Avec un accent un peu plus prononcé pour Shibuya, ce quartier qui ne dort jamais, on se rend compte à quel point la culture nippone est différente, unique, incroyable. Shibuya a aussi été mon quartier favori, aussi j'ai de suite compris l'attachement des personnages pour ce lieu: le fameux carrefour, Tower Records et ses milliers de CDs, les restos typiques, les karaokés... c'est une expérience énorme et je trouve que l'auteur l'a bien mise en avant. 

Quant à l'histoire, elle est aussi très belle. Sophia sait qu'il ne lui reste plus que 7 jours avant son déménagement aux USA. Un compte à rebours très présent dans le livre qui nous rappelle que, même si on a pas envie de changer de vie, parfois on a pas le choix. Cette semaine va être celle du chamboulement pour la jeune fille, entre la peur du changement, la perte de ses amis et l'amour qui se présente au moment où tout semble s'écrouler, et les révélations familiales. Cecila Vinesse n'oublie aucun aspect, même si celui de la romance est un peu plus privilégié.

Entre Sophia et Jamie, c'est avant tout une histoire d'amitié. Mais voilà que les jeunes gens ne se sont plus vus depuis 3 ans. Alors quand Jamie est de retour à Tokyo, Sophia n'est pas indifférente. Leur lien est si spécial qu'il est difficile de l'expliquer. Car les deux amis ont des choses à se faire pardonner et d'autres à s'avouer. Dans un timing comme celui-là où l'avenir est incertain, faut-il accepter ses sentiments? Car même si Sophia a passé ses dernières années à idealiser son autre ami, David, elle se rendra vite compte que c'est Jamie qui est fait pour elle. Mais peut elle assumer ces sentiments tout en sachant qu'un continent va les séparer dans 7 jours? Cela vaut-il la peine d'ouvrir son coeur face à l'incertitude? Tant de questions auxquelles Sophia et Jamie tenteront de répondre, ensemble. Et que vous dire, j'ai trouvé leur histoire en tout finesse et justesse. Bien dosée et sincère. Tellement belle. Entre eux, c'est fort, comme le lien qui relie Sophia à Tokyo. 

J'ai aussi beaucoup aimé les relations familiales, qui ne sont pas faciles mais qui feront grandir notre héroine. C'est aussi un aspect important du livre et j'ai été heureuse que l'auteur l'exploite. La seule chose qui reste, à mon sens, moins bien développée est l'amitié qu'entretient Sophia avec David et Mika. Même si on ressent l'attachement profond qu'elle a pour eux, ils restent malgré tout trop en retrait, bien qu'ils soient tout à fait attachants - ou presque! 

En conclusion, je suis tombée amoureuse de ce livre, d'une part parce qu'il se passe à Tokyo et qu'il nous embarque dans une atmosphère unique et magnifique; d'autre part parce que l'histoire est très belle, très humaine, très sincère et qu'elle nous procure beaucoup de sensations. C'est un très beau roman, simple, mais vraiment à lire. 

dimanche 12 mars 2017

In My Mailbox (151)

in-my-mailbox

Après presque 2 mois d'absence, je suis heureuse de pouvoir vous présenter un nouvel In My Mailbox! Depuis janvier, j'ai reçu 8 livres et je suis très contente de vous les montrer en vidéo. Il y a autant de jolies choses en VF qu'en VO, n'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ces livres. Je vous souhaite un très bon visionnage! 

lundi 6 mars 2017

[TEST/TAG] 100% Féminin

tag-pkj-feminin

Nouveau TAG PKJ sur le blog, vous savez comme j'apprécie les faire. Cette fois-ci, le tag sera 100% féminin! Le principe est simple : présenter un livre ou un personnage correspondant à chaque question. Dans la mesure du possible, essayez de ne pas répondre 2 fois avec le même livre!

1) Quelle est votre auteure préférée?

Julie Kagawa, of course. Je crois qu'il n'y a aucune surprise à cette question!

2) Quelle est votre héroïne de roman préférée?

Rose Hathaway de Vampire Academy. Cette fille est vraiment exceptionnelle. Badass, courageuse, altruiste, dévouée, chiante aussi, bref Rose est une héroine au caractère fort que j'ai toujours admirée!

3) Citer un roman qui propose un message féministe.

Là j'avoue, je n'ai aucune idée...

4) Citer un roman avec une fille/femme sur la couverture.

Je pense bien sur à Tessa sur la couverture de Clockwork Princess de Cassandra Clare.

5) Citer un roman qui met en scène un groupe de filles/femmes.

La saga Witchlands de Susan Dennard. Il y a plusieurs filles au fort caractère, dont les 2 héroines, inséparables.

