► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Mes chroniqueuses Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
jeudi 15 septembre 2016

La Sirène de Kiera Cass

la sirène

  • Nom: La Sirène de Kiera Cass
  • Lu en: français
  • Pages: 350 pages
  • Sorti le: 22 septembre 2016
  • Editeur: Collection R
  • VO: paru sous le nom The Siren en janvier 2016

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l'Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l'entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Kahlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risquer pour écouter son cœur ?

separator 

~ ENGLISH REVIEW~ 

I was really curious to read Kiera Cass's new book - well her very first book - and I feel disappointed. I think the author has good ideas but like The Selection, the story was superficial. A shame because I loved the mythology about sirens. This was the most interesting point in the book, and I was grateful for it. It kept me going unlike the heroin, Kahlen. I understood the girl and why she is suffering constantly - being a siren is not funny - but well the book was so depressing I didn't want to continue it. I wanted Kahlen to live more normally but the girl is stubborn and it's not her meeting with the charming Akinli who will change things. I liked Akinli and wished seeing him a lot more but Kiera was really focused on Kahlen. Such a pity because the pseudo love story wasn't convincing at all. I didn't appreciate the "soulmate" thing especially when there is nearly nothing between the two young people. The Siren was an sympathetic book with great ideas but with no further developments. Think I wanted more from it but that's it. 

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre.

J'attendais Kiera Cass au tournant, après sa saga La Sélection. J'étais curieuse de voir ce que l'auteur allait proposer et bien que La Sirène soit en fait son tout premier roman, j'espérais un tout autre style. Malheureusement, l'auteur ne se démarque pas et reste dans ses acquis. 

Mon problème majeur avec Kiera Cass est qu'elle a d'excellentes idées mais elles restent très peu - voire pas du tout - exploitées. La Sirène ne fait pas exception. On tient pourtant là un sujet très intéressant, peu mis en avant dans le YA. Avec la Sirène, Kiera nous fait découvrir une mythologie particulière, amenée de manière originale. C'est incontestablement le point fort du livre et qui m'aura fait tenir tout le long de ma lecture. 

Kahlen, jeune fille issue d'une famille aisée, est en voyage avec ses parents. Alors que la soirée se déroule mal à cause d'intempéries, les membres du bateau sur lequel ils voyagent sont tous inexorablement attirés par l'océan. La noyade semble aussi inévitable qu'inattendue, aussi quand Kahlen plonge, elle entend la voix de l'Océan. Prête à tout pour ne pas mourir si jeune, Kahlen prête allégeance et devient une Sirène. Une vie de servitude commence pour elle, longue et pesante...

Le véritable atout de ce livre est le lien que partage l'Océan et ses Sirènes. Ce dernier semble doté d'une conscience et d'une faim indomptable, qu'il faut contrôler. Afin de rassasier l'Océan, le rôle des Sirènes est de chanter et de provoquer des catastrophes pour attirer des milliers d'âmes au fin fond de l'eau... une tâche horrible et abominable qui pèse sur chaque fille mais en particulier Kahlen qui ne supporte pas cette souffrance et la destruction massive de familles. La jeune femme est alors la proie de nombreux cauchemars et est très déprimée. 

Une dépression qui se fait ressentir sur tout le roman et qui lui donne une atmosphère très lourde. J'avoue avoir été surprise par ce sentiment et je vous conseille d'être dans un état d'esprit plus joyeux à la lecture de cette histoire, pour ne pas déprimer avec Kahlen. Sa souffrance est telle qu'on la ressent puissance 1000 et on a du mal à progresser et à rester positif. D'autant plus que Kiera Cass prend son temps et que le roman est très lent. Il ne se passe pas énormément de choses et l'auteure s'attarde trop sur Kahlen et ses démons intéreurs. 

Un défaut majeur car le reste de l'intrigue reste assez classique. Tentant de rester éloignée de la civilisation au maximum, Kahlen rencontre néanmoins Akinli, un jeune étudiant. C'est un garçon charmant, plein de vie, qui va apporter un peu de lumière et de chaleur à cette histoire le temps de quelques chapitres. Je m'attendais, à la vue du résumé, à une histoire d'amour plus crédible, plus naturelle que celle proposée par Kiera Cass. En effet, Akinli n'est, selon moi, pas assez présent pour nous faire croire au grand amour. C'est un gros reproche que je fais à l'auteure, qui encore une fois accélère les choses importantes dans les 20 dernières pages et qui passe à côté d'un développement plus poussé. J'ai été incapable de m'attacher à Kahlen ou Akinli et encore moins de croire à leur histoire. Dommage car l'auteure n'hésite pas à utiliser les mots "destins" et "âmes soeurs" pour qualifier sa romance. Des mots qui ont pour moi une signification particulière et qui ne peuvent être utilisés sans une bonne raison. 

Malgré une bonne mythologie, je n'ai pas pu me plonger à fond dans cette histoire. Je pense que Kiera Cass tenait là un sujet passionnant qu'elle a traité de manière totalement superficiel. Du gâchis car il y avait beaucoup de potentiel. L'auteure a tendance à se focaliser sur un seul aspect de son roman et négliger le reste pourtant tout aussi important. 

La Sirène est donc pour moi une lecture sympathique aux idées brillantes mais mal exploitées. Il vous fera néanmoins passer un bon moment, le livre se lisant aussi assez vite grâce au style d'écriture fluide et agréable. Un roman qui méritait bien plus mais qui ravira les fans de l'auteur et les amateurs de sirènes!

***

La Sirène a fait l'objet d'une lecture commune avec Jessica du blog Alice Neverland. Sans tarder, découvrez son avis sur le livre!