► ► Livres
Bilan des lectures Calendrier des parutions Chroniques Livres Chroniques Mangas Cover reveal Infos livresques In my Mailbox Jeux livresques Lectures communes Lire en VO Mes Conseils livresques Rendez-vous littéraires Sommaire des chroniques
► ► Musique & Cinéma
Critiques cinéma Critiques musicales Sommaire général
► ► Hello World
Hello Japan Rencontres extraordinaires Salons & Dédicaces
► ► Graphisme
Coulisses de mes créations
► ► Mirrorcle World
Anciens designs Concours Les Binômes Les blogs à visiter Mes chroniqueuses Qui suis-je?
► ► Autres Rendez-vous
Autour du blog Booktube Challenges & Tags Dear Friends Lifestyle
samedi 21 juillet 2012

La fille de braises et de ronces

13386598

  • Nom: La fille de braises et de ronces de Rae Carson
  • Lu en: français (408 pages) - Sorti en février 2012
  • VO: paru en septembre 2011
  • Ma note:notation 4

Princesse d'Orovalle, Elisa est l'unique gardienne de la Pierre Sacrée. Bien qu'elle porte le joyau à son nombril, signe qu'elle a été choisie pour une destinée hors normes, Elisa a déçu les attentes de son peuple, qui ne voit en elle qu'une jeune fille paresseuse, inutile et enveloppée... Le jour de ses seize ans, son père la marie à un souverain de vingt ans son aîné. Elisa commence alors une nouvelle existence loin des siens, dans un royaume de dunes menacé par un ennemi sanguinaire prêt à tout pour s'emparer de sa Pierre Sacrée. Délaissée, humiliée, la princesse devra s'affirmer au milieu des intrigues de la cour, du grondement d'une guerre inévitable et des mirages de l'amour. Il lui faudra puiser en elle le courage nécessaire à sa survie et à celle de son peuple. Accepter enfin d'être l'Élue de son propre destin.

La fille de braises et de ronces était une lecture que je me réjouissais de découvrir. Des lors, j’avais peut être trop d’attentes. C’est un livre que je qualifierais de sympa, mais sans plus. Je n’ai malheureusement pas vibrer durant cette lecture et je n’ai pas eu le temps de m’attacher aux personnages. La raison? Elle est très simple. Tout se passe trop vite. On sent que l’auteure veut arriver à un point spécifique de son histoire, du coup, tout reste en surface, rien n’est creusé. Le livre manque alors cruellement de profondeur.

Elisa a  16 ans. Elle est très enrobée - pour ne pas dire obèse - et face  à la guerre qui semble imminente, son père la marie à Alejandro de la Vega, roi de la cité de Joya d’Arena. D’emblée Elisa déménage dans son nouveau royaume où elle a bien du mal à s’acclimater. Le début du roman est alors très long car Elisa reste enfermée dans ses appartements et passe son temps à manger. Ce ,’est que lorsqu’elle est kidnappée que les choses bougent. On voyage alors beaucoup et découvre divers paysages. Entre les cités, les villages, l’immensité du désert, ce voyage est une bulle de fraicheur. Malheureusement, bien qu’il soit assez visuel, le tout manque de détail. Ce voyage, réparti sur un long laps de temps, ne prend que quelques lignes. Il nous reste alors un petit gout amer.

Durant ce périple, on fera la connaissance de nouveaux personnages. Comme déjà dit, le gros défaut est que les sentiments restent en surface. Du coup, je n’ai pas pu sentir les liens d’amitiés qui liaient Elisa à ses amis. L’auteure ne prend décidément pas le temps de s’attarder sur les personnages qui entourent Elisa. On les perçoit de son point de vue, mais leurs histoires restent, pour la plupart, dans l’ombre. Ce qui est très frustrant car j’aurai aimé en apprendre plus sur eux, savourer les émotions que nous traversons, prendre le temps. Mais non, avec Rae Carson, on passe d’une situation à l’autre avec une facilité déconcertante, pour arriver à l’objectif fixé.

Outre donc ce fil conducteur qui est la guerre imminente, j’ai tout de même fort apprécié l’ambiance général qui se dégage autour de la Pierre Sacrée. C’est une mythologie très intéressante avec un aspect religieux fort marqué et mis en avant. De ce côté, on est directement baigné dans le monde d’Elisa et on visualise très bien son environnement « spirituel ». Les pensées de la jeune fille sont très bien décrites et on ressent tout son amour pour sa culture, sa cité. C’est une fille très intelligente qui profitera de chaque instant pour en apprendre un peu plus sur elle-même, son rôle, son histoire.

En conclusion, j’ai passé un bon moment. Le fait de voyager au cœur de divers paysages m’a plu, et j’ai trouvé le style d’écriture agréable. La mythologie développée est le gros point fort du livre, à contrario des sentiments trop peu développés. Ce dernier point a quelque peu gâché mon plaisir car, je le répète, j’aurai vraiment aimé qu’on prenne le temps de ressentir chaque émotion, quitte à ce que le livre soit un peu plus épais, ou découpé différemment. Je recommande tout de même cette lecture si vous avez envie d’évasion, car il faut reconnaitre que les tableaux visuels décrits dans la fille de braises et de ronces remplissent bien leurs rôles et nous transportent dans un autre temps, et ce dès les premières pages.

Article rédigé par CeReS à 19:26 - - Vos Avis [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur La fille de braises et de ronces

Nouveau commentaire