6) Citer un roman qui met en scène un personnage féminin LGBT+.

Je n'en ai pas lu mais je pense à Amanda de Celle dont j'ai toujours rêvé de Meredith Russo

7) Citer un roman qui propose plusieurs points de vue féminins.

Le second tome de Pivot Point de Kasie West, Split Second, propose les points de vue des deux meilleures amies Addie et Laila!

8) Citer un livre dans lequel une fille sauve le monde.

Je dirai Penryn dans la trilogie Angelfall, même si elle n'est pas seule, on peut dire qu'elle sauve le monde!

9) Quel personnage secondaire féminin préférez-vous au héros de son roman?

Sans aucun doute Verlaine de la saga Spellcaster de Claudia Gray. Un rôle secondaire génial qui méritait encore plus d'être mis en avant!

10) Citer un livre écrit par un homme qui met en scène un personnage principal féminin.

La 5è Vague de Rick Yancey, avec son héroine Cassie. 

Posté par CeReSu à 16:39 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
dimanche 5 mars 2017

[Divers] Quand je reprends les jeux vidéos...

consoles

Comme beaucoup je parie, mon enfance et ma jeunesse ont baigné dans les jeux vidéos. Pas de manière exessive cependant, j'y jouais principalement pendant les vacances ou le weekend ou bien chez des amis. Pour autant, j'ai tout de même testé pas mal de choses, que les consoles soient à moi ou pas, en passant de la première nintendo, au gameboy, à la nintendo 64, à la playstation, la Wii pour ne citer qu'elles, et sans oublier les jeux sur PC. 

Ma console favorite a été la Playstation, j'y ai joué de nombreuses heures et testé pas mal de jeux comme par exemple les fameux Spyro, Crash Bandicoot, la franchise Harry Potter, Hercule, Tombi ou encore les excellents Pandemonium et Rayman. J'étais plus attirée par des jeux de plateformes en général, mais il y a eu évidemment des exeptions notables comme les fabuleux Final Fantasy VII et Final Fantasy VIII que j'avais adorés!! Et puis comment ne pas mentionner notre copain Mario, là encore il y a eu tellement de sorties que j'ai du mal à toutes les citer, je jouais aussi bien sur nintendo que sur le gameboy que sur la DS, que sur la Wii! Il faut avouer que Mario, il est du genre indétronable! 

Pendant longtemps donc, j'ai découvert tous ces jeux, jusqu'à ce que les études prennent plus de place ainsi que d'autres passions, que vous connaissez bien, puisqu'à cette époque j'ai aussi découvert les manga et plus généralement la culture asiatique. De fil en aiguille, je n'ai plus du tout joué, jusqu'à mon année de cours de web où on s'amusait à jouer à Worms (ce jeu me fera toujours marrer) ou Angry Birds

Ori-and-the-Blind-Forest-Definitive-Edition

C'est à l'été 2015 que mon intérêt à été piqué à nouveau, grâce à un ami qui me parlait de son jeu en cours: Ori and The Blind Forest. Ca avait l'air pas mal, aussi quand l'occasion s'est présentée de se voir, il m'a installé le jeu. Et que dire! Visuellement, Ori c'est une claque monumentale qu'on se prend dans la tronche! C'est le genre de graphisme que j'adore, qui me parle, me correspond. J'ai de suite eu le coup de coeur. L'histoire quant à elle, est plus triste, d'emblée on s'en rend compte avec la cinématique d'introduction. 

La forêt de Nibel se meurt. À la suite d'une terrible tempête ayant déclenché une série d'événements tragiques, un petit héros des plus improbables doit se lancer dans un éprouvant périple. Armé de tout son courage, il devra affronter un sinistre adversaire et sauver sa terre natale. "Ori and the Blind Forest" relate l'histoire d'une jeune créature orpheline à la destinée héroïque, au travers d'un jeu de plateforme et d'action aux graphismes époustouflants, développé pour PC par Moon Studios. Découvrez un univers entièrement dessiné à la main dans lequel évoluent des personnages aux animations extrêmement soignées, sur une bande originale entièrement interprétée par un orchestre. "Ori and the Blind Forest" est une ode à l'amour, au sacrifice et à l'espoir qui brûle telle une flamme en chacun de nous.

