► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques récentes Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Live Report
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations Mon site professionnel
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Mes chroniqueuses Partenaires Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
lundi 10 décembre 2012

Version Bêta [Annex #1]

16082964

  • Nom: Version Bêta [Annex #1] de Rachel Cohn
  • Lu en: français (424 pages) - Sortie en novembre 2012
  • VO: Paru sous le nom "Bêta" en octobre 2012
  • Ma note:notation 3

L'île paradisiaque de Demesne est le lieu le plus exclusif sur Terre, entièrement modelée par des scientifiques pour atteindre la perfection tropicale. L'aller simple coûte une véritable fortune, et encore plus le fait de s'y installer. Outre les paysages enchanteurs et le climat optimal, les eaux des lagons diffusent une sorte d'euphorisant qui agit comme un élixir de jouvence et de bonne humeur sur les richissimes habitants qui peuplent l'île. Problème : les employés et domestiques sont difficiles à mettre au travail, du fait de cette atmosphère idyllique...

Un grand merci à la Collection R pour l'envoi de ce livre!

Version Bêta fait partie de ces livres qui surprennent au fur et à mesure de l'histoire. Le début, gentil, ne laissait rien présager de ces retournements de situations qui m'ont parfois laissée avec des yeux comme des soucoupes. L'île de Demesne, endroit privilégié sur Terre est prisé par les plus riches. Son atmosphère enrichie en oxygène et ses flots enchanteurs donnent le tournis aux habitants appelés par l'ataraxie. Le travail est banni et tout n'est que plaisir. Mais qui fait tourner l'île dans ce cas?

Dans ce monde où le Continent a été détruit puis remodelé après la montée des eaux, les avancées technologies ne sont pas restées en plan. En effet, le clonage est monnaie courante, tout du moins sur Demesne. Dépourvus de sensations et d'âme, les clones sont les mieux à même de servir les humains. Ils ne ressentent rien et ne jouissent pas du climat particulier de l'île. Dans cette communauté isolée, Elysia, nouvelle clone, peut se vanter de faire partie d'une nouvelle génération: alors que tous les autres clones sont déjà adultes, Elysia est une adolescente bêta. Bien que fragile, elle deviendra le point central de la famille Bratton qui l'a fraîchement acquise.

J'ai beaucoup aimé ce livre plein de surprises. Au début, je le trouvais gentil. Elysia sait d'emblée qu'elle est une clone, aussi je me demandais où l'auteure allait nous mener. Le roman démarre sagement avec l'intégration d'Elysia au sein de la famille Bratton, une famille bourgeoise et égoïste. La jeune fille, voulant bien faire, acceptera tous les caprices que ses humains de maîtres lui demanderont....Jusqu'au jour où certaines choses se dérèglent.

Très vite l'atmosphère du livre change et devient pesante. On se rend compte que derrière sa façade paradisiaque, Demesne cache de lourds secrets. On en vient à se méfier de tout le monde et les pièces du puzzle s'assemblent. On est choqué des révélations, outré par d'autres situations, enchanté par l'évolution d'Elysia, apeuré par la cruauté de ce monde...Bref, tout y est. Mensonges, trahisons, découvertes, amour... L'auteure ne nous ménage absolument pas dans ce premier tome, très riche.

Et si l'intrigue évolue à merveille, notre héroïne aussi. Elle s'affirme comme elle devient fragile. J'ai beaucoup aimé Elysia et je me suis sentie aussi perdue qu'elle à certains moments. C'est une fille forte qui veut vivre pour elle et non pour les autres.

La suite promet d'être vraiment intéressante vu la fin de ce premier tome. Je ne l'avais pas vu venir et je félicite l'auteure pour nous laisser face à un tel cliffhanger. En conclusion, j'ai passé un très bon moment en compagnie d'Elysia. Comme quoi il faut se méfier de l'eau qui dort....