Très vite cependant, je me suis rendue compte que jouer au clavier d'ordi n'était pas du tout pratique. Je me suis retrouvée bloquée à un passage, sans aucun moyen de le franchir. Le clavier a clairement ses limites et ça m'a démotivée à l'époque que j'ai délaissé le jeu. Ce n'est que 1 an et demi plus tard que j'ai pu reprendre, ayant reçu une manette xbox 360. Une belle surprise qui m'a permise de me replonger dans Ori et de constater à quel point le jeu est devenu plus simple, plus accessible et surtout, à quel point j'avance plus vite!! 

tales-of-berseria-listing-thumb-01-ps4-us-30jun16

D'un autre côté, mon ami - quelle influence il a quand même tssss - m'a bien vendu le jeu Tales of Berseria auquel il joue actuellement. Ayant déjà testé des RPG, ce genre d'univers ne m'est pas inconnu et je dois dire que j'étais assez intriguée! J'ai fini par craquer et me prendre le jeu et à le commencer. Si Ori est un jeu de plateforme, ToB est donc plus directif et bien qu'on aurait pu croire que prendre ses marques s'avèrerait facile, ce ne fut pas le cas! 

Dans Tales of Berseria, incarnez Velvet, une jeune femme autrefois chaleureuse qui, suite à un traumatisme survenu trois ans avant les évènements narrés dans le jeu, est désormais animée par une colère et une haine destructrices. Velvet décide de sillonner la mer avec des pirates et de les accompagner sur les nombreuses îles qui composent le Saint-Empire du Midgand au cours d'une aventure inédite développée par l'équipe prestigieuse qui se cache derrière la série des Tales of. C'est Mutsumi Inomata elle-même, à qui l'on doit les personnages de Tales of depuis très longtemps, qui a créé Velvet. ufotable, le studio d'animation japonais au style inimitable, a également donné vie aux incroyables cinématiques du jeu et nous raconte ainsi une histoire extraordinaire et riche en émotions.

Je remercie d'ailleurs mon ami d'avoir joué en même temps que moi pour m'expliquer toutes les subtilités parce que je suis pas sure que j'aurai tout compris lol. Pire, il semblerait que je n'ai aucun sens de l'orientation, que ce soit dans la réalité ou dans un jeu virtuel, c'est pareil! Une situation à en faire rire plus d'un, car ça m'a valu une perte de temps considérable! Quoiqu'il en soit, ToB m'a bien plu et je compte bien le continuer. 

Visuellement le jeu est sympathique, j'adore le côté japonais bien évidemment. Je n'ai joué que l'introduction mais très vite l'histoire devient sombre et notre héroine change du tout au tout: elle n'est pas comme toutes les autres, ce qui me plait particulièrement! Le jeu est bien expliqué et les cinématiques sous forme d'anime sont excellentes! Je me réjouis de continuer! 

Voilà, j'espère avoir suffisamment de temps pour intégrer quelques parties de ces jeux sur mon temps libre! Je pense les alterner et les finir avant d'envisager un autre jeu, sauf si je fais une excellente découverte! Et vous, jouez vous? Si oui, avez-vous des jeux à me conseiller? 

mercredi 1 mars 2017

Bilan de lectures (32|Février 2017)

bilan-des-lectures

La formule du bilan des lectures change à nouveau pour mieux s'accorder à l'organisation récente du blog. J'ai donc décidé de vous présenter cela autrement, j'espère, avec toujours autant de clarté! Le but est de vous partager mes dernières chroniques du blog, ainsi que les lectures en cours qui ne sont pas encore terminées. Bien entendu, place aux coups de coeur qui seront toujours bien mis en avant ! 

  • Mon coup de coeur 

truthwitch

  1. Truthwitch de Susan Dennard: Un fantasy comme je les aime au monde complexe et original, porté par des personnages très charismatiques. J'ai particulièrement aimé l'aspect amical fortement mis en avant dans ce livre! 

 

 It wasn’t freedom she wanted. It was belief in something—a prize big enough to run for and to fight for and to keep on reaching toward no matter what.  — Truthwitch

 

  • Livres chroniqués
  1. La colère de NIL {NIL #3} de Lynne Matson (5*)
  2. Inaccessibles de Katharine McGee (3*)
  3. Harry Potter and the philosopher's stone de JK Rowling - Relecture (4*)

J'avais espéré que février soit plus productif mais au final je n'ai pas lu davantage... Comptons 4 livres dont une relecture, cela ne fait pas énormement mais globalement, j'ai eu de très bonnes lectures! 

  • Et le reste ?

 

selection-musicale

  1. Sélection musicale: Chaque mois, je vais tenter de vous présenter les musiques découvertes et que j'ai aimées. En février, j'ai fait pas mal de découvertes, que ce soit en Jpop, en Kpop, que la musique US. Du coup, je vous ai préparé une sélection de 7 titres à découvrir. 

Ce second bilan de l'année me déçoit un peu car j'avais pensé faire vraiment mieux que ça. Peu d'activité sur le blog hormis les chroniques et la sélection musicale, ce fut très calme. Concernant mon challenge goodreads, je suis toujours dans les temps, avec 8 livres lus sur 50.